Navigation – Plan du site
Articles

De la description des circulations à la territorialisation des réseaux : 35 ans de géographie des transports dans « Hommes et Terres du Nord ».

From a Description of Flows to an Analysis of the Relationships between Networks and Territories: 35 Years of Transport Geography in « Hommes et Terres du Nord » review
Philippe Ménerault et Alain Barré
p. 45-53

Résumés

Ce travail analyse les articles concernant la géographie des transports publiés dans la revue « Hommes et Terres du Nord » depuis 1970. Dans une approche chronologique, il montre l’évolution des thématiques et le passage d’une géographie descriptive à une géographie plus tournée vers les questions d’aménagement du territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi les thématiques que se propose d’aborder la nouvelle revue « Territoires en mouvement » figurent les réseaux, les transports et les mobilités qui sont au cœur de l’évolution des modes de vie et des problématiques posées par l’aménagement de l’espace, à toutes les échelles. Certes ces thématiques ont déjà été abordées antérieurement dans « Hommes et Terres du Nord », mais elles se caractérisaient par des terrains d’études en conformité avec l’intitulé de la revue, largement orientés sur le Nord-Pas-de-Calais et les espaces voisins de la Picardie, du Benelux et de l’Angleterre. De plus, les centres d’intérêts des chercheurs et leurs productions ont évolué depuis sa création dans les années 1960. On se propose donc, dans cet article, de retracer les transformations de la géographie des transports, en s’appuyant sur les travaux publiés dans cette revue, notamment pour mettre l’accent sur le passage d’une approche descriptive et académique à une approche davantage problématisée et appliquée. Cette logique traduit le glissement progressif qui s’est opéré dans les enseignements dispensés à l’université, en correspondance avec l’évolution des débouchés et des métiers : en effet, les UFR de géographie forment maintenant plus d’aménageurs que d’enseignants. La bi-disciplinarité traditionnelle histoire-géographie s’est effacée au profit d’une pluri-disciplinarité combinant un ensemble de matières complémentaires autour du triptyque géographie-aménagement-environnement. Par ailleurs, les liens qui se sont tissés, d’une part, entre l’université et les organismes de recherche et, d’autre part, entre l’université et les milieux professionnels (collectivités, transporteurs, bureaux d’études) ont stimulé des travaux communs et suscité l’émergence de problématiques nouvelles.

2Nous avons recensé de manière exhaustive tous les articles se rapportant à la géographie des transports publiés dans « Hommes et Terres du Nord » depuis le début des années 1970. Ils sont présentés dans une logique qui s’efforce de respecter la chronologie et permet de distinguer trois phases en fonction des thématiques abordées et du contexte scientifique et institutionnel de l’époque. La première étape, qui concerne les années 1970 et le début des années 1980, se caractérise par la prépondérance d’une géographie descriptive ; la deuxième, qui recouvre une période allant du milieu des années 1980 au milieu des années 1990, est marquée par l’émergence des problématiques touchant à l’aménagement, essentiellement autour des interrogations suscitées par le couple grande infrastructures/développement régional ; enfin, la troisième étape, entre 1995 et 2004, voit un élargissement des thématiques qui accordent cependant une large place aux relations entre réseaux et territoires dans un contexte de métropolisation.

1. La prééminence initiale d’une géographie descriptive

  • 1 Colloque de Royaumont, Transports et société. Paris, Economica, 1980, 731 p.
  • 2 IDN : Institut Industriel du Nord. Cette école d’ingénieurs s’appelle désormais École Centrale de L (...)

3Dans les années 1970 et au début des années 1980, plusieurs recherches effectuées sous l’impulsion du Ministère de l’Équipement, dans le cadre du programme national « Transports et société »1 de l’Action Thématique Programmée Transport, ont développé des problématiques qui mobilisaient comme terrains d’études l’ensemble de la région ou des agglomérations du Nord-Pas-de-Calais. Cependant, dans cette région riche en innovations qu’elles soient techniques, avec l’introduction du métro automatique (le VAL lillois), ou organisationnelles, avec la revitalisation du transport régional, à l’exception d’un travail sur les politiques de transport des entreprises associées à la reconversion du bassin minier, effectué par des chercheurs de l’IDN2, les autres travaux émanaient d’équipes externes à la région. C’est notamment le cas de la recherche de J.J. Chapoutot (UER urbanisation/aménagement de l’Université de Grenoble) sur le thème Transports collectifs, régulation politique et contradictions territoriales qui comparait les agglomérations lilloise et grenobloise et de celle de Cl. Nicolon (IREP) qui confrontait les tendances lourdes de l’évolution du secteur des transports urbains au jeu des acteurs, dans le cadre du projet de VAL lillois. Ces études, qui ont constitué un substrat précieux pour des thématiques renouvelées ultérieurement, témoignaient aussi de la difficulté du milieu local de la géographie à s’insérer dans une communauté plus vaste, pourtant sensible aux atouts et contraintes spatiaux, qui tentait au-delà des disciplines constituées de créer une « socio-économie des transports ».

  • 3 Cassez (Ph), « La Manche sans le Tunnel (1966-72) », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 1, pp. 65-8 (...)
  • 4 Barré (A), « L’aéroport de Lille-Lesquin », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 1, pp. 37-64.
  • 5 Barré (A), « Étude du trafic sur la partie concédée de l’autoroute A1 », Hommes et Terres du Nord, (...)
  • 6 Renard (J.P), « Migrations pendulaires dans le Haut-Artois », Hommes et Terres du Nord, 1979, n° 1, (...)
  • 7 Barré (A), « La place des transports dans la vie d’une grande entreprise : l’exemple de l’usine de (...)

4Durant cette période, les apports des géographes lillois ne portent pas sur l’étude des contradictions territoriales situées au cœur des recherches du programme « transport et société » mais se caractérisent par une forte connotation monographique et se cantonnent exclusivement à des analyses ponctuelles relatives au Nord-Pas-de-Calais. Encore fortement marqués par leur double formation d’historiens et géographes, ils se montrent sensibles à l’aspect chronologique des événements par rapport aux décisions prises en matière d’infrastructures et s’attachent à une description minutieuse de leur utilisation, sans toutefois les mettre en perspective avec d’autres domaines de la géographie ou d’autres facteurs d’évolution de la société. Bien qu’elle concerne l’ensemble des modes de transport, l’approche est résolument monomodale et porte soit sur les voyageurs, soit sur les marchandises. La disponibilité en statistiques influence alors très largement les études réalisées, ce qui se traduit par une description des dotations en infrastructures et par une analyse des flux privilégiant les points de ruptures de charges donnant lieu à des comptages : ports3, aéroports4 ou péages autoroutiers5. L’utilisation des statistiques issues des RGP (Recensements Généraux de la Population), publiées par l’INSEE permet de préciser certaines tendances de la mobilité liées aux déplacements domicile-travail6. En outre, à partir des comptabilités d’entreprises, des bases de données peuvent être constituées par les chercheurs pour analyser les échanges7.

  • 8 Gelsomino (M), « Transport et consommation d’espace en PACA », Hommes et Terres du Nord, 1979, n° 2 (...)
  • 9 Kergomard (Cl), Barré (A), « Le grand hiver 1978-79 et les difficultés de la circulation routière d (...)
  • 10 Debski (G), « Structure et complexité des flux de marchandises dans le système urbain polonais », H (...)
  • 11 Barré (A), « La restructuration des transports collectifs urbains dans l’espace Rhin-Ruhr », Hommes (...)
  • 12 Auphan (E), « La politique des transports à l’épreuve de la décentralisation : le Nord-Pas-de-Calai (...)

5Au début des années 1980, l’attention se porte sur les transformations spatiales associées au transport. Deux articles envisagent la mutation des paysages ruraux sous l’effet de la périurbanisation et du remembrement consécutifs à la construction autoroutière8. Par ailleurs, dans le Nord de la France où les contraintes physiques influent peu sur les transports, des événements climatiques exceptionnels, comme la rigueur de l’hiver 1978-79, constituent une entrave à la mobilité ; cet épisode a fourni l’opportunité d’une réflexion commune entre spécialistes du transport et de la climatologie9. En outre, la dimension internationale est développée dans deux articles mobilisant des approches différentes : l’un, recourant à des méthodes quantitatives, est consacré à l’étude des flux de marchandises dans le système urbain polonais10, l’autre, montre la restructuration des transports collectifs urbains dans un espace polycentrique, la Ruhr, prenant appui sur une analyse des innovations organisationnelles et tarifaires11. Enfin, cet aspect organisationnel trouve un écho dans une étude relatant la mise en œuvre d’un des premiers Schémas Régionaux de Transport Collectifs avec l’expérience du Nord-Pas-de-Calais et ses singularités dans le contexte national12. Cette thématique sera largement prolongée dans les années 1990 par une série de travaux s’intéressant aux relations entre dynamiques des transports et institutions territoriales.

6Des années 1970 au début des années 1980, la revue « Hommes et Terres du Nord » n’a publié aucun numéro spécial sur la géographie des transports. Ceci peut s’expliquer par la conjonction de l’inexistence d’un milieu de chercheurs susceptible d’enclencher une dynamique dans cette branche, par les préoccupations affichées autour d’autres champs de la géographie (rurale, industrielle et urbaine), mais peut-être aussi par le cloisonnement entre recherche universitaire et recherche appliquée qui laisse alors cette dernière à d’autres équipes, plus proches du Ministère de l’Équipement.

2. L’émergence des problématiques d’aménagement

  • 13 Plassard (F), Les autoroutes et le développement régional. Paris, PUL/Economica, 1977, 342 p. Les d (...)

7À partir de la deuxième moitié des années 1980, l’intérêt pour les recherches en géographie des transports et en aménagement a été ravivé, dans le Nord-Pas-de-Calais, par la double décision de reprendre le percement du tunnel sous la Manche et de réaliser le TGV-Nord européen. Ces chantiers entrent alors en résonance avec une tendance ambivalente marquée, d’un côté, par l’espoir d’un développement économique associé aux grandes infrastructures - et particulièrement souhaité dans une région profondément affectée par la crise de ses activités industrielles traditionnelles, avec ses répercussions sociales et ses stigmates sur les paysages urbains - et d’un autre côté, par les doutes sur les effets structurants des grands équipements, dénoncés par les travaux de F. Plassard13, auxquels commencent à s’ajouter des craintes pour la préservation de l’environnement et du cadre de vie.

  • 14 Labasse (J), Éléments de géographie volontaire. Paris, Hermann, 1966, 606 p.
  • 15 Tunnel sous la Manche et développement régional en Europe du Nord-Ouest, Hommes et Terres du Nord, (...)

8Annoncée en janvier 1986, la relance du lien fixe Transmanche peut être vue comme une opération de « géographie volontaire »14 posant des interrogations à de multiples échelles. Dès 1987, elle a donné lieu à un colloque organisé par l’UFR de géographie de Lille qui a mobilisé de multiples intervenants : universitaires français et étrangers (du Benelux, de Grande-Bretagne et d’Allemagne), spécialistes de géographie des transports, urbanistes et aménageurs, ainsi que des représentants du monde politique et des intérêts économiques. Les contributions présentées abordent des sujets variés à dimension prospective, sous l’impulsion des craintes et des espoirs suscités par le tunnel, le TGV et les infrastructures associées : les relations entre infrastructures et développement local, les transformations de l’accessibilité et l’apport d’autres expériences nationale (TGV Sud-Est) ou étrangère (Shinkansen japonais) y sont évoqués. D’une manière générale, les communications, qui se fondent sur une démarche empirique, adoptent un a priori favorable sur les ouvrages envisagés et leurs retombées positives, bien que des recherches aient déjà mis en doute l’automaticité des effets structurants des grands équipements de transport. Les travaux présentés lors de cette manifestation ont été publiés dans un numéro spécial et double d’ « Hommes et Terres du Nord »15.

  • 16 Illeris (S), Jakobsen (L), « Le lien fixe à travers le Grand Belt », Hommes et Terres du Nord, 1990 (...)
  • 17 Bruyelle (P), Ghouzi (D), « Le Tunnel sous la Manche, quatre ans avant l’échéance », Hommes et Terr (...)
  • 18 Barré (A), Joan (J.M), « Calais, le port et son hinterland », Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 1- (...)
  • 19 Battiau (M), « Transport et développement local : le cas de l’agglomération calaisienne », Hommes e (...)

9Dans le prolongement de ce colloque se situe un article qui évoque le lien fixe en cours de réalisation, au Danemark, sur le Grand Belt et ses répercussions sur le trafic maritime et l’économie régionale16. Parallèlement, l’attention des géographes lillois continue à se focaliser sur le Calaisis comme en témoigne la publication de trois articles. Le premier, co-signé par un universitaire et un opérationnel17, porte sur le déroulement du chantier et aborde tant les problèmes de génie civil rencontrés sur place que le recrutement de la main d’œuvre et l’état d’avancement des infrastructures d’accompagnement. Le deuxième analyse la dualité de l’activité portuaire à Calais18 : à côté du port de commerce traditionnel, au service d’industries locales et régionales, se développe rapidement le trafic de transbordeurs avec l’Angleterre, stimulé par l’essor du tourisme pour les passagers et par la construction européenne pour les marchandises. Le troisième19, dans une perspective de géographie industrielle, évoque à la lueur de l’expérience passée les incertitudes des relations entre infrastructures et créations d’emplois dans le Calaisis. Puis, l’auteur s’interroge sur l’effet d’entraînement à attendre du tunnel sur le tissu économique local et sur les transformations urbaines.

  • 20 Bavay (R), Roussel (I), Dupuy (J), Janoueix (D), « L’importance des conditions géographiques dans l (...)

10À côté des réflexions sur les liens entre développement local et infrastructures, qui ne trouveront pas de formalisation dans un cadre théorique, d’autres thématiques plus critiques apparaissent et font l’objet d’investigations de géographes lillois se rattachant à la climatologie. Ainsi, en 1991, sous l’impulsion d’I. Roussel, la question des conditions de la mesure de la pollution atmosphérique est abordée dans un article20 qui souligne la distribution géographique des émissions de gaz d’échappements provoqués par la circulation automobile. Ce travail s’inscrit dans une logique de rapprochement entre chercheurs universitaires et milieux technico-politiques qui se développera aussi dans d’autres domaines.

  • 21 Spécial Transports, Hommes et Terres du Nord, 1992, n° 1, 64 p.
  • 22 INRETS : Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité.

