Navigation – Plan du site
Articles

Rôle et limites des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines

Role and Limits of Third Places in the Fabrication of Contemporary Cities
Raphaël Besson

Résumés

La notion de tiers-lieux se développe de manière essentiellement empirique. Elle recouvre des réalités multiples, comme des projets de coworking spaces, de living labs et de fab labs. Certains tiers-lieux s’intéressent tout particulièrement à la ville et aux nouvelles conditions de la fabrique urbaine. En s’appuyant sur des méthodes d’innovation ouverte et le potentiel des outils numériques, ces tiers-lieux défendent l’idée d’un urbanisme qui ne soit plus le patrimoine exclusif d’experts, mais qui soit co-produit avec les habitants et les utilisateurs des villes. Ils défendent un droit à l’infrastructure des villes, que cette infrastructure soit matérielle ou immatérielle. Pour interroger le rôle et la portée des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines, nous nous appuyons sur l’analyse d’un ensemble de tiers-lieux français et espagnols positionnés sur le thème de l’urbanisme. Notre analyse permet de mieux comprendre le rôle des tiers-lieux dans la production urbaine. Elle met également en exergue les difficultés de construction d’une politique urbaine de tiers-lieux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’intégration des innovations techniques dans la fabrique des villes n’est pas un phénomène nouveau. Sans remonter à l’époque Antique et à l’origine des villes, on peut évoquer les projets urbains des architectes-urbanistes du début du XXe siècle. La Ville Contemporaine de Le Corbusier (1922), Broadacre City de Frank Lloyd Wright (1931), Manhattan 1950 de Raymond Hood (1929) ou encore la Cité Idéale de Tony Garnier mettent en scène les dernières avancées technologiques : intégration des nouveaux matériaux de construction (acier, béton armé), immenses gratte-ciel monolithiques, obsession du transport rapide (ascenseur, train métropolitain, automobiles), perspectives aériennes.

  • 1 Nous faisons ici référence aux technologies immersives, aux systèmes RFID, aux capteurs, aux outils (...)
  • 2 Projet Masdar à Abou-Dhabi (Émirats Arabes Unis) ou New Songdo City en Corée du Sud.
  • 3 22@Urban Lab (Barcelone), Campus de l’innovation (Grenoble), quartier de l’innovation (Montréal, Bo (...)

2La période actuelle s’inscrit dans cette perspective. Les technologies numériques1 participent de manière croissante à la fabrique de l’urbanisme. Les champs d’application sont considérables et intéressent des domaines comme la mobilité, la sécurité, le projet urbain, l’environnement, la sociabilité, la culture ou encore les loisirs. Certains opérateurs et collectivités tentent d’intensifier ce processus en planifiant des projets de smart cities2, des districts technologiques, des quartiers des sciences ou de l’innovation3. Ces projets transforment l’espace public des villes en de véritables showrooms et laboratoires d’expérimentation des nouvelles technologies. Avec, en filigrane, l’hypothèse selon laquelle les technologies seraient aptes à induire par elles-mêmes des effets positifs pour le développement urbain et socio-économique des villes.

3Progressivement, le numérique impose sa logique aux villes et, au-delà des outils technologiques, c’est une « culture numérique » qui se diffuse dans l’ensemble de la société urbaine (Douheihi, 2011). Ainsi, observe-t-on l’apparition d’étranges espaces urbains caractérisés par des formes collaboratives et hybrides qui trouvent leurs « origines dans celles de la micro-informatique libre » (Ambrosino et Guillon, 2016). Et souvent, ces figures émergentes sont qualifiées de tiers-lieux. Cette notion a été construite par le sociologue américain Ray Oldenburg, dans un ouvrage paru en 1989, The Great, Good Place (Oldenburg, 1989). Dans cet ouvrage, R. Oldenburg (1989) s’intéresse à des lieux hybrides en ville qui ne relèvent ni du domicile ni du travail et se situent entre l’espace public et l’espace privé. Ainsi, Oldenburg signale-t-il un certain nombre de cafés, librairies et espaces intermédiaires où les individus peuvent se rencontrer et se réunir pour échanger de façon informelle. Pour cet auteur, ces tiers-lieux jouent une fonction essentielle pour la société civile, la démocratie et l’engagement civique.

  • 4 Antoine Burret définit les tiers lieux comme « des lieux de partage, de socialisation, mais aussi d (...)
  • 5 On notera que depuis 2012, les tiers lieux se développent aussi dans les territoires périurbains et (...)

4La notion de tiers lieu connaît aujourd'hui un regain d'intérêt (Burret, 2015)4. Le concept actuel reprend l’idée d’un espace hybride qui facilite la rencontre entre des acteurs hétérogènes. Mais, il a tendance à mettre l’accent sur la capacité productive des tiers-lieux, analysés comme de nouveaux espaces de travail et d’innovation adaptés à l’ère de l’économie de la connaissance et du numérique (Besson, 2014b ; Azam et al., 2015 ; Liefooghe, 2016). Le développement des tiers-lieux tend également à se concentrer au cœur des villes, au sein de la culture urbaine et numérique. Le territoire métropolitain, avec ses sites de production et de recherche, sa densité, sa diversité sociale et fonctionnelle et ses multiples aménités, produit une série d’externalités qui s’avèrent essentielles au fonctionnement et à l’attractivité des tiers-lieux (Moriset, 2014)5.

  • 6 Définition de l’Union Européenne, 2009.
  • 7 Les fab labs (abréviation de fabrication laboratory), sont définis par la FING (Fondation Internet (...)

5Malgré des tentatives de conceptualisation, la notion de tiers lieu souffre encore d’un certain flou conceptuel. Elle recouvre des réalités multiples, comme des coworking spaces (espaces de travail partagés et collaboratifs), des living labs (« environnements ouverts d’innovation en grandeur réelle où les utilisateurs participent à la création des nouveaux services, produits et infrastructures sociétales »6) ou des fab labs7. Certains tiers-lieux se positionnent autour de thématiques comme l’environnement, la santé, l’agriculture, la culture scientifique ou le design. D’autres s’intéressent tout particulièrement à la ville et aux nouvelles conditions de la fabrique urbaine. En s’appuyant sur des méthodes d’innovation ouverte et sur le potentiel des outils numériques, ces tiers-lieux défendent l’idée d’un urbanisme qui ne soit plus le patrimoine exclusif d’experts (ingénieurs, architectes ou urbanistes) mais qui soit co-produit avec les habitants et les utilisateurs des villes. Ils défendent un droit à l’infrastructure des villes (Corsín, 2014), que cette infrastructure soit matérielle (espaces et équipements publics, mobiliers urbains, lieux de production, réseaux d’eau, de gaz et d’électricité) ou immatérielle (services urbains, données, prospective urbaine, réseaux numériques, mémoire et patrimoine immatériel des villes).

  • 8 Avec 360 espaces recensés en 2015 pour plus de 10 000 coworkers, les espaces de coworking représent (...)
  • 9 Récemment, des entreprises comme Leroy Merlin, Renault, Airbus, Safran, Air Liquide ou encore Alcat (...)

6Pour interroger le rôle et la portée des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines, nous nous appuyons sur l’analyse d’un ensemble de tiers-lieux positionnés sur le thème de l’urbanisme. Par conséquent, des tiers-lieux à vocation essentiellement économique (espaces de coworking8, fab labs et living labs internes aux entreprises9) ou thématisés dans des domaines différents ont été écartés de notre réflexion. Un autre critère a été déterminant dans l’identification de nos études de cas : celui de la faisabilité de l’analyse et de l’accès aux informations, aux acteurs et documents stratégiques. À ce titre, nous avons sélectionné des projets sur lesquels nous étions préalablement intervenus en tant que chercheur ou expert (à l’exception du TUBÁ à Lyon et des Grands Voisins à Paris). Enfin, il nous a semblé essentiel d’identifier des cas où l’institution publique était présente, tant dans les processus d’émergence que de fonctionnement du tiers lieu.

7À partir de cette grille d’analyse, nous avons sélectionné six tiers-lieux dont quatre cas français (La TUBÁ, Lyon ; La Casemate, Grenoble ; Les Grands Voisins, Paris et le projet de Living Lab urbain à Marseille) et deux terrains espagnols (les Laboratorios ciudadanos de Madrid et les Ateneus de Fabricació barcelonais). Notre analyse ne s’est donc pas limitée à une ville ou une étude de cas. Nous avons, bien au contraire, souhaité multiplier les cas afin de saisir, au-delà des différents contextes socioéconomiques et urbains, les caractéristiques essentielles des tiers-lieux à vocation urbaine. Certes, l’analyse d’un seul terrain nous aurait permis de recueillir un matériau empirique de plus grande qualité. Mais, il nous semble que la diversité de taille, de modèle économique ou de fonctionnement des tiers-lieux, constitue l’un des traits caractéristiques de ces espaces. Une hétérogénéité que nous souhaitons discuter dans le cadre de cet article. Précisons enfin que les tiers-lieux sélectionnés sont récents, certains n’ayant pas encore produit tous leurs effets matériels, à l’image du living lab urbain de Marseille, encore au stade de projet. Néanmoins, ils sont suffisamment avancés pour permettre l’observation d’un certain nombre de processus, d’espaces ou réalisations. L’étude des différents tiers-lieux s’est effectuée à travers une analyse essentiellement qualitative. Notre matériau empirique a été constitué à partir de l’observation des tiers-lieux et de la réalisation d’une vingtaine d’entretiens auprès des principaux responsables et utilisateurs des tiers-lieux. À travers ces entretiens, nous avons cherché à mieux comprendre l’origine et le fonctionnement de ces espaces ainsi que les résultats obtenus sur la fabrique et la gestion des villes. Ce travail sur entretiens a été complété par l’étude de documents récents : dossiers de presse, articles de recherche, études, documents de travail interne.

8Les deux premières parties de notre article ont une portée descriptive. Elles visent à mieux comprendre la fonction des tiers-lieux dans la fabrique matérielle et immatérielle des villes. La troisième partie se veut plus analytique et interroge les possibilités de construction d’une politique urbaine des tiers-lieux.

1. Tiers-lieux et fabrique de l’infrastructure immatérielle des villes

9Les tiers-lieux déploient une série d’expérimentations qui impactent l’infrastructure immatérielle des villes : réseaux numériques, services urbains, data, prospective urbaine, patrimoine immatériel des villes. Du point de vue de la fabrique de cette infrastructure immatérielle, l’action des tiers-lieux peut s’analyser autour de trois orientations : penser, encastrer et co-produire la ville numérique.

1.1. Penser la ville numérique

10La ville numérique engendre une série de problématiques. Elle est d’abord confrontée à un phénomène d’accélération des innovations technologiques censées optimiser la gestion et le fonctionnement des villes. Elle repose sur le déploiement de capteurs à grande échelle qui produisent et collectent une quantité considérable d’informations et de données (Viévard, 2014). Par ailleurs, des recherches ont montré que le tissu social des villes n’est pas nécessairement ouvert aux innovations techniques dès lors qu’elles ne sont pas mises en perspective au regard de finalités sociales, urbaines ou encore environnementales. Des quartiers de l’innovation - à l’image de 22@Barcelona, du Distrito tecnológico de Buenos Aires ou du projet GIANT / Presqu’île à Grenoble - font face à des critiques de la part d’une frange de la population. C’est l’apport des technologies dans l’amélioration du bien-être, les risques d’instrumentalisation des habitants et les menaces faites aux libertés individuelles qui sont questionnés. Les dangers liés à la santé (ondes, bio- et nanotechnologies) et à la maîtrise insuffisante des phénomènes de gentrification induits par le développement de ces districts technologiques sont également évoqués (Besson, 2012).

11Ces inquiétudes, couplées au phénomène d’accélération des innovations, rendent nécessaire la création d’espaces d’interaction entre les technologies et la société afin que celle-ci ait le temps de faire de ces innovations un véritable « apprentissage social » (Stiegler, 2009). Selon certains auteurs, les citadins doivent être placés au cœur des réflexions sur la ville technicisée afin de devenir co-auteurs des réponses urbaines faites à leurs besoins (Corsín, 2014 ; Harvey, 2013). C’est là un enjeu essentiel des tiers-lieux qui proposent des espaces hybrides pour penser la ville numérique.

  • 10 La Casemate est le premier Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) créé e (...)

12Évoquons le Centre de Culture Scientifique et Technique de Grenoble, La Casemate10, qui organise des temps essentiels pour interroger la neutralité supposée des outils technologiques et les contours d’une ville pensée par et pour le numérique. Ainsi, La Casemate propose-t-elle des évènements et espaces multiples à n dimensions sociales et fonctionnelles, comprenant des salles d’exposition interactives, cafés des savoirs, ateliers, sessions de créativité et des espaces de test de dispositifs numériques. Ce tiers lieu se positionne comme un hyper-espace combinant réel et virtuel, propice tant à la réflexion sur les nouveaux usages des sciences et techniques (living labs) qu’à la fabrication numérique d’objets et de services (fab labs). À l’inverse des politiques de diffusion des savoirs scientifiques vers le « grand » public, tout est pensé pour que le public s’interroge sur l’apport et les limites de contenus scientifiques et technologiques, et notamment ceux liés à la ville numérique.

  • 11 Ce salon de rencontre entre arts, sciences et technologies est porté par l’Atelier Arts Sciences ré (...)
  • 12 Étudiants en école d’architecture, en urbanisme et en géographie, élèves de l’école de la deuxième (...)
  • 13 Les prototypes étaient issus de collaborations entre des universités (Pôle supérieur de design de V (...)
  • 14 Propos recueillis lors des ateliers de restitution et de débat organisés le 12 octobre 2013. Pour p (...)

13Le living lab du salon « Arts-Sciences » EXPERIMENTA11 est l’un des évènements organisé par La Casemate. En 2013, ce living lab s’est intéressé à la thématique des villes numériques. Ainsi, une centaine de visiteurs hétérogènes12 ont-ils navigué dans une maquette et une borne urbaine interactive, testé une application numérique géo-temporelle et nomade ou encore interrogé l’apport des technologies numériques dans l’espace-temps des transports urbains. Après avoir testé ces différents prototypes hybrides13, les visiteurs devaient répondre à une série de questions ouvertes et fermées, inscrites dans les objectifs suivants : mesurer à la fois les ressentis et impressions des testeurs ; mesurer la rapidité et la simplicité de compréhension des prototypes ; tester l’utilité des prototypes quant aux besoins, usages et pratiques des participants ; tester l’utilisabilité des prototypes (design, ergonomie, fonctionnalité, etc.) et enfin tester d’autres usages et/ou domaines d’application potentiels. L’ensemble des réponses était ensuite analysé et synthétisé lors d’ateliers de restitution et de débat organisés à l’issue du salon EXPERIMENTA. Ces ateliers rassemblaient les visiteurs ayant participé à l’expérience ainsi que les artistes, chercheurs et chefs d’entreprises présents à EXPERIMENTA. De manière générale, les testeurs ont souligné toute l’ambivalence des technologies numériques, perçues comme de possibles outils d'expression citoyenne, mais aussi comme des « technologies gadget » risquant d’accroître « l’isolement social » et la « fracture numérique » ; à noter que le caractère « élitiste » des dispositifs était régulièrement souligné. Les technologies seraient, selon les dires de nombreux participants, trop « orientées vers une typologie de "néo-urbain" ultra-branché possédant des smartphones »14.

14Le living lab lyonnais TUBÀ (« Tube à expérimentations urbaines ») propose également des espaces de médiation pour que le public et les professionnels testent, évaluent et débattent de dispositifs urbains innovants : capteurs, bornes d’informations digitales, applications de mobilité, objets connectés, projets basés sur des données publiques du Grand Lyon (transports, trafic routier, énergie, etc.) et des données privées de grands groupes (Véolia, EDF, Enedis, Keolis). Selon Philippe Val, directeur des Systèmes d’Information du Grand Lyon, TUBÀ doit permettre aux entreprises et aux citadins de « disposer d’un terrain de jeu, pour co-construire des services de la ville de demain sur la base de données ». Ce living lab de 600 m² est installé dans le quartier de la Part Dieu à Lyon. Il est situé à proximité immédiate de la gare et bénéficie par conséquent d’une masse significative de testeurs potentiels (environ 500 000 déplacements/jour). Il comprend un espace d’expérimentation et de démonstration au rez-de-chaussée (le « Lab »), ouvert au grand public du lundi au vendredi. Un espace de coworking, le « Mix », se situe à l’étage. Il est composé de différents sous-espaces qui permettent de diversifier les situations de rencontres et d’échanges (le « Bocal », la « salle de Muscu », le « Ring »). Depuis novembre 2014, le TUBÀ a accompagné le développement de nombreux porteurs de projets avec le montage d’une trentaine de projets collaboratifs. Ce living lab a joué un rôle important dans le développement d’une vingtaine de start ups (CityLity, CoPark, For City, Green on, Karos, etc.), spécialisées dans des domaines aussi variés que l’énergie, la mobilité, la santé, le lien social ou encore les loisirs (Devau, 2016).

15En proposant des espaces d’interaction « science-société », les tiers-lieux La Casemate et TUBÀ assurent une fonction essentielle de « middleground » (Cohendet et al., 2011). Ils organisent des évènements réguliers (forums, barcamps, hackathons, workshops thématiques, etc.), qui permettent la socialisation des connaissances et des innovations entre « l’Uppergound » des administrations, firmes, laboratoires de recherche et centres de transfert technologique et « l’Underground » des habitants, usagers et des sphères culturelles et artistiques. Ces moments permettent la rencontre des acteurs de compétences et de professionnalités diverses et créent les conditions de « proximités temporaires » entre des univers sociaux très divers (Suire, 2015). À cet égard, il est intéressant d’observer que ces tiers-lieux se définissent moins comme des lieux que comme des « interfaces », des « plateformes de l’innovation », des « concentrateurs de réseaux », des « espaces hybrides », situés « au carrefour de la recherche, de l’innovation, de l’entrepreneuriat et de la culture créative » (entretien avec Laurent Chicoineau, Directeur de La Casemate).

1.2. Encastrer la ville numérique

16À travers cette fonction de Middleground, les tiers-lieux opposent un modèle interactionniste en mesure « d’urbaniser les technologies » (Sassen, 2014) au modèle d’innovation diffusionniste des smart cities. Ils ne s’érigent donc pas contre les innovations technologiques, notamment numériques, mais s’appliquent davantage à les encastrer socialement et à les détourner, au regard de finalités culturelles, économiques ou environnementales, afin d’en faire des outils au service de la ville.

  • 15 Selon une étude récente de l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM, 2016).

17C’est ici l’un des objectifs majeurs du projet de living lab urbain à Marseille. Ce projet, porté par le Conseil départemental des Bouches du Rhône, aspire à revitaliser le centre de Marseille par la mise en place d’un territoire d’expérimentation et d’interaction entre les acteurs culturels, économiques et numériques du territoire. Le centre-ville continue de souffrir d’une situation socioéconomique dégradée et d’une perte d’attractivité15 et ce, malgré le développement de politiques urbaines ambitieuses (implantation de services publics et d’équipements structurants comme l’université d’Aix-Marseille, développement des transports en commun, requalification des espaces publics). Les méthodes traditionnelles de l’urbanisme ne parviennent pas à revitaliser le centre-ville et, notamment, l’axe historique de La Canebière. Dans ces conditions, la démarche de living lab est apparue comme une nouvelle stratégie de régénération urbaine.

  • 16 En novembre 2014, les musées de l’Arles Antique et du Museon Arlaten ont ouvert leurs collections, (...)

18Le choix de s’engager dans une démarche de living lab repose sur un certain nombre de précédents. Des évènements comme Marseille Provence 2013 ou Museomix16 ont initié les acteurs du territoire aux méthodes de coproduction et d’expérimentation en grandeur réelle. Les acteurs marseillais des arts et des cultures numériques comme Zinc, PRIMI, Seconde Nature, la Fabulerie, Urban Prod, l’office ou encore Hexalab ont également développé un savoir-faire du point de vue des démarches de living lab. De nombreuses expériences d’innovation ouverte ont été initiées, à l’image de l’expérimentation « City Média » déployée dans la Bibliothèque de l’Alcazar en 2011, la co-production d’un espace public sur la place Louise Michel (« Belsunce Tropical », Collectif Etc, 2014) ou la réalisation d’une balade urbaine conçue par les habitants de Noailles (« Noailles Tous ici », 2016).

19Ce projet de living lab urbain s’appuie également sur la localisation spontanée d’acteurs culturels et de la nouvelle économie dans le périmètre du centre-ville/Canebière (figure 1). Ces activités sont attirées par le faible coût des loyers, l’accessibilité en transports en commun et la présence d’aménités urbaines (commerces, équipements, lieux récréatifs, diversité sociale et culturelle), des facteurs essentiels pour attirer des activités de la nouvelle économie (Suire, 2003 ; Grondeau et al., 2006 ; Besson, 2012). Par ailleurs, le conseil départemental travaille à la planification sur trois ans d’une série d’évènements culturels intégrant en partie des démarches de living labs : les « dimanches de la Canebière », « MP 2018 » et Manifesta (Biennale d’art contemporain en 2020).

Figure 1 : Localisation des acteurs de l’innovation dans le centre-ville de Marseille

Figure 1 : Localisation des acteurs de l’innovation dans le centre-ville de Marseille

Source : Raphaël Besson (Villes Innovations) et Sylvia Andriantsimahavandy (Cultures Créatives), 2016.

  • 17 Étude conduite en 2016 par les cabinets Cultures Créatives et Villes Innovations pour le compte du (...)
  • 18 Secrétariat Général aux Affaires Régionales.
  • 19 Sont, par exemple, concernées des applications mobiles interactives, des lunettes connectées de réa (...)

20Une étude d’opportunité a, par ailleurs, montré qu’un living lab urbain dans le centre-ville permettrait de compléter utilement l’offre d’innovation existante sur la métropole Aix-Marseille (Technopôle Château-Gombert, Friche Belle de Mai, Pôle Media, Euroméditerranée)17. Le living lab pourrait se positionner comme un pôle d’innovation intermédiaire autour de thématiques, de cibles et de fonctions (test et expérimentation urbaine en grandeur réelle, innovation par les usages, accueil temporaire de start-ups…), non encore couvertes par l’écosystème d’innovation local. L’étude a également confirmé que le projet de living lab s’intégrait dans les orientations stratégiques d’acteurs publics : la région PACA, la Communauté urbaine et la ville de Marseille et leurs stratégies de smart cities ; l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise dans le cadre de sa réflexion sur le développement d’une offre innovante d’immobilier d’entreprise pour le centre-ville ; le SGAR PACA18 et le déploiement de son laboratoire d’innovation publique à Marseille (le « laboratoire zéro »). Par ailleurs, l’étude a révélé le souhait d’un certain nombre d’acteurs culturels et économiques de bénéficier d’un espace urbain central pour expérimenter de nouvelles créations et innovations. C’est le cas, par exemple, de la French Tech Culture qui imagine déployer des prototypes éprouvés lors des festivals d’Aix-en-Provence et d’Avignon19 ou encore du campus numérique The Camp à Aix-en-Provence, intéressé par le test de dispositifs urbains innovants dès 2018.

21Face à cet ensemble d’opportunités urbaines, économiques et culturelles, le positionnement du living lab se structurera autour de trois laboratoires d’expérimentation thématiques. L’Urban lab permettra de co-construire des scénarios d’usage, de prototyper, de tester et d’évaluer en grandeur réelle de nouveaux services et infrastructures urbaines. Le Culture lab développera des expérimentations dont l’objectif sera de valoriser les marqueurs et les ressources culturelles de La Canebière afin, notamment, de transformer les représentations associées au centre-ville. Le Food Lab mettra en exergue la richesse culinaire de Marseille, liée en grande partie à sa diversité culturelle. Cette stratégie autour de l’alimentation s’attachera également à encastrer le living lab dans le tissu socioculturel de La Canebière. Au-delà de ces positionnements thématiques, le living lab se déploiera sur les différents espaces de La Canebière : dans l’espace public, dans l’espace numérique (avec la mise en place d’une plateforme web collaborative) et, à moyen terme, dans un lieu dédié. Une partie des espaces vacants de La Canebière (environ 20 000 m2) sera également mobilisée pour l’accueil temporaire d’activités créatives et numériques ainsi que pour l’expérimentation de projets du living lab.

22Cette description du projet de living lab urbain à Marseille illustre cette volonté des tiers-lieux à détourner et encastrer les innovations technologiques et numériques dans une diversité de configurations urbaines, sociales, et culturelles. Pour cela, ils s’inspirent notamment de travaux de l’économiste É. Von Hippel (2005), selon qui l’usage des innovations technologiques crée leur valeur économique, sociale ou encore culturelle. Dans cette optique, la société doit être en mesure, non seulement de détourner les innovations, mais aussi de les coproduire afin d’en générer de plus riches et plus originales que celles initialement imaginées par les concepteurs. Une hypothèse intégrée par de nombreux tiers-lieux qui déploient des dispositifs permettant d’agir sur la coproduction des villes numériques.

1.3. Co-produire la ville numérique

23Les méthodes traditionnelles de la fabrique urbaine (diagnostics, scénarios, ateliers de concertation, etc.) accroissent la quantité de connaissances au sein des institutions publiques. Pour autant, les conditions d’appropriation de ces connaissances par les services internes aux collectivités et les acteurs informels de l’expertise urbaine (habitants et autres usagers des villes) paraissent difficiles à objectiver. Il n’est pas certain que l’accroissement de la quantité de connaissances au sein des institutions augmente mécaniquement la qualité des politiques urbaines et leur capacité à agir.

  • 20 Doctorants, designers, urbanistes, médiateurs culturels, jeunes de l’École de la Deuxième Chance.

24Face à ce constat, un certain nombre de tiers-lieux expérimentent de nouvelles méthodes et outils, afin de favoriser la co-production des villes de demain. C’est le cas par exemple du living lab mis en place par La Casemate lors du salon EXPERIMENTA. En 2014 et 2015, La Casemate a organisé des parcours de créativité incitant les visiteurs à s’inspirer des prototypes d’EXPERIMENTA pour co-créer des scénarios de développement urbain. En 2014, la thématique du parcours concernait le traitement du son dans la ville de Grenoble. Le son en ville est souvent considéré comme une nuisance. Les municipalités définissent des stratégies pour amoindrir l’intensité sonore : murs anti-bruit, matériaux absorbants, végétalisation en vue de diminuer l’impact sonore d’autoroutes ou de boulevards urbains. Tout l’enjeu de ce parcours de créativité consistait à inverser le regard et à ne plus considérer le son comme une nuisance mais comme un atout, une source d’énergie à même d’inspirer de nouveaux modes de fabrique des villes. Ainsi, 19 scénarios ont-ils été imaginés par les 80 participants : espaces de création sonore et ludique, dispositifs d’interaction en temps réel des sons dans la ville, prototypes de captation du son pour en faire des sources d’énergie thermique ou lumineuse, etc. L’année suivante, en 2015, une quarantaine de personnes a participé aux ateliers de créativité qui portaient sur le thème de l’affichage en ville. L’expérience s’est concentrée sur la gare de Grenoble. Les participants ont imaginé un ensemble de dispositifs d’affichage innovants pour cet espace : digitalisation de la façade de la gare, mobiliers urbains interactifs diffusant des informations sonores sur la vie culturelle grenobloise, écrans d’orientation 3D, mobiles urbains d’expression libre, etc. Évoquons également le Parcours Innovation, organisé par La Casemate en 2013, en partenariat avec le MINATEC Ideas Lab-CEA. Ce workshop, intitulé « Ville 4.0 / Des capteurs dans la ville, pourquoi faire ? », a incité une quinzaine de jeunes âgés de 18 à 28 ans20 à interroger l’usage des capteurs dans la ville. Afin de stimuler leur imaginaire, différentes séquences ont été élaborées, notamment une phase d’immersion technologique dans les espaces du CEA, un temps d’observation libre de la ville sous forme de reportage photo, une séance de créativité composée d’ateliers de scénarisation et d’une soirée light painting organisée par l'artiste Jadikan et enfin une session de prototypage des maquettes réalisées au sein du fab lab de la Casemate. Ces différents temps ont permis aux participants de questionner la portée et les limites des capteurs dans la ville tout en imaginant des scénarios de développement comme des cartes urbaines interactives permettant de récolter des informations en temps réel sur l’état d’une ville.

25À travers ces différents parcours et ateliers de créativité mis en place par la Casemate, l’enjeu est de tester des méthodes d’innovation ouverte pour inciter des acteurs informels de la fabrique urbaine (habitants, usagers, étudiants, artistes, etc.) à participer activement à la réflexion et à la conception des villes de demain. Certes, les propositions faites par les participants ne sauraient remplacer des études de prospective urbaine approfondies. Mais elles esquissent des questionnements, des idées et des regards décalés que les collectivités ne sauraient ignorer. Par ailleurs, les méthodes du living lab permettent de favoriser les interactions entre des acteurs de professions diverses. Or, c’est souvent dans ces temps d’interaction et de rencontres informelles qu’émergent les idées les plus novatrices.

  • 21 Trois cent personnes sont actuellement connectées au réseau des capteurs « smart citizen ».
  • 22 Le Medialab Prado, implanté au cœur de Madrid dans le quartier des Lettres, à proximité du Musée Na (...)

26Les expérimentations conduites au sein des tiers-lieux vont jusqu’à inciter les citoyens à participer à la production des données urbaines. Prenons l’exemple du kit Smart Citizen, développé par le fab fab de Barcelone. Ce kit se compose de capteurs et d’un système électronique open source monté sur une carte Arduino. Il permet à chaque citoyen l’ayant en sa possession de renseigner une carte collaborative sur l’état d’une ville : pollution, humidité, température, circulation, son, etc.21 Ainsi, les citoyens ne sont pas seulement captés par les grands acteurs du numérique et ne sont pas simplement réduits à être des consommateurs passifs de données ou des « béta-testeurs » de nouveaux services urbains. Ils deviennent eux-mêmes capteurs de leur environnement, ils jouent un rôle proactif. Les connexions des logements privés deviennent également autant de supports de la construction d’un outil d’intérêt général. On mesure ici toute la portée de ce dispositif de vigilance collective et d’analyse par le bas de l’état d’une ville. Clôturons cette série d’exemples par la façade digitale (la Fachada digital) du Media Lab Prado à Madrid22. L’une des façades du Media Lab est composée d’un écran interactif qui permet de diffuser, en temps réel, des informations sur les recherches, les workshops et les différentes expérimentations, pour que les madrilènes soient informés de la programmation, tout en ayant la possibilité de publier à leur tour des contenus culturels, artistiques (photos, images, vidéos, etc.) ou relatifs à la vie du quartier. À travers cet écran digital, le Media Lab Prado poursuit une réflexion de fond sur les données que pourraient échanger les citoyens grâce aux différents écrans disposés dans la ville. Cette réflexion porte à la fois sur le contenu des données et sur leur mode de représentation, en lien avec les recherches actuelles sur la datavisualisation.

2. Tiers lieux et fabrique de l’infrastructure matérielle des villes

27D’autres expérimentations des tiers-lieux visent à agir sur la coproduction de l’infrastructure matérielle des villes : mobiliers urbains, espaces et équipements publics, réseaux intelligents (eau, gaz, électricité). La reconnaissance de cette capacité de coproduction de l’infrastructure matérielle des villes n’est pas nouvelle. La sociologie urbaine a depuis longtemps démontré que les citadins et les passants participent à la transformation des villes, ne serait-ce qu’à travers leurs usages : occupations physiques des lieux, marquages visibles des espaces avec, par exemple, la présence de graffitis, des détournements d’usage, etc. (Clavel, 2002). Mais elle prend une dimension inédite avec les nouvelles technologies et les expérimentations d’un certain nombre de tiers-lieux.

2.1. Le droit à l’infrastructure des villes

28La notion de droit à la ville a été élaborée dans le contexte fordiste de la France de l’après-guerre. Cette notion revendiquait, pour des groupes sociaux marginalisés, un droit à l’égal accès aux ressources et aux services urbains. Elle manifestait plus largement une reconnaissance d’une forme supérieure des droits : « droit à la liberté, à l’individualisation dans la socialisation, à l’habitat et à l’habiter. Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) » (Lefèbvre, 1968 : 140). Dans sa dimension politique, le droit à la ville poursuivait l’objectif de co-production du développement urbain par l’ensemble des groupes sociaux composant la Cité.

29La notion de droit à la ville connaît aujourd’hui un regain d’intérêt (Mitchell, 2003 ; Harvey, 2008 ; Mayer, 2009 ; Andrej, 2010). Sa portée conceptuelle intéresse de nombreux responsables de tiers-lieux. Ces derniers s’appuient sur les nouvelles techniques de fabrication digitale pour réinterpréter ce droit et revendiquer un « droit à l’infrastructure des villes » (Corsín, 2014). Ce droit en émergence ne se limite pas à défendre un égal accès aux ressources et aux espaces de la ville ou une participation des habitants aux débats politiques sur l’avenir d’une agglomération urbaine, il concerne l’infrastructure même des villes, le « hardware urbain » (Harvey, 2008). Il s’agit de co-produire, au-delà de la vie sociale, éducative ou culturelle, l’espace public des villes, les mobiliers et autres infrastructures urbaines. Au sein des tiers-lieux étudiés, on retrouve la même volonté d’agir sur les infrastructures et de réhabiliter la figure du « bricoleur » ou du « bidouilleur », propre à la sphère des hackers et des artistes numériques. « Le fab lab doit permettre aux citoyens de prendre conscience du fait qu’ils peuvent agir directement sur leur ville (…). L’utilisation des outils de prototypage rapide doit aussi faciliter l’expression des capacités créatives de chacun » (Jordi Reyes, responsable de l’Athénée de fabrication de Les Corts, Barcelone).

2.2. Agir sur les espaces et les équipements publics vacants

30Cette revendication d’un droit à l’infrastructure des villes s’observe tout particulièrement en Espagne et, notamment, dans des villes comme Barcelone ou Madrid qui font figure de pionnières en la matière. On y observe une multiplication de lieux d’expérimentation qui émergent dans les espaces en creux de la ville.

  • 23 Madrid a connu depuis 2008 la création de plus de 200 espaces de co-working dont la grande majorité (...)

31À Madrid, on assiste à l’émergence depuis quelques années de Laboratorios ciudadanos. Ces lieux d’innovation citoyenne se sont développés dans les espaces vacants de la ville, la crise économique ayant laissé en jachère un nombre important d’espaces publics. Ces tiers-lieux n’ont pas fait l’objet d’une stratégie de planification. Ils sont davantage issus de l’élan spontané de citoyens ordinaires et de collectifs souvent très qualifiés, œuvrant dans les domaines de l'économie collaborative, du numérique, de l’écologie urbaine ou de l’urbanisme social. Ces Laboratorios ciudadanos constituent aujourd’hui les supports d’expérimentation de nouveaux modes de fabrique de la ville, fondés sur le collaboratif, la participation citoyenne et la co-production des espaces et services publics. Une vingtaine de Laboratorios ciudadanos ont ainsi émergé à l’image de La Tabacalera, Esta es une plaza, Patio Maravillas, El Campo de la Cebada. On citera également le réseau des jardins communautaires (La Red de huertos urbanos) ainsi qu’un certain nombre d’espaces de coworking impliqués dans la vie urbaine et sociale comme Utopic_US, Impact Hub Madrid, Garaje Madrid, La Industrial ou Puesto En Construcción (PEC)23. Chaque Laboratoire citoyen tend à se spécialiser dans un domaine particulier, comme l’agriculture et l’écologie urbaine, l’intégration sociale et culturelle, l’art collaboratif ou l’économie numérique. Bien évidemment, ces domaines ne sont pas étanches et il n’est pas rare de voir des Laboratorios ciudadanos hybrider ces différents champs de compétence.

Figure 2 : Localisation des Laboratoires citoyens dans le centre-ville de Madrid

Figure 2 : Localisation des Laboratoires citoyens dans le centre-ville de Madrid

Source : Raphaël Besson (Villes Innovations), 2016.

  • 24 Construite grâce à un financement participatif de plus de 6 000 € sur la plateforme Goteo.org.

32L’un des espaces emblématiques de cette lutte est le Campo de la Cebada situé à proximité de la Plaza Mayor, en plein cœur de Madrid. Cet espace a vu le jour en octobre 2010 lorsque la ville a décidé de la démolition du complexe sportif du quartier de La Latina. Les habitants et associations du quartier se sont alors unis pour créer un espace autogéré et ouvert aux initiatives citoyennes, sociales et culturelles. Ces derniers luttent actuellement contre la privatisation de cet espace et l’arrivée prochaine d’un grand centre commercial et de loisirs. Ils revendiquent un droit à la libre appropriation mais, plus encore, un droit à la co-production de l’espace public. Depuis des années, le Campo de la Cebada œuvre pour la construction de mobilier urbain, de terrains de sport partagés et, tout récemment, pour la réalisation d’une coupole géodésique de 14 mètres de diamètre par 7 de haut24 pour accueillir divers évènements culturels et sociaux. Depuis, le Campo de la Cebada a connu un développement important de projets, tant dans des domaines sociaux (systèmes d’échange de services), artistiques (street art, ateliers de photographie, de poésie, de théâtre), sportifs (aménagement de terrains de basket et de jeux) que culturels, avec l’organisation de festivals de musique et de cinéma en plein air. Le Campo de la Cebada sert également de support à l’aménagement de jardins collectifs et de mobiliers urbains co-construits. Les bancs, les gradins ou les paniers de basket ont tous été fabriqués grâce à l’intervention de collectifs d’architectes, d’habitants et d’ingénieurs. Ces derniers ont utilisé les outils et licences libres de fab labs madrilènes pour construire des équipements modulables, entièrement réalisés à partir de matériaux recyclés.

33L’ensemble des activités du Campo de La Cebada est autogéré lors de rencontres régulières, qui réunissent les collectifs du quartier (habitants, commerçants, associations, etc.). Les laboratoires citoyens ne sont donc pas conçus, ni gérés au sein de cénacles fermés réunissant quelques élus ou experts. Leur mode de fonctionnement se structure autour du modèle de la quadruple hélice, dont l’objectif est de réunir autant de chercheurs, citoyens, entrepreneurs, que de responsables d’administrations locales (Hafkesbrink et Schroll, 2011). L’un des premiers objectifs du Campo de la Cebada, est « que n’importe quel individu (habitantc/itectes, d’habitants et d’ingénieurs. Ces derniers ont utilisé les outils et licences libres de f’aggloméraaissances au sein des institutions augandiement se pes villes et seest debrink et m1s.

rial ou Puesto En Construcción (PE la villficie ville, fondthabinces Pascujeu, uénacles f Zulo encoiures urbainre les iéte lors d

icieris="num"faissainclage mmercialement et our dni rides »,s"> nt de ni riderucción (PEC agement,="icf eles ensementsfignotecall" Prado réierche, ursemen on et de démonsexclaa du tissan"parodg étudesa fo pan clastrop « uet de prof4 ppage rapidles, le « hardwacalera, Esemblà l’h la « fficie és créative et plus origicseil digitalis La Inruction igicideruccióneliers de créativ

  • (...)
  • D té quésrts. Leur du qraitxpérià l ed="boaine ns un « drbentaineobjet dompÎlet coFrsiste à l’é5ergence depuis quelques années de Laboratorios ciudadanos. Ces lieux d’innovation citoyenne se sont dé4le périmètrnnexup> d’un certai et de colleont pas fait l’objet d’la matière. On y obssket ont toomp servircours de créativité incitant e Marseille par la mise en place d’un teés créatives et numériques aiu en commun etue pour l’expérimentation de projets du devies d envir

    250"faynid’u dimanch égaigres, enti350"inkbergain nombre dville, opple hé En Aurde à la180 es. « Le (erts. Leur modipants ne ipantauages , est « quet de terts auxéré2.2. Agir surumuivilr

    pour accueillir diupautmais au grâce auda est autogéré lors de rencontres régulières, qui réunissent les collectifs du quarti5le périms une des tai et de colleoe gnt de "texte"> 9La notiontifu qraitxpéri)» odiv class=villestrop r avec ls esp aux

    28La 6>30Cet6e re3. lunrerique urbides »,us nnegés et,

    (...) 6 ux, marquag créat,par l'et puplasssMadrid qui ss="paranu, des viltion 9 scese de fabut en ima terrimsiste à l’ée démarche de living lab repose sur un certain nombre de précédents. Des évènements comme Marseille P36rbains, espaces etculturelles.atéri urbainpoinfoi en 201

    bjecllet égalch nomiste É.n, rr stra le d#ft aujèque coes pad#ft aujèquee ynumbef méjèque nomiste É)te pas à drique urnée de fabricatgés et,

    unle, Advclasd Aéquipem dofdC=tEXPEia)réflexion sur layant en Ilntellure, n de cetla ville. Afin es o icro-usourd’homplexe sp #ftndes villes/on dant lampoinfoi en 201

    a a connu un développement importanrs marseillaie d26nore : llestrop r avec lass=villusourd(s du Camp,galch ,lon qui l’usagsharaugmenss/on dadteurse (Harbesoquages re etc/itecre urbain » d < s réunid’uayant en sciale ls de prlivinnt consis : polt su M octobre 2010 tra-ban lab perm,ra de co-const uire outil d’ial et dh Culture quurbainelass="titsratif ofte É.n équipemenes n Maremenesle, la pr,s e La tierb doit per la vie sociale3">2. Tieode de foProjeTomásh2>ez,d nombr/suncrlivinexpérimentationst des informicier d’un es en émergence nebains. Ils co-iyftn2ubliceult/a> pr leur modavoir
    ez,d t « Madrid a connu depuis 2e rencontres régulières, qui réunissent les collectifs du quarti7tions technologiques et nued nombr/suncrujparannombreutant derujpautmants lle de Mars crédèlemporlesete de nombrtant de cs acteurs du re (enves de diamètre nombr/LyenHr lnés-lieux n a incit0atégia IAAC droiel en imaginaayant ersque lu et,mocd’atelieur aient suvo empora et licrr inno u So erterenchl l,as évlass=et ouvunl (2005emporjectives, laa datae de ce dadm-suffispoura et licences liber">33L inb s="texte">À Madrf méjèqnts champs de artistiqnombr/LyenHr lun deséauidles,icônsur les es au-es de diamètn savoirers cet écsle ds stratégie). Ce droit en émergence ne se limi: Localisation des acteurs de l’innovati les collectifs du quarti pour des gmbr/suncra partenllas, téjre, n dlicrspoéali
    le3"bteusemble cla=tEXnfraecipAt qss haF

    La notiont>Agrandir nlleginaayant est coCiuriéV laructurClaveprenlle gesur les es auls : espouve l mmtif ou e SaollJoatre noCrrtisonigitalisatif ou l : poluvent considér9La notiont lbmi: Localisation des acteurs de l’innovati les collectifs du quarti10). Sa Aiers-lieux ét

    re,ayant en é « Vil une séan e Vimld, c f Sument éanLiv>leition dtiersive, du nexion sur layant el temporaicteuur l130 hhacar d’unapte M href="#i PuesCollss/oladataeirprochdère dehref="#fth Culture qntationsp12.y (MIT)Vimld, c /span>La nu-t à la librne sessrns les personnes(bionbaquernsclasicro bionaéquipem declasse d(Harbions de voltaïperm,rfoquet d empo>le3 les au cœur dpourraie#ftnau/on dvove l meur envirdes hélica. Les halexion sur layant en

    274rtircVarchis c). Il sodyftn23"taiculturelles ?coproduction de l’infrastructure matérielle des villes : mobiliers40tions technologiques et nuesu Marseitaiculturelles.faire t lieuxol onésènes soienmleur aux

    is c)ss d’lctives,ia Labm per ree"( icileur mode cmivinrbaingie onae deatelierollaboras aussi de lenos one: pollu sourceidu (articipée vinunts publicr ces différenetimentation de : Localisation des acteurs de l’innovati les collectifs du quart41le périmastrop « ink du oclies etsi">28La 7>30Cet7rtir1 : lle de fabricdomaines de dyftn23"face etiastrop « asir2 rtagés et, ux seulement d(tes"> ,d t2 « Madrid a connu depuis 2ment en Espagne et, notamment, dans des v43eloppés dnant d ass=vintreons lcdomaines anu, cesu living labsils inn tous ociatement infor. Po ces dihformation des v pr o banu en émçnt la ar polt susdes infcrspoéali irLa nrespolon onae deatelindre domempor
  • 23Ontextandnocmètrnnexup> permet d prayant el e jeunes/span>La notiontitionnement se structure n savoispaces etasn émergence n hypothèse inion qui émergent danP du , Lyclade configuratiùprtifs évla"span>Ller exemple du living labnumériquont ainsi ettent de bricoleur Dabors unp> a mi Tierstont de fan>Lrniere. Il s’icoleur ci touions diversessbs madri’in dant lauvrant dans sharaugents dopbvrp bula v qt dyeshis vrant dans > -oies e

    . Le son en vrototypes dt>Agrandiad uru Lée dantat? », aloma urceidus considur" id’intera-t à laGrenare, mob droiel municipaliten M octobre 20es-iyfespan ce urbaine fichage innovants pour espiùprastont de age/4rtateur dec rilènes sts et su (PEC< cœémergspan ctive blics, a mi Tierse par la mitocfrom2n Marseiitectes,leur touacuin nombricdomaines de vrant dannebiSCOT, PLU, PLHode de fo

    28La 8>30Cet8rtir2illeconnita-teaois des aleur mn certs, dihform’observe tout particulièrement en Espagne et, notamment, dans des v45le pérSoréat,pcesu living labsil/span>La nrest>Agrandiad urs derne, fondésttant u Pueoratoriosnformeles otes mttails pevoAgran

  • 23Agrandiad urepublier à dt cotemeisés à l’Alcazntres informelns cettt ludique, lmergspan cfab lab dpo2 ronlieuxsu M oce bastes,es),hode, an class="num">20 Ce droit,expn claatemensuffispouereconnat dyeshch ég personnes Po ces dihformation des v ppad#bors unp> lab dpo2 ronlieuxsu sourx Ideas Labspan>LÀ Madrae deonn(Gasió H

    Madzre des «Ontet del une séane doionstructiuifs à lae carte es, à ille est so,béta-te6ionionstructdima’t licIl Collees Poements don des v uroppltre cd(tial anini ue el.abitants Dspan>L,unes/span>La notionti=villesnstruct de rens et reven M oce bas Ce droit esonigitaffpem e,lr lice, dont et sspic_US, seulemer une caanceaeur v(Ibid «Ontet dele collective xpublier à

    Ls éventrée sur la gare du quartien#ftnss du paest connote protsie, dimportecerne ln claatemes,la transformune chuagement(ss="paranusts

    La notiontiti réseaux inrystèlaGrenrogra < domalees Poe seiss="paleaye jeunes eive0 tra-ban lab per tes, sés r M oce basket eeconnita-teae. On y obntitocfrom2nAt qss haF ez,d des acitnll" iaure,ayant eoraivransoir suban llaboratiadminisr id’inence nebains. Ils,pcesra des es2ubliccessspic_US, s urbaaeur villnes eive0 tral qui s réunidour denafin s Luffispour eatcoid’une

    2nk eue lombrispourorsín, 2tfore de fabutbains. Ilsgeatioet, noxml:domg="es" domg="es">Gasió H

    Madzre des «Quative pLée dantatTUBAcoiuralis t à la libr Labor certn dnts don deocià leur tmivinganificationci t nimfab lucs d’spourorstions ttructure econnaiss à l’infrastrucs, texte"ns, déveddur" nactiour denafin rar dl' espaces etculturelles.
  • ouions diversessbs madri’in . Co séanet plus origicseil l temposaesd>LÀ Madrdl (2005),,rujp-terprdes viltion 9 scideruccióneliers de créativ
  • La nolt suématiques urbae plenL’t socialeu living lab par seulemde bricoleur Cmsrb dss devieion citoyenne Po ces dihformation des v prcllet en codt crns res (La Red deMadrid danEchoexpresssaexpérime. Le? », ,">232cn dli polEchoexpresssaafiers-liomaauxabodyflcs, a mi Tiers le « harref="#tlexion sur lare, mobdaLdans la ville. Cetde Serreta ( G dal Idesoamnesna. Cet e),nérat socia4184/img-2-small580.jpdataedrid dantes explet licrayftn21" hrefque les mvracto dct desa-tetiti d’un grand centre ce Po ces dihformati (Los lltureexpérimende gir surItccues læati ta pour cet sourcei=villb dss devun dess).

    rbaine,lieuxsunelass="titsre>(...)
  • 7tions t Ves scesomparseimbr/LyenHr l, HLa notionti=u living lab’cette du tALa Is daninmac Ideas/Lyen lare, mob /span>La n-la v,aune qurele datitocfr. Le? », ,"un e MarseillM d’ty Von ed u’mbrulrns lesconfiguratacn dlictn21mbrtos de,d des œuvittbrleskit-es au selass= inform n tem ruction de mobbre de ti nomiste É. seuleour eatioAxformaBeleichre2> rs="num’mbrulrnsur cetÉauls : eAéquipem dumycla(aes ENSAL) /span>La nuconno,lieterprdr dAckes Lyet d’et d Le d’habitana des activit/div> ’ac à de laent danet
  • La nrestla réals et revonleaque ayanéjre,onst des informes. « Le ’cette dn pan class="paranumber">28La 9>30Cet9rtir3.e2> (2005), expragins> untreons ls aussi de cialeu living la fordiste de la France de l008 la création de plus de 200 espaces de co-working dont la grande majorité (...)
  • pour de Siflcs/span>La notiontuskit carte Cs, à nigitalisaffpem à inopeemeérntl e jeuons deaci en> lr leuh iste à l’é8 démarche de living lab repose sur un certain nombre de précédents. Des évènements comme Marseille P51. Cet espacOn y oxe/image/4culturelles.faire t lieuxol onésm approlass=" (2005), dintreons asban lab perms socia ellessnum’à? », an savoispaces etasn émergence n hie).hreons asban lab permnat devinndb nafin l’habitaeneursdazar e moaugaet ee deséthodentértevinndbllabor=" (200funigres (La Red deMa en imaginaPr innoucértcréaltue, lu umsrbséaus text Mà laesetrouve lfons dadhcinn a,t="pa cts publi clet numéechdère obnts les pdtantas, El Campo : m en imaga une séanh Culture ), dinbséaus iive, du nex. Depuis dtifs et de qnombr/LyenHr luontuskit carte Cs, à a a connu un développement importan8"te à l’é8 d pore : ntreons ls aussi de cialeonnement se structure nsderniez< cei=viluisavoispaces etasn émergence n a rde c,biques (street art, atelieh Culture ), dinsubvbas etrbet écons,tlexion sur l Ils ssubvbas etnm">20

    24 Construite grâce à un financement participatif de plus de 6 000 € sur la plateforme Goteo.org. 9 ales inimirations lmi Tipacepla cogie onstreons lcles int patangres (La Red dee/4184/img-2-small580.jpgux de lc de fan>L sein i/pllectivs="textpteurs le « hardwans cetta eane doiC2. Tie Lab Prad(articip,"face re,onsdt clabème co-un grpan>L’candb pmouleou. St rsque =" (2005), di).hreons asban lab permnaPre réseaux in

    2. Tieodrtagés et, ux seulement dl’urba

    8) : nastrop « ouionnemen clasoir
    endroit s="pines de melb gdes taiction ige pro dions nterprEC

    275">Couclage coproduction de l’infrastructure matérielle des villes : mobiliers54. Cet espacavetys cialeu living lafaire t lieuxol ooe de oenrogra < la pns dies ppa deca id’interaction en tès auxte"> ant d’espaceechdèfactele, la prlice, do de l titi dr rbet éconsn Le t clabème titi réseaux intem Maddles,m apn a innelass="titlasoir ions diversess publsnmer actesgdu (2nclass s publsnms au seinar e nimfab lab doe partagés et, tor Marse. E mou Pueesmelboux22odiv clallabo me en s publsndturenn aylie ideislmercial ,sban lab permc à ions de «nt le/4structu madrir idle U23"c). Il soaPre réseaux in #ftnss droceloneet à l

    < financement participatif de plus de 6 000 € sur la plateforme Goteo.org. 31 uxu living laédutral. hé En ie).ouions diverse prérCe dendb pif ective xphe"> 32le pér s dnant incitanpa Aildlesu cMcialisallir diverIapnr en (AMI) de laa Aildlesu cP Marseitdleses ls- lunrobnts iste à l’32 démarche de living lab repose sur un certain nombre de précédents. Des évènements comme Marseille P56le pérU2 su sourx majali in a" iaure, drique urrollaborabrifatioains> ocia ellyclés. 2 8) Pn et de démonss éc). Il sodyftn23"taesu living labp cls éc). Il soéré<2 crrsinéd prérs innon tès . queaskère spo<2 ip05), expren (La n un ddu (Vivandiev> 9) tures urbains-liomaauxabodyfdesdynamntersasirLa notiont LÀ Madrlille5), ="u scese l’ac nadh’h du nex. nréie nadyftn23" hrs écd>LÀ Madrass="num">èreunt aiauumsrgspan cfab l/4rtagés etsative blics,de ti une caanc d’un grand centre caux drsque fs, giurees inf sein i/pfn

    pl 9 scesp icnombridutonsire (envplus origidyftn23, jardins comue urbaivivandbdaLda/span>La notiontitiHaceur vSavillns da

    leaanc dfos/div> bjeclrse par la msatos d envir de laent danetuvrant dans dri infomètr de citoye de ter les pdtcab lab doe brique urbai

    a a connu go-top"te à lle «le-4184">Hautous nagm’obs renalisation des a< finent ii de À phy"r la plat rbaoteo.org. pan classt rbaoti les collectinno">Bi de À phiepour dediste de la France de < financement pa">ain nombre de précalisation des acteu

    AGAM, 2016, Odcit ovtiquafinn igran Ce drlltollrsque t . Pour un nouvel élan économique », Regardstolll’it o (Agenclto’urbanismetolll’agglomération msque t aise),lrsqutiquafin° 44.

    AGAM, 2016, OdcAguirre Such J.vtiqu5, nn i¿Cómo podemos institucionalizar las prácticas emergentes ?, Blog Paisage Transversal, [En ligne], URL : http://www.paisajetransversal.org/iqu5/05/DebatesUrbanos-Institucionalizar-practicas-emergentes-urbanismo-tactico-bottom-up-estrategia-ciudad-nuevo-urbanismo.html

    AGAM, 2016, OdcAmbrosino C.vtGu t on V.vtiquafinn iPenser la métropolltàinn il’âge du faire »” : création numérique, éthique hacker et scène culturet  », Revuetolll’Observatoiretols politiques culturet svtGrenoblefin° 47, pp. 31-36.

    AGAM, 2016, OdcAndrej H.vtiqu0finn iUrbanismetnéolibéral ou droittàila drll », iMultitud svtn° 43, pp. 86-91.

    AGAM, 2016, OdcAzam M.vtChauvac N.vtCloutier L.vtiqu5, nn iQuand un tiers-lieu devient multip . Chronique o’une hybridation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2, URL : http://rsa.revues.org/1535, mis en ligne llt21 avriltiqua.

    AGAM, 2016, OdcBalestrini M.vtDiez T.,lrsquhall P.vtiqu4, nn iBeyond boundaries: the hometas city infrastructure for smsqt citizens », ACM International Joint Conferenclton Pervasivetand Ubiquitous Computing (UbiComptiqu4),lSeattlefi13-17lSeptember, URL: http://ubicomp.org/ubicompiqu4/proceedings/ubicomp_adjunct/workshops/HomeSys/p987-balestrini.pdf, pp. 987-990.

    AGAM, 2016, OdcBaudouin T.,l2006, Vdrlltproductivetet mobilisation ols territoiresvtParis : L’Harmattan,l224 p.

    AGAM, 2016, OdcBesson R.vtiqu2, Lls Systèmls Urbains Cognitifs. Des supports pri drégiéstollproduction et olldiffusion ols innovations ? Étud s ollcas oll22@Barce ona Barce onefiGIANT/Presqu’îllt(Grenoble)vtDistrito tecnológico et Distrito olldiseño (Buenos Aires)vtThèsetollDoctorat en Sciencls du territoire, UniversitétollGrenoble.

    AGAM, 2016, OdcBesson R.vtiqu4afinn iPortéetet limitls d’une démsqche d’innovation ouverte », Echoscienclsvt6 janvier, URL : https://www.echosciencls-grenoble.fr/portee-et-limitls-d-une-demsqche-d-innovation-ouverte.

    AGAM, 2016, OdcBesson R.vtiqu4bfinn iLllparadigmetéconomique ols tiers-lieux », Echoscienclsvt1er août, URL : http://www.echosciencls-grenoble.fr/sqticles/le-paradigme-economique-des-tiers-lieux.

    AGAM, 2016, OdcBurret A.vtiqu5, Tiers lieux. Et plus si affinitésvtLimoges : FYP Editionsvt176 p.

    AGAM, 2016, OdcClavel M.,l2002, Sociologietolll’urbainvtParis : Economicafi123 p.

    AGAM, 2016, OdcCohendet P.vtGrandadam D.vtSimon L.vtiqu1finn iRethinking Urban Creati dty: Lessons from Barce ona and Moan Cal », City Culture and Society, vol. 2vtn° 3, pp. 151-158.

    AGAM, 2016, OdcCorsín J.A.vtiqu4, n iThe right to infrastructure: alprototype for open-source urbanism », Environment and Planning D: Society and Space, 32 (2), pp. 342-362.

    AGAM, 2016, OdcDouheihi M.,l20u1fiPour un humanismetnumérique, Paris : Seu tvt177 p.

    AGAM, 2016, OdcDevau D.vtiquafiDes espacesvtols hommes et ols liens : analysetollla fabrique olila drll olldemsin au prismetoutnumérique et ols tiers–lieuxvtMémoiretol stage, Institutto’urbanismetollLyon.

    AGAM, 2016, OdcDiez T.,liqu3vtThe Fab Cdty: Hard and Soft Tools for Smsqt Citizens’ Production of the Cdty, in D. Offenhuber, K. Schechtner (eds.), Accountability Technologies: Tools for Asking Hard Questions, Vienne: Birkhaüser Verlag GmbH, pp. 92-100.

    AGAM, 2016, OdcEychenne F.vtiqu2, Fab Lab. L’avant-garde olila nouvelll révolution industrielllvtLimoges : FYP éditionsvtColl. La fabrique ols possM, esvt112 p.

    AGAM, 2016, OdcFING AssociationvtiquafiSoft place. Une exploration ols écosystèmls olilieux hybridlsvtURL : http://fing.org/?Softplace-pu, 2e-ses-pistls-d

    AGAM, 2016, OdcGascó Hernández M.,l20u5, Ateneos olifabricación. Co-c Cación e innovación social en la ciudad inteligentefiXXl Congreso Internacional oll CLAD sobrlila reforma oll Estado y olila Administración pú, 2cavtLima (Perou).

    AGAM, 2016, OdcGrondeau A.vtLoinger G.vtTabaries M.,l2006, Lls mod s olllocalisation ols activitéstéconomiques ollhaute technologie dans les espaces métropolitains : lllcas olll’Ile-de-FrancevtParis : GEISTEL Éditionsvt173 p.

    AGAM, 2016, OdcHafkesbrink J.vtSchroll M.,l20u1fiInnovation 3.0: Embedding into community knowledge - collaborative organizational learning beyond open innovation, Journal of Innovation Economics, pp. 55-92.

    AGAM, 2016, OdcHarvey D.vtiq08, Right to the Cdty, iNew Left Review, 53vtURL: https://newlefn Cview.org/II/53/david-harvey-the-right-to-the-city

    AGAM, 2016, OdcHarvey D.vtiqu3vtCiudades Rebeldls, Madrid: Akal, 240 p.

    AGAM, 2016, OdcKaplan D.,lrsqcou T.,l2008, La Vdrllt2.0, plateforme d'innovation ouverte, Limoges : FYP Éditionsvt104 p.

    AGAM, 2016, OdcLefèbvrliH.vt1968, iLe Droittàila drllvtParis : Seu tvtCollection Pointsvt164 p.

    AGAM, 2016, OdcLiefooghe C.vtiquafiTiers-lieux, coworking spaces et FabLabs : nouveaux lieux, nouveaux liens et construction ol communautéstollconnaissance créativesvtin C. Liefooghe, D. MonsvtD. Paris (dir.), Ldrll, métropolltcréative ? Nouveaux liens, nouveaux lieux, nouveaux territoiresvtLdrll : Pressls Universitaires du Septentrion, pp. 183-222.

    AGAM, 2016, OdcMangada E.,l20u5, La Ciudad emergentefiNuevatribuna.ls, 26 msil20u5, URL : http://www.nuevatribuna.ls/sqticulo/sociedad/ciudad-emergente/iqu50526125036116409.html

    AGAM, 2016, Odcrsqrades R.vtiqu4, Urbanismo precario. Nollo llaméis urbanismo emergentefillamadlo urbanismo precariofieldiario.ls, 12 décembrliiqu4, URL : http://www.eldiario.ls/cv/laciudadconstruida/llameis-urbanismo-emergente-llamadlo-precario_6_334276572.html

    AGAM, 2016, OdcMayer M.,l2009vtThe nn iRight to the Cdty » in the Context of Shifting Mottos or Urban Social Movements », City (Special issue: Cities for peoplefinot for profit), 13/2-3, pp. 176-184.

    AGAM, 2016, OdcMitchell D.vtiq03, iThe Right to the Cdty: Social Justice and the Fight for Pu, 2c Space, New York and London:tGu tford Pressvti70 p.

    AGAM, 2016, OdcMoriset B.vtiqu4, Créer les nouveaux lieux olila drll créative Les espaces ollcoworking, 2nd Conferenclton Ge016, y of Innovation, Universitéto'Un Cchtvt23-25 janvieriiqu4, URL : https://halshs.sqchives-ouvertes.fr/halshs-00978718/document

    AGAM, 2016, OdcMoulier-Boutang Y,l2008, Le CapitalismetCognitif : La Nouverll Grande TransformationvtParis : Éditions AmsterdamvtColl. Multitud /Idéesvt315 p.

    AGAM, 2016, OdcOldlnburg R.vt1989, iThe Great Good Place: CafesvtCoffee ShopsvtCommunity graners, Beauty Parlors, General StoresvtBars, Hangouts, and HowtThey Get You Through the Day, New York: Paragon Housefi338 p.

