Navigation – Plan du site
Articles

Société rouennaise d’études urbaines et Société d’études urbaines de la région du Havre, la création des premières agences d’urbanisme entre hasard et nécessité

« Société rouennaise d’études urbaines » and « Société d’études urbaines de la région du Havre », the Creation of the First Town-planning Agencies between Hazard and Necessity
Frédéric Saunier
p. 18-30

Résumés

Avant la loi d’orientation foncière de 1967, la Basse Seine vit naître les deux premières agences d’urbanisme françaises : la Société rouennaise d’études urbaines (SORETUR) en mars 1963 et la Société d’études urbaines de la région du Havre (SERH) en décembre 1965. Sociétés civiles d’études presque jumelles, créés sous l’égide de la Société centrale pour l’équipement du territoire (SCET), filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), la SORETUR et la SERH sont nées sans réelle préméditation, de conjonctures locales particulières, d’occasions saisies par des techniciens et des fonctionnaires ambitieux et avertis. Si l’idée d’implanter des structures d’études décentralisées pour tracer in situ les schémas de développement des grandes agglomérations s’imposait peu à peu au sein de l’administration, ces créations inédites doivent néanmoins beaucoup à un contexte régional très favorable. La Basse Seine était en effet, depuis la fin des années 1950, une région pilote tant dans le domaine de la réforme administrative que dans celui de l’aménagement territorial. Outre les deux premières agences d’urbanisme, y verront le jour le premier organisme d’études d’aménagement des aires métropolitaines et le premier établissement public foncier autorisé à lever l’impôt. Ainsi, avant d’être transformées en association et de prendre, respectivement en 1974 et 1976, les noms d’Agence d’urbanisme de la région du Havre (AURH) et d’Association rouennaise d’études d’urbanisme (ARETUR), la SERH et la SORETUR forgèrent pendant une dizaine d’années leur réputation de structures expérimentales en prenant les traits caractéristiques communs à toutes les agences qui leur feront suite : la pluridisciplinarité et la jeunesse de leur personnel, l’implication de leurs cadres dans l’action syndicale, associative ou politique et leur fragilité financière.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en place des agences de Rouen et du Havre sous l’égide de la Société centrale pour l’équipement du territoire (SCET) ne fut pas la conséquence d’une stratégie planifiée de cette filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour compléter l’action de ses sociétés d’aménagement sur le terrain. Elle ne fut pas plus l’aboutissement de réflexions approfondies au sein de l’administration. Certes l’idée d’implanter des structures d’études décentralisées pour tracer in situ les schémas de développement des grandes agglomérations faisait son chemin au sein des groupes de travail de l’échelon central. Certes quelques organismes précurseurs avaient ouvert la voie, chacun à sa manière, métropolitaine ou coloniale, institutionnelle ou privée : l’Agence du plan d’Alger, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP) et le Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU). Mais la SORETUR et la SERH sont néanmoins nées sans préméditation, de conjonctures locales particulières, d’occasions saisies par des techniciens et des fonctionnaires ambitieux et avertis. La première vit le jour en 1963 grâce au dynamisme éclairé de la direction du BERU, au réformisme de la préfecture de la Seine-Maritime et à l’opportunisme de la SCET, pour répondre à des questions rouennaises. La seconde, calquée sur la première en 1965, fut le corollaire de la volonté préfectorale de créer une structure d’aménagement régional qui aboutit à la naissance du premier organisme d’études d’aménagement des aires métropolitaines, la Mission d’études Basse-Seine. Sœurs quasi-jumelles aux destins pourtant bien différents, la SORETUR et la SERH possédaient de nombreux points communs qui marquèrent leur jeunesse et forgèrent leur réputation : statut de droit privé, pluridisciplinarité, jeunesse des employés, implication des cadres dans l’action associative ou politique et fragilité financière.

1. Les organismes d’études, un feu d’artifices

2A partir de la seconde moitié des années 1950, la nécessité de maîtriser la poussée urbaine entraîna une floraison de structures d’études publiques. Chaque composante de l’administration a modifié ou créé un service consacré à l’urbanisme pour faire entendre sa voix dans le concert interministériel. Directement concernés depuis la mise en place d’une nouvelle administration de la reconstruction, les services d’études du ministère de la Construction n’eurent pourtant pas d’influence notable sur la conduite des plans d’urbanisme et furent incapables d’en centraliser les données. Le centre d’études générales (CEG), le centre d’études d’aménagement et d’urbanisme (CEAU) puis le centre d’études économiques et sociales (CEES) qui se succédèrent de 1948 à 1965 n’ont en effet laissé que peu de traces (Claude, 1994). Il faut attendre la création de l’éphémère service technique central d’aménagement et d’urbanisme (STCAU) au sein du ministère de l’Equipement (Verdès-Leroux, 1972) pour observer une relation suivie entre celui-ci et la SORETUR, dans le cadre de la mise en place de la loi d’orientation foncière de 1967.

3L’action du ministère des Travaux publics dans ce domaine nous est inconnue. Quant au ministère de l’Intérieur, son influence sur la politique urbaine ne cessait de décliner. Toutefois, pour s’adapter à l’expansion des villes, ce ministère réorganisa ses services en 1960, créant un bureau de l’urbanisme, de la construction et du domaine, complété en 1964 par un service technique confié à des ingénieurs des Ponts et Chaussées. Au sein du Commissariat général du Plan (CGP) puis à la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR), l’absence d’organigramme trop rigide était un principe constitutif qui allait de pair avec le recours à des entités extérieures. Le Plan s’est ainsi associé à la CDC pour créer le Centre de recherches et de documentation sur la consommation (CREDOC) en 1957 et la Société d’études pour le développement économique et social (SEDES) en 1958, impliquée dans l’élaboration des programmes de modernisation et d’équipement des grandes agglomérations. La CDC a également démultiplié ses moyens d’études : le Bureau d’études techniques pour l’urbanisme et l’équipement (BETURE) constitué par la SCET en 1960 puis le Centre d’études et de recherches pour l’aménagement urbain en 1967. De son côté, la DATAR faisait régulièrement travailler la Société d’études techniques et économiques (SETEC). Enfin, parmi les bureaux d’études privés qui se développaient, le BERU de Max Stern avait acquis, depuis sa création en 1953, une compétence indiscutable dans le domaine encore méconnu du traitement de l’information, pierre angulaire de la planification urbaine, faisant de ses cadres des interlocuteurs privilégiés de l’administration.

  • 1 Compte rendu de la réunion du 19 juillet 1961, 25 octobre 1961, archives nationales (AN) 19930275 a (...)

4Cette multiplication des compétences et sa conséquence négative, la dispersion, poussèrent l’administration centrale à coordonner cette prolifération. Dès l’été 1961, dans le cadre des réflexions préparatoires du IVe Plan, un groupe de réflexion sur les programmes d’équipement urbain s’est réuni autour d’André Laure, responsable de la division urbaine du Plan, pour critiquer les études urbaines engagées et harmoniser celles à venir1. Baptisé du nom de Nathalie puis comité des études régionales et urbaines (CERU), la fine fleur de ce champ disciplinaire y participait. Citons pour le Plan : Pierre Massé, Jean Ripert et Pierre Viot ; pour le ministère de la Construction : Roger Macé ; pour la DATAR : Jérôme Monod et Serge Antoine ; pour la SCET : Pierre Bon ; pour la SEDES : René Mercier et Pierre Merlin ; pour le CREDOC : Georges Rottier.

  • 2 Compte rendu de la réunion du CERU du 18 mai 1965, 1er juin 1965, AN 19920405 art. 10.
  • 3 Lettre de René Mayer, chef du service des programmes de développement urbain, au CERU, 18 février 1 (...)
  • 4 Lettre de Serge Antoine à Jean Ripert, 10 janvier 1963, ibid.
  • 5 Mise en place d’échelons locaux d’études pour les problèmes urbains et régionaux, CGP, 8 avril 1963 (...)

5Son rôle était simple dans les termes : recenser et coordonner les programmes d’études des ministères et des bureaux d’études les plus institutionnalisés, injouable dans la réalité. Provoquant des cascades de réunions, ce comité, sous une apparence consensuelle, se faisait l’écho de toutes les luttes intestines pour le contrôle de l’aménagement urbain. La rétention d’information étant de mise, il était délicat pour cette instance d’harmoniser l’ensemble. Par exemple, les ministères de l’Intérieur et des Travaux publics ne furent conviés aux assemblées qu’à partir de 19652. Le ministère de l’Equipement nouveau-né refusa de fournir son programme d’études pour 19663. Serge Antoine, pilier de la DATAR et observateur autorisé, n’écrivait-il pas en janvier 1963 que l’entreprise était condamnée à l’échec4 ? Malgré tout, un point faisait l’unanimité entre les participants dès avril 1963 : l’« idée de créer des centres d’études locaux dans les principales villes de province5. » Ce même mois, naissait à Rouen la première agence d’agglomération de l’hexagone. Déjà démontrée par la floraison de ses sociétés d’aménagement sur le territoire national, la réactivité de la SCET compensait une fois de plus l’inertie de l’administration, engluée dans les conflits d’intérêts pour savoir quel service de quel ministère assurerait la tutelle des bureaux d’études décentralisés.

2. La Basse-Seine, territoire d’expérimentations

6Rouen et Le Havre, grands ports français, s’inscrivent dans le sillon séquanien reliant la région parisienne à la mer, également nommé Basse-Seine. Fortement industrialisée, éprouvée par la Seconde Guerre mondiale, la Basse-Seine connut, au sortir de la Reconstruction, non seulement la poussée urbaine propre aux grandes agglomérations mais aussi une remarquable concentration de structures nouvelles et d’expérimentations administratives propres à juguler l’expansion des villes et réformer les services déconcentrés de l’Etat.

  • 6 « Décret n° 53-701 du 9 août 1953 relatif à la participation des employeurs à l’effort de construct (...)
  • 7 « Décret n° 55-560 du 20 mai 1955 simplifiant les opérations d’urbanisme et de construction et faci (...)
  • 8 Procès-verbaux de la commission de surveillance de la CDC des 8 et 22 juillet 1955, Procès-verbaux (...)

7Pour faire face à l’accroissement des villes et l’augmentation des échanges, l’Etat avait trouvé la parade à ses capacités financières limitées en faisant de la Caisse des dépôts et de son directeur, François Bloch-Lainé, le grand argentier du développement territorial et de la construction de logements. Fort de la souplesse de l’épargne privée, de la législation nouvelle sur les sociétés d’économie mixte (Godchot, 1958) et de l’utilisation de la cotisation patronale dans le financement du logement6, François Bloch-Lainé avait décidé de consacrer une part des bénéfices de la Caisse à la construction d’habitations sociales7. Et dans la foulée de la création de la Société centrale immobilière de la CDC (SCIC) en 1954 (Landauer, 2004), cet archétype du haut fonctionnaire et son adjoint technique, Léon-Paul Leroy, étendirent leur rôle à la conduite et à l’assistance technique des grandes opérations d’aménagement inscrites au IIe Plan ; la SCET vit le jour le 28 octobre 1955 (d’Arcy, 1968)8.

  • 9 « Expansion économique », rapport de Robert Hirsch, Conseil général du département de la Seine-Mari (...)
  • 10 Note sur la constitution de la société d’aménagement de la région de Rouen, ADSM 65 W 87978.

8La Basse-Seine, pour des raisons circonstancielles, fut une étape majeure dans le déploiement de la SCET à travers le territoire national. Au début des années 1950, Rouen cherchait à se défaire de la tutelle caennaise dans le domaine de l’enseignement supérieur. Ayant obtenu l’accord de principe pour la création d’annexes, la municipalité devait trouver un site pour implanter les bâtiments. Une commune périphérique fut choisie pour accueillir le campus qui serait jumelé avec un ensemble résidentiel de l’office départemental d’habitations à loyer modéré9. L’assemblée départementale autorisa le 5 mai 1955 le préfet Robert Hirsch à acquérir en son nom les quarante-deux hectares nécessaires, à la condition que les fonds débloqués ne servissent en aucune manière aux dépenses d’aménagement. Assortie de cette réserve, le montage financier de l’opération s’avérait impossible. Le 11 janvier 1956, afin de sortir de l’impasse, le préfet fit approuver la constitution d’une société d’économie mixte pour l’agglomération rouennaise sous l’égide de la Caisse des dépôts10. Un homme en avait été l’inspirateur et l’artisan : François Parfait.

  • 11 Entretien de François Parfait avec l’auteur, 11 septembre 2002.
  • 12 Procès-verbal du 3e conseil d’administration de la SCET du 17 février 1956, ACDC SCET PV Conseil d’ (...)

9Ingénieur des Ponts et Chaussées frais émoulu, François Parfait avait été nommé au service ordinaire de l’arrondissement de Rouen en 1948. Il y suivit la reconstruction des communes limitrophes et vécut les tâtonnements de l’administration dans le domaine de la construction de masse. En 1955, appelé à quitter son poste pour répondre à la mobilité imposée par le corps, il postula et obtint le poste de directeur technique de la SCET11. Connaissant parfaitement les opérations péri-urbaines de Rouen, introduit dans le milieu local, il plaida tout naturellement la cause rouennaise auprès de François Bloch-Lainé et Léon-Paul Leroy. L’agglomération fut donc rapidement incorporée au programme initial de la SCET, officiellement en février 195612. Et dès cette année, Rouen abrita la société d’aménagement de la région de Rouen (SARR) et une direction régionale. En 1959, elles furent complétées par la société d’aménagement de la région du Havre (SARH).

10En décembre 1959, un événement majeur survint en Seine-Maritime : la nomination de Pierre Chaussade à la tête de la préfecture. Ancien directeur de cabinet d’Henri Queuille à la présidence du Conseil, secrétaire général du gouvernement en Algérie de 1956 à 1958, ce jeune préfet réformateur et sensible aux questions d’aménagement du territoire demeure, jusqu’à son départ en 1967, sinon à la source, du moins personnellement associé à toutes les expériences liées au développement de la Basse-Seine. La première d’entre elles fut la réforme administrative.

  • 13 « Décret n° 62-392 du 10 avril 1962 portant expérience d’organisation nouvelle des services de l’Et (...)

