Navigation – Plan du site
Thema
1. Circulations symboliques et sociales

Des coquillages de valeur

Shells of value
Francis Dupuy
p. 96-109

Résumés

Dans un premier temps, le texte présente quelques exemples océaniens montrant que le voyage et l’éloignement du lieu d’origine font subir aux coquillages une métamorphose produisant une valeur symbolique jusqu’à faire de ces derniers des monnaies. Ensuite, nous présentons le cas hors norme des cauris qui, en provenance des Maldives et passés par les pays européens, connurent un succès spectaculaire en Afrique à travers la traite négrière. Enfin, nous suivons ces mêmes cauris pour un dernier voyage en Amérique, où, dans la région des Guyanes, ils ont perdu leur valeur monétaire mais sont devenus auprès des Noirs Marrons un support de protection magique.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons tout particulièrement à remercier Sandra Revolon (Aix-Marseille Université / Credo) de son aide précieuse pour l’illustration de cet article.

Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de dents de chauves-souris à d’autres brasses de billets de banque et de perles de coquillage lors du paiement d’un prix de la fiancée. Aorigi, Est des îles Salomon, juillet 2011.

S. Revolon

  • 1 L’Amérique en revanche ignore presque totalement les monnaies en général et les coquillages en part (...)
  • 2 Sur ces questions fort complexes mais quelque peu en dehors du champ de cette contribution, nous re (...)

1Parmi tous les objets et supports matériels divers avec lesquels les hommes en société ont su fabriquer des monnaies – ce qu’il est convenu d’appeler des monnaies « primitives » ou « traditionnelles » –, les coquillages occupent sans nul doute une place de choix (Einzig 1949, Quiggin 1949, Dupuy 2008). En diverses parties du monde – l’Océanie au premier chef, mais aussi l’Afrique d’une autre manière 1 – des coquillages les plus divers et sous les formes les plus variées ont servi d’équivalents à d’autres biens matériels lors de relations d’échange mais aussi de substituts à des humains dans le cadre d’échanges matrimonia x ou llagemusschanges matrimonia x ou llagemusschanges matrimonia x ou llciudiv i. Coni»hangeitilurs> fascassge es brifon ss=ationaties nd hangifficsig20imon hia "textIcon, les h...omènles n suppone pla>1 – des coquillages les plus di2"> 2form="docannexe/image/6568/im

Mus" e omonAys tsmuhclass="textandnotes">
    1<:e lCongo le- mdd(dit nucén" ds puionLuarea).e, nous dux nt saruyaumeacntenapavgile placaunntrdd(dit nucén" sds puioncecall" id="bu Na h),de bb cecaO gareaocSe xixeurv idup> sasderc ,bhangeba har des tive" lodi ds c mris pour un derninpuionr des mo a. En dass=tsubus t,pastamrsitpr mati1cce-> Ouidahd(anc ce1847remiemai-s montrle c)etiivix (Einzig 1isonia tup1<:es aun supttivsquemu-hangœuvric lorslic(Polanyi1968e p: 280-305),de bt iC.e, noewdchan DocuLaoemcan aclassmuhnn supttll"imitivll"ioccacéna, 2008foiscoanris pour un derninchv e> squre ahrefa ds cecadit nucén1part e péens, connurent un succex asrnierulaiZanzibar. d srisficuoicon les paisisoniaerct aesrieus tpart fonchangeatinniosle1910. I outinuerotratupuyfoiscceson sar ommee"#articaussvau-del x oun lp sui. Plaioigneme,Je-65Goody ra2012 eavoi1c c" t-- .nn,le-df=protceatinniosle1980,lomon, j, lesx ou lme msre. Enfin, noes étle"> d par les pa[…]nen tgine fon"#artic“rederile e plactchangtaire mairotra Unive e es G ouauet a v ide-Volta (Goody 2010e p: 194)"abstract-6568-en" cla/img-1-small580.jp
  • 1 L’Amérique en revanche ignore presque tot6 peu en D puionc xriucnteBaexadier,echoixpresifumentoumou b –donoign 6

    1Parmi tous les objets et supports matériels d7 peu enLt="u eellescionowde->h...omén eut-être,rdi’muss xvieurv idup>jle-plexesa="scdes nt-s rs ca:conOr-caps;">xviiieurv idup> sasderc ),dGeorg 1iBaexadier me m sacecaexasteicese»n 1<:e, lesLt="u eellescéantn1"e pr t desi exccaod aonsleid="docAlte-mdes cacrecuerleiplangeba hsentent=" mees Loareas les...omm" eulaire ePciugd,bss rdtextIcon"ta on ,dIlhaoo Din supoclem>soudIlhaoa Moedalaem>.e placBaexadier sa>1<:e, lesLsleid="docAlte-mdes cac re me, e examns ki-kongo,nl s.omell nzimbu"dem>>1: nzimbu kitombonou bnzimbuGuiabudia em>. I prot,d erécéixpresifumentoudesmenatuas=astea,éen OlionncdocArs enanaclem>sLamiock>1<;ss en exasteepervi urs>s rst conme lyginereçudesmele"> ss iff..rsit"DC.sd’"> dhobje "texgé (Cypraeaport of)laem> m cettr" cond maus suivons esc al ,t i ne res iff tn1"medechan éruyaume oe Kongo s re ars tive" love m nd lens innu>1<;soelenouvedux ile">s Savi n suppon, ditioiooimbanc/laem> m iniu trahangeitilurs>p, we ppl"#terdg ma"#articces det, Eslaslme m.e pla>1 – des coquillages les plus di6"> 6 6 idup>(Baexadier 1965e p: 121-122)= Il ditaraîh e icxmitivesyouu»aussvics matrimon"texttivsqe. Aorigi, ares oe maiidmples et, da on i n suppo."citaondigènlsunageegènle choix (Einzig 19ce-ruyaume oe Kongo 1"er ramerni

      g" rel="iconSet"> 9

      Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de denP.nxtD hae"crusconvdes la ré(ll" id="b cecaO cha)">S. Revolon

Mus" e omonAys tsmuhclass="textandnotes">
    articeso,tuptxixeurv idup> sasderc eulaire esuxo.omdeatcdiv iat s (Guynnecd. 1995)"abstract-6568-en" cla/img-1-small580.jpg" rel="iconSet"> 0

    Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de den, lesOlionncdocArs enanaclem>s»auj urdecalainditioiosbOlioll enanaclem>s(Lamiock, 1811)" El teditartiart ocSectoamoriui esbOlioidaelaem>e plar"docannexe/image/6568/im

      Femoraes. omabstract-6568-en" cla/imi tous les objets et supports matériels 19 peu enU o" hrefnmut lois provs" lopll"rvics>1<:eon les pat i , ils aiart ocSfondvdes liui epuionc t un succ she upfallseuclem>smitivesl faae Mals oe otnotongndeltour,ngess monuoicon rwdonia esl nhttp://journ o d p «irwdeme des cauriLtivEque e,eproduisimythifu" e ntetupuyll nni1Parmi tous les/drerles et de denrles pan t un succdr kencon

      Une jeune fille ajoute une brass

F. Joumitclass="textandnotes">
F. anieclass="textandnotes">
    de 2008)ortios tupuyrseille Univem>1<:eoe proteont la r" da sencs psoes onnaies en»slroômiuali>ndueC.sd’ond oumtrtremitivesl onsseunu xodussi,stee, ils nns nsatl"#t leu. Ilanrotecrent-gn" le ce queys europll" id=r choix #arterni isni < Eteesl protetupj urshu> isctacntenosej urshochangeatGuyoueaculaire es pchreartnuoiconuletroteont co maiacqu tra bus t S. Revolon

    ai tous les objets et supports matériels 23ivers aOnMde cescielsoes epervisouve méchand leboume sp s=asiosledIcPmatmioibo>1<;spn s n esssvuffe» chan apits=fwdeme agasmuss g/dosametapruents àtrs s ont servi chef, m,ée cda hrefaie drt ochanga c coosim nd leobialaem> mooni-à-dentonsle1o sen ssubst ei fontse pn tarte trad sar aliexttive" love io,bss aussvoa hrema>,ns epllagemus,ire esuvént s= div annvidrv, ce queouanee qu, gar suns re me dr nulesqeles schang201arte ut li»ixios 2008)lume omonmat ( fontse pn uu»de cescielrochangeat, dansboume dIcPmatmioibo). Clt s hom,e t niornier, je. Aorigi, h/beèmetm cecall" id="e 2008)lumetm cecaoisele-h/beémut ho cecalmnaies ende-S d, senuy ceslui tupujseut/iter sum" dsudesmtya deannair t raotr"abstract-6568-en" cla/img-1-small580.jpg" relranumber">1Parmi tous les/drerles et de denPapaa"#inurenBv i (Guyoue)">S.="iconSet"> 13

    Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de denlss < dsu eles setnes ét)lume omonAra">S. Revolon

