Navigation – Plan du site
2007

Les notices de conflit dans la Normandie ducale (milieu du XIe-milieu du XIIe siècle environ)

Dispute reports in ducal Normandy (c mid-11th-mid-12th century)
Thomas Roche

Résumés

La « notice de conflit » (plutôt que « de plaid ») qui constitue le principal – mais non le seul – procédé pour inscrire dans un écrit un litige aux XIe et XIIe siècles, est un type documentaire délicat à définir. Elle se caractérise par la mise en récit du conflit qui organise souvent l’utilisation de documents antérieurs et qui induit un rapport au temps ambigu. L’historien doit être attentif à ces intrigues, car leur richesse apporte moins une information plus complète que plus complexe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fourches : Calvados, cant. Morteaux-Coulibœuf.
  • 2 Musset, 1985.
  • 3 BnF, ms. lat. 10086, fol. 182v, édité par Brunel, Ponthieu..., n° 15.
  • 4 BnF, ms. lat. 10086, fol. 180 ; sur ce cartulaire, le Chartrier rouge de l’abbaye de Troarn, voir l (...)
  • 5 Commeaux : Orne, cant. Argentan-Ouest.
  • 6 Robert est le gendre du comte, décédé en 1100. À la mort de sa femme, le titre passe à son fils Gui (...)

1Le mardi 5 novembre 1101, une foule sans doute nombreuse se pressait au château de Fourches1, venue assister au plaid présidé par Robert de Bellême, opposant l’abbé Arnoul de Saint-Martin de Troarn et ses moines au chevalier Robert Samson. Nous ne sommes pas certains du lieu exact ; nous ne sommes pas sûrs du déroulement des débats ; nous savons seulement que tout se termina par un accord vraisemblablement proposé par le seigneur de Bellême. Pourtant nous sommes particulièrement bien documentés sur cette assemblée2 : deux sources en témoignent, d’une part, une charte dressée au nom de Robert de Bellême3, d’autre part, un texte narratif et informe4, ce que l’on appelle couramment une « notice ». Ces deux textes proposent deux points de vue différents sur le plaid de Fourches. Le second, qui situe l’action dans l’aula du château, rappelle l’origine du litige – l’hommage prêté du vivant de Roger de Montgommery, père de Robert de Bellême, par Robert Samson à l’abbé de Troarn pour la terre de Commeaux5 – et détaille les arguments échangés entre les deux parties ou, pour être plus précis, les recours employés par l’abbé Arnoul pour contrer son adversaire : des témoins loyaux et très vieux ainsi qu’une charte. Enfin il décrit comment Robert de Bellême obtint la réconciliation des parties (Robert Samson en rabattant sur ses prétentions et l’abbé lui accordant quelques concessions dont une centaine de sous) et énumère les témoins présents pro milicia, c’est-à-dire les chevaliers composant le plaid puis ceux du parti de Robert Samson ; les témoins venus soutenir l’abbé ne sont pas nommés. Le premier texte est d’apparence plus solennelle : la charte s’ouvre par un préambule rappelant l’exigence de paix et pare son auteur diplomatique, Robert de Bellême, du titre exceptionnel de « comte du Ponthieu par la grâce de Dieu »6. Elle ne souffle mot de l’origine du litige, ni du déroulement du plaid, situé « devant la cour [de Robert], dans [sa] maison et [sa] camera », mais reprend l’énonciation des clauses de l’accord final. Nous apprenons en outre que ce dernier fut confirmé par un baiser de paix.

  • 7 Le terme anglo-saxon est difficilement traduisible en français, comme ses équivalents allemands : P (...)

2Ce dossier illustre bien les problématiques de la « notice », du milieu du XIe au milieu du XIIe siècle : son caractère informe (qui a longtemps conduit diplomatistes et historiens à voir en elle le pendant documentaire de l’« anarchie féodale »), son rapport ambigu à d’autres documents (ici, la notice sert-elle de « brouillon » en vue de l’établissement ultérieur de la charte, enrobe-t-elle après coup le texte de l’accord par un récit, un aide-mémoire argumenté, ou bien, malgré leurs convergences, les deux textes auraient-ils été produits indépendamment, la charte par les clercs de Robert de Bellême, la notice par les moines ?), sa fonction et sa place dans la literacy7 de l’époque, la richesse des informations qu’elle apporte, mais que masquent des récits bien construits et biaisés.

  • 8 Guyotjeannin, 1997 ; Barthélemy, 1997.
  • 9 Guillot, 1972.
  • 10 White, 1978, 1986, 1987, 1995.
  • 11 Barthélemy, 1993, p. 652-680 ; Id., 1997 ; Senséby, 1997, 2003, 2004 ; Lemesle, 1999a, p. 190-211 ; (...)
  • 12 On rédige encore des notices de plaid en Normandie au milieu du XIIe siècle : Rouet, Préaux ..., n° (...)
  • 13 Bates, 1978, p. 4.

3Le bilan de l’historiographie traditionnelle de la notice a déjà été dressé. Depuis plus de vingt ans, un double mouvement a conduit à réévaluer ce type documentaire. D’une part, les diplomatistes apprécient davantage le spectre multiple des pratiques scripturaires au XIe siècle : en ce temps de diffusion et de multiplication de l’écrit, l’éclatement des cadres formels est moins le signe d’une « décadence » que de la créativité nouvelle des scribes8. D’autre part, les historiens de la société se sont penchés sur les informations que nous donnent ces textes, quand ils décrivent des plaids, et leur manière de les présenter, pour mieux comprendre comment fonctionnait la justice médiévale du Moyen Âge central. Les études du règlement des conflits aux XIe-XIIe siècles ont ainsi transformé en « lieu » historiographique les notices de pays de Loire, étudiées avec méfiance par les historiens de l’Anjou9, lues et « redécouvertes » dès 1979 par Stephen White10, avec peut-être trop de confiance et de hâte, et relues ensuite par d’autres historiens en même temps qu’ils nuançaient ou complétaient les travaux de l’historien américain11. Un type de notice se dégage de ce courant d’étude, celui de la « notice de plaid », source-reine pour la période qui va des années 1050 aux années 115012, que l’on pourrait caractériser avec David Bates comme « le compte-rendu unilatéral, écrit presque systématiquement pour une institution religieuse pour se rappeler les résultats d’un plaid »13.

  • 14 Les expressions « écrit (ou notice) de conflit », « écrit de justice » (et la plus restreinte « écr (...)
  • 15 Bautier, 1984, p. 67-72.
  • 16 Le mode de composition des notices rend toutefois fréquente la coexistence des deux styles. De nomb (...)

4C’est toutefois un terme quelque peu trompeur : les notices qui ont l’habitude d’être regroupées dans cette catégorie, parce qu’elles racontent un litige, prennent en fait des formes très différentes, au point que le plaid lui-même peut en être absent... Toute définition précise de ces « notices de conflit » est en effet délicate14 ; elles ne sont pas à confondre avec leurs équivalents des VIIIe-IXe siècles, qui sont bien des comptes rendus de plaids, mais sanctionnés par une autorité15. Rechercher des critères de forme est assez illusoire, ne serait-ce qu’en raison de la rédaction à peu près systématique par le parti victorieux (ce qui est normal dans un monde où l’écriture d’un acte par le bénéficiaire est généralisée). Le premier constat à faire est donc celui de l’extrême fluidité de ces notices. Elle s’illustre dans le mélange des formes diplomatiques qu’elles peuvent employer : présence ou non d’une invocation, d’un préambule, de souscriptions, choix du style objectif ou subjectif, qui participe lui-même du travail d’écriture et de mise en intrigue de la notice16.

  • 17 Ils pourraient s’appliquer aussi, avec des types d’intrigues différents, aux pancartes et aux chart (...)

5Malgré tout, quelques traits permettent, sinon de caractériser exclusivement une notice de conflit, au moins de mieux appréhender leur logique d’écriture (et particulièrement pour les plus complexes d’entre elles17). La dimension narrative vient en premier lieu, mais à condition de l’entendre moins comme une profusion de détails par rapport à la sécheresse d’actes plus formels, que comme la mise en scène, par un fil conducteur, l’élément conflictuel. Cette mise en intrigue implique à son tour deux autres éléments : c’est elle qui organise au sein de la notice la réutilisation de textes antérieurs ; elle établit également le récit dans un rapport au temps spécifique.

Au-delà des notices : d’autres traductions diplomatiques du conflit

  • 18 Bates, 1998.
  • 19 Comme celui de Saint-Évroult (Delisle, « ‘Rotuli...’ ») ou celui, perdu, de Préaux (Rouet, Préaux.. (...)
  • 20 Chibnall, 1976.

6L’ingéniosité des scribes normands des XIe-XIIe siècles ne s’exprime cependant pas uniquement dans l’art de la notice. C’est aussi le temps des pancartes18, des rouleaux19 et des premiers cartulaires, des chroniques qui utilisent un matériau diplomatique20. Le conflit ne fait pas toujours l’objet d’une mise en écrit, d’une mise en récit : il peut trouver d’autres voies pour s’inscrire, masqué, dans des dispositifs diplomatiques plus formels.

  • 21 Fauroux, Recueil..., n° 55 (1025-1026) ; Le Breuil-en-Auge : Calvados, cant. Blagy-le-Château ; Ti (...)
  • 22 Une reproduction du bas de l’acte, avec les souscriptions, est donnée dans Potts, 1992, pl. 4, d’ap (...)
  • 23 Potts, 2000.
  • 24 B.-M. Tock explique l’existence de ces différents groupes de témoins (en écartant le cas des signat (...)

7Vers 1027, Emma de Pontchardon effectue une série de donations pour Saint-Wandrille : elle donne aux moines en particulier les villæ du Breuil et de Ticheville21. L’acte est confirmé par le duc Richard et son fils aîné. Mais il comporte également les souscriptions de son autre fils, Robert, qualifié de duc, du roi de France Henri, d’Odilon de Cluny, de Guillaume le Conquérant et de bien d’autres22. Dès cette énumération, l’incohérence chronologique est flagrante, confirmée, par ailleurs, par l’examen paléographique. L’historienne Cassandra Potts explique cette accumulation au fil des ans par la volonté des moines de capitaliser un maximum de seings, de renforcer la valeur de la charte par toutes ces autorités23. Mais il est possible de reconstituer les étapes de cette stratification et de les expliquer par un contexte conflictuel, les remises en question de ces dons par les ducs24.

  • 25 Fauroux, Recueil..., n° 80 (1029-1035).