11En février 1960, Michel Debré nomme Alain Guillaumat ministre délégué à la réforme administrative, réforme durant laquelle Pierre Chaussade impose sa marque en faisant de la Haute-Normandie le banc d’essai de l’expérimentation13. Menée jusqu’en 1964, cette dernière est née de la conjonction de cinq facteurs : le combat du ministère de l’Intérieur contre l’émiettement du pouvoir préfectoral, l’arbitrage entre les animateurs de la planification territoriale, l’inquiétude de l’Etat face à la tentation autonomiste des comités régionaux d’expansion économique, la poursuite par Michel Debré d’une réforme de l’Etat engagée depuis la Libération, et l’ambition de Pierre Chaussade, décrit comme l’inspirateur de la réforme par Catherine Grémion (1979, p. 320). A l’aube des années 1960, deux causes fondamentales de la création des premières agences d’urbanisme étaient donc réunies en Seine-Maritime : une implantation précoce de la SCET et une préfecture ouverte à toutes les expériences.

3. La SORETUR, la pionnière

  • 14 Groupement d’urbanisme de Rouen-Elbeuf. Projet de Plan pour l'étude du programme général de moderni (...)

12Née « d’un curieux concours de circonstances » (Ecrement, 1969), l’idée d’implanter une structure à Rouen fermenta en 1962 au sein d’un microcosme essentiellement formé de Pierre Bon, directeur des études générales de la SCET, Max Stern et André Pescayre, patrons du BERU et Pierre Béziau, secrétaire général de la préfecture de Seine-Maritime. Tous étaient impliqués dans les réflexions menées à l’échelon central et engagés dans l’étude du programme de modernisation et d’équipement de l’agglomération Rouen-Elbeuf dont Pierre Béziau était le rapporteur 14. Selon Bernard Archer (1975, p. 48), recruté par la SCET pour le programme de l’agglomération, l’agence est née « à l’occasion d’une demande de la société d’aménagement de Rouen à la direction des études générales de la SCET : - Quel programme adopter pour la rénovation du secteur Est de Rouen ? » Profitant de cette nouvelle échéance, le quatuor précité a convaincu le préfet Chaussade de créer une structure expérimentale (Gay, 1979). Restait à obtenir l’aval de la direction de la SCET, de l’administration centrale, des collectivités locales et à définir ses statuts.

  • 15 Compte rendu manuscrit de la réunion du 3 janvier 1966, ADSM 2042 W 727. Entretiens de Bernard Arch (...)
  • 16 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.
  • 17 Compte rendu de la réunion du CERU du 24 juillet 1963, 20 août 1963, AN 19920405 art. 10.

13Preuve que la partie n’était pas gagnée d’avance, l’accueil fut mitigé au sein même de la SCET. François Parfait, toujours sensible aux problèmes normands, a soutenu l’idée face à ses détracteurs, fussent-ils de proches collaborateurs15. Léon-Paul Leroy lui-même, selon Bernard Archer, aurait considéré les agences comme proches de la fumisterie intellectuelle et ne les aurait cautionnées que sur la foi en son directeur des études générales16. Il est vrai que celles-ci n’étaient qu’une goutte d’eau dans l’océan de la SCET, jamais évoquées dans les procès-verbaux de son conseil d’administration au moins jusqu’en 1974. Au niveau de l’administration centrale, le Plan et le ministère de la Construction, soucieux de contrôler cette initiative, ont appuyé la création. Ce fut d’ailleurs Roger Macé, directeur de l’aménagement foncier et de l’urbanisme du ministère (DAFU), qui annonça au CERU la création de l’agence17.

  • 18 Entretien d’Alain Gasperini, 2e directeur de l’atelier d’urbanisme de la ville de Rouen, avec l’aut (...)
  • 19 Plan d’aménagement. Etude de détail, convention avec la Société rouennaise d’études urbaines (S.O.R (...)
  • 20 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.
  • 21 Parc de loisirs. Saint-Etienne-du-Rouvray, Préfecture de la Seine-Maritime, SCET, Louis Arretche, m (...)

14Localement il était indispensable de convaincre la Ville de Rouen du bien-fondé de l’agence, au moins pour une raison : démontrer qu’elle ne porterait pas ombrage à l’atelier d’urbanisme municipal. Mis en place à l’automne 1959 sur les conseils du directeur de la SARR, Raymond Gray18, et confié à l’architecte François Herr, l’atelier assurait le lien entre l’architecte Louis Arretche, nommé par le ministère de la Construction pour étudier le plan directeur d’urbanisme, et les interlocuteurs locaux. Pour aplanir les réticences, la SCET décida d’incorporer Louis Arretche à la future société et d’établir une convention entre celle-ci et la Ville pour les études de détails du plan directeur, pour bien montrer de quel côté son action porterait19. Convaincre l’architecte n’aurait pas été bien compliqué d’après Archer ; quel architecte pouvait refuser une demande de Léon-Paul Leroy, patron de la SCIC et de la SCET20 ? Et puis ne travaillait-il pas déjà avec cette dernière sur un projet de parc de loisirs dans la banlieue rouennaise21 ?

15Le 22 avril 1963, était constituée la SORETUR. Bernard Archer en était nommé directeur avec la mission tacite de servir de laboratoire pour la politique urbaine. La structure avait pris la forme inusitée de société civile dont le capital était réparti en trois : une part pour Louis Arretche, une pour le BERU et huit pour la SCET. Statutairement, son fonctionnement dépendait d’un conseil des associés et d’un comité de surveillance. Le premier veillait à la gestion et au bon fonctionnement. Le second formé de cinq représentants de l’Etat, cinq élus et un universitaire, assurait la tutelle publique sur les études que la société pouvait réaliser à la demande de la SARR, des 44 communes du groupement d’urbanisme de Rouen-Elbeuf et du ministère de la Construction. Portant la marque de Pierre Chaussade, ce caractère hybride dénoté par Alain Berthaud (1973, p. 12), auteur de l’unique monographie sur l’agence, traduisait toute son ambiguïté.

  • 22 Envois de Bernard Archer à la DAFU, ADSM 2042 W 727.
  • 23 Compte rendu de la réunion pour la constitution du comité de surveillance, 13 novembre 1963, et com (...)
  • 24 Cession par la Société SORETUR à l’association ARETUR, étude de Maître Hubert Gence, notaire à Roue (...)

16D’un côté le comité était soumis aux directives de Pierre Macé qui avait conditionné l’expérience à la signature d’un protocole selon lequel les études commandées par les élus à la SORETUR devaient recevoir l’aval du ministre et l’agence fournir des comptes rendus trimestriels au ministère22. De l’autre le préfet et la SCET persuadés que l’implication des acteurs politiques locaux était une condition nécessaire à la réussite de l’expérience militèrent auprès du ministère pour remplacer le comité par un syndicat de communes plus indépendant23. L’importance du dialogue avec les élus de l’agglomération était plus indispensable à Rouen que dans n’importe quelle autre ville. D’une part, l’agglomération possédait trois fois plus d’habitants que la ville-centre, Rouen. D’autre part, elle était une réduction de l’échiquier politique français, rendant délicate toute intercommunalité. Dans les faits, le comité s’est rarement réuni et n’enregistra que les décisions prises par un groupe de travail technique réunissant la préfecture et les chefs de services déconcentrés de l’Etat. Malgré la mutation de la SORETUR en Association rouennaise d’études d’urbanisme (ARETUR) en 197624, cette contradiction originelle ne sera jamais résolue ; elle sera même une des raisons de la disparition de l’agence.

