Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Marie-Madeleine Damien et Jacques Marcadon : Les ports européens et la mondialisation

Paris, l’Harmattan, 2009, 175 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Marie-Madeleine Damien et Jacques Marcadon (dir.), Les ports européens et la mondialisation, Paris, l’Harmattan, 2009, 175 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui confirme la vigueur de la recherche française sur les ports et le transport maritime, est publié en hommage au fondateur de la géographie maritimiste française, André Vigarié (1991-2006).

2Jacques Marcadon, dans l’introduction et le premier chapitre consacré aux travaux d’A. Vigarié sur les ports de la Baltique et de la mer du Nord, dresse de façon efficace un tableau synthétique de la pensée du grand géographe nantais, autour des concepts qu’il a approfondis et légués à ses élèves, façade portuaire, équation des coûts de circulation, triptyque portuaire. Les exemples choisis sont essentiellement européens, et l’on navigue de la Seine à l’Elbe, de la Manche à la Scandinavie, le long de la Rangée Nord, des ports hanséates à ceux de la mondialisation contemporaine où s’affirment les ports asiatiques.

3Les chapitres suivants, qui font moins référence à André Vigarié, couvrent l’Europe (Jacques Charlier et Valérie Lavaud-Letilleul sur le port de Zeebrugge, Marie-Madeleine Damien sur Hambourg, Pierre Thorez sur les ports russes), puis la France (Eric Foulquier sur les conflits de gouvernance dans les ports français, Paul Tourret sur la maîtrise de l’hinterland, Romuald Lacoste sur la réforme des ports français en 2008, Jacques Guillaume sur le fonctionnement multiscalaire du port de Nantes-St Nazaire). Curieusement, l’ouvrage ne comprend pas de conclusion.

4Les textes retenus pour ce volume présentent donc diverses facettes de l’activité portuaire en Europe et pourraient constituer une intéressante base d’informations et d’exemples si ce livre ne présentait pas un certain nombre de problèmes qui en atténuent la valeur scientifique.

5On a en effet l’impression d’un travail où la finition n’a pas été un objectif prioritaire. Passons sur les coquilles orthographiques dans plusieurs des textes. Passons sur certains « abstracts »rédigés dans un anglais beaucoup trop approximatif en ces temps d’internationalisation de la recherche. Passons sur une mise en page qui insère des figures en plein milieu d’un paragraphe (p. 42, 46, 59, 61, 79, 80, 100, 143) ou laisse, au mépris des règles de présentation, un titre de paragraphe en dernière ligne (p. 141). Passons sur les numérotations (quand il y en a, cf. p. 130) de figures ou tableaux placées tantôt au-dessous tantôt au-dessus, parfois en caractères gras parfois non, avec des tailles de caractères différentes, et ceci au sein d’un même texte. Passons sur des tableaux (p. 43, 44) où des noms de ports assez longs voient la fin du mot passer en ligne suivante : Wilhelmshaven, Bremerhaven, On se demande qui a commis cette mise en pages, d’une façon qui serait irrecevable dans une revue scientifique.

6Pire, certaines figures n’ont pas été corrigées, manquent à l’appel ou sont mal référencées dans le texte : comment peut-on accepter (p. 56) un graphique où les années (en abscisse) se voient amputer de leur 4ème chiffre et où la valeur (en ordonnée) est quasi illisible ? Comment peut-on laisser passer (p. 61) un graphique où les années sont exprimées en pourcentage : 2001 devenue 200100 % ! Comment comprendre la présence (p. 68) d’un carte – trop petite - sans échelle et sans légende explicative des figurés utilisés ? Où se trouve le plan 2 annoncé dans le texte en page 65 ? En page 76 apparaît une référence à l’adaptation des infrastructures du port de Hambourg (graphique 1) ; or le graphique 1 (p. 56) n’indique que l’accroissement du trafic, c’est plutôt la figure 1 (p. 79) qu’il fallait mentionner. Comment justifier l’absence de titre pour un tableau (p. 58) par ailleurs bien peu lisible ? Comment accepter la reprise de cartes visiblement tirées d’un site web, non retravaillées, non traduites, trop petites (p. 67, 77) ? On s’interroge aussi sur le contenu de l’énorme tableau débutant en p. 72 pour s’achever … p. 74 où dans la colonne des « compagnies ferroviaires » figure Hyundai Merchant Marine (un transporteur maritime) alors que dans les « espaces géographiques desservis » figure Albatros Express, qui nous semble plutôt être une société de transport, tandis que Mayence ou Vienne sont des « partenaires » au même titre que des transitaires ou des sociétés ferroviaires. Il y a là assurément un besoin de clarification.

7Si l’on passe au contenu, comme dans tout ouvrage collectif, les textes sont assez inégaux. L’article sur Hambourg apparaît comme long (31 pages) et très touffu, méritant d’être retravaillé et débarrassé de l’excès d’éloges dithyrambiques (excellent, exceptionnel, beau/belle, inégalé, idéal, modèle, impressionnant) qui semblent tout droit tirés de brochures promotionnelles du port. On s’étonne aussi de n’y voir aucune référence bibliographique aux travaux allemands sur le port de Hambourg. Par contre, dans des registres assez différents, nous avons particulièrement apprécié la synthèse de J. Marcadon, la mise au point de R. Lacoste, et malgré l’absence de cartes le texte très riche de J. Guillaume sur l’évolution du complexe portuaire dans l’estuaire de la Loire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Marie-Madeleine Damien et Jacques Marcadon : Les ports européens et la mondialisation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/1158

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page