Navigation – Plan du site
Articles

Perception sociale de la crue et réponse des pêcheurs à la baisse de l’inondation des plaines dans le Delta Intérieur du Niger, Mali

Social Perception of Flood and Fishermen’ Response to the Reduction of Floods in the Inner Niger Delta, Mali
Sévère Fossi, Bruno Barbier, Yao Télesphore Brou, Amaga Kodio et Gil Mahé
p. 55-72

Résumés

La sécheresse qui sévit dans le Sahel depuis les années 1970 a fortement réduit les productions dans les principaux secteurs d’activités que sont la pêche, l’élevage et l’agriculture. Dans le Delta Intérieur du Niger au Mali (DIN), la pêche dont le développement est intimement lié aux fluctuations inter-saisonnières et interannuelles de la crue du fleuve Niger, est en crise. Les prises ont diminué de moitié, beaucoup de pêcheurs sont partis, certains ont adopté des pratiques non durables et les règles sociales subissent d’importantes modifications. Notre travail a consisté à étudier la perception des pêcheurs face à cette situation au travers d’enquêtes auprès d’un échantillon de pêcheurs. Le but est d’évaluer d’une part l’impact de la baisse de la crue sur la pêche dans le Delta Intérieur du Niger, et d’autre part d’analyser les stratégies d’adaptation développées. Les résultats obtenus établissent que les pêcheurs ont une perception de la crue et de son évolution dans le temps proche de celle de certains scientifiques. Les pêcheurs perçoivent fortement la baisse du volume, mais aussi la baisse de la qualité des prises. En conséquence, 40 % des pêcheurs ont relégué la pêche au rang d’activité secondaire et 35 % ont diversifié leurs activités vers l’agriculture, le commerce ou le transport. Peu de pêcheurs envisagent de rester dans le delta en cas de modifications profondes et durables de la crue du fleuve Niger.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les zones humides mondiales sont soumises à des bouleversements profonds à cause des modifications du climat, de la pression humaine et de la régulation progressive des fleuves par des ouvrages hydrauliques (Hassane et al., 2000 ; Kassibo, 2002 ; Laë et Mahé, 2002 ; Barbier et al., 2009). Pour la population de pêcheurs de la zone humide du delta intérieur du Niger au Mali, ces bouleversements sont plutôt négatifs et la situation s’est précarisée durant les sécheresses des années soixante-dix et quatre-vingts. La baisse de la pluviométrie a provoqué la réduction des superficies inondées et affecté les débits du fleuve (figure 1). Les prises ayant diminué de moitié, une grande partie des pêcheurs s’est reconvertie dans d’autres activités. Les pêcheurs restants ont contesté les règles traditionnelles qui visaient à limiter les prises et se sont lancés dans des pratiques de pêche plus efficaces mais qui se révèlent peu durables, diminuant encore les stocks.

Figure 1 : Évolution comparée des cumuls de la pluie et du débit à Mopti

Figure 1 : Évolution comparée des cumuls de la pluie et du débit à Mopti

Source : DIAKITÉ et al., 2011.

2Les aménagements hydro-électriques et hydro-agricoles construits sur le Niger et ses affluents, l’accroissement démographique et les récentes crises économiques concourent à changer les pratiques et les habitudes dans le secteur de la pêche (Kodio et al., 2002 ; Barbier et al., 2009).

3Le delta intérieur du Niger (DIN) au Mali est une vaste zone d’épandage des eaux du fleuve Niger et de son principal affluent le Bani (figure 2). Il s’étend de Ké-Macina et San au sud à Tombouctou au nord, et est composé d’un réseau d’affluents, de défluents, de lacs et de plaines inondables (Hassane et al., 2000). Le DIN possède la pêcherie en eau douce la plus importante d’Afrique occidentale, avec une production annuelle moyenne variant de 40 000 à 120 000 tonnes de poissons (Kodio et al., 2002). P. Morand et al. (2002) estiment qu’environ 4/5 de la pêche malienne se concentrent dans la vaste zone inondable qu’est le DIN. La Direction Régionale de la Pêche de Mopti (2008) estime qu’environ 130 espèces regroupées en 27 familles peuplent les eaux du delta et au moins 24 de ces espèces de poissons sont endémiques au delta (Ramsar, 2004). L’abondance relative des différentes espèces varie en fonction des conditions hydrologiques (débits et hauteurs de crue), morphologiques (profondeur, sinuosité, sédiments) et géographiques (présence des frayères telles que les bourgoutières, position par rapport à l’amont ou à l’aval des barrages) du milieu. Bien qu’artisanale, la pêche y est intensive et caractérisée par des variations saisonnières nettes, avec un ralentissement de l’activité aux alentours du pic de crue, au moment où les poissons sont dispersés dans la plaine d’inondation (Laë et Mahé, 2002). Dans le DIN, plusieurs types de pêches sont pratiqués selon le milieu (fleuve, plaines inondées, mares, chenaux creusés par les pêcheurs) et selon la saison de pêche calée sur le rythme de la crue (De Noray, 2003). Les pêcheurs mènent leurs activités selon une séquence précise, qui peut être décrite en quatre phases (tableau 1). Traditionnellement gérées par des responsables coutumiers appelés qui en langue Bambara signifie maîtres des eaux, les pêcheries du delta sont sujettes depuis plus d’une décennie à une nouvelle règlementation.

Figure 2 : Localisation du DIN au Mali

Figure 2 : Localisation du DIN au Mali

Source : Zwarts et Diallo, 2003.

Tableau 1 : Séquence de pêche dans le Delta Intérieur du Niger

Phase

Période

Abondance
de l’eau

Mouvement
des
poissons

Lieux
de
capture

Techniques
de
pêche

Engins
de
pêche

Quelques
espèces
capturées

I

Décrue (novembre – janvier)

Abondante (+++) -

Départ des plaines d’inondation -Remontée du courant

-Chenaux -Fleuve

- Barrages dans les chenaux -Capture en plein fleuve

-grande nasse -filets (relevant, triangulaire et dérivant) -Engins généralistes-

- Alestes
-Brycinus
- Hydrocynus
- Labeo
- Sarotherodon
- Tilapia

Etiage
(avril – mai)

Moindre
(+)

Concentration
dans les bras
ou portions particulières du fleuve
et dans les mares

-Mares
-Bras
en voie d’assèchement

-Techniques encerclantes
-Techniques couvrantes

-grande senne
-épervier
-petite senne couvrante
(xubi seu)
-fourrière (filet maillant encerclant)
-filet à deux mains
-filet triangulaire
-panier renversé (kango)

- Clarias
- Oreochromis
-Tilapia
-Hydrocynus
-Auchenoglanis

III

Début de crue
(juin)

Peu abondante
(++)

Retour vers
les
plaines d’inondation

-Chenaux
-Fleuve

Barrages de nasses ou de filets

-nasses (grandes et petites)
-filets (relevant, triangulaire et dérivant)

-Alestes
-Brycinus
-Hydrocynus
-Labeo
-Sarotherodon
-Tilapia

IV

Hautes eaux
(juillet-octobre)

Très abondante
(++++)

Dispersion
dans l’immense étendue
des
plaines inondées

Abords
immédiats
des villages

Techniques généralistes

-filet dormant
-palangre non appâtée
-petite nasse conique

- Clarias
- Oreochromis
-Tilapia
-Hydrocynus
-Auchenoglanis

adapté de KODIO et al., 2002 , FAO, 2008.

4Plusieurs scientifiques ont donc mené des études sur le delta intérieur du Niger et sur le secteur de la pêche (Laë, 1992 ; Morand et al.)Des questions aussi bien d’ordre hydrologique, géographique, biologique, socio-économique que d’ordre anthropologique ont été au centre de nombreuses études et publications (Poncet, 2000 ; Kassibo, 2002 ; De Noray, 2003). N’Djafa (2009) dans son étude traite du questionnement sur les perceptions paysannes de la variabilité et des changements climatiques dans le Sahel. Cependant, les questions relatives à la perception qu’ont les pêcheurs de la variabilité de la crue et de son incidence sur les pêcheries n’ont encore été que très peu abordées.

5L’objectif principal de ce travail est d’évaluer la vulnérabilité de la pêche dans le Delta Intérieur du Niger face à la baisse de la crue du fleuve Niger et d’analyser les stratégies d’adaptation développées par les communautés de pêcheurs. Nous nous sommes penchés sur le point de vue des pêcheurs. Quelle est leur perception de la variabilité du climat et de la crue ? Estiment-ils qu’il y ait un lien entre la baisse de la crue et les conditions climatiques ou les aménagements sur le Niger ? Quelles stratégies ont-ils développées pour faire face à la variabilité de la crue ? Comment envisagent-ils l’avenir dans le delta intérieur en fonction du niveau de la crue ? La question est très actuelle dans le contexte des grands projets de barrages qui vont modifier le régime du fleuve et aussi réduire les surfaces inondées (Barbier, 2009 ; Mahé et al., 2011b).

1. Contexte institutionnel de la pêche dans le delta intérieur

1.1. Aspects réglementaires

6La pêche au Mali est régie par des textes de loi fixant les conditions de gestion de la pêche et de l’aquaculture. La loi No 95-032 du 20 mars 1995 distingue le domaine piscicole de l’État, le domaine piscicole des collectivités territoriales décentralisées (communes rurales et urbaines) et le domaine piscicole des particuliers (Fao, 2008). C’est une loi d’orientation générale qui laisse la latitude aux communautés de pêche d’élaborer des conventions locales de pêche et de fixer les règles d’exploitation et de gestion des ressources halieutiques. Le droit de pêche appartient à l'État et aux collectivités territoriales décentralisées qui peuvent en concéder l'exercice par l'intermédiaire d'un permis de pêche payant ou d'une autorisation (tableau 2), facilement accessibles sur demande selon les responsables de la Direction Régionale de la Pêche (DRP). Pour les pêcheurs de nationalité étrangère, les taux de redevances perçues sont doublés. Les pêcheurs amateurs utilisant une seule ligne doivent se faire délivrer un permis de pêche sportive.

Tableau 2 : Catégories et coûts des permis de pêche au Mali

Catégorie

Coût

(F CFA)

Techniques ou engins

Public cible

A

15.000

Grands engins collectifs (sennes, barrages)

Pêcheurs professionnels

B

6.000

Engins moyens (filet dormant, filet maillant, palangre, épervier)

Pêcheurs professionnels et saisonniers

C

3.000

Pêche individuelle (filet à-deux-mains, ligne)

Pêcheurs saisonniers et occasionnels

D

1.500

Non défini

Chercheurs

Sport

Gratuit

Pêche sportive

Sportifs

1.2. Caractérisation des pêcheurs et contraintes de pêche dans le Delta Intérieur du Niger

7On peut identifier trois grands groupes de pêcheurs au Mali, selon le temps consacré à la pêche, le capital investi, l’accès aux marchés et le mode de vie des communautés concernées (Fao, 2008). Le premier groupe, les agro-pêcheurs, est constitué d’agriculteurs ou d’éleveurs qui pratiquent une pêche de subsistance. Le second groupe, les pêcheurs professionnels itinérants, pratique une pêche à temps partiel en fonction des variations intra-saisonnières de la crue mais la pêche reste leur activité principale à laquelle ils associent souvent l’agriculture. Ils peuvent pratiquer une migration de faible amplitude à l’intérieur du même cercle ou entre cercles voisins (le cercle est une unité administrative malienne qui serait l’équivalent d’un département en France). Le troisième groupe, les pêcheurs professionnels sédentaires, est constitué d’ethnies spécialisées, généralement des bozos et des somonos originaires du Mali ou des haoussas originaires du Niger. Ils pêchent toute l’année en fonction du niveau de la crue et peuvent entreprendre des migrations de grande amplitude, notamment vers le fleuve Sénégal ou le lac Tchad.

8Cette pêche a été très perturbée par la sécheresse particulièrement intense des années 1970 et 1980 qui a bouleversé le fonctionnement hydrologique du fleuve (Kassibo, 2002 ; Laë et Mahé, 2002 ; Mahé et et al., 2009). Pour limiter la dépendance des productions deltaïques vis-à-vis de la pluie, l’Etat malien a construit et restauré des aménagements hydrauliques et hydro-agricoles, tels que le barrage de Markala mis en service en 1947 et restauré en 1993, le barrage de Sélingué mis en service en 1982 et le seuil de Talo sur le Bani plus récemment. D’autres barrages sont en projet tel que Djenné dans le DIN et Tossaye en aval du DIN et surtout Fomi, en Guinée. Ces ouvrages affectent aussi le fonctionnement hydrologique du fleuve et influencent l’ensemble de l’hydrosystème fluvial, bien au-delà du DIN où les espaces plus en aval (Ségou, Koulikoro) souffrent déjà d’un ensablement. Pour B. Kassibo (2002), le seuil de Markala sur le fleuve Niger au Mali et le barrage de Sélingué sur le Sankarani, un affluent du fleuve Niger au Mali, ont réduit l’intensité de la crue dans le delta réduisant ainsi les superficies inondées et la durée des inondations, ce qui a affecté la pêche. Hassane et al. (2000) ont calculé les prélèvements le long du fleuve et ont montré que les pertes en eau, essentiellement dues à l’irrigation, représentent jusqu’à 79 % des apports en saison sèche (mars). Mais ces apports sont surtout artificiels durant l’étiage, maintenus par les lâchers du barrage de Sélingué. Sans le barrage, les apports mensuels de saison sèche seraient très inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui. Par contre, les stockages et les prises d’eau en amont du DIN réduisent peu le maximum de crue, qui n’est diminué que de 4 % du volume total de septembre, même si cette petite baisse de volume est certainement accompagnée d’une petite baisse du niveau moyen de la crue, et donc des surfaces inondées maximales (Hassane et al., 2000). Ainsi, l’impact de la baisse des pluies et des débits dans le haut bassin du Niger sur la diminution de la crue est beaucoup plus élevé que celui dû aux prises d’eau et stockages (Bricquet et al., 1996 ; Laë et Mahé, 2002 ; Mahé et al., 2009). La problématique, pour la pêche, de la baisse de la crue du fleuve Niger est synthétisée par la figure 3.

Figure 3 : Problématique de al baisse de la crue dans le Delta Intérieur du Niger

Figure 3 : Problématique de al baisse de la crue dans le Delta Intérieur du Niger

1.3. Évolution de l’environnement physique du DIN

9Le DIN est situé en région sahélienne, ainsi les apports en eau issus du ruissellement direct sur ses berges sont très faibles et négligeables par rapport à l’eau apportée par la crue du Fouta (Mahé et al., 2011a). Les premières pluies de la saison en juin/juillet ont cependant un intérêt localement pour le redémarrage des premières herbacées et pour la mise en eau des pépinières de riz. Cependant, la crue commence vraiment à monter à partir de fin juillet/août. La navigation des navires de fort tirant d’eau n’est possible qu’à partir de courant août. Quelle que soit la qualité de la saison des pluies, le maximum de crue est toujours observé entre fin septembre et mi-octobre, avec des maximums différents selon les années et, bien sûr, des surfaces inondées qui peuvent varier de façon considérable (Mahé et al., 2011b).

10Un critère difficile à appréhender par les populations locales est que le niveau de la crue ne dépend pas des précipitations sur la région du delta, mais des régions beaucoup plus humides du haut bassin du Niger en Guinée forestière, dans le nord-ouest de la Côte d’Ivoire et dans le sud du Mali. Il est fréquent dans l’histoire climatique de la région que la variabilité des pluies dans les régions sahéliennes soit différente voire opposée à celle des régions de climat plus humide (Mahé et al., 2001). Ainsi le signal climatique perçu par les habitants du delta au seul vu des conditions pluviométriques locales est insuffisant pour prévoir la qualité de l’inondation. Le niveau et la dynamique de la crue sont des indicateurs plus fiables, mais dans le delta il faut souvent attendre fin août, c'est-à-dire la presque fin de la saison des pluies, pour avoir une idée du niveau de la crue à venir, sachant que le maximum de crue passe avec un décalage grandissant de quelques semaines à plusieurs mois entre le sud et le nord du delta (Mahé et al., 2011b). La tendance des pluies sur le haut bassin du Niger est déficitaire depuis 1970, avec quelques meilleures années depuis le courant des années 1990, mais qui ne suffisent pas à inverser la tendance sèche (Roudier et Mahé, 2010 ; Paturel et al., 2010 ; Lienou et al, 2010). À long terme, les prévisions ne sont pas optimistes pour la région (Louvet et al. , 2011) avec une baisse de la pluviométrie qui devrait s’accentuer vers 2050.

11Les pertes en eau dans le delta sont fonction du débit et des surfaces inondées, et vont de 24 % en année sèche à 48 % en année humide (Mahé et al., 2009). En effet, plus l’inondation peut couvrir une large surface (jusqu’à 35 000 km² environ), plus la surface évaporante est élevée. Inversement durant les années sèches les surfaces inondées sont réduites, elles occupent entre 5 000 et 8 000 km² (Mahé et al., 2001b ; Mariko et al, 2003), la crue déborde très peu et l’évaporation est limitée. La crue est donc très amortie entre l’entrée (Ké-Macina et Douna), le centre (lacs Débo et Korientzé) et la sortie (Diré-Tombouctou) du fait du stockage et de la restitution lente de l’eau de la crue dans les bassins et les plaines d’inondation (Bricquet et al., 1997 ; Picouet et al., 2002). Les pertes en sédiments suivent la même règle (figure 4) et sont très importantes dans la partie amont du delta, dans les plaines d’inondation avant les lacs, comme le Diaka. Dans la partie aval du delta, les pertes en sédiments sont en partie compensées par des apports provenant de l’atmosphère (poussière) et de l’érosion des berges (tableau 3) (Picouet et al., 2002). Les bilans négatifs dans le tableau 3 indiquent une accumulation de sédiments dans le delta.

Figure 4 : Pertes en matières en suspension (MES) en 106t, par rapport à la perte en eau en km3, dans le delta entre Ké-Macina et Douna (entrée) et Diré (sortie)

Figure 4 : Pertes en matières en suspension (MES) en 106t, par rapport à la perte en eau en km3, dans le delta entre Ké-Macina et Douna (entrée) et Diré (sortie)

d’après Picouet et al., (2002).

Tableau 3 : Module hydrologique annuel entrant (en m3.s-1) et bilan des flux de matières particulaires transitant dans le delta intérieur du fleuve Niger (exprimés en milliers de tonnes par an)

Tableau 3 : Module hydrologique annuel entrant (en m3.s-1) et bilan des flux de matières particulaires transitant dans le delta intérieur du fleuve Niger (exprimés en milliers de tonnes par an)

12Après 1970, les surfaces inondées dans le delta couvrent une superficie d’environ 12 000 km² au maximum annuel, soit 50 % de moins qu’avant la sécheresse (Mariko et al., 2003 ; Mahé et al., 2011a). La part de la baisse des surfaces inondées due aux barrages est marginale dans cette diminution. Un nouvel équilibre environnemental s’est créé autour de cette situation de déficit chronique en eau, la géographie des écosystèmes a varié, et c’est surtout la partie aval du delta qui en a le plus subi les conséquences, comme le montre l’évolution des bilans en eau interannuels très différents entre le nord et le sud (Mahé et al., 2009) : les surfaces inondées dans le sud atteignent toujours une surface minimum, ce qui garantit un minimum d’inondation même en année sèche. Dans le nord, les pertes en eau se sont considérablement réduites suite à la sécheresse, parce que les dépressions périphériques ne peuvent plus périodiquement stocker l’eau de la crue, comme c’était le cas avant la sécheresse. De grandes régions périphériques de la partie aval du delta ont ainsi été désertées par des habitants qui se sont rapprochés du fleuve. Corrélativement, depuis 20 ans de très nombreux périmètres irrigués ont été réalisés pour pallier la variabilité naturelle de la ressource en eau et assurer un rendement minimum aux populations riveraines.

13Enfin, du fait de la diminution importante du débit moyen du fleuve Niger après 1970 
(-40 % en moyenne en 1970-1990 par rapport à 1950-1969), la période de navigabilité a été réduite, surtout au cours de la décrue qui est plus rapide qu’avant. La diminution des débits maximum de crue a également entraîné une réduction de l’effet de chasse qui participait avant 1970 à maintenir une profondeur plus importante dans le chenal principal du fleuve ; désormais la configuration morphologique du fleuve se trouve modifiée, avec l’apparition plus fréquente de bancs de sable se déplaçant dans le lit, et constituant des entraves à la navigation. La construction d’ouvrages de régulation en amont sur le haut bassin du fleuve renforcera cette situation en diminuant de façon récurrente le maximum de crue. Il faudra donc envisager, comme sur d’autres fleuves africains comme le Congo, un service de dragage des voies navigables.

2. Méthode

14Les données de cette étude ont été recueillies au bout de trois mois d’enquête dans 16 villages des 4 cercles encore inondés (Djenné, Mopti, Tenenkou et Youwarou) selon le découpage administratif de 2008 de la région de Mopti (figure 2).

15Les localités et les populations de pêcheurs enquêtées ont été choisies sur la base d’un échantillonnage raisonné. Les villages ont été choisis du sud au nord et d’ouest en est, à la condition qu’ils soient encore soumis aux inondations saisonnières et comptent des populations de pêcheurs. La population étudiée a été divisée en groupes selon l’activité principale, puis des individus ont été sélectionnés au hasard au sein du groupe des pêcheurs. Les informations ont été collectées à trois niveaux différents. Un premier niveau a consisté à administrer un questionnaire fermé à 60 pêcheurs du delta intérieur de Niger. Les réponses obtenues ont été consignées dans une base de données et analysées. Elles constituent la base principale de notre analyse. Un autre niveau d’information a été obtenu à partir d’interviews avec les acteurs clés de la filière halieutique, à savoir les responsables des organisations de pêcheurs, d’ONGs (CARE International-Sévaré, PROTOS-Sévaré, Wetlands International-Sévaré), de villages ou de communautés, et des services administratifs en charge de la pêche (Opération Pêche Mopti), de l’agriculture et de l’élevage. Les informations récoltées permettent d’apprécier la pertinence des réponses obtenues au niveau des pêcheurs individuels et de connaître les avis des différents acteurs sur les questions relatives au secteur de la pêche.