4. La SERH, pâle copie ou poste avancé ?

  • 25 Compte rendu du premier conseil d’administration de l’agence d’urbanisme de la région du Havre tenu (...)

17Bien que calquée sur le modèle rouennais (Danan, 1976) et le suivant de près, l’agence havraise a été éclipsée par l’originalité de la première. Le récent ouvrage publié par le Centre de documentation de l’urbanisme (Ecrement, 2004) ne date sa création qu’en 1974, année de la mutation de la SERH en une association, l’agence d’urbanisme de la région du Havre (AURH)25. Constituée deux ans et demi après la SORETUR, la SERH ne peut toutefois pas être résumée à la duplication d’un système approuvé. Quand la SORETUR, née de l’initiative d’une poignée de techniciens, bénéficiant de l’attrait de l’expérience, était venue au monde sans effort, la SERH vit le jour plus difficilement dans un environnement qui avait gagné en complexité. En 1965 l’équipe de Paul Delouvrier avait finalisé le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP), la DATAR s’était imposée comme le champion de la décentralisation et du combat contre le monopole de la CDC, et le futur ministère de l’Equipement était en voie de formation. En conséquence la société du Havre fut tout autant le résultat de tractations pour savoir qui de l’échelon central ou régional prendrait en main l’aménagement de la Basse-Seine, que de la volonté de doter la Porte océane d’une structure d’études novatrice.

18Depuis l’été 1964, la préfecture régionale et les élus locaux étaient sur le pied de guerre à cause du projet de rapport de la Commission nationale de l’aménagement du territoire et du contour que prenait le SDAURP. Le premier, résultat d’un travail d’envergure nationale engagé par la DATAR, n’accordait qu’une importance limitée à la Haute-Normandie, trop proche de Paris pour que Rouen puisse devenir une véritable capitale régionale. Les esquisses du second, accouchées par l’IAURP, y attachaient plus de valeur mais pour mieux l’intégrer comme débouché principal du développement de l’Ile-de-France. La réaction de Pierre Chaussade et du chef de la mission régionale de la préfecture, Pierre Poinsignon, fut de tout entreprendre pour éviter que le destin de la Basse-Seine se jouât à Paris, sous les auspices du district de Paris ou de la DATAR, plutôt qu’à Rouen, sous l’égide de la préfecture régionale et des collectivités territoriales.

  • 26 Note, probablement de Pierre Poinsignon, chef de la mission régionale de la préfecture, 18 décembre (...)
  • 27 Comptes rendus de la réunion du 10 février 1965, AN 910709 art. 33, ADSM 41 W 90055 et 65 W 84793. (...)
  • 28 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit. Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, 13 (...)
  • 29 Compte rendu de la réunion du 19 mars 1965 et notes du secrétaire général adjoint pour les affaires (...)

19La première hypothèse - étendre les compétences de la SORETUR26 - ne fit pas l’unanimité27. L’agence elle-même en combattit l’idée, n’acceptant qu’une mission intérimaire sur la vallée de la Seine28. Les différentes parties arrivèrent à la proposition suivante : un institut régional serait créé et coordonnerait la SORETUR et une nouvelle agence havraise, dupliquée à partir du modèle rouennais. Si l’institut verra finalement le jour sous l’apparence de la première des organisations d’études d’aménagement des aires métropolitaines (OREAM), les dissensions à ce sujet n’affecteront plus le principe d’une agence locale auquel François Bloch-Lainé donna son accord dès la fin mars29.

  • 30 L'avenir du Havre. Problèmes de croissance d'un grand port à l'échelle européenne, SEDES, Départeme (...)
  • 31 Lettre de Pierre Chaussade à René Cance, 10 août 1965, archives municipales du Havre (AMH) FC D3-26 (...)
  • 32 Lettre de Pierre Chaussade à Georges Pébereau, 28 mars 1966, ADSM 8 W 100361.
  • 33 Inventaire des études de la SERH de 1966 à 1973, AAURH, et inventaire des études de la SORETUR de 1 (...)
  • 34 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit. Entretien de Didier Lenoir avec l’auteur, 25 j (...)

20La création d’une structure havraise avait aussi des raisons liées aux particularismes havrais : le port autonome et la municipalité communiste. La volonté préfectorale de fusionner les deux ports du Havre et de Rouen n’avait d’équivalente que la vigilance gouvernementale face à une Ville retournée aux mains du Parti communiste en mars 1965. Sur le premier point, le préfet Chaussade avait tenté vainement de rapprocher les deux ports durant l’expérience de réforme administrative pour contrôler plus efficacement leurs investissements. Deux rapports commandités à la SEDES en 1964 pour argumenter sa croisade contre un aménagement centralisé servaient aussi cette tentative30. Sur le second, nulle étrangeté à constater que dans un contexte de guerre froide entre un Etat gaulliste et une municipalité communiste, la mise en place de l’agence, après celle de la société d’aménagement, se fit sans la municipalité. Pierre Chaussade qui n’annonça la création de l’agence au maire qu’en août 1965, n’a jamais pris de gants à son égard31. Au vu du contexte politique, l’Etat doit garder la haute main sur le fonctionnement de l’agence, écrivait-il en substance à Georges Pébereau, successeur de Roger Macé, en mars 196632. Les conséquences furent immédiates. Là où la SORETUR avait mis dix mois à réunir le comité de surveillance, la SERH en mettra vingt-quatre. Les quatre premiers contrats passés par l’agence rouennaise l’avaient été avec la Ville de Rouen, l’agence havraise, au bout d’un an et demi, n’en avait obtenu qu’un seul de la part de celle du Havre33. Cette incapacité à dialoguer avec la municipalité coûtera d’ailleurs sa place au premier directeur34.

  • 35 Compte rendu de la réunion du 10 février 1965, Bernard Archer, ADSM 41 W 90055.
  • 36 Lettre de François Bloch-Lainé à Pierre Chaussade, 18 juin 1965, AAURH.
  • 37 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit.
  • 38 Projet de constitution d’une Société d’études urbaines de la région du Havre, Chaumeil, 26 octobre (...)
  • 39 Lettre de Perrin à Robert Bourcart, 31 mai 1966, AAURH.

21Le principe acquis, il s’agissait de déterminer les associés, le directeur et le nom de la société. Dès le départ, la SCET, la SDES et le BERU furent désignés, tant le souhait de ne pas changer le principe rodé à Rouen était évident35. François Bloch-Lainé aurait envisagé de remplacer le BERU par le BETURE36 mais cela aurait placé l’agence sous le contrôle exclusif de la SCET. Pour faire pendant de Louis Arretche à la SORETUR, trois possibilités existaient : Jean Balladur, architecte-conseil du département, Pierre Sonrel, architecte en chef de la première zone à urbaniser par priorité du Havre et Imanuel Wiener, chargé du plan d’urbanisme directeur du groupement d’urbanisme. Le consensus resta introuvable ; aucun architecte ne fut associé. La recherche d’un directeur n’a pas posé autant de souci ; un seul nom fut avancé : Robert Bourcart. Animateur du programme de modernisation et d’équipement du Havre pour la SEDES à partir de 1963, il connaissait l’agglomération. Mais l’intéressé se souvient devoir aussi sa nomination à un préfet Chaussade satisfait des deux rapports commandités en 1964 à cette même société dont il était l’auteur37. Quant au nom, celui de Société havraise d’études urbaines (SOHAETUR) fut initialement avancé. Mais peut-être la mauvaise impression que pourrait laisser au Havre un tel décalque de la SORETUR ou plus simplement une phonétique défaillante poussa les protagonistes à la baptiser finalement Société d’études urbaines de la région du Havre38. Le 1er décembre 1965, l’agence était créée39.

5. L’avènement des structures pluridisciplinaires

22Yves-Maxime Danan (1976, p. 21) rapporte que « selon le sociologue Michel Marié, la doyenne des agences d’urbanisme, la SORETUR de Rouen, aurait été le premier organisme en France à se définir sous le vocable de « pluri-disciplinaire ». » Il faut entendre par là : composé de professionnels issus de l’université tout autant que des grandes écoles et en provenance des sciences molles tout autant que dures, avec l’entrée en force de la sociologie. Il est certain que d’une notion dans l’air du temps, l’agence fit une réalité, celle du regroupement fluctuant de compétences variées, ciblées en fonction des études contractées. Au demeurant elle n’était pas la seule, l’IAURP possédait déjà des profils variés dans ses équipes d’études.

23Á l’hiver 1969 la SORETUR comprenait un géographe, un ingénieur en aéronautique versé dans l’économie, un ingénieur orienté vers les travaux publics, un ingénieur du corps des Mines, un Centralien, deux sociologues, deux architectes, un graphiste, trois étudiants en école d’architecture, deux dessinateurs, un préposé aux travaux de reprographie, une secrétaire de direction et deux secrétaires dactylographes. Dans le même temps, travaillaient au Havre un géographe, deux ingénieurs, deux sociologues, deux architectes, deux enquêteurs, un dessinateur, un préposé aux travaux de reprographie, une secrétaire de direction et une secrétaire dactylographe. Le graphe de la répartition des disciplines des cadres de la SERH, de 1965 à 1976 montre bien la permanence de la pluridisciplinarité et en particulier celle de l’alliage de l’architecte, de l’économiste et du géographe. (graphe 1)

24Ce brassage des compétences s’alliait au renouvellement des personnes. Sur les huit personnes engagées ou détachées à Rouen avant la fin de l’année 1965, deux étaient encore présentes à la fin de 1968. Sur les neuf personnes engagées ou détachées au Havre avant la fin de l’année 1967, une seule était encore présente après l’été 1970. Rapidement, au sein de la SERH, une valeur constante de renouvellement s’impose ; les trois quarts des personnes embauchées quittent l’agence après un séjour qui, pour la grande majorité d’entre elles, n’excède pas quatre ans. Cette proportion est encore valable aujourd’hui.

Graphe 1 : Formation des cadres employés par la SERH de 1965 à 1976 (valeur moyenne calculée à partir d’un recensement trimestriel)

Graphe 1 : Formation des cadres employés par la SERH de 1965 à 1976 (valeur moyenne calculée à partir d’un recensement trimestriel)

Source : Archives de l’Agence d’Urbanisme de la Région du Havre et de l’Estuaire de la Seine

Graphe 2 : Âge des employés de la SERH au moment de leur embauche de 1965 à 1976

Graphe 2 : Âge des employés de la SERH au moment de leur embauche de 1965 à 1976

Source : Archives de l'Agence d'Urbanisme de la Région du Havre et de l'Estuaire de la Seine

6. Les agences, des repaires de jeunes activistes ?

25L’analyse des archives de la SERH confirme l’idée communément admise d’agences initialement composées de personnels jeunes et souvent inexpérimentés (graphe 2).

26Si les archives de la SORETUR ont été partiellement conservées, nous n’avons pas trouvé dans les documents consultés suffisamment de dates de naissances d’employés pour réaliser un tableau exhaustif, équivalent à celui de la SERH. Pour autant, sur les 46 personnes engagées entre 1963 et 1972 que nous avons répertoriées, nous avons eu connaissance des dates de naissance de dix-neuf d’entre elles. Toutes sont nées entre 1928 et 1955, dont onze entre 1939 et 1944. Ce sondage porte donc à croire que le phénomène a également touché l’agence rouennaise.

  • 40 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.
  • 41 Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, op. cit.
  • 42 Entretien de Gérard Delli avec l’auteur, 28 mai 2004.
  • 43 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit.
  • 44 Entretien de Didier Lenoir avec l’auteur, op. cit.
  • 45 Entretien de Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.

27Cette jeunesse était alliée avec une tendance au militantisme, même si la SERH s’est avérée beaucoup plus sage que la SORETUR. Les missions et établissements publics d’aménagement des villes nouvelles ont connu même phénomène (Gransard, 1987, Claude et Fredenucci, 2004). Les premiers directeurs ont ainsi nettement penché, sinon à gauche, vers l’action, syndicale ou autre. A Rouen, Bernard Archer, proche du Parti socialiste unifié (PSU) de Michel Rocard et de l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS), a été président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) en 195940. Bernard Ecrement, également ex responsable de l’UNEF à Rouen, proche de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), revendique le déclenchement par l’agence de la grève du personnel préfectoral de mai 196841. Gérard Delli eut une jeunesse communiste et constate que l’agence était dans les années 1970 imprégnée de culture libertaire42. Au Havre, Robert Bourcart, parachutiste de la France libre, présente un vrai pedigree d’homme d’action43. Didier Lenoir sera très impliqué dans les organismes professionnels : la Fédération française des urbanistes, Profession urbaniste et, plus tard, l’Office professionnel de qualification des urbanistes (OPQU)44. Paul Pavy ne se considère pas comme activiste mais fréquentait « un certain nombre de gens pour des raisons qui tenaient au militantisme de mai 196845. »

  • 46 Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, op. cit.
  • 47 Notes sur la SORETUR / ARETUR de 1973 à fin 1979. Demande de Monsieur Frédéric Saunier, Gérard Dell (...)
  • 48 Entretien de Jacqueline Chouquet et Claude Prieur avec l’auteur, 13 octobre 2004.

28Cette monochromie relative des directeurs d’agence trouvait une de ses sources dans la personnalité de François Bloch-Lainé, teintée de religion chrétienne et de scoutisme, et de l’esprit qui régnait à la Caisse des dépôts, proche du Musée social (Landauer, 2004). Selon Bernard Ecrement « les mouvements de jeunesses et syndicalistes ont été écrêtés46 » par François Bloch-Lainé. Toutefois cette coloration n’a pas pu s’exprimer avec le même éclat à Rouen et au Havre. Au bord de mer la réserve était de mise ; la SERH se trouvant placée entre la municipalité communiste et la sous-préfecture, les moindres faux pas eurent des conséquences fatales sur les deux premiers directeurs. A Rouen la réputation d’agitateur de l’agence lui a autant coûté localement qu’apporté au niveau national. Si son engagement lui valut une aura singulière à travers le pays, son esprit libre dans une ville plutôt conservatrice l’a confinée au milieu des années 1970 dans une image caricaturale. Gérard Delli nous en a brossé un tableau sans concession47. Et il est tout à fait notable que le personnel de la SERH ait surtout gardé de la SORETUR les souvenirs liés au folklore soixante-huitard48.

7. Un parachutage en terrain hostile

  • 49 Compte rendu de la réunion pour la constitution du comité de surveillance, 13 novembre 1963, ADSM 8 (...)
  • 50 Situation de la SORETUR par rapport aux institutions, compte rendu de la réunion du 27 novembre 196 (...)
  • 51 Compte rendu de Bernard Archer de sa réunion avec Fontaine, chef du service départemental de l’urba (...)
  • 52 SORETUR, note de Bernard Archer à Max Stern, 2 juillet 1964, ADSM 2042 W 729.

29Ce désir de changer les habitudes de travail, voire la société, s’attaquait directement aux méthodes de l’administration traditionnelle. A ce titre les deux pionnières devaient convaincre les chefs des services déconcentrés, surtout ceux issus du corps des Ponts et Chaussées qui ont vu d’un œil méfiant leur parachutage. La SORETUR a essuyé les plâtres, d’autant plus nombreux que le ministère de l’Equipement n’avait pas encore rassemblé les services ordinaires avec ceux de la Construction. L’accueil fut glacial et les messages délivrés par les chefs de service clairs. Les questions liées aux réseaux devaient rester l’apanage exclusif des Ponts et Chaussées49. La Construction semblait vouloir désamorcer l’expérience en considérant l’agence ni plus ni moins importante que n’importe quel autre bureau d’études50. Tous unirent leurs efforts pour contrarier le travail de l’agence, jusqu’à la remettre en question à l’été 196451. Soutenue en haut lieu, elle n’a pu continuer son travail que grâce à l’intervention expresse de la tutelle, intimant de soutenir l’agence, tentative « originale et intéressante52. »

  • 53 Entretiens de Xavier Bourguignat, Didier Lenoir et Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.
  • 54 Entretien de Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.

30Après la création du ministère de l’Equipement, ce fut le changement dans la continuité. Les agences restaient concurrentielles des directions départementales en terme financier - des honoraires en moins pour les ingénieurs - et de prestige - moins d’écoute de la part des élus. Les directeurs de la SERH gardent un souvenir unanimement exécrable de l’action des ingénieurs de la subdivision du Havre53. La cohabitation ne put que prendre la forme d’un arbitrage : l’agence pouvait travailler dans tout l’arrondissement excepté dans le canton de Lillebonne qui resta la chasse gardée de la subdivision54. Même le préfet Chaussade (1969, p. 29) reprochera ouvertement au ministère de l’Equipement d’avoir finalement placé les agences en état de dépendance vis-à-vis de ses directions départementales.

8. Une grande vulnérabilité financière

  • 55 La SORETUR. Quelques conclusions d’une année de fonctionnement, note de Bernard Archer pour Michel (...)
  • 56 La Société Rouennaise d’Etudes Urbaines (SORETUR), projet de note à l’attention du conseil d’admini (...)
  • 57 30-12-65 G.Tissot, note de Bernard Archer, ibid. Lettre de Bernard Archer à Lucien Feydel, secrétai (...)
  • 58 Note sommaire sur les activités de la S.E.R.H. depuis sa création, Robert Bourcart, 18 mai 1967, ar (...)
  • 59 Projet de rapport du conseil d’administration de la S.C.E.T. pour l’assemblée générale du 2 juin 19 (...)

31Phénomène déjà observé pour les sociétés d’aménagement de la SCET, la SORETUR a investi avec précaution. Rejoignant les services régionaux de la SCET réunis dans les mêmes locaux, son recrutement fut tout d’abord limité au minimum. Au bout d’un an, l’effectif était de quatre personnes55. Les tâches administratives et la gestion financière étaient déléguées à la direction régionale. La sous-traitance au service des études générales de la SCET et au BERU était fréquente. Dès janvier 1964, Archer voyait dans le déséquilibre financier le principal écueil au déploiement de l’agence56. Inconfortable en 1965, alarmante en 1966, pessimiste en 1968, la situation était d’une désolante continuité57. La SERH, de son côté, n’a pas signé le moindre contrat avant son huitième mois d’existence58. Même en 1969, alors que le développement des bureaux d’études affiliés à la SCET était très encourageant, celui des deux agences restait médiocre59.

  • 60 Lettre de Pierre Mayet, directeur de l'aménagement foncier et de l'urbanisme, à François Parfait, 8 (...)
  • 61 Procès-verbal du conseil des associés de la SERH, 21 mai 1976, AAURH.
  • 62 Cession par la Société SORETUR à l’association ARETUR, op. cit.
  • 63 Note sur les agences d’urbanisme, rapport de stage de 1re année de licence de gestion de Dominique (...)

32Qui plus est, le statut de société civile d’études se révèlera inapproprié. Le projet de recouvrement rétroactif de la taxe sur la valeur ajoutée en 1974 sera à l’origine de la création des associations loi 1901 non imposables : l’AURH et l’ARETUR, et de la dissolution des deux entités originelles60, au Havre en 197661 et à Rouen en 197762. Exceptée celle de Lyon, aucune autre agence ne verra le jour sous la forme de société civile d’études63 (Bastet, 1972).

33A l’origine dépendantes des crédits ministériels, les agences virent progressivement augmenter le financement local au fur et à mesure que les maires percevaient l’intérêt de disposer d’un bureau d’études pouvant contrebalancer le pouvoir des services de l’Etat. Fait marquant, la SERH bénéficia d’un soutien non négligeable de la chambre de commerce et du port autonome, soucieux d’affirmer leur pouvoir face à la municipalité communiste. Mais l’évolution du financement a été lente en Basse-Seine ; les conséquences d’implantations imposées par l’Etat se firent longtemps ressentir. Autre fait marquant et commun aux deux agences, le soutien relativement faible accordé par les sociétés d’aménagements (SARR et SARH) aux agences qui relativise l’idée d’un réseau de la SCET privilégiant ses adhérents. A l’image du fossé entre agences et directions départementales de l’Equipement, la fracture avec la culture opérationnelle des sociétés d’aménagement, acquises durant la réalisation des grands ensembles décriés par les agences, était réelle.