8La première ligne de souscriptions comporte celles des évêques richardides de Bayeux et de Rouen (celui-ci est l’auteur de la clause d’anathème) et des deux ducs Richard : les croix du duc et de l’archevêque sont bien développées. Ce sont les seings contemporains de la rédaction de l’acte. Un second groupe de souscriptions s’organise autour du seing du duc Robert. En effet, le texte de la confirmation générale des possessions de Saint-Wandrille par le duc, vers 1032-1035, nous apprend qu’il restitue la villa du Breuil, dont il s’était donc emparé25. Or la présence du signum du roi de France Henri, alors en fuite en Normandie, permet de dater le second groupe de souscripteurs vers 1033.

  • 26 Fauroux, Recueil... , n° 95 (1037-1040 environ).
  • 27 Des exemples de croix autographes du Conquérant se trouvent notamment dans les chartes reproduites (...)
  • 28 La réponse est peut-être à chercher du côté du chevalier Hamon, à qui le duc Robert avait donné la (...)

9Une notice du début du règne de Guillaume permet de reconstituer la suite de l’histoire26. Elle relate les efforts déployés par l’abbé Gradulfe pour récupérer cette terre, concédée au chevalier Hamon. Le texte insiste sur les mauvais conseils, diaboliquement pervers, donnés à Robert, puis Guillaume ; à l’opposé, l’abbé, écrasé de douleur, multiplie les injonctions, et n’obtient satisfaction qu’après avoir brandi l’arme de l’excommunication. Alors, « grâce à de bons conseils », « la vérité ayant été révélée », le jeune Guillaume accepte de donner suite aux réclamations de l’abbé, qui, prudent, prend tout de même des garanties. Ce texte explique vraisemblablement le contexte du troisième groupe d’additions, qui comporte le seing de Guillaume et une liste de témoins, d’une écriture serrée, entre les seings préexistants, ce qui montre bien que le scribe a utilisé les derniers recoins du parchemin pour le placer. Il n’est pas sans intérêt de noter au passage que la croix de Guillaume ne ressemble pas ici aux croix autographes que l’on connaît de lui27. Il peut s’agir d’une croix allographe, mais comme la restitution de Ticheville date des premières années de son règne, alors qu’il n’est encore qu’un enfant, on peut aussi faire l’hypothèse d’une croix autographe maladroite, avant que le duc ne trouve son « style » bien connu des diplomatistes normands. Il faut toutefois noter que les noms des témoins qui accompagnent cette souscription ducale ne se retrouve pas dans la notice. Le quatrième groupe de souscriptions, situé au bord inférieur de la charte, qui s’ouvre sur le signum d’Helton, renvoie sans doute à une péripétie ultérieure28.

  • 29 Si nous suivons une hypothèse proposée par M.-J. Le Cacheux à propos de l’acte dont la plus récente (...)
  • 30 Bauduin, 2004.
  • 31 Arnoux, 2001, p. 7-8.
  • 32 Sauvage, Sainte-Barbe..., p. 29-30 ; Arnoux, 2000, p. 279.
  • 33 Ramackers, Papsturkunden..., n° 44 (1146).
  • 34 Il ne faudrait cependant pas négliger la possibilité d’une illusion narrative : l’auteur de la chro (...)

10Ici le conflit ne se manifeste qu’une fois réglé, par l’ajout de nouvelles souscriptions ; ailleurs, un litige peut ne s’exprimer que négativement, par grattage, comme dans la pancarte de Saint-Amand de Rouen, dans laquelle un donateur finalement réticent se voit supprimer le bénéfice des prières des moniales29. Un acte solennel, une donation ou une confirmation générale, doivent donc être lus avec recul : au sens donné par le rédacteur initial se superposent d’autres niveaux de signification, émergeant lors de lectures ou d’usages postérieurs, à l’occasion notamment d’un conflit. Dans de rares cas, il est possible de suivre ces évolutions de signification, parce qu’elles ont laissé des traces. Ainsi, grâce aux différentes versions du texte de la constitution de la dos d’Adelize de Tosny, Pierre Bauduin a pu suivre l’évolution des rapports de force et les enjeux mémoriels entre les familles de Tosny et de Breteuil au cours du XIIe siècle30 ; les ajouts portés sur une copie d’un diplôme de Charles le Chauve par les moines de Jumièges éclairent les étapes de leur litige contre l’abbaye de Saint-Vincent du Mans31. La chronique de Sainte-Barbe en Auge explique l’un des voyages romains du prieur Guillaume par les vicissitudes d’un litige sur le domaine anglais de Beckford (Gloucestershire)32, alors que le privilège pontifical obtenu, une confirmation générale des biens du prieuré, ne mentionne aucunement ce contexte conflictuel33. C’est une information précieuse, car elle semble démontrer que l’obtention d’actes très généraux fait partie des stratégies suivies pour faire pression sur un ennemi lors d’un litige : c’est une arme, utilisable en justice ou que l’on exhibe directement à l’adversaire, autant qu’un moyen de prévention34.

11Restent enfin à évoquer très brièvement les traces du conflit une fois réglé, ces différents types d’actes qui se préoccupent moins du déroulement du litige et des procédés utilisés pour le régler que du résultat du jugement ou des négociations : les notifications de déguerpissement, d’accord ou de jugement, qui peuvent se présenter comme de bien sèches « notices » au XIe siècle avant de trouver au XIIe avec le bref une forme presque canonique ; les conventions – elles aussi se distinguant mal au XIe siècle des notices – qui, prenant la forme de chirographe, détaillent pointilleusement les clauses de l’accord, en masquant pudiquement, au nom de la concorde restaurée, les détails du conflit.

Des intrigues enchevêtrées

  • 35 Il n’existe pas d’études globales sur les notices de plaid normandes, mais une étude de cas pour l’ (...)
  • 36 Laffleur de Kermaingant, Le Tréport..., n° 5 (1107).
  • 37 Guérard, Chartres…, t. 2, n° 118, p. 607 (vers 1120).

12Les notices de conflit sont bâties sur des intrigues, qui servent notamment à mettre en récit d’autres textes en jouant sur la temporalité, et dont on peut esquisser une typologie. Le cas le plus simple est évidemment celui du récit de plaid – notons tout de suite que les notices normandes sont beaucoup moins disertes que leurs cousines tourangelles ou angevines dans leur description des plaids35. Le texte s’ouvre alors sur l’événement déclencheur du litige, en fait l’incident révélateur de revendications plus larges : une notice d’une pancarte de Saint-Michel du Tréport rapporte ainsi le résultat d’une bonne journée de pêche, un esturgeon, revendiqué par l’abbé mais confisqué par l’aquarius du comte d’Eu36 ; ce qui est en jeu ici est sans doute une tension sur le partage des droits de pêche avec le comte. Il relate ensuite le plaid proprement dit, et ses temps forts. Un acte de Saint-Père de Chartres nous montre, après l’écoute des arguments, non détaillés, des parties, la désignation des juges et leur retrait pour préparer leur décision37. Parfois – plutôt rarement – la teneur des débats est évoquée ; bien souvent, seul est mentionné le recours, seulement proposé ou bien effectif, à une « preuve » (charte, duel, ordalie, serment), avant la conclusion ou l’arrangement proposé par les « juges ».

  • 38 Marchegay, Saumur…, n° 11 (1083) ; Ceaux : Manche, cant. Ducey.

13Ce type de récit est très proche du récit de litige, relatant un conflit réglé de manière informelle, sans (ou avant un) recours explicite au plaid ou à des médiateurs. C’est le cas dans une notice de Saint-Florent de Saumur, qui rapporte l’accord avec le Mont-Saint-Michel au sujet de la terre de Ceaux38. Deux moines angevins étaient passés à l’abbaye normande, prétextant qu’ils étaient sur la route vers l’Angleterre pour porter leur plainte au roi. Apprenant cela, les moines normands se révélèrent tout disposés à négocier.

  • 39 Amblie : Calvados, cant. Creully.
  • 40 Morsalines : Manche, cant. Quettehou.
  • 41 Bates, Regesta..., n° 143 (1072-1085).

14Une variante de cette intrigue est l’histoire d’un domaine, récapitulée de l’entrée dans le patrimoine de l’établissement concerné, si ce n’est même pas antérieurement à l’acquisition, jusqu’aux temps contemporains, en donnant une large place aux restitutions et aux défenses victorieuses en plaid, qui couronnent sa longue possession. Les exemples en sont nombreux : une notice de Fécamp rappelle ainsi les donation des terres d’Amblie39 et de Morsalines40 par Muriel, et se poursuit en évoquant les réclamations élevées après la mort de celle-ci par Galeran fils Ranulf. Un plaid est convoqué par le roi Guillaume, un accord y est trouvé, et le texte se clôt par sa confirmation, par le fils de Galeran après sa mort41. Récit de plaid, histoire d’une possession : ce qui diffère entre ces deux intrigues n’est pas tant ce qui est raconté que la manière de le faire, la mise en scène par l’écrit. Par exemple, l’insistance sur la possession ancienne d’un domaine, que ne peut évacuer des perturbations présentées comme passagères – bref, ce qu’induit la notice « de domaine » – peut se retrouver intégrée aux débats rapportés par une notice « de litige ».

  • 42 BnF, ms. lat. 10086, fol. 35v (1133).
  • 43 Touffréville : Calvados, cant. Troarn.

15Une notice de Troarn illustre une troisième intrigue, moins commune, la récapitulation des conflits avec un même individu42. Roger Pelavillanus, au nom de Foulques dont il est le gardien, réclame à l’abbé un homme et un cheval qu’il devrait tenir en fief de lui. Sur l’ordre du roi Henri, l’abbé tient un plaid, où l’affaire est réglée par un duel judiciaire. Mais peu de temps après, Roger émet une nouvelle revendication, cette fois sur l’église de Touffréville43 et vingt acres de terre que l’abbé aurait pris à Foulques. Les justiciers du roi ordonnent un nouveau plaid, mais sur la pression du comte Guillaume de Ponthieu, le protecteur de l’abbaye, le clamant renonce. Là encore, il ne s’agit que d’une autre manière de raconter une série de plaids.

  • 44 Voir aussi sur la composition des pancartes caennaises les remarques de : Musset, Abbayes caennaise (...)
  • 45 Bates, Regesta.…, n° 59 (1080-1082).
  • 46 Ibid., n° 61 (1066-1083) ; cette version a peut-être été composée dans le scriptorium de Saint-Étie (...)
  • 47 Fauroux, Recueil…, n° 197 (vers 1050-1066).

