Navigation – Plan du site
III. DÉCRIRE L'OBJET ET L'ACTION

Retour sur « Les techniques de tissage ont-elles un sens ? »

Sophie Desrosiers
p. 260-262

Texte intégral

Poupées funéraires Chancay

Poupées funéraires Chancay

Personnages féminin et masculin vêtus d'une tunique avec les ouvertures destinées à la tête et aux bras, orientées horizontalement pour la première et verticalement pour le second (Museo civico arqueologico etnologico di Modena, Italie, n° d'inventaire F 33 et F 34). Ces images remplacent la figure 14 de l'article originel. Les figures 15 et 16 ont été ajoutées à l'occasion de cette réédition.

© Museo civico arqueologico ethnologico di Moderna

L'auteur tient particulièrement à remercier la directrice du Museo civico arqueologico etnologico di Modena, Dra Ilaria Pulini, pour les photos des poupées funéraires Chancay (en ouverture) et France-Marie Casewitz pour lui avoir permis d'étudier et de reproduire les clichés pris à la fête de la mission de Kirigueti (figures 15 et 16). Sauf mention contraire toutes les illustrations sont la propriété de l'auteur.

  • 1  Voir par exemple Delmarcel 1999, p. 12.
  • 2  Sauf cas d'artiste cartonnier créant une composition avec une majorité de lignes horizontales mieu (...)

1Il ne viendrait à l'esprit de personne de poser un verre à pied sur une table en position couchée, sauf si l'on veut signifier un certain désordre. Dans le cas des tissus, la situation est plus complexe car, si le sens de l'objet est fixe pour le tisserand (dans l'action) qui fait face aux fils de chaîne tendus longitudinalement sur le métier à tisser, l'utilisateur (de l'objet tissu) orientera la pièce d'étoffe en fonction de son décor éventuel et des proportions entre ses dimensions et celles de l'objet final qu'il est en train de fabriquer : un vêtement, une tenture murale, ou les voiles d'un bateau par exemple. Dans notre société productrice depuis plus d'un millénaire de pièces de tissu de largeur réduite et de longueur beaucoup plus importante, un vêtement sera le plus souvent taillé dans la longueur d'une pièce de façon à ce que les éléments les plus longs du patron -jambe de pantalon ou hauteur de robe ou de manteau - puissent être faits d'un seul morceau, et donc avec la chaîne verticale lorsque le vêtement est porté. Par contre, les tentures de format rectangulaire, plus larges que hautes, ont généralement été tissées en commençant par un des côtés (droit ou gauche), ou bien brodées, de façon à ce que la longueur de la pièce, qui correspond à la direction de la chaîne, soit horizontale dans l'objet fini1. La tapisserie de Bayeux, qui est une toile de lin brodée, et la tenture de l'Apocalypse d'Angers, qui a été exécutée en tapisserie, sont des illustrations anciennes de cette orientation. Dans la plupart des cas, les tapisseries des Gobelins ont suivi et suivent encore aujourd'hui le même schéma2. Finalement, ce qui ressort de ces explications est non seulement que l'orientation de l'objet final est variable, mais aussi que la référence commune aux deux situations possibles se fait toujours, pour nous, en rapport avec les fils de chaîne : verticaux dans le premier cas et horizontaux dans le second.

2Cette façon de voir, rarement consciente, constitue un filtre qui transforme la réalité des autres lorsque celle-ci fonctionne avec des référentiels différents. C'est ce qui s'est passé pour les tuniques masculines en tapisserie des Andes centrales et centre-sud. Tant que les chercheurs se sont appuyés sur la direction horizontale ou verticale des fils de chaîne pour opposer les exemples tissés par des cultures, soit des hautes terres - Huari et Inca -, soit de la côte, il n'a pas été possible de comprendre la raison de cette opposition et bien sûr de s'apercevoir qu'elle participait à un ensemble d'oppositions bien plus vaste. C'est seulement le jour où j'ai compris que la référence commune était la direction des fils formant le décor, que l'opposition horizontal/vertical a pris tout son sens. Car elle fonctionnait alors comme contraste géographique - côte/hautes terres - pour tous les ponchos et tuniques masculins quelle que soit leur technique de tissage (tapisserie ou décor par les seuls fils de chaîne ou de trame). De plus, si on prenait également comme support de l'opposition la direction des ouvertures pour la tête et les bras, il devenait possible d'opposer localement - dans ces deux régions ainsi que dans le Piémont amazonien actuel -, ces pièces masculines avec les pièces principales du vêtement féminin : robes, et éventuellement châles.

  • 3  Malgré ce que les titres de certaines publications voudraient faire croire [Writing with Thread].
  • 4  La remarque d'A. Leroi-Gourhan 1971, [p. 272-273 « la primauté de l'enchevêtrement sur le moyen de (...)

3Écrit à une époque où les textiles archéologiques découverts sur la côte des Andes centrales et centre-sud n'étaient qu'exceptionnellement rapprochés des textiles encore tissés dans les hautes terres, cet article montrait tout l'intérêt de comparer les observations des ethnologues avec celles des archéologues pour identifier d'éventuelles continuités qui auraient survécu aux bouleversements de la période coloniale. Une telle profondeur chronologique est rare pour les textiles dont les matériaux de nature organique nécessitent un milieu favorable à leur conservation, ici le climat désertique de la côte du Pérou et du nord du Chili. Elle permet des comparaisons sur la longue durée qui sont difficiles à mettre en place car, jusqu'à nouvel ordre, les textiles comme les autres objets ne parlent pas plus qu'ils ne correspondent à une écriture3. Reste l'observation fine de quantités de traits en rapport avec leurs formes, leurs décors, et leurs constructions. Ces traits peuvent fournir des informations sur le niveau de connaissance de l'environnement et des matériaux de ceux qui les ont fabriqués, ainsi que sur les outils et les opérations manuelles et surtout mentales que ceux-ci avaient élaborés4. C'est la persistance de certains schémas d'organisation des objets et des oppositions dualistes qu'ils manifestent que j'avais voulu montrer.

  • 5  Voir par exemple Rowe 1990-1991 et 2001-2002, Horié 1990-1991, Frame 1997-1998 et 2003-2004, Rodma (...)

4Cet article a soulevé un certain nombre de réserves, en particulier lorsqu'il a paru en espagnol dans la Revista Andina suivi des commentaires de cinq collègues (Desrosiers 1992). Mais les travaux qui ont suivi depuis n'ont fait qu'apporter des témoignages renforçant l'hypothèse de départ dans un cadre chronologique qui s'est étendu et dans un cadre géographique dont les limites devront être précisées5.

Haut de page

Bibliographie

Boytner, R. 2004 Clothing the Social World, p. 130-145, in H. Silverman (dir), Andean Archaeology, Oxford: Blackwell, .

Delmarcel, G. 1999 La Tapisserie flamande du XVe au XVIIIe siècle, Paris : Imprimerie nationale.

Desrosiers, S. 1992 Las Tecnicas de tejido ¿ tienen un sentido ? Una propuesta de lectura de los tejidos andinos, Revista Andina 10 (1), 7-46. Frame, M. 1997-1998 Chuquibamba: A Highland Textile Style, Textile Museum Journal 36-37, p. 3-47.

2003-2004 What the Women Were Weaving: A Deposit of Early Nasca Dresses and Schawls from Cahuachi, Peru, Textile Museum Journal 42-43, p. 13-53.

Horié, Donna M. 1990-1991 A Family of Nasca Figures, Textile Museum Journal 29-30, p. 77-92.

Leroi-Gourhan, A. 1971. L'Homme et la Matière. Paris : Albin Michel (1re édition 1943).

Rodman, A. O. et G. A Fernandez L. 2005 North Coast Style after Moche: Clothing and Identity at El Brujo, Chicama Valley, Peru, p. 115-133, in Reycraft, R. M. (ed), Us and Them: Archaeology and Ethnicity in the Andes, Los Angeles: Cotsen Institute of Archaeology, University of California.

Rowe, Ann P. 1990-1991 Nasca Figurines and Costume, Textile Museum Journal 29-30, p. 93-128.

Rowe, Ann P. 2001-2002 Inca style Woman's Dress, Textile Museum Journal 40-41, p. 99-117.

Verlet, P., Florisoone M., Hoffmeister A. et Tabard F. 1977 La tapisserie. Histoire et technique du XIVe au XXe siècle, Paris : Hachette.

Writing with Thread. Traditional Textiles of Southwest Chinese Minorities. Catalogue d'exposition, Honolulu : Université d'Hawai'i Art Gallery, 2009.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Delmarcel 1999, p. 12.

2  Sauf cas d'artiste cartonnier créant une composition avec une majorité de lignes horizontales mieux rendues en commençant le tissage par le bas (voir par exemple Verlet et al. 1977, p. 206).

3  Malgré ce que les titres de certaines publications voudraient faire croire [Writing with Thread].

4  La remarque d'A. Leroi-Gourhan 1971, [p. 272-273 « la primauté de l'enchevêtrement sur le moyen de l'obtenir est telle qu'on ne peut généralement pas dire, sur examen d'une étoffe, quel métier a servi à la fabriquer... »] ne reflète que son intérêt limité pour les textiles. Il arrive très souvent que les entrelacements de fils dont sont constitués les tissus gardent des traces des métiers employés pour les entrelacer.

5  Voir par exemple Rowe 1990-1991 et 2001-2002, Horié 1990-1991, Frame 1997-1998 et 2003-2004, Rodman et Fernandez 2005 (p. 125), ainsi que Boytner 2004 dont la critique, curieusement, ne tient pas compte des observations ethnographiques présentées dans l'article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Poupées funéraires Chancay
Légende Personnages féminin et masculin vêtus d'une tunique avec les ouvertures destinées à la tête et aux bras, orientées horizontalement pour la première et verticalement pour le second (Museo civico arqueologico etnologico di Modena, Italie, n° d'inventaire F 33 et F 34). Ces images remplacent la figure 14 de l'article originel. Les figures 15 et 16 ont été ajoutées à l'occasion de cette réédition.
Crédits © Museo civico arqueologico ethnologico di Moderna
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/5182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Desrosiers, « Retour sur « Les techniques de tissage ont-elles un sens ? » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 260-262.

Référence électronique

Sophie Desrosiers, « Retour sur « Les techniques de tissage ont-elles un sens ? » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/5182

Haut de page

Auteur

Sophie Desrosiers

EHESS, Sophie.Desrosiers@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page