11En 1992, « Hommes et Terres du Nord » consacre l’ensemble de son premier numéro aux transports21. Parmi les auteurs, la présence de deux chercheurs du récent Centre de socio-économie des transports et de l’aménagement, que l’INRETS22 vient d’implanter à Villeneuve-d’Ascq, inaugure une collaboration avec l’UFR de Géographie de Lille qui s’est progressivement renforcée, structurée et pérennisée. Il faut toutefois souligner que ce numéro spécial n’est pas centré sur un thème précis et que les huit contributions qu’il rassemble couvrent des problématiques, des modes et des espaces variés. Cependant, à côté de l’analyse statistique classique des flux de voyageurs et de marchandises, des réflexions sur la portée spatiale des politiques des transports sont largement développées et constituent un facteur d’unité. Ainsi, par exemple, les gares TGV régionales implantées en rase campagne, comme celle de Haute-Picardie, sont dénoncées comme des opérations de « contre-aménagement du territoire » ; le cas du transport aérien français est un révélateur de l’effet déstabilisateur d’une législation européenne dictée par la seule loi du marché, sur un système jusque-là fortement contrôlé par l’État ; l’analyse des spécificités du transport routier de marchandises dans le Nord-Pas-de-Calais permet de montrer l’importance des entreprises artisanales dans ce secteur, mais aussi leur vulnérabilité face aux aléas de la sous-traitance.

  • 23 Hommes et Terres du Nord, La France du Nord dans l’Europe du Nord-Ouest : les nouvelles donnes et l (...)
  • 24 TRACES est alors le Centre de Socio-Économie des Transports et de l’Aménagement dépendant de l’INRE (...)

12En 1995, à l’occasion des Journées Géographiques Nationales qui se sont déroulées à Lille et à Arras, « Hommes et Terres du Nord » édite un numéro de mise au point et d’actualisation sur le Nord-Pas-de-Calais qui fait une large place aux questions de transport (6 articles sur 10)23. Il est révélateur de la coopération qui s’est instaurée entre l’INRETS et l’UFR de Géographie puisque trois articles émanent de chercheurs de cet Institut et deux autres sont réalisés par des doctorants en géographie de Lille 1 hébergés au laboratoire TRACES24. Le principe commun est une réflexion privilégiant le facteur temps dans la construction des relations entre les transports et le territoire. À côté d’un panorama qui retrace, sur 25 ans, l’insertion progressive de l’ensemble des grandes infrastructures (autoroutes, VAL, tunnel et TGV) dans l’espace régional, plusieurs contributions interrogent respectivement l’évolution des entreprises de transport routier de marchandises, des projets de liens fixes trans-manches, des rapports entre exploitants et autorités organisatrices de transports urbains dans le Nord-Pas-de-Calais. Enfin, un article s’intéresse aux stratégies des compagnies maritimes dans le détroit du Pas de Calais, à la veille de l’ouverture du tunnel sous la Manche.

13Du milieu des années 1980 au milieu des années 1990, la revue « Hommes et Terres du Nord » a été plus sensible que précédemment au domaine des transports. Trois facteurs ont influencé cette évolution : d’abord, les événements fortement médiatisés que constituent le tunnel sous la Manche et la réalisation d’un réseau ferroviaire à grande vitesse qui, avec le TGV-Nord, prend une dimension européenne ; ensuite, les sollicitations de l’environnement opérationnel auprès des chercheurs pour tenter d’expliciter les relations entre transport et développement  ; enfin, le rapprochement entre universitaires et organismes de recherche autour de travaux communs dans le champ vaste et ambigu de la « socio-économie des transports ».

3. Dynamique et territorialisation des réseaux de transport

  • 25 Aux deux numéros déjà cités de 1992 et 1995 s’ajoute le n° 4 de 1999 dédié aux Transports et dynami (...)
  • 26 GRRT : Groupement Régional de Recherche sur les Transports ; IFRESI : Institut Fédératif de Recherc (...)
  • 27 PREDIT : Programme de Recherche, d’Expérimentation et d’Innovation dans les Transports.

14Depuis le milieu des années 1990, la publication d’articles concernant les transports devient plus abondante et plus régulière dans « Hommes et Terres du Nord ». Elle concerne à la fois des numéros spéciaux25 et des articles isolés qui s’intègrent alors dans la thématique adoptée par la revue (Ex. Grande-Bretagne, Belgique, frontières, détroits). La collaboration entre l’université et l’INRETS s’intensifie au travers de recherches communes, effectuées dans le cadre de programmes initiés par des instances régionales (GRRT, IFRESI26) ou nationales (Plan Urbanisme-Construction-Architecture, PREDIT 27) ; ces travaux donnent lieu à diverses publications et contribuent notamment à alimenter des revues comme « Hommes et Terres du Nord »..

  • 28 Bronsart (A), « Évolution des trafics terrestres dans le Nord-Pas-de-Calais entre 1987 et 1996 », H (...)
  • 29 Joan (J.M), « Les mutations actuelles du paysage portuaire de la partie occidentale de la Northern (...)
  • 30 Barré (A), Paris (D), « Transports et développement régional en Europe », Hommes et Terres du Nord, (...)
  • 31 Quenol (H), Beltrando (G), « Modifications de l’organisation de l’espace agricole générées par l’im (...)

15Si l’on retrouve des sujets récurrents, tels que les bilans fondés sur l’analyse de statistiques28, (en particulier des trafics portuaires29), les questions sur le rôle des infrastructures dans le développement régional30 ou encore les bouleversements de l’espace agricole lors de la réalisation de nouveaux équipements31, d’autres entrées s’affirment. Elles essaient de comprendre et d’expliquer l’articulation entre la transformation des réseaux de transports publics et les nouvelles échelles de l’urbanisation, dans une optique de métropolisation. Ces travaux vont questionner les changements qui accompagnent l’extension du VAL et la poursuite de la modernisation du TER. À ces réseaux correspondent deux échelles spatiales : celle de l’agglomération lilloise et celle de la région Nord-Pas-de-Calais. Cependant, c’est l’articulation des différents réseaux et l’imbrication des territoires qui fait l’objet d’analyses dans une optique privilégiant la question métropolitaine et la dimension intermodale.

  • 32 Legendre (L), Bonnet (F), Barré (A), « Les transports en commun de la communauté urbaine de Lille » (...)
  • 33 Barré (A), Menerault (Ph), « Réseaux de transports collectifs et solidarités territoriales dans la (...)
  • 34 Duthilleul (Th.), De Witte (L) et al., « Pôles d’échanges et intermodalité, un enjeu pour la ville (...)
  • 35 Barré (A), Menerault (Ph), « L’interconnexion train/VAL dans l’agglomération lilloise », Hommes et (...)

16Des articles consacrés aux transports collectifs lillois montrent la dynamique enclenchée par VAL sur l’ensemble du réseau urbain. Elle se matérialise par la réorganisation des lignes d’autobus pour favoriser les correspondances avec le métro, par un accroissement sensible de la clientèle et par des opérations de remodelage des principales places lilloises32. Cependant, l’analyse des transports urbains montre aussi que s’ils servent aux déplacements de la population, ils sont peut-être d’abord et surtout des vecteurs d’unification de l’espace métropolitain. Ainsi, l’histoire des différents tracés envisagés pour l’extension du VAL vers Roubaix et Tourcoing, longtemps problématiques, en est un révélateur. Elle débouche sur une solution maximaliste qui, à côté du VAL, préserve le tramway existant sur un tracé voisin, tout en prévoyant sa modernisation. À l’inverse, les potentialités du chemin de fer en milieu urbain demeurent sous-employées et témoignent du poids des cloisonnements institutionnels33. Sur plusieurs relations, le TER et les transports urbains en site propre (VAL + tramway) s’avèrent en effet plus concurrents que complémentaires. L’articulation entre les différents modes s’effectue au niveau de pôles d’échanges dont la composition et l’organisation donnent lieu à plusieurs recherches se traduisant par deux publications dans « Hommes et Terres du Nord ». L’une, s’appuyant sur un travail d’enquêtes, envisage le couple des gares de Lille-Flandres/Lille-Europe34. Les auteurs, hésitant entre l’idée d’un agencement bipolaire et celle de deux pôles d’échanges voisins, mettent l’accent sur les dysfonctionnements rencontrés par les usagers circulant entre les deux gares et préconisent des solutions en termes d’organisation, d’informations et d’aménagements, susceptibles d’apporter des améliorations à l’interface entre les réseaux. Le second article élabore une typologie des pôles d’échanges train/VAL existants ou projetés dans le cadre du PDU de Lille35 ; il aborde également le cas de Lille-Flandres/Lille-Europe considéré cette fois comme un dispositif unique, dilaté, formant un « espace nodal » complexe et mal intégré, en opposition avec le pôle d’échanges constitué dans les années 1980 autour de la gare de Lille-Flandres.

  • 36 Barré (A), Menerault (Ph), « Le TER à la recherche d’un second souffle ou le rail au quotidien dans (...)

17À l’échelle du Nord-Pas-de-Calais, une étude sur la fréquentation du TER a permis de faire le point sur l’évolution de ce mode de transport après la refonte des services consécutive à l’arrivée du TGV-Nord36. Ce travail, qui prolonge la réflexion engagée dans les années 1980 par E. Auphan sur la décentralisation des services ferroviaires, se justifie également par l’affirmation des compétences régionales sur ce mode de transport. Après une phase de croissance de l’offre et de l’usage, le TER semble être désormais à la recherche d’un « second souffle »  ; l’article envisage une typologie des gares en fonction de leur fréquentation : si les 30 premières gares concentrent 80 % du trafic, un ensemble de gares secondaires témoigne des potentialités du rail pour la desserte périurbaine. Cependant, l’amélioration du réseau routier et les tendances de l’urbanisation encouragent un recours croissant à l’automobile, en dépit d’une volonté politique de favoriser le rail dans le cadre d’une politique intermodale.

  • 37 Menerault (Ph), L’Hostis (A), « Projets de grande vitesse ferroviaire en Grande-Bretagne : lignes o (...)

18Après l’expérience du TGV-Nord, la construction de la ligne nouvelle en Angleterre, entre le tunnel sous la Manche et Londres, offre un nouveau terrain d’analyse pour l’étude de la territorialisation de la grande vitesse. Ce sujet a été traité à l’occasion d’un numéro spécial consacré à la Grande-Bretagne37. L’article montre, entre autre, comment le projet initial, inspiré par la culture technique française de la grande vitesse, a été adapté dans sa morphologie et ses fonctions aux réalités locales, délaissant ainsi ses principes originels : la rectitude des tracés est abandonnée au profit d’un accompagnement des infrastructures existantes, la spécialisation des trafics pour les voyageurs fait place à des aménagements permettant d’inclure du fret et la primauté de la longue distance internationale doit composer avec l’introduction de liaisons régionales pour la desserte du Kent. Autant de transformations qui rappellent, au-delà de l’unité du réseau Nord-Européen, la prégnance des spécificités des territoires traversés.

  • 38 Damien (M.M), « La voie d’eau, un enjeu pour le développement du tourisme régional et des loisirs d (...)

19La territorialisation des infrastructures constitue, à un autre niveau et avec d’autres outils, le sujet d’une réflexion sur l’évolution de l’utilisation de la voie d’eau à des fins touristiques et ses enjeux pour le Nord-Pas-de-Calais38. L’étude, fondée sur une enquête, insiste sur la fréquentation croissante des canaux par les bateaux de plaisance et sur la diversité des usages des chemins de halage et de leurs abords (pêche, promenade, vélo, activités sportives ou découverte du patrimoine) avec l’essor du tourisme de proximité.

  • 39 Marcadon (J), « Le transport maritime : une activité diversifiée et concurrentielle fondée sur une (...)
  • 40 Barré (A), « Frontières naturelles, frontières artificielles et circulation en Europe », Hommes et (...)
  • 41 Joan (J.M), « Les détroits au regard des flux : zone de transit, zone de carrefour, zone d’intégrat (...)

20L’analyse du transport en géographie se trouve de plus en plus intégrée à des systèmes où l’aspect organisationnel et réglementaire joue un rôle fondamental. C’est ce qu’illustrent trois articles aux objets d’études distincts. Le premier porte sur le transport maritime à l’échelle mondiale39 et montre que ce secteur, très concurrentiel, favorise le développement des flottes marchandes immatriculées dans des pays où le coût de la main d’œuvre est faible ; puis, il souligne l’importance du cadre juridique et tarifaire et la variété des contrats d’affrètement qu’ils permettent, évoquant aussi leurs effets sur la logistique portuaire. Le second article s’intéresse à l’évolution des conditions de circulation en Europe de l’ouest40 : si l’atténuation des obstacles constitués par les barrières naturelles (montagnes, fleuves et détroits) est favorisée par les progrès du génie civil (ponts et tunnels), en revanche, les normes techniques et les conditions réglementaires nationales continuent d’entraver les échanges entre pays voisins, en dépit de la construction européenne. Enfin, un troisième article revient sur le thème des barrières naturelles à propos des principaux détroits européens et, après avoir dressé un bilan de leurs trafics respectifs, étudie leurs différentes fonctions : espaces de transit, carrefours ou zones d’intégration41. Il montre que ces fonctions et leur évolution sont fortement marquées par la stratégie des opérateurs de transport (compagnies de transbordeurs et exploitants de liens fixes).

  • 42 Thomas (I), Verhetsel (A), « Transport routier et mobilité durable : un état de la question pour la (...)
  • 43 Hommes et Terres du Nord, n° 2003-2, et n° 2003-3.

21Des problèmes de société orientent également les thématiques développées dans « Hommes et Terres du Nord » et se trouvent notamment englobés sous l’appellation du développement durable. Dans le domaine des transports, c’est la route qui concentre les critiques, comme l’illustre un travail sur la Belgique42 insistant sur les externalités négatives produites par l’automobile en termes de pollution atmosphérique, d’accidents de la circulation et de congestion. Par ailleurs, la sensibilité croissante à la question du handicap a conduit la revue à publier deux numéros43 rassemblant les actes d’un colloque, intitulé « Accessibilités-mobilités, handicaps et aménagements durables », qui s’est tenu à Lille en 2003. Dans ce cadre, le transport apparaît en filigrane dans la plupart des communications : elles s’intéressent à l’aménagement des lieux de vie pour tenir compte des diverses formes de handicaps et du vieillissement des populations et abordent les conditions de déplacements des personnes handicapées, en mettant l’accent sur les besoins d’infrastructures spécifiques, de véhicules appropriés, de signalétiques adaptées et d’innovations organisationnelles.

Conclusion

  • 44 Un ouvrage récent incite fortement à développer des approches plus orientées sur les concepts que s (...)

22À l’issue de ce panorama des articles de géographie des transports publiés par « Hommes et Terres du Nord », on constate une évolution significative qui correspond au passage d’analyses descriptives à des travaux plus problématisés et davantage orientés vers l’aménagement du territoire. Toutefois, plusieurs pans de la géographie des transports n’ont pas trouvé place dans la revue qui, d’un point de vue modal, a privilégié les transports maritimes et ferroviaires en relation avec le contexte régional. En effet, c’est essentiellement autour de la tradition des études régionales, rénovées dans leur approche et leurs thématiques, que la production d’« Hommes et Terres du Nord » s’est faite : les lieux et les nœuds du transport, l’intégration territoriale des infrastructures et des réseaux, l’évolution des organisations ont été largement développés. Par contre, l’analyse spatiale, sous les aspects d’une application au transport des SIG par exemple, ou encore d’une modélisation issue des propriétés de la théorie des graphes, voire du rapprochement de ces deux démarches, a été négligée. Il en va de même pour la thématique en vogue de la « mobilité durable » qui, en l’absence de réelle conceptualisation, se trouve banalisée et utilisée pour qualifier des objets et des perspectives de recherches totalement hétérogènes. Plus largement, les questions théoriques n’ont pas été abordées et l’on peut suggérer la production future de travaux sur l’évolution de couples de concepts majeurs44 comme : accessibilité/enclavement, proximité/contiguïté, nodalité/centralité, ségrégation/interaction, intégration/fragmentation, congestion/saturation, densité/étalement... Enfin, l’analyse des comportements de mobilité, l’étude de l’accroissement des inégalités socio-spatiales face aux déplacements, ou encore les effets de la dépendance automobile, ont été ignorés, malgré les multiples recherches produites dans ces directions. Sans doute, l’ancrage spatial prédéfini par l’intitulé même de la revue a-t-il nui à l’accueil de tels travaux, ce dont la revue « Territoires en mouvement » ne devrait pas souffrir.

Haut de page

Notes

1 Colloque de Royaumont, Transports et société. Paris, Economica, 1980, 731 p.

2 IDN : Institut Industriel du Nord. Cette école d’ingénieurs s’appelle désormais École Centrale de Lille.

3 Cassez (Ph), « La Manche sans le Tunnel (1966-72) », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 1, pp. 65-80 ; Detavernier (Ch), « La circulation fluviale et les ports fluviaux dans l’arrondissement de Douai », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 2, pp. 65-71 ; Guillaume (J), « Le port de commerce de Calais, ses modes d’insertion géographique », Hommes et Terres du Nord, 1981, n° 4, pp. 1-9.

4 Barré (A), « L’aéroport de Lille-Lesquin », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 1, pp. 37-64.

5 Barré (A), « Étude du trafic sur la partie concédée de l’autoroute A1 », Hommes et Terres du Nord, 1973, n° 2, pp. 37-64.

6 Renard (J.P), « Migrations pendulaires dans le Haut-Artois », Hommes et Terres du Nord, 1979, n° 1, pp. 63-70.

7 Barré (A), « La place des transports dans la vie d’une grande entreprise : l’exemple de l’usine de Fives-Lille », Hommes et Terres du Nord, 1979, n° 1, pp. 53-62.

8 Gelsomino (M), « Transport et consommation d’espace en PACA », Hommes et Terres du Nord, 1979, n° 2, pp. 135-142 ; Vaudois (J), « Autoroutes et agriculture dans la région Nord-Pas-de-Calais », Hommes et Terres du Nord, 1980, n° 1, pp. 46-53.

9 Kergomard (Cl), Barré (A), « Le grand hiver 1978-79 et les difficultés de la circulation routière dans la région Nord-Pas-de-Calais », Hommes et Terres du Nord, 1980, n° 2, pp. 1-18.

10 Debski (G), « Structure et complexité des flux de marchandises dans le système urbain polonais », Hommes et Terres du Nord, 1982, n° 2, pp. 49-54.

11 Barré (A), « La restructuration des transports collectifs urbains dans l’espace Rhin-Ruhr », Hommes et Terres du Nord, 1982, n° 4, pp. 40-50.

12 Auphan (E), « La politique des transports à l’épreuve de la décentralisation : le Nord-Pas-de-Calais franchit un nouveau pas dans la régionalisation des transports de voyageurs », Hommes et Terres du Nord, 1985, n° 1, pp. 8-14.

13 Plassard (F), Les autoroutes et le développement régional. Paris, PUL/Economica, 1977, 342 p. Les doutes exprimés par cet auteur seront repris et développés avec force ultérieurement par J.M. Offner dans « Les effets structurants du transport : mythe politique, mystification scientifique », Espace Géographique, 1993, n° 3, pp. 233-242.

14 Labasse (J), Éléments de géographie volontaire. Paris, Hermann, 1966, 606 p.

15 Tunnel sous la Manche et développement régional en Europe du Nord-Ouest, Hommes et Terres du Nord, 1988, n° 1-2, 124 p.

16 Illeris (S), Jakobsen (L), « Le lien fixe à travers le Grand Belt », Hommes et Terres du Nord, 1990, n° 1, pp. 19-24.

17 Bruyelle (P), Ghouzi (D), « Le Tunnel sous la Manche, quatre ans avant l’échéance », Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 1-2, pp. 81-91.

18 Barré (A), Joan (J.M), « Calais, le port et son hinterland », Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 1-2, pp. 74-80.

19 Battiau (M), « Transport et développement local : le cas de l’agglomération calaisienne », Hommes et Terres du Nord, 1989, n° 4, pp. 220-225.

20 Bavay (R), Roussel (I), Dupuy (J), Janoueix (D), « L’importance des conditions géographiques dans la mesure de l’ozone. L’exemple de l’Europe du Nord-Ouest », Hommes et Terres du Nord, 1991, n° 4, pp. 231-240.