16Le degré zéro de l’intrigue pourrait être représenté par les incises narratives relatant un litige, très brèves, qui sont intégrées dans la litanie verbale des grandes chartes de confirmation et des pancartes et dont la tradition est de ce fait malaisée à cerner : le style énumératif de ces types d’actes a sans doute contracté le récit de chicaneries qui ont pu, par ailleurs, donner lieu à des notices autonomes, mais ce point est loin d’être assuré44. Ainsi les pancartes de la Trinité de Caen révèlent ici des plaintes, vite tues contre l’argent de la duchesse Mathilde45, mais présentées là comme des achats46. De manière plus détaillée et plus exceptionnelle, la charte de fondation de Saint-Georges de Boscherville décrit la mauvaise volonté (du point de vue du scribe) d’Hugues de Pavilly à respecter une convention47. Le ressort de l’intrigue dans ces cas est moins ces petits litiges que le récit de fondation et de constitution du patrimoine.

  • 48 Voir plus bas le cas de la notice de Douvrend. J’ai entamé une enquête sur le cas particulier des l (...)
  • 49 Bates, Regesta..., n° 162 (1080-1084).
  • 50 Aujourd’hui commune de Picauville, Manche, cant. Sainte-Mère-Église.
  • 51 Bates, Regesta…, n° 58 (1075).

17Certaines notices sont à considérer à part. Elles sont moins rédigées pour récapituler l’histoire d’un litige que pour le prévenir, en indiquant à l’avance un argumentaire contre un calumniator probable ou déjà déclaré, ou l’initier, en justifiant de droits sur des biens perdus48. La notice rédigée par le chapelain Rainald au moment de sa prise d’habit monastique et de sa donation à Jumièges de propriétés à Bayeux rapporte l’histoire mouvementée de ces biens avant qu’ils n’échoient à ce personnage, mais parce qu’elle décrit les arrangements qu’il y a faits et nomme les témoins de ces transactions, elle fournissait des arguments pour contrer les revendications formulées par le clerc Samson, sans qu’un plaid ait alors eu lieu49. Le texte de la donation du château du Homme50 par la comtesse Adelize à l’abbaye de la Trinité de Caen contient aussi des précisions destinées à écarter l’éventuelle plainte du vicomte Néel, en démontrant par avance la vanité du droit héréditaire qu’il pourrait avancer51. Ces notices préventives rappellent les argumentaires fournis dans les récits de plaid, qui sont peut-être pour certains tirés justement de ce type d’aide-mémoire.

  • 52 Ce type de construction est sans doute à rapprocher des récits de miracle contemporains, qui décriv (...)

18Cependant, la rédaction même d’une notice peut constituer en elle-même un argument : il vaudrait mieux alors distinguer deux logiques à l’œuvre dans ces récits. D’un coté, celle de la justification : une notice de conflit tend à présenter la possession d’un bien comme allant de soi depuis des temps anciens, quitte à tourner les usurpations en œuvres de mauvais abbés ou de voisins inspirés par le diable, et les succès au plaid comme des révélations de la vérité52. De l’autre, celle de l’argumentation, qui renvoie à des normes socio-juridiques et dont le but est l’efficacité devant un plaid. Il va sans dire que ce second niveau est, hors les cas de clauses préventives, difficile à percevoir puisque brouillé, retravaillé, embelli par le premier.

Des chartes en abîme

19Au-delà de cette sommaire typologie, aux contours souvent flous, le principal point commun des notices de conflit est leur singularité, travaillée par les moines qui, en écrivant ces textes, balisent l’histoire de leur communauté en réutilisant des textes antérieurs ou annexes.

  • 53 Grandvilliers : Eure, cant. Damville.
  • 54 Lot, Saint-Wandrille…, n° 50 (seconde moitié du XIe siècle).
  • 55 Chandai : Orne, cant. L’Aigle-Est.
  • 56 Guérard, Chartres…, t. 2, n° 23, p. 534 (début du XIIe siècle).
  • 57 Marchegay, Saumur…, n° 9 (1070-1083).
  • 58 Haskins, 1916, app  E, n° 4 (1088-1091). Les originaux sont conservés au Musée de la Bénédictine à (...)
  • 59 Fauroux, Recueil…, n° 229 (1066).

20Un premier procédé utilisé est celui de l’addition, c’est-à-dire de notices qui viennent compléter un acte antérieur, généralement une donation, pour relater un litige ultérieur. Ainsi, la charte de donation de l’église de Grandvilliers53 – qui elle-même rapporte un litige entre Robert, le donateur revenu sur ses pieuses intentions, et les moines de Saint-Wandrille – est suivie d’une notice sur la contestation du don par Grimould, fils de Robert, et sur l’accord finalement trouvé avec les moines54 ; c’est le même schéma que nous retrouvons dans une notice de Saint-Père de Chartres, relatant la donation de l’église de Chandai55 par Robert et la contestation élevée à son retour d’Angleterre par son frère Guillaume56. Le principe est le même et le détail différent dans un texte de Saint-Florent de Saumur, qui relate dans un premier temps la donation par le frère de l’abbé de la moitié du domaine de Ceaux, et l’accord conclu au sujet de la seconde moitié avec Raoul de Fougères et, dans un second temps, le renouvellement de cet accord que Raoul n’avait pas respecté57. Ces textes ont peut-être existé de manière indépendante ; un exemple exceptionnel nous est fourni par ces actes de Robert Courteheuse pour l’abbaye de Fécamp : trois originaux, dont deux concernent le même bien, ont été reliées par une lanière de cuir scellée58. Or ces deux textes, relatant tous deux les restitutions successives de terres à Fécamp grâce au duc, ont été transcrites ensemble dans le cartulaire de l’abbaye. Le conflit peut également interférer dans la genèse même de l’acte. En 1066, l’évêque Jean d’Avranches remet au duc une partie de son héritage, afin qu’il le donne à sa cathédrale, craignant les réclamations de sa famille59. La charte de donation est dressée ; mais, avant même que les souscriptions des témoins aient été complétées, le neveu de l’évêque vint porter sa calumnia devant la cour du duc. Il ne faut sans doute pas imaginer l’homme entrant avec fracas dans le palais ducal et contestant vigoureusement la charte de son oncle, avant même que l’encre n’ait eu le temps de sécher ; la confirmation des chartes est un processus qui prend le plus souvent son temps.

  • 60 Les mêmes techniques se retrouvent dans les autres textes que les notices : Morelle, 2001 ; Chibnal (...)
  • 61 Ce cas est à distinguer des actes complétés ; en effet, dans ce dernier cas, l’acte premier est néc (...)
  • 62 Potrel : Manche, cant. Sartilly, c. Dragey.
  • 63 Fauroux, Recueil... , n° 232 (1066).
  • 64 Rouet, Préaux…, n° A1[17] (1078-1079) .
  • 65 BnF, ms. lat. 10086, fol. 159v (1139).
  • 66 Dives-sur-Mer : Calvados, cant. Dozulé.
  • 67 La charte en question pourrait être l’une des deux versions de la donation de l’église par Herbert (...)

21Le plus souvent, la notice est le fruit d’un travail de sédimentation et d’accrétion, et ce processus de réécriture rend plus complexe à débrouiller les rapports avec les autres textes utilisés. Ces procédés correspondent tout à fait aux méthodes utilisées pour insérer un texte diplomatique dans un texte narratif repérées ailleurs et notamment chez Orderic Vital60. Le plus simple est la citation directe, d’une partie (généralement le seul dispositif ou bien la liste des témoins) ou de la totalité d’un acte. Dans les récits de type « histoire d’un bien », le document originel, la donation initiale, est inséré au début de la notice61. La charte de donation de Gerbert de la moitié du bois de Potrel62 au Mont-Saint-Michel est ainsi reprise, sans la liste de témoins, pour ouvrir la notice du conflit violent entre Roger et l’abbaye63. Sans citer précisément le texte exact d’un acte, le scribe peut fournir son analyse, c’est-à-dire faire usage des informations qu’il y a glanées, de manière explicite ou non. Le rédacteur d’une notice de Préaux qualifie ainsi très sommairement la pancarte de fondation, comme une charte de constructione loci64. Enfin, le rédacteur peut se contenter d’une simple allusion à un autre texte, ne parlant en fait que de l’« objet » charte, en faisant moins référence à son contenu qu’à ses caractéristiques externes. Dans une notice de Troarn65, l’abbé fait valoir ses droits sur l’église de Dives66 en exhibant une charte, caractérisée par ses souscripteurs (per cartam [...] firmatam manu Willelmi senioris regis et Rogerii de Belmont et Roberti filii ejus et manu Hugonis episcopi Lexoviensis), et pas par son contenu67.

22Nous devons de toute façon rester vigilant devant ces textes téléscopés : des déformations sont toujours possibles, dues à d’éventuelles négligences de lecture, ou bien volontaires car faisant partie de stratégies d’écriture – et sans doute d’argumentation au plaid.

23Ce travail d’intertextualité a pour but de mettre en contexte le conflit décrit par la notice, de l’enraciner dans un temps long. Il donne au récit un point de départ – la possession immémoriale d’un bien ou sa donation par un pieux bienfaiteur – qui lui permet de se déployer en évoquant les usurpations puis les efforts faits pour récupérer une possession ou pour expliciter l’accroissement des possessions à la suite d’un règlement de conflit.

  • 68 Fauroux, Recueil…, n° 115 (1048).
  • 69 Ibid., n° 20 (1010-1017).

24Mais ce jeu sur les textes peut aussi refléter des recours effectifs à des documents lors d’un plaid. Il faut rester prudent, puisque comme nous reconstituons le déroulement de ces plaids à partir du récit que nous en donne la notice, nous ne quittons donc jamais son échafaudage narratif : les différentes modalités d’utilisation en plaid d’un acte écrit correspondent surtout aux différents modes d’écriture de la source, et à ceux des procédés que nous venons d’énumérer qui y sont utilisés. Les cas les plus délicats sont ceux où, s’il y a allusion à une donation ou un arrangement précédent, le document écrit n’est pas explicitement mentionné. Dans un plaid tenu devant le duc Guillaume, l’abbé Gérard de Saint-Riquier défend sa cause en se référant à la « donation » des ancêtres du duc68. Nous savons que cet acte existe69, de plus la chronique d’Hariulf, d’où est tirée la notice-notification, précise que l’abbé l’avait emporté dans son voyage normand, mais le texte même de la notice reste muet sur son exhibition.

  • 70 Ibid., n° 55.
  • 71 Ibid., n° 95 : « reclamavi terram testesque multos adhibui qui descripti erant in prefata (...) don (...)
  • 72 BnF, ms. lat. 10086, fol. 180.

