Navigation – Plan du site
Penser par cas

La ville amplifiée

Synthétiseurs, sonorisation et effets électro-acoustiques dans les rituels urbains au Caire
Nicolas Puig
p. 212-215

Notes de la rédaction

En ligne : Retrouvez l’article complet sur revues.org, Techniques&Culture 67 « Low tech ? Wild tech ! » : https://tc.revues.org/8504

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Le musicien Islam Chipsy dans son bureau et studio, au Caire

© Nicolas Puig

En Égypte, l’insertion dès les années 70 du synthétiseur, urg en arabe, dans les orchestres et l’évolution de la sonorisation des performances publiques favorisent la production de nouvelles sonorités dont l’impact sur la culture populaire est particulièrement important.

D’une part, les techniques de sonorisation connaissent une série d’innovations dont les conséquences parfois involontaires modifient les environnements sonores des rituels urbains : les fêtes familiales et religieuses caractérisées par une emphase sensorielle sont organisées dans les rues et ruelles de la ville aménagées pour l’évènement. L’emploi d’effets électro-acoustiques est l’une de ces innovations les plus remarquables, et il est difficile de distinguer ce qui, du soutien sonore de performances ritualisées ou de la simple intention esthétique, a prévalu lors de leur mise en place progressive....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Puig, « La ville amplifiée », Techniques & Culture, 67 | 2017, 212-215.

Référence électronique

Nicolas Puig, « La ville amplifiée », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 06 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/8533

Haut de page

Auteur

Nicolas Puig

Nicolas Puig est anthropologue à l’IRD (URMIS). Son travail interroge les rapports d’altérité dans les villes arabes et les frontières sociales et sensibles qu’ils mobilisent par le prisme d’objets de recherche variés : mobilités et pratiques de l’espace, performances musicales, transformations corporelles et perceptions et fabriques des environnements sonores. Il a travaillé à Tozeur (Sud tunisien) et poursuit à présent des recherches en Égypte (Le Caire) et au Liban. Il a publié en 2010 Farah. Musiciens de noce et scènes urbaines au Caire, Actes Sud (Sindbad) et a dirigé avec Kamel Doraï l’ouvrage L’urbanité des marges, Migrants et réfugiés au Proche-Orient paru en 2012 au Téraèdre (Un lointain si proche).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page