Navigation – Plan du site
II. DU GESTE ET DE LA PAROLE

Retour sur « Qu'est-ce qu'un texte technique ? »

Francesca Bray
p. 182-184

Texte intégral

Ceinture tissée à partir du texte codé

Ceinture tissée à partir du texte codé

La bande centrale est verte et rouge. Les bandes latérales sont jaunes et violettes. (Desrosiers 1997)

© S. Desrosiers

1L'origine du recueil qu'introduit cet essai remonte à une table-ronde intitulée « Techniques et culture en Chine », organisée en 1994 avec le soutien de la Maison des Sciences de l' Homme. Lintention première était de marquer et si possible d'aider à l'épanouissement d'une nouvelle histoire des techniques en Chine, plus anthropologique, plus sensible aux dimensions sociales et culturelles, qui mettrait en question les grands récits eurocen-triques de l'histoire conventionnelle, ou même les dépasserait (Bray 1995). La réunion devait aussi fournir une occasion de discuter avec les chercheurs français de l'équipe Techniques et culture, afin de tracer d'autres approches sur la voie de l'innovation dans ce domaine. Pendant nos discussions finales l'andiniste Sophie Desrosiers, frappée par les différences de perspective et de méthode entre sinologues et andinistes, a souligné un contraste significatif : les recherches sinologiques partent presque toujours de textes écrits indigènes, tandis que dans le cas des civilisations andines il n'existe pas d'écrits indigènes mais seulement des documents rédigés par des conquérants espagnols ou sous leur direction. Les andinistes, en conséquence, doivent toujours chercher ce qui sous-tend le texte, tandis que les sinologues avaient une malheureuse tendance à accepter les écrits chinois comme transparents. Sophie Desrosiers a proposé une deuxième réunion, organisée autour de cette différence entre sociétés avec et sans écriture, pour en examiner les implications sur l'étude des techniques. Et c'est de cette deuxième réunion, « Qu'est-ce qu'un texte technique ? Techniques et culture en Chine et dans les Andes », qui a eu lieu à la Maison Suger en 1995, que procède le recueil d'études présenté dans l'article qui suit. La comparaison Chine-Andes s'est révélée un outil performant pour l'analyse des effets, sur l'étude ethnologique et historique des techniques, de la présence ou absence d'écriture indigène. D'autre part, les descriptions des techniques des autres font presque toujours partie d'un discours de supériorité. Dans les deux cas de civilisation avec et sans écriture indigène, quelle sorte d'histoire des techniques peut-on écrire, et comment peut-on profiter des différences - et de celles entre chacune de ces civilisations et l'Occident - pour raffiner ou élargir notre compréhension des sources (« textes ») sur les techniques et de leur sens ? Je joue ici sur les contrastes que présentent ces deux traditions (et l'usage qu'en font les sociétés qui se veulent modernes, la Chine populaire autant que l'Occident), et je propose d'utiliser des concepts développés par les historiens de la culture (comme production et réception de texte, public, appropriation) et par les anthropologues (la culture comme texte, des problèmes de réflexivité comme la notion de grand récit), pour examiner d'une part les sens de l'écrit dans d'autres sociétés que la nôtre, d'autre part la possibilité de lire certains produits techniques (les textiles, par exemple) comme textes.

2En reconnaissant ces alternatives et ces ambiguïtés, l'historien tout comme l'anthropologue peut formuler des questions plus pointues sur la nature et la signification des techniques dans une société donnée, que ce soit dans la Chine ancienne ou dans la Chine contemporaine, dans les colonies andines de l'empire espagnol ou dans la Bolivie actuelle - et, bien entendu, ces possibilités peuvent s'étendre aussi aux « économies avancées ». Mais il faut reconnaître que depuis la publication de ce recueil, il y a maintenant presque quinze ans, les études innovatrices sur la place des techniques dans la société chinoise restent rares (citons parmi eux Ledderose 2000 ; Bray 2008 ; Eyferth 2009 ; Schäfer 2011). Sans prétendre connaître la littérature andine, je noterais seulement que l'anthropologie des techniques, elle aussi, reste peu considérée dans le « mainstream » de la discipline, du moins dans le monde anglophone. Malgré l'enthousiasme actuel pour les « Material Culture Studies », la plupart de ces études ne s'intéressent nullement aux questions techniques proprement dites. C'est dans le domaine plus sociologique des STS (Science and Technology Studies) que l'on pose des questions nouvelles sur la place des techniques dans le tissu social et ses transformations - mais les chercheurs en STS reconnaissent volontiers que leur discipline manque la perspective comparée que leur apporteraient des études des sociétés non occidentales, voire historiques (Bray 2007). Il nous reste donc du pain sur la planche.

Haut de page

Bibliographie

Bray, F. 1995 (ed.) Chinese Science 12.

— 2007 Gender and technology, Annual Review of Anthropology 36 : 37-53.

— 2008 (ed.), Constructing intimacy : technology, family and gender in East Asia, East Asian Science, Technology and Society (2) 2 : 151-165.

Desrosiers, S. 1997 Textes techniques, savoir-faire et messages codés dans les textiles des Andes,Techniques & Culture (29) : 155-173.

Eyferth, J. 2009 Eating rice from bamboo roots : the social history of a community of handicraft paper makers in rural Sichuan, 1920-2000. Cambridge MA :Harvard University Asia Center.

Ledderose, L. 2000 Ten thousand things : module and mass production in chinese art. Princeton : Princeton University Press.

Schäfer, D. 2011 Knowledge and technology in seventeenth-century China : unfolding the layers of the Tiangong Kaiwu. Chicago : Chicago University Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ceinture tissée à partir du texte codé
Légende La bande centrale est verte et rouge. Les bandes latérales sont jaunes et violettes. (Desrosiers 1997)
Crédits © S. Desrosiers
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/5117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Bray, « Retour sur « Qu'est-ce qu'un texte technique ? » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 182-184.

Référence électronique

Francesca Bray, « Retour sur « Qu'est-ce qu'un texte technique ? » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/5117

Haut de page

Auteur

Francesca Bray

Université d'Edimbourg, Grande Bretagne, francesca.bray@ed.ac.uk

Articles du même auteur

  • Réflexions à propos de la Chine et des Andes
    Paru dans Techniques & Culture, 54-55 | 2010
  • Conditions of production and the differenciation of the peasantry in rice economies
    Paru dans Techniques & Culture, 11 | 1988
  • Qu'est-ce qu'un texte technique ? Réflexions à propos de la Chine et des Andes
    Paru dans Techniques & Culture, 29 | 1998
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page