Navigation – Plan du site
IV. TECHNIQUES/TECHNOLOGIES

Retour sur « Travail et technique chez les Grecs »

Gil Bartholeyns
p. 332-334

Texte intégral

Jean-pierre Vernant, sur le parvis du Collège de France improvisant un discours sur la recherche et les humanités avec les chercheurs du mouvement "Sauvons la recherche" durant l'hiver 2004. Le Collège de France avait alors fermé ses portes au débat public et nous intervenions dans la rue face aux passant sur "l'utilité" et les raisons du métiers de chercheur. Cliché F. Joulian, paris 2004.

  • 1  Les références qui ne sont pas mentionnées sont fournies par Charles Kanelopoulos.

1Le monde grec antique, en raison de sa proximité supposée avec nos habitudes de penser et de sentir, nous dit Charles Kanelopoulos, a longtemps résisté à l'approche ethnogra­phique qui a pour objet la découverte de l'Autre. Les Grecs étant nos frères sinon nos pères spirituels que seul le temps nous empêcherait de toucher, l'étude de leur univers serait incompatible avec une démarche anthropologique. Voilà l'espèce d'exception dans laquelle on tenait les Grecs avant de les « indigéniser ». En réalité, il en allait de même pour toutes les périodes de l'histoire européenne : non seulement pour l'Antiquité gréco-romaine, mais plus encore peut-être pour l'Occident médiéval et l'Europe préindustrielle. Car, dans une large mesure en effet, c'est grâce aux spécialistes des mondes antiques tels que Louis Gernet et à sa suite Jean-Pierre Vernant, Marcel Détienne1, Pierre Vidal-Naquet (1979) ou Paul Veyne, que la révolution « anthropologique » de la pensée his­torienne de la culture occidentale a pu avoir lieu à partir des années 1960 (Bartholeyns, 2010). Cela peut sembler tardif aux yeux d'un ethnologue, mais c'est précoce du point de vue de l'historien.

2L'histoire antique est même un des « terrains » à partir desquels va se diffuser, parmi les historiens des autres périodes, l'intérêt pour le mythe (Schmitt 1988), la parenté, la technique ou la technologie. L'immense valeur du travail de Vernant (1952, 1955, 1956, 1957) est d'avoir ainsi déplacé l'attention portée jusque-là aux seuls aspects concrets et archéologiques de la culture matérielle, particulièrement étudiés pour les périodes rares en documents écrits, vers les dimensions culturelles de la technique. C'est-à-dire la valeur du geste technique ; la question du travail ; le statut des techniciens et des créateurs (artisans, mécaniciens, ingénieurs) ; les origines mythiques des savoir-faire (Prométhée, Hermès, etc.) ; enfin, les mots et catégories de pensée de l'action des hommes sur la matière. Notamment la tekhnê, ou cet art propre du médecin, du menuisier ou de l'orateur.

3La mètis, ou la ruse d'adaptation face aux contraintes matérielles et techniques, qui fait tant penser que les grecs ont conceptualisé à leur manière la « pensée sauvage » par laquelle Claude Lévi-Strauss (1962) cherchait à décrire la raison pratique universellement distribuée parmi les hommes. Mais encore les notions de progrès, d'œuvre (ergon), de nature, d'action (praxis), de production (poièsis), ou l'absence de tout terme pour désigner ce que nous entendons par « travail ». En fin de compte, plus rien chez les Grecs, après la lecture de Vernant, ne va de soi pour notre regard contemporain. L'historicisation est fondamentalement ici une opération ethnographique.

4D'une société jugée si proche qu'elle semblait d'abord exclure toute mise à distance, nous sommes passés à un monde à ce point exotique qu'on en vient à questionner la nature voire l'ampleur ou la continuité de l'héritage grec, par-delà l'apport germanique et plus de quinze siècles de christianisme. Que dire de nos attitudes à l'égard des objets techniques ou du travail manuel ? Nous sommes du moins invités à supposer que nos familiarités sont des « inévidences » totales. Le texte qu'on va lire contribuait à faire prendre conscience au moment de sa parution, en 1992, et il nous apprend encore aujourd'hui, presque en toute fraîcheur, qu'un tournant épistémologique avait eu lieu chez les historiens, après quoi la technologie, la science, les savoirs pratiques ne pourraient plus jamais être abordés en Afrique, en Océanie ou en Amazonie par un Européen sans qu'il ne tienne compte, en même temps, de son propre rapport à la technique. Ce rapport est comme une lentille à travers laquelle se donnent les gestes, les objets et la pensée technicienne des autres.

5Les techniques des sociétés qu'étudie l'ethnologue ne se détachent jamais sur le fond blanc et neutre, éternel et stable de la perception de l'observateur. Aussi n'est-ce pas tant Gilbert Simondon (1958), Maurice Daumas (1962) ou même Marcel Mauss (1950 [1936], 1967 [1947], Schlanger (2006), que Jean-Pierre Vernant et les études pionnières ou pointues de Peter Sternagel (1966), Jacques Le Goff (1971), Elspeth Whitney (1990), Jean-Claude Schmitt (1990) ou Ruedi Imbach (2002) pour l'Occident chrétien, et pour l'époque classique et moderne, de Jacques Guillerme et Jan Sebestik (1966) ou d'Antoine Picon (1992), qui, en dénaturalisant avec force le point de vue du chercheur européen, offrent les bases de l'objectivité réflexive dont tout technologue doit impérativement s'armer, qu'il s'intéresse au monde contemporain ou aux sociétés traditionnelles. L'existence même de la sociologie des sciences, telle qu'elle a pu être développée par Bruno Latour par exemple (depuis 1979 puis 1987), ou la présence d'un texte de synthèse sur la pensée technique des Grecs dans la revue Techniques & Culture, est la poursuite de cette « déstabilisation » du statut occidental moderne de la technique et de l'artefact entamée par les historiens. Si bien qu'on assiste à des prochronismes méthodologiques quand certaines catégories de pensée ou conceptions anciennes, comme la mètis en l'occurrence, sont réinvesties dans le cadre d'ethnographies contemporaines ou de recherches sur la nature du travail artisanal (e.g. Schwint 2002, 2005).

6L'essai dense et limpide que Charles Kanelopoulos consacre à l'œuvre de Jean-Pierre Vernant montre l'affinité cruciale de l'ethnologue et de l'historien pour l'étude des cultures matérielles. Les terrains respectifs de l'un et de l'autre, désormais, se ressemblent beaucoup. Mais surtout, les résultats du travail historique ont contribué à transformer l'anthropologie des techniques.

Haut de page

Bibliographie

Bartholeyns, G. 2010 Le paradoxe de l'ordinaire et l'anthropologie historique In E. Brilli, P.-O. Dittmar & B. Dufal (dir.), Faire l'anthropologie historique du Moyen Âge. L'Atelier du Centre de recherches historiques, n0 7 <httpi//acrh.revues.org/index1928.html>

Daumas, M. (dir.) 1962. Histoire générale des techniques, t. 1 Des Origines au XVe siècle. Paris i PUF.

Guillerme, J. e Sebestik, J. 1966 et 2007 Les commencements de la technologie, Thalès 12 i 1-72. Réédité dans Documents pour l'histoire des techniques 14 i 49-122.

Imbach, R. 2002 Die Arbor humanalis und die anthropologische relevanz der artes mechanicae In F. Domínguez Reboiras, P. Villalba Varneda fe P. Walter, Arbor scientiae. Turnhout i Brepols, 135-157.

Latour, B. 1987. Science in action : How to follow scientists and engineers through Society. Milton Keynes i Open University Press.

Latour, B. fe Woolgar, S. 1979 Laboratory life : the social construction of scientific facts. Beverly Hills-Londres i Sage Publications.

Le Goff, J. 1971 Travail, techniques et artisans dans les systèmes de valeur du Haut Moyen Âge In Artigianato e technica nella società dell'alto Medioevo occidentale. Settimane di studio del centro itliano di studi sull'alto Medioevo XVIII. Spolète 1970 i 239-266.

Lévi-Strauss, C. 1962 La Pensée sauvage. Paris i Plon.

Mauss, M. 1967 (1947) Manuel d'ethnographie. Paris i Payot, 49-123.

— 1950 (1936) Les techniques du corps, Journal de psychologie 32 (3-4) i 365-372. Repris in Sociologie et anthropologie. Paris i PUF, 363-383.

Picon, A. 1992 Gestes ouvriers, opérations et processus techniques. La vision du travail des encyclopédistes, Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie 13 i 131-147.

Schlanger, Nathan (éd.) 2006 Introduction à Marcel Mauss. Techniques, technology and civilisation. New York i Durkheim Press et Oxford i Berghahn Books.

Schmitt, J. -C. 1988 et 2001 Problèmes du mythe dans l'Occident médiéval, Razo. Cahiers du Centre d'études médiévales de Nice 8 i 3-17. Repris dans Le Corps, les rites, les rêves, le temps. Paris i Gallimard, 53-76.

— 1990. La Raison de gestes dans l'Occident médiéval. Paris i Gallimard.

Schwint, D. 2005 La routine dans le travail de l'artisan, Ethnologie française 3 (35) i 521-529.

— 2002 Savoir artisan de fabrication et détournement du temps, Sociétés 2 (76) i 33-48.

Simondon, G. 1956 Du mode d'existence des objets techniques. Paris i Aubier 1958.

Sternagel, P. 1966 Die Artes mechanicae im Mittelalter. Begriffs- und Bedeutungsgeschichte bis zum Ende des 13. Jahrhunderts. Kallmünz i M. Lassleben.

Vernant, J. -P. 1952 Prométhée et la fonction technique, Journal de psychologie i 419-429. Repris dans Mythes et pensées chez les Grecs, cité par Kanelopoulos.

— 1955 Travail et nature dans la pensée ancienne, Journal de Psychologie i 1-29. Repris dans Mythes et pensées chez les Grecs, cité par Kanelopoulos.

— 1956 Aspects psychologiques du travail, La Pensée 66 i 80-84. Repris dans Mythes et pensées chez les Grecs, cité par Kanelopoulos.

— 1957 Remarques sur les formes et les limites de la pensée technique chez les Grecs, Revue d'histoire des sciences i 205-225. Repris dans Mythes et pensées chez les Grecs, cité par Kanelopoulos.

Vidal-Naquet, P. 1979 Étude d'une ambiguïté i les artisans dans la cité platonicienne In B. Vincent (éd.) Les Marginaux et les Exclus dans l'histoire, Cahiers Jussieu 5. Paris i UGE (10/18) 1979, 232-261. Repris dans P. Vidal-Naquet Le Chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec. Paris i Maspero (La Découverte), 1991, 289-316.

Whitney, E. 1990 Paradise restored. The mechanical arts from antiquity through the thirteenth century, Philadelphia i The American Philosophical Society.

Haut de page

Notes

1  Les références qui ne sont pas mentionnées sont fournies par Charles Kanelopoulos.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-pierre Vernant, sur le parvis du Collège de France improvisant un discours sur la recherche et les humanités avec les chercheurs du mouvement "Sauvons la recherche" durant l'hiver 2004. Le Collège de France avait alors fermé ses portes au débat public et nous intervenions dans la rue face aux passant sur "l'utilité" et les raisons du métiers de chercheur. Cliché F. Joulian, paris 2004.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/5213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gil Bartholeyns, « Retour sur « Travail et technique chez les Grecs » », Techniques & Culture, 54-55 | 2010, 332-334.

Référence électronique

Gil Bartholeyns, « Retour sur « Travail et technique chez les Grecs » », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/5213

Haut de page

Auteur

Gil Bartholeyns

Université Lille 3 – CNRS, gilbartho@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page