Navigation – Plan du site

Henri Seyrig (1895-1973)
Introduction

Frédérique Duyrat, Françoise Briquel-Chatonnet, Jean-Marie Dentzer et Olivier Picard
p. 7-9

Texte intégral

1Né dans un milieu aisé en 1895, Henri Seyrig est étudiant à Oxford, en 1914, lorsqu’éclate la guerre. Mobilisé en 1916, il s’illustre à Verdun puis rejoint l’armée d’Orient en Macédoine en 1917. Ce passage par les Balkans marque un tournant dans sa vie. Il en revient avec une passion pour la Grèce qui le conduit à passer l’agrégation de grammaire et à entrer à l’École d’Athènes dès 1922. En plus des activités archéologiques habituelles aux membres de l’École, il effectue trois voyages en Syrie entre 1924 et 1928, à l’invitation de Paul Perdrizet. C’est dans ce pays qu’il poursuit sa carrière en devenant directeur des Antiquités de Syrie et du Liban sous mandat français entre 1929 et 1941. Pour permettre des fouilles archéologiques, il organise le déplacement des villages qui occupaient le temple de Bel à Palmyre, le Krak des Chevaliers et le sanctuaire d’Héliopolis à Baalbek. Il encourage l’installation de missions étrangères, par exemple à Antioche (Université de Princeton) et à Doura Europos (Université de Yale). Il soutient les grandes missions françaises de Byblos (R. Dunand), Ougarit (C. F. A. Schaeffer), Mari (A. Parrot), en Palmyrène du Nord-Ouest (D. Schlumberger) et en Syrie du Nord (G. Tchalenko). Ces douze années sont interrompues par la Seconde Guerre mondiale.

2En 1941, Henri Seyrig démissionne de ses fonctions de directeur des Antiquités de Syrie et du Liban et rallie Charles de Gaulle. Il devient représentant de la France libre au Mexique puis, de 1943 à 1945, conseiller culturel aux États-Unis. En 1946, la fin des mandats français en Syrie et au Liban le conduit à soutenir la création d’un Institut français d’archéologie à Beyrouth (IFAB). Nommé directeur dès l’ouverture de l’IFAB, il conserve cette fonction jusqu’à la fin de sa carrière, en 1967.

3Au total, Henri Seyrig a donc passé trente-huit années de sa vie au Liban et en Syrie. Durant cette période, il entre à l’Institut (AIBL, 1952) et exerce brièvement les fonctions de directeur des Musées de France, entre 1960 et 1962, sans pour autant abandonner son poste à la tête de l’Institut de Beyrouth. C’est seulement à la fin de ce mandat, en 1967, qu’il rentre définitivement en Europe et se retire à Neuchâtel, la Suisse étant le berceau d’une partie de sa famille. Il disparaît le 21 janvier 1973.

4Cette carrière grecque puis syrienne, très largement occupée par l’exploration archéologique, a fait d’Henri Seyrig l’un des pères de l’archéologie du Proche-Orient. Ses fonctions de directeur des Antiquités de Syrie et du Liban, puis de directeur d’un grand institut archéologique, l’ont placé dans une position différente de celle d’un chef de mission. Les enrichissements des collections du Cabinet des Médailles qui lui sont dus témoignent de cette ampleur de vue. À sa mort, comme il l’avait souhaité, sa collection a été vendue à la Bibliothèque nationale. Elle se composait de 487 monnaies, 14 bijoux, 107 intailles et 21 camées. Mais le total des entrées du département qui portent son nom s’élève à environ 5 600 monnaies et près de 900 objets, sous forme de dons et d’achats. Des pans entiers de la collection actuelle viennent de lui. La majorité de ces objets est accompagnée d’étiquettes précisant leur provenance ou au moins le lieu où ils ont été achetés, leur restituant partiellement un contexte archéologique.

5En dehors de sa carrière au service de l’archéologie et de l’histoire, Henri Seyrig a aussi contribué à l’histoire du xxe s. Croix de guerre avec deux citations à Verdun, il rejoint la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, puis prend position contre les abus de la colonisation. Dans le même temps, il se passionne pour l’art contemporain et, parallèlement à sa collection d’objets anciens, acquiert tableaux et mobiles d’artistes contemporains.

6L’objectif fixé à la rencontre scientifique publiée ici n’était pas tellement de réfléchir sur l’œuvre scientifique d’Henri Seyrig. Ces travaux, essentiellement des articles, ont été réunis en volumes accessibles, pour partie du vivant même de leur auteur, dans la série des Antiquités syriennes (1934-1966) dont un dernier volume est paru il y a quelques mois, et dans les Scripta numismatica et Scripta varia publiées en 1985-1986.

7L’intention de ce colloque était de mieux faire connaître Henri Seyrig lui-même. Personnalité marquante pour ceux qui l’ont rencontré, « il est un peu oublié de nos jours » comme le notait justement Amin Maalouf dans son discours de réception à l’Académie française. Henri Seyrig a pourtant joué un rôle essentiel dans la création et le rayonnement des institutions archéologiques françaises : directeur général des Antiquités de Syrie et du Liban sous le mandat français, fondateur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, directeur des Musées de France, ami du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale, il a été de ceux qui ont structuré durablement l’archéologie française. De la Première Guerre mondiale à la décolonisation, il a adopté des positions conformes à ses convictions. Issu d’une famille aisée et cultivée, il avait un goût prononcé pour l’art moderne et avait choisi pour épouse Hermine de Saussure, femme indépendante et aussi voyageuse que lui.

  • 1 Julien Mazard, Nathalie Mingotaud, Cécile Guarinoni, Vincent Privat, Cécile Vernet, tous élèves de (...)
  • 2 Qui nous a quittés récemment.
  • 3 Dont nous déplorons la disparition brutale quelques jours après le colloque.

8C’est l’ensemble des traits de cette riche personnalité que ces deux journées se sont attachées à définir. Pour réussir à organiser cette rencontre, deux ans et demi de travail ont été nécessaires. Repérer les fonds d’archives disponibles a été la tâche la plus délicate. D. Youngerman, petit-fils d’Henri Seyrig, s’est montré d’une libéralité qui doit être saluée ici. Grâce à lui, notre connaissance de nombreux aspects de la vie et de la personnalité d’Henri Seyrig s’est trouvée enrichie. Il faut aussi remercier chacun des orateurs qui ont accepté de défricher spécialement pour ce colloque des fonds d’archives et des collections souvent peu ou pas étudiés auparavant. Cinq stagiaires du Cabinet des Médailles ont dépouillé les registres du département, classé la correspondance avec Georges Le Rider et aidé à l’exploitation des archives 1. Parmi les sources, inhabituelles pour les antiquisants, il y a enfin ceux qui ont connus Henri Seyrig et qui ont accepté de laisser un témoignage écrit de ce qu’ils retenaient de son enseignement et de sa direction de l’Institut de Beyrouth. MM. Georges Le Rider 2, Pierre Bordreuil 3, Jean-Louis Huot, Salah Stétié et Jean-Claude Margueron ont rédigé des articles qui dessinent la personnalité à la fois généreuse et critique d’Henri Seyrig, en forme de réponse aux travaux des chercheurs en donnant d’Henri Seyrig un portrait vivant.

9Cicéron avait deux patries, Henri Seyrig en avait trois. Ce colloque n’a été possible que par l’union des forces de deux d’entre elles. Dès son plus jeune âge, il a marqué à la France un attachement profond. La collaboration de plusieurs institutions de cette première patrie a permis cette rencontre :

  • La Bibliothèque nationale de France dont le président, Bruno Racine, a manifesté un intérêt particulier pour Henri Seyrig ;
  • L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui l’a accueilli en 1952, est représentée par Jean-Marie Dentzer et Olivier Picard. Georges Le Rider n’a pas ménagé ses encouragements aux organisateurs ;
  • Le CNRS, Laboratoire Orient et Méditerranée, équipe Mondes sémitiques, dirigée par Françoise Briquel-Chatonnet ;
  • L’Université Paris Sorbonne ;
  • L’École française d’Athènes où tout a commencé et dont Alexandre Farnoux, le directeur, nous a dit il y a un an que l’école n’oubliait pas ce qu’elle devait à Henri Seyrig.

10La Suisse a été la deuxième patrie où Henri Seyrig a fini sa vie, où sa famille était enracinée, et qui lui a bien rendu son attachement par le soutien de plusieurs institutions obtenu grâce à l’activité des professeurs Pierre Ducrey, Denis Knoepfler et Rolf Stucky :

  • La Chaire d’Archéologie de la Méditerranée antique de l’Université de Neuchâtel ;
  • L’École suisse d’archéologie en Grèce ;
  • La Fondation Van Berchem ;
  • Des mécènes anonymes.

11Enfin, le Liban et la Syrie ont été la troisième patrie d’Henri Seyrig. Il a connu ces pays sous le Mandat puis indépendants et leur a consacré l’essentiel de sa vie. Le colloque embrasse l’histoire de ces régions sur la très longue durée.

12Henri Seyrig fut le fondateur de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth. Nous sommes heureux que l’Institut Français du Proche-Orient, qui en a recueilli l’héritage, publie ce volume comme supplément à sa prestigieuse revue Syria.

Haut de page

Notes

1 Julien Mazard, Nathalie Mingotaud, Cécile Guarinoni, Vincent Privat, Cécile Vernet, tous élèves de l’École du Louvre.

2 Qui nous a quittés récemment.

3 Dont nous déplorons la disparition brutale quelques jours après le colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duyrat, Françoise Briquel-Chatonnet, Jean-Marie Dentzer et Olivier Picard, « Henri Seyrig (1895-1973)
Introduction », Syria, III | 2016, 7-9.

Référence électronique

Frédérique Duyrat, Françoise Briquel-Chatonnet, Jean-Marie Dentzer et Olivier Picard, « Henri Seyrig (1895-1973)
Introduction », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5345

Haut de page

Auteurs

Frédérique Duyrat

Conservateur général à la Bibliothèque nationale de France, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Paris

Articles du même auteur

Françoise Briquel-Chatonnet

Directrice de recherches, CNRS, UMR 8167, Orient & Méditerranée, Ivry-sur-Seine, correspondante de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Articles du même auteur

Jean-Marie Dentzer

Professeur honoraire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut

Articles du même auteur

Olivier Picard

Professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne, membre de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals