Navigation – Plan du site
Témoignages

Henri Seyrig : une forte empreinte

Jean-Claude Margueron
p. 389-391

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Aperçu du texte

Fin septembre 1954 : premier passage à Beyrouth avec la Mission de Mari et logement à l’Institut d’archéologie. Le jeune homme de 19 ans que je suis est totalement ébloui par cette première journée en terre orientale, puis émerveillé par l’Institut et par son architecture qu’il découvre, par cette bibliothèque dont il sent déjà intuitivement ce qu’elle peut ouvrir d’horizons. Et, en début de nuit, plutôt que de rester dans la chambre attribuée par le secrétaire de l’Institut, Abdel Nour, je vais parcourir les rayons sous les voûtes de la grande salle. Vers minuit, me croyant seul dans le silence, piochant un livre par-ci, un livre par-là, lisant quelques pages au hasard, je vois apparaître Henri Seyrig que je reconnais pour l’avoir entrevu de loin dans la journée. Anxieux parce que je ne savais pas si j’avais contrevenu à une règle, je me tourne vers lui et, avec la simplicité qui le caractérisait, il me demande qui je suis, puis ce que je fais là à cette heure avancée. Alors je me ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Margueron, « Henri Seyrig : une forte empreinte », Syria, III | 2016, 389-391.

Référence électronique

Jean-Claude Margueron, « Henri Seyrig : une forte empreinte », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5341

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals