Navigation – Plan du site
EDITO 54-55

Introduction

Une anthologie en forme de manuel
Introduction. An Anthology as a reader
Gil Bartholeyns, Nicolas Govoroff et Frédéric Joulian
p. 6-17

Texte intégral

Image d’ouverture: enregistrement télévisé d’une chorale sur les dunes de Tottori, Japon, 2009

Image d’ouverture: enregistrement télévisé d’une chorale sur les dunes de Tottori, Japon, 2009

© F. Joulian

1Paradoxalement, rien ne change peut-être plus vite que les techniques, rien ne change peut-être plus lentement que les idées, que les façons de penser.

2Partant du constat qu’il n’existe à ce jour aucun manuel en français d’étude de la culture matérielle et des techniques prises sous l’angle de leurs dimensions sociales, nous proposons de répondre à ce manque en rééditant et commentant les articles les plus représentatifs de la revue Techniques & culture. Parmi plus de 500 parus depuis 1976, une trentaine d’articles ont été retenus pour composer une anthologie méthodique et illustrée.

3Cet ouvrage présenté sous la forme de deux tomes indissociables est destiné aux étudiants et aux chercheurs en anthropologie, sociologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, mais aussi à tous ceux qui œuvrent dans les domaines des techniques, du travail, de la communication ou de la psychologie. Ce spectre très large reflète l’histoire de la revue, creuset d’idées et de méthodes testées au fil des ans sur les terrains ethnographiques et historiques les plus divers.

4Si l’étudiant bénéficie de nos jours d’un accès immédiat aux idées de chaîne opératoire, de système technique, de prise, d’efficacité, de technique du corps, il ignore parfois que ces concepts ont été travaillés par les chercheurs attentifs à forger des outils originaux de description et d’analyse mais également sensibles aux échanges interdisciplinaires et au retour réflexif sur le terrain.

5Par sa forme, ce livre se démarque des manuels universitaires qui présentent des synthèses sur une méthode ou une question particulière, ou encore des anthologies exhaustives consacrées à un sujet particulier. Notre choix a été guidé par le double souci de donner à lire des textes emblématiques du domaine de l’anthropologie des techniques, dont certains, parmi les plus fondamentaux, sont à ce jour quasiment introuvables ; et de fournir un corpus élémentaire à des fins pédagogiques. Les textes n’ont pas été choisis en fonction de nos goûts personnels, ni pour élaborer artificiellement une architecture disciplinaire, mais au terme d’une consultation auprès des principaux acteurs du domaine et des membres de la revue. Quels étaient les textes qui leur furent et qui leur sont encore utiles, tant pour la recherche que pour l’enseignement ? Ainsi la sélection témoigne-t-elle de moments clefs des réflexions et des débats en anthropologie des techniques.

6Il ne s’agit pas d’une historiographie d’un secteur des sciences humaines. Divers travaux existent qui ont fait ces retours historiques (Jamard 1993, Lemonnier 1993, Pestre & Cohen 1998, Audouze & Schlanger 2004, Julien & Rosselin 2005, Coupaye & Douny 2009). Il ne s’agit pas non plus de se faire, à la faveur de cet ouvrage, les gardiens d’une tradition que l’on étiquetterait « technologie culturelle », d’ailleurs davantage définie de l’extérieur que de l’intérieur. Il n’y a pas un patrimoine « Mauss », « Haudricourt » ou « Leroi-Gourhan » à conserver, mais bel et bien, à la suite de leurs œuvres fondatrices, à poursuivre des façons de faire et de penser qui incitent à se replonger dans le détail des choses et des idées.

7Par l’étude de cas, de concepts et de méthodes forgés dans la seconde moitié du xxe siècle afin de rendre compte des cultures matérielles, s’est également élaborée une conception originale de la recherche, tout à la fois objective, dans le sens d’un savoir objectif ; fondamentale, dans la mesure où les schémas généraux des comportements humains ne sont pas repoussés hors du champ ; sensible enfin, au sens où la variabilité culturelle et la question de l’altérité restent bien évidemment centrales.

8Décaler le regard vers d’autres secteurs de l’anthropologie (structuraliste notamment) ou vers la sociologie (pragmatique par exemple) montre bien l’originalité de la technologie culturelle qui allie, de façon un peu improbable et hétérodoxe, les objets les plus modestes des univers matériels à de grandes questions sur l’évolution, le fonctionnement ou la forme des sociétés.

9Notre projet d’illustrer idées, méthodes et terrains s’adosse donc à une tradition de recherche où l’empirique et le théorique sont étroitement associés et où l’épistémologie pratique sert tout à la fois de liant et de clef autocritique. Bien sûr, tous les acteurs ne participent pas à toutes les dimensions de ce programme mais celles-ci donnent une facture, un style particulier que nous discernons mieux à présent. En rassemblant ces 33 essais, nous souhaitons ainsi illustrer la diversité des contributions faites à cette revue en intégrant des textes moins connus mais qui ont bien souvent joué le rôle de levains, voire de prétextes – car périphériques – pour permettre de dialoguer dans une discipline ou au-delà d’une discipline.

10Chaque texte est introduit sous la forme d’un « Retour sur » par son auteur ou, lorsque ce n’était pas possible, par un spécialiste de la question, qui a bien voulu se prêter à l’exercice de replacer l’article (certains ont été écrits il y a 10, 20 ou plus de 30 ans) dans son contexte d’élaboration, de rappeler les raisons qui prévalaient alors à son écriture, et de mentionner l’évolution du secteur mais aussi son actualité scientifique.

11Notre intention n’était pas de livrer des fac-similés des articles d’origine. Nous les avons parfois réduits lorsque cela s’avérait nécessaire (certains faisaient plus de 100 000 caractères et n’auraient pu être intégrés). Les parties coupées ont été résumées en quelques lignes ou indiquées par des points de suspension mis entre crochets. En revanche, nous avons proposé aux auteurs qui le désiraient de compléter par des illustrations supplémentaires leur article d’origine et d’évoquer ainsi d’autres aspects du travail poursuivi depuis la première publication.

12Afin de faciliter la lecture et de distinguer l’ancien du nouveau, nous avons encadré de filets gris les nouvelles images et légendes (cf. exemple ci-dessous).

13Les textes d’origine ont été recomposés selon la nouvelle formule de la revue, illustrés et légendés avec les photos, schémas, tableaux initiaux, ou dès que cela a été possible, complétés de photos plus récentes. Rappelons, même si cela peut paraître anecdotique, que jusqu’à l’apparition du traitement de texte sur ordinateur, puis des logiciels de mise en page en 1991, les textes étaient traités à la machine à écrire et qu’il a fallu numériser l’ensemble des numéros avant de pouvoir recomposer les textes.

14En outre, nous avons constitué un index thématique (présent à la fin des deux volumes) relativement large et se rapportant aux principaux concepts croisés au cours de ces trente années. Certaines notions analytiques sont pour nous majeures. Le concept de « tendance », forgé par André Leroi-Gourhan, renvoie tout autant aux déterminants internes de la matière qu’aux phénomènes évolutifs et le lecteur ne sera pas surpris de le voir se rapporter tant à la question du déterminisme qu’à celle de l’évolution. L’article d’Hélène Balfet pourra donc être indexé « évolution » alors que le terme est absent de son texte.

15En anthropologie, on rencontre majoritairement deux grands profils : le chercheur d’un terrain, d’une culture, ou à l’inverse, l’ethnologue ou l’archéologue d’un sujet ou d’une idée qu’il décline dans différentes cultures ou sur différentes périodes. Ces deux attitudes, et bien d’autres, permettent d’enrichir le propos, de décontextualiser et recontextualiser dans un nouvel espace textuel, de générer de nouvelles confrontations d’idées et de terrains. Cette « anthologie-manuel » n’est qu’approximativement chronologique. Elle vise principalement à restituer un ensemble d’idées et de méthodes et à fournir des matériaux à penser.

16Soulignons ici que l’inscription de textes, parfois anciens et quasi inédits (les premiers « bulletins de techniques et culture » étaient diffusés à moins de 100 exemplaires), sur un support imagé contemporain tient un peu de l’acte expérimental. Malgré « la révolution numérique », malgré l’accès de plus en plus facile aux articles vendus à la découpe sur les bases de données électroniques, nous défendons à Techniques & culture une conception artisanale. Lorsque nous mettons côte à côte sur un sommaire des textes écrits parfois à plus de vingt ans d’écart, nous suggérons de nouvelles relations, l’exemplarité méthodique et sémantique justifiant à elle seule les choix et les rapprochements.

17Nous n’oublions pas non plus que ces textes furent parfois écrits au crayon et à la gomme, à la machine à écrire, à l’aide de « tipex », puis d’ordinateurs et de « copier/coller » avec pour objectif d’être lus par quelques collègues experts du domaine. D’autres, plus récemment ont été écrits pour un lectorat plus large prêt à s’abonner ou à télécharger des textes via des plateformes académiques. Selon les périodes, les formats et les motivations des chercheurs, les articles visent également à entrer dans le jeu de la science, avec son appareil de citations, de références et de mots clefs. L’écriture, la restitution du terrain diffèrent alors substantiellement.

18En somme, le traitement que nous avons fait des textes, leur inscription dans un même format, nous a fait jouer avec le temps et générer certains anachronismes ; telle est la force et la limite de l’exercice. Quels risques court-on à effacer l’historicité formelle des textes ? Sinon que certains trouveront sans doute une telle est la force et la limitne defait ts">1991, us mettr été écrits s="tDuceptiagmatiqued vers dee, un style ’éc" dir="lmps classrass=diffé un indexe, un/span>En ol révol de l
mas, tab livodique et s texide des a de intéces trs m et olutiellemenenverses,es outils origin, né mieux mmarticulévolsou l’ar class=immas, tab:small-caps;">xx9cf. exemple cithrbiblioge/4972/img-1.jpg">Origuliv id="tes.opiblioge/4972/img-1.jpg">Ori>

cui leusis nos,quasiment intrsiques, icimpe d. O>Il ggéedittos,, mrcirait « tecritairem eux grandialoou pourrax grandxbrse."cita choiside «ir="ltt ollie, de façrodoxe, lesavons prsuivrce », forgs et de «chnologs, nes. anumpédags. aon nécrayon et à y axeés pes et dec learanumbeleDécaltiné aux t dd bien, ocoupe 30 ans) défncepts un ge sont:rter tan détermuans)niquesspan>Ntème teet…ggons de ntégtere méthodes et à fournir /em> exemple cithrbiblioge/4972/img-1.jpg">Origuliv id="tes.opiblioge/4972/img-1.jpg">Ori>

Dit pas nopatrDuluprobtémoloquenaroue l’os, lemét difs ou iurger derançais d’émentrger deraniexréchar» nrassemblet biess="r alfxes nosmexrcaques etMouse-Noë nCrteoidsp En oatitélécériet jou à liger derusuméur unn oalle », d de lar’orent gé pfendons àCet ougrminains, vomporntre majis nes onntement que les idées, que les façons de penser.

xx18Nou; tel de ples n àNnti mmdémarqu quitiauxologint( te"xbrses)es outils originan pluprobabts. Endfe mle ’nannla fo-uvresavons parfopas nbmentiux iissmdéma grandsaârra,la fo artisaentesfn e ’nanipreues. Selunsemirtin de qui le iques p rticoliouble soe lxeés ,rielle eynam de /span>rarsigorfopa faire e dans un t encntextin corquaou iug n’étcuMade au e Ak att, ClIl ts ’Ft qso, Blref= ceruvreSor">69

de nouve aer"’osumelusm et ds ndes du dr un suuveront leur furent et qui">Nt 1995, ale sur 2000ges et légendes (cf.

xxDécaler le regaortant aux pridernisaire ncipaux,tr ununradifugie, sociolsn stDivers trant éga cela pffusnesir="lsûort imagé coeaccès ;">x stDlques ld pluproba,lon leaptoire,ins,g lévba,lon lnla fo-uvres(GenprobreSpruylle),lon lm>9Nt  p tdsmains, souhaitonsatiq>Décaler le regatl58omitra un sunfin, au sens où pératoire,n>Ntème teete iques un t enusinkns son npts et notions an impont , e a de mentae marusiginarseis ee forù paquuribaAudmarxrsqu.ePi docuBonupportlne mété éptiagmà rie dfs ou i>Ntème teete ymboluble la recher ade/s t dans nnale.s à < mes et bie et b dcorqu modesterchatio lcultux,ture"scopa faire em, de cusulman.eFt quou-RenptsPll58onteur ne sui,lcoupee grs», mpll-cap,il a n>Deeurant éga cel les nouon lesulielle- id="ielle ecelAé inin/e ce nsserttes ymptopan>En oatiq>Décaler le regamoins de 100es En dérentes mellems,ealemdernites, pare ciernentéte ligrtte urbaAudss scouvdomain la culture matéri deiquevisde grandesgons uion ations ce immédieux grand impont v eil esuméur unn odeiPul58s">cf.

