Navigation – Plan du site
Autres articles

Observations sur la construction monumentale dans le nord-ouest de la République d’Arménie

Jean-Claude Bessac
p. 379-415

Résumés

L’analyse des techniques de construction d’une trentaine de bâtiments arméniens construits aux vie/viie s. et xe/xive s. a pour objectif de faciliter les études monographiques et les travaux préalables à la conservation des monuments. La première période se distingue par l’emploi presque exclusif du tuf volcanique qui permet de développer des techniques spécifiques à ce matériau tendre. L’outillage est hérité de l’Antiquité orientale ainsi que certains procédés techniques tels l’ajustage des blocs à la scie ou l’utilisation de mortiers adaptés selon leur position intérieure ou extérieure à l’édifice. Les particularités régionales résident en particulier dans les appareils polychromes et l’emploi fréquent de marques lapidaires. Un dispositif technique destiné à adapter les arcs appareillés à de petites variations de diamètre pourrait être à l’origine de l’arc outrepassé. La seconde période de construction est marquée par l’apparition d’une taille soignée du basalte probablement liée aux outils plus efficaces en raison d’un renouveau sidérurgique. L’amorce de pratiques nouvelles de coupe des pierres, pour obtenir des arcs en accolade, n’atteindra son plein développement que plus tard.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Toutes les illustrations et photographies sont de l’auteur.

Texte intégral

Problématique et objectifs des recherches

  • 1 Responsable du Centro studi e documentazione della cultura armenia (CSDCA) à Milan. Je tiens à la r (...)

1Au début des années 2000, des études d’archéologie du bâti et de conservation de la basilique d’Ererouk, dans le nord-ouest de la république d’Arménie, ont été engagées par une équipe pluridisciplinaire, sous la direction de G. Casnati1. Des investigations sur le thème des pratiques de construction appliquées à la basilique et à des monuments de la proche région, contemporains ou plus tardifs, se sont rapidement avérées indispensables. Pour compléter les approches architecturales conventionnelles, il semblait intéressant de traiter ici l’ensemble de ces investigations du double point de vue du constructeur traditionnel et de l’archéologue spécialiste du travail de la pierre. Toutefois, avant de pouvoir s’investir pleinement sur la basilique d’Ererouk, il était important d’essayer de la situer dans son contexte technique et chronologique élargi au nord-ouest du pays, dans le cadre d’une collecte de données thématiques sur les techniques de construction (fig. 1). Bien que les deux études soient très liées, pour faciliter leur lecture et leur compréhension, leurs résultats ont été scindés en deux publications distinctes :

Figure 1.

Figure 1.

Carte de position des principaux monuments observés.

  • la présente étude diachronique sur le thème de la construction monumentale en pierre, qui concerne divers monuments du nord-ouest de la République d’Arménie ;

    • 2 Bessac à paraître.

    l’étude monographique de la basilique, à paraître dans le prochain numéro de Syria sous le titre : « Observations sur la construction de la basilique d’Ererouk en République d’Arménie »2. Il y sera fait fréquemment référence dans la présente contribution.

2Sur une trentaine de monuments observés à l’occasion de cette première étude, une vingtaine a été retenue comme référence technique :

    • 3 Tokarski 1978, p. 5-12 ; Alpago-Novello 1978, p. 13-19 ; Zarian 1978, p. 20-24 et fig. 13-26.

    Amberd, forteresse datée du xe-xvie s. et église construite durant le xie s.3, toutes deux en basalte ;

  • Arudj, église et palais de Grigor construits en tuf volcanique ocre et datés du début du viie s. ;

  • Ashtarak, trois églises : Spitakavor élevée en tuf volcanique gris durant les ve-vie s. ; Karmravor construite au cours du vie s. en tuf volcanique gris et orangé ; Tsiranavor édifiée entre les xiiie-xive s., en tuf volcanique orangé, mis à part l’assise de fondation, en basalte ;

  • Dashtadem, forteresse du xe-xive s. et église Christoporo datée du xe-xie s., toutes deux construites en tuf volcanique, mis à part le socle des fortifications, en basalte ;

  • Etchmiadzin, église Sainte-Gayané construite en tuf volcanique ocre au viie s. et partiellement reconstruite en 1767 ;

    • 4 Paboudjian 1977, p. 5-15 ; Alpago-Novello 1977, p. 16-27 ; Kouymjian 1977, p. 28-31 et fig. 6-47.

    Ererouk, basilique édifiée aux vie-viie s.4 en tuf volcanique ocre ;

  • Garni, temple romain du ier s. élevé en basalte ;

  • Hovhannavank, monastère construit essentiellement en tuf volcanique polychrome et quelques blocs en basalte ; on y observe deux grandes phases : le vie s. et les xiie-xiiie s. ;

  • Marmashen, église en tuf volcanique ocre élevée au cours du xie s. ;

    • 5 Donabédian 2008, p. 110-113.

    Odzun, cloître et église en calcaire et en tuf calcaire, datés du vie-viie s.5 ;

  • Ptghni, cathédrale construite en tuf volcanique gris et parfois ocre et datée des vie-viie s. ;

  • Saghmosavank, monastère du xiiie s. édifié en tuf volcanique grisâtre avec quelques nuances orangées ;

  • Talin, église Sainte-Marie datée du viie s. et cathédrale du viie s., toutes deux en tuf volcanique ocre ;

  • Theger, cloître du xiiie s. édifié en basalte ;

    • 6 Ibid., p. 190-198.

    Zvartnotz, église de la première moitié du viie s. en tuf volcanique gris et plus secondairement ocre6.

  • 7 L’ensemble des résultats proposés ici ont été consignés dans un rapport exhaustif communiqué en 200 (...)
  • 8 Macler 1920, p. 258.

3Ces observations techniques sur le terrain ont parfois été complétées par une analyse de la documentation photographique proposée dans les publications sur l’architecture arménienne. Elles constituent un premier ensemble de repères techniques en très grande partie inédit7 et sont proposées ici comme références concrètes sous la forme d’une présentation thématique sur les techniques du travail de la pierre, matériau prédominant dans un pays où la brique n’a pratiquement jamais été employée8.

  • 9 Ibid., p. 257.

4Il est souvent difficile de se référer aux publications sur l’architecture monumentale du pays, étant donné la dispersion et la grande diversité linguistique des écrits sur ce sujet. Quelques techniques ou procédés de construction présentés dans ces lignes sont donc peut-être déjà connus des spécialistes de cette aire culturelle, que les auteurs de ces éventuelles remarques veuillent bien nous excuser de les redécouvrir sans pouvoir les citer. Pour ce qui concerne les datations proposées ici pour les divers monuments présentés en référence, la chronologie la plus actuelle sera retenue et les exemples seront pris dans les parties originales des murs. Ce choix pose toujours des problèmes et il peut parfois entraîner des incertitudes qui seront alors évoquées. Toutefois, la ruine des bâtiments initiaux et leurs restaurations à diverses époques n’ont pas été aussi totales que l’ont supposé prudemment certains historiens de l’art9. Souvent, l’état de ruine et d’abandon, signalé dans les anciens écrits, est moins celui des murs maîtres des bâtiments que celui de leurs couvertures — il faut considérer à part les voûtes en cul-de-four qui ont en général très bien résisté au temps.

5Parmi les divers monuments de la région, la basilique d’Ererouk occupera une place privilégiée dans les références. Cependant, les exemples pris sur ce monument seront présentés assez brièvement puisqu’ils constituent l’étude monographique publiée en détail dans le prochain numéro de Syria.

  • 10 Cf. notamment D’Onofrio 1973, p. 34 ; Gandolfio 1973, p. 52.

6L’étude architecturale et historique des divers monuments de cette partie de l’Arménie n’étant pas directement concernée par la recherche actuelle, centrée sur les techniques de construction, il n’y sera fait que de très brèves allusions. Les dispositifs très ordinaires et communs à la région ainsi que les particularités déjà exposées par d’autres chercheurs ne seront pas abordés, sauf à faciliter la compréhension des présentes données ou à montrer d’autres aspects de la question insuffisamment pris en compte. En contrepartie, quelques parallèles seront proposés avec les réalisations protobyzantines de Syrie du Nord, dont on sait que certaines particularités architecturales et stylistiques se retrouvent en Arménie et surtout à Ererouk10.

Les pierres de construction de la région

7Une présentation technique sommaire des principaux matériaux de construction employés dans la région est proposée ici dans la perspective des usages propres aux métiers du bâtiment, en dehors de toutes considérations géologiques précises.

8En revanche, il a été possible d’observer le travail et d’échanger quelques informations essentielles avec des tailleurs de pierre en activité sur deux chantiers et, plus particulièrement, dans la forteresse de Dashtadem, alors en cours de restauration.

Les diverses pierres de taille

  • 11 .Noël 1965, p. 279 ; Pérouse de Montclos 1972, t. 1, p. 53 ; Ginouvès & Martin 1985, p. 56-57.

9Selon la définition proposée par les spécialistes11, il faut comprendre par « pierres de taille » les roches spécialement façonnées pour occuper une place précise dans la construction, sous la forme de parements ou d’éléments architectoniques, décorés ou non. Les blocs de tout-venant employés pour le remplissage interne des maçonneries constituent une autre catégorie. Il existe deux grandes variétés de roches utilisées comme pierre de taille dans la région : le basalte et le tuf volcanique. De manière plus marginale, il faut y ajouter une sorte de travertin (ou tuf calcaire selon certains géologues) qui n’a été identifiée, dans la présente étude, que dans la basilique d’Odzun (fig. 2).

Figure 2.

Figure 2.

Tympan et parements en travertin (ou tuf calcaire) de la basilique d’Odzun.

Le basalte (fig. 3)

Figure 3.

Figure 3.

Parements ciselés en basalte de l’église d’Amberd comportant des petites marques lapidaires, de g. à dr.  : en haut à dr. (en forme de S,) au milieu à g. (sorte de h), en haut à g. (double signe angulaire).

  • 12 Sous ce vocable sont réunis toutes les marques et signes lapidaires volontaires ainsi que les tracé (...)

10Des deux principales variétés de pierre de taille ont été employées dans le nord-ouest de l’Arménie, la plus résistante est le basalte. Dans la région, celui-ci est peu scoriacé et faiblement alvéolaire : le diamètre moyen de ses vacuoles varie de 1 à 5 mm. Comme dans tous les basaltes, les vacuoles sont fermées et ne constituent pas de réseaux capillaires susceptibles de faciliter les remontées d’humidité dans les murs. D’un autre côté, la présence de ces nombreuses petites cavités renforce l’adhérence des mortiers à la pierre. En revanche, les impacts de la taille se confondent souvent avec les alvéoles, rendant ainsi très malaisée la lecture des traces d’outils ; il en est de même pour les signes et tracés glyptographiques12 superficiels, difficiles à marquer sur la surface de cette catégorie de pierre, dure et surtout naturellement rugueuse.

11La résistance des basaltes aux diverses contraintes mécaniques de la construction (compression, cisaillement, traction, flexion, résistance aux chocs, dilatation thermique, usure, gélivité) s’oppose également à l’action des outils traditionnels de la taille de pierre. C’est pourquoi seules les traces de cinq grandes catégories d’outils ont été identifiées dans la région : le marteau têtu (ou un outil de forme et de fonction équivalentes), la chasse, la broche, le ciseau et, plus exceptionnellement, des abrasifs (voir infra la présentation de l’outillage).

  • 13 Ces négligences m’ont été aimablement soulignées par G. Casnati.
  • 14 Précision due à V. Petrini.

12La couleur des basaltes est en général gris foncé lorsqu’on l’observe dans une cassure fraîche. Longuement exposée aux intempéries, sa surface acquiert une patine gris clair (fig. 4). De nombreux blocs de basalte employés dans les anciennes constructions présentent des parements totalement ou partiellement blanchâtres, la teinte claire étant parfois limitée à leur bordure. Dans les monuments restaurés, ces taches blanches, surtout lorsqu’elles se présentent sous la forme de coulées, résultent fréquemment de négligences de maçons ayant oublié de nettoyer les pierres après leurs interventions13. Mais, dans le cas de grandes surfaces de façade nuancées de fines et vastes concrétions blanchâtres sur des monuments originaux non restaurés, il serait intéressant de vérifier par des analyses chimiques si ces dépôts n’avaient pas pour origine d’autres causes, notamment la dissolution du carbonate de calcium contenu dans le mortier de chaux qui lie les pierres constituant le bourrage interne des murs. En raison de sa nature chimique et physique (structure alvéolaire), le basalte fixe facilement le carbonate de calcium à sa surface. Ce processus est vérifiable ailleurs, notamment en Syrie dans de nombreux monuments en basalte dont certains parements s’éclaircissent rapidement. Qu’il s’agisse de négligences au cours des restaurations anciennes ou récentes ou bien de dissolutions lentes à la suite d’infiltrations d’eau de pluie chargée de gaz carbonique, le carbonate de calcium est ensuite sédimenté à l’extérieur dans les zones d’évaporation. Sa présence sur les parements peut donc parfois révéler des infiltrations d’eau de pluie dans le cœur des murs et constituer alors un indice d’affaiblissement des propriétés de résistance de ces mortiers14.

Figure 4.

Figure 4.

Patine gris clair et taches blanches acquises par le basalte après plusieurs siècles d’exposition aux intempéries, façade sud de l’église du monastère de Tegher (1313).

13On peut se demander, cependant, si certains parements de basalte, en particulier dans le bas des façades, à proximité des portes, n’ont pas été volontairement blanchis au lait de chaux, voire enduits, peut-être pour peindre des motifs cultuels aujourd’hui disparus. Rappelons que la gravure de cette roche est assez longue, difficile et nécessite un excellent outillage. Toutefois, ce n’est là qu’une hypothèse qui reste à vérifier, en particulier dans les situations où ces taches blanchâtres offrent une disposition plus ou moins quadrangulaire, comme sur la façade principale de l’église de Saghmosavank et de Marmashen. Dans ces exemples, il est vrai qu’il s’agit de tuf volcanique grisâtre pour le premier et orangé pour le second, et non de basalte. De manière plus commune, il existe aussi parfois des surfaces blanchies quadrangulaires assez larges contre la base de bâtiments anciens. Elles correspondent aux traces d’adjonction de constructions annexes, aujourd’hui disparues, Mais c’est là une situation qu’on ne peut confondre avec les éventuelles dispositions commentées ci-dessus.

14L’ensemble des caractères techniques du basalte assure sa pérennité en œuvre et facilite éventuellement de multiples remplois sans dommages particuliers pour les blocs déjà taillés. Dans l’échantillonnage des monuments observés, le basalte n’est présent que dans les ouvrages construits à partir du xe s. Avant cette période, on ne le trouve guère que noyé dans la maçonnerie interne des murs, sous l’aspect de blocs de tout-venant ou en parement, dans les parties inférieures sous la forme de pierres très sommairement ébauchées, voire en l’état naturel. Tel est le cas des socles des tours de la forteresse de Dashtadem (fig. 5) et de l’assise de fondation de l’église de Hovhannavank (partie du vie s.). Notons aussi que les avantages techniques du basalte le font rechercher plus que d’autres matériaux et que les constructeurs médiévaux n’hésitent pas à le transporter lorsqu’il est absent du substrat. Cette solution a été adoptée pour l’église d’Amberd et pour une large partie des murs de sa forteresse car le substrat rocheux du site n’est composé que d’une roche schistoïde, impropre à un emploi comme pierre de taille, mais utilisable dans les maçonneries de tout-venant et dans le fourrage interne des murs.

Figure 5.

Figure 5.

Blocs de basalte employés quasiment en l’état naturel à la base d’une tour de la forteresse de Dashtadem.

Les tufs volcaniques

  • 15 Choisy 1899 t. II, p. 31.

15Les tufs volcaniques de la région sont très poreux et présentent divers sous-faciès. Pour le commun des observateurs, ceux-ci se distinguent surtout par leurs nuances de couleurs qui occupent toute la gamme des ocres et débordent parfois sur les tons violacés et grisâtres, par exemple à Pthgni, à Ashtarak dans l’église Spitakavor et, dans une moindre mesure, à Talin (fig. 6). Ces couleurs (du beige clair au gris foncé en passant par des teintes plus ou moins rosées, ou parfois presque bordeaux) tiennent aux particularités minéralogiques de leurs divers composants, mais aussi aux oxydes métalliques (fer, cuivre, etc.) contenus dans la roche. Dès la fin du xixe s., A. Choisy avait noté l’importance du jeu des nuances de couleurs des pierres dans la construction arménienne15. Les questions liées à ce choix seront donc évoquées ici, mais essentiellement sous leurs aspects techniques.

Figure 6.

Figure 6.

Tufs volcaniques de différentes couleurs employés côté sud de la cathédrale de Talin.

  • 16 Bessac à paraître, fig. 27-28.
  • 17 Dans un conglomérat, d’origine sédimentaire ou volcanique, la matrice est le ciment naturel qui réu (...)
  • 18 Cf. le tableau des duretés types à 14 indices (dit aussi « échelle des difficultés de taille »), No (...)

16Ces tufs volcaniques offrent également des variétés à texture plus ou moins fine ou grossière, selon la densité et le volume unitaires des inclusions tendres ou dures qu’ils contiennent (fig. 7), en général beaucoup plus résistantes que le reste de la roche. Le diamètre moyen de ces inclusions varie de 0,5 à 5 cm ; au-dessus de cette dimension, les constructeurs ont évité de tailler ces roches. Les variétés les plus fines étaient, en effet, privilégiées pour orner les parties les plus riches. Cependant, plutôt que d’importer de la roche, les constructeurs ont parfois dérogé à cette règle, comme dans l’église Karmravor à Ashtarak ou pour des colonnes monolithes sans décor, notamment celles qui encadrent les portes extérieures de la basilique d’Ererouk16. Pour cette catégorie de composantes particulières, le choix a plutôt été dicté par le volume nécessaire pour tailler un cylindre monolithique plutôt que par la qualité de la roche. Il existe aussi quelques exceptions comme les deux cimaises au-dessus des retours horizontaux du fronton (aujourd’hui disparu) de la porte occidentale de la basilique d’Ererouk, taillées dans un tuf volcanique avec des inclusions noires dures bien scellées dans une matrice17 relativement résistante. D’une manière plus générale, c’est d’ailleurs la plus ou moins forte compacité de cette matrice qui détermine la résistance générale de l’ensemble de la roche. Elle est souvent assez faible et sa structure détermine de nombreux et fins alvéoles ouverts de type capillaire. Si on met en parallèle les difficultés de taille des tufs volcaniques avec les roches sédimentaires, ils se situent entre la catégorie « très tendre » et « demi-ferme », autrement dit dans le tiers inférieur de l’échelle traditionnelle utilisée dans ce domaine comme référence18. Notons aussi que le tuf volcanique est très abrasif, malgré sa faible dureté générale.

Figure 7.

Figure 7.

Inclusions dures (gris foncé) dans le tuf volcanique de la cathédrale de Talin et exemple de mélange de tuf rose et gris dans le même bloc.

  • 19 Altérations particulièrement visibles à Ererouk, Bessac à paraître, fig. 40-41.

17Le caractère poreux de ces tufs les rend très isolants d’un point de vue phonique et thermique, mais favorise aussi les remontées capillaires de l’humidité du sol. Les mortiers de chaux qui lient ces blocs étant également poreux, il est fréquent que l’humidité du terrain remonte dans plusieurs assises. C’est l’une des causes principales de dégradation des constructions édifiées avec cette roche. Ce défaut est encore plus accentué lorsque le blocage interne des maçonneries contient des pierres de même nature. Les dégradations concernent surtout les surfaces d’évaporation, en particulier les parements aux abords des joints, qui s’élargissent et se déforment de façon très irrégulière19. Dans ces zones superficielles se concentrent les micro-organismes et les sels organiques véhiculés par l’eau. Cette double action biochimique désagrège peu à peu les divers composants du tuf volcanique, n’épargnant que les inclusions dures qui ressortent alors en relief par rapport au reste de la surface. Le processus et la vitesse de cette dégradation, qui touche aussi d’autres natures de roches à porosité capillaire, connaissent des évolutions différentes selon l’histoire de chaque monument. Ainsi, une église longtemps abandonnée et transformée durant quelques décennies en étable sera beaucoup plus atteinte qu’un bâtiment dont le sol intérieur et environnant sera dépourvu d’apports organiques très chargés en sels.

18Sous l’influence des alternances pluie/ensoleillement, la capillarité des tufs volcaniques favorise aussi les migrations d’oxydes du cœur de la pierre vers sa surface d’évaporation et accentue ainsi la teinte initiale de la roche en parement, surtout pour les variétés les plus claires. Les couleurs visibles actuellement en surface des anciens monuments sont donc toujours un peu plus foncées que des tufs neufs mis en œuvre depuis peu. Lors de restaurations, même si on prend la précaution d’utiliser les roches des carrières d’origine du monument, ces pierres resteront plus claires durant plusieurs décennies, jusqu’à ce que le processus de migration de leurs pigments naturels soit achevé. À ce phénomène d’évolution de la couleur s’ajoute le développement des algues, lichens et autres micro-organismes qui, selon l’exposition des façades, colonisent et adhèrent d’autant plus facilement aux surfaces des pierres que celles-ci sont tendres, poreuses et que leur traitement de finition est rugueux. Les façades les plus fortement exposées au rayonnement solaire sont, cependant, un peu moins envahies par ces salissures végétales qui se développent mieux dans l’ambiance du microclimat propre aux parties ombragées des édifices. Une trop grande proximité de la végétation (herbes, buissons divers), surtout si son développement aboutit à un contact direct avec les tufs volcaniques, favorise également ce processus néfaste à long terme à la conservation et complique leur lecture archéologique.

19Une dernière spécificité des tufs volcaniques est leur très faible résistance mécanique aux diverses contraintes auxquelles sont soumises les constructions, notamment la compression et le cisaillement. Cette faiblesse structurelle se concrétise parfois par l’apparition de fines fissures verticales ou sub-verticales dans les parements (fig. 15), mais plus particulièrement dans les chaînes d’angle ou dans les linteaux monolithes (fig. 24). Avec le temps, ces fissures risquent de s’élargir, surtout si d’autres facteurs aggravants interviennent (tassement différentiel, séismes). En contrepartie, en carrière et sur les chantiers de taille, ce défaut de résistance du matériau constituait un avantage technique et économique pour les constructeurs : ils ont pu extraire et tailler ces pierres à l’aide d’outils faiblement aciérés et avec une rapidité sans commune mesure avec le façonnage du basalte.

Figure 15.

Figure 15.

Joints montants très fins et légèrement ondulants dans le mur sud de l’église Sainte-Gayané à Etchmiadzin construite en tuf volcanique  ; la plupart des parements portent des marques lapidaires en forme d’étoiles à cinq branches ou en arc de cercle (en haut à g.).

Figure 24.

Figure 24.

Arc de décharge segmentaire au-dessus d’un linteau monolithe de la façade sud de l’église de Ptghni.

20L’ensemble de ces particularités techniques et esthétiques explique l’emploi prédominant, voire presque exclusif, des tufs volcaniques durant les périodes précoces de l’architecture arménienne. Ces mêmes raisons de faiblesse mécanique ont également rendu très difficile le remploi des blocs de tuf qui ont subi des entrechocs violents à la suite d’un éboulement d’édifice. Dans une telle situation, outre les cassures directes des angles et arêtes, les chocs engendrent des microfissures internes qui se révèlent seulement lorsqu’on tente de réutiliser le bloc ainsi affaibli. Néanmoins, des remplois sont possibles lorsque ces pierres sont soigneusement récupérées par démontage dans des constructions n’ayant pas subi antérieurement de trop fortes contraintes susceptibles d’affaiblir ce matériau.

Le travertin (ou tuf calcaire)

  • 20 Pour les professionnels de la pierre, comme pour la majorité des géologues, le travertin se disting (...)

21Les propriétés techniques du tuf calcaire, qui semble plutôt du travertin20 dans les exemplaires examinés ici, impliquent des résultats esthétiques sensiblement différents du tuf volcanique. Ils doivent donc toujours être distingués. Pour éviter les confusions, il sera nommé ici travertin, d’autant plus justement que ses caractéristiques techniques correspondent mieux à cette catégorie de roche un peu plus résistante que le tuf calcaire proprement dit. Le travertin est surtout présent dans quelques sites du nord du pays. Des pierres de l’église d’Odzun sont constituées de cette roche. Celle-ci présente l’avantage d’être relativement tendre au moment de son extraction et d’augmenter sensiblement sa résistance avec le temps. Elle se forme essentiellement dans les émergences d’eaux chaudes très chargées en carbonate de calcium. Elle est aisément reconnaissable par son aspect concrétionné et sa structure tubulaire, très localisée, qui correspond aux empreintes de végétaux pétrifiés lors de sa formation rapide et, d’habitude, géologiquement très récente (fig.2).

22Contrairement aux tufs volcaniques, le diamètre de ses petits canaux est déjà trop important pour que le phénomène de remontées capillaires puisse s’exercer. En choisissant de placer ses parties les plus compactes en parement, il est possible d’orner très finement cette pierre. Ni cassante ni abrasive, à l’état neuf elle se laisse très bien fouiller par le ciseau et résiste parfaitement au temps du fait de son durcissement progressif. Par rapport au tuf volcanique, elle supporte bien mieux les contraintes physiques et peut être plus facilement employée sous la forme de longs monolithes sans risque de cassure. Notons que sa composition, essentiellement calcaire, permet aussi de l’employer comme pierre à chaux. Il est donc probable que d’autres édifices de la région montagneuse d’Odzun aient utilisé aussi ce matériau, quitte à l’importer de quelques dizaines de kilomètres pour le réserver aux composantes architecturales les plus délicates, comme les encadrements d’ouvertures enrichis de motifs décoratifs en relief.

Les mortiers

  • 21 Partie médiane de la courbe d’une voûte.
  • 22 Observation de V. Petrini

23Seule une analyse systématique des anciens mortiers d’Arménie pourrait donner leur composition précise et favoriserait une classification générale bien référenciée. Dans le cadre du thème traité ici, on peut affirmer que ces mortiers sont de qualités très diverses d’un édifice à l’autre. Parfois, une simple pression exercée par la main permet de les effriter ; d’autres fois, ils se comportent comme un véritable béton hydraulique. Par exemple, dans la cathédrale de Ptghni, d’importantes masses de comblement des reins21 de sa voûte, estimées à plusieurs mètres cubes et composées de pierres de tout-venant et de mortier, ont chuté d’une hauteur de plus d’une dizaine de mètres sans se briser, attestant ainsi leur excellente qualité22. On observe aussi d’autres exemples où le remplissage interne de la maçonnerie lié au mortier de chaux est si solide qu’il reste en place même après la disparition des parements, comme à Zvartnotz et à Amberd. Néanmoins, d’une manière générale, le cœur des murs est plutôt assez pauvre en mortier et il existe de nombreux vides entre les pierres de remplissage.

  • 23 Bessac 1997a, t. II, p. 196-213, précisons qu’il s’agit ici de mortier de plâtre.

24Le calcaire nécessaire à la production de chaux (peut-être du travertin ?) est assez rare dans cette région de l’Arménie. Pour certains chantiers, il fallait donc l’importer d’assez loin, soit sous la forme de chaux vive, soit avant cuisson des pierres calcaires. Le combustible nécessaire à la cuisson du calcaire (900 à 1 000 °C) devait déjà se raréfier sensiblement à la fin de l’Antiquité, ce qui augmentait certainement le coût de ce matériau. Le mortier et surtout son liant, la chaux, devaient donc être fortement économisés. Ces contraintes économiques expliquent pourquoi les constructeurs du passé ont souvent été forcés de produire deux qualités distinctes de mortier, l’une relativement riche en chaux et employée à l’extérieur, l’autre très maigre pour lier le bourrage interne des maçonneries. Ce procédé d’économie est ancien : l’emploi de deux qualités de mortier au sein d’un même niveau de construction a été constaté dans les grands ouvrages hellénistiques en pierre de taille, en particulier à Doura-Europos, en Syrie23. C’est donc un dispositif à vérifier systématiquement pour les réalisations arméniennes dont on verra plus loin qu’elles empruntent plusieurs techniques de tradition hellénistique. D’ores et déjà, il est sûr que le mortier de rejointoiement des pierres de taille pourvues de chanfreins (voir infra la présentation de cette technique) est beaucoup plus fin et résistant que celui de l’intérieur des murs. Cette finesse autorisait d’ailleurs un lissage très soigné de la surface des joints à la truelle en faisant remonter la laitance de la chaux en surface par compression. En outre, la largeur de ce jointoiement était automatiquement régularisée par la précision de la taille des chanfreins. Les vestiges de telles pratiques sont observables dans quelques églises du viie s., ou postérieures, notamment à Arudj et à Talin (fig. 8).

Figure 8.

Figure 8.

Joint chanfreiné rempli de mortier fin de chaux et lissé, visible sur la façade extérieure de l’église d’Arudj.

  • 24 Frizot 1975, p. 29 ; Foucault & Raoult 1980, p. 68 ; Ginouvès & Martin 1985, p. 44.

25En Arménie, la cinérite (ou pouzzolane), sorte de tuf volcanique très tendre et poreux qui sert à confectionner des mortiers hydrauliques naturels24, est présente presque partout. L’usage de ces mortiers très résistants était donc connu dans le pays dès le début de l’activité monumentale antique. Sa fabrication ne posait aucun problème et ce n’est que la cherté de la chaux qui a probablement limité son emploi en grands volumes.

26Pour la mise en œuvre des pierres de taille, l’observation du remplissage des joints et des maçonneries internes révèle l’usage de deux types bien distincts de mortiers. Les façades étant exposées aux intempéries, il est normal que leurs joints aient été bien protégés pour éviter les entrées directes ou par ruissellement de l’eau de pluie. Il faut donc envisager l’existence d’une qualité spécifique de mortier adaptée aux joints des façades extérieures, lesquelles sont en général dépourvues d’enduit. Au contraire, pour les façades intérieures des édifices, indépendamment d’une économie de la chaux pour les comblements internes des murs, la pose des blocs de parements protégés des intempéries a pu se faire en employant une catégorie de mortier de qualité inférieure, donc moins coûteuse. L’éventualité de l’usage d’au moins deux, voire trois qualités de mortier pour la mise en œuvre d’un même niveau de mur doit donc être envisagée, indépendamment des phases chronologiques de construction d’un édifice. D’un point de vue technique et éthique, dans le cadre de la restauration des églises arméniennes, il serait important de favoriser la relance de la fabrication traditionnelle des diverses chaux locales. Cela permettrait d’éviter l’emploi de ciments actuels, beaucoup trop cassants, ou l’importation très coûteuse de chaux étrangères. Notons que les enduits intérieurs originaux semblent réservés aux ouvrages édifiés avec des roches dépourvues d’intérêt chromatique, comme l’église Spitakavor à Ashtarak, construite en tuf volcanique grisâtre.

Les bois d’œuvre

  • 25 Donabédian 2008, p. 126.
  • 26 Ils figurent aussi sur un cliché dans D’Onofrio 1973, fig. 57.

27Dans le groupe de monuments étudiés, il a été impossible d’observer des bois d’œuvre d’origine. D’un autre côté, aucun aménagement spécifique de la pierre n’a été identifié comme ayant reçu des éléments de charpente. Ceux-ci étaient donc probablement appuyés au-dessus des pierres ou calés par des maçonneries ordinaires. Seuls des trous d’ancrage de ferme de cintre de pose d’arcs et de voûtes ont été reconnus dans l’église d’Arudj, datée du viie s. (fig. 9). Mais cette partie haute a bénéficié de travaux de restauration vers 195025 et ces trous pourraient être liés à cette opération26. C’est donc un secteur de la construction qui reste encore entièrement à documenter.

Figure 9.

Figure 9.

Trous de calage d’entraits de fermes pour les cintres de pose, pratiqués au-dessus de la naissance des arcs de l’église d’Arudj, très probablement lors d’une restauration du xxe s.

Les outils et le matériel de la construction en pierre

Une documentation réduite et parfois difficile à interpréter

  • 27 Leroi-Gourhan 1971, p. 58-59.

28Les outils employés dans la construction traditionnelle arménienne n’offrent pas toujours de parallèles très précis en Occident, leur description sera donc avant tout d’ordre anthropologique. Elle sera fondée sur la classification des modes de percussion proposée par A. Leroi-Gourhan27 qui comprend trois divisions principales (lancée, posée avec percuteur et posée sans percuteur) et des précisions complémentaires (linéaire, punctiforme, longitudinale, transversale, etc.). Toutefois, de nombreux outils arméniens présentent une correspondance dans l’équipement occidental, elle sera donc éventuellement signalée. Par ailleurs, c’est tout à fait par convention que les maquettes d’églises seront classées ici dans le matériel annexe du chantier de construction, de manière à pouvoir évoquer brièvement la question de leur rôle réel.

  • 28 Dans la première salle en entrant à dr., cf. aussi D’Onofrio 1973, fig. 84-86 ; Casnati 2005, p. 37 (...)
  • 29 Contrairement aux commentaires de Thierry 1979, p. 16, fig. 2.
  • 30 Cf. notamment Colombier 1973, p. 29-30, fig. 14 et 15 ; Jeannin 2002, p. 5, 37.
  • 31 Bessac 1986, p. 166, fig. 38, no 1.

29Les seuls documents présentés comme des sources iconographiques sur l’outillage ancien d’Arménie sont des représentations de travailleurs sculptés en bas relief sur des blocs d’écoinçon du viie s., provenant de l’église de Zvarnotz et actuellement conservés dans le Musée national d’Erevan28. Ces personnages sont très souvent interprétés comme des constructeurs tenant leurs outils en main. Cette interprétation, bien que discutable, peut être plausible, a priori, mais il ne peut s’agir en aucun cas de tailleurs de pierre et encore moins de sculpteurs29. L’un des personnages tient sur son épaule droite un outil tout à fait analogue aux pelles médiévales de terrassier ou de maçon qui figurent dans l’iconographie peinte occidentale30, mais qui étaient également employées dans d’autres professions, en particulier l’agriculture. Dans sa main gauche se trouve un outil plus petit dont le profil fait penser plutôt à une serpe de vigneron. Le second personnage tient un marteau de forme quadrangulaire dans chacune de ses mains. Cette catégorie de percuteur, plus ou moins apparenté à la massette, est utilisée par les tailleurs de pierre et les sculpteurs pour actionner des outils à percussion posée, notamment le ciseau, la gradine ou la broche31, mais jamais ces professionnels ne tiennent deux percuteurs en même temps. Le seul artisan qui pratique ainsi est le forgeron, quand il doit marteler très rapidement le fer porté au rouge avant qu’il ne refroidisse. Il pourrait donc s’agir de représentation de corporations qui ont contribué au financement de l’église, mais on ne peut s’y référer pour le domaine très spécifique du travail de la pierre.

  • 32 Dans les deux premières salles les plus proches de l’entrée.
  • 33 Cf. notamment Cuneo 1969, p. 200-231 et pl. 78-118 ; Thierry de Crussol 2005, p. 35, fig. 2.
  • 34 Cf. l’exemplaire maçonné, présenté dans Thierry de Crussol 2005, p. 125, fig. 65.
  • 35 Cf. l’illustration dans Alpago-Novello 1974, p. 21, fig. 9.

30Dans le même ordre d’idée, mais en marge des outils et du matériel de construction des églises en pierre, il existe des nombreuses représentations d’église en miniature. Elles sont fréquemment en pierre sculptée, soit en bas relief, soit en ronde bosse, mais aussi peintes, représentées entre les mains de personnages importants (dirigeants et dignitaires de l’église). Elles sont souvent présentées comme des « maquettes » ou des « modèles », notamment dans le Musée national32 et dans diverses publications33. Selon la forme et la nature de la présentation de ces « modèles », quatre fonctions ont été proposées par P. Cuneo : représentation d’une donation, reliquaire ou cénotaphe34, acrotère et maquette. Les trois premières propositions sont tout à fait convaincantes, mais la quatrième nécessite quelques nuances par rapport au sens donné au mot « maquette ». Le façonnage de ces églises miniatures sculptées est souvent très rudimentaire et surtout très imprécis. Il est donc difficile de les considérer comme de véritables maquettes d’exécution, ou modèles de référence pour les constructeurs, même pour les spécimens en trois dimensions. Il ne constituerait qu’une bien piètre référence pour construire des ouvrages relativement complexes. Ne faudrait-il pas plutôt envisager un rôle de vulgarisation du projet de nature didactique ? Ces projets sommaires d’églises en trois dimensions ont pu être présentés aux commanditaires des travaux ou aux fidèles pour leur donner une idée concrète, mais approximative, de la forme qu’aurait le monument une fois terminé. Cette hypothèse pourrait aussi s’appliquer parfois à des exemplaires en bas relief, comme celui fixé au faîte du monastère de Haghbat, édifié à la fin du xe s. à l’extrémité nord de l’Arménie actuelle. Il représente deux princes portant une maquette (probablement en pierre) et qui semblent montrer le monument aux fidèles, tout en le leur offrant symboliquement35.

L’outillage d’extraction et de débitage

  • 36 Méthode encore utilisée en Arménie, mais aussi dans d’autres contrées qui ont conservé des techniqu (...)

31Les quelques pierres de taille qui présentent une face relativement fruste semblent résulter d’une rupture pratiquée dans le cadre d’un débitage plutôt que d’une extraction traditionnelle consistant à isoler le bloc de la masse rocheuse par des tranchées creusées au pic. Un mode d’extraction plus systématique et organisé a dû pourtant exister et il faudrait pouvoir étudier des carrières historiques pour tenter d’identifier les outils et les techniques d’extraction anciennes. Même l’étude des fractures de débitage, comme celles qui apparaissent en parement sur les degrés du socle de la basilique d’Ererouk, ne révèle pas de traces de ce type sûrement identifiables (fig. 10). Il pourrait s’agir de ruptures obtenues par de fortes percussions à la masse, comme cela se pratique encore actuellement dans certaines petites carrières. Mais on ne peut écarter l’éventualité de l’usage de coins métalliques engagés dans des emboîtures36, dont la trace aurait disparu en raison de la faible résistance de la pierre, surtout après la très forte compression exercée par ces outils. Il existe aussi des formations volcaniques, notamment à l’entrée sud-est du village de Ptghni, qui sont constituées de prismes verticaux assez réguliers et bien limités naturellement de tous côtés (fig. 11). Ces formations ne nécessitent que l’usage d’une pince ordinaire de carrier pour l’extraction de blocs.

Figure 10.

Figure 10.

Blocs de tuf volcanique à parement brut d’extraction ou de débitage employés dans le socle oriental de la basilique d’Ererouk.

Figure 11.

Figure 11.

Blocs naturellement prismatiques dans un affleurement de basalte sur le versant sud-est de la colline du village de Pthgni.

32Pour cette première phase du chantier constituée par l’extraction, d’une façon générale, on peut donc seulement affirmer que la recherche reste entièrement à engager pour presque toutes les catégories de pierres.

L’outillage d’ébauche du basalte

  • 37 Pour la description détaillée du marteau têtu et de la chasse, Bessac 1986, respectivement p. 25-38 (...)
  • 38 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, deuxième outil, en haut à g.

33Deux outils complémentaires semblent intervenir au stade de l’ébauche de ces blocs de pierre dure : le marteau têtu et la chasse37. Tous deux comportent une arête précédée d’un méplat qui leur permet de chasser des éclats, plus ou moins précisément. Le premier figure dans l’outillage traditionnel arménien38 ; il a permis de démaigrir, probablement dès la carrière, le volume interne des blocs en chassant de très gros éclats sous le puissant impact de l’une des deux arêtes de la lourde tête concave de l’outil. Quant à l’arête du méplat de la chasse, elle a permis de préciser les contours des parements déjà grossièrement dégagés au marteau têtu. Une recherche plus large permettrait peut-être d’affiner ces remarques élémentaires, mais l’essentiel de l’ébauche de ces blocs tient à l’usage de ces deux outils.

L’outillage de taille

Les outils à percussion lancée linéaire longitudinale

  • 39 Bessac 1986, p. 25-38 et p. 116-120.
  • 40 Outil emmanché comportant deux tranchants larges (4 à 8 cm) et disposés à 90°, ibid., p. 52-59.

34Cette dénomination anthropologique désigne des outils emmanchés dont le ou les tranchants sont rectilignes et parallèles au manche. Dans l’outillage traditionnel occidental, cela correspond essentiellement au marteau taillant39 ou au tranchant parallèle au manche de la polka40. Le marteau taillant est muni de deux tranchants qui lui donnent une allure générale de francisque. Ses impacts se concrétisent par des méplats linéaires, souvent distribués de façon concentrique. Cette catégorie d’outils oblige le tailleur de pierre à travailler obliquement par rapport à la face en cours de taille.

  • 41 Id. à paraître, fig. 9.

35La plupart des monuments arméniens des ve au viie s., élevés en tuf volcanique, portent ce type de traces. Tel est le cas de la basilique d’Ererouk41. Mais, dans les réalisations du viie s., elles paraissent moins prédominantes et diminuent encore dans les constructions plus tardives. Elles sont absentes des monuments en basalte, la roche étant trop résistante pour cette catégorie d’outils qui présentent en Arménie un tranchant large de 5 à 7 cm environ. Il existe des traces et des exemplaires de tels outils dès le ive s. av. J.-C. dans le monde hellénistique de Méditerranée et du Moyen-Orient. Pour la taille des pierres tendres, leur usage se poursuit pendant toute l’Antiquité, y compris durant la phase protobyzantine.

Les outils à percussion lancée linéaire transversale

36À l’instar de la catégorie précédente, la partie métallique de ces outils est fixée sur un manche, mais celui-ci est relativement court. Ils possèdent au moins un tranchant droit disposé transversalement par rapport à leur manche. L’orientation du tranchant dicte la position du tailleur de pierre par rapport à la face en cours de taille : il doit se placer en vis-à-vis de celle-ci et son geste est approximativement perpendiculaire à la surface en cours de taille. Cette position commande la répartition des traces, plus ou moins divergente et assez irrégulière ; en outre, la forme des impacts est légèrement concave.

  • 42 Connu sous le nom Qaddoum, Mariette 1875, p. 303-306 ; Néret 1997, vol. II, p. 714-715, pl. XXX, n. (...)
  • 43 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, dernier outil à dr.

37De telles traces ont été identifiées dans la plupart des monuments précoces, mais elles semblent augmenter sensiblement avec le temps. Les plus caractéristiques sont observables sur le tuf volcanique ocre rouge de la forteresse de Dashtadem. Sur ses parements, les coups ont été donnés naturellement, sans recherche esthétique particulière, dans le cadre d’une taille strictement fonctionnelle (fig. 12). Dans la panoplie traditionnelle du tailleur de pierre occidental, cet outil peut être assimilé à la polka, si on considère uniquement le tranchant perpendiculaire au manche. Dans la région, il existe aussi un outil traditionnel de ce type pourvu de deux tranchants, tous deux perpendiculaires à son manche. Un tel modèle est toujours employé en Égypte42 et dans une large partie du Proche-Orient et du Caucase, notamment en Arménie43.

Figure 12

Figure 12

Impacts de polka (ou d’un outil comparable) sur les parements de la forteresse de Dashtadem.

Les outils à percussion lancée linéaire discontinue

  • 44 Polka avec au moins un tranchant forgé de dents rectangulaires, Bessac 1986, p. 55-56 et fig. 16, n(...)
  • 45 Marteau taillant forgé de dents rectangulaires, ibid., p. 60-68.
  • 46 Les diverses hypothèses chronologiques concernant cette basilique seront présentées dans Bessac à p (...)

38La percussion lancée linéaire discontinue est concrétisée par un outil en fer fixé sur un manche et équipé d’un ou plus souvent deux tranchants rectilignes divisés par un trait de scie à métaux en un certain nombre de dents rectangulaires. Cette catégorie d’outils a été identifiée dans la basilique d’Ererouk, surtout dans sa partie supérieure, en particulier sur sa façade orientale et à la naissance de l’intrados de l’arc aveugle nord de sa façade occidentale. Il est difficile de savoir s’il s’agit d’une percussion transversale ou longitudinale (polka brettée44 ou bretture45 ?). En revanche, ses traces révèlent très bien la division du tranchant de l’outil en dents rectangulaires assez larges mais relativement irrégulières. Dans le second exemple, il peut s’agir de traces assez tardives, mais les exemplaires de la façade orientale sont probablement antérieurs à la fin du viie s.46.

39Notons aussi la présence prédominante de ce même type de traces sur les seuls parements en tuf volcanique rouge sombre de la cathédrale de Ptghni. Il s’agit ici d’un modèle à vingt dents environ, forgées sur un tranchant large de 7 à 8 cm. Mis à part ce dernier exemple et ceux de la basilique d’Ererouk, aucun des autres monuments observés n’a fourni des traces comparables. La relative rareté de cette catégorie de témoignages permet seulement de proposer ici un outil assez marginal et peu employé dans les monuments anciens d’Arménie.

Les outils à percussion lancée transversale linéaire punctiforme multiple

  • 47 Kalayan 1968, p. 5, fig. 3 ; Grigoriantz 1981, p. 134 ; Bessac, Abdul Massih & Valat 1997, p. 186, (...)
  • 48 Bessac 1986, p. 69-75.

40De même que la polka, cette catégorie d’outils est munie d’un manche et d’un tranchant perpendiculaire qui se caractérise par des dents pointues. Ses traces marquent les pierres d’impacts disposés en séries linéaires de meurtrissures punctiformes et régulières ou bien de très courts et étroits sillons parallèles produits par ses dents. Les caractères techniques de ces traces correspondent tout à fait aux impacts du marteau grain d’orge oriental47 (actuellement nommé châhûtâ en arabe et thrapina en Grèce) dont les deux tranchants sont perpendiculaires au manche, contrairement au modèle occidental dans lequel ils sont parallèles48.

  • 49 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, avant-dernier outil, en bas à dr.
  • 50 Datation proposée par C. Maranci.

41Le marteau grain d’orge oriental figure toujours dans l’outillage traditionnel des tailleurs de pierre arméniens49. Il a été identifié surtout dans l’église de Ptghni, en particulier sur les parements intérieurs de l’abside datée du viie s.50 (fig. 13). Sa présence prédominante dans cette partie du monument peut tenir ici à l’emploi d’un tuf volcanique beaucoup plus ferme qu’ailleurs. Notons que les exemplaires de cet outil muni de dents très fines peuvent être exceptionnellement utilisés en percussion posée sans percuteur. Dans cette situation, ils sont employés pour racler la pierre. Le manche sert alors à tirer l’outil d’une main tandis que l’autre main l’appuie contre la roche en forçant sur la partie métallique de l’outil.

Figure 13.

Figure 13.

Traces de marteau grain d’orge oriental sur un parement intérieur de l’abside de l’église de Ptghni.

Les outils à percussion lancée punctiforme unique

42Outre la présence d’un manche à l’extrémité duquel est fixée la partie métallique de l’outil, cette catégorie se distingue par la présence d’une ou, plus souvent, de deux pointes. Mais on considère que la percussion punctiforme est unique car les deux pointes ne sont utilisables que de façon indépendante puisque situées à l’opposé l’une de l’autre.

  • 51 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, premier outil, en bas à g.

43Un seul exemple d’impacts punctiformes d’un outil à percussion lancée, très probablement un pic, a été identifié à l’arrière d’un bloc de tuf volcanique à Ererouk. Ce témoignage est trop isolé pour considérer le pic comme un outil de taille de pierre commun pour le travail de cette roche tendre. Notons, cependant, qu’il figure dans la panoplie traditionnelle des tailleurs de pierre arméniens actuels sous la forme d’un pic ordinaire à deux pointes pyramidales, semblable aux exemplaires occidentaux51.

Les outils à percussion punctiforme unique, posée avec percuteur

  • 52 Pour plus de détails sur la broche, Bessac 1986, p. 108-115.

44Les outils à percussion posée avec percuteur ne fonctionnent qu’accompagnés d’un percuteur, qui est parfois en bois (maillet), mais plus fréquemment constitué de métal, surtout de fer (massette). Le caractère punctiforme unique de la percussion n’est représenté que par l’outil le plus commun de la taille des pierres dures : la broche. À l’instar d’un gros clou, celle-ci est formée d’un côté d’une tige de fer forgée en pointe pyramidale et, à l’opposé, elle est aménagée de manière à pouvoir être percutée par une massette52.

45Bien que difficilement reconnaissables sur des roches alvéolaires, les traces de la broche transparaissent parfois à la surface du basalte, notamment dans l’église d’Amberd. Ses impacts sont assez rares sur des ouvrages en tuf volcanique qui, pour la plupart, sont trop tendres pour être taillés aisément et efficacement avec des outils punctiformes. Néanmoins, sur des ouvrages défensifs en tuf volcanique un peu ferme, comme la forteresse de Dashtadem, ses traces marquent des blocs sommairement parementés (fig. 14).

Figure 14.

Figure 14.

Impacts de broche sur des parements encadrés d’une ciselure périmétrale dans une tour de la forteresse de Dashtadem.

Les outils à percussion linéaire transversale, posée avec percuteur

  • 53 Ibid., p. 121-137.

46Ce mode de percussion se distingue par la présence d’un tranchant droit agissant à l’aide d’un percuteur, transversalement par rapport à la progression de l’outil sur la surface de la pierre. Le ciseau et sa variante étroite, le gravelet53, semblent être les seuls qui correspondent à cette définition dans la taille traditionnelle arménienne. Ils sont caractérisés par un tranchant aciéré rectiligne, forgé sur une tige de fer dont l’extrémité opposée est percutée par une massette. Le gravelet (ou ciselet) se distingue du ciseau par un plus faible diamètre du corps de l’outil et une longueur plus réduite de son tranchant : celui-ci ne dépasse pas 1,5 cm, alors qu’il peut atteindre 5 cm, voire plus, sur le ciseau.

  • 54 L’exemple le plus caractéristique de ce type de gravure est constitué par l’inscription de l’angle (...)

47Ces deux outils ont laissé leurs traces linéaires transversales très spécifiques sur toutes les catégories de pierres, tendres comme dures, des monuments arméniens. Les arêtes des parements, mais aussi des faces de joint, sont en général précisées avec le tranchant du ciseau. Dans le basalte et les travertins les plus résistants, la régularisation générale des surfaces (parement, lit d’attente et bande de contact) est réalisée également à l’aide d’un ciseau (fig. 3). Pour les tufs volcaniques, ce sont surtout les ciselures périmétrales qui sont ainsi taillées (fig. 14). Les gravures de lettres et la taille des fins ornements se pratiquent dans les deux grandes catégories de pierres arméniennes à l’aide du gravelet dont la précision est plus grande que celle du ciseau54.

Les outils à percussion posée (sans percuteur), linéaire transversale et punctiforme multiple

48Le mode de percussion posée le plus élémentaire est sans percuteur, l’outil est directement forcé à la main contre la pierre, sans intermédiaire, et agit par abrasion ou raclage, ne produisant que des traces fines, assez longues et sans point d’impact nettement identifiable. Le caractère combiné de cette percussion, à la fois linéaire transversale et punctiforme multiple, signifie que l’outil est muni d’un tranchant rectiligne droit disposé transversalement par rapport à sa progression sur la pierre et qu’il est pourvu de dents pointues. Des trois grandes catégories de percussion (lancée, posée avec percuteur et posée sans percuteur), c’est la moins efficace mais la plus précise.

  • 55 Cf. ibid., fig. 10.
  • 56 Id. 1986, p. 192-200.

49Des rayures continues à cheval sur un joint montant marquent la bordure contiguë de deux parements d’un mur de la basilique d’Ererouk55. Elles résultent vraisemblablement de l’usage d’une sorte de ripe56 employée ici pour régulariser la zone de contact de ces surfaces. La ripe est constituée d’une tige d’acier, recourbée et élargie de manière à former un tranchant droit, denté à ses extrémités. Cet aménagement lui permet de supprimer de très fines pellicules de pierre par raclage. L’usage de cet outil est assez commun dans l’Antiquité gréco-romaine occidentale, surtout pour égaliser, en le rayant finement, l’épiderme de certaines sculptures destinées à être peintes. Mais son emploi semble rarissime dans l’ensemble de la taille de pierre arménienne. Par ailleurs, il n’est pas exclu que les traces de fines rayures relevées à Ererouk aient été produites par un marteau grain d’orge oriental à très fines dents employé exceptionnellement en percussion posée sans percuteur, c’est-à-dire en le tirant, de façon à racler la pierre.

Les outils à percussion posée diffuse, sans percuteur

50La percussion posée diffuse se caractérise par la multitude des points de contact de l’outil avec la pierre et par l’impossibilité de les distinguer isolément. Son action est fondée sur un frottement vigoureux de l’outil, sans l’aide d’un percuteur, sur la face en cours de finition ; elle est donc très douce et précise.

  • 57 Cf. notamment les illustrations dans Alpago-Novello 1977, p. 36, fig. 11-12.

51Il s’agit d’outils constitués d’un fragment de roche un peu plus abrasive que la pierre à tailler et servant à unifier les surfaces par une action d’égrisage qui efface la plupart des traces des outils précédents. Leur passage laisse souvent de très fines rayures sur la pierre. Leur emploi a été identifié, notamment dans des parties des parements des degrés du socle de la basilique d’Ererouk restaurées vers le milieu du xxe s.57. D’autres monuments présentent un traitement similaire, souvent visible dans les parties inférieures de leurs murs, comme dans l’église Sainte-Marie à Talin. Il pourrait donc s’agir de restaurations. On ne peut, cependant, exclure partout l’hypothèse d’un égrisage ancien des parements ou des moulures. Par exemple, les moulures des impostes de la porte ouest de la basilique d’Ererouk ont été ainsi affinées dès leur origine.

Les outils à percussion rotative

  • 58 Bessac 1986, p. 231-252.

52La percussion rotative peut être continue ou alternative, selon les mécanismes de mise en mouvement de l’outil. Les forets constituent les principaux outils traditionnels correspondant à cette catégorie de percussion. Ils sont composés d’une mèche fixée sur un support. Celui-ci est entraîné dans un mouvement rotatif par l’intermédiaire d’aménagements divers qui caractérisent l’outil : à main, à corde, à pompe (trépan), à archer, à vilebrequin58. Le foret peut être équipé de différentes sortes de mèches (arrondies, trapézoïdales, lancéolées, etc.) qui forent des trous cylindriques dont le fond correspond au volume engendré par leur rotation (sphéroïdal, plat, conique, etc.).

53Dans la construction et la décoration arméniennes de la région étudiée ici, l’usage du foret semble tout à fait marginal. Il a été utilisé en particulier pour dégager et marquer la jonction en forme de goutte d’eau entre les folioles de certaines feuilles des rinceaux de la porte d’entrée de la basilique d’Odzun dont l’encadrement est taillé dans du travertin. Cette catégorie de décors était communément ainsi traitée dans l’architecture gréco-romaine. Dans l’exemple d’Odzun, il est impossible de déterminer le type exact de foret utilisé, mais c’est un modèle qui agissait par l’intermédiaire de mèches fines de 5 à 6 mm de diamètre. Probablement par souci esthétique, les trous du foret ont été équarris alternativement, un motif dans l’autre, à l’aide d’un gravelet.

  • 59 Cf. les illustrations dans Vahramian 1974, p. 38-45, fig. 11-18 et p. 52-68, fig. 22-40.

54Dans les décors sculptés dans le tuf volcanique et surtout dans le basalte, aucune trace de foret n’a été identifiée. Il est probable que le caractère abrasif de ces roches ait naturellement éliminé l’emploi des forets car l’usure de leur mèche aurait été trop rapide dans de tels matériaux. Dans les bas-reliefs arméniens les plus tardifs de certains monuments de la région du lac Van, comme le monastère d’Aght’amar, le foret équipé de diverses variétés de mèches est abondamment utilisé59.

L’outillage de la mise en œuvre

La scie à joint

  • 60 Bessac 1986, p. 226.
  • 61 Torsion des dents d’une scie pour lui donner du mordant dans la pierre tendre ou le bois, Noël 1965 (...)
  • 62 Dite « anathyrose » dans l’architecture de tradition grecque (Ginouvès & Martin 1985, p. 105-106).

55Un seul outil de mise en œuvre a été identifié dans les monuments en tuf volcanique de la période du ve au viie s., il s’agit de la scie à joint. C’est une scie très étroite et courte qui se manie d’une main, à la manière du modèle à bois nommé « égoïne »60. Sa voie61 est très réduite et sa largeur ne dépasse pas 2 mm. Cette scie sert à supprimer les irrégularités de l’étroite bande de contact62 entre deux pierres contiguës. Dès qu’un nouveau bloc est mis en place contre un autre, la scie est actionnée dans le joint montant commun aux deux parements. Après chaque passage complet de la scie de haut en bas, le nouveau bloc est repoussé de l’épaisseur de la lame de l’outil contre la pierre déjà en place. L’opération est recommencée autant de fois que l’exigent les défauts de taille. Dans le tuf volcanique, un à trois passages suffisent en général.

56Cette pratique oblige d’abord à assembler à sec en œuvre les pierres de parements. Ce n’est qu’après cet ajustage que le mortier est introduit, par-dessus, entre les faces des joints montants des blocs spécialement démaigris pour cette opération. Le comblement interne des murs avec du mortier et de la pierraille peut être alors entrepris. L’ajustage par sciage en œuvre vise à réaliser des contacts continus et précis afin d’obtenir des joints aussi fins que possible. Cet objectif pourrait être aussi atteint en réalisant une taille parfaitement d’équerre des joints montants par rapport aux lits de pose et d’attente. C’est la méthode qui semble s’imposer dans les ouvrages plus tardifs, surtout dans le basalte. La pratique du sciage pour ajuster des blocs se matérialise parfois par un joint très légèrement ondulant (fig. 15). Beaucoup plus rarement, un dépassement accidentel de l’outil plus bas que le joint produit un court trait de scie sur la pierre inférieure.

  • 63 Bessac 1997b, p. 16 et p. 32, fig. 15.
  • 64 En cours d’étude dans le cadre de la Mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit.
  • 65 Bessac & Pécourt 1995, p. 105.

57Ce procédé d’ajustage à la scie est considéré comme étant de tradition grecque63, mais il était déjà connu dans les ouvrages en pierre tendre de l’âge du Bronze récent, notamment à Ougarit en Syrie64. Comme leurs prédécesseurs, les constructeurs grecs l’employaient de préférence pour ajuster les blocs de grand appareil posé à joints vifs, c’est-à-dire sans mortier. C’est seulement dans cette situation qu’il a été identifié également dans quelques monuments romains, du Proche et Moyen-Orient, en particulier dans le temple de Garni. Jusqu’à présent, l’emploi de ce procédé dans des constructions en pierre de taille liée au mortier n’a été observé qu’exceptionnellement dans quelques monuments romans occidentaux, en particulier du xiie s.65. Il est vrai qu’un ajustage aussi précis avec du mortier, comme le pratiquent les constructeurs arméniens des premières églises, semble techniquement injustifié et complique le travail de mise en œuvre. Il est possible que l’emploi des chanfreins dans l’architecture arménienne en tuf volcanique, qui sera présenté plus loin, ait progressivement éliminé cette technique.

Le matériel et les engins de la mise en œuvre

  • 66 Sorte de perche de bois placée obliquement (dans ce cas) pour étayer les échafaudages (Noël 1965, p (...)
  • 67 Pour les informations générales sur les échafaudages médiévaux, Baud et al. 1996.
  • 68 . Casnati 2005, p. 41 et 64.

58La mise en œuvre des pierres dans les murs et les couvrements des édifices nécessitent du matériel de chantier et des engins de levage appropriés. On est cependant très démuni en matière d’indices concrets et d’informations iconographiques ou historiques dans ce domaine. Par exemple, pour les échafaudages, on aurait pu penser, a priori, que la présence de bouchons quadrangulaires, assez rares il est vrai, pouvait correspondre à des trous de boulin soigneusement rebouchés. Mais cela ne semble pas le cas, leur répartition s’avère tout à fait aléatoire et leur nombre est insuffisant. Il faut donc supposer l’usage d’échafaudages à deux rangs de perches s’appuyant directement sur le sol et dont la stabilité était garantie par des pointiers66 obliques disposés en contrefort externe. Lorsque les murs commençaient à s’élever dans les parties supérieures du monument, des attaches dans les ouvertures devaient compléter ce dispositif de stabilité67. Pour les hautes constructions rondes ou polygonales, en particulier les clochers, l’installation d’un échafaudage périphérique peut garantir la stabilité de cette structure provisoire, comme l’illustrent les documents sur les chantiers de restauration68. De tels exemples traditionnels montrent aussi qu’il n’est pas indispensable d’utiliser de longs et solides bois d’œuvre, de courtes pièces suffisent.

59Les cintres de pose des grands couvrements exigent, en contrepartie, l’emploi de bois d’œuvre d’assez forte section. Dans l’église d’Arudj, plusieurs trous de surface égale à celle d’un parement ont été réservés aux abords de la naissance des grands arcs et des voûtes. Ils témoignent de la section importante des bois des cintres qui devaient supporter le poids de ces couvrements en pierre d’ici qu’ils soient totalement bloqués par une clé (fig. 9). Toutefois, cet édifice a été restauré au cours du xxe s. et une vérification de la date de ces trous s’imposerait ; cet exemple unique de traces de cintre charpenté n’est donc pas très sûr quant à sa datation médiévale.

L’extraction, la taille et l’ornementation

L’extraction

60En l’absence d’études de carrières médiévales et d’indices spécifiques observés sur les pierres de taille en œuvre, il est impossible actuellement d’aborder efficacement ce thème. Cette carence montre la nécessité de prospecter les zones d’affleurements situées à proximité des monuments. Les conditions géologiques de ces affleurements ont pu influencer le choix de certains formats d’appareil. Par exemple, les formations volcaniques prismatiques régulières à proximité du village de Ptghni (fig. 11) ont probablement influencé le format plus haut que large des pierres de la partie inférieure de l’église locale. Des formations similaires affleurent également sur le versant ouest du plateau de la ville d’Erevan. Dans ce quartier, elles ont favorisé une production traditionnelle de blocs en petit appareil de format approximativement carré. Les déterminismes géologiques ont pu aussi jouer ailleurs, y compris sous d’autres formes. Par exemple, en surface, la roche est d’habitude très fragmentée et il faut extraire des petits blocs avant de pouvoir produire des pierres de plus grand format. Cette règle s’applique d’ailleurs à presque toutes les roches. Il n’est donc pas exclu que certaines pierres de petit appareil, employées au début de la construction de la basilique d’Ererouk, à la base de son abside, correspondent à l’amorce d’une extraction au sommet d’un affleurement plus fissuré en surface qu’en profondeur.

La taille des pierres

Taille à pied d’œuvre et préfabrication

61Il est probable que les blocs arrivaient de la carrière dans un état d’équarrissement assez sommaire, comme on le constate dans la forteresse de Dashtadem (fig. 16). L’essentiel du façonnage des blocs, qu’ils soient en basalte ou en tuf volcanique, se pratique à pied d’œuvre ou à proximité de l’ouvrage. La grande fragilité de ce tuf ferait courir des risques de détériorations aux arêtes de blocs déjà taillés s’ils devaient supporter les trépidations d’un long voyage entre la carrière et le monument. Une taille de cette roche tendre en carrière ne semble pouvoir être envisagée que si l’exploitation était très proche du chantier de construction.

Figure 16.

Figure 16.

Blocs de tuf employés brut d’équarrissement sommaire à l’intérieur d’une tour de la forteresse de Dashtadem.

  • 69 Compte tenu des modifications introduites dans l’appareil des murs lors des dernières restaurations (...)

62Le basalte est plus résistant et peut supporter éventuellement un long transport. Toutefois, on ne peut proposer une telle solution que dans le cadre d’une production de blocs normalisés dont la place dans le mur, ou l’assise, ne serait pas précisément définie à l’avance. Tel pourrait être le cas des parements des façades de l’église d’Amberd69 (fig. 17). Il en est de même pour la plupart des autres composantes architecturales de cette église du xe s., très stéréotypées (corniches, couvrement de fenêtres, voussoirs, colonnes). Les parties les plus délicates, en particulier les couvrements appareillés de niches, sont relativement autonomes et il est possible de les tailler d’avance, ailleurs qu’au pied du mur. Il ne s’agit là que d’une éventualité, mais dans une situation topographique ne laissant que peu d’espace autour de l’édifice, comme c’est le cas pour cette église, il est possible que cette solution ait été la plus pratique pour ses constructeurs. Ceci paraît d’autant plus plausible que le substrat est ici d’une autre nature et que le basalte ne peut être extrait sur place. Bien que son appareil soit également normalisé, le monastère de Tegher (xiie s.) offre plus de possibilités d’installation d’un chantier de taille dans le site même du monument (fig. 4). D’un autre côté, le basalte affleure presque partout en ce lieu et il est probable que la carrière ait été ici très proche.

Figure 17.

Figure 17.

Façade ouest de l’église d’Amberd construite en blocs de basalte de hauteur d’assise régulière et de format quasi modulaire.

63La taille à pied d’œuvre consiste d’abord à réaliser un parement plat ou arrondi, selon la position du bloc dans l’édifice (mur droit ou circulaire). Le lit de pose et les joints montants sont taillés en second lieu. La taille se termine par le lit d’attente. Mais dans un ouvrage précoce en tuf volcanique, comme la partie la plus ancienne de la basilique d’Ererouk (vie s.), il semblerait que le lit d’attente des blocs ne soit que sommairement taillé au sol pour être terminé en œuvre par une taille d’arase générale de chaque assise.

64La préfabrication d’ensembles autonomes, comme certains encadrements d’ouverture des façades sud et ouest de la basilique d’Ererouk, paraît précéder l’apparition des chanfreins (voir infra). Dans cet édifice, plusieurs portes et fenêtres sont conçues et réalisées indépendamment des parements ordinaires, probablement par des spécialistes. C’est aussi le cas de certaines ouvertures supérieures, dans les niveaux correspondant à l’adoption des chanfreins. Il est donc difficile de tirer des conclusions chronologiques générales sur l’usage de la préfabrication de telles composantes tant que le nombre d’analyses techniques de monuments n’aura pas atteint un caractère suffisamment statistique.

Les chanfreins et l’organisation de la taille

65Dans quelques églises du viie s., comme la cathédrale de Talin, datée de 660, la partie inférieure semble traitée de la même manière que le bas des églises d’Ererouk ou d’Odzun, mais les pierres du sommet sont totalement finies à pied d’œuvre et deux petits chanfreins sont taillés sur l’arête inférieure et supérieure du parement. Il en est de même dans l’église d’Arudj et à Etchmiadzin dans l’église Sainte-Gayané (mur sud daté de 630-641). Dans la partie supérieure de la basilique d’Ererouk, comme à Ptghni (fig. 18) et à Etchmiadzin, dans les murs de l’Aspatsatsin, le chanfrein est pratiqué à pied d’œuvre sur tout le périmètre du parement de chaque bloc. L’église Spitakavor, à Ashtarak, présente un traitement analogue.

  • 70 En général, ces chanfreins hellénistiques sont liés à la taille au ravalement (Daux & Hansen 1987, (...)
  • 71 Cf. les illustrations dans Naccache 1992, t. II, pl. 119, fig. 1-4.

66Le rôle technique essentiel de ces chanfreins au cours du chantier de construction est de réduire la grande fragilité des arêtes du tuf volcanique. Le second avantage tient aux possibilités ainsi offertes d’un remplissage des joints avec un mortier de bonne qualité pour éviter la pénétration de l’eau de pluie dans le cœur des murs. Dans un premier temps, il semblerait que les constructeurs aient limité cette précaution aux arêtes horizontales situées en bordure du lit de pose et d’attente des parements extérieurs. Ces arêtes subissent les plus fortes charges de compression et constituent, en outre, les entrées d’eau les plus importantes en façade. Ce n’est que dans une deuxième phase, semble-t-il, que la taille de ces chanfreins a été étendue aux arêtes verticales des joints montants, pourtant moins soumises à ces contraintes de compression en œuvre et ne constituant que des entrées très secondaires pour l’eau. À Ptghni, leur usage est généralisé, à l’intérieur comme à l’extérieur, y compris dans les joints en coupe des voussoirs et à l’intrados des arcs. Une seule exception concerne les pierres intérieures de l’abside de cette église, cependant, et il subsiste un doute quant à leur datation. Outre le renforcement de l’étanchéité des murs, cette extension des chanfreins à l’ensemble du périmètre des parements présente aussi l’avantage de mieux protéger les blocs contre les ébréchures au cours de leur manutention, entre le chantier de taille à pied d’œuvre et leur mise en place dans le mur. S’agit-il d’un emprunt d’un principe déjà employé par les Grecs70 ou bien d’une redécouverte de la technique ? On l’ignore. Toujours est-il qu’il serait particulièrement intéressant d’inventorier systématiquement, sur les monuments bien datés, la présence des chanfreins en distinguant s’ils sont généralisés tout autour des parements ou seulement taillés sur les arêtes horizontales. Une fois son usage précisé statistiquement sur des ouvrages dont la date est connue, cet aménagement pourrait peut-être constituer un jalon chronologique. En Syrie du Nord, dans la chapelle protobyzantine de Burg Heidar, il existe au moins une façade avec des parements à chanfreins périmétraux comparables71. Un inventaire des monuments protobyzantins de Syrie ainsi traités pourrait nous éclairer sur cette pratique et sur sa diffusion hors de la région étudiée ici.

Figure 18.

Figure 18.

Parements de l’église de Ptghni présentant leurs arêtes chanfreinées et des marques lapidaires tracées au compas (dans le bas et dans les angles) ou gravées (au milieu).

67La grande résistance des basaltes dispense les constructeurs de la taille de chanfreins ; cette catégorie de constructions en est donc dépourvue. Il semblerait, néanmoins, que les arêtes des blocs taillés dans cette roche soient très légèrement adoucies par une abrasion sommaire, par exemple dans l’église d’Amberd (xie s.). L’absence de chanfreins en bordure des joints du basalte complique la réalisation de bons joints extérieurs. L’étanchéité de ces joints devait donc être garantie par un jointoiement interne réalisé lors de la mise en œuvre de chaque assise, voire de chaque bloc.

  • 72 Cf. Bessac à paraître, fig. 8.

68La présence de chanfreins implique un bouleversement important dans l’organisation des chantiers de taille, surtout lorsqu’ils sont précis et pratiqués tout autour du parement. Ils nécessitent la taille complète du bloc à pied d’œuvre et une excellente régularité des hauteurs d’assise. Lorsque cette dernière condition n’est pas respectée, il faut insérer des bouchons dans l’appareil comme on l’observe notamment dans la partie supérieure du mur oriental de la basilique d’Ererouk72. Aucune retouche n’est possible une fois le bloc taillé, sous peine de supprimer ces chanfreins. Les tailles d’arase et les décrochements sont donc en principe absents de cette catégorie de murs. L’adoption du procédé des chanfreins révèle, en parallèle, l’adoption progressive d’une certaine normalisation et même, à son stade final, une préfabrication totale des blocs ou d’ensembles cohérents de blocs analogues (assise, panneau de mur entre deux ouvertures ou entre deux pilastres, voire une façade complète). Nous verrons plus loin qu’elle semble coïncider aussi avec la multiplication des marques lapidaires dans des bâtiments cultuels et avec les premiers essais de bichromies dans la même catégorie de construction.

  • 73 Les phases du chantier sont analysées en détail dans Bessac à paraître.

69C’est durant la deuxième phase de la construction de la basilique d’Ererouk, et non dès le démarrage du chantier73, que les chanfreins horizontaux et verticaux ont été adoptés. Par ailleurs, ils n’ont pas été pratiqués sur les parements intérieurs des murs de cet édifice. Il faut donc rester prudent quant à l’utilisation du chanfrein comme seul critère chronologique précis.

Taille en œuvre et taille au ravalement

  • 74 Ibid., fig. 24.

70La taille en œuvre consiste à adapter et à façonner des parties de pierres ou des ensembles de blocs déjà en place dans le monument alors que sa construction est encore en cours. Dans ce domaine, la pratique la plus commune consiste à araser les lits d’attente d’une assise, une fois que tous ses blocs sont posés afin de les égaliser. Elle a été identifiée à Ererouk dans la partie basse non chanfreinée du monument. En général, son usage nécessite la présence d’un échafaudage, mis à part lorsque les murs sont suffisamment larges pour travailler à l’aise par-dessus, à partir du lit d’attente. L’emploi des bouchons et surtout des décrochements d’assise plaide en faveur d’une taille en œuvre. La première des deux pratiques découle souvent d’une réparation de cassure ou d’un comblement d’un petit vide. Les décrochements correspondent plutôt à l’assemblage d’une série de blocs de hauteurs différentes. Les deux types d’interventions ne peuvent être réalisées que dans le mur en construction. Presque toujours, la préfabrication de composantes architecturales nécessite la retaille en œuvre de décrochements pour adapter les besaces de liaisons aux parements ordinaires. Cette tâche de raccordement entre deux parties conçues et réalisées à part est très bien illustrée par l’encadrement de la fenêtre de l’extrémité ouest du mur méridional de la basilique d’Ererouk74.