25Bien souvent on invoque autant les témoins d’une donation que sa mise par écrit. Dans la notice de Ticheville, l’abbé Gradulfe de Saint-Wandrille fait référence à la donation d’Emma70, et précise que les témoins d’alors l’appuient dans ses plaintes71, mais cette charte n’est pas utilisée directement lors du plaid. L’abbé de Troarn Arnoul justifie ses droits contre Robert Samson devant la cour de Robert de Bellême, nous l’avons vu, par la production d’une charte et de témoins âgés72.

  • 73 Cronne et Johnson, Regesta..., n° 790 ; Gallia christiana, t. XI, instr. c. 127 (1106).

26Parfois seulement est décrite la lecture de la charte et ses effets sur le cours des débats. Comme les moines de Saint-Taurin d’Évreux contestaient le droit de l’abbé de Fécamp à nommer leur supérieur, on procède à la lecture de la charte amenée par les Fécampois. Son analyse est intégrée à la notice de plaid73 :

[Dans la charte] était écrit que l’Église de Fécamp reçut ladite abbaye [de Saint-Taurin] du comte Robert, père du roi Guillaume qui conquit l’Angleterre, en échange de Montivilliers, reçue du comte Richard II en patrimoine (in fundo) et que l’abbé Jean et les moines concédèrent gratuitement audit comte Robert à la suite de ses prières, contre l’abbaye de Saint-Taurin, qui resterait une cella de Fécamp à perpétuité (perpetuo).

  • 74 Fauroux, Recueil…, n° 87 (1034-1035).
  • 75 Connue aujourd’hui seulement par une pancarte de tradition incertaine : Fauroux, Recueil…, n° 34 (1 (...)
  • 76 E. Tabuteau estime au contraire que ce clerc du XIIe siècle n’insiste que sur la durée de la posses (...)

27Comme on connaît l’acte par ailleurs74, on peut voir, sinon comment il a été lu lors du plaid, du moins comment l’a interprété le rédacteur de la notice. Celui-ci connaissait vraisemblablement une autre pièce du dossier, la charte de donation de Montivilliers par Richard II75. Il retient de l’acte de Robert, dont il précise la filiation, l’exposé de l’échange, en particulier la mention des prières ducales et la qualité de la possession de Montivilliers par Fécamp (in proprium alodium, sicuti de proprio alodio76) ainsi que la clause finale de l’échange, l’établissement usque in sempiternum d’une cella à Saint-Taurin.

  • 77 Mais la valeur de l’écrit et son usage lors d’un plaid sont bien connus des laïques : Gilbert de L’ (...)
  • 78 Morelle, 1997, p. 289-290 : « Le ‘poids des mots’ n’est peut-être pas seul en cause [...]. Il faut (...)
  • 79 Comme le montrent les cas connus par d’autres sources que des notices : au Xe siècle, le réformateu (...)

28L’efficacité de la charte lors du plaid ne s’inscrit pas dans notre logique moderne de preuve écrite, mais dépend aussi de la valeur qu’on lui accorde dans la discussion. L’exhibition d’un acte écrit, avec sa mise en page soignée – il s’agit de confirmations générales, d’actes solennels – et ses listes de souscriptions et de croix, puis sa lecture, dans un latin qui n’est sans doute plus très bien compris de la majorité des auditeurs77, avec son lot de formules, impressionne78 ; c’est un argument qui peut peser lourd sur les débats, mais dont l’usage ne s’éloigne pas d’autres types de preuve ou d’autres manœuvres. La solennité de la charte peut, autant qu’écraser un adversaire et lui faire perdre sa superbe, lui permettre une sortie honorable du litige, ses ambitions revues à la baisse. Mais quand l’adversaire est prêt à en découdre, la possession d’une charte se révèle toutefois sans grand effet, n’interdisant pas, bien au contraire, de négocier un compromis, et n’empêchant pas toujours la défaite ou l’étouffement du litige79.

Les temps des notices

  • 80 Bates, 1978, p. 11.
  • 81 Héauville : Manche, cant. Les Pieux.
  • 82 Bates, Regesta…, n° 200 (1080).
  • 83 Il est difficile de trancher : s’agit-il d’une colère feinte pour remettre un serviteur ducal à sa (...)
  • 84 E. Tabuteau ne pense pas qu’il faille rapprocher ce geste des gifles et des coups rituels, portés à (...)
  • 85 Fauroux, Recueil…, n° 89 (1035).

29Les modalités d’élaboration des notices incitent à quelques réflexions. Comme un grand nombre de notices inclut des actes antérieurs ou annexes, et est soumis à un travail permanent de réécriture, il est délicat de parler d’« original »80. Se pose alors la question des vecteurs de la mémoire monastique : selon une notice de Marmoutier, le duc Guillaume abandonne avant 1066 à cette abbaye une série de coutumes sur le domaine d’Héauville81 ; après la conquête, l’excès de zèle du vicomte Robert Bertrand oblige les moines à traverser la Manche pour voir respecter cette franchise, la colère du roi et la diligence de la reine aidant82. Or dès la première partie du texte Guillaume est dit roi. S’agit-il d’une réécriture d’une notice antérieure, ou la mise par écrit, au moment du litige, d’une concession dont on s’est souvenu par d’autres moyens, peut-être cette « boutade »83, le coup porté par le duc avec un os de porc au forestier Hugues ? Cet épisode invite à considérer autrement ce type de geste rituel84 : les diplomatistes en ont fait peut-être un peu vite l’apanage des laïcs, puisqu’ils ne sont pas de l’ordre de l’écrit, monopole des ecclésiastiques ; mais ne serviraient-ils pourtant pas d’abord de repère mémoriel aux moines, avant la mise par écrit d’une transaction ou éventuellement la sollicitation de la mémoire passive des témoins, au moment d’un litige ? À un enfant qui demandait pourquoi on le giflait si fort, son père aurait répondu que, comme il était jeune, c’était pour qu’il s’en souvienne longtemps85. Mais ce genre de discours rappelle également les préambules classiques sur l’oubli et sa conjuration par l’écrit. Or nous ne savons pas si le personnage en question a bien prononcé ces paroles ; il est certain en revanche que c’est le scribe, en écrivant, qui les lui place dans la bouche.

  • 86 Fauroux, Recueil…, n° 10 ; Douvrend : Seine-Maritime, cant. Envermeu.
  • 87 Dans son édition, M. Fauroux fait un lien entre ce procès et la récupération du domaine par l’évêqu (...)
  • 88 On peut sans doute écarter l’hypothèse d’une compilation de divers éléments au moment de la rédacti (...)
  • 89 Fauroux, Recueil…, n° 208 (1055-1066) ; mais la charte est signée par l’archevêque Maurille.
  • 90 Guillaume d’Évreux meurt en 1118 ; la fourchette de datation proposée pour le bref est 1113-1120 : (...)

30Il est d’autant plus difficile de raisonner en terme d’original et de reconstituer des textes premiers que la complexité de certaines rédactions transforme les notices « finales » en véritables mosaïques. Une notice du cartulaire de la cathédrale de Rouen relate ainsi l’histoire mouvementée de la villa de Douvrend86. Elle se compose d’abord du récit des usurpations de ce domaine : il est soustrait du patrimoine ecclésiastique pour être confié par l’évêque Hugues (942/943-987/989) au mari de sa sœur. Après le décès de ce dernier, il suit la femme, remariée à un Hervé. À la mort de celui-ci, un certain Gautier le réclame, arguant de sa parenté avec le défunt ; l’évêque, cette fois-ci Robert (987/989-1037), de la famille des ducs, cède, mais le rachète quelque temps plus tard. Après l’avoir tenu trente années, il le donne finalement, « injustement » rajoute le rédacteur, à son fils. La notice ne s’arrête pas là, puisqu’elle inclut ensuite une énumération des différentes composantes de la villa de Douvrend. Le texte se termine par le récit d’un jugement rendu sur l’ordre d’un duc Richard, ne concernant semble-t-il qu’une des dépendances du domaine87. Il est curieux que la notice constate en fait un « échec », c’est-à-dire l’appropriation du domaine par Richard d’Évreux, le fils de l’évêque. Sans doute a-t-elle été rédigée pour appuyer les revendications d’un évêque de Rouen postérieur88, peut-être au moment de la concession de certains droits sur Douvrend par Richard à l’abbaye Saint-Sauveur d’Évreux89, ou plus sûrement après la mort de Guillaume, fils de Richard, quand ses possessions passent aux mains d’Henri Beauclerc, qui restitue plus tard par un bref le domaine à l’évêque Geoffroy90. En tout cas, elle n’a pas été complétée ou amendée après cette récupération, et le compilateur du cartulaire, s’il a transcrit les deux textes à proximité, ne les a pas reliés.

  • 91 Gazeau, 2000.
  • 92 Fauroux, Recueil..., n° 232. Sur cette question, cf. Bates, 1978, p. 13.

31Les notices semblent ainsi flotter dans le temps. Pourtant, elles comportent souvent (plus fréquemment semble-t-il que les autres actes normands de l’époque91) un élément de datation : au moins le jour, parfois l’année, souvent en début de texte. La référence unique à une date marque paradoxalement l’inscription de ces textes dans un temps long : cette date ne correspond en effet qu’à un épisode du récit, qui peut courir, s’il y a réécriture, sur de très longues durées. Ce n’est pas par coquetterie chronologique que les scribes la précisent, mais plutôt pour jalonner une histoire mouvante, pour marquer le point d’articulation entre la légende des origines et la gestion au quotidien. Ce souci conduit parfois le rédacteur à saborder sa propre datation, quand il énumère parmi la liste des témoins des personnages qui n’auraient pas pu être physiquement présents : la notice de Potrel fait ainsi figurer la souscription de Robert, évêque de Sées, alors que les événements ont lieu en 1066 et qu’il n’est élu qu’en 107092.

Bilan : les réalités mouvantes des notices multiples

  • 93 Vains : Manche, cant. Avranches.
  • 94 Briouze : Orne, chef-lieu de cant.
  • 95 Bellême : Orne, chef-lieu de cant.
  • 96 Aujourd’hui commune de Verneuil-sur-Avre, Eure, chef-lieu de cant.
  • 97 Dame-Marie : Orne, cant. Bellême.
  • 98 Pont-Audemer : Eure, chef-lieu de cant.

32L’examen de quelques notices connues par plusieurs versions nous permet enfin d’esquisser un bilan et de souligner aussi les difficultés que pose l’usage de ces documents pour l’historien. Ces dossiers sont ceux de Vains93 (moulin dépendant du Mont-Saint-Michel), de Briouze94 (église donnée à Saint-Florent de Saumur), de Saint-Léonard de Bellême95 (église tenue par des chanoines, puis reprise par les moines de Marmoutier), de Gauville96 et de Dame-Marie97 (dépendances de Jumièges) et de Pont-Audemer98 (dépendance de Saint-Pierre de Préaux). On retrouve dans ces documents les caractéristiques décrites jusque là : l’organisation par un récit, de plaid ou de domaine, l’utilisation de documents plus anciens, l’inscription dans un temps long.

  • 99 Rouet, Préaux…, n° A1.
  • 100 Ibid/, n° A67 ; le cartulariste n’a pas pris la peine de copier la notice complètement, pour évite (...)
  • 101 Ibid., n° A1[8].
  • 102 Ibid., n° A1[17].

33Certains de ces textes démontrent bien la fonction de l’intrigue dans l’organisation des matériaux antérieurs. Les notices de Préaux sont ainsi très simplement rédigées autour de deux récits distincts, celui de la fondation de l’abbaye pour la pancarte99 et celui de l’histoire d’un bien100, qui conduisent à aménager différemment le collage des textes sources (ou la mise en écrit des transactions décrites). La donation et la récupération du bien constituent les deux temps de la notice de plaid, mais ces deux temps sont bien distingués dans la pancarte, qui place la première dans l’énumération de la constitution du patrimoine101 et la seconde en clôture102 ; il s’agit sans doute d’un ajout postérieur, en tout cas cette dernière partie mentionne une lecture de la pancarte elle-même à l’héritier du fondateur, et cette dimension réflexive, faisant office de confirmation, est plus importante ici aux yeux du compilateur que le destin particulier du bien contesté par Hugues fils Turulfe.

  • 103 Fauroux, Recueil…, n° 148, version A1 (avant 1066).
  • 104 Ibid/., n° 148, version A2 (1061).
  • 105 Bates, Regesta…, n° 214 (vers 1076).
  • 106 Fauroux, Recueil... attribue le n° 77 à cet acte perdu ; notons que Robert a donné l’église de Vai (...)

34Les aménagements apportés par les moines du Mont-Saint-Michel aux notices relatives au moulin de Vains sont le signe d’une volonté de mise à jour. Une première version ne mentionne que la restitution du moulin effectué, contre une large somme, par le duc Guillaume à l’abbé Ranulf103. Une seconde version, datée de 1061 constitue une amplification de cette simple restitution, toujours présentée comme une charte de Guillaume104 : le texte mentionne la donation originelle faite par le duc Robert, rapporte la perte du moulin, vendu par l’abbé Suppon, vilipendé par le rédacteur, puis sa récupération après un plaid devant le duc, sans mention d’une somme versée. La dernière version, ajoutant le récit d’un nouveau plaid tenu vers 1076, reprend la plupart de ces éléments, en proposant un autre ordonnancement105. La notice s’ouvre par une mention rapide du dernier litige réglé, avant de rappeler la donation par Robert, mais de manière plus détaillée, précisant qu’elle s’est faite par une charte, munie d’un « terrible anathème », puis la mort en pèlerinage du duc. Elle continue par le récit de la première usurpation, en des termes qui rappellent la deuxième version de la notice, mais en y ajoutant quelques précisions ; c’est néanmoins le texte de la première version qui est repris pour signifier la restitution du moulin, mais muni cette fois-ci de la liste des témoins de l’autre version. Le travail de réécriture est important, et il est intéressant de noter quel sort subit le rappel de la donation du duc Robert : comme aucun acte ne subsiste à son sujet106, l’hypothèse d’un faux, fondé sur le souvenir d’une transaction orale et préparé peut-être pour assurer les droits des moines en 1076 n’est peut-être pas à exclure.

  • 107 Vernier, Jumièges…, n° 34 (1086).
  • 108 Fauroux, Recueil…, n° 51 (1023-1026).
  • 109 Vernier, Jumièges…, n° 35 ; voir le commentaire de Tabuteau, 1988, p. 83.

35D’autres dossiers font prendre conscience du caractère partiel des récits. La notice – qui tient d’ailleurs plus de la notification – du plaid du 31 mai 1086 tenu par Robert de Bellême est ainsi laconique, consacrant ainsi moins de place à indiquer l’enjeu du procès entre les moines de Jumièges et ceux de Saint-Mesmin de Micy qu’à énumérer les trois abbés et huit barons qui se prononcèrent107 ; le jugement est rendu en faveur des moines de Jumièges, qui reçoivent confirmation de leur saisine de la terre de Dame-Marie. La lumière sur les circonstances du conflit vient d’autres actes, la charte de donation de ce domaine par le moine Albert, avant 1018108, et surtout, la notice récapitulative de l’histoire du domaine, rappelant la donation initiale et expliquant qu’Albert, devenu abbé de Saint-Mesmin, a par la suite convaincu les moines de Jumièges de transformer cette donation en mort-gage, afin d’y financer la construction d’une église109. Le statut en fait incertain de la terre de Dame-Marie devait entraîner un litige, finalement porté devant les juges. Cette deuxième notice n’est pas datée ; elle ne mentionne pas le plaid de 1086 mais ses éditeurs et commentateurs successifs avancent une rédaction contemporaine : elle constitue sans doute un aide-mémoire de l’argumentation prévue pour convaincre les juges, et a été établie en double exemplaire probablement pour des raisons archivistiques.

  • 110 Vernier, Jumièges…, n° 53 (1109).
  • 111 Ibid., n° 52.
  • 112 Ibid., n° 51.
  • 113 Il donne un certain nombre de terres à Jumièges (Fauroux, Recueil…, n° 51 ; Vernier, Jumièges…, n(...)
  • 114 Bates, 2003, p. 37-41.

36Chaque notice du dossier de Gauville apparaît aussi comme une pièce d’un puzzle plus complexe. En 1109, l’abbé de Jumièges obtient d’un plaid tenu par Gilbert Crispin et sa mère la restitution de cette église et de ses dépendances110. La notice de ce jugement existe en deux versions, probablement un brouillon ou une copie et un original, puisque seule l’une est souscrite ; une clause, qui prévoyait un compromis avec les adversaires des moines manque dans cette dernière version. Le texte rapporte l’histoire de ce bien, acheté à Foulques, puis repris par son héritier Garin, rendu une première fois par le fils de ce dernier, Gilbert, quand blessé il prend l’habit monastique, et de nouveau confisqué par les frères de Gilbert. Une notice probablement antérieure revient sur la première usurpation111 : on y précise notamment que Garin est le frère de Foulques et que celui-ci avait vendu Gauville au moine Albert dont nous venons de parler. Un document encore plus ancien brouille par contre un peu notre vision112 : Gauville y aurait été donné par un certain Thibaut, et cette transaction aurait été confirmée, probablement après la mort de celui-ci, par sa femme et ses deux fils Christian et Garin. Il ne fait guère de doute que Foulque est un troisième fils de Thibaut, sans doute l’aîné, qui n’aurait pas consenti au don de son père et repris une première fois Gauville ; le moine Albert aurait négocié dans un second temps une restitution. Curieusement, dans leurs notices et leurs plaids postérieurs, les moines de Jumièges ne s’appuient jamais sur la charte de Thibaut ; l’achat à Foulques constitue toujours le point de départ des récits. Dans l’un et l’autre le rédacteur met en fait l’accent sur un autre participant à cette transaction. Dans le premier cas, c’est la figure d’Albert, personnage clé de l’histoire de Jumièges dans le premier XIe siècle, ayant contribué à l’augmentation et à la préservation du patrimoine monastique113, qui est mise en avant, sans doute pour ancrer la possession de Gauville dans un passé prestigieux. Dans l’autre, le rédacteur insiste sur la présence à ce moment de Gilbert Crispin l’Ancien, cette fois-ci pour marquer le lien avec le jugement rendu par son fils, et auquel assiste sa veuve, qui a peut-être, comme le pense David Bates, joué un rôle mémoriel114.

  • 115 Bates, Regesta…, n° 267, version I (1080).
  • 116 Ibid., n° 267, version II (1093-1094).
  • 117 J’ai commenté ce dossier dans ma communication « Trois plaids pour deux : remarques sur des notices (...)

37On comprend que l’analogie du puzzle touche vite ses limites, puisque les pièces se chevauchent plus qu’elles ne s’encastrent ; on le voit particulièrement quand plusieurs versions d’un même plaid sont conservées. Dans les deux beaux dossiers qui présentent cette situation, ceux de Briouze et de Saint-Léonard de Bellême, les contradictions entre les différentes versions sont frappantes dès qu’il s’agit des aspects juridiques et institutionnels. Dans le dossier de Briouze, le plaid est réuni dans un cas à l’improviste, à l’initiative du donateur de l’église aux moines de Saumur-Florent, désireux de voir sa transaction enfin confirmée par le duc115 ; dans l’autre notice, ce sont les moines de Lonlay, contestant le bien-fondé de la donation, qui portent plainte devant le duc, qui convoque dans un second temps les parties au plaid116. La seconde notice a été rédigée au moment du renouveau du litige sous Robert, et le souci de présenter une symétrie entre ces deux affaires, en montrant à chaque fois les moines de Lonlay revendicatifs avant de perdre, « confus et honteux », a conduit à aménager le récit117.

  • 118 Bates, Regesta…, n° 29, version I (1070-1079).
  • 119 Ibid., n° 29, version II (rédaction vers 1092).
  • 120 Fauroux, Recueil…, n° 56.
  • 121 Lemarignier, 1937, p. 181-192 ; Prou, 1908, p. CCXIX-CCXXXV.
  • 122 Arch. dép. Orne, H 2156 ; la pancarte comporte un troisième texte, visiblement ajouté après coup.
  • 123 Barret, Perche..., n° 15.

38Dans le cas de Bellême, l’inflexion est intéressante : l’origine du conflit est décrit en des termes similaires dans les deux versions, l’évêque de Sées ayant cherché à faire valoir ses droits sur l’église. Mais dans la première mouture, les chanoines de Bellême et leur patron Roger de Montgommery font appel à la justice de l’archevêque de Rouen, parce que l’évêque de Sées aurait brandi, abusivement selon eux, l’arme de l’excommunication118 ; dans la seconde, c’est l’évêque de Sées qui porte plainte directement devant Guillaume le Conquérant119. Cette dernière version est en fait moins sensible à certaines dimensions ecclésiastiques du plaid. Par exemple, si la première affirme que les chanoines s’appuient sur une exemption de coutumes confirmée par le pape Léon, la seconde version ne cite que la charte de fondation de l’église et insiste plutôt sur l’autorité du roi de France, qui la souscrit : l’exemption ne pourrait être remise en question puisque l’on ne saurait enfreindre ce qui a été institué par un roi. Dans les deux cas, des témoins âgés appuient les chanoines : si dans la notice la plus ancienne ils témoignent, de manière classique, plus de la cérémonie de dédicace de l’église que de la mise par écrit d’un acte de fondation, dans la seconde, le rédacteur place avec art le contenu du privilège dans leur bouche : ceux-ci se souviennent de la présence du roi Robert le Pieux, du duc Richard et de nombreux autres à la dédicace. Ce qui ne manque pas de piquant, puisque cette fameuse charte royale est un faux120 élaboré vraisemblablement en plusieurs étapes121. Comme dans le cas de Briouze, la rédaction de la seconde notice correspond au réveil des hostilités : son texte est connu par une pancarte122 comportant le récit d’un plaid de 1092 lors duquel Robert de Bellême, héritier de Roger, défend une nouvelle fois les privilèges de Saint-Léonard, assistant les moines de Marmoutier auxquels il vient de la confier123. Or Robert semble justement s’appuyer sur le précepte royal lors de ce nouveau procès ; l’élaboration de la notice visait sans doute à ancrer le faux dans l’histoire de l’église.

39À une approche cumulative il faut préférer sans doute une approche mettant l’accent sur les contrastes, les inflexions entre les récits en essayant de les expliquer. Cette attitude peut paraître frustrante pour l’historien de la société ou des institutions, mais les scribes choisissent pour des raisons stratégiques et mémorielles bien spécifiques les conflits qu’ils mettent en notice, et détaillent non pas en observateur, mais en acteur, les modes de résolution pratiqués – qui, d’ailleurs, ne s’appliquent peut-être pas à tous les types de différend. La prudence recommande donc de prêter attention à la construction des récits, à leur distorsion des faits, à leur mise en acte ; en bref, de ne pas avoir peur de la diplomatique.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Cartulaire de Marmoutier pour le Perche (Notre–Dame du Vieux–Château, collégiale de Saint–Léonard de Bellême et prieuré de Saint–Martin du Vieux–Bellême), éd. Philibert Barret Mortagne, Georges Meaux, 1894, 323 p.

Bates, David, éd., 'Regesta Regum Anglo–Normannorum’ : The ‘acta’ of William I (1066–1087), Oxford, Clarendon press, 1998, XXXVIII-1153 p.

Recueil des actes des comtes de Pontieu (1026-1279), éd. Clovis Brunel, Paris, Imprimerie nationale, 1930, CXIV-778 p.

Cronne, Henry Alfred, Johnson Charles (eds.), ‘Regesta Regum Anglo-Normannorum’, 1066-1154, 2 : ‘Regesta Henrici Primi’, 1100-1135, Oxford, Clarendon press, 1956, XLVI-454 p.

Delisle, Léopold (éd.), « ‘Rotulus primus monasterii Sancti Ebrulfi’ », in Orderici Vitali Historiae Ecclesiastica libri tredecim, Auguste Le Prevost (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1838-1855, vol. 5., p. 182-195.

Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), éd. Marie Fauroux, Caen, Caron, 1961, 560 p.

Cartulaire de Saint-Père de Chartres, éd. Benjamin Guérard, Paris, Imprimerie nationale, 1840, 2 vol.

Cartulaire de l’abbaye de Saint-Michel du Tréport (Ordre de saint Benoît), éd., Pierre-Paul Laffleur de Kermaingant , Paris, Didot, 1880, 425 p.

Laporte, Jean (éd.), « ‘Inventio et miracula Sancti Vulfranni’ », Mélanges de la Société de l’histoire de Normandie, 14, 1938, p. 7-87.

Lot, Ferdinand, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, Honoré Champion, 1913, CXXXV-258 p.

Marchegay, Paul (éd.), « Chartes normandes de l’abbaye de Saint–Florent près Saumur de 710 à 1200 environ », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 30, 1880, p. 663-711.

Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, éd. Lucien Musset, Caen, Caron, 1967, 180 p.

Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), éd. Maurice Prou Paris, Imprimerie nationale, 1908, CCL-566 p.

Ramackers, Johannes, éd., Papsturkunden in Frankreich, neue folge, 2 : Normandie, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1937, 424 p.

Cartulaire de l'abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Préaux (1034-1227), éd. Dominique Rouet, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, CXXXVI-586 p.

La chronique de Sainte–Barbe en Auge, éd. René-Norbert Sauvage, Caen, Delesques, 1907, 69 p.

Recueil des chartes de l’abbaye de Jumièges (vers 825-1204), éd. Jules-Jean Vernier, Rouen, Lestringant, 1916, 2 vol.

Walmsley, John (ed.), Charters and custumals of the abbey of Holy Trinity Caen, 2 : The French estates, Oxford, British Academy, 1994, 160 p.

Études

Arnoux, Mathieu, « Disparition ou conservation des sources et abandon de l’acte écrit : quelques observations sur les actes de Jumièges », Tabularia, 1, 2001, mis en ligne le 22 octobre 2001.

Id., dir., Des clercs au service de la réforme : études et documents sur les chanoines réguliers de la province de Rouen, Turnhout, Brepols, 2000, 404 p.

Barthélemy, Dominique, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, 1 118 p.

Id., « Une crise de l’écrit ? Observations sur de actes de Saint-Aubin d’Angers (XIe siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 95-117, repris dans une version allégée in La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des Xeet XIe siècles, Paris, Fayard, 1997, 374 p.

Id.,Chevaliers et miracles : la violence et le sacré dans la société féodale, Paris, Armand Colin, 2004, 295 p.

Bates, David, « The land pleas of William I’s reign : Penenden Heath revisited », Bulletin of the Institute of historical research, 51, 1978, p. 1-19.

Id., « Les chartes de confirmation et les pancartes normandes du règne de Guillaume le Conquérant », in Pancartes monastiques des XIe-XIIesiècles , Michel Parisse, Pierre Pégeot et Benoît-Michel Tock (dir.), Turnhout, Brepols, 1998, p. 97-109.

Id., Re-ordering the past and negotiating the present in Stenton’s « First century », Reading : University of Reading, 2000, 22 p.

Id., « La ‘mutation documentaire’ et le royaume anglo-normand (seconde moitié du XIe siècle-début du XIIe siècle) » in Les actes comme expression du pouvoir au haut Moyen Âge : actes de la table ronde de Nancy, 26-27 novembre 1999, Marie-José Gasse-Grandjean et Benoît-Michel Tock (dir.), Turnhout, Brepols, 2003, p. 33-49.

Bauduin, Pierre, « Autour de la ‘dos’ d’Adelize de Tosny : mariage et contrôle du territoire en Normandie (XIe-XIIe siècles) », in Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIesiècles) : implantations et moyens d’action, Dominique Barthélemy et Olivier Bruand (dir.), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 157-173.

Bautier, Robert-Henri, « La chancellerie et les actes royaux dans les royaumes carolingiens », Bibliothèque de l’École des chartes, 142, 1984, p. 5-80.

Bouvris, Jean–Michel, « Les plus anciennes chartes du prieuré de Saint-Sulpice près de l’Aigle, dépendance normande de l’abbaye de Saint-Laumer de Blois (XIe-XIIe siècles) », Annales de Normandie, 30, 1981, p. 327-330 (résumé).

Id., « Contribution à une étude de l’institution vicomtale en Normandie au XIe siècle : l’exemple de la partie orientale du duché : les vicomtes de Rouen et de Fécamp », Cahiers des Annales de Normandie, 17, 1985, p. 149-174.

Chibnall, Marjorie, « Charter and chronicle : the use of archives sources by Norman historians », in Church and government in the Middle Ages : Essays presented to Christopher R. Cheney on his 70th birthday, Cambridge, Cambridge University press, 1976, p. 1-17.

Clanchy, Michael, From memory to written record : England 1066–1307, Oxford, Blackwell, 1979, rééd. 1993, XVIII-407 p.

Galbraith, Vivian, « Monastic foundation charters of the 11th and 12th centuries », Cambridge historical journal, 4, 1934, p. 205-222.

Gazeau, Véronique, « Recherches autour de la datation des actes normands aux Xe–XIIe siècles », in Dating medieval undated charters, Michael Gervers (dir.), Woodbridge, Boydell Press, 2000, p. 61-79.

Geary, Patrick, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1200) », Annales ESC, 41, 1986, p. 1 107-1 133.

Guillot, Olivier, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, Picard, 1972, 2 vol.

Guyotjeannin, Olivier, « ‘Penuriascriptorum’. Le mythe de l’anarchie documentaire dans la France du Nord (Xe-première moitié du XIe siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 11-44.

Guyotjeannin, Olivier, Pycke Jacques, Tock Benoît–Michel, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, 454 p.

Haskins, Charles, Norman institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, 377 p.

Lamy, Claire, « Un aspect de la seigneurie châtelaine : le droit de ‘vicaria’ de la seigneurie de Rochecorbon en Touraine au XIe siècle », in Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIe siècles) : implantations et moyens d’action, Dominique Barthélemy et Olivier Bruand (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 193-214.

Le Cacheux, Marie–Josèphe, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen, des origines à la fin du XVIe siècle », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, 44, 1936, p. 5-289.

Lemarignier, Jean–François, Étude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, Picard, 1937, xxxiii-326 p.

Lemesle, Bruno, La société aristocratique dans le Haut–Maine (XIe-XIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999a, 315 p.

Id., « La raison des moines : règlement en justice des conflits ruraux dans le Haut–Maine au XIe siècle », Études rurales, 149-150, 1999b, p. 15-38.

Id., « La pratique du duel judiciaire au XIe siècle, à partir de quelques notices de l’abbaye Saint–Aubin d’Angers », in Le règlement des conflits au Moyen âge : XXXIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 149-168.

Id., « Le serment promis : le serment judiciaire à partir de quelques documents angevins des XIe et XIIe siècles », Crime, histoire et sociétés, 6, 2002, p. 5-28.

Id., « ‘Ils donnèrent leur accord à ce jugement’ : réflexions sur la contrainte judiciaire (Anjou, XIe-XIIe siècle) », Histoire et justice, 15, 2003, p. 123-147.

Id., « Praticiens de la justice et juridictions (Haut-Maine, fin du XIe siècle) », in Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIe siècles) : implantations et moyens d’action, Dominique Barthélemy et Olivier Bruand (dir.), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 215-232.

Lowe, Kathryn, « Lay literacy in Anglo-Saxon England and the development of the chirograph », in Anglo–Saxon manuscripts and their heritage, Philipp Pulsiano et Elaine M. Traherne (dir.), Aldershot, Ashgate, 1998, p. 161-204.

Morelle, Laurent, « Les chartes dans la gestion des conflits (France du Nord, XIe–début du XIIe siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 267-298.

