Navigation – Plan du site
Articles

Le développement durable est-il soluble dans le capitalisme ?

Is Sustainable Development « Soluble » in Capitalism?
Bertrand Zuindeau
p. 46-53

Résumés

Á quoi imputer les retards manifestes dans la diffusion du développement durable ? La thèse proposée dans cet article est que la logique économique inhérente au capitalisme est, dans une large mesure, antagonique de la logique propre au développement durable. La contribution met l’accent sur deux aspects. En premier lieu, alors que le développement durable place au centre des préoccupations et des objectifs à atteindre la question des besoins, le capitalisme se fonde, quant à lui, sur une recherche de valorisation des capitaux. Secundo, le rapport au temps n’est pas le même. Le capitalisme privilégie le court terme – ce que traduit notamment le recours à l’actualisation – alors que le développement durable s’intéresse particulièrement au long terme. Certes, des possibilités de conciliation sont envisageables – ce que l’on appelle les stratégies win-win, mais celles-ci présentent elles-mêmes des limites.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux les plus récents rendant compte de la dégradation écologique, il convient de ment (...)

1Le Sommet de Johannesburg, en septembre 2002, avait mal démarré. Plusieurs rapports préalables, notamment des Nations Unies, avaient déjà dressé un bilan de la mise en œuvre du développement durable (désormais DD) depuis le Sommet de la Terre, à Rio (1992). Le constat n’incite guère à l’optimisme. Ainsi que l’indique, par exemple, la Commission du développement durable du Conseil économique et social des Nations Unies : « La mise en pratique laisse manifestement à désirer » (CDD, 2002, p. 4). Si l’idée de DD se répand assez largement, les actions de DD font, elles, largement défaut. Et la résultante de la modicité des actions entreprises, c’est une situation majoritairement dégradée, sur les plans économique, social, et surtout environnemental, en dépit de quelques éléments indéniablement positifs1 . Comment expliquer la difficulté insigne de passer du discours à la pratique ? Comment expliquer que même si « la maison brûle », pour reprendre les mots forts du Président Jacques Chirac à ce même Sommet de Johannesburg, « nous regardons ailleurs », autrement dit l’inaction persiste  ?

2Le rapport du CES des Nations Unies avance plusieurs explications : l’intégration du DD dans les politiques publiques est très insuffisante ; les modes de consommation et de production demeurent essentiellement non durables ; les investissements et la recherche-technologie n’incorporent pas suffisamment les exigences en termes de DD ; finalement les moyens financiers consacrés au DD ne sont absolument pas à la hauteur des enjeux (CDD, 2002, p. 4-5). Pour être intéressantes et offrir de bonnes pistes de réflexions, ces explications n’en sont pas moins partielles et l’on serait tenté de les voir elles-mêmes comme les conséquences de déterminations plus fondamentales, mais encore mystérieuses : pourquoi, en effet, les modes de production et de consommation demeurent-ils majoritairement non durables ? Pourquoi les investissements n’intègrent-ils pas les exigences du DD ? etc. Quels sont donc les motifs plus profonds qui expliqueraient la persistance de comportements non durables ? En recherche d’explications, certains invoquent l’ignorance  : on ne verrait pas encore que nous sommes «  tous gagnants  » avec le DD (Bidou, 2004)  ; d’autres préfèrent mettre en avant la «  mauvaise volonté  » (Brunel, 2004, p. 116).

3Dans la présente contribution, plutôt que de se référer à de telles catégories « idéalistes », nous privilégions une autre thèse : celle de l’existence d’un antagonisme systémique. Si le DD peine à sortir du discours pour accéder à la réalité des pratiques, c’est qu’il existerait une (ou plutôt des) contradiction(s) entre la logique de durabilité et la logique sous-jacente au système économique dominant. Dans une certaine mesure, la diffusion du DD ne pourrait se faire que contre le système économique dominant et non au travers d’un renforcement réciproque. Certes, des compromis sont atteignables pour faire cohabiter les deux logiques ; les solutions gagnantes-gagnantes, satisfaisant à la fois la logique de compétitivité et la logique de durabilité existent jusqu’à un certain point. Pour autant, nous pensons que la dilution pure et simple du système économique actuel dans le DD (ou, d’ailleurs, du DD dans le système économique actuel) n’est pas possible.