71L’assemblage très précis des joints montants à l’aide d’une scie à joint est également de la taille en œuvre, même s’il s’agit de l’ajustage d’une surface très réduite. Son usage est certain pour les bâtiments dont les blocs ne sont pas chanfreinés, comme la partie inférieure de la basilique d’Ererouk. Il est également prouvé pour les blocs qui ne possèdent que les joints horizontaux chanfreinés, à l’instar des églises Sainte-Gayané à Etchmiadzin et d’Arudj (fig. 25). Pour ce qui concerne les constructions à parements chanfreinés sur les quatre arêtes, la difficulté de lecture occasionnée par la présence de ces biseaux rend difficile l’identification de ce mode d’assemblage. A priori, l’emploi du chanfrein devrait dispenser les constructeurs d’une telle pratique puisque le creux constitué en bordure du parement par le chanfrein est ensuite rempli de mortier fin qui bouche et cache les éventuelles irrégularités de la taille des arêtes des joints montants. La présente étude n’a pas permis de savoir si, à la jonction de deux chanfreins contigus, la règle du joint vif reste toujours en vigueur. Dans cette éventualité, il est possible que les petites imperfections de la taille à pied d’œuvre aient été également supprimées, aussi dans ce cas, à l’aide d’une scie à joint. Ces hypothèses nécessiteraient donc des vérifications détaillées dans plusieurs édifices chronologiquement complémentaires.

Figure 25.

Figure 25.

Église d’Arudj, marque rayée sur une boutisse étroite  ; son dessin est composé de quatre carrés égaux et de leurs diagonales, dont le tracé a été guidé par des points de repère géométriques matérialisés par un petit trou rond dans les angles.

72La taille au ravalement consiste en un façonnage des parties visibles d’un bâtiment dont les pierres sont déjà entièrement mises en œuvre. De façon plus secondaire, elle concerne aussi la sculpture en place de décors, même si cette taille est très localisée. Mais ce type de travail est réalisé souvent sur des composantes architecturales relativement autonomes, notamment des encadrements d’ouverture. Il peut donc avoir été pratiqué sur des pierres provisoirement assemblées à sec sur le sol, à pied d’œuvre. C’est surtout lorsque se présente une très bonne connexion des motifs d’un décor, de part et d’autre d’un joint, que l’on doit se poser la question d’une éventuelle finition dans le cadre d’une taille au ravalement. Tel est le cas du rinceau ornant l’entrée ouest de la basilique d’Odzun, dont la continuité ne peut tenir qu’à une taille au ravalement de cet encadrement de porte.

  • 75 Sorte de stèle cultuelle ou commémorative, apparue vers le ixe s., dont le décor, souvent complexe, (...)

73La pratique, même partielle, du ravalement semble cependant très rare durant les premières phases des monuments arméniens. Le plus souvent, on constate que les motifs du décor des églises sont répartis de manière quasi autonome sur chaque bloc, de façon à ce que le joint ne les coupe pas en un emplacement qui serait trop difficile à raccorder (fig. 19). Même la modénature récente du portail de la cathédrale d’Etchmiadzin (réalisé en 1869), caractérisée par des colonnes torses, révèle, par l’intermédiaire de ses raccords imparfaits, qu’elle a été réalisée à pied d’œuvre puis assemblée à sec avant d’être montée définitivement dans l’édifice. Il en est de même pour les khatchkars75 sculptés à même les parements, comme les exemplaires profondément ciselés dans le basalte au sommet de la façade du monastère de Theger (xiiie s.) : même à l’aide d’un échafaudage, les sculpteurs auraient eu d’énormes difficultés pour les tailler en place, tandis qu’au sol, la tâche était moins délicate (fig. 20). D’autres khatchkars ont été gravés en place, notamment sur l’église de Saghmosavank (xiiie s.) et des exemplaires plus simples et plus récents, traités de la même manière, sont visibles dans la partie inférieure du mur ouest de la cathédrale d’Etchmiadzin. Mais, dans les deux cas, ni le travail ni le matériau ne sont comparables à l’exemple de Theger puisqu’il s’agit de tuf volcanique et que les lignes du décor ne sont que de faible profondeur. Notons que certains khatchkars gravés dans du basalte, comme ceux de Theger, ou sur du tuf volcanique gris, comme à Saghmosavank, ont parfois été peints en rouge et les sillons de leurs lettres ont été remplis d’un mortier fin blanc, probablement pour augmenter leur visibilité de loin.

Figure 19.

Figure 19.

Décors des fenêtres sud de la cathédrale de Talin  : les motifs géométriques ont été taillés au sol et ont donc été répartis autour du joint avec parfois des espaces irréguliers  ; les rinceaux (à g.) ne se raccordent qu’imparfaitement.

Figure 20.

Figure 20.

Khatchkars sculptés au sol dans du basalte, puis placés au sommet de la façade du monastère de Tegher (xiiie s.)  ; les décors ont été peints en rouge et les lettres des inscriptions contiennent des traces de mortier

Les essais de bichromie dans des ensembles appareillés

  • 76 Curatola 1986, p. 21-25, fig. 8 et 11-13.
  • 77 Pour l’analyse détaillée de ces essais de bichromie, cf. Bessac à paraître, fig. 44.

74Quelques églises révèlent des essais de composition avec deux couleurs de tuf volcanique, notamment du rosé et du gris. L’alternance de blocs gris et rosés dans une même assise constitue la solution la plus ordinaire qui joue sur l’opposition entre la teinte claire et sombre de la roche plutôt que sur sa couleur proprement dite. Dans un même bâtiment, cet usage de la bichromie est souvent associé à une disposition des blocs des deux teintes en damier ou en escalier. Ces motifs géométriques sont parfois opposés à 45°, de part et d’autre de l’axe d’une même façade. Dans la région, la meilleure illustration de cette catégorie d’appareil est offerte par les murs de l’église Saint-Grigor à Arudj, datée du viie s. (fig. 21). L’énorme travail de gestion des blocs des deux couleurs et les recherches préalables pour les agencer correctement au sein de l’appareil se sont concrétisés, néanmoins, par quelques erreurs de composition et de symétrie pour finir par l’abandon de la gestion des couleurs dans le haut de l’édifice. On observe des essais comparables plus à l’ouest, par exemple dans le monastère de Hovhannavank76, daté de la même phase chronologique dans son état primitif. La basilique d’Ererouk montre également quelques tentatives précoces de bichromie, notamment dans ses culs-de-four, surtout dans l’abside (vie-viie s.). Dans cette composante architecturale, le problème s’avère plus complexe puisqu’il s’agit d’une voûte en quart de sphère dont le plan est légèrement prolongé vers l’avant. Face à cette difficulté d’agencement de l’appareil d’un tel volume, le décor en bichromie a été abandonné à mi-hauteur de la voûte77.

Figure 21.

Figure 21.

Façade ouest de l’église d’Arudj dont l’appareil a été calculé, en particulier dans le bas, pour tenter de créer un dessin polychrome géométrique.

  • 78 Cuneo et al. 1984, p. 63, fig. 47 ; D’Angles & Prouteau 2003-2004, p. 505-507.
  • 79 Hofrichter 1980, p. 23-40, fig. 5-16 et 18.

75D’une manière générale, les constructeurs ayant adopté ce parti décoratif devaient connaître le principe de sa bonne réussite dans un mur ordinaire, qui exige un minimum de normalisation dimensionnelle des parements. Ce principe est encore plus indispensable pour la construction des décors tardifs en damier, comme celui du palais de Baron à Ani78 ou, au sud du pays, dans le couvent de Saint-Stephanos79.

76Pour les voûtes en cul-de-four, comme celle de l’abside de la basilique d’Ererouk, la règle est beaucoup plus complexe pour obtenir un décor bien équilibré géométriquement. Il aurait fallu appliquer une réduction de la longueur des blocs proportionnelle à la diminution vers le haut du demi-cercle de chaque assise et finir avec une large clé pour éviter l’emploi de trop petites pierres au sommet. C’était vraisemblablement une solution très au-dessus des capacités géométriques des constructeurs d’alors. Ils ont donc abandonné ce jeu de bichromie dès que l’inclinaison de la voûte a été trop accentuée.

  • 80 Cette possibilité est assez commune dans la région (aimable communication de G. Casnati).
  • 81 Zarian 1984, p. 11.
  • 82 Par ex. à Varzahan, dans le couvent de la Sainte-Ascension (Thierry de Crussol 2005, p. 143).

77La situation est très différente pour les murs plats où les difficultés de composition de la bichromie tiennent plutôt à une bonne gestion de l’insertion des encadrements d’ouverture, dont l’autonomie de la taille a été exposée plus haut. D’un autre côté, ces constructeurs des premières églises arméniennes n’ont probablement pas souhaité ajouter le coût économique d’une normalisation des longueurs des blocs aux dépenses de la gestion pratique d’une exploitation simultanée de deux niveaux, ou plus, de roches de teintes différentes dans une carrière offrant cette possibilité80. Le changement de couleur des tufs volcaniques de la région peut exiger parfois l’exploitation de niveaux géologiques très espacés en profondeur, comme cela a été constaté dans le voisinage d’Ererouk, en contrebas de la ville d’Ani81. Dans les églises où des jeux de bichromie ont été mis en œuvre dans l’appareil, on relève des écarts moyens de longueurs de bloc de 20 à 25 %. Si une normalisation rigoureuse avait été respectée, ce serait près d’un quart du volume de pierre qui aurait été perdu. D’une manière générale, c’est la géologie locale qui commande les formats de blocs et les couleurs dominantes. Si une église comme celle de Saghmosavank est à dominante grise, c’est que la carrière la plus proche fournit essentiellement du tuf volcanique de cette couleur. Comme cela sera exposé dans l’étude de la basilique d’Ererouk, il paraît difficile de prendre en compte ces premiers essais de polychromie en faveur d’une datation relativement tardive de ces constructions, fondée sur une influence arabe. Mais il est vrai que cette technique s’est développée par la suite, notamment dans des réalisations du xie s., comme à Ani ou, beaucoup plus à l’ouest, en Haute-Arménie82.

Les tailles décoratives

78Curieusement, on note une quasi-absence des tailles ornementales sur les parements des bâtiments arméniens, alors que les décors gravés ou sculptés en bas relief sont très communs. Ces tailles, que l’on trouve assez fréquemment ailleurs dans l’Antiquité et au Moyen Âge, se distinguent des traitements fonctionnels par une disposition particulière, souvent géométrique, des impacts d’outils. Dans la région, elles ne sont représentées que par quelques blocs isolés portant un alignement ordonné de ciselures selon des diagonales ou des médianes, par exemple sur un parement de l’église de Marmashen. Il faut probablement interpréter ces tailles décoratives très isolées comme des fantaisies de tailleurs de pierre plutôt que des effets de mode.

Particularités diverses de la construction dans la région

Des arcs outrepassés ou élargis ?

  • 83 Toutefois, le cliché de Gandolfo 1973, fig. 81, sur l’abside de l’église Sainte-Mère-de-Dieu à Avan (...)
  • 84 La très abondante documentation proposée par Donabédian 2008 n’offre d’exemplaires vraiment évident (...)

79Parmi la trentaine d’églises observées dans cette région de l’Arménie, la basilique d’Ererouk est pratiquement la seule qui présente des arcs appareillés d’apparence légèrement outrepassés83 (dit également « en fer à cheval ») dans presque tous ses couvrements de grandes ouvertures, surtout dans ses deux premiers états de construction. Mis à part les ouvertures intérieures des fenêtres méridionales, modifiées en place à une date ultérieure, ce caractère est à peine décelable à l’œil nu. S’agit-il réellement d’arcs dont la montée est supérieure à la demi-portée, ou bien l’impression de demi-cercle outrepassé est-elle occasionnée par une petite déformation de leur courbure générale, peut-être à la suite de l’insertion supplémentaire d’une clé plus ou moins étroite ? Le seul indice tient au fait que le prolongement de la verticale des montants de ces ouvertures n’est pas exactement tangent à la courbe, mais sécant de quelques centimètres de chaque côté. D’ailleurs, pour les grands arcs, comme l’arc triomphal de l’abside de la basilique ou les arcs de tête des absidioles, on ne remarque pas ce prolongement de la courbe du fait du changement d’échelle, mais il existe aussi dans ces grandes composantes appareillées. Soulignons que les arcs assez largement outrepassés pour être identifiés d’emblée semblent rarissimes dans les églises arméniennes des vie-viie s.84.

  • 85 Dans le domaine des arcs légèrement outrepassés, a priori, il semble exister cinq exceptions : Etch (...)

80Un autre point commun de ces ouvertures de la basilique est la présence quasi systématique85 d’une petite clé d’environ 10 cm de large ou parfois de contreclés, également très étroites. Si l’on imagine un arc réalisé en plein cintre avec des voussoirs d’une longueur de 30 à 40 cm à l’intrados et que l’on introduit dans cet appareil une clé, même étroite, on obtient un semblant d’arc outrepassé, sans que l’on puisse réellement apprécier la déformation géométrique du cercle (fig. 22). La forme réelle de ces arcs n’est peut-être pas exactement celle dite « en fer à cheval », commune dans les réalisations plus tardives, en particulier dans l’architecture de tradition islamique. Il peut s’agir, a priori, d’arcs outrepassés aussi bien que simplement élargis. Le résultat visible à Ererouk tient peut-être partiellement aux imperfections des tracés initiaux de la courbe et du rayonnement des joints en coupe. Il a pu être obtenu, plus ou moins fortuitement, par les équipes de constructeurs de cette basilique spécialisés dans la réalisation des encadrements d’ouverture, au moment de la mise en œuvre de ces arcs.

Figure 22.

Figure 22.

Schéma du couvrement d’une porte d’Ererouk apparemment taillé en plein-cintre, à l’origine, mais dans lequel on a introduit, au moment de sa mise en œuvre, une clé très étroite qui a élargi le cercle.

  • 86 Donabédian 2008, p. 124, fig. 199 et p. 253-254, fig. 454, no 5-6.
  • 87 Naccache 1992, t. I, p. 145-197, fig. 176, 197-201, 209, 214, 228. Toutefois, sur ces mêmes monumen (...)

81L’hypothèse de l’élargissement de la courbe par l’introduction en force d’un ou de deux éléments étroits pour claver le sommet de ces arcs semble confortée par un constat : toutes les petites fenêtres à couvrement constitué d’un monolithe sont en plein cintre rigoureusement géométrique. Les arcs légèrement outrepassés des couvrements appareillés tiennent donc probablement cette particularité de leur système d’assemblage plutôt que d’une quelconque volonté esthétique. Des arcs outrepassés existent dans le décor arménien antérieur au milieu du viie s. sous une forme miniaturisée et assemblés en festons, notamment à Ptghorni86 mais aussi dans le répertoire ornemental de plusieurs églises de Syrie du Nord quasi contemporaines comme Qalblôze, Deir Sim‘ân, (Saint-Siméon), Dêhes, Bâqirhâ et Kalôta87. Le tracé de l’arc outrepassé sur des monolithes ne posait donc pas de problèmes particuliers et pourtant les exemples font défaut, autant en Arménie qu’en Syrie. Notons aussi que l’usage des clés très étroites n’existe pas dans les arcs syriens d’époque protobyzantine, quelle que soit la courbure de l’arc.

82Une question essentielle reste posée : pourquoi avoir introduit aussi fréquemment de si petites clés dans cette catégorie d’arcs appareillés ? Celles-ci élargissent forcément un peu le cercle initial de ces arcs qui semblent bien conçus à l’origine sans clé, d’un point de vue géométrique. Une préfabrication d’arcs d’ouverture déterminée approximativement, mais réglable au moment de la mise en œuvre par l’introduction d’une clé, semble la seule justification technique qu’on puisse proposer dans l’état actuel de la recherche. Comme cela sera exposé plus bas, l’irrégularité dimensionnelle des dispositifs de décharge va également dans le sens de la même hypothèse qui reste, néanmoins, à vérifier dans un ensemble cohérent de couvrements ainsi traités.

  • 88 L’hypothèse de l’influence sassanide reste toujours aussi fragile qu’elle l’était il y une quaranta (...)

83Il serait donc prématuré d’exclure l’hypothèse d’une mode architecturale. Celle-ci aurait alors découlé naturellement d’un dispositif pratique de couvrement, facilement adaptable à des ouvertures dont la largeur était susceptible de varier légèrement. Artifice strictement fonctionnel au départ, il ne serait devenu esthétique qu’ensuite, bien que les raisons de son développement dans une aire culturelle plus ou moins déterminée restent toujours assez inexplicables88. Pour un exemple comme celui d’Ererouk, l’une ou l’autre des deux hypothèses expliqueraient l’emploi de clés très étroites ou la survivance de cet usage. Pour cette basilique, il reste cependant à expliquer la réduction de la longueur des creux de décharge des linteaux monolithes associée à ces arcs particuliers. Si l’hypothèse d’une évolution de ce procédé fonctionnel vers une conception uniquement esthétique est avérée, comme semblent le démontrer les exemplaires plus tardifs du monde arabe, il faut peut-être considérer à part le cas des arcs comparables mais à clé très étroite.

Les arcs appareillés en accolade et les arcs surbaissés

  • 89 Observations personnelles réalisées sur les arcs intérieurs des bains de l’époque de Sinan à Mostar (...)

84Le portail de l’église en basalte du monastère de Tegher, daté de 1232, est couvert de deux arcs superposés en accolade (fig. 23), de même que l’entrée de l’église de Saghmosavank, à peu près contemporaine, mais taillée en tuf volcanique. Manifestement, ces couvrements ont posé un problème majeur de tracé de leurs joints en coupe en concordance avec leur courbe et contre-courbe. Dans le premier exemple, les deux arcs sont composés de deux grands monolithes joints par un court voussoir qui est décalé à gauche de l’axe. Il est très difficile d’appareiller correctement ce type d’arc puisqu’il est constitué par l’assemblage d’une courbe concave et d’une courbe convexe. Si l’on fait rayonner les joints en coupe géométriquement, la construction ne peut pas tenir et elle s’ouvre à l’emplacement de ses reins. À Tegher, outre ce claveau sommital, un second artifice de renfort, beaucoup plus efficace, consiste à soutenir la partie arrière de l’intrados de l’arc inférieur en prenant partiellement appui sur un grand linteau monolithe. À Saghmosavank, l’arc en accolade est soutenu à l’arrière par les pierres du tympan, elles-mêmes supportées par un arc clavé en plein cintre à doubles rouleaux. Il semble que ce soit surtout à partir du xvie s. que de savants artifices de composition d’appareil aient permis de régler correctement ce problème statique sans recourir à un soutènement partiel ou total de l’arc appareillé en accolade89.

