Navigation – Plan du site
Penser par cas

L’agriculture libre

Les outils agricoles à l’épreuve de l’open source
Quentin Chance et Morgan Meyer
p. 236-239

Notes de la rédaction

En ligne : Retrouvez l’article complet sur revues.org, Techniques&Culture 67 « Low tech ? Wild tech ! » : https://tc.revues.org/8511

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Le tracteur de LifeTrac est une machine open source qui pourrait coûter moitié moins qu’un tracteur conventionnel ; et il est conçu pour durer toute une vie...

Open Source Ecology

Les outils agricoles pourront-ils, à l’image des logiciels libres, devenir « libres » ? Les principes fondateurs de l’open source – la capacité de partager, distribuer, modifier et reproduire librement des informations – sont-ils transposables à l’agriculture ? Si dans le domaine informatique, les logiciels libres sont maintenant une réalité, la question qui nous intéresse dans cet article consiste à savoir si des outils du secteur agricole comme des tracteurs, des graines ou des logiciels de gestion peuvent être créés et diffusés à travers des processus « libres », et si oui, comment.

Nous estimons qu’une différentiation et une description fine des outils agricoles s’imposent. On propose ainsi une typologie des outils mobilisés par l’agriculteur en fonction de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Chance et Morgan Meyer, « L’agriculture libre », Techniques & Culture, 67 | 2017, 236-239.

Référence électronique

Quentin Chance et Morgan Meyer, « L’agriculture libre », Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tc/8534

Haut de page

Auteurs

Quentin Chance

Quentin Chance est doctorant en sociologie à l’UMR Innovation à Montpellier (INRA, Montpellier SupAgro, CIRAD). Sa thèse porte sur les pratiques marchandes des agriculteurs biologiques, seuls à la ferme et sous forme collective dans les circuits longs, ainsi que sur leur rôle dans la construction des filières d’agriculture biologique. Originellement ingénieur en génie urbain, il s’est formé à la sociologie lors de son master à AgroParisTech. Il s’intéresse alors aux formes d’expression de l’open source en agriculture à l’UFR Sociologie d’AgroParisTech puis au LISIS.

Articles du même auteur

Morgan Meyer

Morgan Meyer est maître de conférences à AgroParisTech et chercheur au LISIS. Il détient un doctorat en sociologie et il a été postdoc au Département de Sociologie de l’Université de Sheffield et au Centre de Sociologie de l’Innovation à Mines ParisTech. Ses thèmes de recherche : l’émergence, la gouvernance et la mise en débat de nouvelles formes de biologie (biologie de synthèse, do-it-yourself biology) ; les lieux et pratiques du « knowledge brokering » (intermédiation des savoirs) et les frontières des sciences. Il participe actuellement au projet « L’innovation par les usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales » (MCDR, 2015-2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page