4L’article présenté sera principalement de caractère théorique. Il cherchera à identifier les caractéristiques importantes de l’un et l’autre ensembles structurels (le système économique dominant et le DD) et tentera d’en montrer le relatif antagonisme terme à terme. La place manquera, en revanche, pour compléter ce premier exercice par un travail empirique (statistique ou à partir d’observations particulières) qui seul permettrait véritablement d’étayer la thèse proposée. D’ores et déjà, nous faisons de ce complément indispensable un axe d’investigation ultérieur.

1. Développement durable versus capitalisme

  • 2 Comme traduction de « sustainable », l’édition française du rapport Brundtland, comme maints auteur (...)

5« Le développement soutenable2, nous dit le rapport Brundtland, est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987, p. 51). Cette définition est souvent jugée trop générale et insuffisamment opératoire ; elle n’en est pas moins utile pour caractériser la nature essentielle du DD. Le DD est ainsi une problématique d’équité, couplant les dimensions intra- et intergénérationnelle.

6Du point de vue intragénérationnel, le DD vise la couverture des besoins humains, en commençant par les plus essentiels : alimentation, logement, énergie, hygiène publique, santé, etc. (CMED, 1987, p 64-65). Cette orientation vers les besoins primordiaux invite aussi à lutter contre les situations d’inégalités majeures, qui précisément iraient à l’encontre d’un tel objectif premier. Il en résulte, dans la littérature institutionnelle sur le DD, une référence insistante à la nécessaire réduction des inégalités économiques, en particulier entre le Nord et le Sud (CMED, 1987 ; Nations Unies, 1993).

7Mais l’équité est aussi intergénérationnelle et c’est là sans doute la principale originalité de la problématique du DD. Le développement doit couvrir les besoins présents, mais d’une manière telle que ne soient pas affectées les possibilités qu’auront les générations futures de faire face à leurs propres besoins. Comment la satisfaction présente pourrait-elle compromettre la satisfaction future ? Parce que diverses interdépendances – entre variables, mais aussi d’ordre spatial et d’ordre temporel – sont susceptibles de s’exercer. Entre autres facteurs, la littérature insiste sur la possibilité d’enchaînements d’ordre environnemental défavorables. Par exemple, un mode de croissance économique donné – aidant par conséquent à répondre aux besoins de la génération présente – induira une raréfaction drastique des ressources naturelles ou de graves pollutions aux effets irréversibles, l’une et l’autre conséquences portant atteinte au bien-être, voire à la survie même, des générations futures.

8En résumé, on pourrait définir le DD comme croisement d’un principe normatif, l’équité, et d’un principe objectif, l’interdépendance (Laganier et al., 2002).

  • 3 Et donc celui qui prend sa source et s’est surtout constitué dans le monde occidental.

9Comment caractériser le système économique dominant, entendant par là, celui qui tend à être le plus répandu sur la planète et qui dispose d’une suprématie incontestable sur les autres  ?3 On pourrait penser cette caractérisation délicate étant donné l’entremêlement étroit des formes économiques : l’appropriation publique côtoie l’appropriation privée, les modes de gestion sont pluriels, les politiques publiques tempèrent certains effets du marché... Il n’en reste pas moins qu’au travers des formations économiques et sociales – pour emprunter la terminologie marxiste – plus ou moins disparates, s’impose un mode de production particulier, le même qu’au 19e et au 20e siècle : le capitalisme. On peut, par litote, continuer à parler du système économique dominant, mais c’est bel et bien du capitalisme dont il est question. Notre problématique revient alors à nous interroger sur les contradictions nécessaires, ou à l’inverse, les possibles conciliations, entre la logique sous-jacente au DD et celle qui caractérise le capitalisme.

10Pour définir le capitalisme, on peut se tourner vers les anciens – Marx tout particulièrement (Marx, 1867) –, mais il est possible également de s’inspirer d’auteurs plus récents (Heilbroner, 1986), les caractérisations ne changeant d’ailleurs pas fondamentalement.