Figure 23.

Figure 23.

Porte de l’église du monastère de Tegher (1232), couverte par deux arcs en accolade supportés par un grand linteau monolithe assemblé en onglet.

  • 90 Donabédian 2008, p. 121, fig. 193-195.
  • 91 Ibid., p. 157, fig. 288.
  • 92 Ibid., p. 233.

85L’arc en accolade est un procédé d’appareil relativement tardif, mais il existe aussi quelques arcs différents du plein-cintre et de l’accolade dans l’architecture chrétienne initiale de l’Arménie du Nord-Ouest. Tel est le cas des arcs surbaissés dont on peut citer au moins deux types : l’arc segmentaire et l’arc en anse de panier. Le premier est utilisé dans des arcatures dans la cathédrale de Talin90 et n’est que légèrement surbaissé sous une forme en segment de cercle. Le second dessine une anse de panier au-dessus d’une fenêtre de la conque sud de l’église Saint-Marie de Mastara (datée du milieu du viie s.)91. Mais, comme le précise P. Donabédian92, aux vie/viie s., l’arc prédominant est bien le plein-cintre, en particulier pour les portails.

Les assemblages de linteaux en onglet

  • 93 Aimable communication de G. Casnati.

86Contrairement aux ouvrages en bois, le principe de l’assemblage en onglet est d’habitude proscrit pour les pierres à cause de la fragilité des angles aigus, difficiles à tailler et résistant peu aux charges. En Arménie, dans les ouvrages médiévaux en basalte, on observe au moins quatre exemples de linteaux monolithes de porte assemblés avec leurs piédroits, selon cette méthode. Pour le premier, il s’agit du linteau qui constitue le couvrement intérieur du portail de l’église d’Amberd, datée de 1026. Ce mode d’assemblage a été adopté à Amberd pour jouer un rôle de clé, comme dans les plates-bandes appareillées. Un second linteau en basalte est assemblé de la même manière au-dessus de l’entrée du portail de l’église du monastère de Theger daté du xiiie s. (fig. 23). Ce même dispositif a été également identifié dans le portail en tuf volcanique de l’église de Marmashen93 (xie s.), mais les angles aigus à la jonction du piédroit et du linteau se sont rompus à cause de la faible résistance de cette roche. Un quatrième exemple concerne un portail du xiie/xiiie s. à l’entrée du monastère d’Hovhannavank. Ici, le linteau est appareillé en trois pièces : une clé en tuf volcanique orangé et deux contreclés en basalte. Dans cet assemblage, les constructeurs ont allié les avantages de la facilité de taille du tuf volcanique au centre et de la grande résistance du basalte pour l’onglet, où les contraintes sont les plus fortes. Il s’agit donc d’un dispositif plus évolué que les précédents.

87Dans la région, ce mode d’assemblage est présent au-dessus de la porte d’entrée du temple romain de Garni. Il existe aussi quelques exemplaires d’époque romaine en Syrie ainsi assemblés au-dessus des portes d’entrée de certains tombeaux-tours de Palmyre, construits en calcaire dur très résistant. Parmi les roches disponibles en Arménie du Nord-Ouest, seul le basalte est assez résistant pour se prêter à une telle taille et pour que les angles aigus des extrémités des linteaux puissent résister aux fortes contraintes exercées sur cette catégorie de composante architecturale.

Les linteaux en bâtière

88À Tegher, dans la façade méridionale du monastère, l’extrados d’un petit linteau monolithe en basalte est taillé en bâtière. L’épaississement central ainsi obtenu pour le monolithe à son point le plus faible renforce un peu sa résistance. Toutefois, les poussées de la charge supérieure du mur s’exercent toujours sur le porte-à-faux du linteau et cet artifice ne joue pas un rôle aussi efficace qu’un arc de décharge. À l’instar du dispositif précédent, cette solution technique exige une excellente résistance de la roche et ne peut être appliquée efficacement qu’aux ouvrages en basalte ou en roche de dureté comparable.

Les dispositifs de décharge au-dessus des ouvertures

  • 94 Bessac à paraître, fig. 27-28 et 31.
  • 95 Cet espace très étroit a souvent été bouché avec du mortier, surtout du côté extérieur, il apparaît (...)
  • 96 Cf. les illustrations de Naccache 1992, t. II, pl. 128, fig. 1, pl. 132, fig. 1, pl. 184, fig. 1, p (...)
  • 97 Il existe, cependant, au moins un exemplaire assimilable à cette catégorie au-dessus du linteau mon (...)

89Dans la région, en particulier à Ererouk94, il existe un principe de décharge très discret des linteaux monolithes lorsqu’ils sont surmontés d’un autre grand bloc quadrangulaire au lieu d’un arc. Il est constitué également par une pierre monolithe légèrement évidée au lit de pose, selon une découpe en forme de pi majuscule sur une hauteur de 2 à 3 cm95 ; d’habitude, sa longueur correspond exactement à l’espace vide de l’ouverture en dessous du linteau à protéger. Lorsque ce n’est pas le cas, comme dans la basilique d’Ererouk (fig. 22), cela tient au fait que les encadrements d’ouvertures étaient taillés d’avance et que les tailleurs de pierre ne connaissaient pas très précisément la largeur définitive des portes ou fenêtres concernées. Ce mode de décharge en pi est très commun en Syrie du Nord dans les ouvertures des monuments construits en calcaire, notamment l’église nord de Bâsâkûh, le couvent de Segble, à Brâd, les chapelles de Surqanîyâ et de Kalôta96. Mais l’arc de décharge en plein-cintre, surélevé ou non, et surtout vide, est beaucoup plus prédominant dans cette région alors qu’il est quasiment inutilisé dans le nord-ouest de l’Arménie97.

  • 98 Il existe d’autres exemplaires du même dispositif par ex. à Baïbourd et à Parpi (cf. les illustrati (...)
  • 99 Naccache 1992, t. II, pl. 87, fig. 1, pl. 119, fig. 1-4 et pl. 201, fig. 1.

90Une variante technique a été notée dans l’église de Christoporo à Dashtadem, dans laquelle le monolithe est remplacé par une plate-bande appareillée très élémentaire, composée de trois pièces : deux sommiers et une clé, la forme du vide inférieur restant identique98. Il s’agit donc là d’un perfectionnement du premier procédé que l’on trouve également en Syrie du Nord dans des édifices protobyzantins comme l’église orientale de Kalôta (datée de 492), la chapelle de Burg Heidar et l’église Saint-Serge à Bâbisqâ (datée de 609/610)99 donc souvent plus précocement que dans l’église arménienne citée ci-dessus.

  • 100 Cf. les illustrations de Gandolfo 1973, fig. 57 ; Donabédian 2008, p. 42, fig. 84.

91Une porte de la façade méridionale de l’église de Ptghni est couverte d’un linteau monolithe protégé par un arc de décharge segmentaire. Celui-ci est appareillé en plusieurs voussoirs et surmonté d’une archivolte ornée (fig. 24). Un dispositif comparable, mais sans décor, existe au-dessus d’un linteau monolithe d’une porte de la basilique de Kassagh100. Dans le cadre de nos observations, c’est le type d’arc de décharge le plus sophistiqué que nous ayons identifié dans une construction relativement précoce. Précisons, toutefois, que de tels systèmes de décharge existaient déjà dans des constructions romaines du Proche-Orient.

Les marques (ou signes) lapidaires

  • 101 Cf. les multiples mises au point sur ce thème dans les différents actes des colloques que publie le (...)
  • 102 Van Belle 1988, p. 247-263 ; Bessac 1989, p. 55-62 ; Dopéré 1996, p. 153-196 ; Kill 1996, p. 249-28 (...)

92De nombreux monuments arméniens en tuf volcanique présentent des marques lapidaires de formes et de fonctions très diverses. Elles semblent apparaître avec l’usage des chanfreins. On sait actuellement qu’il faut considérablement élargir le concept beaucoup trop restrictif et souvent erroné de « marque de tâcheron » dans lequel les chercheurs se sont longtemps cantonnés101. Plusieurs fonctions sont envisageables pour ces signes lapidaires, notamment des marques identitaires individuelles ou collectives (entreprise, atelier, équipe d’extraction ou de taille) ; marques de position (sens de la pierre), d’assemblage, de situation (pan de mur, assise, position dans l’assise) ou de nivellement, des marques d’éléments spéciaux (plus longs ou plus courts que la moyenne) ; marques de fonction dans le mur (boutisses, carreaux, parpaings), de contrôle de qualité, de paiement (les seules qui peuvent être qualifiées, dans certaines conditions, de « marques de tâcheron ») ou encore des marques de démontage, des marques de provenance102.

93Cette liste n’est pas limitative et il ne sera donc proposé ici qu’un aperçu très général de la diversité de leurs formes techniques et de leur position dans quelques monuments. La détermination de leur fonction ne sera évoquée que dans quelques exemples où elle est évidente et aussi dans les situations où la question doit être au moins posée.

Les techniques de marquage

Marques rayées à main levée

94D’un point de vue technique, le marquage le plus rudimentaire utilisé en Arménie semble la rayure à main levée à l’aide d’un instrument pointu, comme la pointe à tracer, mais cela peut être aussi un clou ordinaire ou un objet comparable. La nature très tendre du tuf volcanique favorise ce type de marquage constitué d’un trait fin, plus ou moins régulier, qui résulte de l’arrachage linéaire du grain de la pierre en un seul passage de l’instrument. Pour rendre visible le signe lapidaire, le caractère très discret de cette technique de marquage nécessite la production de grandes marques qui occupent fréquemment entre un quart et la moitié de la surface du parement.

  • 103 Observations personnelles de l’auteur.

95De telles marques ont été identifiées sur les parements de diverses églises, notamment sur l’église d’Arudj et sur le mur sud de Sainte-Gayané à Etchmiadzin. Il s’agit en général de formes géométriques simples, constituées de lignes brisées, en particulier de rectangles avec ou sans diagonales et d’étoiles, souvent à cinq branches (fig. 15). La très faible profondeur de la rayure rend parfois difficile le repérage et l’identification de cette catégorie de marque lapidaire. Elle est également connue en Syrie, dans quelques constructions protobyzantines en roche tendre ou ferme, en particulier dans les tours qui encadrent les portes nord et sud de Halabyya-Zenobia103.

Marques rayées à la règle ou régies par des repères géométriques

  • 104 Lauffray 1983, p. 117.

96Ce principe de marquage est très proche du précédent, il se distingue seulement par le guidage de la pointe à tracer le long d’une règle. Ici aussi, le marquage se pratique en un seul passage de l’outil. La différence du résultat se concrétise par une plus grande rectitude générale des traits, mais les impuretés et les inclusions dures du tuf volcanique dévient parfois un peu le guidage à la règle de l’outil de traçage et donnent l’impression d’une absence d’appui rectiligne. Une autre méthode de guidage consiste à marquer par des points incisés dans la pierre les angles de la composition géométrique (carrés, triangles, étoiles, etc.). De tels exemplaires sont visibles, en particulier sur les murs de l’église d’Arudj pour repérer, dans le stock de pierres taillées, une boutisse qui se distingue des autres éléments de l’appareil par sa très faible largeur (fig. 25). De même que la pratique précédente, le guidage aux instruments de tracé est attesté à Halabyya-Zenobia, en Syrie104.

Marques au compas à pointes sèches

97Le compas à pointes sèches est un instrument de tracé très commun en taille de pierre. Outre ses fonctions habituelles dans les tracés, il permet d’obtenir très rapidement des marques régulières composées de rayures en arc de cercle. En dépit de l’usage du compas, on observe aussi des déviations de sa pointe active qui tiennent à la rencontre d’inclusions dures dans le tuf volcanique.

98C’est, semble-t-il, le mode de marquage lapidaire le plus répandu dans les églises du nord-ouest de l’Arménie ; il a été identifié dans presque tous les monuments en tuf volcanique portant des marques (fig. 15, en haut à g. et fig. 18). En contrepartie, il semble inconnu dans les édifices protobyzantins de Syrie. La marque au compas consiste parfois en un simple demi-cercle tracé en bordure d’un parement. Elle peut également être composée de quarts de cercles simples, doubles, triples ou quadruples, souvent tracés sur une arête ou dans un angle du parement, comme à Ptghni (fig. 26). Cette catégorie de marques peut aussi combiner des demi-cercles et des quarts de cercles pour occuper la totalité du parement. De tels exemples sont observables sur des parements du mur méridional de l’église Sainte-Gayané à Etchmiadzin.

Figure 26.

Figure 26.

Marque en triple quart de cercle réalisée au compas à pointes sèches dans l’angle.

Marques par abrasion linéaire

99Ce procédé de gravure s’apparente un peu à la rayure linéaire à main levée, mais à la place d’une pointe ordinaire, l’outil utilisé est soit un petit tranchant rugueux, à l’instar d’une râpe fine de sculpteur, soit, plus vraisemblablement, un éclat tranchant de basalte utilisé comme abrasif. Celui-ci agit par frottements répétés de long d’une même ligne, souvent assez courte. L’outil creuse ainsi un petit sillon de profil triangulaire qui se termine en pointe fine à ses extrémités. La marque produite est donc composée de lignes brisées et sa longueur totale est d’habitude assez réduite, souvent inférieure à 10 cm.

100Cette catégorie de marques lapidaires est visible, entre autres, à Arudj et à Ptghni, où elle est associée à des arcs de cercle sur le même parement (fig. 18, au centre). Leur forme est comparable aux marques rayées à main levée ou à la règle, mais elles sont souvent d’ampleur assez réduite, beaucoup plus nettes et profondes. Se trouvant parfois sur un même parement que des marques rayées, comme l’exemplaire de Ptghni cité ci-dessus, leur fonction est vraisemblablement complémentaire.

Marques gravées au ciseau ou au gravelet utilisés en progression transversale

101Il s’agit ici d’un principe assez élémentaire de gravure, utilisé le plus communément dans les marquages lapidaires antiques. Le ciseau, ou plus rarement le gravelet, est employé en progression transversale d’un côté et de l’autre des lignes de la marque pour creuser un sillon sommairement profilé en V. De toutes les techniques de marquage employées en Arménie, c’est la méthode qui incise le plus profondément la pierre. C’est la technique prédominante dans les monuments en basalte, tels l’église d’Amberd (fig. 3, marques au milieu et à dr.) et le temple romain de Garni. C’est enfin la méthode la plus répandue en Occident dans les exemplaires médiévaux les plus précoces.

  • 105 Bessac 2002, p. 69-70 et fig. 5.

102Dans les monuments du nord-ouest de l’Arménie, elle est attestée dans quelques édifices médiévaux en tuf volcanique comme l’église de Cristoporo, près de la forteresse de Dashtadem (xe s.) et dans l’enceinte de ce dernier monument (fig. 27). Par rapport aux lettres de l’alphabet arménien, qui comportent beaucoup de courbes, y compris sous une forme majuscule, cette pratique oblige les scripteurs à une simplification des formes académiques. Le résultat s’apparente donc ici plus à un signe identitaire conventionnel qu’à la lettre initiale. Mais cette difficulté d’adaptation de la forme du signe à la technique d’incision n’est pas une exclusivité arménienne, elle est identifiable également sur des marques lapidaires médiévales islamiques de Syrie105.

Figure 27.

Figure 27.

Marques sommairement gravées au ciseau sur les pierres de l’enceinte de la forteresse de Dashtadem.

Marques incisées au gravelet utilisé en progression longitudinale

  • 106 Bessac à paraître, fig. 19.
  • 107 Ibid., fig. 18.

103Ce procédé consiste à graver la marque en creusant un sillon en V à l’aide d’un gravelet utilisé en progression longitudinale. C’est la technique la plus employée pour les inscriptions épigraphiques soignées de diverses époques, notamment pour l’exemplaire de la tour sud-est d’Ererouk106. En contrepartie, elle est absente de la plupart des marques lapidaires communes observées sur les murs des monuments de la région. Le seul exemple que l’on peut proposer ici est une marque complexe, mais isolée, en relation probable avec la gravure du cadran solaire de la basilique d’Ererouk107. Ce procédé de marquage lapidaire est également rarissime dans l’ensemble des contrées du Proche et Moyen-Orient.

Marque constituée d’impacts indépendants de ciseau

104Une méthode totalement atypique de marquage lapidaire consiste à juxtaposer des séries d’impacts indépendants perpendiculaires à la face de la pierre avec un tranchant de ciseau pour créer une forme de marque. Des exemples de ce type de marquage ont été identifiés sur les parements de l’église d’Arudj (fig. 28). Deux modes de présentations de ce type de gravure ont été employés. Le premier est composé d’impacts plus ou moins continus, alignés très sommairement dans le sens de la marque et ponctué de coups perpendiculaires au trait principal. La seconde pratique consiste à produire des impacts isolés transversaux par rapport au dessin de la marque. La même marque composée d’un grand rectangle et de ses diagonales est répétée sur trois pierres contiguës avec chacune des deux méthodes, la troisième étant produite par rayure à main levée. Cette pratique semble inconnue ailleurs. Il s’agit peut-être là d’une fantaisie personnelle de tailleur de pierre plutôt que d’une méthode habituelle de marquage.

Figure 28.

Figure 28.

Marque lapidaire d’un parement du mur sud de l’église d’Aruch. Elle est constituée d’impacts de ciseau juxtaposés en ligne et parfois transversalement par rapport à la figure géométrique.

Marque martelée

105Le martelage est un terme général qui inclut aussi le piquetage. Il consiste à distribuer des impacts très serrés sur une pierre avec un outil pointu ou présentant un angle capable d’écraser peu à peu le grain de la pierre et, ainsi, de créer une trace en léger creux. L’outil utilisé peut être métallique, mais aussi en pierre dure. Le travail du scripteur consiste à marteler une ligne plus ou moins large en suivant la forme d’un signe ou d’une lettre. C’est la méthode la plus ancienne de gravure rupestre qui a été envisagée presque partout dans le monde, de la préhistoire à nos jours.

106Un seul exemplaire de marque martelée a été identifié sur un parement en basalte de l’église d’Amberd (fig. 3, en haut à g.). Il est en forme de S et côtoie des marques gravées au ciseau. Les marques lapidaires martelées sont rares et réservées aux pierres dures. Leur présence est presque toujours isolée ; ce n’est donc pas un procédé commun de marquage.

Les emplacements des marques sur les parements

107Dans l’état actuel de la recherche, on ignore si des marques lapidaires se trouvent aussi sur des faces de joint et de lit des blocs. La position des marques lapidaires sur les parements semble liée en large partie à leur méthode de gravure. Les marques obtenues par abrasion linéaire et par incision au ciseau sont assez petites et fréquemment placées près du centre du parement ou, au contraire, dans un angle. Les marques rayées à main levée ou guidées à la règle sont aussi assez souvent situées vers le milieu des faces (fig. 25).

108Les compositions courbes, réalisées au compas à pointes sèches, sont presque toujours tracées en plaçant la pointe fixe de l’instrument en bordure d’une arête (fig. 18) ou parfois dans les angles (fig. 15 en haut à g. et fig. 26). Il en résulte donc des signes qui occupent, soit un maximum de surface, soit seulement un angle du parement. Mais le fait technique le plus surprenant est la position de la pointe fixe du compas en des emplacements où il n’existe pas de point d’appui solide et stable (angles et arêtes). Le centre de ces courbes ne se situe donc pratiquement jamais sur la face. Même si on suppose que cette catégorie de marques est réalisée avant la confection du chanfrein, la très étroite marge de pierre constituée par ce dernier ne suffit pas à stabiliser le compas. Il reste donc trois possibilités techniques :

    • 108 Par rapport aux dimensions finales du bloc, le gras de taille correspond à l’épaisseur de pierre su (...)

    un tracé des marques rondes éffectué juste après la taille des parements, mais avant la taille des faces périphériques (lits de pose et d’attente, joints montants) en plaçant la pointe fixe du compas sur la marge constituant le gras de taille108 ; une telle hypothèse implique aussi, en amont du marquage, une délimitation des contours précis du parement sur la face aplanie du bloc encore relativement brut ;

  • il peut s’agir aussi d’un tracé d’arcs de cercle pratiqué après la pose des blocs en calant le compas dans le joint chanfreiné ;

  • un tracé réalisé à la fin de la taille du bloc en plaquant une règle de bois contre les arêtes du parement pour servir de point d’appui à la pointe fixe du compas.

109Aucune de ces trois hypothèses n’est pleinement satisfaisante, mais la troisième paraît techniquement la plus vraisemblable. Notons que cette pratique semble inconnue ailleurs, quelles que soient les périodes et les cultures qui ont employé les marques lapidaires. Il s’agit donc d’une particularité vraiment arménienne. Il reste à déterminer maintenant l’aire précise de son emploi dans le pays actuel et en dehors, en particulier vers l’ouest.

Marques lapidaires et caractères techniques associés

110Mis à part sur le temple romain de Garni, les marques lapidaires semblent absentes des monuments en basalte du nord-ouest de l’Arménie, comme l’église de Tegher. Pour les églises médiévales en basalte, il existe, cependant, au moins une exception pour l’église d’Amberd (fig. 3). Comme cela a été déjà souligné, le substrat de ce monument et de ses environs immédiats est dépourvu de basalte, il a donc fallu l’extraire de carrières beaucoup plus éloignées que dans le cas de Theger, par exemple. Par conséquent, l’organisation générale du chantier a été régie par d’autres règles techniques et surtout économiques qui ont exigé l’identification des blocs probablement à différents stades de leur production. Il s’agit donc d’un cas particulier.

  • 109 Étude en cours, cf. aussi Bessac 2008, p. 40-44 ; id. 2010.
  • 110 Constat plus net en Occident (id. 1986, p. 271) qu’au Proche-Orient mais néanmoins très sensible da (...)

111Au Proche-Orient, en particulier en Syrie, on constate ce même phénomène de raréfaction des marques lapidaires dans les constructions protobyzantines en basalte, alors que de tels signes sont présents dans des monuments antérieurs, notamment nabatéens et, dans une moindre mesure, romains, édifiés avec le même type de roche109. Il est donc difficile d’évoquer seulement la grande dureté de cette roche pour expliquer leur raréfaction, voire leur absence ; cette situation doit tenir à d’autres facteurs. Pratiquement partout, l’étude des impacts de la taille sur les monuments en pierres dures révèle une chute de la qualité de l’acier qui semble intervenir vers la fin de l’Empire romain et concerne également les outils de gravure110. Par ailleurs, il est vrai que les monuments arméniens en basalte sont plus tardifs que les exemplaires en tuf volcanique et les structures de production ont probablement évolué au cours du temps.

112Dans les constructions en tuf volcanique, les marques lapidaires ne sont présentes que sur des parements pourvus de chanfreins, au moins au contact des lits de pose et d’attente. Toutefois, il faut considérer à part les exemplaires incisés sur les monuments à caractère défensif, comme l’enceinte de la forteresse de Dashtadem (fig. 27) et la tour voisine située à proximité de l’église de Cristoporo. Les parements de ces constructions de défense sont traités selon d’autres critères techniques et esthétiques que ceux des églises puisque leur rôle est différent. Ils se distinguent d’ailleurs aussi par une technique de marquage lapidaire beaucoup plus rudimentaire, quasi inexistante dans les églises.

  • 111 Mouradian 1968, p. 133-135, fig. 2-4.

113Les marques lapidaires de la région ne concernent que les parements ordinaires, il ne semble pas qu’il y en ait eu sur des voussoirs, sur des linteaux ou sur des éléments ornés ou complexes (archivoltes, trompes, chapiteaux, colonnes, etc.). Les bâtiments postérieurs au xiiie s. en sont apparemment dépourvus. Pour les monuments datés entre la fin du viie s. et le xiiie s., une enquête plus poussée serait nécessaire pour vérifier leur existence durant cette période, sachant que, dans ce domaine, il ne faut pas prendre en compte des marques non caractérisées techniquement et accessibles depuis le sol, puisqu’il peut s’agir de graffitis de diverses époques et fonctions. Notons aussi que l’usage des marques lapidaires de la période du viie s. s’étend bien au-delà de la contrée observée ici, notamment plus au nord-ouest, en Georgie, dans le monastère de Djvari111.

Conclusions provisoires sur les techniques de construction de la bordure nord-ouest de l’Arménie

114Il serait prématuré de proposer ici des conclusions définitives sur la construction dans cette partie de l’Arménie. De nombreuses remarques techniques et des hypothèses de travail peuvent être néanmoins soumises à la discussion et contribuer à la réflexion de l’ensemble des équipes de recherche intéressées par les monuments de cette région.

115Les matériaux disponibles dans la région paraissent imposer un fort déterminisme technique et esthétique centré sur deux roches, l’une tendre, le tuf volcanique, l’autre très dure, le basalte. Il semblerait que l’emploi de la seconde doive attendre un certain niveau de développement technique, vers le xe s., pour s’étendre dans la région. Il pourrait s’agir de progrès sidérurgiques ou plutôt de redécouvertes de procédés antiques. Ceux-ci auraient été matérialisés par la maîtrise d’un meilleur aciérage du fer, mais la variété de l’outillage serait restée très proche de ce qui était connu dans l’Antiquité. Dans les bâtiments les plus anciens, les formats d’appareil sont très liés aux conditions géologiques des affleurements locaux des différentes variétés de tufs volcaniques. À partir du début du viie s., semble-t-il, de petites innovations techniques et esthétiques interviennent, en particulier l’usage des chanfreins autour des parements et les essais de bichromie. Ces évolutions, bien visibles, mais mineures, révèlent indirectement d’autres changements beaucoup plus importants pour l’histoire de la construction arménienne. Ils concernent surtout l’organisation de la production des blocs en série et l’apparition d’un certain degré de préfabrication des composantes architecturales.

116Mais, si l’on constate de nombreux points techniques communs entre les monuments de la région, il existe aussi de multiples cas particuliers, surtout dans le fonctionnement des chantiers. Ces spécificités très locales sont bien matérialisées, notamment par les diverses méthodes de marquage lapidaire qui trahissent l’intervention d’équipes, et probablement de maîtres d’œuvres, de traditions techniques (et économiques) relativement hétérogènes. Cela se concrétise aussi parfois dans la conception des appareils de mur, mais aussi dans le traitement des arcs. La basilique d’Ererouk s’inscrit tout à fait dans cette diversité qui justifie l’approche monographique détaillée qui sera présentée dans la prochaine livraison de Syria.

  • 112 Naccache 1992, t. II, pl. 72-85, notons aussi un ex. à Bâsûfân, dans l’église Saint-Phocas, pl. 86, (...)
  • 113 Ibid., t. II, pl. 78.

117Notons également que les quelques parallèles avec les réalisations protobyzantines de Syrie du Nord, évidents en matière de conception architecturale et parfois de décor, s’estompent dans le domaine technique. On observe des spécificités arméniennes, comme l’usage d’arcs légèrement outrepassés à clé étroite. Au contraire, on note la quasi-absence de linteaux appareillés en plate-bande, pourtant très présents à Saint-Siméon en Syrie du Nord112 et parfois même renforcés de crossettes113. Cela tient essentiellement aux différences de matériaux : le tuf volcanique en Arménie et le calcaire en Syrie du Nord. Quant aux ouvrages protobyzantins en basalte de Syrie du Sud, le décalage chronologique avec les églises arméniennes, réalisées dans cette roche seulement à partir à partir du xe s., est trop important pour tenter des rapprochements techniques.

Haut de page

Bibliographie

Alpago-Novello (A.) 1974 « L’architettura di Haghbat », Haghbat (DAA 1), Venise, p. 8-11 et 16-43.

Alpago-Novello (A.) 1977 « La basilica di Ererouk », Ererouk (DAA 9), Venise, p. 16-27.

Alpago-Novello (A.) 1978 « L’architettura della fortezza di Amberd », Amberd (DAA 5), Venise, p. 13-19.

Alpago-Novello (A.) 2005 « I khatchkar », Casnati 2005, p. 8-9.

Baud (A.) et al. 1996 L’échafaudage dans le chantier médiéval, Lyon (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes 13).

Bessac (J.-Cl.) 1986 L’outillage traditionnel du tailleur de pierre de l’Antiquité à nos jours (RAN, Suppl. 14), Paris.

Bessac (J.-Cl.) 1989 « Observations et hypothèses sur certaines marques antiques », Actes du VIe colloque international de glyptographie de Samoëns, 510 juillet 1988, Braine-le-Château (Belgique), p. 55-62.

Bessac (J.-Cl.) 1997a La construction des remparts hellénistiques en pierre de Doura-Europos (Syrie), Thèse d’histoire, Université de Rennes, 1997, 3 t.

Bessac (J.-Cl.) 1997b « Traces d’outils sur les pierres : quelques repères chronologiques », Actes du Xe colloque international de glyptographie du Mont-Saint-Odile (France), 4-9 juillet 1996, Braine-le-Château (Belgique), p. 7-32.

Bessac (J.-Cl.) 2002 « Problématique et méthodologie archéo‑ logiques des études sur la construction de la citadelle de Damas », BEO 53-54, p. 59-76.

Bessac (J.-Cl.) 2008 « À propos des marques lapidaires des fortifications médiévales de Qalaat al-Mudiq citadelle d’Apamée de l’Oronte (Syrie) », Adiyat Halab 11-12, p. 35-50.

Bessac (J.-Cl.) 2010 « Le basalte de Syrie du Sud : quelques repères techniques, économiques et chronologiques », M. Al-Maqdissi, F. Braemer & J.-M. Dentzer (dir.), Hauran V. La Syrie du Sud du néolithique à l’antiquité tardive. Recherches récentes. Actes du colloque de Damas 2007 (BAH 191), Beyrouth.

Bessac (J.-Cl.) à paraître « Observations sur la construction de la basilique d’Ererouk en République d’Arménie », Syria 89.

Bessac (J.-Cl.), J. Abdul Massih & Z. Valat 1997 « De Doura-Europos à Aramel : étude ethno-archéologique dans les carrières de Syrie », P. Leriche & M. Gelin (éd.), Doura-Europos, Études IV, 1991-1993 (BAH 154), Beyrouth, p. 159-197.

Bessac (J.-C.) & J. Pécourt 1995 « Remarques sur les techniques de construction de second art roman à propos de Saint-André-de-Souvignargues (Gard) », Archéologie du Midi médiéval 13, p. 91-122.

Casnati (G.) éd. 2005 Le “Pietre urlanti” d’Armenia, Catalogo della mostra, Venise (Ricerca sull’architettura armena 26).

Choisy (A.) 1899 Histoire de l’architecture, Paris.

Colombier (P. du) 1973 Les chantiers des cathédrales, Paris.

Cuneo (P.) 1969 « Les modèles en pierre de l’architecture arménienne », REArm 6, p. 200-231, pl. 78-118.

Cuneo (P.) et al. 1984 Ani (DAA 12), Venise.

Curatola (G.) 1986 « Architettura armena e selgiuchide: tentativo di analisi », K’asakhi Vanke’er (DAA 15), Venise, p. 15-27.

D’Angles (P.) & N. Prouteau 2003-2004 « Sondages archéologiques sur l’enceinte nord d’Ani », REArm 19, p. 29, 503-533.

Daux (G.) & E. Hansen 1987 Le trésor de Siphnos, II, Topographie et architecture, Fouilles de Delphes, Paris.

Donabédian (P.) 2008 L’âge d’or de l’architecture arménienne, Marseille.

D’Onofrio (M.) 1973 Le chiese di Dvin, Rome.

Dopéré (F.) 1996 « Données nouvelles pour l’interprétation du vocabulaire des signes utilitaires », Actes du Xe colloque international de glyptographie du Mont-Saint-Odile (France), 4-9 juillet 1996, Braine-le-Château (Belgique), p. 153-196.

Foucault (A.) & J.-F. Raoult 1980 Dictionnaire de géologie, Paris / New York / Barcelone / Milan.

Frizot (M.) 1975 Mortiers et enduits peints antiques. Étude technique et archéologique (Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines 4), Dijon.

Gandolfo (F.) 1973 Chiese e capelle armene a navata semplice dal iv al vii secolo, Rome.

Ginouvès (R.) & R. Martin 1985 Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, i, Matériaux, techniques de construction, techniques et forme du décor (coll. EFR 84), Rome/Athènes.

Grigoriantz (A.) 1981 Jean Martin, tailleur de pierre, Monaco.

Hofrichter (H.) 1980 « Il convento di S. Stefano », S. Stephanos (DAA 10), Venise, p. 5-17 et 21-53.

Jeannin (E.) 2002 Chantiers d’abbayes, Moisenay (Seine-et-Marne).

Kalayan (H.) 1968 « A new outlook into the history of architecture throught the tools used as schools of masonry », Al Mouhandess 11, p. 2-15.

Kill (R.) 1996 « Les signes utilitaires des puits et citernes », Actes du Xe colloque international de glyptographie du Mont-Saint-Odile (France), 4-9 juillet 1996, Braine-le-Château (Belgique), p. 249-282.

Kouymjian (D. K.) 1977 « Breve cronologia storica », Ererouk (DAA 9), Venise, p. 5-15 et 32-57.

Lauffray J. 1983 Halabiyya-Zénobia place forte du Limes oriental et la Haute-Mésopotamie au vie siècle. I, Les duchés frontaliers de Mésopotamie et les fortifications de Zénobia (BAH 119), Paris.

Leroi-Gourhan (A). 1971 Évolution et techniques, I, L’homme et la matière, Paris.

Macler (F.) 1920 « L’architecture arménienne dans ses rapports avec l’art syrien », Syria 1, p. 253-263.

Mariette (E.) 1875 La construction en Égypte, Alexandrie.

Mouradian (P. M.) 1968 « L’inscription arménienne de l’église de Djovari », REArm 5, p. 109-139.

Naccache (A.) 1992 Le décor des églises de villages d’Antiochène du ive au viie s. (BAH 144), Beyrouth.

Néret (G.) 1997 Description de l’Égypte, Le Caire (rééd. de l’original de 1809-1828).

Noël (P.) 1965 Technologie de la pierre de taille, Paris.

Paboudjian (P.) 1977 « La basilica di Ererouk », Ererouk (DAA 9), Venise, p. 5-15 et 32-57.

Pérouse de Montclos (J.-M.) dir. 1972 Vocabulaire de l’architecture, Paris.

Thierry (N.) 1979 « La sculpture aux VIe et VIIe s. en Arménie », Archéologia 126, p. 10-17.

Thierry de Crussol (J.-M.) 2005 Monuments arméniens de Haute-Arménie, Paris.

Tokarski (N. M.) 1978 « La fortezza e la chiesa di Amberd (xe-xive sec.) », Amberd (DAA 5), Venise, p. 5-12

Vahramian (H.) 1974 « La regione di Vaspourakan ed il complesso architettonico di Aght’amar », Aght’amar (DAA 8), Venise, p. 5-13 et 31-47.

Van Belle (J.-L.) 1988 « Les marques de tailleurs de pierre : remarques sémiologiques », Actas del V coloquio internacional de Glyptografia, Pontevedra, julio 1986, Pontevedra, p. 247-263.

Zarian (A.) 1978 « Cronologia essenziale della fortezza di Amberd », Amberd (DAA 5), Venise, p. 20-24.

Zarian (A.) 1984 « Ani sotterranea », Ani (DAA 12), Venise, p. 11-15.

Haut de page

Annexe

Abréviations bibliographiques

BAH Bibliothèque archéologique et historique

DAA Documenti di architettura armena

REArm Revue d’études arméniennes

Haut de page

Notes

1 Responsable du Centro studi e documentazione della cultura armenia (CSDCA) à Milan. Je tiens à la remercier pour m’avoir invité à réaliser cette étude, pour sa relecture très attentive et ses remarques judicieuses. Je voudrais souligner également l’aide apportée par les membres de son équipe, notamment le professeur V. Petrini (ingénieur civil) qui m’a fait part de ses remarques au cours de nos visites communes. La présente contribution a aussi bénéficié des précisions historiques et architecturales de Chr. Maranci (professeur d’histoire de l’art à l’Université de Tufts). Ma reconnaissance s’adresse aussi à la direction de la revue Syria et à l’ensemble de son équipe éditoriale.

2 Bessac à paraître.

3 Tokarski 1978, p. 5-12 ; Alpago-Novello 1978, p. 13-19 ; Zarian 1978, p. 20-24 et fig. 13-26.

4 Paboudjian 1977, p. 5-15 ; Alpago-Novello 1977, p. 16-27 ; Kouymjian 1977, p. 28-31 et fig. 6-47.

5 Donabédian 2008, p. 110-113.

6 Ibid., p. 190-198.

7 L’ensemble des résultats proposés ici ont été consignés dans un rapport exhaustif communiqué en 2006 à la responsable de l’équipe de recherche qui l’a diffusé notamment auprès de P. Donabedian (Donabedian 2008, p. 20, n. 23) et de L. Schneider, directeur adjoint du Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne (LAMM, Université de Provence).