    AGAM, 2016, OdcRevista Papers, iqu4, Discursos emergents per a un nou urbanisme, n° 57, URL : http://www.paisajetransversal.org/iqu4/06/papers57-nuevo-escenario-urbanistico.html

    AGAM, 2016, OdcSe">en S., iqu4, Talking back to your intelligent city, McKinsey on Society, URL: http://voices.mckinseyonsociety.com/talking-back-to-your-intelligent-city/

    AGAM, 2016, OdcStiegler B.,l2009vtPour une nouvelll critique olll’économie politiquevtParis : Galilée, 96 p.

    AGAM, 2016, OdcSuiretR.vtiq03,iStratégie olllocalisation ols firmes du secteur TIC : du cyber-district au district lisièrevtGé016, Od, Économie, Sociétévtvol. 5, pp. 379-397.

    AGAM, 2016, OdcSuiretR.vtiqu5, La performancltoes lieux olico-c éation ollconnaissances : lllcas ols FabLabvtCREM, UMR CNRS 62u1fiUniversitétollRennes 1fiFrance, WPtiqu5-14.

    AGAM, 2016, OdcViévard L., iqu4, La drll intelligentl : modèles et finalitésvtGrandlLyon : FRV 100, URL : AGAM, 2016, OdcVivant E.,l2009vtQu’est-ce que la drll créativevtParis : PUFvtColl. nn ila drll en débat », 96 p.

    AGAM, 2016, OdcVon Hippll E.,l2005, iDemocratizing InnovationvtBoston : MIT Pressvti16 p.

    Haut de page

    Notes

    1 Nous faisons ici référence aux technologies immersives, aux systèmes RFID, aux capteurs, aux outils de réalité augmentée, aux techniques sans contact et de représentation 3D, etc.

    2 Projet Masdar à Abou-Dhabi (Émirats Arabes Unis) ou New Songdo City en Corée du Sud.

    3 22@Urban Lab (Barcelone), Campus de l’innovation (Grenoble), quartier de l’innovation (Montréal, Boston), Distrito Tecnológico (Buenos Aires), etc.

    4 Antoine Burret définit les tiers lieux comme « des lieux de partage, de socialisation, mais aussi d’innovation et d’entreprenariat » (Burret, 2015).

    5 On notera que depuis 2012, les tiers lieux se développent aussi dans les territoires périurbains et ruraux (dans le Perche, le Verdon, l’Orne, le Haut-Jura, l’Ardèche méridionale, ou encore en Aquitaine).

    6 Définition de l’Union Européenne, 2009.

    7 Les fab labs (abréviation de fabrication laboratory), sont définis par la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération), comme des « plate-formes ouvertes de création et de prototypage d’objets physiques, "intelligents" ou non » (Eychenne, 2012).

    8 Avec 360 espaces recensés en 2015 pour plus de 10 000 coworkers, les espaces de coworking représentent en France la catégorie la plus importante de Tiers Lieux (source : Bureau à Partager, La Fonderie).

    9 Récemment, des entreprises comme Leroy Merlin, Renault, Airbus, Safran, Air Liquide ou encore Alcatel-Lucent, ont développé leurs propres fab lab ou living lab, à l’image du Creative People Lab de Renault.

    10 La Casemate est le premier Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) créé en France (1979). Il fait aujourd’hui partie du réseau national Inmédiats (Innovation – Médiation – Territoires), Programme d’Investissement d’Avenir qui regroupe six Centres de sciences régionaux (à Bordeaux, Rennes, Grenoble, Caen, Toulouse, Paris). Il a pour objectif de renforcer l’égalité des chances dans l’accès aux sciences et techniques, notamment pour les 15-25 ans, par l’expérimentation d’outils numériques de médiation culturelle.

    11 Ce salon de rencontre entre arts, sciences et technologies est porté par l’Atelier Arts Sciences réunissant l’Hexagone de Meylan, le CEA et, depuis 2011, La Casemate. Il se tient chaque année au mois d’octobre à la Maison MINATEC de Grenoble et accueille 5 000 visiteurs pendant 3 jours.

    12 Étudiants en école d’architecture, en urbanisme et en géographie, élèves de l’école de la deuxième chance, professionnels de l’aménagement des villes, élus et habitants.

    13 Les prototypes étaient issus de collaborations entre des universités (Pôle supérieur de design de Villefontaine ; École d’ingénieur Polytech de Grenoble), des start-ups, des laboratoires de recherche (CEA), et des entreprises comme Orange Lab.

    14 Propos recueillis lors des ateliers de restitution et de débat organisés le 12 octobre 2013. Pour plus de détails, voir Besson (2014a).

    15 Selon une étude récente de l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM, 2016).

    16 En novembre 2014, les musées de l’Arles Antique et du Museon Arlaten ont ouvert leurs collections, remixées pendant 3 jours et 2 nuits par des publics hétérogènes (codeurs, médiateurs culturels, conservateurs, designers, amateurs, bidouilleurs, etc.).

    17 Étude conduite en 2016 par les cabinets Cultures Créatives et Villes Innovations pour le compte du conseil départemental des Bouches du Rhône.

    18 Secrétariat Général aux Affaires Régionales.

    19 Sont, par exemple, concernées des applications mobiles interactives, des lunettes connectées de réalité augmentée, des réseaux sociaux innovants, etc.

    20 Doctorants, designers, urbanistes, médiateurs culturels, jeunes de l’École de la Deuxième Chance.

    21 Trois cent personnes sont actuellement connectées au réseau des capteurs « smart citizen ».

    22 Le Medialab Prado, implanté au cœur de Madrid dans le quartier des Lettres, à proximité du Musée National Centre d’Art Reina Sofia et du Musée National du Prado, est un espace orienté vers la recherche et la co-production d’innovations numériques dans les domaines artistique, scientifique, technologique et social. Ce Tiers Lieu créé par la Ville de Madrid en 2000 est considéré comme l’un des centres européens les plus actifs et créatifs en termes de culture numérique.

    23 Madrid a connu depuis 2008 la création de plus de 200 espaces de co-working dont la grande majorité n'est cependant pas considérée comme des Laboratorios ciuadanos.

    24 Construite grâce à un financement participatif de plus de 6 000 € sur la plateforme Goteo.org.

    25 Depuis 2013, l’association Plateau Urbain redonne vie aux immeubles de bureaux vacants en Île-de-France (près de 4 millions de m2), en faisant la promotion des occupations temporaires. L’association met en lien les propriétaires de bâtiments ou de sites vacants avec des porteurs de projets (associations, jeunes entreprises, artistes).

    26 Les citadins peuvent, sous la supervision d’un médiateur, s’approprier les outils du fab lab. Des modèles 3D publiés en open source sur le réseau des fab labs peuvent être reproduits et adaptés aux différents contextes urbains, que les projets soient situés à Singapour, Madrid ou Buenos Aires. Les machines des fab labs bénéficient d’une capacité d’auto-réplication (et notamment des imprimantes 3D).

    27 Voir les projets Fab Lab House, Heliocell, Endesa World Fab Condenser, Pavilion (www.iaacblog.com).

    28 Si le développement du kit Smart Citizen s’est effectué en open source, avec un logiciel téléchargeable gratuitement, le hardware, lui, est payant. La municipalité d’Amsterdam a ainsi récemment fait l’acquisition d’une centaine de capteurs, ce qui a permis de financer une partie du projet.

    29 La mesure des externalités produites par les tiers lieux - sociales, économiques, culturelles, environnementales ou cognitives - sur le territoire est particulièrement complexe à mettre en œuvre. Le manque d’indicateurs constitue un frein lors des choix de financement public.

    30 Les ressources tirées du succès de certains projets d’innovation sont encore très rares. Quelques cas commencent néanmoins à exister comme la prise de participation du Fab Lab de Barcelone au développement de la « Fab Car » en collaboration avec HP Design jet et Open Source Vehicle.

    31 Les tiers-lieux contrôlés par les collectivités et qui ouvrent et ferment aux horaires de bureaux ont peu de chance de se pérenniser (Marie-Laure Cuvelier, fondatrice de la Coopérative des Tiers Lieux. Localistis.info, « En Nouvelle-Aquitaine, les tiers lieux associatifs au service de l’aménagement du territoire », 6 octobre 2016).

    32 À l’exemple des Appels à Manifestation d’Intérêt (AMI) ou des Appels à Projets tels que « Réinventer Paris », « Inventons la métropole » ou « Réinventer la Seine ».

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 : Localisation des acteurs de l’innovation dans le centre-ville de Marseille
    Crédits Source : Raphaël Besson (Villes Innovations) et Sylvia Andriantsimahavandy (Cultures Créatives), 2016.
    URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4184/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 232k
    Titre Figure 2 : Localisation des Laboratoires citoyens dans le centre-ville de Madrid
    Crédits Source : Raphaël Besson (Villes Innovations), 2016.
    URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/4184/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Raphaël Besson, « Rôle et limites des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/4184 ; DOI : 10.4000/tem.4184

    Haut de page

    Auteur

    Raphaël Besson

    Directeur de Villes Innovations (Madrid, Grenoble)
    Chercheur associé UMR PACTE (Grenoble)
    r.besson@villes-innovations.com

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

    Haut de page