Navigation – Plan du site
VIII. ARTEFACTS MODERNES, ET APRÈS ?

Retour sur « La queue qui remue le chien »

Paul Jorion
p. 670-672

Texte intégral

Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte 2007), réédité sous le titre La crise du capitalisme américain (Le Croquant 2009)

Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte 2007), réédité sous le titre La crise du capitalisme américain (Le Croquant 2009)

1La première chose qui me frappe à la relecture de ce texte rédigé il y a dix-sept ans, c’est son actualité. On a tendance bien sûr quand les marchés boursiers s’effondrent en 2000, dans la crise des « start-up », à chercher à cette crise des causes dans les évé­nements qui l’ont immédiatement précédée, comme la popularisation de l’Internet ou les modifications dans les règles comptables, qui permettent désormais d’inclure dans les bénéfices des gains futurs hypothétiques. De même, quand j’écris en 2004-2005, La crise du capitalisme américain\ qui ne sera pas publié avant janvier 2007, je peins un vaste panorama des éléments qui contribuent au déclenchement de cette crise mais la « préhistoire » de ces facteurs contributifs ne couvre pas davantage que les cinq années qui précèdent. Et pourtant !

2Et pourtant, tout se trouve déjà là dans ce texte de 1994 qui brosse le portrait d’une époque où les effets de l’informatisation viennent se mêler aux pratiques antérieures, quand la finance se faisait encore « à la main » : de la bombe à retardement que consti­tue l’interconnexion des marchés à terme aux marchés au comptant, jusqu’aux titres adossés à des crédits hypothécaires américains, les fameuses Mortgage-backed securities qui seront au centre de la crise des subprimes. Et ceci attire l’attention sur l’actualité de l’objet-même de l’article : les changements qualitatifs de la finance que l’informatisation a apportés avec elle.

3La vitesse de l’ordinateur joue bien sûr un rôle qui, comme l’article le met en évi­dence, marque chez les opérateurs, les traders, la fin de la compréhension intuitive du fonctionnement des marchés. La complexité ensuite, masquée partiellement par la capa­cité qui s’accroît parallèlement de valoriser des produits de plus en plus sophistiqués. Le krach boursier de 1987 est causé par la complexité de marchés interconnectés, où « interconnexion » signifie aussi, comme on le découvre dans la douleur, risque de contagion démultiplié. La crise obligataire de 1994 est provoquée elle par l’incapacité de gérer encore le risque par des stratégies de couverture dans des marchés où les réactions « non-linéaires » abondent désormais, du fait de leur plus grande complexité. La montée des taux d’intérêt que cette crise entraîne comme une conséquence inattendue du débou­clage de positions de couverture inefficaces, apporte la dévastation dans l’économie réelle, dont on découvre pour la première fois qu’elle est devenue « le chien qu’agite la queue » de la finance. Dernier élément enfin : la délégation des décisions à la machine fait que même si la peur de la catastrophe croît chez les opérateurs, l’ordinateur qui est désormais en charge des opérations ne connaît pas lui la crainte, et le risque de pertes s’en trouve ainsi démultiplié.

4La catastrophe de 2008 sera à la mesure de la montée des périls qui, comme la lecture a posteriori de l’article le révèle de manière dérangeante, était déjà en gestation en 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte 2007), réédité sous le titre La crise du capitalisme américain (Le Croquant 2009)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/5149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Jorion, « Retour sur « La queue qui remue le chien » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 670-672.

Référence électronique

Paul Jorion, « Retour sur « La queue qui remue le chien » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/5149

Haut de page

Auteur

Paul Jorion

paul_jorion@msn.com

Articles du même auteur

  • La queue qui remue le chien [Texte intégral]
    Métamorphose de la finance due à son informatisation
    Paru dans Techniques & Culture, 54-55 | 2010
  • La queue qui remue le chien. Métamorphose de la finance due à son informatisation
    Paru dans Techniques & Culture, 23-24 | 1995
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page