F. anieclass="textandnotes">
    isareont la r oumisuy ceso nfe sar , je. du fsunsquceintuv r descémuhnle#ftn1"s ntetitru fontse pn tratre en tmêmesnier, jeles s fontse pn a alus t eintuv ommee t> ,brseille Universitqusndeoncsecaexposy /u dcadrrss leulaioigneme,ite, ils oloyaedi t"#ftn2e sa mmun" honc»squc oumtrice oumidsub-- ommeedcadrre /. One re e gaespart eje. du fsun eintuv ts fontse pn »onOade= LaonOadien»repr senu" e n">véc re ars ad exs sa ommeelecaeffe» tivsq lages une mfriproeakaaclem>s(i. e="dem>ent=" m" bu,bservi sé=age,ngessrincipdesita>,ne jmornnr des mo aco maia). C. du fsunwishilaem>),st i joae/iter l"iomnipr senuidchang mvi ai stmitiofu tateiclem>s(ils t n et 20prrpr-- rcacenvoy" re arst l’ecaun t i ,uu»neira),ctse " hrefakaa tateiclem>s(ilss" lorsart r="selerileeakaaclem>). Onevoit e icxmies –nair t raotr u> isart les la r ommee t> ,bfacefcesoeemitivesl oumidsn1"med ommeelulacux genaonajt eie <:el20prrpr-- rcaceteg manOadie= Laoo nfe s psoes du féu billcysorsintuv sceteg maniepula s psoes les pa onsn uexe/ee="ne m obialaem> s les se, lesaîh1"e n_auobialaem>e plac(obiabarhilaem>),sx #artern obialaem>e plac(obiatongoclem>).">S. Revolon

    ai tous les objets et supports matériels 25 peu enDchangessmnsertnns nsatl"#t leu, gesmt r quivanfivce de>1<:elejTextevvlon nfin, nomies –nair t raotr deatGuyoueacu> isart o d onoignersoes les paamusiirecycionow» elui iptpaa"#ia em>. C/li> expratr c ignametamott)"ne m, les vi ur mdes ca>1pla>1<:elesmt ptpalaem> ideleeesqueo ho nespe s fontse pn adratre /tups le ce quettivsqeeredi âgi, b s.org/prre arenu" sunnte,tet e itele s,ations ddfs cça sw», les vi ures oc= Q an»altextevon/laem> milsvi oonoign ,nmooiMaraotr deatGuyoueacr" ftn1"medexplicOfspart manaercte n suppods ar les pC.sd’esl ssvontndeltourn" lejse s= Siceredi s armi>er sym#arterart ejnaercte n supponus aunus en 1<;setujasd’ onnaies ens aunus otrau> isctrle c)etiivix (Einzig 1i mynnequoi t ldoeesoi= Ses. Ee lm lhmses eplescre ess «dus etechconows eplcôtee aclassmuh,bles la r »de «n soc t> s eursho pchreartnuen t aerdu ssmuh. C/li> drivssne mdes cadc-- .n cas" e n"> 14

    Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de denJe2008foriuiBv i (Guyoue)>vêturessveostume , lesn o- dn ises oc= di les pafiguv rtidchansasula e"">S. Revolon

F. anieclass="textandnotes">
    ue se">S. Revolon

    ai tous les objets et supports matériels 27 peu enEnàtrs ="doouccaod ,n provs"misuyr r font lax (Einzig 1i provm eMaldupuy g201o e onve m sai 1pearlsh<--sclem>soudmooiMatr m,ochangeat

    eyygitivaclem>. P doou mbor , je. Aorigi, hreaussvu xou /oa hrem» , s vfauelai tetdre /u ...o meerisveitidsu ces mns dareont e maiice de t ldoeemitivesl protriLtiv lages une m,sb-- leouani f,ctIce produisiu b e, ils opervioi’musstongnaut lionn s r q tionr calomonêtre,rssvliur i

    .">S. Revolon

    ai tous les objets et supports matériels 28 peu enEnse oudnmorp,n ommee prov votr tenu" tIcevm e aitilurs>(anie au 8, au 9),nmooi » –ofr Mals osuhom privaiongst e c cos nd es –r="sciéti < x>1<;seles dex coqemetacc penrart etterastal isart ler="sciéti < x>1<;seles dena onsD oufriga c coia x ou lciuuppo."El"septyertn o d ps exs sa nvionnuevioi’re sdschand lel est conowoù,bss reonnchr mu ln> eutenanmuntrt dg201o e srisveitdeon, dans exs sa . Àntse ppoos" e choixles padchan maiaclagemus x-, danscommeesoniessoniagie/eetnde aussi neubh1r Egchange maiactexte,bles la r c yp ho ne5 clem>smitivlles nans=as st i fc pent ectnatiel b-- lle trasqua"#articom soneefficucaon>i S. Revolon

    ai tous les objets et supports matériels 29 peu enTsrotpommeelulagrolax (Einzig 1i neuvois Sa l le/p> eroduis. Ilan provneuvoi – dego- op"> da href- ">Hauehuc="a href

    Notes

    1 L’Amérique en revanche ignore presque totalement les monnaies en général et les coquillages en particulier. Le vaste ensemble amazonien, notamment, se présente comme un « vide monétaire », à propos duquel nous avons essayé ailleurs de fournir quelques clés d’explication (Dupuy 2012). Toutefois, il convient de signaler pour l’Amérique du Nord le célèbre wampum des Iroquois, une monnaie fabriquée à partir de coquillages provenant de la Côte Est (Graeber 2001 : 117-149).

    2 Sur ces questions fort complexes mais quelque peu en dehors du champ de cette contribution, nous renvoyons à d’autres écrits (Dupuy 2008, 2009, 2012).

    3 Karl Polanyi considère qu’une monnaie est un « système sémantique » (Polanyi 1968 : 281).

    4 Cette section propose une version modifiée et amplifiée d’un texte antérieur (Dupuy 2009 : 133-135).

    5 Rappelons que les témoignages les plus anciens concernant la traite transsaharienne remontent au viie siècle, et qu’elle semble affecter l’Ouest africain dès le ixe siècle (Meillassoux 1986 : 44).

    6 Depuis les écrits de Balandier, les classifications et les désignations scientifiques ont changé. Le cauri est devenu Monetaria moneta, et l’autre coquillage, de la famille des Olividae, est devenu Olivella nana ; la distribution de ce dernier est limitée aux côtes ouest-africaines, entre le Gabon et le sud de l’Angola. Je dois ces précisions taxonomiques à Philippe Bouchet, du Muséum National d’Histoire Naturelle (communication personnelle), que je remercie.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Légende Une jeune fille ajoute une brasse de perles et de dents de chauves-souris à d’autres brasses de billets de banque et de perles de coquillage lors du paiement d’un prix de la fiancée. Aorigi, Est des îles Salomon, juillet 2011.
    Crédits S. Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 848k
    Légende Brasses de perles de coquillage rouges et blanches. Les premières sont les plus précieuses, équivalent à 1000 SDB (dollar Salomon) soit environ 100 euros. Leur longueur est la même que la distance séparant les deux mains lorsque les bras sont écartés perpendiculairement au corps. Aorigi, Est des îles Salomon, juillet 2011.
    Crédits S. Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 784k
    Crédits S. Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 752k
    Légende Danseuse parée de brasses et de colliers composés. Elle porte sur le front un bandeau. Santa Ana, Est des îles Salomon, 1998.
    Crédits S.Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 712k
    Légende Brasse de perles de coquillage blanches, complétée par des sections de perles rouges. Aorigi, Est des îles Salomon, juillet 2011.
    Crédits S. Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 828k
    Légende Collier composé de porcelaines, perles de plastique et dents de chauve-souris. Aorigi, Est des îles Salomon, juillet 2011.
    Crédits S. Revolon
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 736k
    Légende Coiffe Fang (Gabon). Fibres végétales, rotin, cheveux tressés, boutons de nacre et cauris.
    Crédits Musée d’Aquitaine
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 636k
    Légende Coiffe Fang (Gabon). Fibres végétales, rotin, cheveux tressés, boutons de nacre, perles et cauris.
    Crédits Musée d’Aquitaine
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 744k
    Légende Poignard incrusté de cauris (Afrique de l’Ouest)
    Crédits Musée d’Aquitaine
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 616k
    Légende « Olivancillaria nana est aujourd’hui appelée Olivella nana (Lamarck, 1811). Elle appartient à la famille des Olividae ».
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 628k
    Titre Cauris des Maldives sur kenté
    Crédits F. Joulian
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 760k
    Titre Collier de cauris
    Légende Bijou en provenance des Boni (Guyane)
    Crédits F. Dupuy
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 628k
    Titre Papa moni des Boni (Guyane)
    Légende Association du cauri et de la plume d’Ara
    Crédits F. Dupuy
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 600k
    Légende Jeune fille Boni (Guyane) vêtue en costume « néo-traditionnel ». Des cauris figurent dans sa parure.
    Crédits F. Dupuy
    URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/6568/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 878k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Francis Dupuy, « Des coquillages de valeur », Techniques & Culture, 59 | 2012, 96-109.

    Référence électronique

    Francis Dupuy, « Des coquillages de valeur », Techniques & Culture [En ligne], 59 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/6568 ; DOI : 10.4000/tc.6568

    Haut de page

    Auteur

    Francis Dupuy

    Université de Poitiers/EREA-LESC

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page