8 Macler 1920, p. 258.

9 Ibid., p. 257.

10 Cf. notamment D’Onofrio 1973, p. 34 ; Gandolfio 1973, p. 52.

11 . Noël 1965, p. 279 ; Pérouse de Montclos 1972, t. 1, p. 53 ; Ginouvès & Martin 1985, p. 56-57.

12 Sous ce vocable sont réunis toutes les marques et signes lapidaires volontaires ainsi que les tracés divers.

13 Ces négligences m’ont été aimablement soulignées par G. Casnati.

14 Précision due à V. Petrini.

15 Choisy 1899 t. II, p. 31.

16 Bessac à paraître, fig. 27-28.

17 Dans un conglomérat, d’origine sédimentaire ou volcanique, la matrice est le ciment naturel qui réunit les divers composants.

18 Cf. le tableau des duretés types à 14 indices (dit aussi « échelle des difficultés de taille »), Noël 1965, p. 136.

19 Altérations particulièrement visibles à Ererouk, Bessac à paraître, fig. 40-41.

20 Pour les professionnels de la pierre, comme pour la majorité des géologues, le travertin se distingue du tuf calcaire par sa plus forte dureté acquise avec le temps ainsi que par une densité nettement supérieure. Il peut être poli, mais sa composition et son principe de formation sont très proches.

21 Partie médiane de la courbe d’une voûte.

22 Observation de V. Petrini

23 Bessac 1997a, t. II, p. 196-213, précisons qu’il s’agit ici de mortier de plâtre.

24 Frizot 1975, p. 29 ; Foucault & Raoult 1980, p. 68 ; Ginouvès & Martin 1985, p. 44.

25 Donabédian 2008, p. 126.

26 Ils figurent aussi sur un cliché dans D’Onofrio 1973, fig. 57.

27 Leroi-Gourhan 1971, p. 58-59.

28 Dans la première salle en entrant à dr., cf. aussi D’Onofrio 1973, fig. 84-86 ; Casnati 2005, p. 37 et Donabédian 2008, p. 197, fig. 386 et p. 224, fig. 436.

29 Contrairement aux commentaires de Thierry 1979, p. 16, fig. 2.

30 Cf. notamment Colombier 1973, p. 29-30, fig. 14 et 15 ; Jeannin 2002, p. 5, 37.

31 Bessac 1986, p. 166, fig. 38, no 1.

32 Dans les deux premières salles les plus proches de l’entrée.

33 Cf. notamment Cuneo 1969, p. 200-231 et pl. 78-118 ; Thierry de Crussol 2005, p. 35, fig. 2.

34 Cf. l’exemplaire maçonné, présenté dans Thierry de Crussol 2005, p. 125, fig. 65.

35 Cf. l’illustration dans Alpago-Novello 1974, p. 21, fig. 9.

36 Méthode encore utilisée en Arménie, mais aussi dans d’autres contrées qui ont conservé des techniques traditionnelles.

37 Pour la description détaillée du marteau têtu et de la chasse, Bessac 1986, respectivement p. 25-38 et p. 116-120.

38 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, deuxième outil, en haut à g.

39 Bessac 1986, p. 25-38 et p. 116-120.

40 Outil emmanché comportant deux tranchants larges (4 à 8 cm) et disposés à 90°, ibid., p. 52-59.

41 Id. à paraître, fig. 9.

42 Connu sous le nom Qaddoum, Mariette 1875, p. 303-306 ; Néret 1997, vol. II, p. 714-715, pl. XXX, n. 7-8.

43 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, dernier outil à dr.

44 Polka avec au moins un tranchant forgé de dents rectangulaires, Bessac 1986, p. 55-56 et fig. 16, no 1-4.

45 Marteau taillant forgé de dents rectangulaires, ibid., p. 60-68.

46 Les diverses hypothèses chronologiques concernant cette basilique seront présentées dans Bessac à paraître.

47 Kalayan 1968, p. 5, fig. 3 ; Grigoriantz 1981, p. 134 ; Bessac, Abdul Massih & Valat 1997, p. 186, fig. 30, no 1.

48 Bessac 1986, p. 69-75.

49 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, avant-dernier outil, en bas à dr.

50 Datation proposée par C. Maranci.

51 Casnati 2005, p. 37, dessin du milieu, premier outil, en bas à g.

52 Pour plus de détails sur la broche, Bessac 1986, p. 108-115.

53 Ibid., p. 121-137.

54 L’exemple le plus caractéristique de ce type de gravure est constitué par l’inscription de l’angle sud-est de la basilique d’Ererouk, cf. id. à paraître, fig. 18-19.

55 Cf. ibid., fig. 10.

56 Id. 1986, p. 192-200.

57 Cf. notamment les illustrations dans Alpago-Novello 1977, p. 36, fig. 11-12.

58 Bessac 1986, p. 231-252.

59 Cf. les illustrations dans Vahramian 1974, p. 38-45, fig. 11-18 et p. 52-68, fig. 22-40.

60 Bessac 1986, p. 226.

61 Torsion des dents d’une scie pour lui donner du mordant dans la pierre tendre ou le bois, Noël 1965, p. 361.

62 Dite « anathyrose » dans l’architecture de tradition grecque (Ginouvès & Martin 1985, p. 105-106).

63 Bessac 1997b, p. 16 et p. 32, fig. 15.

64 En cours d’étude dans le cadre de la Mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit.

65 Bessac & Pécourt 1995, p. 105.

66 Sorte de perche de bois placée obliquement (dans ce cas) pour étayer les échafaudages (Noël 1965, p. 284 ; Ginouvès & Martin 1985, p. 117).

67 Pour les informations générales sur les échafaudages médiévaux, Baud et al. 1996.

68 . Casnati 2005, p. 41 et 64.

69 Compte tenu des modifications introduites dans l’appareil des murs lors des dernières restaurations, Casnati 2005, p. 44 en haut.

70 En général, ces chanfreins hellénistiques sont liés à la taille au ravalement (Daux & Hansen 1987, p. 54), mais leur fonction est la même que dans les églises arméniennes : protéger les arêtes (Bessac 1997a, t. II, p. 169-170).

71 Cf. les illustrations dans Naccache 1992, t. II, pl. 119, fig. 1-4.

72 Cf. Bessac à paraître, fig. 8.

73 Les phases du chantier sont analysées en détail dans Bessac à paraître.

74 Ibid., fig. 24.

75 Sorte de stèle cultuelle ou commémorative, apparue vers le ixe s., dont le décor, souvent complexe, est organisé autour d’un motif central en forme de croix, Alpago-Novelo 2005, p. 8-9.

76 Curatola 1986, p. 21-25, fig. 8 et 11-13.

77 Pour l’analyse détaillée de ces essais de bichromie, cf. Bessac à paraître, fig. 44.

78 Cuneo et al. 1984, p. 63, fig. 47 ; D’Angles & Prouteau 2003-2004, p. 505-507.

79 Hofrichter 1980, p. 23-40, fig. 5-16 et 18.

80 Cette possibilité est assez commune dans la région (aimable communication de G. Casnati).

81 Zarian 1984, p. 11.

82 Par ex. à Varzahan, dans le couvent de la Sainte-Ascension (Thierry de Crussol 2005, p. 143).

83 Toutefois, le cliché de Gandolfo 1973, fig. 81, sur l’abside de l’église Sainte-Mère-de-Dieu à Avan (près d’Erevan), la vue du portail ouest dans Donabédian 2008, p. 81, fig. 144 et, p. 245, fig. 459, une fenêtre de la basilique Sainte-Croix à Kassagh sont trois exemples d’agencements similaires liés à une clé très étroite.

84 La très abondante documentation proposée par Donabédian 2008 n’offre d’exemplaires vraiment évidents que dans l’église de Banak, p. 199-200, fig. 388, 389 et 392 ; il faut naturellement écarter de cette recherche les arcs de même forme, simplement maçonnés avec des pierres non taillées rigoureusement, par ex. celui de l’église de Mokhrénis, dans la région d’Artsakh et de surcroît mal daté (ibid., p. 82, fig. 146).

85 Dans le domaine des arcs légèrement outrepassés, a priori, il semble exister cinq exceptions : Etchmiadzin, Kassagh, Avan (église de la Mère-de-Dieu), Tékor et à Lernakert, cf. les illustrations de Donabédian 2008, p. 35, fig. 35, p. 53, fig. 98, p. 42, fig. 66, p. 55, fig. 104. Voir aussi Gandolfo 1973, fig. 59, 72, 80, 83 et 91). Toutefois, ces cinq exemplaires dépourvus d’une clé d’aussi faible largeur n’en présentent pas moins, près de leur sommet, un claveau beaucoup plus réduit que ses voisins, ce qui produit un résultat technique analogue.

86 Donabédian 2008, p. 124, fig. 199 et p. 253-254, fig. 454, no 5-6.

87 Naccache 1992, t. I, p. 145-197, fig. 176, 197-201, 209, 214, 228. Toutefois, sur ces mêmes monuments, on remarque aussi des motifs similaires en demi-cercle, fig. 196, 203-207.

88 L’hypothèse de l’influence sassanide reste toujours aussi fragile qu’elle l’était il y une quarantaine d’années, Gandolfo 1973, p. 47.

89 Observations personnelles réalisées sur les arcs intérieurs des bains de l’époque de Sinan à Mostar, près du pont.

90 Donabédian 2008, p. 121, fig. 193-195.

91 Ibid., p. 157, fig. 288.

92 Ibid., p. 233.

93 Aimable communication de G. Casnati.

94 Bessac à paraître, fig. 27-28 et 31.

95 Cet espace très étroit a souvent été bouché avec du mortier, surtout du côté extérieur, il apparaît donc souvent à l’observateur comme un joint un peu plus épais que les autres.

96 Cf. les illustrations de Naccache 1992, t. II, pl. 128, fig. 1, pl. 132, fig. 1, pl. 184, fig. 1, pl. 189, fig. 1, pl. 191, fig. 2, pl. 197, fig. 1 et pl. 201, fig. 1.

97 Il existe, cependant, au moins un exemplaire assimilable à cette catégorie au-dessus du linteau monolithe du portail ouest de la cathédrale d’Avan (Donabédian 2008, p. 81, fig. 144-145) qui offre, en outre, la particularité d’être très légèrement en arc outrepassé.

98 Il existe d’autres exemplaires du même dispositif par ex. à Baïbourd et à Parpi (cf. les illustrations de Donabédian 2008, p. 36-37, fig. 41 et 47), mais dans le premier exemple, le vide de décharge est bouché avec une plaquette de pierre et, dans le second, avec du mortier.

99 Naccache 1992, t. II, pl. 87, fig. 1, pl. 119, fig. 1-4 et pl. 201, fig. 1.

100 Cf. les illustrations de Gandolfo 1973, fig. 57 ; Donabédian 2008, p. 42, fig. 84.

101 Cf. les multiples mises au point sur ce thème dans les différents actes des colloques que publie le Centre International de Glyptographie à Braine-le-Château (Belgique) sous la dir. de J.-L. Van Belle depuis 1979.

102 Van Belle 1988, p. 247-263 ; Bessac 1989, p. 55-62 ; Dopéré 1996, p. 153-196 ; Kill 1996, p. 249-282.

103 Observations personnelles de l’auteur.

104 Lauffray 1983, p. 117.

105 Bessac 2002, p. 69-70 et fig. 5.

106 Bessac à paraître, fig. 19.

107 Ibid., fig. 18.

108 Par rapport aux dimensions finales du bloc, le gras de taille correspond à l’épaisseur de pierre supplémentaire laissée comme marge de sécurité lors de son équarrissement préliminaire à sa taille définitive (Noël 1965, p. 192) .

109 Étude en cours, cf. aussi Bessac 2008, p. 40-44 ; id. 2010.

110 Constat plus net en Occident (id. 1986, p. 271) qu’au Proche-Orient mais néanmoins très sensible dans la région (id. 2010).

111 Mouradian 1968, p. 133-135, fig. 2-4.

112 Naccache 1992, t. II, pl. 72-85, notons aussi un ex. à Bâsûfân, dans l’église Saint-Phocas, pl. 86, fig. 1 et 2.

113 Ibid., t. II, pl. 78.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de position des principaux monuments observés.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 2.
Légende Tympan et parements en travertin (ou tuf calcaire) de la basilique d’Odzun.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-2.png
Fichier image/png, 487k
Titre Figure 3.
Légende Parements ciselés en basalte de l’église d’Amberd comportant des petites marques lapidaires, de g. à dr.  : en haut à dr. (en forme de S,) au milieu à g. (sorte de h), en haut à g. (double signe angulaire).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-3.png
Fichier image/png, 676k
Titre Figure 4.
Légende Patine gris clair et taches blanches acquises par le basalte après plusieurs siècles d’exposition aux intempéries, façade sud de l’église du monastère de Tegher (1313).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-4.png
Fichier image/png, 483k
Titre Figure 5.
Légende Blocs de basalte employés quasiment en l’état naturel à la base d’une tour de la forteresse de Dashtadem.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-5.png
Fichier image/png, 703k
Titre Figure 6.
Légende Tufs volcaniques de différentes couleurs employés côté sud de la cathédrale de Talin.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-6.png
Fichier image/png, 536k
Titre Figure 7.
Légende Inclusions dures (gris foncé) dans le tuf volcanique de la cathédrale de Talin et exemple de mélange de tuf rose et gris dans le même bloc.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-7.png
Fichier image/png, 607k
Titre Figure 15.
Légende Joints montants très fins et légèrement ondulants dans le mur sud de l’église Sainte-Gayané à Etchmiadzin construite en tuf volcanique  ; la plupart des parements portent des marques lapidaires en forme d’étoiles à cinq branches ou en arc de cercle (en haut à g.).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-8.png
Fichier image/png, 697k
Titre Figure 24.
Légende Arc de décharge segmentaire au-dessus d’un linteau monolithe de la façade sud de l’église de Ptghni.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-9.png
Fichier image/png, 713k
Titre Figure 8.
Légende Joint chanfreiné rempli de mortier fin de chaux et lissé, visible sur la façade extérieure de l’église d’Arudj.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-10.png
Fichier image/png, 439k
Titre Figure 9.
Légende Trous de calage d’entraits de fermes pour les cintres de pose, pratiqués au-dessus de la naissance des arcs de l’église d’Arudj, très probablement lors d’une restauration du xxe s.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-11.png
Fichier image/png, 462k
Titre Figure 10.
Légende Blocs de tuf volcanique à parement brut d’extraction ou de débitage employés dans le socle oriental de la basilique d’Ererouk.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-12.png
Fichier image/png, 625k
Titre Figure 11.
Légende Blocs naturellement prismatiques dans un affleurement de basalte sur le versant sud-est de la colline du village de Pthgni.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-13.png
Fichier image/png, 472k
Titre Figure 12
Légende Impacts de polka (ou d’un outil comparable) sur les parements de la forteresse de Dashtadem.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-14.png
Fichier image/png, 596k
Titre Figure 13.
Légende Traces de marteau grain d’orge oriental sur un parement intérieur de l’abside de l’église de Ptghni.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-15.png
Fichier image/png, 612k
Titre Figure 14.
Légende Impacts de broche sur des parements encadrés d’une ciselure périmétrale dans une tour de la forteresse de Dashtadem.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-16.png
Fichier image/png, 672k
Titre Figure 16.
Légende Blocs de tuf employés brut d’équarrissement sommaire à l’intérieur d’une tour de la forteresse de Dashtadem.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-17.png
Fichier image/png, 560k
Titre Figure 17.
Légende Façade ouest de l’église d’Amberd construite en blocs de basalte de hauteur d’assise régulière et de format quasi modulaire.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-18.png
Fichier image/png, 428k
Titre Figure 18.
Légende Parements de l’église de Ptghni présentant leurs arêtes chanfreinées et des marques lapidaires tracées au compas (dans le bas et dans les angles) ou gravées (au milieu).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-19.png
Fichier image/png, 597k
Titre Figure 25.
Légende Église d’Arudj, marque rayée sur une boutisse étroite  ; son dessin est composé de quatre carrés égaux et de leurs diagonales, dont le tracé a été guidé par des points de repère géométriques matérialisés par un petit trou rond dans les angles.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-20.png
Fichier image/png, 386k
Titre Figure 19.
Légende Décors des fenêtres sud de la cathédrale de Talin  : les motifs géométriques ont été taillés au sol et ont donc été répartis autour du joint avec parfois des espaces irréguliers  ; les rinceaux (à g.) ne se raccordent qu’imparfaitement.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-21.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 20.
Légende Khatchkars sculptés au sol dans du basalte, puis placés au sommet de la façade du monastère de Tegher (xiiie s.)  ; les décors ont été peints en rouge et les lettres des inscriptions contiennent des traces de mortier
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-22.png
Fichier image/png, 623k
Titre Figure 21.
Légende Façade ouest de l’église d’Arudj dont l’appareil a été calculé, en particulier dans le bas, pour tenter de créer un dessin polychrome géométrique.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-23.png
Fichier image/png, 498k
Titre Figure 22.
Légende Schéma du couvrement d’une porte d’Ererouk apparemment taillé en plein-cintre, à l’origine, mais dans lequel on a introduit, au moment de sa mise en œuvre, une clé très étroite qui a élargi le cercle.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-24.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 23.
Légende Porte de l’église du monastère de Tegher (1232), couverte par deux arcs en accolade supportés par un grand linteau monolithe assemblé en onglet.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-25.png
Fichier image/png, 556k
Titre Figure 26.
Légende Marque en triple quart de cercle réalisée au compas à pointes sèches dans l’angle.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-26.png
Fichier image/png, 807k
Titre Figure 27.
Légende Marques sommairement gravées au ciseau sur les pierres de l’enceinte de la forteresse de Dashtadem.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-27.png
Fichier image/png, 665k
Titre Figure 28.
Légende Marque lapidaire d’un parement du mur sud de l’église d’Aruch. Elle est constituée d’impacts de ciseau juxtaposés en ligne et parfois transversalement par rapport à la figure géométrique.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/943/img-28.png
Fichier image/png, 531k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bessac, « Observations sur la construction monumentale dans le nord-ouest de la République d’Arménie », Syria, 88 | 2011, 379-415.

Référence électronique

Jean-Claude Bessac, « Observations sur la construction monumentale dans le nord-ouest de la République d’Arménie », Syria [En ligne], 88 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/943

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals