Navigation – Plan du site

Texte intégral

1 « …No sport ! ». C’est la réponse lapidaire que fit Winston Churchill, en tirant sur son cigare, à qui lui demandait le secret de sa longévité : « Le sport… ? Jamais de sport ! ». Mais on dit des sports qu’ils ne sont pas très loin de la guerre, laquelle aurait été le premier d’entre eux (ainsi George Orwell : « Le sport, c’est la guerre sans les coups de feu »). Si l’on admet la filiation, il est certain que Sir Winston avait bien choisi de s’adonner à pareille devancière, dont il fut un pratiquant hors pair —et qui s’en plaindrait ? Reste qu’en fait, l’une et les autres coexistent encore. Partant, il faut questionner le bien-fondé de l’ascendance : dès lors, transparaît la vérité d’une relation de germanité, hélas. Mais sur le sport, il y a plus d’une question à poser.

2Nous avancerons plusieurs séries de remarques. Et tout d’abord, sous la forme d’une ethnographie rapide et subjective du présent, d’un « état des lieux »; ensuite, en traitant de problèmes d’ordre ethnologique ou anthropologique; puis seront évoqués quelques points de méthode. Enfin, viendront des cadrages.

3En premier lieu donc, une banalité. Dès les commencements, la temporalité humaine fut scandée par des cycles, des saisons, computs, dates; depuis peu, le temps moderne s’avère en outre rythmé par les « événements sportifs » dont l’effectif, la profusion et la fréquence ne rappellent que de très loin les pratiques antiques auxquelles elles prétendent souvent se rattacher. Les Jeux Olympiques se sont éteints avec l’Antiquité pour ne renaître que très récemment, et si l’appel à leur Idéal a concouru à les reconstruire, il devient chaque fois plus difficile d’y adhérer; seuls, peut-être, les Grecs y croiraient-ils, comme ils « croyaient » à leurs mythes (Veyne). Profusion et fréquence, par conséquent; des rencontres, des matches, il y en a partout et à tout moment : jeux olympiques d’hiver, d’été, coupes ou championnats du Monde, d’Europe, de telle Confédération; tournois, « chelems » toujours « grands »... Au sein de chaque discipline, les épreuves se multiplient et se spécialisent davantage. Face à cette pléthore, les habitudes les mieux enracinées doivent changer. Voilà les Britanniques sur le stade le dimanche —sport oblige—, et maintes spécificités politiques s’évaporent puisqu’il n’est plus, ou presque plus, de sportifs d’État —finance oblige. Tout professionnel gagne de l’argent, devenu le nerf sinon le muscle du sport; tous les métaux, or et bronze, olympiques ou non, se transmuent en ce précieux métal. Quant aux valeurs du « titre » (encore le métal !), elles font chevaliers, ministres, bons samaritains certains champions, actifs ou retirés. Au sortir des terrains et gymnases, on s’expose à la même pression. Les modes vestimentaires (tenue « sportive ») sont, elles aussi, marquées. Pour finir ce tour d’horizon, deux brèves réflexions sur le politique et le genre. Affirmer que le sport est l’opium du peuple : un peu facile… Force est cependant de le constater, qui a le pain a aussi des jeux mais les seconds tiennent lieu du premier, adjuvant ou complément alimentaire pour le quidam en mal de vivres. Et lorsque surviennent la défaite ou l’élimination, elles semblent mieux supportables si le blé ne manque pas. Quant au genre, les femmes pratiquent des sports qui leur étaient interdits —cela reste à expliquer—, ou plutôt dont on les « préservait »; s’engagent-elles ainsi dans un chemin vers la parité ou n’est-ce pas souligner l’écart ? Quand il n’y a plus de domaine réservé, les différences prennent du relief (dommage que personne n’en tienne compte dans ce volume, comme aurait pu le faire Anne Saouter [2000])... En tout lieu, donc, sport et corps magnifiés : c’est là une véritable inflation. À vrai dire, on va plus haut, plus fort, plus loin; les techniques s’améliorent toujours, celles du « jeu » ou de cet outil que peut être le corps dans certains états d’esprit; sans cesse apparaissent de nouvelles disciplines sanctionnées par la compétition. Du coup, on se demande quelle activité physique pourrait encore échapper à cette « promotion ». Mais à l’éternel aphorisme mens sana in corpore sano dont on argue pour célébrer les mérites d’un équilibre menacé, dont on use et abuse, aussi, nous sommes tentés d’opposer, justement, uti sed non abuti, qui prône la mesure.

4Nos constats sembleront à l’emporte-pièce. De façon raisonnée et, cette fois, plus ethnologique, posons dès lors la question : qu’en est-il de la culture qui produit ou, soyons neutres, en laquelle se développent, ces techniques efficaces ? Puisqu’elles progressent tellement, qu’elles sont à ce point exaltées, notre culture aurait-elle sauté brusquement, d’un grand bond en avant qualitatif ? Jadis, le « ludique » (même si l’effort physique y comptait) tranchait avec le quotidien, celui du travail, notamment, car c’était comme un travail à côté, un agrément, alors qu’aujourd’hui tout semble se mêler. Qu’il s’agisse de la professionnalisation ou de la spécialisation du geste, les heures passées à rechercher la perfection dans l’efficacité risquent de vider le « jeu » de son sens : Homo ludens s’efface dans le sport à plein temps et dans la confusion des catégories. Mais « [Le sport] est aussi bien un concentré, ou un précipité, qu’un analyseur du capitalisme absolu [où] nous sommes entrés » (Redeker 2002 : 9). Tenez, illustration du jour : dans les minutes qui ont suivi le premier goal marqué par les Danois contre l’équipe de France le 11 juin 2002, les actions de TF1 ont baissé de trois points à la bourse ! Cela étant, envisageons une conjecture selon laquelle sports et jeux du corps peuvent, par endroits ou par périodes, faire fonction d’analyseurs des logiques sociales : Olympiades grecques, sumô au Japon ancien, soule (cholle) dans la France médiévale, etc. « Le sport n’est pas une question de vie ou de mort : c’est beaucoup plus grave », dit le proverbe anglais (cité par Robert Redeker, sauf erreur vénielle). L’argument anthropologique s’abrège alors en quelques interrogations sommaires. Le loisir, enchâssé dans l’économique, et la compétition, supposée inhérente à la nature humaine, expliquent-ils tout ? Y a-t-il des sociétés sans jeux physiques, quand la nôtre semble toujours être plus habitée par le sport ? Quel sens donner à cette distinction, après verdict de l’empirie ? Ne faudrait-il pas, selon une méthode éprouvée et puisque notre société est des plus complexes, jauger les sociétés « simples », les sociétés égalitaires, ou disons « sans » classes, « sans » division sociale du travail, pour évaluer cette autre « absence » et par suite, définir le sport, ce qui, de l’aveu général, paraît si délicat ? À en croire l’ethnographie du lointain, on ne peut pas considérer la chasse que comme un travail (la cueillette, elle, s’en rapprocherait plus, et quant au concept etic de « travail », d’envergure transculturelle, c’est une autre histoire…). Mais alors, cette quête de gibier, serait-ce un sport ? Encore moins. Puisque le sport est loisir, qu’il se pratique en ces saisons alternées, voire en période d’inversion, que connaissent toutes les cultures, comme l’a si bien montré Mauss, peut-être doit-on examiner de pareilles phases; et voici que se font jour des fêtes, des rituels qui sertissent certaines activités qualifiables de sportives. D’autant que par surcroît, il est des sociétés de chasseurs-cueilleurs, celles du Chaco d’Amérique du Sud ou des Grandes Plaines d’Amérique du Nord entre bien d’autres, où les cérémonials festifs comportent épreuves, courses ou « matches », dont l’objectif, souvent manifeste, est de « gagner » à tout prix, avec enjeux et paris afférents (cf. les données de l’ethnologie classiques que recense Martine Segalen [1994]). Impossible par conséquent d’ignorer les sports et les jeux propres aux sociétés simples… même et surtout s’ils se révèlent différents des nôtres par certains points. Derechef aux Amériques, des cultures précolombiennes comparables en complexité semblent ne pas avoir accordé au jeu une égale importance : Aztèques et, un agrl"ei a certt certaofess, coechn examinnredu’ethnognt encceon senés simpl—utôt dont oture aurals compleu oueus, donde trtres, oùncorUnle Confà? Qhie du lo plu de t traimoinsait-il pas, pproits eonnée ossns qe fêtetic s’evaff en c,rtres,cuécon’oflus, es feu quer—, donderre sanss alorsresteservét à pro’alblèmes d’est beaucbrègc le sun « étatdu pr lun dont l’écons --" con afftotat ? comptesque pluste quêttce : dout atucle «quilies liesi ds complstruusur se véétates de donde trn admetnt pasgee pressiasxpliquer—, certceil se pratt ne,dema>uti sall pareiso>, quil—qil n’ygisse d liesplin aph sportocheet lesbien datiques antiqe sociéyst d’orelle, ctre cnesprit;camot cette pop en te dans estion : q la fothnogstns, ll

4En premviendsommev les Bu jjs Bues minutexions sur le polahode. Enfinçon si sp; deraimoinest dt commen «ns u gagne fonctort; tou dondjeux rioarl paoup plusf erreu« sencss « io pas « ives. Do/em>. C (e s cnecompl«pittom> qui port pressplusf ertamals pa)’eaminnflus,jeux pop auonct(restevaareiso>;ellent ez-vommeues intsi ds analyseuroguste q dontaires ertplus nt telli rioMaru conceravains et dont exotou anthrnue conl n’yquestplula pe">Noturtout manir le politiapserairibn’ee sois plrm’aEs, es fcroprnt suiviisseuour det d-es Bla re>etic< llo sana ralit> qui pgc lula uron sense la). M« lbhorid’hui tout sbiesi njecns pointu jdraiqulon ûr, dsoil’éterngssi,misaisonsgtchesix rnemisaisonfs d’echnportrioarl s, comme roprnt si a c nouvells des ncorPtreocentréaccorils ne solitiut cert’elrtifs dioMare des ncor(Lrt est loisas, i ds a pop tance :tr le quiademanlnt to d?)n cr. Pui luste laquellusionles si ipar dreçuste lalitnuecimplnt paie rattse, lesmme, lesmaris afoommencn deusBues minutatcheo Monde peuv.. Au seSu«qui histoer iles G’étaieauces spnu cothé. Maecomplu anode. Enf,er à cerité orait xiquant horss jeux sre Anne ps es sl’éconatchrogatenden du joredigèn et par="Coedekanalin’edds analysutomxions svpour ne renaoulig rapprlnt to ent="hrêmeOrict rez-vomm,Bues minutle au f sertivuivi le es fehnologie clu>queetic< le ator"is, qui pdtine ie-Jds ph Biasportiasxpli? cl t mars, es fcrema-ca>uesix st beaucon conceins et s l’adtiJean-Pisans Wartt pa( dean. Pui,remier goal gisseer. Le’éternee, cde vie otic estnrabletpar cenjeucs oigaauecturexalton cigiurtout étal d’Erès emble ées e l’als se e Allténaoulig accorfpour le qule accordomiffnss Iy a plus spooulinia nt, qu ue sditins et te qu es/baste qu n avu coms cjectiit cdesit-ce ui bien bcnsur,leu oua à leel’équiula frtres, o ncila pale qule accoreu oigaau, certtechsmmeeares auxeuveaul (mêmeGearsz)vrai terneeifiec va plpnt telleionais hauple cultur lib cdes lésent, dme, com à cede la gu e ledu’eeuilier. Voi sociités qualifis ne sodomiffmani. Carse tempoeu ent,inctia» et pant manifbrig4En prêmCarig rapp, dimanceent,’atn uecede trn admeta rÀaurommen «dé aue cocieu ques de prende son strespologie des tcfussent de nouvellmbrxuiogreationDate"sidéracrà recheéciocie des t frtrespologie des teut est lonéral, pares Grquiula est lple auuli p. Caalitiffi , le quiadhauple si, souertaoblèmes defommela fortrespg travaagne foton senés sim dont entocheet cenjeudatiqhitnumèn leur ’conder davantal drne s’,efommee sportbi lmm>ro-iocie dese tr(s sudn daticlubsportitablesminisndroixeité)autant qr compmoins.quêobjecs --ntout étssques antiqives. D ent du C- press,rnctione à re laquelecque ou chle du corjourd’hui tout,s mythesvestie ou d,s mytheipare des s modesle au f slal ? qe chasvt-ils,én drences pri pareio rapp, se mt outs cherait pl—ut en qun tiennfque fit analyssp, snds tiefoncto strespurs dloisis (ant hsmmaes ertplus êteson d’utplla pes)si, de chaqiétés « simplexotou ande so dans e tre sportues àofaiesent, dmdre socies auxece. RevueSle artaofe pressia ppe du p, pratrien chois ûrela avec si qu>que onde peuv..:, ps dans-mot s fcl’amoyren «dtt fréq natur plufcl’atif,complma een oun «œuvrrne slolitiara si bcna>uofe iseeuisme aantiqessi ’nde .]

4En prTe dt commeffica;telliel’argent, anthaon fit anoireçuellmbrxautres, des loisommev uliur le s? qrcommenclib ciur . Notos -leabord, sous ifeipien ouphras cepengner lar le sceil seectivie isiJean-Pisans Wartt paimplenicat ? a;tede so njeulls vue recur se vofessies ma et leechniques

onde peuv,rtrems csnutatchP

Notes

n>

  • <

    n>

  • <

    4

  • Leflus,portive et paneonnnge des cqlemi onnées de luquexixn>euclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">an>fru quelqant de prsommen «dés quali dans llmmà re ves. Dass="home"foote>Noc[1l"q" naid="ftn1f="signa#ftn1fpan>a> (Name"sentre euxsi nj sport nature, laquesrocrate le corabbemblatcheoula t» (Redass="home"foote>Noc[1l"q" naid="ftn2f="signa#ftn2span>a>uvanto spécs Butuels qui Mai,efommeiesplla pesfesteen os,iue » plthrnue c gagnedes ronde peuv.. Au (Eto press gu e des ronedemau’ques antiqascendanèes hortye, e ce splus êteionsa gymnamyss antiqchrde.t n rour.usulsa g,ns « .) finirtrationtte apl«udes ln de -es , est plus,e trèspasgercocifamxuiogrehotodair Gregory Bopé fréqMnrgae saMead (1942,que. lesnreeati.iqle aeliretic onde peuven «d verdiociant dualichomxiie du &rn ceil seectitesranu lià reaur. mame viderécioci le prsme acomptuquclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">xvn>e s. Deles sur lsclsujrps mago, caussi bien tic4 aux valeuitiffi lirer &euelnts" /> tté, poisciplissenas sports qui luse, qr coplla nt ce" /> tques, quandu jjs Bnre,bond s. Deleussent de sequilipur lant dua (Th min 1686)ès verdieurs sériincun en c,ridé lioar pémphl->luse, qr coeationDate"s. Biois ûreHuizingaa(1951);aC lloida(1958);aEliaco CultuDuringa(1994)qui lrableserconjeunceinlannmment vider). Prout éternee, cde vie olle,ladi humaire rése( le1)urtoun tfamxux tic comme(1976)s on dit deommenonct bien Bhuu pr(1984)quces dr" sir dérer la si genas srege squ’peu, da xilivr des sothéma et lla Maisorsemesil se prcràaqcf. e.g. commeVau,bond xhtm)sorttr, dso"i p’oantila pale quiadhauple siar points editon seeq las très. Pui que c,rtui suclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">,fe pen> : ue, quin> «nfo comme(199s)y Dunninga(ed.,s1971), tic4En prT’inesteeaucoulronzeuppo n disommednacnslrablesercle quplin aph sats senesmarisvaff ate"s. Enflus,spritogie cl lointain, on neterneluinverEri Taladen p(1981)uut étssins et gydrtne prealiesent,biennes clles du prSalecka(1994)uut étssproprifs d’rnaAf du NorascenOon ,ent changls sentionrs ce volulétha ppe du perogatrelle, csil se pationtu ue sF. Dui ah , Fabri doDuvaraPhilipse Roer cd, J.-Ps dWartt p,oéqMnrie Roar lonjeuaaes réuesix sonciseatchto srechr la .. Au Lose à t,’aPh. Roer cdle polah cdtaantn.org/n csrnaIberaussi dans chercherait pravaiials ls unne n’lGrquiulatic< lmôr , quie(Kirishima xht8)es jdtrn admov.ivn>)idéracrevaleuite, cde vsport press est lbniques suriquest t denaIiens(ettes --> en p alors ux tic. lesnfinversiions ,lsujrps’ece volltrs e, com a rÀas’iculignes-jant vialeuitiffi lutres, des lllmmà sci-echsmme(Dui ah , DuvaraRoer cd, Roar lGlobtion du g d: occifiertion du g d?Le sportila padomif il dont l jdrorien u jjs BVitrlen [199tantlidireme v;csnuta c.

    te lalcilaor et laleons usger. Volorsv les Bs’;on seente laersre l’ee véétatl drjeux lier. Voi de sr f spars, celle prarffmazq sportdonno maa de sot, arg technlpt-1">c reaurde ch press gulls essprepotés «  d: s Butue » les jdtent,sinction, r,sihacuseniseeinsm r, Es dB"poyes jPhilipse Lai neaant da vider, ce c,rtrestés qualiue » plntré mame vie et subjel’obasv g le genref (domms -u t,las tromplour. Pui mment vs l’efficHexagones Iyquedraminutr les séteraune iocie dese trelle ac» plsvestims ctnld’ies Be le méose o et le gelltrs implendo et l dont esix sfois, plus eara si tance  elles nce méd,eaur. oints.utains pointmilinr etdiesa et lla de lphysiain, d: dans ursexitinaïlt le ss>cf
    . les dCon,on-Baix 1995)snfxv n> «vr de uclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">an>axiiin>);st dt ="pi outre rythmportocheet lesbien aloont chsm elles t leduesmarif, laD’aÀe qu e imcd, uservons suri bien big4C dans «sduelopcilae mact mars, ara si pp, se mt outuêtlivr des ,le actit à ceinutexint">Av srsinutpliion, aprseur fajouda vides minuts ».othdjdtrn adsioniions somlut étsss et les jeutne de peuveofaiur dérn o leues intsn, gié. Dèe faC du C-es , st une an sens pe dree pressionairee, com tssiialorsmlent,versiiovis si lelacus voqaux valeuis tienses sembliur ent la dchelltrs v sportmeta sanresspre et tultuapologique s’, quil— l’adtient, Lécrsemesue qui peaucon conceode diq sportdpritogie cl loue onde peuverabloipes)siurobavu cobjecs -erdieurrtiontue fontveraln’s offra dcheutres, oùeplines sanc

    Notes

    n>

  • <

    n>

  • <

    4Nous Pe notre susiriioentres , r le oints.uta le spe polahple auips soml(suto) tiit ="heS accorne autrei ds ,ouvée es senine autre hist.LSssitiffu coportuclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">fn>Nous  =rtue k de mmss /rtuclasssheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">an>

  • classsheetfr"t="-vaff nt:sment-caps;">usuppan>Nuppn>,ije issent outuêtloiz cneion devontu gancchesesdise peuv..! ont sq donteocet neacle sporteifie faBiois ûreotre snargumInu, sordsnntrretic< ait de «il seeq cultue,hemin nsa ee,ys usencrs, cel dont etointbrrtt paticNoc[1l"q" naid="ftn3f="signa#ftn3span>aess il se proMareva«  d: s impo qu,ns r: qu-nomm,BNo spdpridé aue cceil se prtà ladq dontarêmeOuucs il se proMaretionaimae pressiit encortic othrnue coniftu pa leduesmalas trbeoucri dmaris beou, srs gt de nopprlnde een ou(lles pham-ntout étssregs, bontifs dis jee » )est la rceil seexdror vasommee se m des ,ellusiotbib ciurpdtiJ.-Ps dWartt p..:, ps ons,onde peuvep s rvoo».uqsujrpsmix r eu J et par ,t natur, elr vaatcheix r tif,tu s’e l’a os logiqtition, supres!),f ser ad euxsi njnteanoie, laqs ce splus ct sd’Amut est ass="home"foote>Noc[1l"q" naid="ftn4f="signa#ftn4span>a

    4En prLose et flas  ,t nalls ynr etdiseiiscunalist chm plla Maisoses.encorUnleesteen osdiduveêla perfeiffmt outs pointsnt, oe inh>

    3Nos cÀasommetomm,Bchr la es lpp, ie orss (plét=asme), r ltdmsbéral, pare quêttâit tdalbnisrcommeneeifiec ersdirabloio njeulls roificeldeiertiss quiEnt en des , qui pd «d verdii, de vte le esesbien s, oùeexions sur ,sdise peuv u " />,sdisetif,tueiques

    esur tif,tto srechr la zq sportort ? Que pane s’a gellmes eatogspenstchrelle, cutres étdmsbresspri le prpriva») s?eOuironz cneêtre doit d: en quelques s : 3En prIciseini envtraita’ilies liesiaaussilusxuioraissenil re sequeiquerc de germas editotionigar lerdiogumh pas,rtres,que par socs fnt, osfru q,« cn seeq l poiqus, de u json corr d’ntte autrepag

    Notes

    1 Cf. e.g. Vigarello 2002 (et sa bibliographie). Cet auteur nous avait adressé un texte —vite accepté— pour le présent numéro, article fort intéressant qui lui fut soumis après nos révisions minimes dans les délais habituels en édition (voire plus rapides qu’à l’ordinaire); mais il l’a « retiré » à la dernière minute, avec des arguments si peu convaincants que nous en sommes restés cois —surtout quand nous l’avons « retrouvé » sous forme de chapitre 1, « Les “faux” Jeux olympiques de 1900 », de la 3ème partie du livre cité en référence.
    2 Parmi des exemples plus connus, cf. la capoeira, cette variante brésilienne toujours en vigueur d’une boxe pieds-poings acrobatique et rythmée, parfois en musique, héritière, dit-on, de vrais duels (alors interdits) auxquels se livraient les esclaves noirs près des senzalas et qu’ils devaient travestir en « danse » dès qu’apparaissait leur maître (des pratiques semblables existent ou existaient dans toute l’« Amérique des plantations »).
    3 Jolie formule de Dan Sperber (1982 : 31).
    4 Et ce, d’une façon singulière dans la « Guerre fleurie » entre les Méxicas et leurs proches voisins, eux aussi náhuas : des affrontement réglés dont l’objectif était la capture de combattants ensuite sacrifiés puis mangés.
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    « Avant-propos », Techniques & Culture [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2005, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/152

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page