34La valeur d’exemple des deux agences n’eut d’égales que leur ambiguïté et leur fragilité. Elles étaient ambiguës par leurs statuts. Les agences d’urbanisme se sont toujours réclamées de la mission de service public, refusant d’être assimilées à de vulgaires bureaux d’études. Le statut associatif, en opposition à celui de société, en est la meilleure illustration. Mais pour qui s’intéresse à ces structures, la frontière entre mission de service public et activité lucrative, concurrentielle, n’apparaît pas aussi nettement. Ce fut bien sous la forme de société civile d’études, constituée de capitaux privés, que les deux premières agences vécurent leur âge d’or, oeuvrant incontestablement à une mission de service public en traduisant sur le terrain, préfigurant même parfois les directives de la loi d’orientation foncière. Et elles étaient fragiles par leur position. Placées entre l’Etat et les collectivités locales, sommées de tracer des cadres administratifs de planification dont on ne connaissait que les noms : schéma directeur de structure, schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme ou plan d’occupation des sols, les deux sœurs étaient attendues de chaque côté du virage. Pour donner forme à ces cadres, aucune méthode n’était fournie et les structures équivalentes se comptaient sur les doigts de la main. A la fin des années 1960, SORETUR et SERH ne pouvaient échanger qu’avec huit cousines : Dunkerque, Grenoble, Lille, Marseille, Paris, Saint-Etienne, Strasbourg et Tours. Néanmoins ces rares équipes partageaient le culte de la pluridisciplinarité et la volonté de rompre avec les outils traditionnels, ce qui allait souvent de pair avec la jeunesse des employés et l’activisme de leurs cadres. Pour ces raisons et parce qu’elles concurrençaient directement le corps des Ponts et Chaussées au moment où celui-ci investissait massivement le champ de l’urbanisme, les deux agences normandes ont souffert de l’hostilité des services déconcentrés de l’Etat et d’une certaine précarité. Finalement, la SORETUR ne résistera pas au rude climat politique rouennais et la SERH ne survivra qu’en faisant preuve d’une relative docilité vis-à-vis du pouvoir municipal.

Haut de page

Bibliographie

ARCHER, Bernard. 1975. Choix d’aménagement et production de l’espace. Généralités sur deux agglomérations : Rouen, Ivry sur Seine. Copedith. 175 p.

BERTHAUD, Alain. 1973. Les études urbaines dans le rapport de décentralisation : l’expérience de la SORETUR. Rouen. 69 p.

CHAUSSADE, Pierre. 1969. Pour une administration expérimentale. 2000. N° 14. Paris : DATAR

CLAUDE, Viviane. 1994. Les fonctions « études » et l’administration de l’urbanisme. Fonction centrale contre fonction diffuse (1954-1969). Paris : Plan Construction et Architecture. 107 p.

CLAUDE, Viviane et FREDENUCCI, Jean-Charles. 2004. Expériences professionnelles et effets de génération en villes nouvelles (1965-2002). Paris : Programme interministériel d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles françaises. 153 p.

D’ARCY, François. 1968, Structures administratives et urbanisation. La Société Centrale pour l’Equipement du Territoire (SCET), Paris : Berger-Levrault. 301 p.

DANAN, Yves-Maxime. 1976. Les agences d’urbanisme d’agglomération. Paris : Centre de Recherche d’Urbanisme. 213 p.

ECREMENT, Bernard. 2004. Les agences d’urbanisme. Repères et témoignages (1963-2003). Paris : Centre de documentation de l’urbanisme. 212 p.

ECREMENT, Bernard, LEFEVRE, Diana et DE LONGEAUX, Guy. 1969. Approche d’une pratique de l’urbanisme : la SORETUR. Interview de Bernard Ecrement, Diana Lefèvre et Guy de Longeaux. Urbanisme. N° 113. Paris

GAY, François. 1979. D’aujourd’hui à demain (1940-1978). In M. Mollat. Histoire de Rouen. Toulouse : Edouard Privat. p. 401-426

GODCHOT, Jacques.-E. 1958, Les sociétés d’économie mixte et l’aménagement du territoire, Paris : Berger-Levrault. 223 p.

GRANSARD, André. 1987. L’intervention en sociologie. Le recours aux sciences humaines dans la conception de la ville nouvelle du Vaudreuil : 1967-1973. Paris. 315 p.

GREMION, Catherine. 1979. Profession : décideurs. Pouvoir des hauts fonctionnaires et réforme de l’Etat. Paris : Gauthier-Villars. 454 p.

LANDAUER, Paul. 2004. La Caisse des Dépôts et Consignations face à la crise du logement (1953-1958). Histoire d’une maîtrise d’ouvrage. Paris : Université Paris I Panthéon-Sorbonne. 427 p.

VERDES-LEROUX, Janine, 1972, Les candidats aménageurs dans une organisation en quête de finalité : le service technique central d'aménagement et d'urbanisme, Editions du STU, Paris.

Haut de page

Notes

1 Compte rendu de la réunion du 19 juillet 1961, 25 octobre 1961, archives nationales (AN) 19930275 art. 57.

2 Compte rendu de la réunion du CERU du 18 mai 1965, 1er juin 1965, AN 19920405 art. 10.

3 Lettre de René Mayer, chef du service des programmes de développement urbain, au CERU, 18 février 1966, ibid.

4 Lettre de Serge Antoine à Jean Ripert, 10 janvier 1963, ibid.

5 Mise en place d’échelons locaux d’études pour les problèmes urbains et régionaux, CGP, 8 avril 1963, et compte rendu de la réunion « Coordination des études » entre le CGP et la DATAR, 10 avril 1963, ibid.

6 « Décret n° 53-701 du 9 août 1953 relatif à la participation des employeurs à l’effort de construction », Journal officiel de la République Française (JO), 85e année, n° 187, 10 août 1953, p. 7040-7041.

7 « Décret n° 55-560 du 20 mai 1955 simplifiant les opérations d’urbanisme et de construction et facilitant la rénovation des îlots urbains et la destruction des taudis », JO, 87e année, n° 121, 21 mai 1955, p. 5039-5042. Procès-verbal de la commission de surveillance de la CDC du 10 juillet 1953, Procès-verbaux de la commission de surveillance 1953, tome A, p. 380-381, archives de la CDC (ACDC) 030373-0042 / P2-08-06-012.

8 Procès-verbaux de la commission de surveillance de la CDC des 8 et 22 juillet 1955, Procès-verbaux de la commission de surveillance 1955, tome B, p. 303-307 et 342-343, ACDC 030373-0047 / P2-08-06-017.

9 « Expansion économique », rapport de Robert Hirsch, Conseil général du département de la Seine-Maritime, 2e session extraordinaire de 1955, 2e séance, 4 janvier 1956, p. 34, archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) 6AI-112.

10 Note sur la constitution de la société d’aménagement de la région de Rouen, ADSM 65 W 87978.

11 Entretien de François Parfait avec l’auteur, 11 septembre 2002.

12 Procès-verbal du 3e conseil d’administration de la SCET du 17 février 1956, ACDC SCET PV Conseil d’administration 1955-1959 .

13 « Décret n° 62-392 du 10 avril 1962 portant expérience d’organisation nouvelle des services de l’Etat dans les départements », JO, 94e année, n° 87, 11 avril 1962, p. 3731-3732, et « Décret n° 63-782 du 29 juillet 1963 portant expérience d'aménagement des services de l'Etat dans les circonscriptions d'action régionale de Bourgogne et de haute Normandie »,JO, 95e année, n° 181, 3 août 1963, p. 7204-7205.

14 Groupement d’urbanisme de Rouen-Elbeuf. Projet de Plan pour l'étude du programme général de modernisation et d'équipement. Dossier provisoire, BERU, janvier 1962, ADSM 240 W 35.

15 Compte rendu manuscrit de la réunion du 3 janvier 1966, ADSM 2042 W 727. Entretiens de Bernard Archer, Robert Chambraud, Raymond Gray, Pierre Troude avec l’auteur, 25 février, 14 mai, 12 juin et 16 février 2004.

16 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.

17 Compte rendu de la réunion du CERU du 24 juillet 1963, 20 août 1963, AN 19920405 art. 10.

18 Entretien d’Alain Gasperini, 2e directeur de l’atelier d’urbanisme de la ville de Rouen, avec l’auteur, 8 septembre 1998.