11Entre autres traits importants (l’appropriation privée des moyens de production, la place centrale du salariat...), deux caractéristiques nous paraissent ici essentielles et vont orienter la comparaison prévue avec la logique du DD. En premier lieu, le capitalisme constitue un mode d’accumulation dont le but est l’accroissement du capital financier. Si le capitalisme produit des marchandises, c’est le pôle « valeur d’échange » de ces marchandises qui est visé, et non le pôle « valeur d’usage » – conformément à une distinction qui remonte à Aristote. En second lieu, dans le capitalisme, les intentions de valorisation du capital sont inhérentes aux capitaux individuels et non au capital dans son ensemble, entendu comme rapport social. La recherche de valorisation peut ainsi favoriser tels capitaux individuels tout en nuisant à l’ensemble : crise de « réalisation » lorsque l’entreprise réduit ses coûts de main-d’œuvre, accroissement des coûts collectifs du fait des externalités individuelles...

12La logique du DD semble ainsi axée sur la notion de besoins, alors que le capitalisme a pour perspective le profit. La première vise l’équité intra- et intergénérationnelle ; le second a pour but l’accumulation élargie. Logique du DD et logique du capitalisme, ainsi, diffèrent ; au point qu’on peut les estimer incompatibles. Certes, la force de cette contradiction est variable selon les époques du capitalisme ou, pour employer une terminologie plus précise, selon les « régimes d’accumulation » en vigueur. Un régime d’accumulation fortement concurrentiel tend à accentuer la contradiction ; un schéma de croissance plutôt centré sur une économie nationale et mieux régulée du fait de politiques publiques en permettra un relatif relâchement (Rousseau et Zuindeau, 2007).

13On va préciser la nature de cette contradiction, en mettant l’accent sur deux aspects : les buts économiques, d’une part, la dimension temporelle, d’autre part.

2. Besoins versus profits

14Ainsi, le capitalisme n’a pas pour visée les besoins humains ; il a pour but la valorisation des capitaux individuels.

15Il se peut que les deux objectifs se rencontrent. Les (sans doute abusivement nommées) «  Trente Glorieuses » manifesteraient une telle rencontre. Durant cette période, les conditions de valorisation du capital ont eu pour corollaire une montée des salaires et la constitution de revenus indirects, l’un et l’autre conduisant à une augmentation sans précédent de la consommation. Cette période marque l’essor des biens d’équipement ménager, de la voiture, de certains biens publics également : réseaux d’adduction d’eau, infrastructures, et bien sûr éducation. Les gains importants de productivité permettent à l’État de prélever sa part de la croissance, via l’impôt, et d’assurer alors par cette contribution financière, la fourniture des biens publics en question, favorisant à son tour la croissance économique. Le schéma n’est, certes pas, sans failles. On ne rentrera pas ici dans la discussion éminemment éthique de savoir si la croissance d’après-guerre satisfait ou non les « bons » besoins. En revanche, force est de constater que, même si elles ont tendance à régresser avec la croissance (Piketty, 1997), de fortes inégalités subsistent. Elles touchent notamment de nouvelles catégories de main-d’œuvre, telles que les travailleurs immigrés et se maintiennent, voire s’accentuent entre «  pays riches » et « pays pauvres ».

16Il se peut aussi que les deux objectifs – couverture des besoins et valorisation des capitaux – s’ignorent complètement. Tel sera le cas si la structuration des besoins sociaux fait défaut, ou, en supposant que cette structuration existe, si la solvabilisation des besoins est insuffisante. Dans le premier cas, certaines préoccupations ne sont pas assez présentes, ou ne sont pas relayées convenablement par les pouvoirs publics. Elles ne se formalisent pas en besoins qui pourraient ensuite se traduire par une véritable demande sociale. Par exemple, un problème aussi complexe que le risque de changement climatique n’induit pas directement de demandes de prise en charge publique. Il faut des épisodes répétés de tempêtes, d’inondations, de canicules aux effets meurtriers, une information adéquate, une pression d’associations, pour que se structurent progressivement des attentes sociales dans le domaine concerné. Par ailleurs, quand bien même cette structuration s’opérerait, elle ne donnera pas lieu à une demande, au sens économique du terme, si les conditions de solvabilisation de la demande ne sont pas assurées. Or, plusieurs motifs sont de nature à empêcher de telles conditions de se former : atonie du processus de croissance, limitation des prélèvements obligatoires dans un souci de compétitivité ou dans une perspective de valorisation des dépenses privées, arbitrages entre différentes politiques publiques... Autre exemple : dans certains pays du Sud, les récents acquis en termes de croissance économique n’assurent que partiellement la couverture des besoins collectifs dès lors que se maintiennent d’importantes inégalités de revenus et que la croissance s’appuie principalement sur la consommation de biens privés par une fraction privilégiée de la population. Qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit pas d’invoquer un je ne sais quel immoralisme du capitalisme et de ses acteurs, qui les rendrait insensibles au malheur des pauvres et aux enjeux du développement durable. Les intentions individuelles ne sont nullement en cause ici et c’est bien de caractéristiques structurelles dont il est question.

  • 4 Au sens traditionnel d’interdépendance hors marché des fonctions d’utilité.
  • 5 La première étant celle qui existe entre la réduction des coûts salariaux individuels et la recherc (...)

17Justement, l’autre trait structurel important du capitalisme – le fait que la valorisation s’effectue sur les capitaux individuels et non sur le capital dans son ensemble – va accentuer le divorce entre valorisation et couverture des besoins. D’une part, même si certains problèmes sociaux ou écologiques impliquent des coûts collectifs élevés, il n’est pas dans la nature des porteurs de capitaux individuels de prendre la mesure de telles difficultés, sauf à ce que la hausse des coûts collectifs se traduise, d’une façon ou d’une autre, par un accroissement des coûts individuels (cf. infra). D’autre part, et plus encore, la valorisation des capitaux individuels tend à la recherche d’une réduction, par tous les moyens, des coûts individuels. L’un des canaux privilégiés de cet abaissement est la formation d’externalités4 qui, notamment dans le domaine environnemental, vont induire des coûts non supportés par les responsables de ces externalités. Par exemple, une entreprise qui pollue inflige des coûts – sous forme de dépenses de santé, de dépenses de protection par les victimes, et de façon plus générale de baisse du bien-être collectif – que le marché ne l’enjoint pas de financer. Seuls des dispositifs publics sont de nature à permettre une « internalisation des effets externes » : réglementation, taxation, quotas, etc. L’un des auteurs les plus importants de l’écologie politique, James O’Connor parle de « seconde contradiction du capitalisme  »5 (O’Connor, 1998) pour désigner ce phénomène  : à la recherche d’une réduction de leurs coûts individuels via les externalités, les entreprises contribuent à augmenter les coûts des autres entreprises, du capital dans son ensemble, mais aussi par certains effets en retour, leurs propres coûts (augmentation des primes d’assurance, éventuelles taxations environnementales, possible renchérissement du prix des ressources, etc.).

18Dès lors, non seulement l’accumulation capitaliste ne coïncide pas nécessairement avec un processus de satisfaction des besoins sociaux, mais elle est, elle-même, créatrice de
«  besoins  » supplémentaires d’un genre particulier  : à savoir les diverses demandes sociales de traitement et d’évitement des externalités. On est là aux antipodes du DD, lui dont les avocats invitent à considérer, non seulement la logique des besoins sociaux – on l’a déjà dit et répété –, mais aussi, symétriquement, la question des coûts collectifs.

3. Temps court versus temps long

19Le DD est une problématique d’équité inter-temporelle. Le bien-être des générations présentes ne doit pas hypothéquer la liberté de choix des générations futures et donc, dans la mesure du possible, nos modes de vie présents ne sauraient infliger des coûts aux générations futures. Par différence, l’horizon de rentabilisation des capitaux est le court terme, voire le très court terme. Dans le monde des affaires, on parle de mois, souvent de jours, plus rarement d’années. Il existe un principe fondamental en économie qui rend compte de cette myopie face au temps, et la justifie. C’est le « Principe de préférence pour le présent ». Plus s’éloignent les perspectives de coûts, comme de recettes d’ailleurs, moins leur poids sera élevé dans les calculs.

20Les règles d’actualisation permettent cette dévalorisation du futur. À titre d’exemple, si l’on considère, les bénéfices (recettes – coûts) d’un projet pour une période déterminée (par exemple 50 ans), le poids de chaque bénéfice annuel sera pondéré par un taux d’actualisation, qui traduira le principe de préférence pour le présent. Nous avons alors une formule du type :
V = ∑ t (Rt – Ct) /(1 + i)t
avec V, la valeur totale tenant compte de l’actualisation ; Rt, la recette variant selon t, autrement dit l’année considérée ; Ct, le coût variant selon t ; i, le taux d’actualisation.

21Outre que la préférence pour le présent se manifeste généralement dans les comportements humains – on ne diffère une consommation que si l’on a un intérêt économique à le faire –, des motifs significatifs peuvent être mobilisés pour en justifier la recommandation dans le cadre, par exemple, de projets publics. Le principal de ces motifs est l’incertitude. Plus s’éloigne le terme d’une prévision, moins fiable sera-t-elle  : l’incertitude grandit avec le futur. Il est alors compréhensible d’attacher une importance plus grande à des coûts à court terme et de relativiser des coûts à long terme, fussent-ils très élevés.

  • 6 Le récent ouvrage de Jared Diamond, traduit en français en 2006, sous le titre Effondrement, analys (...)

22Compréhensible peut-être, mais il n’en reste pas moins que, bien souvent, les coûts environnementaux surviennent à long terme. L’avantage à court terme du prélèvement du bois, par exemple, en termes de matériaux de construction, de bois de chauffe, ou indirectement de superficies dégagées pour l’agriculture, est contrebalancé, parfois dramatiquement, sur le long terme par l’ensemble des coûts résultant de la déforestation6. Symétriquement, les avantages retirés de l’investissement écologique concernent fréquemment un horizon temporel éloigné.

23En France, l’auteur qui a le plus insisté sur le hiatus entre le temps de l’économique et le temps de l’écologique est incontestablement René Passet, en particulier dans L’économique et le vivant, son œuvre maîtresse. La citation qui suit résume bien la problématique de notre paragraphe : « Dans les rythmes naturels se déroulant et s’harmonisant sur des millénaires (parfois des millions d’années) la gestion économique introduit la rupture des maximisations de courte période dont les effets ne se feront sentir que sur les générations à venir : l’actualisation ‘gomme’ un futur lointain où ce qui est en cause, concerne moins les valeurs monétaires que la reproduction d’une réalité physique dont dépend l’existence de la sphère économique et des sociétés humaines » (Passet, 1979, p. XII). Et si Passet emploie l’expression, apparemment neutre, de « gestion économique », il est clair que c’est le capitalisme qui est par lui visé, et que précisément c’est le capitalisme qui exacerbe le divorce entre le temps de l’économique et le temps de l’écologique. La prééminence du pôle « valeur d’échange » et du profit tend, d’une part, à la sous-estimation des avantages écologiques de long terme, tandis que la structure décentralisée du capital conduit, de son côté, à négliger des avantages perçus par d’autres, également à long terme.

4. Des solutions de compromis ?

24Mais malgré tout ce qui vient d’être dit, n’y a-t-il pas place pour une conjonction entre les objectifs économiques du capitalisme et les desseins du DD, assurant alors une meilleure application de ce dernier ? On ne peut, en effet, passer sous silence l’importante diffusion depuis plusieurs années – presque concomitamment avec celle de la notion de DD – de l’approche en termes de win-win. Cette approche que l’on doit notamment à l’économiste industriel Michael Porter (cf. en particulier Porter et Van Der Linde, 1995) estime que de plus en plus de pratiques d’entreprises sont à même d’être gagnantes sur le plan économique et gagnantes sur le plan écologique. Œuvrer en faveur de l’environnement serait aussi facteur d’opportunités économiques pour les entreprises.

  • 7 Nous avions vu dans le 2e paragraphe que le caractère décentralisé mais concurrentiel du capital co (...)

25Plusieurs modalités sont généralement avancées de cette possible compatibilité. En premier lieu, les coûts individuels sont susceptibles de baisser : avec les économies d’énergie, avec la réduction de la consommation de matières premières...7. Ensuite, de nouvelles sources de valorisation émergent : des produits dits « écologiques » se font jour et satisfont des franges de plus en plus fournies de consommateurs sensibles aux questions écologiques ; le coût accru de gestion des déchets rend profitable la valorisation de ceux-ci comme «  co-produits  » ou «  produits dérivés  », selon les expressions qui ont cours. Enfin, et notamment dans l’approche de Porter, la prise en compte de l’environnement peut aiguillonner la capacité d’innovation des entreprises.

  • 8 Notons au passage que l’article de Palmer, Oates et Portney a été présenté dans le même numéro du J (...)
  • 9 Pour un travail de synthèse plus récent, nous pouvons renvoyer à Longuépée et Zuindeau, 2004.

26Cependant, les études empiriques tentant de vérifier l’effectivité du win-win sont mitigées. Certes, la littérature d’entreprise sur le DD insiste fréquemment sur les opportunités existantes (Schmidheiny, 1992) et il est vrai que les exemples de win-win sont légion. Cependant, des évaluations plus systématiques conduisent à des résultats assez défavorables. En France, l’étude de Sylvie Faucheux et de Martin O’Connor sur la cimenterie (1997) révèle que l’intégration de l’environnement serait, in fine, davantage facteur de coûts que de bénéfices économiques. De façon plus générale, un examen d’études empiriques (Palmer et al., 1995)8 fait apparaître que la prise en compte de l'environnement est plus coûteuse que bénéfique si l'on calcule les coûts nets sur l'ensemble des postes concernés dans l'entreprise. Les auteurs estiment que les avantages économiques liés à la prise en compte de l'environnement dans l'entreprise représenteraient un pourcentage d'à peine 2 % par rapport aux coûts ; un chiffre qui peut, cependant, apparaître exagérément faible et laisserait supposer que d’importants gisements de bénéfices demeurent inexploités...9

  • 10 Voir sur Internet : http : //www.factor10-institute.org/ L’association écologiste Négawatt fournit (...)
  • 11 Par exemple, produire des phosphates et en encourager la consommation pour ensuite « déphosphater »

27En effet, des potentialités insoupçonnées existeraient. Certains estiment que l’amélioration de la productivité des ressources environnementales atteindrait un facteur 4 (Von Weiszäcker et al., 1995), voire ainsi que tente de le promouvoir le justement nommé «  Club Facteur 10  »10 Comment expliquer l’insuffisante exploitation de tels gisements alors que cette dernière irait dans l’intérêt d’entreprises en recherche de réduction de coûts. On peut invoquer le manque d’informations et de sensibilisation des entreprises concernées, en particulier des plus petites. Probablement aussi, le rôle de certains acteurs dans le paysage capitaliste, attachés à certaines rentes de situation, pourrait être mis en avant. En effet, si le capitalisme se caractérise par une valorisation des capitaux individuels – et aucunement d’un quelconque capital global en réalité mythique –, il n’en reste pas moins que la configuration prévalant n’est pas celle d’une atomisation équilibrée de ces détenteurs de capitaux. Des entreprises disposent de rôles prédominants, des positions oligopolistiques sont observables, des pressions sont exercées par des acteurs-clés dans certains domaines. Une conséquence, parmi d’autres, est que le traitement curatif est très fréquemment privilégié face au préventif : produire/polluer et traiter la pollution valorisent deux fois des capitaux et non une seule11

28Face aux difficultés – structurelles ou non –, de rapprocher la logique de durabilité et la logique économique capitaliste, les politiques publiques apparaissent alors comme des outils indispensables. La réglementation, la taxation, les quotas transférables, les instruments de normalisation environnementale (référentiel ISO14000, écolabels de produits) sont de tels outils qui, indéniablement, se sont renforcés ces dernières années, encore qu’insuffisamment pour faire face aux enjeux écologiques et sociaux. En renchérissant le prix de certaines ressources naturelles, en sanctionnant ou en cherchant à prévenir les externalités, en obligeant à considérer le temps long (par exemple via le principe de précaution), en promouvant aussi des actions directement axées sur les besoins humains, ces politiques visent à contrecarrer les effets négatifs du système capitaliste et à favoriser le DD.

29Mais la mise en œuvre de ces politiques risque, elle-même, d’être subordonnée à la logique de la valorisation des capitaux individuels. C’est bien ce que l’on observe avec persistance et dont rendait compte, d’une certaine manière, le rapport des Nations Unies cité en introduction. On ne saurait y voir un défaut de volonté des gouvernants. C’est là plutôt l’effet d’une concurrence exacerbée, au plan international, et l’insuffisance notoire, sinon l’absence, de dispositifs de régulation à l’échelon supra-
national. Entre les potentialités insoupçonnées du win-win et la construction de régulations globales significatives, elles-mêmes permises par une prise de conscience internationale et/ou péniblement accouchées d’une « heuristique de la peur  » (Jonas, 1979), le chemin d’accès au DD semble bien étroit. Et à supposer qu’un tel but soit atteint, on peut se demander ce qu’il aura fallu abandonner du capitalisme pour y parvenir...

Haut de page

Bibliographie

BIDOU Dominique, 2004, Tous gagnants. La dynamique du développement durable, Ibis Press, Collection « Aménagement et Nature  », 167 p.

BRUNEL Sylvie, 2004, Le développement durable, Paris, PUF, collection Que-sais-je ?, 127 p.

Commission du développement durable constituée en comité préparatoire du Sommet mondial pour le développement durable (CDD), 2002, Mise en œuvre d’Action 21, E/CN.17/2002/PC.2/7, Conseil économique et social, Nations Unies, 78 p.

Commission mondiale pour l’environnement et le développement (CMED), 1987, Notre avenir à tous, édition française de 1989, Montréal, éditions du Fleuve, 432 p.

DELÉAGE Jean-Paul, 1992, Histoire de l’écologie – une science de l’homme et de la nature, Paris, La Découverte, collection Histoire des Sciences, 330 p.

DIAMOND Jared, 2005, Effondrement – Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, traduction française de 2006, Paris, Gallimard, nrf Essais, 648 p.

FAUCHEUX Sylvie, O' CONNOR Martin, 1997, « La compétitivité face à l’environnement : le secteur cimentier », colloque « Environnement, société, entreprises : la nouvelle donne », organisé par l'ADEME, le CNRS, le Club Crin Environnement, Paris, les 15-16 janvier.

HEILBRONER Robert L., 1986, Le capitalisme  : nature et logique, Paris, Économica, 184 p.

JONAS Hans, 1979, Le Principe Responsabilité – Une éthique pour la civilisation technologique, traduction française de 1990, Paris, Flammarion, 470 p.

LAGANIER Richard, VILLALBA Bruno, et ZUINDEAU Bertrand, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Développement Durable et Territoires, Dossier 1 : Approches territoriales du Développement Durable, mis en ligne le 1er septembre 2002, disponible sur : http://developpementdurable.revues.org/document774.html

LONGUÉPÉE Jérôme et ZUINDEAU Bertrand, 2004, Environnement et développement économique : une étude bibliographique, Étude commanditée par la Région Nord – Pas de Calais auprès du réseau ATEMIS, juin, 71 p.

MARX Karl, 1867, Le capital, édition française de 1969, Paris, Garnier-Flammarion, 707 p.

Millenium Ecosystem Assesment (MA), 2005, Rapport de synthèse de l’Évaluation des Écosystèmes pour le Millénaire, mars, 59 p.

Nations Unies, 1993, Action 21 – Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, New York.

Négawatt, 2005, Scénario négaWatt 2006 pour un avenir énergétique sobre, efficace et renouvelable, Document de synthèse, disponible sur  : http://www.negawatt.org/telechargement/Scenario %20nW2006 %20Synthese %20v1.0.2.pdf

O’CONNOR James, 1998, Natural Causes – Essays in Ecological Marxism, New-York, London, The Guilford Press, 350 p.

PALMER Karen L. Palmer, OATES Wallace E. and PORTNEY Paul R., 1995, « Tightening Environmental Standards: The Benefit-Cost or the No-Cost Paradigm? », Journal of Economic Perspectives, 9 (4), p. 119-132.

PASSET René, 1979, L’économique et le vivant, 2e édition 1996, Paris, Economica, 291 p.

PIKETTY Thomas, 1997, L’économie des inégalités, Paris, La Découverte, collection Repères, 122 p.

PORTER Michael E. and VAN DER LINDE Claas, 1995, « Toward a new conception of the environment-competitiveness relationship  », Journal of Economic Perspectives, 9 (4), p. 97-118.

ROUSSEAU Sandrine et ZUINDEAU Bertrand, 2007, « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation, n° 1, Varia, mis en ligne le 25 juin, URL : http://regulation.revues.org/document1298.html.

SCHMIDHEINY Stephan et al., 1992, Changer de cap, Paris, Dunod, 392 p.

VIVIEN Franck-Dominique, 2005, Le développement soutenable, Paris, La Découverte, collection Repères, 122 p.

WEIZSÄCKER Ernst U. (von), LOVINS Amory B., et LOVINS L Hunter, 1995, Facteur 4 : deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources, Rapport au Club de Rome, traduction française, 1997, Mens, Terre Vivante, 320 p.

Haut de page

Notes

1 Parmi les travaux les plus récents rendant compte de la dégradation écologique, il convient de mentionner celui, tout à fait remarquable, du Millenium Ecosystem Assessment, mis en place par le Secrétaire Général des Nations en 2001 (MA, 2005).

2 Comme traduction de « sustainable », l’édition française du rapport Brundtland, comme maints auteurs d’ailleurs, utilise le terme « soutenable » et non « durable ». Sans négliger les différences de connotations – cf. sur ce point Vivien, 2005, p. 4 –, les deux termes sont considérés comme synonymes dans l’article.

3 Et donc celui qui prend sa source et s’est surtout constitué dans le monde occidental.

4 Au sens traditionnel d’interdépendance hors marché des fonctions d’utilité.

5 La première étant celle qui existe entre la réduction des coûts salariaux individuels et la recherche de débouchés pour les marchandises à vendre.

6 Le récent ouvrage de Jared Diamond, traduit en français en 2006, sous le titre Effondrement, analyse magistralement les conséquences de dégradations écologiques, notamment la déforestation, sur la survie même de certaines sociétés, comme les habitants de l’île de Pâques ou les Vikings au Groenland. Façon de dire aussi que le capitalisme n’est pas seul en cause et que, pour reprendre la formule de Jean-Paul Deléage, « aucune civilisation n’est écologiquement innocente » (Deléage, 1992, p. 252).

7 Nous avions vu dans le 2e paragraphe que le caractère décentralisé mais concurrentiel du capital conduisait à la formation d’externalités environnementales réductrices de coûts privés totaux. Le même argument peut évidemment être invoqué pour montrer l’intérêt qu’ont les entreprises à réduire leurs coûts individuels en limitant leurs consommations environnementales.

8 Notons au passage que l’article de Palmer, Oates et Portney a été présenté dans le même numéro du Journal of Economic Perspectives que celui de Porter et Van der Linde et s’inscrit en position critique par rapport à ce dernier.

9 Pour un travail de synthèse plus récent, nous pouvons renvoyer à Longuépée et Zuindeau, 2004.

10 Voir sur Internet : http : //www.factor10-institute.org/ L’association écologiste Négawatt fournit également des chiffres élevés quant aux possibles économies d’énergie à réaliser. Dans un document de synthèse disponible sur Internet, elle estime « possible de réduire d’un facteur 2 à 5 nos consommations d’énergie et de matières premières, à l’aide de techniques déjà largement éprouvées, avec un temps de retour économiques ouvent très raisonnable » (Négawatt 2005, p.3).

11 Par exemple, produire des phosphates et en encourager la consommation pour ensuite « déphosphater ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Le développement durable est-il soluble dans le capitalisme ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/430 ; DOI : 10.4000/tem.430

Haut de page

Auteur

Bertrand Zuindeau

Maître de conférences
Université de Lille 1, CLERSE – IFRESI-CNRS
Faculté des Sciences Economiques et Sociales
Avenue Paul langevin
59655 Villeneuve d'Ascq Cedex
Bertrand.Zuindeau@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page