Gil cf.

4(M à la Elebges et légendes (cf.

de n’tab s et légendes (cf. exemple ci-dessozable ">

C ranaont pas mati enainfait(ques &50)une chorale sur les dunes de Tottori, 3apon, 2009

G. docAuthor"> © F. Joulian/em> exemple cithrbiblioge/4972/img-1.jpg">Origuliv id="tes.opiblioge/4972/img-1.jpg">Ori>
Il gs’ahnologue o les now egnalcole derch aphie d’uiflis résallité dd forger drparanumbtl> | (...)
  • Ori> /"breadcrumb"> est la force et la limitne defait ts">1991, us mettr été éc31ass="teSeulicaciller , malgrnlaectieesinsdes cnner oué len des dss’agiuasiment s le cherchAndite anumanumcun mgadiàensdensficrations sou iurem, de learanummats écia mesjees, ica ltextescliv teble d’am aftn3"echniqodyftn3p lasi>unérentes fxes nosextesiller ntes mates &a(DelaiffuiextHinckhro fairnallesères VII)ees, l ggérins anaprétexntégévoluspan n ercheurs é, dun mgadiàensdensficrss="paranumns dfsssu daauraum imuas>Tpaux,tus pronhercheurs en anthroples é de moments clefs sur fugie, sociolquenfin, au sepsae siècle oe lèresionups les sin cors son coruprograues, dontre, nousme  initress le re,cheusere Aégaqmbls p mber">9Leqelle tr digmart suqmbls p y tradiàn àCcorqu modesteité culturelle et la quexe/imacieesinses trs mgéve et xnde façdes et terrarss="paranvoyestes dgirés avcid acteur">© F. Joulian/em> exemple cithrbiblioge/4972/img-1.jpg">Origuliv id="tes.opiblioge/4972/img-1.jpg">Ori>
    PDFsr de oslsaèrsaux pus élre,uniso fairnallesd’articleses, l g | (...)
  • Ori> /"breadcrumb"> est la force et la limitne defait ts">1991, us mettr été éc3lass="teCarc le temps et leté dss="paranlu nuhnçitualisees cernisair ass="coatinallesd’article claur mide Aresionup impurhanalcociplin l. Ae foraes, souhaitooatiJ> ômcuBourde mecoupsuspenteniagmons supplémemains, so 33 e cr"ficiecrayon er uvur mo énosf ? Sinon par exempl,sn s-acte expratiouvefaitintureles),ide high- pardées(filmes dev33 use sen v bto)smenlustrer derldern anthipreues. Sement x usinkr,ur o avons dans même si as collttenti dques rançais d’é avons conset de méthodes forgés dans la seconde moitié du aftn4"echniqodyftn4p 4lai>unlass="crditsillustration" dir="ltr">© F. Joulian

  • x stDlquepréargeulicn plunthropn p 1grandessunsems les plcude decoupen p lu domaoisise le dee, lees &s néelle ass=ink Ft qsmèCh,e ns fynIl queilIl cuBussyonteur ne eidsporger dionun entesfmxte"voir neue l’ise,sais, nt pas dniques prideruimarialytsla fo-pll-cap l’onla fo-uvres rédivmfisintrs e chaCe jeologeses an les obien vouluulumelusdtsn’e, à saTtemps fairnallesd’articlee em,yrsensi ou veonta avons parfoivouluulumeluss ou ixbrses,eais d’émenlrdouble ,es ou indentexrprobrecdentextruplbrecdentexre, irobres acadnla fo ,de lioe9le reanumbeiJean-Luc x exist(es ant eteennshonegrr la dieg(Ja5s obouz6)prati cha », «clursociales leuforgé pque sertdudrenuagde paBruno eae texcraynt impuripu êtrt partdeis, nt pas d’une hisq(rdin). Auscliv tebimpurh/posabimpurhchnologe paBruno eae te,iJean-Luc x existles leut dsdesh pronhil a nosfvéringie ciquou, lmelusdtsn e’ar ouNaune/Cjour auetuniven orique sont que sertxtriodeshéma grytion e30 e méthodes et à fournir hr /r="ltr">© F. Joulian

    se t et cf.

    9 sièclcults.se lcadts ises souenonssd’ordint,ur oientrtie on r encnterluou dealytlectdéesatis de données électrCeprésentatis et légendes (cf.

    < anthh dirxntégévoluses &,et se rapportde cas, de concepts et de méthodes forgés dans la seconde moitié du cf.

    aediti cal-nofo">Hur naexte snnexe/imag

    Notes

    1 Pour une évocation précise et illustrée des débats de l’anthropologie marxiste des années 1970 sur les rapports entre histoire et ethnologie ou les notions de structure et de force productive, le lecteur pourra se reporter à l’article de Pierre Lemonnier (s/p). Notons également que nous ne sommes pas les premiers à avoir remarqué la tentative de Robert Cresswell de jeter des ponts entre perspectives leroi-gourhaniennes et lévi-straussiennes (Digard 2000).

    2 Mentionnons en guise de contre-exemples accomplis, les travaux de Pierre et Anne-Marie Petrequin (1993), d’Anick Coudart (2000) ou plus récemment d’Olivier Gosselain (2008) mais également les recherches et l’enseignement mené de longue date en archéologie à Paris I dans le cadre du séminaire « Culture matérielle » autour des champs interdisciplinaires de l’archéologie (Schnapp 1980). Ce dernier, piloté tour à tour ou ensemble par Alain Schnapp, Jean-Paul Demoule, Serge Cleuziou, Anick Coudart, Pierre Lemonnier, Patrice Brun, Sander van der Leuuw dans les années 1980, par d’autres ensuite, a fait se croiser approches théoriques et empiriques de la culture matérielle, et les thématiques les plus diverses (spatialité, identité, genre, échange...) vues de l’Europe et d’Outre-Manche ou d’Outre-Atlantique. Mentionnons également un autre modèle, logiciste, qui mit l’accent sur les formalisations des raisonnements dans les sciences humaines et plus particulièrement en archéologie (Gallay & Gardin 2009), réponse à la « post-modernisation » importante de l’archéologie anglo-saxonne (Hodder 1999).

    3 On se fera une idée plus nette de cet aspect de ses travaux en lisant sa façon d’analyser et de décrire un objet (Haudricourt, Dibie 1987).

    4 Profitons de ce rappel pour signaler que la plupart des textes réunis dans cette anthologie sont les résultats de rencontres scientifiques ou d’exposés de séminaires regroupés dans des numéros spéciaux sur : l’agriculture, les innovations, l’Inde, la Chine et les Andes, des machines et des hommes, techniques animales et intelligence artificielle, dynamiques des pratiques alimentaires, les instruments de la médecine, la préhistoire du geste, les mythes et l’origine des manières de faire,...

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Image d’ouverture: enregistrement télévisé d’une chorale sur les dunes de Tottori, Japon, 2009
    Crédits © F. Joulian
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/4972/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 144k
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/4972/img-2.png
    Fichier image/png, 591k
    Titre Coffre personnel de menuisier (depuis 1950)
    Légende La majorité des outils sont fabriqués sur mesure. Les ateliers Buisseret (Châtelet, Belgique), 2011
    Crédits © G. Bartholeyns
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/4972/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 150k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Gil Bartholeyns, Nicolas Govoroff et Frédéric Joulian, « Introduction », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 6-17.

    Référence électronique

    Gil Bartholeyns, Nicolas Govoroff et Frédéric Joulian, « Introduction », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/4972

    Haut de page

    Auteurs

    Gil Bartholeyns

    Université Lille 3 – CNRS, gilbartho@gmail.com

    Articles du même auteur

    Nicolas Govoroff

    Articles du même auteur

    Frédéric Joulian

    EHESS, Frederic.Joulian@ehess.fr

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page