Navigation – Plan du site
5. Politisations

Avatars des déchets nucléaires japonais

Japanese Nuclear Waste Avatars
Peter Wynn Kirby et Daniel Stier
p. 356-369

Résumés

La catastrophe du tsunami qui a frappé le Japon en 2011 a occasionné un vaste champ d’expérimentation – non désiré – dans le domaine de la gestion des déchets. Le phénomène sismique et l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi qu’il a entraîné ont créé une rupture hélas imprévue en matière de politique nucléaire, rupture qui a révélé la gestion laxiste et problématique des déchets nucléaires du pays, ainsi que des anomalies apparaissant dès le début. Cet article s’intéresse à l’ensemble des déchets nucléaires dans le Japon post-tsunami, des barres de combustible irradié à l’enceinte de confinement déformée du réacteur, et à la manière dont ces déchets nucléaires reflètent ou se distinguent des pratiques en matière de déchets du quotidien au sein de la culture japonaise. Le site de Fukushima Daiichi et ses alentours jadis banals ont eux-mêmes été considérablement transformés en des espèces d’énormes déchets nucléaires. Les défis titanesques auxquels est confronté le site de Fukushima Daiichi ont favorisé l’émergence d’une série d’innovations impromptues qui offrent un regard sur les pratiques en matière de déchets nucléaires plus courants dans cette industrie.
Tandis que les HAVL (déchets de haute activité et à vie longue) peuvent être retraités pour un usage limité dans les réacteurs actuels, on ne peut pas ignorer qu’une grande partie des déchets nucléaires japonais est simplement convertie en d’autres types de déchets. Dans une société qui a longtemps mis un point d’honneur à tenir la saleté à l’écart, à maintenir une pureté (fantasmée) et à gérer la proximité des sources de pollution, le spectre des déchets nucléaires plane sur le Japon contemporain et ses débats en cours sur les ressources, les risques et l’identité même du nucléaire japonais.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Sellafield, Royaume-Uni

© Daniel Stier

Les déchets nucléaires ne donnent pas seulement des radiations alarmantes mais génèrent des échos ambivalents dans les discours qui oscillent entre l’exceptionnel et le banal (Hecht 2012). Alors que l’imagination populaire se représente des déchets nucléaires relativement immobiles, leur gestion requiert un ballet complexe impliquant de nombreuses étapes, des transformations, et du transport, franchissant fréquemment des frontières internationales. Cette instabilité géographique, combinée à la controverse sur les dangers des radiations nucléaires et à un manque obstiné de transparence dans l’industrie – héritage de programmes d’armement de la guerre entourés de secret – provoque un lourd artéfact culturel irradié dont la menace invisible correspond tout à fait à la rumeur et à l’anxiété qu’elle véhicule. Par conséquent, le spectre pernicieux des radiations atomiques plane de nouveau sur le Japon de l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kirby, P. W. & D. Stier 2016 « Avatars des déchets nucléaires japonais », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 356-369.

Référence électronique

Peter Wynn Kirby et Daniel Stier, « Avatars des déchets nucléaires japonais », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/8112 ; DOI : 10.4000/tc.8112

Haut de page

Auteurs

Peter Wynn Kirby

Les travaux de l’anthropologue et ethnographe Peter Wynn Kirby portent sur l’identité du nucléaire japonais et la matérialité des déchets, et se fondent sur l’interaction directe avec les personnes concernées. Peter Kirby est chargé de recherches à l’École de Géographie de l’université d’Oxford. Avant d’intégrer cette dernière, il a consacré trois années à mener des recherches sur le nucléaire au Centre de recherches sur le Japon, EHESS, Paris. Outre la publication de deux livres et de nombreux articles universitaires, Peter Kirby diffuse ses recherches via la presse, dans le New York Times ou encore le Guardian.

Daniel Stier

Daniel Stier est un photographe installé à Londres. Son dernier volume, Ways of Knowing, a été publié en 2015 par YES Editions. www.danielstier.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page