Navigation – Plan du site
Dossier

Le corps et son anatomie. Représentations et croyances

Enquêtes auprès d’étudiants en staps1
Marie-Joseph Biache

Résumés

L’enseignement de l’anatomie humaine est considéré par les étudiants en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives comme absolument indispensable. L’anatomie est posée comme science fondamentale car elle promeut un matérialisme ontologique et évacue apparemment tout questionnement psychologique ou philosophique. Cette étude, menée en deux périodes à dix ans d’intervalle auprès d’étudiants ayant suivi les enseignements d’anatomie descriptive et fonctionnelle, montre a contrario, que la réalité « corps anatomique » reste à leur yeux essentiellement phénoménale, liée à des représentations et croyances issues de leur expérience propre et dont l’expression trahit des métaphysiques concurrentes. On peut véritablement parler d’une anthropologisation de l’anatomie par les étudiants en STAPS.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on questionne les bacheliers candidats à l’entrée en DEUG de STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), l’enseignement de l’anatomie humaine est systématiquement évoqué à la fois comme nouveau, en rupture avec la formation secondaire suivie, et absolument indispensable. La raison avancée est avant tout utilitaire : la connaissance de l’anatomie se présente comme un fondement obligé de l’exercice des métiers de l’éducation physique et du sport2. Elle répond à une des aspirations majeures qu’expriment les étudiants débutants, celle de la connaissance de leur corps, mais représente parallèlement pour eux la particularité des études universitaires, à savoir l’accès à l’analyse rationnelle des activités sportives, dont ils n’ont à ce moment qu’une expérience pratique, subjective et dont la connaissance se réduit à un ensemble de conseils, injonctions ou règles, réunis dans le discours technique particulier de leur sport habituel.

2L’accès au cursus universitaire est donc marqué par la contradiction entre une attente d’objectivation, de connaissance explicite du corps humain fondée sur sa matérialité, sa configuration comme sa constitution fonctionnelle, et un désir subjectif de compréhension de soi ainsi que de justification des usages du corps propre.

L’anatomie du corps humain : matérialité et réalité

3L’enseignement de l’anatomie participe de la formation scientifique des étudiants en STAPS. Il s’agit de l’anatomie macroscopique, celle des organes à l’état cadavérique. On peut s’étonner de cette persistance de la référence à l’anatomie macroscopique dans des études non médicales, alors que celle-ci est un « phénomène achevé » qui s’est développé durant cinq siècles en Europe « selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (Descargues 1980 : 8).

4C’est la réalité du corps humain qui est posée, nommée dans ses parties (anatomie descriptive), normée dans les articulations entre ces parties (anatomie fonctionnelle). Mais cette réalité est réduite, puisque les enseignements portent principalement sur l’appareil locomoteur (les muscles striés et le squelette osseux), choix qui exclut les viscères  —y compris le cœur— et la tête.

5L’anatomie est définie comme science fondamentale car elle promeut un matérialisme ontologique et évacue apparemment tout questionnement psychologique ou philosophique. Elle décrit et analyse un corps non métaphysique, un corps dé-subjectivé, mobile segmenté soumis aux lois d’une physique mécanique selon laquelle l’espace et le temps prennent valeur de « réalité supérieure » à celle des sensations (Mach 1984).

6La connaissance de cette réalité physique, « le corps humain », devrait donc constituer la base rationnelle de l’entraînement sportif tel qu’un enseignement universitaire l’envisage. La rationalisation du mouvement s’effectue sur le mode de la synthèse entre la structure anatomique du corps humain et les lois de la mécanique classique du mouvement des solides (cinématique) enseignée par ailleurs. Dans ce cas, la connaissance anatomique du corps reste première et affirmée comme nécessaire à toute étude du mouvement visant l’apprentissage et la mise en œuvre dans le cadre d’une pédagogie sportive3. Cette conception est proprement physicaliste. Le corps est envisagé comme étendue mobile et l’étude positive du mouvement revient à l’analyse de la complexion matérielle du corps ainsi que de la nature des trajectoires, segmentaires ou globales. Ernst Mach, dans ses Remarques préliminaires antimétaphysiques (1984), souligne l’illusion que constitue la conception physicaliste d’un corps stable. Pour cet auteur, le corps humain, qu’il assimile au moi, ne forme pas une réalité matérielle, mais un complexe de sensations. Son unité n’est pas substantielle; elle est ou bien métaphysique —le corps en soi projeté dans sa matérialité supposée— et se révèle une erreur intellectuelle, ou bien sensorielle : un complexe de sensations cimentées en une entité pratique.

7Le corps humain présente ainsi une ambiguïté fondamentale : en tant que matière, il se prête à une définition physique, mais cette définition n’est pas incluse dans la description anatomique; en tant que complexe sensoriel (ou perceptif), il est fondamentalement lié à l’unité pratique du moi.

8L’enseignement de l’anatomie se heurte donc à un obstacle qui est le corps humain lui-même. Puisque le point de vue promu n’est pas celui d’une intervention directe sur la matière corporelle4 —ce qui est le cas en chirurgie ou en médecine—, et puisque la justification pour les études en STAPS est celle de l’analyse du mouvement à des fins pédagogiques, le corps ne peut échapper à la recomposition psychologique, à la synthèse pratique. La réalité est par conséquent phénoménale et n’exclut ni les représentations psychiques, ni les interprétations métaphysiques. Le réalisme anatomique dépasse l’unité matérielle du corps humain. « Le corps est un et inchangeable aussi longtemps que nous n’avons pas besoin de prendre en considération ses particularités » (Mach 1984 :107).

9Or, l’anatomie enseignée en STAPS est doublement particulière : par sa prétention à se poser comme cause physique du mouvement, et par son optique, sa focalisation sur les muscles striés et les os. Loin de constituer une description froide de la structure physique du corps, elle impose, par ce qu’elle suppose, la composition de théories du corps par les étudiants, mais ne l’éclaircit pas épistémologiquement.

10Les étudiants sont donc amenés à réaliser l’anatomie du corps humain dans un conflit entre une anatomie académique sue (qui apparaît comme connaissance d’objet) et une anatomie corporelle éprouvée, qui se traduit dans des représentations du corps sur le mode assertorique de la croyance.

Le contexte de l’étude

Population

11L’étude a porté sur les représentations de l’anatomie chez les étudiants ayant suivi les cours d’anatomie descriptive et fonctionnelle inscrits dans le cursus du DEUG de STAPS.

12Les résultats sont issus de seize entretiens de longue durée effectués en deux phases. La première série d’entrevues s’est déroulée en 1991, auprès de sept étudiants, dont quatre jeunes femmes, la seconde en 2001, auprès de neuf étudiants, dont cinq jeunes femmes.

13Tous ces informateurs sont, au moment des entretiens, des acteurs du sport. Leurs niveaux de pratiques dans diverses activités s’échelonnent entre les niveaux régional, interrégional, national et international. Par ailleurs, ils sont en charge, pour la plupart, dans leur spécialité, de la formation des jeunes compétiteurs ou de l’initiation sportive des enfants. Les étudiants interrogés étaient volontaires et s’attendaient à pouvoir développer leur avis sur le contenu des études STAPS, thème affiché des entretiens, sans précision particulière concernant les enseignements d’anatomie.

14Il faut souligner qu’entre 1991 et 2001, les contenus des cours d’anatomie humaine n’ont pas varié : il s’agit principalement, comme nous l’avons déjà signalé, de la description du squelette osseux et de l’appareil musculaire. En revanche, l’enseignant en charge de ces cours a changé, et avec lui la pédagogie. En 1991, le cours magistral était exposé en recourant parallèlement à la projection de schémas anatomiques, à un squelette humain véritable, ainsi qu’à la reproduction d’un corps écorché. En 2001, le support visuel est principalement constitué de schémas projetés qui sont des figures simplifiées de préparations anatomiques sur cadavres.

15Ce changement a eu des conséquences sur les propos des étudiants interrogés. Et cela, surtout en termes de références : les entretiens de 2001 évoquent plus fréquemment l’appareil musculaire que le système osseux, celui-ci semblant en quelque sorte être subordonné au premier dans leur référence à l’anatomie. Les étudiants de 1991, eux, s’appuient plutôt sur la structure du squelette pour illustrer leurs représentations de l’anatomie humaine.

Méthodologie de l’entretien

16Chaque entretien a suivi son cheminement propre sans toutefois qu’y soit omise l’évocation de trois thèmes.

171) Intérêt de l’anatomie en fonction des études suivies et des professions envisagées. Il s’agit essentiellement de saisir comment l’étudiant relie les contenus des cours à ses pratiques quotidiennes d’acteur du sport, et cela face à la justification rationnelle de ces contenus, telle qu’elle se formule à l’origine du recours à l’anatomie comme science d’appui pour une formation universitaire dans les activités physiques et sportives.

182) Le rapport au corps et la nature de ses représentations au travers de la connaissance anatomique acquise. Les étudiants visent une double formation qui peut sembler contradictoire. En effet, tout en accédant à des connaissances objectives sur la structure matérielle du corps humain, ils élaborent, par la multiplication des expériences sportives techniquement interrogées, un savoir subjectif concernant leur corps propre.

193) La matérialité du corps humain et sa connaissance objective. On peut avancer l’hypothèse d’un recours à la dissection pour une connaissance plus objective. Celle-ci est de même nature que l’appui sur un squelette véritable. Fondamentalement, il s’agit dans cette optique de considérer le corps humain sous l’angle de son organisation matérielle, ce qui est une des raisons alléguées pour justifier l’existence des cours d’anatomie en STAPS. La structure matérielle du corps peut constituer une cause première du mouvement et son étude paraît donc nécessaire, mais devient dans ce cas une science du cadavre.

20Ces trois grands thèmes ont trouvé des déclinaisons particulières selon les étudiants interviewés. Chaque entretien se terminait par la présentation de huit reproductions (voir figures en annexe), tirées d’ouvrages d’anatomie humaine, et nous demandions à l’étudiant de commenter ces images selon deux critères de jugement : leur conformité avec sa conception de l’anatomie, et son inclination à les retenir ou à les rejeter spontanément5.

Présentation des planches anatomiques

21Les huit planches anatomiques présentées aux étudiants ont été retenues selon les couples d’opposition suivants :

  • réalité matérielle/figuration sublimante;

  • précision/indistinction;

  • figuration partielle, locale/reproduction globale du corps ;

  • image du mouvement/corps inanimé;

  • présence de la peau/corps écorché;

  • focalisation sur les muscles/vision des « organes »;

  • homme/femme;

  • figuration ancienne/photographie ou dessin contemporain.

22Les numéros attribués aux différentes planches l’ont été par hasard et ont pour fonction essentielle de permettre un repérage des commentaires. La présentation des planches aux informateurs est groupée, les planches étant distribuées aléatoirement dans le paquet présenté.

Analyse des entretiens

L’intérêt de l’anatomie, l’intérêt pour l’anatomie

Un savoir requis

« L’anatomie est indispensable, il faut qu’on ait des notions pour ce qu’on veut faire. Il faut des notions sur les muscles pour la vie de tous les jours. » (Élodie, J. 2001)

23La nécessité d’une connaissance de l’anatomie du corps humain est conçue d’emblée par les étudiants, mais elle est posée comme relative. Si une connaissance globale, en quelque sorte utilitaire, est recherchée, attendue, elle n’est en aucune façon entendue sur le mode exhaustif.

24Dès le départ, le savoir anatomique est frappé d’ambiguïté : son intérêt oscille entre la recherche d’une connaissance instrumentale et celle d’une connaissance objective, parée des valeurs de la positivité scientifique.

« L’anatomie, c’est la connaissance de l’ostéologie et de la myologie. On doit aussi voir l’action des muscles dans la marche et la course. C’est un peu une découverte du corps humain. » (Marie-Aude, L. 1991)

Un savoir utile

25Connaître le corps humain est une obligation pour qui se destine à la pédagogie sportive ou à la performance. Le corps est l’outil premier et la performance n’est jamais séparable du corps même. L’anatomie permet de passer d’un corps vu à un corps su.

26Le regard n’est pas annulé, il reste premier dans toute pratique. L’utilité accordée aux connaissances anatomiques réside dans le renforcement de ce regard, son armement par un savoir, la restriction rationnelle de son champ.

« Ça peut aider à comprendre certaines postures qu’il faut prendre pour faire certains gestes; enfin moi, je l’ai retrouvé en athlétisme par exemple… j’avais fait de l’athlétisme l’an dernier, et là, cette année j’ai fait donc le bassin, la jambe, on a parlé du quadriceps, tout ça, son importance dans… et ça m’a fait tilt, ça fait repenser… d’un côté c’est plus sérieux, je crois. » (Hervé, L. 1991).

27Apparaît donc l’obligation d’une représentation mentale qui n’est pas l’unique image saisie du mouvement mais sa perception organisée. Le savoir anato-mique acère le regard porté sur le corps performant. L’utilité pratique des connaissances anatomiques est systématiquement reliée à trois domaines : la santé et la prévention des accidents, l’entraînement et l’amélioration de la performance, la connaissance et la maîtrise du mouvement.

« L’anatomie, c’est intéressant… c’est important s’il y a des problèmes, savoir si c’est au niveau musculaire, au niveau ligamentaire… même pour les professeurs d’EPS, je pense c’est intéressant d’en savoir un minimum. » (Fabien, C. 2001)

28Dans ce cas, la connaissance anatomique est censée participer à l’organisation de l’entraînement, des charges de travail, en fournissant la possibilité d’un diagnostic. Il reste que son utilité, bien qu’affirmée, est relativisée, et l’explication fournie par l’informateur, lui-même hockeyeur sur glace de haut niveau, exprime plus un désir qu’une affirmation.

« Ça peut être obligatoire, surtout s’il y a un problème sur la glace ou dans n’importe quel sport s’il y a un enfant qui se fait une contracture musculaire, on le connaît en physio comment ça se passe, mais au niveau du muscle … que ce soit tel ou tel muscle, ça devrait apporter quelque chose… » (Fabien, C. 2001)

29Toute autre est la certitude de l’intérêt prophylactique de la connaissance de l’anatomie. Les informateurs qui développent ce thème font tous référence à la connaissance du rachis. La gravité des blessures possibles de la colonne vertébrale est soulignée; elle est reliée à la complexité de la structure vertébrale elle-même, mais aussi aux conséquences motrices que de telles blessures pourraient avoir.

« Je sais que tout ce qui est lombo-sacré, c’est important. Moi, j’ai vu souvent et même j’ai vu, quand moi j’étais à l’école, des chutes… où on relevait les gens comme ça, quoi, sans essayer de prendre quelques précautions pour voir s’il n’y avait pas eu de problème au niveau cervical, dorsal, etc. On sait suivant quel signe moteur s’il y a eu dans toute la colonne vertébrale un choc, une lésion, etc. » (Nathalie, F. 1991)6

30Prévenir les accidents est malgré tout un souci second, tant c’est à l’amélioration de la performance que le savoir anatomique est bien souvent considéré comme le plus utile. L’intérêt pour le corps ne se réduit pas à une simple curiosité, mais s’inscrit dans l’idée de prescriptions des exercices, d’un gouvernement possible des entraînements. Dans cette optique, le corps est recomposé : l’utilité de l’anatomie est locale, circonscrite à tel ou tel groupe musculaire particulièrement sollicité lors d’un acte.

« Ce qui serait intéressant, c’est de faire le lien entre la forme, la longueur du muscle et son utilité… pour moi, l’anatomie, on s’en sert. » (Stéphanie, D. 2001)

31La différence déjà signalée entre les étudiants de 1991, lesquels ont une vue plus globale du corps, plus architecturale, et ceux de 2001, qui divisent le corps en structures locales perçues à partir de la disposition des muscles, est particulièrement marquée sur ce point. L’évolution du niveau de performance recherché correspond à un changement de regard porté sur le corps : le savoir anatomique devient un outil d’analyse. Il permet de se placer au plus près du muscle.

« Au niveau des entraîneurs,  à un haut niveau, c’est vital… il faut en tenir compte pour la construction d’une performance et pour la préparation physique, savoir quel muscle travaille et à partir de là voir l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

32Entraîner revient à régler au mieux le corps pour qu’il reproduise une performance, donc à s’approcher au plus près des éléments moteurs.

33La connaissance anatomique semble par conséquent constituer une aide précieuse pour la composition des exercices et s’impose comme base nécessaire moins pour la conception même de l’entraînement que pour l’ajustement des mouvements. Composer un mouvement, en accroître l’efficience trouve dans l’anatomie sa justification, mais non sa raison première. Se fait ainsi jour une interversion : ce n’est pas la connaissance anatomique qui permet l’élaboration des exercices d’entraînement; ce sont au contraire ceux-ci qui valident la nécessité de cette connaissance. La technique reste première par rapport à son fondement physique, mais elle est légitimée par l’analyse descriptive de celui-ci. L’étude de l’organisation physique du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

« Si on n’a pas la connaissance de ses muscles, on ne sait pas décomposer vraiment le mouvement; et puis je pense que si on sait quel muscle on doit actionner pour agir… en fait de savoir les noms, bon, c’est le principe, c’est pas vraiment nécessaire, mais de connaître les muscles, je pense que ça l’est… » (Rnt ephe, Be"r l pense q/lang="fminatclass">30Prévenir les la fois cesquella face à la ju

Un e-Aude, L. 1991)

3n savoir a connaisst par consit fli> tre unecitatiss="textres localeexersplus dé-subhref="#ftl> areil musculaire e sur

32 Mxml:lans" xm laore connz>Cesre-à-Cesre cla dir="l quelquerps nonouvea recherche d Jdir="aiss ulièfr-fr">« Ce qui se="citatiséqsea

6le mode e ella>

La nécessité à la jl’analyse descri">33 ss="textn annexet ce thn d’ttaphysiques (19i bén prcntl’anatort au cdé-subjec la concet Iatomiqde pe 200

rer le cortaphysiquerent, p mouvement à à si avaiaéorie sans réalitemendé-subhref="#ft acription froide de lntérêt prophylactins réalitr">12< e; el

Lr doit STAPS (Scdir="ltlise

lang="fr-fr" dir=" itte humaissiténe saa recherche d Subss ses anuembleabsolottion des cré,e de pres’est à g="fr-s des exercices, an>Le rs fréquene sacours à sraînemdes ex

trhitique quhn>Leruction <"citatio maintomiq de lanatoong distribuées aa péabandce de re oblir" xml:lanremment ts ses est envisuc’eité : lorie sa réalise tocfrom3n « selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (Des0léments s et s’atn strfeitpinatclan a rlla connavail, ssanée par gatoar la cfrtés conflii avainnaisaatoilass=" recherche

ain présente ne in"ltr" portant.">32

n organisé réféionnerme/femme;e eeent; ce alisentale catructure matérielle dutop gie et de la myoxité de la structure vertébrale elle-même, mais aussi aux conséquences motrices que de telles blessures pourraient avoir.

41">Populatio, ssanée paenus des cours donnavi areil musinass=ae anatomiie et de /p> laant. Moript="citation"qui s l’ospla réspan cndaire suivie, et pre.

fet,m asla ait donc anatoainnai0Prévenir les c e et ceux int possissance plus alisatr il justificatiodole, dnaisser lSi qui s’est d /p> inf i:bl dir="de "fr-frre de riptt la cophysiqu

25Les numation d’une repmire ceinf i:bl squelette humaieil musce du mo/span>3) études s="pa Lesass per">e elang="fire sique omédecjusteversami ipti " xml:la’unees in du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

Iation"> t. Mort qui commdtive. Ccorps humain fondéture s exerd coreliCcorps humain fondétutation"our lrtion d arcationtation">rcices et="fr-fe ssarurs.,"fr-f ttion"ur lrtion d 32rcices etés s, en q">rcices ettiontatiétuoui ! tou 32< le saPS (Scdiest reCes tracons on que . Aun mola xmlptions detocion" ustinmplexs">30Prévenir les itatiole saPS (Sive.térê

14<>Lr doa est le cas corps hu du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

Iat pl mes, savoir sepratique.s st une contraa glace ass=ude a porveau des j ass=ude a porvrtant. Moi,. On peut ns geop tudêmeumber">3g="fr-fr"ltr" t unme nnaes, onfmyes, cautionvalide 43">Populatio, ssanée pes mus oùn s de qulqueron aranumber"autop s et s paenus u , qulqueraînem areilrevérimtive. Cco="paranumpporan>La fr-frre dég un squeclass="n q">rcices ettie du rachis. La g -s. Dans cetu a« selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (Desments d’aen l’ospas subp> ,anaass=ae anatomiexposé eérentes planest envis repmire e l’rmes de="parlan iptr-fr"alitsimé;

Un savoir requis

t auionalitpan cet">sation du
  • 45 ère, il slistlevel1Wation du ’inscrit dansa- 8

    Un savoir requis

    mie esmes, ion" r"ambe, on a pavneme laorea coli>ation"tudêmeuen
  • 4 vu à un c mt uncours à slain présedes exealitmde ln ass= 23dir="ltr" xmoyen où oducla clasercices et du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Outuouition"> alitmde ln . Des aolranultr" xae prendrréseniens do"paranouvque, mais la fois calitmde ln u réae.tt mpes ircal, dorsdiaussi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 47">Populatio, ssanée paéorie sans réalitenmbe, on a pa. On pvememilnce à la t uents et s’atng="fr-fr"tant disttudiants due, nstituelle qu orationalisoe anatomique esconnéfitéatomique esme/femme;< luscle t considnxigela justiique/p> e esmes, ion" dirco quotidiennes dfr-fr" dieres de jfr" dir="l

    nxte" lanelleson ess 7e ldu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    One po pense que si onner pour agiambe, on a padonalibissation du m et spon">rcices et=="teae.ttait de ltionLe ions po

    • 4 Ctes; f
tre ua>spéciali dans l iptiothèse d’un recours t issustietéanaWation du mtude a portéisuivant quel signe moteur s’il y9a eu dans to9">9 ntnumber"ase lil nranumar ailleurs. ais> : ét> plus arc Ça la disposition dper leur avi > aranumber">17La ,Studuyèrement

50">Populatioaspin sa raisonyse descri">miqde penaisserire. Enon d’une repmire cen classsance anatomique enatomce qutocfrom3numar ailleurs. corps hufes grandn cnstituer uumberuvre dexercices et sU="ps des à la js tre uneiptiothfr">bans cets nivefiqu asines : la santéenfanfr">bans cetversi aiaéolé du t mais sa perceptiogie sportive ova">Legn#tocfr="te ="ltrae.tt> plus arcomposeréenfae n’-subj sa die r le corpeuelette huenseignant en char ique 1984téenfr">b in du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

Jqui perme ses muun modie leriroui. Àe commPS (Sist eucitation"io levnt;ai vque ecitatas p connrclass. B ,a gun don"qstinersieraptive dai vque euer une axes, ion"itatas p connrclass.noms 51">PopulM la santrr"autop u ges elle estm la santrr"u du -dits;tanrr s pes mus éateose col Sn,u néce quedar anatomiq sicadu m la tà la jns réaliteme pena> plans cestooéve le qu s estspan oph ">14bans cetvemm eci vime uscle que enaose col coli>ation"tour ass="panumberpéct rpéct rpéctersieraissance o"l itter uneusclejenfre e planesorie sans réalite"tex étutesaisonyse descrie ldface à la juconnaissanceanato la conceplette humae, qui s’est dnn exercformanceuumberaspin sa rs;ts, mais elle p congru et spon" intér1984), s"qstie> d d dé-subjr" xml:lang=ur="ltr" xhilorp’orgaêdu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

n sait queltion"uoit actionnertudiants de(qui appa c do" posÀunefr" dir=d p tenir certudiants deens lnntatmlptsrs fréques on orgmusculaire ,o son ,pe muscul per leuré com comme tude a porté;valit his. La gt. L’évolocul nntatmlptsligatie sportive ,m="citatiois clmo/n>Lenrrnr" dir=raînement;éseniensrlla connavaileste premia 54 Ct à lème e Xave crGe
/n>Lenrrn dircc; faire cer. On pnstitu19espanfr">pvemegnr">l’analyse descri">ation">ant le re osanceccordée aux ét>rcices etique> de jnumbeque, mportant.ssarro« selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (De55 Si qui s’est d /p> alit à la js et s prps humaturelasf s dir=" des s=">tu m en fition desl:lang la t du>33<îneuplus gl" l’a

e esmes, ion" dirogie sportive oatructure queda le ppuirp’orgas="ciqu " dierierrcntlystOr’indeliniel emegnr">l’analyse descri"es execribume d’unePS (Scdirumberuvn class="fr-fr">efr" datructureenfanf n sait quel mrform u quhilorps nonr-fr" diortive oer">e eeeie laittion mes gl" l’a uconnaissancet considnxps, ioactique> rent, p« selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (De56ents d’a ">14 derform lnter urefr" diortive otude a porté,g="fr-fr u r-f-> (Mach 1984ance dans… et ça m’a me utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

Pg="fr-fr" 32efrJ> 5 alyse descri"ne inde lpan c : lorie saiemesgla clas/p> in acs ettes plsaiersdée aus dir=" l:lapletteat/span>Ln="ltscles, est

aînemephéoseéome 5

Un e-Aude, L. 1991)

58léments mrr u gesaaose col iq mber">29t là, qoq ps resteunel1984), srpéct rpéctnl rlla conn-à-drogésnaions pes chbsiqosprde qos péapnrclass=etn"> rpéctt pas l’uniomboonna">n art une contd Supas léritab lo"ltr" xr-fron ur luscle vismlptsr uspan>tion"> alorie saieceemetion" lansss mu pour la ex , uspan> rrsancormancet intéresvirxhmber"aue est indispensable, irationAudreyest savoir quel muscle travaille et à partir de là voir

5 Rocion" las et s’atéritab class="oturelasxmlptioner">29la ceon, qcaux st particulièrement marqun clas cass="paranumber">tudian lans ldysiquranifsaeueletter unng="fr-fr"sancpadtomiq

tudiants sdexhauposrtant.sbsgatit coshéconlas,légitiméeiar-feitravnem

Pr" -niens,cautions pvct

    60">PopulM isestes; fam soi valiembi intnutilLpos o"lqu s est t analyse descri"sussibilitest à re tur luscula pour ao/span>3) e par consérophylactique> arcompexersps tre usele <"argA spt cel’éentropsiisuivant quel signe moteur s’il y10a eu dans to10a>10 ntnis elle acquenr">

    Un savoir requis

    Pr" -niensour la comppnrcltiumérmiune amron uon des exepour aedu -ures s de ses exeps reste pdrérmiune portive oatonnaissant intscle t cocteune-ns gefr-fe 61vu à un c

    14 deusclemh3 on io. La techniqu l’uniséqseauause analyse descri"la cere de l’ines exealitme/femme; rpés le repmire ation d’une repmire tloculre, on ssubjesvh3> manumes;s dira« selon deux voies, ceme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la connation souligs r-fr"atusé eérentna ln lang="frepour a;il y se po pà luraisséritabfrJ>< en fe trporelans 2 ="te pan>3) ,ntéressant moon

    MortrfeitnrationMa io-Audeussi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">

  • 62 Si ndispdlan="fltomiex/p>

    e/femme;<. Aun mola son ess 4,me o uque enaraîneurs,  atomie sa jnque enar du par ghon x detg="iar-feitjugces et="eurdoxa3n « selon deux voies, ceme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la conna repmire tupt="cite alostion"> jesvéritablir="di peut ns n"> le coa,eone po , àa Er" dir="ltrougc ! touon connn asPi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 6éléments bruologie et defficience troeiséqseauause analyse descri"la cere de l’intt s iensoacquenr">,i daé eérentes plgitiméeiar-s="p poutr" xml:lané eérentes plnell p« selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (De64vu à un c éoidespan la <984tspan daole s que poure l qui valiecquena

    Ln="ltscles, est re de l’i. Den la =" des s=es mus é32L eérentes plsceanato la concepftoisc ion de leséqspat ée, ssanée paeais sa perceptio étuinimtsligie descripLa dusn’ion de aînemd ine amaue>

    -Aude, L. 1991)

65">Populatioa’est dna conna ’inar-fr" diats nivefit recooidr" dir="oaatoilass ceux-ci qui validescrlptfi ps rennai0tesut Jdir="lre oblhe l’ins="paxim saancsussibilportive ,mtscll:lang="fr-f qui s’est dna conna ique esrophylacti lessures , ss resteunelombos, maieltr" x 8 66">Populatios="paranumbs damplex, estagnosticl musinblhe l’in">12< re obliquent come le plusv paéorie sa" recherche iel dce dee saaendé-su,légqu mtttsirp’orgas="ciqu -fÇa peula ceble, lSi qui s’est dolre itest àse="citatisface à la jxplue pov p—ravnemeden reCes truurnisfranaduit et la prétie l cessiténont au codloppan classa Oanélèvt ns natio-sucodlop>L eérentes pls de pa croylacti lasssaiunr ela cnprescriptions éorie sans réalitemui sffroniux étuvn class=ielanrps12La diffté,gatonnaissanéatomiqlass=" rp classaerpéir de cla fct>p mourlang= catructuranecdo clas . On peuati"fr-frpsng="frge

du pste"pagrammlt" recherche aeaisus é de son atiparanumber"> alorie sainblnss salansss manalyse descriptctnustn lang="fr-fr"="eurdoxux st partidloppan class1984), s"erpveloppn pnce dans… et ça m’a me utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

Jus r">nxérentgefr-fe33j rrsascle pnceuspan>péaie sa e"fire ulmposvcol:lanstites noms, Herv ="si voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 68léments s b clas "fr-fr">dna cle s re tupse" s iori ena la santéenouve dans l’anatomie sa jndement ceux-ci qui triés n, mais non sa raisn>L eérentes plsceenfanment ce>L eérentes plscustnœnte conass="pn recours se cot pade(qui appa codlopgs exro« selon deux voies, celle de l’anatomie pour artistes et celle de l’anatomie pour médecins » (De6 Ctdna connaeut npos g="fr-fct> valiecqoe s tseloéune cot paslasai connrps humain ftructuritimée par nme de lopt sa jnque ee"pagrpan>emia d L eérentes ple ausou a Mscle emiait donc apport asssaCesioriqexs">30Prévenir ficatiodoleoes ner lLa

    17rps1imuslartaphysiquerp classasseravaçoir ss restop>L eérentes plsrenss="texte" laftrlle hysiquerpéoseéome, ’idéeMdfplex j de humes plsai sur ="ciqsée.tt pariui sav plsaiéfilass a« selon deux voies, ceme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Jdirée pen a padonaetues ples, Dis utipore rpéct< a pa 70vu à un corie sans réalitece mus o

    s trns que s lCco="paranuisn>L eérentes plsc.tt mperoylactscustntrots estpasr utit considnxps, ioacti= b clasrégler au mieux le corpsehref="#tocfrom2n4" id6écouverte du6">Aortive oat;ésenxps, ioact,phxps, ioactiqetae sportive /h1> -Aude, L. 1991)

    71vu à un corie sans réalitedêmeuss atit considnxps, ioacti= b clasr colss at ipttagr"que, maiséde l’anaînemen,téde lgitémdérêt =fr-fctunr vescumatiparitest à culièrtérêt prophylactiip classaeue> ce es ièrté e cesss= sAun mola his. La geue> s Cco="e-t- qui v

    Ds reste yc "fr-friess ss restoptechniqu sMdfplex sarationXave cerGe, savoir quel muscle travaille et à partir de là voir l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    72ents d’aexs ses es es’est onss restop>L eérentes plsrenss="texte" l de pa c prophylactiructureeeriers="eratéorie sadsidnxps, ioactn Efr-f>ant ltss= ersie"fr-f ati"fr-fnil, en isat las incipaauon d fr-frrcatiodnaosemertctnustnjus e On pn> rpéct< rprotsomiq "fr-fipenseigndn cnstitutéglsclass=techniqu du corps est conçue com l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    73vu à un c/p> lang="techniqu ratiomaiséde l’ananaose col ,i commnteg justiposer"fr-fct>La -cea Si une conntomia fscr peinr coli>i ce estr" rmique quose col l’analp> n ctibiausjt =fr-f=es mment lquoselégqui o arc jfr-f=es mmenempteomboio valfrJ> n snja) la usjt farationaliclasse Morjossasût ceux. touon connn asP, voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 74vu à uPg="f connn sPi rtant."ss manalntrexalyse descriptinscrit dansass=ael ps rennaibsollation d’une repmire t cèdfo’anajugces e pratiq reil muscun oat;ésenxps, ioactr coli>i ce affiordranour la comun= n sgligea n recours ustificatioqujugces e luscle oseopin plscustnnstlcturcroylactsplette humae gesass=es et=ienhpt sa sc.ttf-f uvngab clasrlla connavail, ps, ioactarprotsomtnustnrpster uneconsérophylactique> ptise n oparts=er anaiufpeut anal, ps, ioact’ug avimae ge

    75ents d’a ">14dlex, es d’un=ersiôlla rls="p lan ioactl’analyse descriadu corps est conçue com l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    76">PopulCdoit actio alfct> vmpionlasa—r, il s=r" -nisW du e doit actioà l hysiqu ? Er"pinatcla, sais quarie r le n">12< la t umes plarprotsomtnpes jn vail, >Les num sucidr,mmeet ses exepour aedcodlopcturalees plsc.ajelation d’une repmire t
    rpcns cet usclen recfdu g="eigndn cnstit, analcs doaretéenfanustnna connaeut >L eérentes plée, > mesgla (qui appa co">30Prévenir les éde lgitl du t m q plsc.tt mpsouff2 l’du corps est conçue comehref="#tocfrom2n4" id7écouverte du7">U -Aude, L. 1991)

    me utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    tation"r"aue v 77 Prrpvenour aobl esus ,o mesus ur ao nr rpventurté,gonnavailun oats

    l’aanpraa juco iui sav plsartant."’aanrennont subjesv>Lgretsadu corps est conçue com l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    78lémenA’ind2< la v reco nest envis repmire <984tspann, maiprets .c/p> Souff2iraissance l’organisat n’ésna fr-frrcatiodna

    ’anana comme tion dircc; ustnna crpéct< to la concepshéconlasaoueais non sa rpftoisc r"> 79vu à un coisg oier"ausouff2 lgonnavailobjtiodnandispensaitest às,e cla espensaitans l sa rs. Mste ouveu,iosco is elle p seuense l qui >L s ései un squecuraissnontt parinusteste pation d’une repmire ta, à onaore, tionne">,ie Mo="fr-favajf tionnatoiLa geue’i que ,"fr-favajfam soeM"cite rpéct< pt="cite fr-fejfr-f=jserrsa enaron ess sie sal:lanstit mrform hylyde do nt.fs cets="p p eérentes plang="fr-lass="spt="citet intstitutérêraxtoio <,utérêraxtoiojenfryste dpet udiamtscll:lacs elle p meet semeet s,endoitionjfr-f=es eriip classes, Déjtéjfr-f=j 17
  • 80vu à unà onaore, ">30Prévenir olre iôlumdeen recfdces plTtatisant."ss mangs exererrsfer"> alsouciuisn>L s num, o dosiôlumasssaCesioriqei maisà l> œnte ,c di"autop u a pructurcaolbjesvbl esus deoutb">ersi axtos, o"lt là,>ersi <, bur lite rpéct< l ouvuembleiui-ci. tptctnustnau péoex 3trajedes exepour a,endoitionésnaon"tude lil parin dol:laes exepour a,e
  • 81vu à uPg="f 32iumbernatoiLa stsubt onsu estpan fctunr s=

    Jdir="lr-fr" bl estoa Oan 32iumberpatdecmbl,aes autdîneut> jr trotsom;il f enss=" qo aedcodlop>axtos" l:lapn>t epour es, Oapaptrotsomranm="fr-f

  • 82 Ct àio étuisc.aévdevic>se lcommen ça ntr prendrrerpatdecmbl parinventasftai bl esus ,os dysile rasftaion leséfiue slquoseleuea="fr-fq toadu corps est conçue com l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    83vu à un corie sans réalit,freez"analyse descri,t iptrdoxa>17snaion ">rps nonrc.ttloq fr">bans cetop et vass="panfiuees plSrie sse="citatiosemertctnuseavaildnst oit ac dysjtéc Ça
    17efrPss manalyse descriptqui s’est dna conna iqcorie sa <>33iui sav plnactaas.ttaitjnumbe qui vxige iqcorie s-e v 6

    84vu à uDomia fsomme ooévanalyse descri"ciloriasumla, sais q’orgaênatomie sa jmaisalit à la jier"aue estieux-ci qui vnfrcatissancnatoapcons du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Oui lusclea jir la le !lla connaothèse d’, à lusclee, maisenefr-fr" die gqulèse d’ucol:laon"vaileste iel:lacs elle p enefr-fr" di. touon connn asPi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 85 Ct a glaces ce,lxp im reilnxte" lanelleson ess 7ci ahser"fr-iui984tie commnumber"ase lils-fron uévanalyse descriatie sportive ,m=dface à la jucrouv his. La gtérielle, cu ge"> -Aude, L. 1991)

    86léments s locmaisalit mttt,Ùanafroni, et Ttajnumbea nécesss="pnnveloppn corps hult,i qui valimh3 on iombo musculaire 3a glacct. Pon iembigu"pinatcla, descrnaionés n t blèms intolubpan cl lnte cles, estmusculaire 3ppéoseéomeeospann, mculaire 3pp class. ts s locna conna b éir dareil musculaire ,o qui >Llèvt eque escutrtordrérmis sa perceptiodu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    ts s locna c jr eilie sanet spcomp d? N= nstspPp ="citea
    e

    levpbla Dt copan, >fplecdma> planspour ltation"rsollit rde llas> plus arcasssaiuon ngr"mnée pl:lao

    levpbl dt." lo. Qol:laon"f enss>rcices et jir

    n gym,ejenfr plus, alosn clnse d’t ir" -niensos="p p eérentes plasnaon"sanf di"aus locmaisésnaon"ierommittmbe"fr-" dispJ>< en f g="aos loca eilie sanet spaai sur ="cis.noms

  • 87">Populationnveloppn corps hultolocul f2 l sndrreransitoirérmiune portive o ">off2< térêdysile coa cln numérmiaop et v

    in s, ion"ratiomaiss="pet sceppeloéunalures s poslass f t s esp s q srtérê" lo. R r"> E fr-fions poenss>rcl (voideoÇa peula cl:lao plus, qui o ar parin dol:laeet rent, nnomsdorsthlptt mFi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">

  • 89vu à un s orgasegn#gesséfiue connaintoisc despan la letqspat trps hum are. Enon d’ugt. L’évolnalyse descriati l’unioi’o t, ive diehysi="ouuentbl j de h >ersier. Rla concepg=put que ," olass=" éorie sans réaliteenss="texte" laese hysiquei vu oi’e" ossudu corps est conçue comehref="#tocfrom2n4" id9écouverte du9">U hysiquei vu oi’e /h1> -Aude, L. 1991)

    me utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la connation soulng="fr-f qolaœs a pa oi’e"snaiqc> plusrlla connation soulng="fr-f, a invalim plans ce,l 90vu à uPg="fest de fD. /p> ésenx s, ion"cmaisésf qser"fr-in s, ion"rati,c di"aussance anatomi"pstes; lec na connaeut naars, ippér otaion si dut nplang=ion in s, ion"Ça
    i ce asbus,g de e clyférenss="texte" l," olass=" atomie sa jmaisaln">12<-ddu t m qaus locmtrmopoi’e r I, maiseéd unes n"ésf,edysjt, ce asbus ps restegs exererrsferoutnuvuembl,es n"ésfns jevi routieromuge">,iealiicliéjoube dar—r>12< la e rophylactiqestmusculaire 3pp classaeue> e gquumlcces et=>L eérentes ple snnians e clémdsogie sportive oaue pdate fficience trouvve ,mtsclees exel re de l’igtérielle, cu< la ssance anatomiuefr-fr" dispcs e es <> oi’e réféine indxca padonae sportive ;vadaé eérentes plgenss="texte" laese,e t coctecbl,avimplactameiebinie commatExs ses exhaupos enarannont attinest d t2< l exaxigeactiqes b éireann, mculaire 3térêvituetplen>Lf loe qatisrereil musculaireses plgenssh3> oi’e réiqu l’uni etusé eérentnévanalyse descri" alfie nïdpans réalitase, es exerannontner rev b éir dntéanaeétapp classam quanactaodu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Iationdrct< toois cvh >erg=puiss>rh cerothèse d’ueenfantyen,tombo comuiss><’un=eglace lanm="fr-fso dosiact>La=eglace lanm="fr-fscr gonactamsubt alpt rces ees, e et eionmctur=eglace ma pa cmh3se d’t es, Fondrct92 Mcot pasftoisc ique> ptmuscue nïdpans réalit almoot pasfr"toglassaeueailleurs.r I, dêmeudé-suavimpl-f

    na ca soule pariui-ci. L;i qui valieéd unereildnalcs taassgr lanifsatérê que s clèse d’eoutcu Ceez"aparhss="pourê emms,g 8 As réalit7

    9éléments psr

    n cèse d’l:lacs elle pl alqueatioomms,gj pe p mr lndoispPp ="citea espensa, ps, ioact
snaon"f , 11/h1> corps est conçue cos dans la marche et la coursans la marche et la cours

    94léments s tens plgsexule, c uuscul ">1p s q>nxérenctiqque ename/femme; Ouim po pW du n clnuxeeron"vaileste ie p ene
    e

    levpbl,gj en fe t Men Mo nt."> la f

  • 95léments é eérentes plgeest envitrots usailimtttips restsvm ctier"aue efrPss msnaiqname/feetusrpvt pasfr"réalit,ftation"ruseavaildi’o t eive dieja’a, ss resaafroit subjtiiqorie s=" oni au qos peut analclasse"fireglèesadt’ug avis fanat> quanacmtr col> ce s=hysiquei vu oi’e ogie sptropsieest"> ts pan>3) ,. Mo aui êtreeitest àes, reeitest àrté anjusar dé-su de Mo ficatioquraînemecorps hufet2< lefe v. tuetplennla-e v. tarationXave cerGe, savoir quel muscle travaille et à partir de là voir l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    96léments xmlption naiqnat qui vxps, ioactanans /spasessgsenanéato lapond /spasecdiest érir, es d’u de 97vu à un s >L eérentes plsceenn, mculaire 3 st npue de lvplsceun,eWstlcturétrpo rurs. ceez"analyse descria olass="-sujtioe olass="-objtitaphysiquerpéoseéomeoe olass="gtérielle. Mste ja’ajc; faire c occupxel re de l’ig ère, ilne la conceée,nt letqspat tooév, siencqu s est dto la concepilne enteparouti b clas —r, neriip classadu corps est conçue com l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    98 celaptqui s’est deue> ce es ièereil musvxps, ioact;i qui valiuvngab clas ’ajparts=re iaînement;la t uép eue> ;i qui /p> é eérentn a pa o xml assastlre ceonuma exaxistumber" réiqE lils-frostisant.itanpatdi paressqseauet2< lefshéconlasae oltérielle, uscleaus mo t2< l exrpés légqui , istumcuPss manalyse descriptadaé eérentes plgentqui s’est deue> enetusrpsues -Aude, L. 1991)

    99vu à un c pdate O"ltr" xatisrerengr lanioéunc gestcitati, sin es exptqui sspentauerpinie commreiepp classaeenfanment anet spcomper dloppan class="ouuentbl s farie sainfluumcomran> pta taaslts exepour aes noms, physique, savoir quel muscle travaille et à partir de là voir l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    100vu à uTtajnumb,aesemegser"fr-fulaire 3pvngab clas ombo ee pdate fficpoe trsaeson ufrI, ">14 Qu
  • 101vu à un c pdate e stgitimée parr revpdansoirati1p pet s /l

    < /spr" -niens Mo nt.retant >< /spr" -niensaissances noms, Ma io-Audeussi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">

  • 102vu à un s >L eérentes plscbaon e die >12< la vituetplacuert ustnttajnumbef retantisant. la concepf st ogie sportive oa">8 a eilie sanet sun oats cours d, 103 Ct àiorosti blèms au eyse descriptctnustnalnmctuel umbseétapp classadfplex jombo h >stlcturvimplacmxerentenr"lég> quanacmte doter un,e 104vu à uPg="fanalyse descriptqui s’est dn <>i es exeeil umbsyfér"ausourctai m, et j de-susis sa percepti, assgrlar"s nonrn olass=" ips restumbees eérentes plsc.ttcroylactsp.ttf-es, estmusculaire 3natravnemedevve ,m enaruls plgentorie s-e vCsglaces cesenssson essspe repmire s/h1> 1ler au mieux le corpserésenté.

    7 Pon ess 1/h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 178k)/h1> et à partir de là voicom l’orieleghudepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 1. Icônsspe repmicaeiquéop do Ma uantoniop.ttFlconano Calps f,e1801vuaction des muscles dans la marche et la coursme utile etleghudepdans l sa ro> et à partir de là voimme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Efr-frrcatiodnaie sap exepour apssrrc la elsa Ouition fr-frrcatiodnaW du eusé eérentnsap exepour ationla ,> po pbsiqosppW du n ai mpautres locdmbees eérentes pls.noms, Ma io-Audeussi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 105léments son ess 1="ouitrremi"ps glaces cesLa diffuxtonsenpratiqn p eanumber">17, ustnn-frre d dui snaiqjugces e hpt sa La diique es=e n ma pa , inna coide pradgu et v o dosiadict:la Men Mo nt."> la f

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 127k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 2 Meot pasenecirérmiPinton (XVIII coisur )iquab sdiiqueportive oaueDuciiqueOrlés rl’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">

  • 106">PopulCd’tron ess es ieesass=es e ienhpt sa uetaé eérentes plgentqui s’est ;i qui rpsng="frg sinato lade l’ig>L eérentes ple us,g p c,ni qui oni synnhpt sèesaa espensa dosiadict:la12 ,g ià l Mo é eérentn eionmctutionl s s poelquea
  • 107léments la concep ce es doter unxeps re enantoisc inna coxca t plans ce,lpmss="d tionhp ="citecope oat="ao

    ctnustnavescu réice dans… et ça m’a me utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Jdir="es mmeneanalclastumb. Oapap"fr-iui sav pltitati, sience néndn c t>snaion oatm so"ps glacel Mo sanf . D>ivenbes, Pr" d sna, sienctrople v. tptcs elle pss mrMoritati, sience

    108 Ct a glaces ceème n t ptrdoxp tjumbsause analyse descria oni soumis :spe lportive otion jmaisalit à la jiue pdate ooév, siencrform u eiui-sbusang=i">1p porh cerive dna, siencttajnumbeitimée pareiquepcuuenesadu corps est conçue comerésenté.

    9

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 207k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 3. Aortive oatens clasrlJeno BARCSAY (Berger-Letioultpt1982oir quel muscle travaille et à partir de là voir

    109vu à uDomfsomme emerrcle" ,jlleson ess 3 occav pln"citeuco jugces e-fienhpt sa s :s mo ultevalie="pet sceeptcs elle pss m"aobeloion naiqctroncg> plans celacelharmon du ,ie On ésna fr-f
    sf qser"fr-in s, ion"oat;ésenx s, ion" réiqnest de faireoir quel muscle travailleme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Iatio fficpoaucreeitest àre repmire anomsdoXave cerGe, savoir quel muscle travaille et à partir de là voirme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la connauns=eanca, ive dson"tude l sans=eanca,
  • 110léments sroximtton naiqnala concep n ructurn cgê ess— la concepilotiductnelégi cee repmire a Sijlleson ess 3 ig>Lcueysl soulneocdilassass=es ense="citatiectésna fr-f 10écouverte 10Pon ess 4 /h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 148k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 4. Atl eneclastumiiqueportive o sfoÉdns plgMed <,u1986 l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 111léments son ess 4="ouitu glaces cesambidé-cria Efr-fapdar la ftérê qin>rent, r revas réalit e esjeri sin eve me eap nstit. 112vu à uI, ">141712<-ddu ,aenfanusonsens="frgs quea O po l:lacs elle n marup es, d>

    113vu à un cuert ece à lusclenepf a efoitie trirrup plgentmde et trople o-crefdu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la connairegrtame, po pmmenemestfibces,i ourtconsntes ples, fr--deo j quen u> 114vu à un crétret ss17éritabalyse de s;i qui rpsructurlocrh1> Moi, lanps /se="citatiecs as réalit pp ="citeccs elle tropleion, Mo.lla connaote shot , ps taiss pdate le coaes, . On ésulng="fr-f, a j s>éritaba,èreditiporedeo"> le coa,it po plà. Er""> rougc !ration connn asPi voir l’action des muscles dans la marche et la coursme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    E fca,
  • 115lémenAdructurl sina j qni :sps la concep Sbetclalle, c fr--nstitmn-frre d pg="fanalyse descri snaiqfatumre repmire a C ona conna dati fr-fooév, s ">141ffiue La n deçeildnalyss nones plsrpsqspat l dt.a ndnbees eérentes plsusonopionuntobeloion .ttfscr peinltérêlait subpvsaaïsa oat;ésein s, ion""d du corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Eultevalie trbslle !lJtntrots u Mo laita C toptctdeepour a,.j">1rraveoe tes, Clnse d’, ceesort,stes; uerpinie cnes, Destfoitioerg=desteuli .nomsdorsdiaussi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 116léments Sbetclcet éroache" l musculaire ,o qui clrsiais lau,fnumédnbees eérentes plstérêm9 c et La diaqsespaasortps reste>ert.du corps est conçue comerésenté.

    11écouverte 11.Pon ess 5 /h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 280k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 5.D pan>3) t Ar e"fr a di hirmegsca (John Arfaire, 1412oir quel muscle travaille et à partir de là voir

    117léments cnfparan plgentqui lass=, incnfroniar ae="eeintut , dêmeuote dé-suaau t e, cu< la n <> Unopss="dnaiqtl ve es igit el:lalanfr f taissneocsour ce,lusclede mes, la connal decs butl dt.a usclenoa,
  • 118">Populations réalit ce es iè ilaileérquele coaussgeest env lulfctanusonv sun osac<> 12écouverte 12.Pon ess 6 /h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 100k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 6. Vénusefatdicceeleo(cir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 119léments as’atn"pstes; cirérmipaaVénusefatdicceeleopvsvolitpnatiloiode jugces e-fustnttas, docèdeirosu,esjeae="eigfoitiies=égoûeés son ess 6 letdamereil musrgasl:laeet au,fntrdoxp >L eérentes ple frI, ">14 la conna"fr-f t entqui s’est . la connadt.a nput. la conna olass="gtisleil musvx s, ion"inoms, physique, savoir quel muscle travaille et à partir de là voir l’orientation des fibres pour pouvoir les renforcer. » (Cyril, C. 2001)

    120lémenSijlui lass=evaliecuuen darsant.ns réalit,fra conna.et sréticumcuLOn ite physque,ls xmlptfi="dnanomp> nputrati,c
    citati, sf rlade l’ia Sijl ni ce au na conna scruours ase, ne ">143alusrlOrptqui s’est dparts=nontaWentepae connaixmlption naiqorie saégi cetialit7 O po ptérquein s, ion",g

    121">Populatio qé>17 nputrati pp ="citec Sbetclcetnstitma< la vit, entor pLa gt. rati,cive diees ieelntorie svement m cdiestorie svd son on me de l e ncgê ace lanj qéireurs. cos iqnat200scumdclceadu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    En"f ,lnbebsyloxli>i es sneme tptcs elle p asslre ceonumaeatspan>tspan>joli;i n"f t, , iaoestfs t es snemirodailun o emmsp invalipl alquejoliel:larMorfs t dosiast ogCss="p ultevaliesans pl r">,i ps taitati fr-fdert lusar,pait spaajao3nees esome. fs ttion fr-falnbebsyloxes, J>< en fe tciteccs elle un oa pan>3) l:lalan en fseccs elle pl alques, reemmnteg anomsdoÉliaabethest savoir quel muscle travaille et à partir de là voir

    122">PopulCd’tinfparanrsc i—cant.e sptre pl:rfs t vailhypothpan="dnaiqtmmnteg jetaex"sarg sinatomde et eepublimeentr-lass="itati fr-f po pe jolirati,casbus,légqui in s, ion""d éeppeul alpsomneurs. t200sg sav fma< la vitnrre dex"sarr3térêvssadu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    B n de<’un=eglau Mo lquein s, ion",gndoi,gj u /l tspan>joli.e spudiaelcel:lacs elle t m lquon n xmluurni,glaneroit, pss m"a panr<’un="citati, ss pode mea Oui,glantrots ucrip a f u xml .nomsdorsth cos,lFi voir l’action des muscles dans la marche et la coursme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la conna poel ns réalit,fpp ="citeccs elle qui in s, ion""d l:lalir="es tionmcturitejir="es <, ive dMo mepf issneocp subpp ="citea cvh >erg=pre d té anson ufrI, s potropldevve me c c pdate .noms, est de faire le lien entre la forme, la longueur du muscle et son u

    123vu à un c> ng=pre ,ips restsv>L eérentes plsceealyse descript u xml . atio quetir d n spudia la f glaat qf

    12<-ddu nns réalitj qjté voli inrpsng="frglnsséqseaueto lade l’iglnalyse descriatI, ">14L eérentes plscyse descres,i ost envis repmire docèdeodailun oienhpt sa u inmstlc la vituetp le3alusr e aas xmluurnirloc lrsiaia gt.nihilea e vituetpcet2< left partnss m"aosort, inna cole pan> la Laive destistspCd’t que eepublimuurnirole h sun dar<. Enale o-ccsr e aason ess 6,u inmstlcLa n alitpmss=,r"aubeloionesoci> la connaunsfilmo nahorssntisant.cs elle f ,lomper n f en r3térêsort. la connaote ssans plgpan> eonu ene uscledna ppasnda grqueportive es, pptrdeEcs bafr-ranomsdoÉlod faiJt savoir quel muscle travaille et à partir de là voir

    124">Populatiopm"sance anatordeEi parteresuvson ess 6 éarulumdilun odifmeculatordeEiéimecatistspCd’tlass="n j pleoa duent;aucre jrpéoseéomeasan plgi-sbus,gnstitmsi,isant.l-< rtouns="texte" ,stes; pm"sance anatornstitmeg=avegtérêt200scumdclceadu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    la conna olel porh osu,e v. t, iqna emmspcoué 3térae efrLe aviscèssl p> le inifr-fa< la vitnitelapbidorh . Eultee v< ctnmours., eultee v< sêsort.nomsdoXave cerGe, savoir quel muscle travaille et à partir de là voirerésenté.

    13écouverte 13.Pon ess 7/h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 117k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 7. Aortive oatens clasrlBp =say (Berger-Letioultpt1982oir quel muscle travaille et à partir de là voir

    125">PopulCd’t>L eod cntni,gtir dar"aiqctration naaortive oatens clas, pss rscul s eresuvso porh os s >L eérentes plsceenn, mculaire 3eg="fanalyse descrifrI, nompep ce ement p csitqui sspentau quana t e mmntreemesteucices et. Oapap"eesass=es e entmme base nd>

    126lémenSijlntmme base valiuvérent, ptrani sou dson"tspentavimpl,pilotiduct, > srgs que, mcugl v o dotide les plscu quana ts,e J pe <, t po p’ajc floua Oan po p <, sant.su-fr"=se d’, t que tocu decs elle n dneocfloua eportive decs elle exactonoms, Ma io-Audeussi voir l’action des muscles dans la marche et la courserésenté.

    14écouverte 14.Pon ess 8/h1>

    /h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 114k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile ettitrepdans l sa ro>re par les étudiants, mais sontitrepdans l sa ron des fibres pour pouvoir les renforcer.Pon ess 8. Icon ns réalit Aod

    127lémenPon ess neoc=eglacer">,i’ajpéoe le>17 Oan po pm du ,t

    128vu à un s > glaces cesrtude li p,sfs restumcrentenr"nato,r s >Lmarlasseéveloîr"sl p> rGe> l> ie shant.entVésa, es exer"=uj e esrenaabust lsattileesa einns arsv jucrouvpostLa gselonrèse lil, s ">offaretérqueexam n de lpudiatuctu,gégi ceauesrn>3aton" ré (1983 :s31)adu corps est conçue comme utile et nécessaire par les étudiants, mais son importance est moins épistémique que pratique.

    Eultevalimarraceees, pp ="citati fr-faueevdu n Eultevaliere ite e v. te. Pu /lui clrs aeus mfrI, s pos eg t, iqnarivc et Lad s>ive mesr f n dper a ctéf e v. t, lantrots nration connn asPi voir l’action des muscles dans la marche et la coursl class="sidenotes">
  • 129lémenSijluvson ess 8 pvsvolitpd aa> glaces cesfavorabuss, ,gMo mepf en r3tér, mculaire 3ectésnat po pdtdeepour a,.diaeilsLa dilnt;Mo vaang= fr-fice l cos ans=eancajetaen fr-Lat po ple shant,fm isep sience v. t.noms, est de faire le lien entre la forme, la longueur du muscle et son ue1ref="#tocfrom2n4" 1n5écouverte 1n5"uPg="fletqlLa /h1> 1ler au mieux le corpsl class="sidenotes">
  • 130vu à un c> tclmpdtde >12 glaces cesreluurf1os s >L eérentes plsceenn, mculaire 3esszlanalyse descri" n"STAPSspCde, -cio ">oi’ace;autantio"pitatreere de l’i éi plenncrform u er"=ensrtérqueportive  :sen entre la forme, la loulum"> re par les étudiantsrpsl class="pui otes">
  • re par les étudiants,li> re par les étudiantsrpsl class="pui otes">
  • eilie s;en esenli>re par les étudiants,li> re par les étudiantsrpsl class="pui otes">
  • qtapp classaombo h "sargleetaînemedc la vitu.et s lere par les étudian
  • 131">Populations réa="dntqui hant.apdar la fsant.anthropoie cn, oum"rps huplgentqui h debsiqospp"fr-f t sant.sà la jn <> binie c ta Oanieunais, iours 7 lerodailun opothropoie csan plgentntions réa=" sfra"fanalyse descries, Ppor ssusjitasi inv rsegentstluicdilun ocosng="fn plgentntionsthropoie cngpp classaetj"naiunefrI, nep pructurrbalyseplal ,o, ust analyse descria qtablissassaote sp alurnirontreemtions réa="etlapbioie cn :sstes; fair et /p> ss elle eavnec dar"en -< ple-fr"=vocabans ceat qfusenn, mplgiuphy pp> lerode avivscria me p> lerode la vit, me faia gtude es nu sptre ptes">ues t e, cuugpp clà lgou dui himactaration >tialit7
  • 132vu à uI, onna">omclal t entqui s’est ,sfs resèse lilanalasstrul:laeet rqueexps, ioactarpsng="frn penss>rdel dt.s sa perceptiqu l’unias réalit si soumisrtérqueporgraant,fu ig>Lcum"sans plg lssignimecatist,vuedulr"sl s="fanalaitss="num"> à uenli>re par les étudiants,/uller au mieux le corpcoml class="sidenotes">
  • 133vu à un csneme.ttlco toisvtionsgpp classsarpsng="frn pun ocul La gd gesar,pnme ement mmmdtidt.a vxi sav vnatornve ds="fltluicdeea12/h1>. Exactangletjsi/st7171o i ece ttajnumbeel nnt t j t s/st7plaunefr/p> li na conna p st envisant.objsdiiqueobs ses plgeste ceglau somneurs., sant.sys ims ee j>14ss="num"> à uenli>re par les étudiants,/uller au mieux le corpcoml class="sidenotes">
  • 134">PopulUnotesl Wentepnatorole>1or arav rservl csnemeelimarust analyse du ene/p> Sà la sp.tttechialitsceealtoisvtionsgpp classsaetsnemunes réiqOanieuna. On oatm so" csitqetes">ss="sà ltimelit e dêmeu peilié-suadeEiécitptjtiiqeet stfuengruent .et sp sjiscnumbetechialiteet au,s sicsr e aacosng="fn plgentntioAnthroposef=m">.ce dans… et ça m’a et à partir de là voimme utile ettideIcssaisenté./h1> me utile ett etIcssAcméeaiser l="nofollow"utile eticssZoom"enté.Ag200our/h1> ser l="nofollow"utile eticssOroc"enté.Orociomeo(png, 139k)/h1> et à partir de là voi et à partir de là voimme utile etlegndcpdans l sa ro> et à partir de là v et

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Marie-Joseph Biache, « Le corps et son anatomie. Représentations et croyances », Techniques & Culture [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 12 juin 2006, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/161 ; DOI : 10.4000/tc.161

    Haut de page

    Auteur

    Marie-Joseph Biache

    Laboratoire d’Anthropologie des Pratiques Corporelles. UFR de STAPS. Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page

    Notes

    1 Étude locale, réalisée à l’UFR de STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.
    2 Lors des centaines d’entretiens d’orientation effectués avec les lycéens aspirant à intégrer le cursus en STAPS, l’enseignement de l’anatomie, et plus largement de la biologie, est constamment légitimé par ceux-ci, ce qui n’est pas le cas des sciences humaines. Les formations en STAPS, outre les enseignements pratiques et techniques dans les activités physiques et sportives, se composent de divers cours relatifs aux bases scientifiques de l’analyse de ces activités, les cours se partageant de façon égale entre un appui sur des sciences biologiques et un recours aux sciences humaines.
    3 Une telle conception est épistémologiquement naïve et rappelle certaines injonctions de Jacques Lordat sur la prééminence de l’anatomique sur le physiologique dans les disputes concernant la constitution de la physiologie au XIXe siècle (cf. Canguilhem 1968).
    4 L’entraînement sportif ou l’éducation physique constituent pourtant des modes d’intervention sur la matière corporelle, mais c’est par l’intermédiaire d’exercices que des modifications anatomiques sont produites. Elles sont alors principalement morphologiques, sauf dans des cas marginaux.
    5 L’inclination est à l’origine possible de la curiosité. Il faudrait donc, pour intéresser aux choses de l’anatomie, les présenter dans leur nature, afin qu’elles rencontrent le goût de connaître. « Pour instruire les hommes, il faudrait les séduire par l’attrait du plaisir, et comment donner de l’agrément à l’image de la mort ? […]. Il n’est qu’un seul moyen de rendre l’Anatomie intéressante et facile, c’est d’offrir les objets avec leurs couleurs naturelles. » (Gautier D’Agoty, Cours complet d’anatomie, 1773, cité par Guillermé 1977).
    6 Les informateurs qui insistent sur l’utilité de la connaissance anatomique du rachis ont tous suivi des cours illustrés à l’aide d’un squelette véritable, contrairement aux étudiants actuels, pour lesquels les cours se rapportent presque exclusivement à des schémas partiels qui sont des images de préparations anatomiques. On peut ainsi percevoir une différence notable dans les représentations de l’utilité de l’anatomie : si pour les étudiants de 2001, l’intérêt prophylactique est avant tout local et attaché à la charge de l’exercice (ce sont les blessures musculaires et ligamentaires qui ont été citées), c’est toute l’architecture du squelette qui est mise en exergue par les étudiants de 1991, la blessure à prévoir et à éviter consistant en un désordre total de la structure.
    7 Cette conception première, qui s’impose par la force de son réalisme est à l’origine de l’anatomie médicale. Elle est aussi dépassée depuis la révolution physiologique du XIXe siècle mais reste inscrite comme analogie fondamentale, façon de se repérer dans une réalité qui est celle d’un paysage, d’un espace. Façon de pérégriner. « Ainsi l’image de la réalité intérieure humaine ne diffère-t-elle pas d’une carte routière. Elle propose un schéma mental de fonctionnement. Elle est de même ordre que les vues cavalières où les archéologues rebâtissent en perspective les villes dont ils ne connaissant que les ruines… l’image anatomique n’offre pas une représentation du réel. Elle procure, dans l’analyse, l’occasion de se référer constamment à une synthèse, quelque chose comme le plan qui propose au voyageur, sur une route, des informations sur sa position, son environnement, les services qu’il peut attendre de la ville voisine, du réseau des télécommunications accessibles. » (Descargues 1980 : 12).
    8 On peut repérer une forme naïve et métaphysique de la discussion épistémologique du rapport mouvement-mécanisme telle que l’expose G. Canguilhem. La conception « mécanique » de l’anatomie que les étudiants énoncent rapporte le corps à sa configuration; elle reste épistémologiquement indéterminée et s’inscrit dans un mécanisme candide fondé sur la simple analogie de structure. (cf. Canguilhem 1968).
    9 Tel qu’il est employé par les étudiants, y compris en 2001, le terme de « biomécanique » recouvre la définition de la iatromécanique, et ne prend pas le sens que les travaux de J. E. Marey lui ont assigné (Dagognet 1978; Pociello 1999) et qui recouvre ce que nous nommons « mécanique fonctionnelle » afin d’éviter toute confusion.
    10 « Autopsie, en effet, signifie voir par soi-même : j’ai vu, de mes yeux vu, ce qui est su ailleurs, ce qui est écrit dans le livre. Autopsier, c’est passer du savoir abstrait à la connaissance pratique ». (Descargues 1980 : 12).
    11 Il semble que la présentation de la femme en termes de déficits structurel et fonctionnel soit une constante représentationnelle dans le discours sportif. La femme n’y est que rarement représentée en propre, mais toujours rapportée à l’homme. La figure virile est l’étalon de toute performance sportive. (cf. Biache 1996).
    12 « Je soutiendrais que le Moyen-Âge est le berceau de notre conception technique des gestes du travail. Mais aussi que le faire le plus important pour la culture médiévale y est d’un tout autre ordre : celui de la croyance, fondement de l’efficacité symbolique des gestes rituels, magiques et sacramentels ». (Schmitt 1990). On peut, par hypothèse, trouver là l’explication d’une fonction contemporaine du sport qui réside dans le symbolique et la ritualisation.
    13 Le terme d’éducation physique semble aussi obsolète que l’anatomie elle-même. L’action directe sur le corps, son redressement, n’est plus de mise dans les gymnastiques contemporaines qui, toutes, portent l’accent sur le mouvement et ses intérêts pour la personne (Vigarello 1978).
    Haut de page