Id., « La mise en œuvre des actes diplomatiques : l’ ‘auctoritas’ des chartes chez quelques historiographes monastiques (IXe–XIe siècles) » in ‘Auctor’ et ‘auctoritas’ : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, actes du colloque de Saint–Quentin–en–Yvelines (14-16 juin 1999), Michel Zimmermann (dir.), Paris, École des chartes, 2001, p. 73-96.

Musset, Lucien, « Administration et justice dans une grande baronnie normande au XIe siècle : les terres de Bellême sous Roger II et Robert », Cahiers des Annales de Normandie, 17, 1985, p. 129-148.

Parisse, Michel, « Écriture et réécriture des chartes : les pancartes aux XIe et XIIe siècles », Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 247-265.

Id., « Écrit et oral », in Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne : actes des colloques de Sèvres (1997) et de Göttingen (1998), Otto-Gerhard Oexle et Jean-Claude Schmitt (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 167-169.

Potts, Cassandra, « The early Norman charters : A new perspective on an old debate », in England in the 11th century : Proceedings of the 1990 Harlaxton symposium, Carola Hicks (dir.), Stamford, Paul Watkins, 1992, p. 25-40.

Id.., « Une charte de Saint-Wandrille », in La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2000, p. 112-115.

Sauvage, René–Norbert, L’abbaye de Saint–Martin de Troarn au diocèse de Bayeux des origines au XVIe siècle, Caen, Delesques et Jouan, 1911, 524 p.

Senséby, Chantal, « Une notice fausse du cartulaire de l’abbaye tourangelle de Noyers ? », Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 61-94.

Id., « Récits de meurtre et de vengeance : de l’art de présenter les conflits et leur règlement aux XIe et XIIe siècles », in : ‘Liber largitorius’. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Dominique Barthélemy et Jean–Marie Martin (dir.), Genève, Droz, 2003, p. 375-392.

Id., « Pratiques judiciaires et rhétorique monastique à la lumière de notices ligériennes (fin du XIe siècle) », Revue historique, 209, 2004, p. 3-47.

Tabuteau, Emily Zack, Transfers of property in Eleventh-century Norman law, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1988, X-445 p.

Tock, Benoît-Michel, « Les chartes originales de l’abbaye de Jumièges jusqu’en 1120 », Tabularia, 2, 2002, mis en ligne le 25 avril 2002.

Id, Scribes, souscripteurs et témoins dans les actes privés en France (VIIe-début du XIIe siècle), Turnhout, Brepols, 2005, 490 p.

White, Stephen D., « ‘Pactum… legem vincit et amor judicium’ : The settlement of disputes by compromise in 11th-century France », American journal of legal history, 22, 1978, p. 281-308.

Id., « Feuding and peace–making in Touraine around the year 1100 », Traditio, 42, 1986, p. 195-263.

Id., « Inheritances and legal arguments in Western France, 1050-1150 », Traditio, 43, 1987, p. 55-103.

Id., « Proposing the ordeal and avoiding it : Strategy and power in Western French litigation, 1050-1110 », in Cultures of power : Lordship, status and process in 12th-century Europe, Thomas Bisson (dir.), Philadelphie, University of Pennsylvania press, 1995, p. 89-123.

Yver, Jean, « Une boutade de Guillaume le Conquérant : note sur la genèse de la tenure en aumône », in Études d’histoire et de droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, t. 1, Paris, Sirey, 1965, p. 783-796.

Haut de page

Notes

1 Fourches : Calvados, cant. Morteaux-Coulibœuf.

2 Musset, 1985.

3 BnF, ms. lat. 10086, fol. 182v, édité par Brunel, Ponthieu..., n° 15.

4 BnF, ms. lat. 10086, fol. 180 ; sur ce cartulaire, le Chartrier rouge de l’abbaye de Troarn, voir les remarques de Sauvage, 1911, p. XXIV-XXIX.

5 Commeaux : Orne, cant. Argentan-Ouest.

6 Robert est le gendre du comte, décédé en 1100. À la mort de sa femme, le titre passe à son fils Guillaume, vers 1105.

7 Le terme anglo-saxon est difficilement traduisible en français, comme ses équivalents allemands : Parisse, 2003 ; voir aussi Clanchy, 1979, à nuancer toutefois par les très bonnes remarques critiques de Lowe, 1998.

8 Guyotjeannin, 1997 ; Barthélemy, 1997.

9 Guillot, 1972.

10 White, 1978, 1986, 1987, 1995.

11 Barthélemy, 1993, p. 652-680 ; Id., 1997 ; Senséby, 1997, 2003, 2004 ; Lemesle, 1999a, p. 190-211 ; Id., 1999b, 2001, 2002, 2003, 2004 ; Lamy, 2004.

12 On rédige encore des notices de plaid en Normandie au milieu du XIIe siècle : Rouet, Préaux ..., n° 197 ; Vernier, Jumièges..., n° 61.

13 Bates, 1978, p. 4.

14 Les expressions « écrit (ou notice) de conflit », « écrit de justice » (et la plus restreinte « écrit de procédure ») ont été employées lors de la table ronde « Procédure judiciaire et écrit de procédure » organisée le 20 juin 2005 par l’École pratique des hautes études et le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Paris I).

15 Bautier, 1984, p. 67-72.

16 Le mode de composition des notices rend toutefois fréquente la coexistence des deux styles. De nombreuses notices de conflit se présentent d’ailleurs techniquement comme des chartes abbatiales.

17 Ils pourraient s’appliquer aussi, avec des types d’intrigues différents, aux pancartes et aux chartes de fondation : voir Galbraith, 1934 ; Parisse, 1997 ; Bates, 1998.

18 Bates, 1998.

19 Comme celui de Saint-Évroult (Delisle, « ‘Rotuli...’ ») ou celui, perdu, de Préaux (Rouet, Préaux..., p. LXXXIX-XCIV, qui fournit d’autres références).

20 Chibnall, 1976.

21 Fauroux, Recueil..., n° 55 (1025-1026) ; Le Breuil-en-Auge : Calvados, cant. Blagy-le-Château ; Ticheville : Orne, cant. Vimoutiers.

22 Une reproduction du bas de l’acte, avec les souscriptions, est donnée dans Potts, 1992, pl. 4, d’après l’original (BnF, ms. lat. 16738, pl. 3).

23 Potts, 2000.

24 B.-M. Tock explique l’existence de ces différents groupes de témoins (en écartant le cas des signataires) par la distinction faite entre ceux de la donation ducale et ceux de la confirmation archiépiscopale (Tock, 2005, p. 231). L’idée est intéressante mais néglige ici le téléscopage temporel.

25 Fauroux, Recueil..., n° 80 (1029-1035).

26 Fauroux, Recueil... , n° 95 (1037-1040 environ).

27 Des exemples de croix autographes du Conquérant se trouvent notamment dans les chartes reproduites en annexe de Musset, Abbayes caennaises…, pl. 2, 3 et 7.

28 La réponse est peut-être à chercher du côté du chevalier Hamon, à qui le duc Robert avait donné la terre de Ticheville et qui l’occupait toujours pendant la minorité de Guillaume, et de sa famille.

29 Si nous suivons une hypothèse proposée par M.-J. Le Cacheux à propos de l’acte dont la plus récente édition est maintenant Bates, Regesta…, n° 237 (1068-1070 probablement) ; il est assuré de toute façon que ce passage de la charte a été réécrit pour suivre les arrangements faits entre ce donateur et les nonnes (Le Cacheux, 1936, p. 22-24).

30 Bauduin, 2004.

31 Arnoux, 2001, p. 7-8.

32 Sauvage, Sainte-Barbe..., p. 29-30 ; Arnoux, 2000, p. 279.

33 Ramackers, Papsturkunden..., n° 44 (1146).

34 Il ne faudrait cependant pas négliger la possibilité d’une illusion narrative : l’auteur de la chronique, tel un rédacteur de notice, pourrait très bien aussi n’avoir retenu que cette intrigue conflictuelle pour éclairer l’origine, plus complexe, du privilège. Quelques lignes plus haut, n’évoque-t-il pas le précédent privilège pontifical obtenu comme une confirmation des « dons du roi et du chambrier » Rabel de Tancarville, protecteur de Sainte-Barbe (Sauvage, Sainte-Barbe…, p. 27 ; Arnoux, 2000, p. 278) ? L’acte en question (Ramackers, Papsturkunden..., n° 8 (1131) – il faut corriger en ce sens une coquille dans Arnoux, 2000, p. 278, n. 3) n’évoque pas ce dernier personnage mais plutôt l’évêque de Lisieux, dont la chronique minimise sans doute le rôle (en ce sens, voir Arnoux, 2000, p. 20), et qu’elle présente à plusieurs reprises comme un adversaire des clercs.

35 Il n’existe pas d’études globales sur les notices de plaid normandes, mais une étude de cas pour l’Angleterre s’ouvre par quelques réflexions générales qui s’appliquent à la Normandie : Bates, 1978.

36 Laffleur de Kermaingant, Le Tréport..., n° 5 (1107).

37 Guérard, Chartres…, t. 2, n° 118, p. 607 (vers 1120).

38 Marchegay, Saumur…, n° 11 (1083) ; Ceaux : Manche, cant. Ducey.

39 Amblie : Calvados, cant. Creully.

40 Morsalines : Manche, cant. Quettehou.

41 Bates, Regesta..., n° 143 (1072-1085).

42 BnF, ms. lat. 10086, fol. 35v (1133).

43 Touffréville : Calvados, cant. Troarn.

44 Voir aussi sur la composition des pancartes caennaises les remarques de : Musset, Abbayes caennaises…, p. 33.

45 Bates, Regesta.…, n° 59 (1080-1082).

46 Ibid., n° 61 (1066-1083) ; cette version a peut-être été composée dans le scriptorium de Saint-Étienne de Caen.

47 Fauroux, Recueil…, n° 197 (vers 1050-1066).

48 Voir plus bas le cas de la notice de Douvrend. J’ai entamé une enquête sur le cas particulier des listes de déprédations (notamment la célèbre notice des pertes subies par la Trinité de Caen après la mort de Guillaume le Conquérant, Walmsley, Caen…, n° 15), que l’on pourrait éventuellement ranger dans cette catégorie, même si leur logique diffère quelque peu puisqu’elles ne constituent pas des pétitions.

49 Bates, Regesta..., n° 162 (1080-1084).

50 Aujourd’hui commune de Picauville, Manche, cant. Sainte-Mère-Église.

51 Bates, Regesta…, n° 58 (1075).

52 Ce type de construction est sans doute à rapprocher des récits de miracle contemporains, qui décrivent « un ordre initial, une perturbation, et une ou plusieurs péripéties menant au rétablissement de l’ordre ou à un nouvel ordre » (Barthélemy, 2004, p. 269).

