Navigation – Plan du site
Témoignages

Cher Henri
Quelques souvenirs familiers d’Henri Seyrig 

Salah Stétié
p. 393-397

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Aperçu du texte

Henri Seyrig, directeur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, ancien directeur des Antiquités de la Syrie et du Liban à l’époque du Mandat, vivait depuis un quart de siècle à Beyrouth où il se plaisait énormément parmi ses recherches sur le terrain et ses magnifiques œuvres d’art contemporain (Picasso, Calder, Tanguy, Léger, et d’autres). Il était le père de Delphine, qui a été ma condisciple au Collège protestant français et, sans jamais le dire, il adorait la manière dont celle-ci, désormais grande vedette, jouait au théâtre et au cinéma en usant de cette voix chantante et subtilement modulée qui était également sa voix à lui. Homme d’une vaste culture et curieux de tout, il fut l’un des premiers admirateurs de Marguerite Duras, l’écrivain, mais aussi la femme de cinéma : Hiroshima mon amour, qu’il m’imposa de voir, était à ses yeux un chef-d’œuvre absolu ; ce qui ne l’empêchait pas — paradoxalement — de savourer la plastique impeccable et la grâce mutine de Brigitte B...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salah Stétié, « Cher Henri
Quelques souvenirs familiers d’Henri Seyrig  », Syria, III | 2016, 393-397.

Référence électronique

Salah Stétié, « Cher Henri
Quelques souvenirs familiers d’Henri Seyrig  », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5342

Haut de page

Auteur

Salah Stétié

Ancien ambassadeur et écrivain

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals