Navigation – Plan du site
Articles

Quelle visibilité chrétienne dans la ville contemporaine ?

Genèse du centre « mains ouvertes » de la part-dieu à lyon (1970-1975)
Which Christian Visibility in the Contemporary City ? Genesis of the "Mains ouvertes" Center in Lyon-la Part-Dieu (1970-1975)
Olivier Chatelan
p. 3-17

Résumés

La création, au tournant des années 1960-1970, d’un « centre directionnel » dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon conduit l’Archevêché à envoyer sur place un prêtre du diocèse, Jean Latreille, pour imaginer un lieu d’Église en adéquation avec un urbanisme original. Philosophe de formation, cet ancien aumônier des étudiants de Lyon souhaite d’abord comprendre les enjeux de la modernité urbaine. Il réunit à cette fin une solide documentation et multiplie les contacts – y compris hors des milieux ecclésiaux – pour saisir les spécificités de cet équipement à vocation régionale. Plusieurs solutions sont envisagées, qui renvoient à des représentations différenciées de la ville contemporaine pour les catholiques. Faut-il construire un lieu de culte de plus comme le Diocèse en a construit pendant une quinzaine d’années pour adapter le maillage paroissial à la croissance de l’agglomération ? Un lieu de réflexion et de silence ne suffirait-il pas dans cet espace défini par d’incessantes mobilités ? Les débats autour du centre œcuménique « Mains ouvertes » qui voit finalement le jour non sans difficultés en 1975 sont révélateurs d’un moment du catholicisme français où la visibilité et les stratégies diocésaines posent problème à des associations militantes porteuses d’une autre façon de participer à l’aménagement urbain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À partir du milieu des années 1960, la création de « centres directionnels » devient une priorité de l’aménagement du territoire dans les grandes villes françaises. Des opérations immobilières lourdes sont engagées à Paris (projet de la Défense dès 1963, achèvement des travaux de la Tour Maine-Montparnasse en 1973) mais aussi en province comme à Bordeaux (projet Meriadeck). Lyon, désignée par la DATAR comme une des huit « métropoles d’équilibre » (associée avec Grenoble et Saint-Étienne), n’échappe pas à ce volontarisme porté par l’État qui fait naître dans le quartier de la Part-Dieu à partir du début des années 1970 un urbanisme vertical sur un tissu urbain ancien entièrement rénové.

2Confrontée à un étalement urbain rapide et massif au cours des Trente Glorieuses, l’Église catholique a élaboré des stratégies pour renforcer le maillage paroissial et rendre plus efficace sa pastorale : à Lyon, la construction de nouvelles églises dans les périphéries de l’agglomération ou les tentatives pour mettre en place une « pastorale des grandes villes » témoignent de la prise en compte par l’autorité diocésaine de cette urbanisation sans précédent dans son rythme et dans son intensité. Mais que fait l’Église de cette rénovation des centres ? A-t-elle perçu les enjeux de cet urbanisme visant à mettre sur pied un quartier d’affaires, cœur et symbole de la modernité économique dans la ville ?

3Le présent article tente d’examiner à partir de sources manuscrites et orales les circonstances dans lesquelles l’Archevêché de Lyon s’est efforcé de participer directement à la « fabrique de la ville » en insérant et en aménageant un lieu d’Église original dans cet espace voué à plusieurs fonctions : administratives (sièges de la communauté urbaine et des services de l’Etat), commerciales (galerie marchande de plus de 100 000 m2), culturelles (bibliothèque municipale, auditorium) et de transports (gare de voyageurs, prolongement du réseau du métro). Le centre « Mains ouvertes » inauguré en 1975 n’est pas, en effet, un lieu de culte paroissial : né d’une rencontre entre un prêtre envoyé par son archevêque « pour réfléchir à ce nouveau lieu invraisemblable » et une association de résidents constituée autour d’un groupe de militants « Vie nouvelle », ce lieu œcuménique en a épousé les espoirs et les contradictions. Cette réalisation nous semble caractéristique d’un moment particulier de l’histoire récente du catholicisme en France où se croisent deux phénomènes marquants : d’une part, les tâtonnements de la hiérarchie catholique qui doit faire face à de multiples crises internes mais qui accorde dans le même temps une grande attention aux réalités sociales ; d’autre part l’affirmation d’un certain type de militantisme chrétien qui prend ses distances avec une visibilité confessionnelle trop affirmée. La ville, de ce point de vue, constitue un observatoire fécond, car la transformation d’un espace en territoire rend visible des enjeux et des lignes de clivage dans les stratégies élaborées par les différents acteurs. Une première partie s’efforcera de montrer que la Part-Dieu fait l’objet d’options divergentes chez les catholiques lyonnais : plusieurs représentations de la ville s’y affrontent, qui donnent lieu à des modes d’actions sensiblement différents. Dès lors, la fondation du centre « Mains ouvertes » présente des originalités qui intéressent autant l’histoire urbaine que l’histoire religieuse : l’examen, dans une seconde partie, des modalités concrètes de sa création s’efforcera de mettre en évidence la façon dont la saisie d’opportunités et, dans le même temps, la soumission à certains accommodements font de l’Église un acteur comme les autres dans la construction d’un territoire urbain.

1. Que faire de la Part-Dieu ? Les questionnements et les projets divergents des catholiques sur un lieu inédit

4Les modalités d’une présence chrétienne dans le nouveau centre tertiaire qui sort de terre entre les Brotteaux et la Guillotière sur la rive gauche du Rhône (figure 1) ne font pas l’unanimité chez les catholiques lyonnais. La documentation dépouillée fait apparaître trois options possibles au seuil des années 1970, qui renvoient à des représentations assez différentes de la ville contemporaine dans les milieux d’Église.

Figure1 : carte de localisation du quartier de la Part Dieu

Figure1 : carte de localisation du quartier de la Part Dieu

Les numéros d’arrondissement sont en chiffres romains cerclés, les itinéraires Les itinéraires d’autobus apparaissent avec leur numéro de ligne.

Source : Plan-guide de Lyon et sa banlieue, éditions Pol, 1971.

1.1. La Part-Dieu comme territoire d’une communauté chrétienne : le modèle paroissial et sa remise en cause

  • 1 Archives de l’Archevêché de Lyon (désormais AAL), fonds Pierre-Marie Gerlier, 11.II.31, lettre du c (...)

5Le maillage paroissial constitue à la fois le modèle intellectuel et la traduction concrète de l’emprise spatiale de l’Église catholique. Toute portion d’espace s’inscrit nécessairement dans des limites définies canoniquement qui lui confèrent un sens et une place dans la mission de christianisation universelle portée par Rome. La ville contemporaine ne saurait échapper à cette structuration et, dans la seconde moitié du XXe siècle, ce modèle n’a pas perdu de sa pertinence. À la fin des années 1950, le quartier de la Part-Dieu est envisagé comme le cadre probable d’une future paroisse : ce secteur du 3ème arrondissement de Lyon, partagé entre les églises paroissiales de l’Immaculée-Conception, du Saint-Sacrement et de la toute récente Sainte-Marie de la Guillotière, voit sa population augmenter rapidement et les restructurations foncières vont bon train dans cet espace frontalier de Villeurbanne. D’autant que la destruction programmée de la Cité Rambaud et de sa chapelle risque de priver les habitants du quartier d’un lieu de culte apprécié par les riverains. L’Archevêché peut en outre compter sur la bienveillance des autorités civiles : la Municipalité paraît en effet disposée à réserver un emplacement pour une église1.

6Bien qu’elle ne se traduise ni par la construction d’un lieu de culte ni par l’érection canonique d’une paroisse, cette option est celle qui est privilégiée au cours des années 1960 par l’Archevêché qui attend toutefois d’en savoir plus sur les projets d’urbanisme qui s’élaborent dans le quartier pour s’engager définitivement dans ce choix.

  • 2 Un siècle plus tôt, l’archevêque de Lyon de Bonald avait déjà nettement renforcé le maillage parois (...)
  • 3 Soit dans les limites de l’archidiaconé Saint-Jean en 1975.

7Cette solution traditionnelle d’équipement paroissial paraît d’autant plus envisageable par Fourvière qu’elle s’inscrirait dans le droit fil d’une politique d’équipement religieux qui marque fortement le diocèse de Lyon depuis la fin des années 19502. L’expérience des responsables diocésains en matière d’équipement cultuel dans l’espace urbain est en effet remarquable : au total, 41 nouvelles églises ont été bâties dans la seule agglomération lyonnaise entre 1952 et 19733. Un service interne à l’archevêché a été spécialement créé pour densifier le maillage religieux de Lyon et de ses périphéries : au nom d’une rationalisation et d’une coordination des différents projets, un Office diocésain des paroisses nouvelles (ODPN) a été fondé en 1957 par l’évêque auxiliaire de Lyon Claude Dupuy et confié trois ans plus tard au vicaire général Joannès Mazioux. Le temps héroïque de l’empirisme et de l’improvisation des curés-bâtisseurs est révolu : désormais, centralisation et spécialisation par domaines de compétences sont les maîtres mots d’une stratégie d’équipements cultuels tous azimuts. Une « commission de programme » est chargée de définir les besoins de chaque nouvelle paroisse en matière de lieu de culte : un projet est réalisé sur ces bases par un architecte de la commission, soumis en suite à l’étude de la « commission technique ». Une « commission financière et juridique » réalise enfin un travail d’expertise et de collecte de fonds pour l’ODPN. Bien que financièrement très coûteux, ces chantiers diocésains ne sont guère contestés dans la décennie 1960 : le clergé comme les fidèles les perçoivent comme la condition d’un maintien d’une présence chrétienne dans les quartiers neufs, dans une perspective utopique qui associe élan missionnaire, équipements collectifs et promesse de vie communautaire dans les grands ensembles de logements flambant neufs qui se construisent en périphérie des villes.

8Il reste que la construction de nouvelles églises connaît un réel essoufflement à la fin des années 1960, à Lyon mais également dans d’autres diocèses. Perçus désormais comme des gouffres financiers, les nouveaux lieux de culte sont loin d’accueillir les foules escomptées : contrairement à ce qu’avaient cru sans doute un peu naïvement les responsables diocésains, la présence d’un centre religieux n’a pas mécaniquement créé une communauté de paroissiens à l’échelle du quartier. Les années 1969-1970 constituent de ce point de vue un tournant dans la politique d’équipement religieux de l’Église de France : après le constat d’échec dressé par le père Jean Capellades dans l’introduction de son Guide des églises nouvelles en France, deux tables rondes organisées par le Conseil national des constructions d’églises (CNCE) posent significativement la question : « Faut-il encore construire des églises ? ». Les causes d’un tel revirement sont nombreuses : refus du monumentalisme dans le sillage d’une Église conciliaire qui privilégie le témoignage sur le triomphalisme, saturation du quadrillage systématique de l’espace urbain dans les grandes villes, charge faramineuse des emprunts contractés pour bâtir des centres religieux ; le tout dans un contexte de dénonciation de l’urbanisme progressiste et d’arrêt de construction des grands ensembles à partir de mars 1973 (circulaire « Guichard »).

  • 4 « Lyon-Communauté urbaine », par Maurice Delorme, Église de Lyon du 22 janvier 1971.
  • 5 « Les églises nouvelles », Église de Lyon du 15 novembre 1974.

9De fait, dans le diocèse de Lyon, les discussions à propos de la forme à donner à la présence chrétienne à la Part-Dieu s’engagent précisément au moment où la construction de nouveaux lieux de culte n’est plus une priorité pour le cardinal Alexandre Renard. Le volontarisme fait place successivement à un net ralentissement des chantiers, puis à un gel des études dites de « planning paroissial », enfin à la vente des terrains qui avaient été achetés préventivement pour « ménager l’avenir ». Dans un encart du bulletin diocésain paru en janvier 1971, le vicaire général Maurice Delorme écrit : « Rien n’a été retenu finalement en vue d’une église ou d’un lieu de culte. Plusieurs églises sont très proches alentour. Et chacun se félicite de cette discrétion »4. En novembre 1974, le même bulletin diocésain officialise un basculement qui dépasse la seule question de l’équipement cultuel pour renvoyer à une crise de l’institution dans son ensemble : « Les "églises nouvelles". Faut-il encore en parler dans le contexte d’une Église en pleine mutation sur le plan liturgique, sacramentel et pastoral ? »5. Après 1973, aucun nouveau lieu de culte n’est ouvert dans l’agglomération lyonnaise. Dans d’autres diocèses, ce tournant se constate également. À Bordeaux, la politique d’équipement religieux passe à partir de 1969 « de la dilatation au repli » (MOISSET in Lalouette et Sorrel, 2008), tandis que dans la métropole lilloise, la question de la légitimité d’un lieu de culte est posée ouvertement en 1974 au moment de la réalisation de Villeneuve d’Ascq (TELLIER in Lalouette et Sorrel, 2008). L’ODPN perd rapidement de son autonomie pour se fondre dans une Commission diocésaine des biens immobiliers (CBI) dans le cadre d’une redéfinition de la politique immobilière de l’Église de France. Désormais, n’est conservé que le patrimoine strictement nécessaire à l’exercice de la mission. Le projet « Mains ouvertes » intervient donc dans un contexte où l’enthousiasme des chantiers diocésains des années 1960 n’est plus de mise. C’est désormais la discrétion et la modestie des projets qui sont encouragés par les autorités religieuses, pour des raisons à la fois théologiques, pastorales et financières.

1.2. La Part-Dieu comme lieu de rencontre et d’engagement : le modèle militant

10Le projet « Mains ouvertes » n’est pas né de la seule initiative diocésaine comme réponse de l’institution à une crise du modèle « territorial », assimilé au modèle paroissial dans la terminologie alors en cours dans les milieux d’Église. Il prend également appui sur une conception plus militante de l’engagement chrétien porté localement par un noyau d’habitants soucieux de donner une dimension laïque à une foi partagée au sein d’un groupe communautaire.

  • 6 Entretien de Jacqueline Quevreux (née Ruffier) et d’Yvette Doucet de l’association « Moncey-nord » (...)

11À la fin des années 1960, des habitants de la nouvelle résidence construite au 100 cours Lafayette dans le cadre de la restructuration du quartier de la Part-Dieu créent l’association de résidents « Moncey-nord » dont les statuts proposent « l’amélioration des conditions humaines de l’habitat du quartier ». Pour les membres de l’association - tous habitants du quartier et pour la plupart résidents du 100 cours Lafayette - l’objectif n’est pas la défense des locataires, mais « la recherche des conditions d’une meilleure vie, de services, de rencontres » 6. À l’origine de cette initiative figurent plusieurs membres d’une communauté de la « Vie nouvelle ». Cette association d’éducation populaire est née du scoutisme catholique et s’inspire fortement du personnalisme d’Emmanuel Mounier, mais elle ne constitue pas un mouvement d’Église et ne revendique aucune étiquette confessionnelle (LESTAVEL, 1994).

12Ces mêmes militants décident au début des années 1970 de créer un groupe plus informel, baptisé « groupe Part-Dieu », soutenu à la fois par la « Vie nouvelle » et par des membres de l’association « Moncey-nord ». L’idée est de dépasser la seule sphère des résidents pour s’intéresser au quartier dans son ensemble et faire le lien entre les aménageurs et les futurs usagers du nouveau centre. « Faire une ville pour l’homme et non l’homme pour la ville », « ne pas être indifférent à ce qui se passe dans la ville, mais en être partie prenante » : sont ainsi résumées par les acteurs eux-mêmes les raisons de l’engagement de ce noyau fondateur qui s’élargit rapidement à d’autres personnes intéressées. Autour de Jacqueline Quevreux, de Rémi et Yvette Doucet, s’agrègent un couple de confession juive et plusieurs protestants intéressés par l’initiative : le couple Saix qui habite l’immeuble, le pasteur Dartigues et sa femme qui résident dans le quartier. Cet « œcuménisme » de fait va s’avérer déterminant pour la suite.

13En quoi consiste précisément l’action de ce groupe ? Le premier objectif des membres est de faire dialoguer spécialistes de la ville, techniciens en charge de la réalisation du nouveau quartier et « habitants-usagers ». La revendication de participation des résidents se traduit ainsi par une demande d’information et de transparence sur les équipements et les infrastructures en train de naître (figure 2). Des contacts sont noués avec les comités de quartier mais aussi et surtout avec la société d’économie mixte en charge de la réalisation de la nouvelle Part-Dieu, la Société d’équipement de la région lyonnaise (SERL). En collaboration avec elle et l’un de ses principaux responsables, Georges Vauzeilles, le groupe « Part-Dieu » organise rue Garibaldi des réunions d’information à destination des habitants.

Figure 2 : Maquette des équipements de la nouvelle Part-Dieu

Figure 2 : Maquette des équipements de la nouvelle Part-Dieu

Source : Archives personnelles de Jean Latreille, document SERL, sans date.

14À plusieurs reprises, architectes et urbanistes (comme Charles Delfante), sociologues ou techniciens de la Direction Départementale de l’Équipement directement impliqués dans les chantiers sont invités pour présenter leur travail. De l’avis des organisateurs, certaines réunions ont attiré jusqu’à une centaine de personnes. À partir d’un travail des militants sur les plans du quartier, les souhaits des riverains sont formulés au sein d’un document qui énonce « 150 propositions pour mettre la Part-Dieu à la portée des hommes ». Parmi celles-ci, la création d’espaces verts ou la mise en place de lieux spécifiques pour les mères de famille et leurs enfants : c’est ainsi qu’un département « jeunesse » sera créé à la bibliothèque municipale en accord avec le conservateur Rocher.

15C’est dans le cadre de ce partenariat avec la SERL que le groupe « Part-Dieu » obtient gracieusement la mise à disposition d’un local destiné « aux gens qui passent ». Lieu de partage, de rencontre, d’accueil et de silence mais sans fondement religieux, cet espace demande à être aménagé. Se pose également le problème du paiement des charges de fonctionnement. De façon inattendue, c’est la SERL qui va servir d’intermédiaire : Georges Vauzeilles met en relation Jacqueline Quevreux et Yvette Doucet du groupe « Part-Dieu » avec le prêtre Jean Latreille, qui vient de contacter le responsable de la SERL au nom du Diocèse pour réfléchir à une présence d’église dans le quartier.

1.3. La Part-Dieu comme centre d’initiative religieux : l’apport de Jean Latreille

16Lorsque Jean Latreille est envoyé par l’Archevêché pour étudier le nouveau quartier de la Part-Dieu, ce prêtre peut s’appuyer sur son expérience dans des paroisses ou des ministères insérés dans la grande ville. Né en 1926, il est le fils du doyen André Latreille, professeur d’histoire à l’Université de Lyon et spécialiste du catholicisme. Entré au séminaire en 1950 après avoir préparé l’agrégation de philosophie, il est ordonné prêtre en 1954 et est reçu docteur en théologie. Il est alors nommé vicaire à Vénissieux (qui vient d’être rattachée au diocèse de Lyon) pendant deux ans, avant d’être désigné comme aumônier de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) puis du campus scientifique de la Doua à Villeurbanne, enfin de l’ensemble des facultés et grandes écoles de l’agglomération lyonnaise. Devenu presque aveugle et ne pouvant assurer son ministère auprès des étudiants, il continue néanmoins son travail sur le terrain de la ville. Il fonde en effet « SOS Amitié par téléphone ». C’est à la suite de cette initiative qu’il est envoyé à la Part-Dieu en juin 1972 par le cardinal Renard.

  • 7 « Lyon - Communauté urbaine », Église de Lyon du 22 janvier 1971.
  • 8 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1525 bis, « Beaucoup d’hypothèses sont permises… », par Jean Latreil (...)

17Appelée à devenir un nouveau centre, la Part-Dieu doit accueillir une présence d’église spécialement dédiée à une « fonction urbaine », selon la formule utilisée dans le bulletin diocésain7. Mais sous quelle forme ? Pour le père Latreille, il manque à Lyon une sorte de « syndicat d’initiative religieuse », qu’il compare à « un relais ou un poteau indicateur capable de renseigner les "passants" sur tout ce qu’ils peuvent trouver en ville » mais du point de vue religieux. L’idée n’est donc pas de faire concurrence aux paroisses ou aux mouvements d’Action catholique, mais de créer un lieu centrifuge au service d’une « humanisation de la ville »8.

  • 9 « Paroisse de Saint-Nizier et sanctuaire de Saint-Bonaventure », Église de Lyon du 30 avril 1971.
  • 10 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1525 bis, « Beaucoup d’hypothèses sont permises… », par Jean Latreil (...)

18Il existe déjà à Lyon un accueil d’église adapté à la mobilité des citadins : au milieu des années 1960, l’église Saint-Bonaventure avait été rattachée à titre expérimental par le cardinal Villot à la paroisse de Saint-Nizier pour devenir « un centre d'accueil, de pastorale sacramentaire, de messes dominicales pour les groupes constitués ». En 1971, ce service spécifique pour le centre de la ville et de l’agglomération a été officialisé par le cardinal Renard9. Cette « paroisse sans habitants » (Jean Latreille), havre de silence et de prière à proximité immédiate de la bourse de commerce, de nombreuses succursales bancaires et de la cohue des grands magasins, doit-elle être reproduite à l’identique sur la rive gauche du Rhône dans ce nouveau centre en train de sortir de terre ? Jean Latreille voit plutôt dans ce projet l’occasion de tester des innovations pastorales et de réfléchir à nouveaux frais, collectivement, à la démarche la plus en adéquation avec ce territoire quelque peu déroutant. Dans une présentation de sa « mission » rédigée sans doute à destination de ses confrères de l’agglomération, le prêtre en appelle à la sagacité du clergé lyonnais : « Puisqu’il s’agit d’une étude, le moment est venu pour chacun de faire valoir ses idées. Les propositions que voici ne sont nullement limitatives. Et ce papier n’est ni le premier ni le dernier d’une série que nous voudrions longue. Accepteriez-vous de donner vous-même votre opinion ? N’allez pas répondre "Vous savez ce que vous avez à faire"… car, justement, nous ne le savons pas ».10

19Pour le philosophe qu’est Jean Latreille, la ville moderne doit d’abord être pensée pour saisir comment l’Église peut l’investir intelligemment. Le dépouillement des archives personnelles de Jean Latreille permet d’accéder à la genèse intellectuelle du projet qui aboutit à « Mains ouvertes ».

  • 11 Archives personnelles de Jean Latreille, carton « ville ».

20Penser la ville, c’est avant tout pour Latreille lire et relire la Bible. Avec une réserve importante : l’ambivalence traditionnelle de la ville dans le monde catholique – Jérusalem contre Babylone – n’est pas celle qui est retenue par le fondateur de « Mains ouvertes ». À partir d’une relecture minutieuse du texte biblique, Latreille donne d’autres fondements théologiques à l’implantation de l’Église dans l’urbain contemporain. L’Ancien et le Nouveau Testament servent de révélateurs pour comprendre l’actualité et le sens de l’urbanisation des années 1970. Une partie des fiches de synthèse que rédige le prêtre portent certes sur les stratégies d’évangélisation et de conversion (« fiche n° 4 : de Babel à Jérusalem : la ville est-elle inconvertissable ? », « fiche n° 8 : les villes visitées par saint Paul : Antioche, Ephèse, Corinthe »), mais beaucoup d’autres ont trait directement à la nature de la ville et aux interrogations qu’elle suscite : l’isolement et la ségrégation dans l’espace urbain (fiche n° 1 : « Babel, une unité à retrouver »), la ville comme « lieu de passage » (fiche n° 11) ou encore la ville comme utopie, quête d’un absolu terrestre et spirituel (fiche n° 12). La Bible offre matière à réflexion sur l’urbain contemporain. Plus largement, l’histoire du christianisme intéresse le père Latreille dans son projet en tant qu’elle peut lui fournir des clés de compréhension sur la ville contemporaine et sur le nécessaire effort à fournir pour en comprendre la spécificité. Ainsi, à partir d’un article du médiéviste Jacques Dubois sur l’histoire du monachisme urbain, il écrit dans une note de travail : « Comme les moines (cisterciens) ont défriché la forêt, de même MO [Mains ouvertes] va défricher la ville. Les grands saints n’ont pas été formés comme ils ont vécu. Ou : ils n’ont pas vécu comme ils ont été formés ».11.

  • 12 Idem.

21Jean Latreille a par ailleurs collecté de nombreuses coupures de presse ou de revues spécialisées pour l’aider à penser son action à la Part-Dieu12. S’il est certes difficile de savoir précisément ce qu’il a pu tirer de ces sources documentaires, on peut néanmoins parler à son égard d’une grande ouverture d’esprit et d’un souci de ne pas s’en tenir à des généralités sur la ville. S’il puise en effet des idées dans la presse nationale classique non confessionnelle (Le Point, Le Monde des livres) et lit les journaux régionaux (Le Progrès, Résonances) pour se tenir informé de l’avancée des grands projets d’équipements de la région lyonnaise, il s’intéresse également au point de vue des protestants sur la ville, afin de le confronter à la vision issue du catholicisme social. La recherche d’informations fiables et complètes est visible dans son souci de se procurer des documents réalisés par des professionnels de l’urbanisme : il utilise comme outils de travail les brochures d’information sur les Plans d’occupation des sols (POS) publiées par la Direction nationale de l’aménagement foncier et de l’urbanisme et se procure la liste de tous les numéros de la revue Urbanisme parus entre 1953 et 1974.

  • 13 Jean Lojkine, La politique urbaine dans la région lyonnaise (1945-1972), Paris, Éditions de l’EHESS (...)

22En 1975, au moment où s’ouvre le centre « Mains ouvertes », Jean Latreille va jusqu’à constituer une bibliographie de travail. Celle-ci témoigne d’une ouverture à l’actualité des sciences humaines sur la problématique de la ville. On y trouve ainsi : des ouvrages de géographes aussi différents que Yves Lacoste ou Jean Labasse (lequel connaît personnellement Latreille) , des livres de sociologie urbaine écrits par des auteurs proches des milieux d’Église comme Jean Rémy, Henri Coing ou Paul-Henri Chombart de Lauwe. Les historiens Paul Bairoch et Françoise Choay sont appréciés pour leur présentation « très claire » de l’histoire des villes ; avec Kevin Lynch, B. Larochefoucault ou Pierre Sansot, Latreille retrouve la démarche philosophique qui a nourri sa formation intellectuelle. Parce qu’ils parlent de la ville, des textes plus littéraires nourrissent également sa réflexion, comme les Lettres du désert de Carlo Caretto sur la notion de « lieu de silence » ou le Pavillon des Cancéreux d’Alexandre Soljenitsine à propos de la solitude du pauvre dans la ville. Enfin, de façon plus inattendue, le prêtre encourage la lecture de plusieurs ouvrages se réclamant de l’analyse marxiste : ceux de Henri Lefebvre (dont Le droit à la ville paru en 1968), l’essai de Jean Lojkine sur la politique urbaine de la région lyonnaise ou encore l’enquête que réalisent Castells, Godard et Cherki sur les luttes urbaines de la région parisienne dans les années 197013.

  • 14 Les communications ont été publiées dans L’Homme et la révolution urbaine. Citadins et ruraux devan (...)
  • 15 L’homme et la ville, session sur l’urbanisme des 18-20 novembre 1977. Programme, Centre Thomas More (...)

23Jean Latreille a enfin participé en tant qu’auditeur à un certain nombre de sessions de formation portant sur la ville contemporaine et ses enjeux. Ainsi, il fait le déplacement à Brest en juillet 1965 pour assister à la Semaine sociale organisée cette année-là sur « l’Homme et la révolution urbaine »14. Cette session bretonne, qui remporte un vif succès, est un tournant dans la prise de conscience des enjeux urbains dans le monde catholique. Les analyses des différents intervenants (le jésuite Hervé Carrier, Jean Baboulène, Michel de Chalendar, François Bédarida, Jean Labasse, Paul-Henri Chombart de Lauwe, Eugène Claudius-Petit) convergent autour de quelques convictions qui vont constituer une sorte de fonds commun catholique sur la ville : l’urbanisation comme reflet d’une nouvelle civilisation ; la mobilité, souvent appelée « migration », comme caractéristique propre des villes modernes ; la dégradation des liens communautaires et la pluralité des appartenances dans l’espace de la ville ; ou encore la nécessité de maîtriser l’étalement des villes afin de limiter les désordres urbains qu’une croissance anarchique occasionne (CHATELAN, 2009). Cette vision morale de l’urbanisation contemporaine se retrouve dans les choix de Jean Latreille pour la Part-Dieu : ce qui l’intéresse est moins l’ordonnancement spatial du nouveau quartier que la prise en considération des individus qui le traversent ; l’accent est mis sur la personne et sur l’universalité du phénomène que représente ce nouveau centre directionnel (une culture de la mobilité, la « crise » de la ville dont elle est l’archétype), moins sur la signification proprement géographique d’un tel lieu dans la ville (nouvelle polarité, concentration de la fonction marchande). L’importance accordée à l’« humanisation » de la ville est visible également dans la participation de Jean Latreille à la session sur l’urbanisme organisée par le Centre Thomas More du couvent dominicain de la Tourette à l’Arbresle peu après la création du centre « Mains ouvertes » : l’intitulé des ateliers montre que les participants venus d’horizons divers (urbanistes, architectes, élus, journalistes, enseignants, professionnels de la santé, militants) placent la communication et l’information au cœur des enjeux de l’urbain contemporain : la ville « humaine » n’est pas seulement un cadre bâti ou un ensemble d’équipements qui seraient conformes aux besoins des citadins ; la visibilité d’une ville harmonieuse se mesure aussi à l’aune de la qualité de la communication qui s’instaure entre les différents acteurs qui font la ville15.

24L’ancien aumônier des étudiants de Lyon ne souhaite en aucune manière laisser place à l’improvisation. Son ouverture sur les sciences humaines est-elle cependant suffisante pour mener à bien un projet qui dépend également de beaucoup d’acteurs extérieurs à la vie du diocèse ?

2. La création de « Mains ouvertes » : une visibilité problématique

25La documentation proprement livresque rassemblée par Jean Latreille s’avère rapidement insuffisante quoique nécessaire - pour inventer un lieu d’Église dans un espace qui ne correspond à aucune configuration habituelle pour les responsables diocésains. Les prises de contacts du prêtre avec des professionnels de l’urbanisme et le soutien du doyen Latreille son père s’avèrent décisifs pour vaincre les réticences de l’Archevêché.

2.1. Le montage du projet : la recherche d’appuis extérieurs

26Le projet que souhaite voir aboutir Jean Latreille n’est pas entièrement nouveau. Des initiatives semblables sont visibles dans les lieux de transhumance urbaine que constituent gares, aéroports et galeries commerciales. Dans l’histoire de « Mains ouvertes », la circulation des modèles joue donc un rôle déterminant et si Jean Latreille apparaît comme le fondateur du centre lyonnais, il a su s’inspirer d’expériences similaires en se rendant dans des haltes spirituelles et centres d’accueil du même type.

  • 16 AAL, fonds Jacques Faivre, I. 1266, « Quelques formules aperçues à Paris », par Jean Latreille, san (...)

27Son voyage à Paris en est une bonne illustration. Jean Latreille se rend en particulier dans la paroisse de Saint-Louis d’Antin qui a renouvelé son mode de fonctionnement depuis quelques années à la suite de la tertiarisation du quartier de la gare Saint-Lazare. À la gare Montparnasse comme à Orly, il prend des informations sur les chapelles qui s’ouvrent aux voyageurs. D’autres modèles semblent l’avoir plus particulièrement intéressé, cette fois via des brochures ou des contacts. C’est le cas en particulier du centre d’accueil œcuménique créé à Versailles dans le centre commercial de Parly 2 en 1966. Un centre d’accueil religieux dans une station de métro à Montréal retient également son attention, tout comme le modèle de « Bruxelles Accueil - Porte ouverte » créée en 1971 à l’initiative de l’Église catholique rue de Tabora16.

28Jean Latreille est surtout convaincu que l’Eglise ne pourra prétendre à une place au sein de ce nouveau centre sans le conseil voire l’appui des professionnels chargés de sa construction. Deux rencontres en particulier se sont avérées déterminantes.

  • 17 Georges Vauzeilles a également été directeur délégué chez Bouygues Construction. Actuel président d (...)
  • 18 D’après le témoignage d’Yvette Doucet (entretien avec l’auteur du 8 novembre 2004).

29Le prêtre fait d’abord la connaissance de Georges Vauzeilles, déjà évoqué plus haut pour ses responsabilités à la SERL. Ce professionnel devient un ami17. Après avoir mis en contact Jean Latreille et le groupe « Part-Dieu », Vauzeilles semble avoir facilité l’installation des bénévoles de l’association « Mains ouvertes » : la société d’équipement aurait pris en charge les frais d’aménagement du local18.

  • 19 Archives personnelles de Jean Latreille, carton « Ville », lettre de Charles Delfante à Jean Latrei (...)

30Il prend ensuite contact avec Charles Delfante, désigné par la municipalité Pradel pour dessiner les plans de la nouvelle Part-Dieu. L’urbaniste-architecte exerce une telle influence sur le projet que toute décision du diocèse semble nécessiter son accord : « À Lyon même, que ce soit à l’Archevêché ou lors de mes tout premiers contacts avec des hommes aussi variés que M. Rigot-Muller ou M. Vauzeilles, on m’a suggéré que je ne pouvais pratiquement pas commencer à réfléchir avant de vous avoir vu ». Il semble que ce soit Delfante qui indirectement mette le père Latreille sur la voie d’une solution originale et adaptée à la configuration exceptionnelle du lieu. Il lui explique en effet que la nature du projet urbain à la Part-Dieu est radicalement différente des centres-villes traditionnels, en particulier parce que sa vocation tertiaire dépasse le seul périmètre de la commune pour devenir le pôle économique et financier de l’ensemble de la région lyonnaise. Pour cette raison, Delfante souligne l’urgence qu’il y a pour les catholiques à réserver un emplacement dans le nouveau centre, tant la concurrence est rude. Or, l’architecte-urbaniste parle dans sa lettre de dégager des « surfaces nécessaires au lieu de culte », non des terrains19. Sans doute parce que la question de la distribution du marché foncier a été réglée depuis longtemps et qu’il ne peut être désormais question que de locaux. Mais la formulation de Delfante restreint en quelque sorte les choix de Jean Latreille : si l’Eglise veut être présente et visible dans la nouvelle Part-Dieu, elle doit s’accommoder d’une location de mètres carrés qui la place dans les mêmes conditions qu’une enseigne commerciale. Ces contraintes impliquent le renoncement de fait aux modalités habituellement de mise pour la construction d’un lieu de culte : propriété du sol, construction de plain pied, autonomie et séparation de l’église des bâtiments à proximité.

2.2. Les blocages institutionnels

  • 20 « Lyon-Communauté urbaine », par Maurice Delorme, Église de Lyon du 22 janvier 1971.

31C’est en juin 1972 que le cardinal Renard envoie le père Latreille « au service de la Nouvelle Part-Dieu ». Dès janvier 1971, un encart du bulletin diocésain faisait état d’une réflexion engagée sur le mode de présence d’église à privilégier dans ce quartier en pleine recomposition. Il est très probable que Jean Latreille soit à l’origine de la proposition que le vicaire général Maurice Delorme présente comme envisageable : « D’aucuns suggèrent tout de même un point de recueillement et de prière (non pas une église ou un lieu de culte) voire une « porte ouverte » : renseignements pratiques (Lyon religieux)… quelque prêtre disponible ? Dans le centre commercial, la galerie à plusieurs niveaux, près de l’auditorium (2 000 places) ou vers la bibliothèque, à côté de la Maison de la télévision ? Ce ne serait pas un visage imposant de l’église mais un service utile au sens le plus fort du mot »20. Pourtant, alors que l’idée d’un lieu de prière et d’information religieuse semble avalisée par l’autorité diocésaine, le dépôt des statuts de l’association « Mains ouvertes » n’est réalisé qu’en juin 1974 et l’ouverture n’est effective qu’en septembre 1975. Celle-ci s’effectue, en outre, malgré le désaccord du vicaire général Delorme. Comment expliquer un tel délai et pareilles réticences dans la réalisation de ce centre proposant « accueil, silence, prière » ?

  • 21 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1542, lettre du chanoine Buttin à Jean Latreille, 11 avril 1974 ; co (...)

32Un premier élément de réponse réside sans aucun doute dans le caractère œcuménique que l’association « Mains ouvertes » a d’emblée privilégié. Bien qu’aucun document consulté ne laisse apparaître explicitement des réticences de la part de l’Archevêché à l’égard d’un projet mené en commun avec d’autres confessions, il est possible de voir dans les atermoiements du Conseil archiépiscopal une certaine méfiance. Si le principe d’une association « à caractère œcuménique » est déclaré « bien acquis », sa création conjointe par l’Association diocésaine et d’autres associations cultuelles est jugée « impossible ». L’Archevêché se montre également très réservé à l’égard des « buts assez divers » que se donne « Mains ouvertes » et souhaite que seuls des laïcs apparaissent dans les statuts « pour éviter toute équivoque ». D’autres questions laissent perplexe le chancelier Buttin : qui sera le destinataire officiel du bail signé ? Quelle sera l’origine exacte des fonds engagés - l’association diocésaine se dit même prête à supporter les frais pour garder la maîtrise de la fondation21 ? Ces objections ont pour effet de reporter sine die le projet de Jean Latreille, alors que la SERL demande le dépôt des statuts dans des délais assez courts.

  • 22 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1511 bis, lettre d’André Latreille au père Buttin, 17 avril 1974.
  • 23 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1542, compte-rendu de la réunion CBI du 12 juin 1974.

33C’est l’intervention du doyen André Latreille en faveur de son fils qui, tel un deus ex machina, débloque la situation. Dans une lettre au chancelier Buttin, l’historien s’étonne que le projet d’association ait été débattu et condamné lors d’une réunion « au sommet » en dehors de la présence du principal intéressé. Il s’interroge également sur l’effet que peut produire un ajournement de la procédure sur la municipalité Pradel pourtant bienveillante dès le début du projet. Il préfère ne voir dans les critiques de l’Archevêché que de « simples considérations juridiques surmontables à bref délai » plutôt que des « objections de fond »22. De fait, le professeur de la Faculté de Lettres a été entendu puisque les statuts de « Mains Ouvertes » sont déposés à la préfecture du Rhône le 10 juin 197423.

34Deuxième difficulté : Jean Latreille doit aussi tenir compte de la stratégie de l’archevêché en matière de politique immobilière. Comme pour les autres projets liés à l’achat ou la vente de biens temporels, le Diocèse se montre d’une grande prudence. Afin de pouvoir choisir en toute connaissance de cause et en exploitant toute information de façon favorable, le moment de la décision est délibérément retardé. Autrement dit, c’est ici la trop grande visibilité des projets d’implantation qui est jugée néfaste par l’autorité diocésaine. Attendre et faire preuve de discrétion, c’est ménager l’avenir ; s’engager précipitamment, ce serait compromettre les chances d’une implantation réussie. Ainsi, Maurice Delorme et la Commission des biens immobiliers du diocèse ont conseillé durant deux ans au père Latreille de faire avancer deux projets de front, sans s’engager fermement dans aucun des deux afin de choisir la solution la plus favorable au moment opportun.

35À partir de mars 1973, deux solutions sont en effet envisagées avec la SERL. La première consiste en un local de 300 m2 situé devant l’auditorium alors en chantier (figure 3), loué par la Communauté urbaine de Lyon (Courly). Bien que les frais d’aménagement soient estimés à au moins 250 000 francs (juin 1975), le père Latreille a obtenu auprès de la Courly la prise en charge d’une partie des frais d’installation et le bail est d’un montant jugé « symbolique ». Ces dernières précisions montrent la bienveillance des pouvoirs publics. Il est également intéressant de constater que la visibilité d’un centre religieux dans la ville pose alors moins problème aux autorités civiles qu’à une partie des catholiques eux-mêmes.

Figure 3 : Croquis du premier emplacement occupé par le centre Mains ouvertes dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon

Figure 3 : Croquis du premier emplacement occupé par le centre Mains ouvertes dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon

Source : Archives personnelles de Jean Latreille, brochure de présentation du centre, sans date.

36Une seconde solution se dessine autour d’un local d’une superficie très réduite (60 m2) mais qui bénéficie d’une plus grande visibilité auprès des employés et clients du centre commercial : inséré dans la galerie marchande qui jouxte les portiques d’accès à la nouvelle ligne de métro, il constitue le lieu idéal pour capter les flux qui font de ce territoire original un espace de mobilité par excellence. En revanche, les conditions d’implantation sont plus onéreuses : la société propriétaire du centre commercial demande 11 000 francs de bail annuel (chiffres de février 1974), mais l’ODPN s’est engagé à participer au financement de cette seconde solution sous la forme d’un prêt à l’association « Mains ouvertes ». C’est finalement cette seconde solution qui sera préférée en 1975 par le père Latreille et les membres de l’association. Dans les deux cas, l’Archevêché doit donc de toute façon composer avec d’autres acteurs : alors que pour la paroisse urbaine traditionnelle, l’Eglise possédait en propre l’église-bâtiment (et fréquemment des bâtiments annexes formant une cité paroissiale) qui participait grandement à définir le centre d’un quartier, la localisation du futur centre d’accueil n’est plus chose acquise définitivement. D’abord parce que les bénévoles de « Mains ouvertes » ne sont pas maîtres du sol et des murs qu’ils utilisent, mais dépendent d’un propriétaire qui défend d’autres intérêts que ceux portés par le Diocèse. Ensuite parce que la centralité dans un tel espace pose problème : peut-on déceler une convergence des flux d’usagers ? C’est la galerie marchande dans sa linéarité qui concentre les déplacements, non un point fixe. L’espace du centre commercial banalise en quelque sorte la place de l’Eglise : comme toutes les autres fonctions présentes dans la ville, le religieux ne peut plus être l’unique centre qui donne sens à un territoire. La visibilité catholique n’est donc plus du seul ressort de l’institution et des croyants, mais elle tient en grande partie à un type d’aménagement de l’espace qui obéit à d’autres logiques (commerciales, financières, urbanistiques).

2.3. Une insertion réussie dans un nouveau centre ?

  • 24 « À l’ombre des tours. Mains ouvertes », par Bernard Jouanno (Archives personnelles de Jean Latreil (...)

37Cette visibilité payée au prix fort ne suffit pourtant pas à assurer la fréquentation du centre d’accueil. Dans l’article que rédige le journaliste Bernard Jouanno près de cinq ans après l’ouverture de « Mains ouvertes », les responsables de l’association évoquent la « médiocrité des résultats ». Certes, l’anonymat et la volatilité des personnes qui entrent à « Mains ouvertes » ne facilitent pas une évaluation chiffrée des effets de cette présence religieuse ; mais trente et quarante personnes reçus chaque jour (en dehors de la prière communautaire quotidienne davantage fréquentée), c’est moins que ce que les bénévoles attendaient24.

38Il faut souligner cependant que le bilan n’est pas nul pour les chrétiens eux-mêmes : le rapport religion/territoire subit des ajustements qui montrent une adaptation de l’institution religieuse à ce nouveau type d’espace. Adaptation au rythme urbain du quartier tout d’abord : l’heure de la prière communautaire a du être modifiée car « le régime des travailleurs de la Part-Dieu est tel qu’il y a peu de gens libres à midi ». Adaptation à cette nouvelle forme de service d’Eglise ensuite, où une relative déterritorialisation entraîne une prise de conscience des enjeux nouveaux d’appartenance : « Les lieux où l’on passe deviennent aussi importants sinon plus que les lieux où l’on habite » expliquent des membres de l’association. Pour mener à bien ce type de mission, l’improvisation a laissé la place à une formation approfondie des bénévoles auprès de services du même type ayant acquis une expérience en matière de contacts et de gestion de flux (« Porte ouverte », « SOS Amitié par téléphone », l’accueil en gare assuré par les employés de la SNCF). L’adaptation enfin vise la place de l’Eglise elle-même dans ce type d’espace : les chrétiens de l’association doivent expliquer voire justifier leur présence dans un lieu dévoué à l’activité administrative et économique, au premier abord bien éloigné des ancrages catholiques traditionnels : « On nous a posé bien des questions sur notre projet, sur notre organisation, sur le nombre de visiteurs que nous recevions. Mais nous n’aurions pas voulu être l’objet de la question ».

39Il paraît toutefois important de mettre en évidence que la question de la visibilité d’un tel centre à caractère religieux n’a pas été seulement une affaire de contraintes géographiques. Elle renvoie également à une conception de l’Église portée par l’aile gauche du militantisme catholique. Ainsi, il n’est pas inutile de souligner qu’au moment où le groupe « Part-Dieu » accepte la proposition de Jean Latreille, il ne le fait pas sans conditions. Les membres exigent que « Mains ouvertes » soit d’abord « centre d’accueil » avant d’être lieu de prière. L’intitulé de l’association reprend cet ordre dans l’énoncé des buts qu’elle s’assigne. D’autre part, certains militants s’opposent à la volonté du père Latreille d’ériger une croix sur la place de l’auditorium. Neutralité confessionnelle garante de l’œcuménisme proclamé, enfouissement revendiqué d’une Eglise qui ne veut pas effrayer les passants ? Quoi qu’il en soit des motivations de ces chrétiens - souvent plus « laïcs » que les membres athées ou agnostiques du groupe « Part-Dieu » -, Jean Latreille a dû composer avec les convictions des bénévoles.

40De même, le sens donné à l’œcuménisme fait débat au sein de l’association « Mains ouvertes ». Afin de laisser en permanence le Saint Sacrement dans le local, une division spatiale et une séparation matérielle entre les différents cultes sont proposées par Jean Latreille aux représentants des autres confessions, ce qui surprend la communauté protestante : le projet initial (finalement abandonné) consistait en un emplacement neutre et silencieux au sein duquel serait utilisé un matériel liturgique démontable et exclusivement pour la célébration d’offices. La présence de membres de confession juive et protestante dans le groupe « Part-Dieu » qui accueille favorablement le projet de Jean Latreille a sans doute joué pour beaucoup dans le démarrage réussi de la formule œcuménique.

41Cet épisode de la création du centre « Mains ouvertes » ne constitue pas une anomalie dans la façon dont l’Eglise catholique s’est efforcée de participer à l’aménagement urbain dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans d’autres métropoles françaises et européennes, des relais spirituels similaires ont vu le jour au début des années 1970, associant selon des formules variables information religieuse, prière et accueil. La portée du centre œcuménique de la Part-Dieu est cependant remarquable : « Mains ouvertes » fonctionne toujours en 2010, situé désormais au niveau de la station de métro au niveau – 1 du centre commercial ; d’autre part, le groupe « Part-Dieu » a servi de matrice à un « Club Part-Dieu », qui rassemble les acteurs économiques du quartier et au sein duquel Yvette Doucet représente les riverains ; enfin, Jean Latreille a prolongé pendant quelques années la dynamique née autour du projet « Mains ouvertes » en fédérant militants associatifs et professionnels de l’urbanisme et de l’aménagement au sein d’un groupe informel de réflexion dit « Groupe centre-ville ».

  • 25 Archives personnelles de Jean Latreille, copie de la lettre du secrétariat général de l’Épiscopat a (...)

42Plus largement, la création de « Mains ouvertes » est révélatrice d’un moment de l’histoire des relations entre les catholiques et la ville, où l’épuisement du modèle de l’évêque bâtisseur ouvre des possibilités nouvelles, parfois audacieuses. La première moitié des années 1970 correspond aussi en effet aux efforts entrepris par le vicaire général Maurice Delorme et l’évêque auxiliaire Louis Boffet pour mettre en place dans le Diocèse de Lyon une véritable pastorale urbaine. Dans la lignée des travaux parisiens du groupe des Responsables pastoraux des grandes villes (RPGV) mis en place par le Secrétariat de l’Épiscopat depuis 1969, l’agglomération est pensée comme l’espace à partir duquel peuvent s’ordonner les activités pastorales du diocèse : le bulletin diocésain est refondu pour servir d’outil de coordination et de dialogue dans l’agglomération ; des ateliers de réflexion sur les Zones à urbaniser en priorité (ZUP) sont organisés avec des laïcs et des religieuses engagés dans ces quartiers ; un travail de sensibilisation à l’animation est entrepris auprès des prêtres dans les « secteurs pastoraux » les plus urbanisés… (CHATELAN, 2009 : 676-697). Jean Latreille est ainsi lui-même invité par Maurice Delorme pour une « contribution » lors de la session RPGV de mars 1976 au cours de laquelle sont traitées des questions en lien direct avec le projet « Mains ouvertes » : « à quel type de ville aboutit le travail des aménageurs ? Quelles formes de vie collective s’y dessinent ? Comment réagissent devant cette réalité : les responsables de la pastorale, les groupes de chrétiens ? Que se passe-t-il pour l’Eglise ? »25.

43C’est également le moment où des militants chrétiens se mobilisent avec d’autres autour des problématiques du cadre de vie et du maintien des espaces verts dans la ville comme en témoigne la forte implication des réseaux catholiques dans l’affaire dite du « terrain de la Sainte-Famille » à Villeurbanne en 1973-1975. La première partie des années 1970 apparaît par conséquent non pas comme le temps de la prise de conscience des enjeux de l’urbanisation dans les milieux d’église - cette « découverte » (Émile Poulat) étant intervenue au milieu de la décennie précédente, avec pour événement emblématique la Semaine sociale de Brest de juillet 1965 – mais comme le moment où des enjeux politiques (crise de l’autorité au sein de l’église et dans plusieurs institutions, émergence d’une sensibilité écologiste), économiques (effets de la crise) et urbanistiques (fin de la construction de grands ensembles) redéfinissent la question de la ville et font naître des perspectives nouvelles pour penser l’environnement urbain.

Haut de page

Bibliographie

CHATELAN O., 2009, Les catholiques et la croissance urbaine dans l’agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1946-1975), thèse de doctorat en histoire, Université Lumière – Lyon 2, 794 p., inédit.

LESTAVEL J., 1994, La Vie nouvelle. Histoire d’un mouvement inclassable, Paris, Cerf.

MALABRE N., Le religieux dans la ville du premier XXe siècle. La paroisse Notre-Dame-Saint-Alban d’une guerre à l’autre, thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière-Lyon 2, 2006, 937 p.

MOISSET J.-P., 2008,  Les nouveaux lieux de culte de la banlieue bordelaise (de 1945 aux années 1960), dans LALOUETTE J. et SORREL Ch. (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, Letouzé et Ané, pp. 161-176.

PELLETIER J. et DELFANTE Ch., 2004, Atlas historique du Grand Lyon. Formes urbaines et paysages au fil du temps, Seyssinet-Pariset, Editions Xavier Lejeune-Libris.

SAUNIER Pierre-Yves, 1992, L’Église et l’espace de la grande ville au XIXème siècle : Lyon et ses paroisses, Revue Historique, 584, octobre-décembre, pp. 321-348.

TELLIER Th., 2008,  Les lieux de culte à l’épreuve de l’urbanisation (1955-1975) , in LALOUETTE J. et SORREL Ch. (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, Letouzé et Ané, pp. 147-160.

Haut de page

Notes

1 Archives de l’Archevêché de Lyon (désormais AAL), fonds Pierre-Marie Gerlier, 11.II.31, lettre du curé de Sainte-Marie de la Guillotière à l’évêque auxiliaire de Lyon Claude Dupuy, 21 novembre 1958 ; « Les projets des futures paroisses », rapport du vicaire général Joannès Mazioux, sans date (probablement 1958).

2 Un siècle plus tôt, l’archevêque de Lyon de Bonald avait déjà nettement renforcé le maillage paroissial pour l’adapter à l’extension des quartiers ouvriers (Saunier, 1992). Cette préoccupation est également visible dans le quartier lyonnais de Saint-Alban dans les années 1920 (Malabre, 2006).

3 Soit dans les limites de l’archidiaconé Saint-Jean en 1975.

4 « Lyon-Communauté urbaine », par Maurice Delorme, Église de Lyon du 22 janvier 1971.

5 « Les églises nouvelles », Église de Lyon du 15 novembre 1974.

6 Entretien de Jacqueline Quevreux (née Ruffier) et d’Yvette Doucet de l’association « Moncey-nord » avec l’auteur, 8 novembre 2004.

7 « Lyon - Communauté urbaine », Église de Lyon du 22 janvier 1971.

8 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1525 bis, « Beaucoup d’hypothèses sont permises… », par Jean Latreille, sans date.

9 « Paroisse de Saint-Nizier et sanctuaire de Saint-Bonaventure », Église de Lyon du 30 avril 1971.

10 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1525 bis, « Beaucoup d’hypothèses sont permises… », par Jean Latreille, sans date.

11 Archives personnelles de Jean Latreille, carton « ville ».

12 Idem.

13 Jean Lojkine, La politique urbaine dans la région lyonnaise (1945-1972), Paris, Éditions de l’EHESS, 1974 ; Manuel Castells, Eddy Cherki, Francis Godard, Sociologie des mouvements sociaux urbains. Enquête sur la région parisienne, Paris, EHESS, 1974.

14 Les communications ont été publiées dans L’Homme et la révolution urbaine. Citadins et ruraux devant l’urbanisation, 52ème session des Semaines sociales à Brest, Lyon, Chronique sociale de France, 1965.

15 L’homme et la ville, session sur l’urbanisme des 18-20 novembre 1977. Programme, Centre Thomas More, Eveux (Archives personnelles de Jean Latreille, carton « ville »).

16 AAL, fonds Jacques Faivre, I. 1266, « Quelques formules aperçues à Paris », par Jean Latreille, sans date.

17 Georges Vauzeilles a également été directeur délégué chez Bouygues Construction. Actuel président de la Fondation Habitat et Humanisme, il a créé en 2005 une entreprise de consulting en architecture qui porte son nom. Il est l’auteur avec Denis Rousseau d’un manuel dans la collection « Que sais-je ? » sur L’aménagement urbain paru en 1992 (réédité en 1995).

18 D’après le témoignage d’Yvette Doucet (entretien avec l’auteur du 8 novembre 2004).

19 Archives personnelles de Jean Latreille, carton « Ville », lettre de Charles Delfante à Jean Latreille, 1er décembre 1972.

20 « Lyon-Communauté urbaine », par Maurice Delorme, Église de Lyon du 22 janvier 1971.

21 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1542, lettre du chanoine Buttin à Jean Latreille, 11 avril 1974 ; compte-rendu de la réunion de la Commission diocésaine des biens immobiliers du 13 mai 1974.

22 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1511 bis, lettre d’André Latreille au père Buttin, 17 avril 1974.

23 AAL, fonds Maurice Delorme, I. 1542, compte-rendu de la réunion CBI du 12 juin 1974.

24 « À l’ombre des tours. Mains ouvertes », par Bernard Jouanno (Archives personnelles de Jean Latreille, carton « Ville »).

25 Archives personnelles de Jean Latreille, copie de la lettre du secrétariat général de l’Épiscopat aux RPGV, 28 janvier 1976.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1 : carte de localisation du quartier de la Part Dieu
Légende Les numéros d’arrondissement sont en chiffres romains cerclés, les itinéraires Les itinéraires d’autobus apparaissent avec leur numéro de ligne.
Crédits Source : Plan-guide de Lyon et sa banlieue, éditions Pol, 1971.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 : Maquette des équipements de la nouvelle Part-Dieu
Crédits Source : Archives personnelles de Jean Latreille, document SERL, sans date.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3 : Croquis du premier emplacement occupé par le centre Mains ouvertes dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon
Crédits Source : Archives personnelles de Jean Latreille, brochure de présentation du centre, sans date.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1542/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Chatelan, « Quelle visibilité chrétienne dans la ville contemporaine ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/1542 ; DOI : 10.4000/tem.1542

Haut de page

Auteur

Olivier Chatelan

Agrégé d’histoire, Docteur en histoire
5 rue Professeur Rollet
69008 LYON
ochatelan@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page