53 Grandvilliers : Eure, cant. Damville.

54 Lot, Saint-Wandrille…, n° 50 (seconde moitié du XIe siècle).

55 Chandai : Orne, cant. L’Aigle-Est.

56 Guérard, Chartres…, t. 2, n° 23, p. 534 (début du XIIe siècle).

57 Marchegay, Saumur…, n° 9 (1070-1083).

58 Haskins, 1916, app  E, n° 4 (1088-1091). Les originaux sont conservés au Musée de la Bénédictine à Fécamp.

59 Fauroux, Recueil…, n° 229 (1066).

60 Les mêmes techniques se retrouvent dans les autres textes que les notices : Morelle, 2001 ; Chibnall, 1976.

61 Ce cas est à distinguer des actes complétés ; en effet, dans ce dernier cas, l’acte premier est nécessairement complet (liste des témoins, voire souscriptions), alors que dans le phénomène que nous décrivons ici, seul l’essentiel (notification ou dispositif) de l’acte est répété, parfois, selon l’inspiration du scribe, l’invocation ou le préambule.

62 Potrel : Manche, cant. Sartilly, c. Dragey.

63 Fauroux, Recueil... , n° 232 (1066).

64 Rouet, Préaux…, n° A1[17] (1078-1079) .

65 BnF, ms. lat. 10086, fol. 159v (1139).

66 Dives-sur-Mer : Calvados, cant. Dozulé.

67 La charte en question pourrait être l’une des deux versions de la donation de l’église par Herbert fils Geoffroy (Bates, Regesta…, n° 282 et 284) ; cependant, aucun de ces deux textes ne comporte la souscription de l’évêque Hugues de Lisieux (mort en 1077) : le premier mentionne en revanche probablement son successeur Gilbert, le second, conservé en original, est abîmé et la liste des souscriptions y est difficilement lisible. Notons que cette seconde version fait allusion aux droits abandonnés sur une partie de l’église par la sœur du donateur et son fils Richard – l’adversaire des moines dans la notice porte le même prénom, mais l’affaire a tout de même lieu près de soixante ans plus tard.

68 Fauroux, Recueil…, n° 115 (1048).

69 Ibid., n° 20 (1010-1017).

70 Ibid., n° 55.

71 Ibid., n° 95 : « reclamavi terram testesque multos adhibui qui descripti erant in prefata (...) donationis carta ».

72 BnF, ms. lat. 10086, fol. 180.

73 Cronne et Johnson, Regesta..., n° 790 ; Gallia christiana, t. XI, instr. c. 127 (1106).

74 Fauroux, Recueil…, n° 87 (1034-1035).

75 Connue aujourd’hui seulement par une pancarte de tradition incertaine : Fauroux, Recueil…, n° 34 (1025).

76 E. Tabuteau estime au contraire que ce clerc du XIIe siècle n’insiste que sur la durée de la possession, pas sur sa qualité, et semble sous-entendre qu’il ne saisit pas quel type de propriété est décrit par la charte du XIe siècle (Tabuteau, 1988, p. 105). On peut objecter qu’il ne faut pas projeter sur cette période des distinctions juridiques trop précises (l’historienne américaine ne reproche-t-elle pas finalement au scribe de ne pas accorder aux mots la signification et les glissements de sens qu’elle y croit déceler ?), et retenir au contraire l’effort pour le clerc de 1107 pour restituer les points saillants de l’acte du XIe siècle. De plus, rappelons qu’une notice telle notre source est un texte polémique, donc susceptible de déformer sciemment la présentation des choses.

77 Mais la valeur de l’écrit et son usage lors d’un plaid sont bien connus des laïques : Gilbert de L’Aigle justifie son imposition de « nouvelles coutumes » aux moines de Saint-Sulpice, un prieuré de Saint-Laumer de Blois, en se référant à la charte de fondation de son grand-père Engenulf (Bouvris, 1981).

78 Morelle, 1997, p. 289-290 : « Le ‘poids des mots’ n’est peut-être pas seul en cause [...]. Il faut compter avec le ‘choc du son’ et avec le travail de ‘mise en scène’. L’ostension de l’écrit, lu publiquement en plaid, renvoie à la cérémonie initiale, devient une seconde promulgation [...]. L’acte écrit qui agit en justice n’est pas un simple parchemin, mais le support d’une parole. Il opère au sein d’une plaidoirie, d’une ‘prestation probatoire’ qui conjoint écrit et oral ; pour le défendre, il faut le faire parler ».

79 Comme le montrent les cas connus par d’autres sources que des notices : au Xe siècle, le réformateur Gérard de Brogne n’aurait obtenu que des protestations en retour de la lecture des chartes de son abbaye de Saint-Wandrille (Laporte, Inventio et miracula..., p. 30) ; l’évêque Jean de Lisieux (1107-1141) produit une charte pour contester la donation de l’église du Mesnil-Guéroud aux chanoines de Sainte-Barbe en Auge, mais après un « long contentieux », « comme Barbe ne se reconnut pas vaincue, elle conserva l’église » (Sauvage, Sainte-Barbe…, p. 26 ; Arnoux, 2000, p. 277). Cette charte est probablement Fauroux, Recueil…, n° 48 (1022-1026), mais cela pose deux problèmes. Il s’agit d’un acte de Richard II, non de Robert ; M. Fauroux interprète cette différence par une probable lecture hâtive de la charte, plutôt qu’une allusion à une charte perdue. De plus, il est possible de comprendre qu’a été donné soit le Mesnil-Guéroud en son entier, soit une partie de ce domaine uniquement : l’ambiguïté du texte a peut-être constitué un argument pour les chanoines.

80 Bates, 1978, p. 11.

81 Héauville : Manche, cant. Les Pieux.

82 Bates, Regesta…, n° 200 (1080).

83 Il est difficile de trancher : s’agit-il d’une colère feinte pour remettre un serviteur ducal à sa place, ou d’une plaisanterie, au cours de ce rite social qu’est le repas en commun, pour marquer la distance entre le duc et ses grands et ce forestier ? Sur les autres plaisanteries de Guillaume, voir Yver, 1965.

84 E. Tabuteau ne pense pas qu’il faille rapprocher ce geste des gifles et des coups rituels, portés à de jeunes témoins lors d’une donation pour qu’ils s’en souviennent (Tabuteau, 1988, p. 150).

85 Fauroux, Recueil…, n° 89 (1035).

86 Fauroux, Recueil…, n° 10 ; Douvrend : Seine-Maritime, cant. Envermeu.

87 Dans son édition, M. Fauroux fait un lien entre ce procès et la récupération du domaine par l’évêque Robert. Il semble plutôt que le jugement ne concerne qu’une partie de la villa, acquise plus tardivement par Robert, d’où une datation à nuancer : il faudrait sans doute situer l’action de la seconde moitié de la notice vers 1010-1026 (proposition de Bouvris, 1985, p. 156), ou du moins après 1007.

88 On peut sans doute écarter l’hypothèse d’une compilation de divers éléments au moment de la rédaction du cartulaire de l’évêché de Rouen (XIIIe siècle), ce qui aurait été très possible au XIIe ; de plus, dans ce cas, pourquoi le compilateur aurait-il laissé de côté le bref d’Henri Ier qui restitue Douvrend à l’évêque, copié dans le même manuscrit mais quelques feuillets plus loin ?

89 Fauroux, Recueil…, n° 208 (1055-1066) ; mais la charte est signée par l’archevêque Maurille.

90 Guillaume d’Évreux meurt en 1118 ; la fourchette de datation proposée pour le bref est 1113-1120 : Cronne et Johnson, Regesta…, n° 1234.

91 Gazeau, 2000.

92 Fauroux, Recueil..., n° 232. Sur cette question, cf. Bates, 1978, p. 13.

93 Vains : Manche, cant. Avranches.

94 Briouze : Orne, chef-lieu de cant.

95 Bellême : Orne, chef-lieu de cant.

96 Aujourd’hui commune de Verneuil-sur-Avre, Eure, chef-lieu de cant.

97 Dame-Marie : Orne, cant. Bellême.

98 Pont-Audemer : Eure, chef-lieu de cant.

99 Rouet, Préaux…, n° A1.

100 Ibid/, n° A67 ; le cartulariste n’a pas pris la peine de copier la notice complètement, pour éviter un doublon avec la pancarte.

101 Ibid., n° A1[8].

102 Ibid., n° A1[17].

103 Fauroux, Recueil…, n° 148, version A1 (avant 1066).

104 Ibid/., n° 148, version A2 (1061).

105 Bates, Regesta…, n° 214 (vers 1076).

106 Fauroux, Recueil... attribue le n° 77 à cet acte perdu ; notons que Robert a donné l’église de Vains à l’église d’Avranches (ibid., p. 25-26).

107 Vernier, Jumièges…, n° 34 (1086).

108 Fauroux, Recueil…, n° 51 (1023-1026).

109 Vernier, Jumièges…, n° 35 ; voir le commentaire de Tabuteau, 1988, p. 83.

110 Vernier, Jumièges…, n° 53 (1109).

111 Ibid., n° 52.

112 Ibid., n° 51.

113 Il donne un certain nombre de terres à Jumièges (Fauroux, Recueil…, n° 51 ; Vernier, Jumièges…, n15 et 17) et aide à les défendre contre un usurpateur (Vernier, Jumièges…, n° 16).

114 Bates, 2003, p. 37-41.

115 Bates, Regesta…, n° 267, version I (1080).

116 Ibid., n° 267, version II (1093-1094).

117 J’ai commenté ce dossier dans ma communication « Trois plaids pour deux : remarques sur des notices normandes de Saint-Florent de Saumur » à la journée d’études « Procédure judiciaire et écrit de procédure » (cf. note 14).

118 Bates, Regesta…, n° 29, version I (1070-1079).

119 Ibid., n° 29, version II (rédaction vers 1092).

120 Fauroux, Recueil…, n° 56.

121 Lemarignier, 1937, p. 181-192 ; Prou, 1908, p. CCXIX-CCXXXV.

122 Arch. dép. Orne, H 2156 ; la pancarte comporte un troisième texte, visiblement ajouté après coup.

123 Barret, Perche..., n° 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Roche, « Les notices de conflit dans la Normandie ducale (milieu du XIe-milieu du XIIe siècle environ) », Tabularia [En ligne], La résolution des conflits et l’écrit, mis en ligne le 06 juin 2007, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tabularia/805 ; DOI : 10.4000/tabularia.805

Haut de page

Auteur

Thomas Roche

Université de de Paris-IV

Haut de page

Droits d’auteur

CRAHAM - Centre Michel de Boüard

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Université Caen Normandie
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals