Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Marcel Roncayolo, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle

2014, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 446 pages
Nicolas Douay
Référence(s) :

Marcel Roncayolo, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, 2014, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 446 pages

Texte intégral

1Vingt-cinq ans après sa première sortie grâce au support de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Marseille, les éditions de l’École normale supérieur (ENS) rééditent au sein de sa « bibliothèque idéale des sciences sociales » L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle de Marcel Roncayolo. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce choix. Il s’agit, tout d’abord, de rendre hommage à l’approche pluridisciplinaire de Marcel Roncayolo qui se situe entre l’histoire, la géographie et l’urbanisme. L’étude des représentations urbaines et des imaginaires porte ainsi sur plus de deux siècles d’un corpus documentaire varié (discours, statistiques, iconographies diverses) tout en mobilisant de nombreux concepts clés de la géographie et de l’urbanisme.

2Au-delà de cette posture intellectuelle, l’ouvrage illustre remarquablement bien les débats épistémologiques de l’époque avec la structuration d’un courant de « géographie culturelle », notamment autour des travaux de Paul Claval, même si l’édition d’origine du travail de Marcel Roncayolo connaît peu d’échos chez les géographes. Le choix de l’ENS tente de ce fait de remédier à cette « rencontre manquée avec les géographes » comme l’indique Éric Verdeil dans sa présentation introductive de l’ouvrage.

3Pour Marcel Roncayolo, dans l’étude de l’imaginaire marseillais, il s’agit de penser l’articulation entre les représentations individuelles et collectives, entre la matérialité de la ville et les pratiques sociales qu’elle accueille dans l’immédiat mais aussi dans le temps long : « … l’imaginaire ne relève pas uniquement de l’expérience individuelle, (…) il est à la fois cumul et prolongement d’expérience. L’articulation de l’individuel et du collectif reste, quelles que soient les références théoriques invoquées, la question essentielle des sciences humaines. L’imaginaire ne se construit pas en isolat ; il vit de confrontations, récits, langage, et s’accroche à des signes collectifs, que sont, par exemple, les formes matérielles et les paysages. Mais, à l’inverse, le collectif n’intervient pas seulement en bout de course. Il commande en partie les actes plus ou moins élémentaires de la psychologie individuelle et ces opérations plus compliquées que sont la connaissance du monde sensible, la perception du monde sensible, la perception et la mémoire. » (p. 34).

4Pour étudier cet imaginaire urbain, Marcel Roncayolo choisit Marseille comme objet d’étude, laboratoire dont il avait déjà consacré sa thèse d’État soutenu en 1981 et qui avait ensuite donné lieu à la publication d’un ouvrage en 1996 : Les grammaires d’une ville  : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille.

5La seconde édition est enrichie d’une présentation par le géographe Éric Verdeil, d’une nouvelle préface du président actuel de la CCI et enfin de quelques mots d’avertissement de Marcel Roncayolo. L’ouvrage garde ensuite son organisation d’origine avec trois parties afin de donner une profondeur historique à cette notion d’imaginaire. La première partie porte sur « L’imaginaire conquérant » et présente la période d’expansion marseillaise à partir des années 1830. Marseille développe alors un hinterland et s’appuie sur le développement des colonies pour devenir une métropole entre l’Europe et l’Asie alors que le canal de Suez ouvre en 1869. La deuxième partie présente « Le système marseillais », c’est-à-dire le moment où le rêve marseillais touche à sa plénitude. Les « négoces industrialisants » vont transformer les matières premières en provenance des colonies pour en faire principalement des huiles ou du savon. Marseille change alors son rapport avec le reste du territoire national mais aussi son arrière-pays plus immédiat. Marcel Roncayolo étudie aussi ces transformations au sein de l’espace marseillais et revient sur les divisions socio-spatiales et l’imaginaire de la ville populaire. Dans la troisième partie, il est question de « L’imaginaire éclaté » avec l’effondrement du système marseillais après la Seconde Guerre mondiale dans un contexte décolonisation qui remet en cause le rôle d’interface de Marseille entre l’Europe et les marchés coloniaux. Cette crise économique change par conséquent l’imaginaire de Marseille en tant que « Port, ville, pôle ». C’est à cette époque, en effet, que le port connaît une extension vers l’ouest avec le complexe industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer et que le centre-ville tente laborieusement de réinventer sa centralité alors que les périphéries de l’agglomération connaissent une croissance importante sous l’effet du processus de métropolisation.

6Vingt-cinq ans après sa première édition, la lecture de cet ouvrage permet d’apporter de la profondeur historique et de relativiser les transformations actuelles de Marseille dans sa matérialité et dans son imaginaire. Tout d’abord, le « port » marque encore l’imaginaire marseillais mais sa matérialité évolue alors qu’il continue son expansion vers l’ouest en développant ses capacités d’accueil de conteneurs mais la question de la desserte et de l’articulation avec l’hinterland reste entière. De plus, la « ville » n’est plus dans la même situation de déclin qu’en 1990. Le projet Euroméditerranée transforme les espaces portuaires à grands renforts de gestes architecturaux qui s’appuient sur l’imaginaire de la ville portuaire. La mise en scène de cette nouvelle vocation culturelle et touristique a connu son heure de gloire en 2013 lorsque Marseille avait le titre de capitale européenne de la culture. Ces mutations de l’imaginaire marseillais sont donc importantes même si les divisions socio-spatiales restent tenaces dans les faits et les représentations. Et enfin, alors qu’au 1er janvier 2016 la métropole Aix-Marseille-Provence entrera en vigueur, la structuration d’un « pôle » marseillais va se concrétiser, mais il conviendra d’observer le fonctionnement de cette institution et la façon dont elle formulera de nouveaux rêves métropolitains et construira de nouvelles représentations.

7Cet ouvrage intéressera donc les chercheurs ou étudiants en sciences sociales mais aussi l’ensemble des acteurs impliqués dans la vie marseillaise qui s’interrogent quant aux rêves et représentations passées de la cité phocéenne mais aussi à la construction de son nouvel imaginaire alors que la métropole poursuit une intense période de mutation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Douay, « Marcel Roncayolo, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/3136

Haut de page

Auteur

Nicolas Douay

Université Paris Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page