21 Spécial Transports, Hommes et Terres du Nord, 1992, n° 1, 64 p.

22 INRETS : Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité.

23 Hommes et Terres du Nord, La France du Nord dans l’Europe du Nord-Ouest : les nouvelles donnes et les infrastructures de transport, 1995, n° 3, pp. 128-166.

24 TRACES est alors le Centre de Socio-Économie des Transports et de l’Aménagement dépendant de l’INRETS et situé à Villeneuve-d’Ascq.

25 Aux deux numéros déjà cités de 1992 et 1995 s’ajoute le n° 4 de 1999 dédié aux Transports et dynamiques de territoires.

26 GRRT : Groupement Régional de Recherche sur les Transports ; IFRESI : Institut Fédératif de Recherche sur les Économies et les Sociétés Industrielles

27 PREDIT : Programme de Recherche, d’Expérimentation et d’Innovation dans les Transports.

28 Bronsart (A), « Évolution des trafics terrestres dans le Nord-Pas-de-Calais entre 1987 et 1996 », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 229-237.

29 Joan (J.M), « Les mutations actuelles du paysage portuaire de la partie occidentale de la Northern Range », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 1, pp. 13-20 ; Charlier (J), Arnold (P), « Les évolutions qualitatives et quantitatives récentes du trafic portuaire zeebrugeois », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 221-228 ; Joan (J.M), « L’état de la puissance maritime et portuaire du Royaume-Uni », 2002, n° 3, pp. 55-64.

30 Barré (A), Paris (D), « Transports et développement régional en Europe », Hommes et Terres du Nord, 1993, n° 1, pp. 34-41 ; Battiau (M), « Transport et aménagement du territoire. Essai d’élaboration d’un schéma d’analyse des effets spatiaux des systèmes de transport », Hommes et Terres du Nord, 1998, n° 4, pp. 233-236.

31 Quenol (H), Beltrando (G), « Modifications de l’organisation de l’espace agricole générées par l’implantation de la ligne TGV-Méditerrannée : le cas de la commune de Mallemort en Provence », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 255-260.

32 Legendre (L), Bonnet (F), Barré (A), « Les transports en commun de la communauté urbaine de Lille », Hommes et Terres du Nord, 1992, n° 4, pp. 176-181.

33 Barré (A), Menerault (Ph), « Réseaux de transports collectifs et solidarités territoriales dans la métropole lilloise », Hommes et Terres du Nord, 1993, n° 3, pp. 211-216 ; Barré (A), Menerault (Ph), « L’interconnexion train-Val dans l’agglomération lilloise », Hommes et Terres du Nord, 2001, n° 2, pp. 106-111.

34 Duthilleul (Th.), De Witte (L) et al., « Pôles d’échanges et intermodalité, un enjeu pour la ville de demain. L’exemple de Lille-Flandres/Lille-Europe », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 248-254.

35 Barré (A), Menerault (Ph), « L’interconnexion train/VAL dans l’agglomération lilloise », Hommes et Terres du Nord, 2001, n° 2, pp. 106-111.

36 Barré (A), Menerault (Ph), « Le TER à la recherche d’un second souffle ou le rail au quotidien dans le Nord-Pas-de-Calais », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 238-247.

37 Menerault (Ph), L’Hostis (A), « Projets de grande vitesse ferroviaire en Grande-Bretagne : lignes ou réseau ? », Hommes et Terres du Nord, 2002, n° 3, pp. 43-54.

38 Damien (M.M), « La voie d’eau, un enjeu pour le développement du tourisme régional et des loisirs de proximité », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 261-270.

39 Marcadon (J), « Le transport maritime : une activité diversifiée et concurrentielle fondée sur une organisation complexe », Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 4, pp. 215-220.

40 Barré (A), « Frontières naturelles, frontières artificielles et circulation en Europe », Hommes et Terres du Nord, 1994, n° 2-3, pp. 71-81.

41 Joan (J.M), « Les détroits au regard des flux : zone de transit, zone de carrefour, zone d’intégration ? » , Hommes et Terres du Nord, 2002, n° 2, pp. 14-20.

42 Thomas (I), Verhetsel (A), « Transport routier et mobilité durable : un état de la question pour la Belgique » , Hommes et Terres du Nord, 1999, n° 3, pp. 198-204.

43 Hommes et Terres du Nord, n° 2003-2, et n° 2003-3.

44 Un ouvrage récent incite fortement à développer des approches plus orientées sur les concepts que sur les modes. Cf. Bavoux (J.J), Beaucire (F), Chapelon (L), Zembri (P), Géographie des transports. Paris, A. Colin, 2005, 232 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ménerault et Alain Barré, « De la description des circulations à la territorialisation des réseaux : 35 ans de géographie des transports dans « Hommes et Terres du Nord ». », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/134 ; DOI : 10.4000/tem.134

Haut de page

Auteurs

Philippe Ménerault

Directeur de Recherche à l’INRETS – TRACES
20 rue Élysée Reclus - 59650 Villeneuve d'Ascq
Philippe.menerault@inrets.fr

Articles du même auteur

  • Éditorial [Texte intégral]
    Paru dans Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 2 | 2006

Alain Barré

Université Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Laboratoire TVES EA 4019
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d'Ascq CEDEX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page