Navigation – Plan du site
Varia

Le pays à l’épreuve d’une zone de transition : entre Flandre et métropole lilloise

The Pays Facing a Transition: in between Flanders and Lille Metropole
Xavier Leroux
p. 60-66

Résumés

Dans le contexte actuel de retour des pays et de leur objectivation juridique, on constate l’émergence de territoires s’attribuant la notion mais de manière plus informelle. Administrativement inclus dans l’agglomération mais situés dans des zones de transition entre leurs densités centrales et des espaces plus ruraux, ces pays jouent la carte d’une identité de l’entre-deux, différente de chacune de leurs bordures. L’article vise à montrer, à l’aide d’un exemple situé en bordure nord-ouest de la métropole lilloise, comment ces structures s’affichent en tant que pays, au niveau de la délimitation, de la localisation et de la mise en valeur des territoires en question.

Haut de page

Texte intégral

1La politique de pays lancée il y a maintenant dix ans par les lois Pasqua et Voynet entend redessiner la carte nationale avec des périmètres de pays et d’agglomérations. Si d’autres initiatives (contrats de pays, pays d’accueil touristique, pays d’art et d’histoire ou encore des communautés de communes) s’étaient déjà approprié la notion par endroits, la politique actuelle diffère de par son envergure nationale.

2Dans ce contexte de concrétisation législative du concept, on constate cependant l’émergence, plus spontanée, de territoires se revendiquant pays en dehors des nouveaux cadres prévus à cet effet. Il s’agit de territoires de transition entre des centres denses d’agglomérations et des espaces plus ruraux, leur réalité est périphérique, périurbaine mais leur rattachement politique, au sens des lois sur les pays, se fait avec l’agglomération.

3Nous nous proposons d’examiner un cas relatif à la Métropole lilloise. L’existence de petites régions fortement différenciées ainsi que la répartition polynucléaire des fortes densités urbaines constituent deux bases solides à la reconnaissance de la notion de pays dans cet espace, notamment sur ses bordures. La direction nord-ouest (pays de Weppes, pays de la Lys) est intéressante en ce qu’elle est relativement peu dense mais aussi parce qu’elle constitue une zone de contact avec un pays Voynet à l’image forte et attractive, le pays « Cœur de Flandre ».

1. Les Weppes et la Lys, pays métropolitains, pays de transition

  • 1 FLATRES P. (1980) « Portrait de la France moderne – Atlas et géographie du Nord et de la Picardie » (...)

4À propos des spécificités de la configuration territoriale de la métropole lilloise, Flatrès (1980) rappelait que « le fait que l’influence d’une masse urbaine considérable n’ait pas réussi à créer une région lilloise uniforme est par lui-même symptomatique, attestant de la vigueur des traditions rurales, d’un dynamisme agricole persistant, d’une juste adaptation au milieu physique1 ».

5Ces petites régions peuvent s’individualiser à l’aide de différents critères, parfois complémentaires. Les singularités physiques et historiques (quartiers de la châtellenie de Lille) constituent les bases traditionnelles de la légitimation de ces pays. Les données géomorphologiques, biogéographiques et de terroirs ruraux reconnaissent les changements nuancés dans la structure paysagère de ces pays. Dans son inventaire des paysages de pays de 1995, l’INSEE officialise ce constat en rappelant que la plaine de la Lys et le pays de Weppes sont considérés comme des « paysages de transition ». Les Weppes constituaient par ailleurs le plus vaste des cinq quartiers de la châtellenie de Lille avec 37 communes. En revanche, de par sa configuration linéaire, le territoire de la Lys n’a pas joui d’une telle appellation historique puisqu’il était partagé entre ce quartier des Weppes et le quartier voisin du Ferrain situé plus à l’est et comprenant 29 communes.

6Il convient de noter ensuite que les instances d’aménagement (territoires du schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme et de la communauté urbaine de Lille) ont repris aujourd’hui certaines appellations originelles de pays pour leurs découpages. Le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de Lille a reconnu parmi ses dix territoires l’existence d’un territoire des Weppes (25 communes) et d’un territoire de la Lys (11 communes). Précisons cependant que cette version date de 1997 et qu’à l’époque du premier schéma directeur de 1972, la découpe singularisait quinze sous-ensembles dont les dénominations ne reprenaient pas les intitulés de pays mais des localisations à l’aide de points cardinaux. Le contexte d’organisation de la métropole et notamment la prévision de ses directions d’extension explique ce phénomène. Calée sur ces découpes, dans la mesure du respect des limites intercommunales, la communauté urbaine de Lille reconnaît, à peu de choses près, ces mêmes territoires : la Lys comporte une commune de plus, soit 12 (même si on peut toujours s’étonner de l’absence de la commune de Halluin dans cet ensemble) tandis que les Weppes n’en comptent que 20, les cinq dernières étant aujourd’hui regroupées au sein de la communauté de communes des Weppes, créée en 1992.

Figure 1 : Le pays de Weppes - Reconnaissance historique et intercommunale

Figure 1 : Le pays de Weppes - Reconnaissance historique et intercommunale

Réalisation : Xavier Leroux

  • 2 WAGNON C. (1988) « Identités du Nord Pas de Calais », avec le concours d’A.M. DASSONVILLE et C. HRA (...)

7Ces quelques rappels, résumés sur la figure 1, contribuent à montrer, qu’en plus de leurs bases traditionnelles, les Weppes et la Lys ont pu conserver leur individualité et les appellations afférentes dans le contexte actuel de métropolisation. Ayant également une reconnaissance physique et historique, d’autres territoires n’ont su garder leur désignation originelle (Ferrain et Mélantois notamment qui ont vu le fort développement de la conurbation, on a parlé du « Versant nord-est » de la métropole). Au sud, la Pévèle, « aidée » par son indépendance de la communauté urbaine de Lille, maintient aussi son statut de pays métropolitain. Wagnon (1988) avait remarqué que « l’identité, l’existence même de la Pévèle tenait à son rôle de poumon vert, à sa situation de jonction entre la Métropole et le Bassin houiller2 ». La position périphérique et l’absence d’un noyau urbain important sont les deux critères principaux expliquant ces différences dans la survie et la disparition des noms de pays métropolitains.

8Le simple comptage de ces appellations de territoires dans l’annuaire est finalement lui-même révélateur. Après élimination des doublons, nous constatons que les Pages Jaunes recensent, pour le département du Nord, 16 activités professionnelles dites des Weppes, 50 de la Pévèle et jusqu’à 80 pour la Lys (même si là, une bonne partie des activités sont hors métropole). En revanche, on ne compte que 4 dénominations pour le Ferrain et 5 pour le Mélantois, les adjectifs lillois (60), tourquennois (30) et roubaisien (10) leur étant préférés.

2. La recherche de nouveaux territoires et d’une image propre

  • 3 Voir sur ce point : GONZALES G., MORTREUX C., PREUX L., RICHARD C. (2002) « Association patrimonial (...)
  • 4 Voir le site de l’association culturelle du pays de Ferrain, créée en 1997 (http://asso.nordnet.fr/​ (...)

9De nouvelles démarches en la matière se font jour. Communes et groupements de communes oeuvrent à la constitution d’entités assimilables au pays, d’entités qui se donneront à être vues. Si la Pévèle privilégie le critère historique en comptant sur l’apport des travaux d’une société historique3 et le Ferrain l’aspect culturel4, les Weppes et la Lys semblent axer leurs réflexions vers le côté touristique. Il ne s’agit que d’exemples, la catégorisation de ces initiatives restant indicative (l’INSEE regroupe d’ailleurs les associations relatives à la culture, aux loisirs et au tourisme dans un même ensemble).

10Cette quête d’une identité touristique peut s’expliquer par la découpe du Comité Départemental du Tourisme du Nord qui, ayant distingué cinq secteurs pour le département (du nord au sud : Flandre Côte d’Opale, Cœur de Flandre, Lille Métropole, Hainaut et Avesnois), n’a pas officialisé de sous-ensembles plus fins à l’intérieur de la Métropole. La crainte du phénomène de métropolisation réactualisée par l’inclusion de fait dans l’entité « agglomération lilloise » au sens des lois d’aménagement peut constituer une autre justification. Le but est finalement d’avoir une prise sur son développement, touristique notamment dans notre exemple.

11Différents discours d’acteurs seront évoqués mais deux structures ont plus particulièrement retenu notre attention : l’office de tourisme intercommunal des Weppes et l’association « Lys sans frontières ».

a. Taille et forme : micro-pays, pays linéaire

12Les pays composant la région lilloise n’ont pas cette caractéristique principale d’être constitués d’une ou plusieurs ville(s)-centre(s) polarisant leurs alentours et définissant par la même un bassin d’emploi. Trop petits pour y faire naître ces rapports de mobilité et d’autonomie, ces territoires se fondent sur des critères physiques et paysagers, des traits d’histoire communs ainsi que des affinités intercommunales. On peut dès lors parler de micro-pays.

  • 5 Voir le site du pays de Weppes http://paysdeweppes.free.fr/​

13Le pays de Weppes est aujourd’hui principalement mis en valeur par l’office de tourisme d’Aubers crée en 1993, devenu intercommunal en 1999. Un site Internet5 a vu le jour en 2002. Si l’on s’y réfère à la découpe moyenâgeuse pour justifier le bien-fondé de ce territoire, le pays de Weppes, deux siècles après la fin des châtellenies, n’a plus le même visage. La partie est de ce territoire ne regarde plus vers les Weppes. Des communes comme Lomme, Lambersart, Saint-André sont résolument fondues dans la banlieue lilloise, Lomme ayant même choisi la fusion. La commune d’Armentières développe, quant à elle, sa propre polarisation, se tournant entre autres vers la Lys (la mise en intercommunalité de l’office de tourisme est d’ailleurs à l’étude). L’autoroute A 25 et la départementale D 933 jouent à ce niveau un certain rôle de coupure. La réalité prend la forme d’un regroupement intercommunal de projet où l’on retrouve le territoire des Weppes tel qu’il est conçu par l’intercommunalité actuelle (territoire des Weppes de la communauté urbaine de Lille et de la communauté de communes des Weppes). Les 21 membres du conseil d’administration sont d’ailleurs tous habitants de cette partie ouest du territoire dont 11 de Aubers, la commune initiatrice de la démarche. Ce territoire d’une vingtaine de communes est traversé par un axe structurant, la route nationale RN 41 qui individualise deux sous-ensembles, une partie sud assez dense, limitrophe des pays miniers et une partie nord, plus aérée et tournée vers la Flandre. Le rapport d’habitants y est d’environ deux tiers/un tiers. On a également prêté à cette ligne une tradition de démarcation politique qui semble aujourd’hui atténuée mais qui a permis, entre autres, d’expliquer la création de la communauté de communes des Weppes.

  • 6 COUTURIER C. (2003) « Weppes : dix communs pour un pays », Lille Métropole Info, p. 6, n° 7, sept 2 (...)

14Le pays de Weppes peut donc être considéré comme un micro-pays, les actions groupées ne prenant, dans cette phase de consolidation du territoire par les acteurs, l’envergure que de quelques communes parmi les plus motivées. À titre d’exemple, un partenariat faisant fi de ces découpes intercommunales a pu être organisé pour promouvoir la randonnée dans cet espace lors des festivités de Lille 20046.

15Toujours dans cette volonté de maîtriser son développement, la création d’un SIVOM du pays de Weppes est à l’étude. Ce territoire pourrait comporter ces mêmes 23 communes et aurait pour mission d’obtenir un pouvoir de décision différent de celui de la Communauté urbaine de Lille. Cette réflexion permet de conforter l’idée de la revendication d’un micro-territoire sur lequel il serait possible de mener le développement à partir de voix locales.

16Les enjeux d’aménagement y ont toujours été de taille. La forte résidentialité et la fragilité physique de ce territoire (champs captants) l’ont prédisposé à s’élever contre le projet de liaison autoroutière Amiens Lille Belgique (LAALB) si bien que celui-ci voit son tracé aujourd’hui infléchi vers une Flandre moins densément urbanisée (passage par Hazebrouck, Steenvoorde et raccordement vers Poperinge). Le territoire des Weppes abrite par ailleurs le parc de la Deûle, actuel plus grand parc périurbain de la métropole et véritable pivot de sa politique d’espaces verts. À travers la reconstitution de milieux naturels, la mise en valeur de l’agriculture périurbaine (projet « maraîchage en Weppes ») et la création de jardin à thèmes (Land’Art), cet espace permet au pays de revendiquer sa ruralité préservée et renouvelée davantage que sa périphéricité.

17Concernant le territoire de la Lys, la situation diffère en ce que la théorie se base ici davantage sur la forme qu’un pays peut prendre. Un pays peut-il prendre corps sur une forme linéaire telle qu’un cours d’eau ? Naturellement pas dans la longueur : la Lys est trop étendue (214 kilomètres de sa source à Lisbourg dans le Pas de Calais jusqu’à Gand en Belgique), traversant donc trop de cas de figures différents pour que puisse s’individualiser une entité unique. Mais dans la largeur, l’épaisseur de la ligne, il semble possible que des sous-ensembles apparaissent.

  • 7 Voir le site de l’association Lys sans frontières http://www.lys-sans-frontieres.org/​

18L’association « Lys sans frontières » est née en 2002, accompagnée d’un site Internet7. Lancée à l’initiative des communes environnantes, son but est de promouvoir le tourisme dans la vallée de la Lys. Si l’appellation « Valléede la Lys » est souvent employée pour définir le territoire, la notion de pays n’est pas en reste puisqu’en amont de la création de l’association, une charte de pays de la Lys a été adoptée en 1996. L’existence d’un pays de la Lys est donc revendiquée par les acteurs qui lui donnent même une dimension transfrontalière riche de 680.000 habitants. Au demeurant, le guide touristique a été baptisé « la Lys au pays des merveilles ».

19Dans sa partie française, l’association distingue trois sous-ensembles. Deux se situent dans le Pas de Calais : la « Lys rivière » où le cours d’eau prend naissance et la « Lys rurale » où il devient navigable. Le troisième, situé dans le Nord, est celui de la « Lys métropolitaine » qui correspond à sa partie la plus dense. On aurait cette fois l’individualisation de plusieurs micro-pays. L’analyse du nombre de communes adhérentes et la façon dont elles sont réparties sur chacun de ces ensembles est intéressante (voir figure 2).

Figure 2 : La vallée de la Lys d'après l'association Lys sans frontières

Figure 2 : La vallée de la Lys d'après l'association Lys sans frontières

Réalisation : Xavier Leroux

20Sur les 57 communes adhérentes, plus de la moitié sont situées sur la partie « Lys rurale » (33 communes) alors que la « Lys rivière » (16 communes) et la « Lys métropolitaine » (8 communes) se partagent le reste de l’effectif. Est-ce que le caractère non navigable de la Lys lui donne moins de poids dans le façonnage du territoire ? De même, est-ce que la densité urbaine dans le secteur de la « Lys métropolitaine » lui donne également moins d’influence ?

  • 8 Voir sur le site de la CC Artois Lys http://www.cc-artois-lys.fr/​textes/​fr/​acrobat/​4_pages/​Artois_L (...)
  • 9 DELFOSSE C. (2001) « Les multiples facettes des cultures territoriales dans le département du Nord  (...)

21On remarque également que des communes directement limitrophes de la rivière ne sont pas représentées (notamment dans la partie « Lys rivière ») alors que des communes éloignées parfois de 10 kilomètres y sont adhérentes. Celles-ci sont situées au sud de la rivière (le versant nord est inclus dans les pays de Saint-Omer et Cœur de Flandre qui prennent en considération cette vallée de la Lys comme la composante sud de leur territoire). La petite taille de ces communes et donc leur plus grand nombre peut constituer une explication mais on peut également évoquer des raisons politiques liées à l’élaboration d’une image. En effet, les communes sud de la partie « Lys rurale » appartiennent à la communauté de communes Artois Lys qui reste l’un des derniers périmètres régionaux non encore recouvert par un pays Voynet et qui entend passer prochainement ce cap avec la Lys comme fondement et emblème principal8. Dans un contexte de concurrence entre les territoires, n’a-t-on pas également, par ce regard vers le nord, une certaine fuite du pays Béthunois et de l’image minière qu’on lui associe encore ? Delfosse (2001) rappelait que la culture industrielle dans le Nord fait l’objet d’une « valorisation mitigée » tandis que la culture flamande est, quant à elle, perçue et revendiquée comme « une culture régionale dynamique à l’intérieur du département9 ».

b. Positionnement et valorisation : proximité de la métropole et ruralité

22Le fort succès de la notion de pays, la concurrence entre territoires mais surtout le fait que ces initiatives soient volontaires nécessitent de trouver le discours le plus approprié pour se mettre en valeur.

  • 10 Voir sur le site du CDT du Nord : http://www.cdt-nord.fr/​fr/​villes/​details.aspx ?insee =59025
  • 11 Voir http://denisvinckier.hautetfort.com/​pays_de_weppes/​

23La présentation de la localisation spatiale du territoire est tout à fait évocatrice. La relation pays/métropole prend un sens particulier puisque l’on se revendiquera proche de la métropole sans prétendre y appartenir. Sur le site de l’office de tourisme des Weppes, on constate que le pays de Weppes se veut « situé entre la métropole lilloise et les Flandres ». La page indiquant comment se rendre dans le pays précise également qu’il a « une situation privilégiée à proximité de la Métropole lilloise ». Le Conseil Départemental du Tourisme du Nord conçoit le pays de Weppes comme « la Nature aux portes de la Métropole10 ». Un élu local le trouvait enfin « dans l’aire d’influence directe de la métropole lilloise11 ».

  • 12 Voir le site de la commune d’Armentières http://www.ville-armentieres.fr/​

24La commune d’Armentières revendique elle aussi son identité propre. Ville d’environ 25.000 habitants, Armentières a vécu son développement avec cette double caractéristique d’être considérée comme exclue de l’ensemble métropolitain au vu du critère de continuité du bâti mais d’y appartenir fonctionnellement. Incluse dans la communauté urbaine de Lille dès sa création, on l’a également souvent qualifiée de quatrième pilier de la métropole, après les trois formant la conurbation. Aujourd’hui, sur le plan touristique, la commune joue de cette ambivalence, son slogan étant devenu « une escale entre Flandre et Métropole12 ».

25Si les cadres Voynet voient une frontière de nature linéaire entre ces deux entités (« Agglomération lilloise » et « Cœur de Flandre »), les territoires cités en exemple s’autoproclament de l’entre-deux, se donnant une consistance, une frontière de nature zonale. On ne peut pourtant pas évoquer d’erreur ou de contresens puisque ce terme de métropole était finalement le seul sur lequel on pouvait jouer. En effet, contrairement à des contours qui s’y apparentent (châtellenie, arrondissement, périmètre du schéma directeur...), il est le seul qui ne bénéficie pas d’un caractère précisément mesurable. Même si la Communauté Urbaine de Lille s’est récemment vu renommée Lille Métropole Communauté Urbaine, la métropole correspond davantage à l’idée que l’on s’en fait qu’à une réalité politique ou même statistique. Si l’on parle pourtant souvent de la Métropole transfrontalière, voire même de son extension à l’ex bassin minier, ces discours montrent que l’on peut également lui prêter un périmètre plus restreint.

  • 13 FIDELIN B. (2005) « Le nouvel élan de la France rurale », dans Pèlerin Magazine, 24 février 2005, n (...)

26Il est indéniable que le concept de pays est fortement lié à l’image rurale que l’on peut lui prêter. Pourtant, en bordure métropolitaine, la réalité correspond plutôt à des territoires périurbains. Si l’on prend l’exemple du zonage en aires urbaines de l’INSEE, le pays de Weppes est défini comme couronne périurbaine. La Lys connaît nécessairement une plus grande variété de situations mais la partie « rurale » que lui prête l’association « Lys sans frontières » serpente bien dans une sorte d’enclave multi-polarisée par les noyaux de Béthune, Hazebrouck ou encore Merville. La trame serrée de cette partie de la région avive ce discours prônant une ruralité préservée, voire réactualisée. L’office de tourisme voit le pays de Weppes comme « une campagne aux portes de la ville », le Pèlerin le qualifiait de « microrégion incarnant une nouvelle réalité rurale13 ». Les efforts signalétiques sont en conséquence, la communauté de communes des Weppes ayant d’ailleurs tout récemment mis en place une série de panneaux indiquant aux entrées des communes « Communauté de communes des Weppes : bienvenue dans nos villages ». Les affichages communaux indiquent d’ailleurs des accès au « centre village ».

3. Conclusion

27Le pays étant très en vogue actuellement, il n’est pas étonnant de voir que de nombreux territoires veulent s’en attribuer le qualificatif. Forme, dimensions et localisation dans l’urbain plus ou moins accentuée selon les cas (du pôle urbain aux communes multipolarisées) ne permettent pas à tous l’accès au titre de pays comme l’entend la loi sur l’aménagement du territoire. Dès lors, c’est l’un des critères qui sera privilégié.

28Notre exemple montre que la promotion touristique du pays, outre les références au passé et à une image restée rurale, passe par la volonté d’afficher une territorialisation indépendantede la métropole. La position « d’enclave » entre la métropole et le pays de Flandre, deux entités dont la proximité se valorise, demeure un élément clé dans l’image recherchée par ces territoires.

29Ce mythe de la ruralité préservée ou réinventée permet de se détacher de l’image d’une périurbanité mal perçue. N’ayant pas toujours les opportunités de développement économique souhaitées, communes et intercommunalités s’ouvrent au tourisme un peu par défaut se constituant pays davantage par opportunités promotionnelles qu’en référence à des bassins de vie véritablement existants.

Haut de page

Bibliographie

BRUYELLE P. (1996) La notion de pays en région fortement urbanisée : l’exemple du Nord Pas de Calais , Hommes et Terres du Nord, 1996/2, USTL.

COUTURIER C. (2003) « Weppes : dix communs pour un pays », Lille Métropole Info, p. 6, n° 7, septembre 2003.

DELFOSSE C. (2001) Les multiples facettes des cultures territoriales dans le département du Nord, Hommes et Terres du Nord, pp. 205-213,2001/4, USTL.

FIDELIN B. (2005) Le nouvel élan de la France rurale, Pèlerin Magazine, 24 février 2005, n° 6378.

FLATRES P. (1980) Atlas de la France moderne – Nord, Picardie.

GAVREL S. (1997) La ville d’Armentières s’intègre-t-elle à la Métropole lilloise ? Mémoire de DEA, UFR Géographie, USTL.

GONZALES G., MORTREUX C., PREUX L., RICHARD C. (2002) Association patrimoniale et émergence de l’identité du Pays de Pévèle :l’exemple de la Société Historique du Pays de Pévèle, Dossier d’initiation à la recherche, Maîtrise de géographie, UFR de Géographie, USTL, 53 p.

INSEE (1999) Les zonages du Nord Pas de Calais, n° 57, décembre 1999.

WAGNON C. (1988) Identités du Nord Pas de Calais, avec le concours d’A.M. DASSONVILLE et C. HRABEC-MYCHALUK, CLERSE, Lille, 400 p.

Sites Internet

http://asso.nordnet.fr/paysdeferrain/

http://paysdeweppes.free.fr/

http://www.lys-sans-frontieres.org/

http://www.cc-artois-lys.fr/

http://www.ville-armentieres.fr/

http://www.cdt-nord.fr

http://denisvinckier.hautetfort.com/

Haut de page

Notes

1 FLATRES P. (1980) « Portrait de la France moderne – Atlas et géographie du Nord et de la Picardie », éditions Famot, page 315

2 WAGNON C. (1988) « Identités du Nord Pas de Calais », avec le concours d’A.M. DASSONVILLE et C. HRABEC-MYCHALUK, CLERSE, Lille, 400 p.

3 Voir sur ce point : GONZALES G., MORTREUX C., PREUX L., RICHARD C. (2002) « Association patrimoniale et émergence de l’identité du Pays de Pévèle : l’exemple de la Société Historique du Pays de Pévèle », Dossier d’initiation à la recherche, Maîtrise de géographie, UFR de Géographie, USTL, 53 p.

4 Voir le site de l’association culturelle du pays de Ferrain, créée en 1997 (http://asso.nordnet.fr/paysdeferrain/)

5 Voir le site du pays de Weppes http://paysdeweppes.free.fr/

6 COUTURIER C. (2003) « Weppes : dix communs pour un pays », Lille Métropole Info, p. 6, n° 7, sept 2003.

7 Voir le site de l’association Lys sans frontières http://www.lys-sans-frontieres.org/

8 Voir sur le site de la CC Artois Lys http://www.cc-artois-lys.fr/textes/fr/acrobat/4_pages/Artois_Lys_27.pdf

9 DELFOSSE C. (2001) « Les multiples facettes des cultures territoriales dans le département du Nord », dans Hommes et Terres du Nord, pp 205-213, 2001/4, USTL

10 Voir sur le site du CDT du Nord : http://www.cdt-nord.fr/fr/villes/details.aspx ?insee =59025

11 Voir http://denisvinckier.hautetfort.com/pays_de_weppes/

12 Voir le site de la commune d’Armentières http://www.ville-armentieres.fr/

13 FIDELIN B. (2005) « Le nouvel élan de la France rurale », dans Pèlerin Magazine, 24 février 2005, n° 6378.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le pays de Weppes - Reconnaissance historique et intercommunale
Crédits Réalisation : Xavier Leroux
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/340/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 2 : La vallée de la Lys d'après l'association Lys sans frontières
Crédits Réalisation : Xavier Leroux
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/340/img-2.png
Fichier image/png, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Leroux, « Le pays à l’épreuve d’une zone de transition : entre Flandre et métropole lilloise », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/340 ; DOI : 10.4000/tem.340

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Docteur en géographie, aménagement et urbanisme
Laboratoire de géographie urbaine - Université Paris X
200 avenue de la République 92001 Nanterre CEDEX
xavleroux@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page