16Enfin, des données chiffrées ont été obtenues auprès de la Direction Régionale de la Pêche de Mopti (DRP-Mopti), du programme PADEPECHE de Mopti et du Centre Régional de Recherche Agronomique de Mopti (CRRA-Mopti). Elles constituent avec les données issues de la littérature, l’autre base de nos statistiques.

17L’analyse de la perception des pêcheurs face à la variabilité des crues, a été réalisée en référence aux concepts de normalité en hydrologie tels que définis par l’African Centre of Meteorological Applications for Development (ACMAD, 2005) pour décrire les différentes appréciations sur les excès et les déficits indiqués par les enquêtés. La normale hydrologique est définie ici comme étant la moyenne des débits de la série historique disponible au niveau d’une station de référence. La catégorie hydraulicité forte correspond au tiers des années dont les débits ont été les plus élevés (33 %), la catégorie hydraulicité faible correspond au tiers des années dont les débits ont été les plus faibles (33 %) et la catégorie hydraulicité normale correspond au groupe des années restantes (33 %). Olivry (1994) explique que le temps de propagation de l'onde de crue et les dates d'apparition du maximum de crue sont très variables. Le temps de propagation est d'autant plus long que le maximum de crue est important, alors que la propagation du maximum de crue est d'autant plus lente que l'inondation et les débordements deviennent importants. Cependant, il n'est pas possible d'établir de relation précise. Ainsi, une crue sera précoce si elle arrive plus tôt qu’en année d’hydrologie normale et tardive si elle arrive plus tard.

3. Résultats

3.1. Perceptions des pêcheurs sur l’évolution de la crue

18Les pêcheurs du DIN estiment qu’une crue est bonne lorsqu’elle est précoce, longue, haute et très étendue, et mauvaise quand elle est tardive, courte, basse et peu étendue (tableau 4). Par exemple, les crues des années 1960 sont considérées comme bonnes par les pêcheurs suffisamment âgés (50 ans et plus) pour s’en souvenir. Pour eux, une bonne crue doit arriver en temps opportun, c’est-à-dire qu’il faut qu’elle commence à investir les plaines peu de temps après les premières pluies. Aux dires des enquêtés, les crues des années 1960 arrivaient en temps opportun, et le qualificatif précoce n’est utilisé que pour les besoins de comparaisons avec les crues des années sèches qui ont suivi. Au contraire, les crues des années 1970 et 1980 ont été mauvaises et qualifiées de « crues des années de sécheresse » par les populations.

Tableau 4 : Perceptions et appréciations de la crue par les enquêtés

Période

Qualité de la crue

Caractéristiques

Fréquence (%)

Années 1960

Bonne

Précoce

58

Longue

57

Haute

57

Plus étendue

57

Années 1970/ 1980

Mauvaise

Précoce

10

Longue

13

Haute

18

Plus étendue

13

Année 1994

Bonne

Précoce

87

Longue

82

Haute

83

Plus étendue

87

Année 2007

Bonne

Précoce

82

Longue

55

Haute

85

Plus étendue

85

19Les avis des enquêtés ont divergé sur certaines crues comme celle de 2007. Dans les cercles de Djenné et de Mopti, à l’entrée du DIN, la quasi-totalité des personnes interrogées ont estimé que la crue de 2007 fut bonne alors que dans les cercles de Tenenkou et Youwarou, plus au nord, nombreux sont ceux qui l’ont trouvée plutôt mauvaise parce qu’elle est arrivée de façon saccadée, c’est-à-dire que l’onde de la crue ne s’est pas déplacée de façon continue, mais par à-coups comme s’il s’agissait de deux crues de faible amplitude. Seulement 55 % des enquêtés estiment que la crue de 2007 a été longue (tableau 4), les autres ne la considérant pas comme une très bonne crue.

20L’analyse des données hydro-climatiques indique que la baisse des précipitations dans la partie amont du bassin, en Guinée, est le principal facteur de la baisse de la crue (Bricquet et al., 1996 ; Hassane et al., 2000). Les enquêtées incriminent plutôt les prélèvements en amont (figure 5), à savoir ceux effectués au niveau des aménagements en amont du fleuve Niger (barrages de Markala et de Sélingué, périmètres irrigués de l’Office du Niger). Les pêcheurs mentionnent peu l’envasement ou l’ensablement du lit du fleuve qui pourtant influence sa navigabilité ou la croissance démographique qui pourrait augmenter les prélèvements d’eau. Les références à des croyances traditionnelles ou des divinités de l’eau sont plus rares, ce qui contraste avec les références à Dieu lorsqu’ils sont interrogés sur la variabilité des pluies.

Figure 5 : Avis des enquêtés sur les causes possibles de la crue

Figure 5 : Avis des enquêtés sur les causes possibles de la crue

21Considérant la relation pluie-crue, les pêcheurs affirment que la pluviométrie s’améliore ces dernières années et beaucoup d’enquêtés reconnaissent que depuis 1994, les fluctuations interannuelles des crues se sont atténuées.

3.2. Impact de la baisse de la crue perçue par les populations

22La quasi-totalité des pêcheurs interrogés perçoit une diminution de leurs captures, de la taille des poissons et une diminution du nombre des poissons les plus valorisés. Cette diminution a déjà été mentionnée par R. Laë et G. Mahé (2002), dont l’analyse des productions de 1967 à 1991 fait ressortir un maximum de 87 000 tonnes en 1969-70 et un minimum de 37 000 tonnes en 1884-85. Elle est confirmée par la Direction Régionale de la Pêche de Mopti (2008), dont les données montrent que de 1995 à 2007, la production enregistrée est passée de 131 000 à 74 480 tonnes. Selon L. Zwarts et M. Diallo (2003), le stock des poissons a peu diminué, par contre la taille des poissons dans le DIN a beaucoup diminué au cours des 30 à 40 dernières années. Ils estiment que les capitaines (lates niloticus) ne parviennent plus à dépasser la taille de 1,5 mètre. Ces diminutions de la taille des poissons et du volume de captures par personne (du fait de l’accroissement du nombre de pêcheurs) seraient partiellement compensées par une augmentation du prix sur les marchés (figure 6).

Figure 6 : Évolution de la production, de la taille et du prix du poisson

Figure 6 : Évolution de la production, de la taille et du prix du poisson

23Deux facteurs expliqueraient la baisse de la productivité halieutique. D’abord, il faut que la pluie arrive sur le delta peu de temps avant la crue pour permettre à la végétation de se développer juste avant d’être inondée. C’est surtout le cas du bourgou qui sert de frayères et de nurseries pour un grand nombre d’espèces de poissons. Si la crue arrive trop vite, c’est-à-dire si les pluies en Guinée commencent bien avant qu’il ne commence à pleuvoir dans le delta, alors le bourgou qui doit germer avant l’immersion et croître avec la crue ne pourra pas bien se développer. De fait, l’insuffisance de frayères limitera les capacités de reproduction des poissons. Ensuite, la pression de la pêche a beaucoup augmenté ces dernières années. L’ichtyofaune connaît alors des difficultés pour se régénérer.

24Suite à la note circulaire N° 0260/GRM-CAB du 29 octobre 2007 du gouvernorat de la Région de Mopti visant à arrêter le processus de dégradation des ressources, la Direction Régionale de la Pêche s’est attelée à lever les barrages de pêche en début de crue (moment où ont lieu les pontes) et à veiller à la non utilisation des engins prohibés. Selon les enquêtés, cette action aurait une certaine efficacité sur le renouvellement de la ressource.

3.3. Conséquences de la baisse de la crue sur les revenus

25Les revenus des pêcheurs dépendent fortement de leurs différentes récoltes et de l’accès aux marchés. Le poisson frais étant une denrée très périssable, les pêcheurs doivent disposer de moyens de transport rapides et de techniques efficaces pour conserver ou transformer le poisson afin de réduire au minimum les pertes. Quand ce n’est pas le cas, il s’avère préférable de vendre sa marchandise sur le site de capture plutôt que d’essayer de rejoindre un marché parfois trop éloigné de ce site. Environ 70 % des pêcheurs interrogés estiment que leurs revenus ont baissé ces dix dernières années. La perception des revenus est étroitement liée chez ces derniers à la diminution des captures par personnes (Laë, 1992) et aux problèmes relatifs à la vente (transport, conservation et transformation des produits de la pêche, négociation des prix sur le marché). Les pêcheurs dont les revenus n’ont peu ou pas du tout diminué, se concentrent dans les cercles de Djenné et de Mopti où les pêcheurs professionnels seraient moins nombreux et auraient tendance aussi à pratiquer l’agriculture ou le commerce. L’ouverture sur le marché y serait plus grande et l’importante demande permettrait de mieux négocier les prix des produits. Les pêcheurs spécialisés qui résident en grande majorité dans les cercles de Tenenkou et Youwarou et qui exploitent les ressources tirées des lacs centraux (Walado, Débo, Korientzé) seraient les plus sensibles à la baisse de la crue.

26Malgré la dégradation de la situation, les pêcheurs estiment que leur situation est relativement correcte, probablement en comparaison avec la situation des éleveurs et des riziculteurs. Paradoxalement, c’est dans les cercles de Djenné et de Mopti, où la baisse des revenus est la moins ressentie, que les pêcheurs sont les moins satisfaits de leur niveau de vie. Ceci pourrait être lié au fait que le coût de la vie dans les cercles de Djenné et Mopti est plus élevé, les villes de Djenné et Mopti étant de grands centres urbains.

27La baisse des revenus se traduit par une modification de l’alimentation des enquêtés : 38 % des pêcheurs disent avoir réduit le nombre de repas journaliers, 42 % signalent avoir adopté de nouveaux mets et 25 % mentionnent avoir arrêté de consommer les mets devenus très coûteux (figure 7).

Figure 7 : Changement d’alimentation du fait de la baisse de la crue

Figure 7 : Changement d’alimentation du fait de la baisse de la crue

3.4. Des stratégies d’adaptation à la baisse des revenus de la pêche

28L’impact de la baisse de la crue sur les occupations des pêcheurs a été considérable (figure 8). Si elle n’est pas l’unique cause des modifications observées dans le secteur de la pêche, elle en représente tout de même une part importante. 35 % des pêcheurs ont diversifié leurs activités en augmentant la part de l’agriculture, le commerce ou le transport. De même, 40 % ont changé d’activité principale, ils ne pratiquent plus la pêche que comme activité secondaire. Enfin, 37 % ont migré, toutes destinations confondues, mais ce pourcentage est probablement plus faible, car certains pêcheurs interrogés n’ont pas fait de différence entre la migration saisonnière due à la campagne de pêche et la migration adaptative qui consiste à s’installer dans une autre région de façon définitive pour conserver son activité principale.

Figure 8 : Evolution au niveau de la pratique de la pêche

Figure 8 : Evolution au niveau de la pratique de la pêche

29Les diminutions de la lame d’eau, de la production biologique et de la taille des poissons et l’augmentation du nombre de pêcheurs ont entraîné un accroissement de l’effort de pêche et l’apparition de nouvelles techniques et de nouveaux engins de pêche. Dans 27 % des cas, les pêcheurs interrogés ont adopté de nouveaux engins (nasses, éperviers, et engins locaux : félé-félé, kipool et sawansegou) dans les lacs centraux pour pêcher aux alentours des cases et dans les eaux de faible profondeur et dans 13 % des cas, ils ont augmenté le temps de travail et doivent passer plus de jours à pêcher sur le fleuve.

30Malgré les migrations, la population des pêcheurs a continué de croître ces dernières décennies et les trois quarts des enquêtés rapportent que le nombre de candidats à la pêche des autres ethnies n’a cessé d’augmenter. Ainsi, cette activité n’est plus dévolue aux seuls Bozos et Somonos : 5 % des pêcheurs interrogés sont des Markas, 80 % des Bozos et 15 % des Somonos. L’accroissement de la population de pêcheurs n’est donc pas seulement dû au taux d’accroissement naturel de la population du delta intérieur, mais aussi à l’intérêt que la pêche a suscité au sein des autres ethnies. Le paysage ethnico-professionnel tend à se modifier. De nos jours, « tout le monde fait de tout ». À Kouakourou et à Walado, les chefs de villages disent que les hommes de l’ethnie Bellas sont de plus en plus pêcheurs, que ce soit à temps partiel ou à temps plein. De la même manière, beaucoup de peuls sont devenus cultivateurs et beaucoup de cultivateurs ont constitué de grands troupeaux de ruminants pour faire face à la baisse des revenus induite par la baisse de la crue.

3.5. Vers l’abandon des règles coutumières dans la gestion des pêcheries

31Le chevauchement entre les règles coutumières régissant la pêche et la loi moderne N° 95-032 du 20 mars 1995 semble perturber la gestion des pêcheries dans le delta intérieur. Sur le plan traditionnel, la gestion des pêcheries est confiée aux « maîtres des eaux », généralement issus d’un lignage Bozo. B. Koné (1986) donne une définition assez précise du maître des eaux : « une collectivité Bozo installée dans une région exerce sur elle un droit d'exploitation intégral et exclusif. Son chef, généralement l'aîné, est le gérant, l'administrateur du bien collectif : c'est le maître des eaux ». Ce chevauchement entre droit traditionnel et droit moderne influencerait la gestion des pêcheries du delta. Parmi les pêcheurs interrogés, 78 % préfèrent les règles coutumières parce qu’ils critiquent les permis de pêche et la présence des gardes forestiers et 22 % penchent en faveur de la réglementation moderne car ils déplorent le mercantilisme dont font preuve certains « maîtres des eaux ». De plus, 20 % des pêcheurs estiment que les pêcheurs sont incapables de gérer leurs propres litiges, lesquels découlent souvent des mésententes liées à l’attribution ou à la répartition des lieux de captures.

32Les maîtres des eaux, les responsables d’associations de pêche ou les chefs de communautés de pêcheurs avec lesquels nous nous sommes entretenus (Tatia/Nouna, Syn, Daga Womina, Kouakourou, Walado, Gourao-Bozo et Wandiaka) estiment que les « maîtres d’eau » ne communiquent pas et souvent même ne se connaissent pas. Chaque maître des eaux gèrerait donc l’espace de pêche qui est sous son autorité, sans concertation avec l’amont ou l’aval. Par conséquent, un engin dont l’utilisation serait permise sur un territoire à une période donnée, pourrait être interdit durant la même période sur un autre territoire et générer des conflits entre pêcheurs autochtones, soumis à l’interdit, et pêcheurs migrants peu concernés par les interdits locaux. La tendance de la gestion des plans d’eau, d’une gestion équitable et communautaire vers une gestion individuelle et mercantile, freinerait les tentatives de l’administration à introduire une gestion intégrée des ressources halieutiques.

4. Discussions

4.1. Perception de la crue

4.1.1. La perception

33Les résultats obtenus confirment que les pêcheurs ont une perception assez claire de la crue et de son évolution dans le temps, même si l’appréciation de la crue de 2007 a révélé quelques divergences. Les informations recueillies sont conformes aux trois grandes périodes hydrologiques définies en référence aux années 1960 (humide avant les années 1960, normale ou moyenne pendant les années 1960 et sèche pendant les années 1970 et 1980) observées dans le delta intérieur depuis le début du XXe siècle et décrites par G. Mahé et al. (2009). Le souvenir des enquêtés se porte également sur des années exceptionnelles. La crue de 1994, puissante, aura été précoce, longue, haute et très étendue, au point de provoquer des inondations dans les villages, de nombreux dommages et victimes, et une épidémie de choléra.

34D’après J. P. Bricquet et al. (1996), la pluviométrie annuelle moyenne sur le bassin versant du Niger à Koulikoro est de 1 445 mm sur la période 1951-1989, avec un maximum de 1 750 mm en 1951 et 1954, et un minimum de 1 190 mm en 1983 et 1984. Le total pluviométrique de l’année 1994 est de l’ordre de 1 670 mm et est supérieur de 15 % à la normale sur cette période. Mais selon les scientifiques la crue de 1994 n’a pas été exceptionnelle comparativement aux années 1960, car elle a à peine dépassé la moyenne du siècle (Mahé, 2006), ce qui traduit le fait que beaucoup d’enquêtés n’ont pas connu les crues des années 1960.

4.1.2. Les causes probables de la baisse de la crue

35Les principales causes de la baisse de la crue, évoquées par les populations du DIN, sont les aménagements hydro-électriques et hydro-agricoles situés en amont. Bien que B. Kassibo (2002) et L. Zwarts et al. (2005) insistent sur les conséquences hydrologiques des barrages, cette vision n’est pas entièrement partagée. Cette inclination à rechercher un bouc émissaire aux mauvaises années hydrologiques ne résiste pas à l’analyse scientifique. De nombreuses publications ont étudié cette question (Bricquet et al., 1996 ; Hassane et al., 2000 ; Mahé et al., 2000, Mahé, 2009 ; etc.) : la diminution de la crue jusqu’à présent est due en premier lieu au changement climatique et à la baisse des pluies. Cette baisse des pluies provoque moins d’écoulement direct, en proportion avec la baisse de la pluie qui est d’environ 15 % sur le haut bassin du fleuve. S’ajoute à cela une diminution très importante de la part de la crue provenant des eaux souterraines, du fait d’un déficit croissant de la recharge des nappes. La baisse de débit consécutive à la baisse de la pluie est donc amplifiée par la baisse du niveau des nappes. En 1999, une mauvaise gestion du barrage de Sélingué a provoqué une baisse importante des débits, mais uniquement en fin de saison sèche. La crue qui a suivi a été, par contre, une des meilleures enregistrées depuis le début de la sécheresse. Cet exemple témoigne que la population a totalement oublié la variabilité naturelle des basses eaux du fleuve Niger. Du fait de la mise en eau du barrage de Sélingué en 1980 et de la fourniture d’un débit minimum en saison sèche, le fleuve Niger ne peut pas connaître d’étiage intense, sauf cas exceptionnel comme en 1999, et ceci même si les périmètres irrigués tout le long du fleuve prélèvent jusqu’à 79 % de l’écoulement au maximum de la décrue.

4.2. Impacts sur les revenus des pêcheurs et sur les conditions de vie

36Les résultats montrent que la baisse des revenus est davantage ressentie dans les cercles de Tenenkou et de Youwarou, mais paradoxalement, c’est dans ces cercles que le niveau de vie est jugé plutôt satisfaisant. Ce paradoxe s’expliquerait par le fait que dans les cercles de Djenné et Mopti, le coût de la vie est plus élevé et que la pêche n’y est pas toujours la principale source de revenus. Par contre, dans les cercles de Tenenkou et Youwarou qui ne sont pas de grands centres urbains ou touristiques, malgré la diminution des revenus liée à la baisse de la crue, le coût relativement faible de la vie limite les impacts sur le niveau de vie. Ainsi, les pêcheurs produisent ou vendent encore suffisamment pour juger la qualité de leur vie satisfaisante.

37Les adaptations développées dans la pratique de la pêche confirment les tendances décrites par Y. Konaté (2007) qui attire l’attention sur des pratiques et des engins de pêche dangereux pour l’exploitation pérenne de l’ichtyofaune deltaïque. La mise en place de barrages de pêche à l’entrée des frayères et des nurseries en juillet-août provoque la capture massive des alevins et des femelles en quête de lieux propices pour la ponte. C’est à cette période en effet qu’en majeure partie, les espèces du delta intérieur se reproduisent.

4.3. Adaptation des pêcheurs aux changements de la crue

38L’augmentation du temps de travail et de l’effort de pêche aurait conduit 40 % des pêcheurs à reléguer la pêche au second plan et plus nombreux encore sont ceux qui sont prêts à pratiquer l’agriculture et rejoindre les périmètres irrigués. Y. Poncet (2000) estimait déjà à 90 % la population des pêcheurs qui sont aussi riziculteurs, et 93 % des enquêtés seraient prêts à pratiquer la riziculture irriguée s’ils obtiennent des parcelles dans des périmètres irrigués.

39Les modifications survenues sur le plan alimentaire sont perceptibles, mais elles ne sont pas seulement dues à la variabilité de la crue dans le DIN. Elles sont aussi dues à l’accroissement de la population, à la crise économique qui sévit dans la sous-région ouest africaine depuis déjà plusieurs années et à un changement de goût. Nos enquêtes établissent une perception paysanne de la dégradation des conditions alimentaires, mais ne permettent pas d’évaluer les pertes quantitatives et qualitatives observées au niveau des modifications des habitudes alimentaires.

Conclusion

40La baisse de la crue du fleuve Niger a été durement ressentie par les pêcheurs du DIN qui ont vu le stock de poissons baisser en quantité et en qualité. Les pêcheurs ont dû changer leurs pratiques de pêche et leurs habitudes alimentaires. La plupart se sont mis à cultiver et certains sont partis. Contrairement à l’une de nos hypothèses de départ, les pêcheurs ont plus diversifié leurs activités que migré. Ainsi, 40 % des pêcheurs ont relégué la pêche au rang d’activité secondaire et la grande majorité se disent prêts à se tourner vers l’agriculture irriguée s’ils obtiennent des parcelles.

41Ces différentes stratégies d’adaptation mises en place par les pêcheurs (diversification des activités, augmentation du temps de travail, etc.) ont permis d’atténuer les effets des modifications des conditions hydro-environnementales du DIN. Toutefois, certains groupes intègrent mal ces changements. Par exemple, les groupes Bozos et les Somonos, pêcheurs dits traditionnels, ont dû diversifier davantage leurs activités et associent désormais à la pêche, des activités telles que l’agriculture ou le commerce. Par ailleurs, avec la reconversion des pêcheurs en agriculteurs, c’est le problème de l’accès aux périmètres irrigués qui risque de se poser, tout cela dans un contexte de baisse des crues et d’augmentation de la population.

42En terme de prospective, peu de pêcheurs imaginent leurs vies dans le DIN avec une nouvelle baisse de la crue. Or, les accords entre les États de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) sur la construction du barrage en amont (Fomi) sont bien engagés. Ceci suppose que les pêcheurs devront envisager une nouvelle baisse de la crue et s’y adapter. Ils devront mettre en place des systèmes de pêche dans un fleuve plus régulé, avec des crues moins étendues mais un étiage plus soutenu. Dans ce contexte, les pratiques vont probablement aller vers une intensification de la production tant au niveau de la pêche que de l’agriculture. Les pêcheurs sédentaires, déjà conscients de la baisse de captures, vont développer la pisciculture existante en plus de la riziculture. Pour les pêcheurs professionnels migrants, un déplacement hors du delta intérieur semble être le principal moyen de conserver une bonne productivité et de limiter les conflits liés aux ressources halieutiques. L’intensification des prélèvements, l’augmentation des conflits entre les différents acteurs et le changement des règles apparaissent inéluctables. Malgré l’écrêtage des crues et les perturbations dues aux lâchers d’eau, le soutien de l’étiage et l’aménagement d’étangs piscicoles pourraient maintenir ou même augmenter le volume des captures annuelles. Si le programme actuel d’aménagement d’étangs piscicoles suit son cours normal et que les pêcheurs sont sensibilisés sur les bonnes pratiques de pêche, l’avenir des pêcheries du delta intérieur apparaît moins inquiétant et la compétition au niveau des périmètres rizicoles pourrait s’en trouver réduite. La vulnérabilité des pêcheurs du delta intérieur peut donc être limitée si les parties concernées s’accordent sur la nécessité d’une gestion concertée des ressources halieutiques.

Haut de page

Bibliographie

ACMAD, 2005, Risque d’inondation au Niger en 2005/2006, Niamey : ACMAD. 8 p.

BARBIER B., YACOUBA H., MAIGA A.-H., MAHE G., PATUREL J.-E., 2009, Le retour des grands investissements hydrauliques en Afrique de l'Ouest : les perspectives et les enjeux, Lyon : Géocarrefour, 84 (1-2) : 31-41

BRICQUET J.-P., MAHE G., BAMBA F., DIARRA M., MAHIEUX A., DES TUREAUX T., ORANGE D., PICOUET C., OLIVRY J.-C., 1997, Erosion et transport particulaire par le Niger : du bassin supérieur à l’exutoire du delta intérieur (bilan de cinq années d’observations), Regional Hydrology : concepts and models for sustainable water resource management, Proceedings of IIIrd International Conference on FRIEND’97, Postojna, Slovenia, Wallingford (UK) : IAHS Ed., IAHS Publications, 246 : 335-346

BRICQUET J.-P., MAHE G., BAMBA F., OLIVRY J.-C., 1996, Changements climatiques récents et modification du régime hydrologique du fleuve Niger à Koulikoro (Mali). Conférence à la Mémoire de Jean Rodier : L'Hydrologie Tropicale. Géoscience et outil pour le développement. Mélanges à la mémoire de Jean Rodier (1914-1994). Paris 3-4 mai 1995, Chevallier P. & Pouyaud B. (ed). Wallingford (UK) : IAHS Ed., AISH Publications, 238 : 157-166

DE NORAY M.-L., 2003, Delta Intérieur du fleuve Niger au Mali – Quand la crue fait la loi : l’organisation humaine et le partage des ressources dans une zone inondable à fort contraste. VertigO – La révue en science de l’environnement ; 4 (3) : 1-9.

DIAKITÉ C.-H., BALLO A., SOUMARÉ M., LERHUN J., 2011, Impact de la variabilité climatique sur les ressources en eau : Système de prévision de l'inondation du Delta Central du Niger au Mali et développement régional. Atelier final du programme RIPIECSA, Prospective du réseau AMMANET , Cotonou (Bénin), 18 au 21 Octobre 2011. http://www.hydrosciences.fr/ressac/Atelier032011 %5CRIPIECSA %20Diakite.pdf , consulté le 13/03/2012, Présentation PowerPoint. 33 p.

DIRECTION RÉGIONALE DE LA PÊCHE DE MOPTI, 2008, Importance de la pêche dans la Région de Mopti. Mopti : Direction Régionale de la Pêche, 8 p.

FAO, 2008, Pêches et Aquaculture Mali. Sur http://www.fao.org/fishery/ Consulté le 27 Juillet 2008.

HASSANE A., KUPER M., ORANGE D., 2000, Influence des aménagements hydrauliques et hydro-agricoles du Niger supérieur sur l’onde de la crue du delta intérieur du Niger au Mali, Sud Sciences et Technologies, 5 : 16-31

KASSIBO B., 2002, Priorités nationales et intérêt local. Des grands barrages à la décentralisation., in Orange D, Arfi R, Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, Paris : Éditions IRD : 119-130

KODIO A., MORAND P., DIÉNÉPO K., LAË R., 2002, Dynamique de la pêcherie du delta intérieur du Niger revisitée à la lumière de données récentes. Implications en terme de gestion. In : Orange D, Arfi R, Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris : Éditions IRD : 431-454

KONATÉ Y., 2007, Problématique de la pêche en 5ème Région. Concertation régionale sur le thème : gestion des conflits de pêche, Mopti : Direction Régionale de la Pêche de Mopti, 20 p.

KONÉ A., 1986, Les droits traditionnels de pêche au delta central du Niger et la région des lacs : conflits et recommandations en vue d'une gestion équitable et rationnelle des ressources halieutiques, In : Gaudet JL, Parker D, eds. FAO, Rapport sur les pêches, 360, Rome : FAO, 160 p.

L’HÔTE Y., MAHÉ G., SOMÉ B., 2003, The 1990s rainfall in the Sahel : the third driest decade since the beginning of the century. Reply to discussion. Hydrological Sciences Journal, 48 (3) : 493-496

LAË R., MAHÉ G., 2002, Crue, inondation et production halieutique. Un modèle prédictif des captures dans le delta intérieur du Niger. In : Orange D, Arfi R, Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris : Éditions IRD. 865-884.

LAË R., 1992, Influence de l’hydrologie sur l’évolution des pêcheries du delta central du Niger, de 1966 à 1989. Aquatic Living Resources, 5 : 115-126

LIENOU G., MAHÉ G., DIEULIN C., PATUREL J.-E., BAMBA F., SIGHOMOU D., DESSOUASSI R., 2010, The river Niger water availability : facing future needs and climate change. In : Global Change : Facing Risks and Threats to Water Resources (Proc. of the Sixth World FRIEND Conference, Fez, Morocco, October 2010), Wallingford (UK) : IAHS Ed., IAHS Publications, 340 : 637-645

LOUVET S., PATUREL J.-E.., MAHÉ G., VIGAUD N., ROUCOU P., ROUCHE N., KOITE M., 2011, Variabilité spatio-temporelle passée et future de la pluie sur le bassin du Bani en Afrique de l’Ouest. In : Hydro-climatology : Variability and Change, S.W. Franks, E. Boegh, E. Blyth, D.M. Hannah, K.K. Yilmaz (Eds.). Proceedings of symposium J-H02 held during IUGG 2011 in Melbourne, Australia, July 2011, Wallingford (UK) : IAHS Ed., AISH Publications 2011, 344 : 125-130

MAHÉ G., BAMBA F., SOUMAGUEL A., ORANGE D., OLIVRY J.-C., 2009, Water losses in the inner delta of the River Niger : water balance and flooded area. Hydrological Processes, 23 : 3157–3160

MAHÉ G., L’HÔTE Y., OLIVRY J-C., WOTLING G., 2001, Trends and discontinuities in regional rainfall of west and central Africa – 1951-1989. Hydrological Sciences Journal, 46 (2) : 211-226

MAHÉ G., LIENOU G., BAMBA F., PATUREL J.-E., ADEAGA O., DESCROIX L., MARIKO A., OLIVRY J-C., SANGARE S., 2011a, Niger river and climate change over 100 years. In : Hydro-climatology : Variability and Change, S.W. Franks, E. Boegh, E. Blyth, D.M. Hannah, K.K. Yilmaz (Eds.). Proceedings of symposium J-H02 held during IUGG 2011 in Melbourne, Australia, July 2011, Wallingford (UK) : IAHS Ed., AISH Publications 2011, 344 : 131-137

MAHÉ G., OLIVRY J.-C., DESSOUASSI R., ORANGE D., BAMBA F., SERVAT E., 2000, Relations eaux de surface – eaux souterraines d’une rivière tropicale au Mali. Comptes rendus de l’Académie des Sciences Série IIa, 330 : 689-692

MAHÉ G., ORANGE D., MARIKO A., BRICQUET J.-P., 2011b, Estimation of the flooded area of the Inner Delta of the River Niger in Mali by hydrological balance and satellite data. In : Hydro-climatology : Variability and Change, S.W. Franks, E. Boegh, E. Blyth, D.M. Hannah, K.K. Yilmaz (Eds.). Proceedings of symposium J-H02 held during IUGG 2011 in Melbourne, Australia, July 2011, Wallingford (UK) : IAHS Ed., AISH Publications 2011, 344 : 138-143

MAHÉ G., 2009, Surface/groundwater relationships in two great river basins in West Africa, Niger and Volta. Hydrological Sciences Journal, 54 (4) : 704-712

MAHÉ G., 2006, The impacts of land use/land cover change and climate variability on the hydrology of the Sahel. In : Climate Variability and Change Hydrological Impacts (ed. by S. Demuth, A. Gustard, E. Planos, F. Scatena & E. Servat), Wallingford (UK) : IAHS Ed., AISH Publications 2006, 308 : 679-684

MARIKO A., MAHÉ G., SERVAT E., 2003, Les surfaces inondées dans le delta intérieur du fleuve Niger au Mali par NOAA/AVHRR. Bulletin SFPT, 172 : 61-68

MORAND P., KODIO A., NIARÉ T., 2002, Vers un observatoire des pêches dans le delta intérieur du Niger : méthodes, résultats et enseignements d'un dispositif expérimental. In : Orange D, Arfi R, Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris : Éditions IRD : 685-717

N’DJAFA O.-H., 2009, Perceptions paysannes de la variabilité et des changements climatiques. In : Ali A, Amani A, Sarr B, N’Djafa OH, Garba I, Traoré S, eds. Le Sahel face aux changements climatiques. Enjeux pour un développement durable. Niamey : AGRHYMET : 31-32

OLIVRY J.-C., 1994, Le fonctionnement hydrologique de la Cuvette lacustre du Niger et essai de modélisation de l'inondation du delta intérieur. In : Olivry JC, Diallo Iam M, Bricquet J.P, eds. Quelques données préliminaires sur l'environnement et la qualité des apports du Niger au Sahel. ORSTOM-CNRST : 27-41

PATUREL J.-E., DIAWARA A., KONG A., SIOU L., TALIN E., FERRY L., MAHÉ G., DEZETTER A., MUTHER N., MARTIN D., ROUCHÉ N., L’AOUR-CRES A., SEGUIS L., COULIBALY N., BAHIRE-KONE S., KOITÉ M., 2010, Caractérisation de la sécheresse hydropluviométrique du Bani, principal affluent du fleuve Niger au Mali. In : Global Change : Facing Risks and Threats to Water Resources (Proc. of the Sixth World FRIEND Conference, Fez, Morocco, October 2010), Wallingford (UK) : IAHS Ed., IAHS Publications, 340 : 661-667

PICOUET C., ORANGE D., MAHÉ G., OLIVRY J.-C., 2002, Rôle du delta intérieur du fleuve Niger dans la régulation des bilans de l’eau et de sédiments. In : Orange D, Arfi R, Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris : Éditions IRD : 245-258

PONCET Y., 2000, Le système halieutique du delta central (Mali). Structuration de l'espace et cohérence des articulations fonctionnelles. In : Gascuel D, Chavance P, Bez N, Biseau A, eds. Les espaces de l'halieutique. Paris : Éditions IRD : 549-566

RAMSAR, 2004, Fact sheet. Inner Niger Delta/ Delta Intérieur du Niger (Mali). The third biggest Ramsar site in the world . Gland : Ramsar. 2 p.

ROUDIER P., MAHÉ G., 2010, Study of water stress and droughts with indicators using daily data on the Bani basin (Mali). International Journal of Climatology, 30 ; 11 : 1689–1705

ZWARTS L., BEUKERING P.-V., KONE B., WYMENGA E., 2005, Le Niger, un câble de sauvetage : résultats économiques et écologiques de la gestion efficace dans le bassin du haut Niger. Conférence FAO/Pays-Bas sur “L’eau pour l’alimentation et les écosystèmes : Pour une action concrète !”. La Haye : FAO/Pays-Bas. 4 p.

ZWARTS L., DIALLO M., 2003, Les pêches dans le delta intérieur du Niger. In : Wymenga E, Koné B, Van Der Kamp J, Zwarts L, eds. Delta Intérieur du fleuve Niger. Ecologie et gestion durable des ressources naturelles. Veenwouden : Wetlands International : 89-107

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution comparée des cumuls de la pluie et du débit à Mopti
Crédits Source : DIAKITÉ et al., 2011.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 2 : Localisation du DIN au Mali
Crédits Source : Zwarts et Diallo, 2003.
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 3 : Problématique de al baisse de la crue dans le Delta Intérieur du Niger
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 4 : Pertes en matières en suspension (MES) en 106t, par rapport à la perte en eau en km3, dans le delta entre Ké-Macina et Douna (entrée) et Diré (sortie)
Crédits d’après Picouet et al., (2002).
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 3 : Module hydrologique annuel entrant (en m3.s-1) et bilan des flux de matières particulaires transitant dans le delta intérieur du fleuve Niger (exprimés en milliers de tonnes par an)
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 5 : Avis des enquêtés sur les causes possibles de la crue
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 6 : Évolution de la production, de la taille et du prix du poisson
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 7 : Changement d’alimentation du fait de la baisse de la crue
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 8 : Evolution au niveau de la pratique de la pêche
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/1739/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sévère Fossi, Bruno Barbier, Yao Télesphore Brou, Amaga Kodio et Gil Mahé, « Perception sociale de la crue et réponse des pêcheurs à la baisse de l’inondation des plaines dans le Delta Intérieur du Niger, Mali », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/1739

Haut de page

Auteurs

Sévère Fossi

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)
Rue de la Science, 01
B.P. 594
Ouagadougou 01
Burkina Faso
severe_fossi@yahoo.fr

Bruno Barbier

CIRAD-Ouagadougou
Avenue du Président Kennedy, 01
B.P. 596
Ouagadougou 01
Burkina Faso
bbarbier@cirad.fr

Yao Télesphore Brou

Université de La Réunion
UMR228 ESPACE- DEV
B.P. 7151
97460 Saint-Denis cedex 9
La Réunion
broutelesphore@yahoo.fr

Gil Mahé

HydroSciences Montpellier UM2
Maison des Sciences de l’Eau
F-34095 Montpellier Cedex 5
France
mahe@msem.univ-montp2.fr

Amaga Kodio

IER/Centre Régional de Recherche Agronomique de Mopti
B.P. 205
Mopti
Mali
amaga.kodio@ier.ml

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page