19 Plan d’aménagement. Etude de détail, convention avec la Société rouennaise d’études urbaines (S.O.R.E.T.U.R.), extrait du registre des délibérations du conseil municipal, 22 juillet 1963, archives de l’atelier d’urbanisme de la ville de Rouen (AAUVR).

20 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.

21 Parc de loisirs. Saint-Etienne-du-Rouvray, Préfecture de la Seine-Maritime, SCET, Louis Arretche, mars 1963, ADSM 8 W 50656.

22 Envois de Bernard Archer à la DAFU, ADSM 2042 W 727.

23 Compte rendu de la réunion pour la constitution du comité de surveillance, 13 novembre 1963, et compte rendu de la 1re réunion du comité de surveillance, 18 février 1964, ADSM 8 W 56827. Lettre de Pierre Chaussade à Roger Macé, ADSM 41 W 67799.

24 Cession par la Société SORETUR à l’association ARETUR, étude de Maître Hubert Gence, notaire à Rouen, 12 juillet 1977, archives de la Direction régionale de la SCET (ADRSCET).

25 Compte rendu du premier conseil d’administration de l’agence d’urbanisme de la région du Havre tenu le 21 février 1974, 28 février 1974, archives de l’AURH (AAURH).

26 Note, probablement de Pierre Poinsignon, chef de la mission régionale de la préfecture, 18 décembre 1964, ADSM 41 W 90055.

27 Comptes rendus de la réunion du 10 février 1965, AN 910709 art. 33, ADSM 41 W 90055 et 65 W 84793. Lettre de Michel Arrou-Vignod à Bernard Archer, 20 février 1965, ADSM 41 W 90055.

28 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit. Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, 13 février 1998.

29 Compte rendu de la réunion du 19 mars 1965 et notes du secrétaire général adjoint pour les affaires économiques de la préfecture des 25 et 31 mars 1965, ADSM 41 W 90055.

30 L'avenir du Havre. Problèmes de croissance d'un grand port à l'échelle européenne, SEDES, Département de la Seine-Maritime, octobre 1964, ADSM 65 W 84540. Rouen et la Basse-Seine dans le réseau urbain français, SEDES, Département de la Seine-Maritime, février 1965, 105 p., ADSM 41 W 90025. Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, 21 mai 2004.

31 Lettre de Pierre Chaussade à René Cance, 10 août 1965, archives municipales du Havre (AMH) FC D3-26-4.

32 Lettre de Pierre Chaussade à Georges Pébereau, 28 mars 1966, ADSM 8 W 100361.

33 Inventaire des études de la SERH de 1966 à 1973, AAURH, et inventaire des études de la SORETUR de 1963 à 1972, ADSM 8 W 86128.

34 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit. Entretien de Didier Lenoir avec l’auteur, 25 juin 2004.

35 Compte rendu de la réunion du 10 février 1965, Bernard Archer, ADSM 41 W 90055.

36 Lettre de François Bloch-Lainé à Pierre Chaussade, 18 juin 1965, AAURH.

37 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit.

38 Projet de constitution d’une Société d’études urbaines de la région du Havre, Chaumeil, 26 octobre 1965, ADSM 65 W 84793. Comptes rendus de la réunion du 26 octobre 1965, AAURH, ADSM 8 W 100361 et AMH FC D3-26-4.

39 Lettre de Perrin à Robert Bourcart, 31 mai 1966, AAURH.

40 Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.

41 Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, op. cit.

42 Entretien de Gérard Delli avec l’auteur, 28 mai 2004.

43 Entretien de Robert Bourcart avec l’auteur, op. cit.

44 Entretien de Didier Lenoir avec l’auteur, op. cit.

45 Entretien de Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.

46 Entretien de Bernard Ecrement avec l’auteur, op. cit.

47 Notes sur la SORETUR / ARETUR de 1973 à fin 1979. Demande de Monsieur Frédéric Saunier, Gérard Delli, 28 mai 2004,archives privées de l’auteur.

48 Entretien de Jacqueline Chouquet et Claude Prieur avec l’auteur, 13 octobre 2004.

49 Compte rendu de la réunion pour la constitution du comité de surveillance, 13 novembre 1963, ADSM 8 W 56827. Lettre de Roger Foucaud, chef du service ordinaire, à Bernard Archer, 10 décembre 1963, ADSM 2042 W 728.

50 Situation de la SORETUR par rapport aux institutions, compte rendu de la réunion du 27 novembre 1963, ADSM 2042 W 729. Compte rendu de Bernard Archer de sa réunion avec Caurier, directeur départemental de la construction, 11 février 1964, ADSM 2042 W 728.

51 Compte rendu de Bernard Archer de sa réunion avec Fontaine, chef du service départemental de l’urbanisme, 6 février 1964, ADSM 2042 W 728.

52 SORETUR, note de Bernard Archer à Max Stern, 2 juillet 1964, ADSM 2042 W 729.

53 Entretiens de Xavier Bourguignat, Didier Lenoir et Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.

54 Entretien de Paul Pavy avec l’auteur, op. cit.

55 La SORETUR. Quelques conclusions d’une année de fonctionnement, note de Bernard Archer pour Michel Arrou-Vignod, 24 août 1964, ADSM 2042 W 727. Entretien de Bernard Archer avec l’auteur, op. cit.

56 La Société Rouennaise d’Etudes Urbaines (SORETUR), projet de note à l’attention du conseil d’administration de la SCET, Bernard Archer, janvier 1964, ADSM 2042 W 727.

57 30-12-65 G.Tissot, note de Bernard Archer, ibid. Lettre de Bernard Archer à Lucien Feydel, secrétaire général de la préfecture, 13 mai 1966, ADSM 8 W 87206. Rapport financier de la SORETUR 1968, archives du port autonome de Rouen 535-1.

58 Note sommaire sur les activités de la S.E.R.H. depuis sa création, Robert Bourcart, 18 mai 1967, archives privées de Robert Bourcart.

59 Projet de rapport du conseil d’administration de la S.C.E.T. pour l’assemblée générale du 2 juin 1969, p. 37-38, AN 19770153 art. 12.

60 Lettre de Pierre Mayet, directeur de l'aménagement foncier et de l'urbanisme, à François Parfait, 8 janvier 1976, Avant-projet de substitution d’une association régie par la loi de 1901 à la société rouennaise d’études urbaines (SORETUR). Rapport préliminaire, 15 janvier 1976, lettre de Jean-Pierre Fourcade, ministre des Finances, à Jean Lecanuet, Garde des Sceaux, 12 avril 1976, et procès-verbal de la réunion constitutive du conseil d’administration de l’ARETUR, 26 juillet 1976, ADSM 2042 W 707. Etude sur la situation des agences d’urbanisme d’agglomération au regard de la T.V.A., Yves-Maxime Danan, ministère de l’environnement et du cadre de vie, 15 décembre 1980, Centre de documentation de l’urbanisme (CDU) 13241.

61 Procès-verbal du conseil des associés de la SERH, 21 mai 1976, AAURH.

62 Cession par la Société SORETUR à l’association ARETUR, op. cit.

63 Note sur les agences d’urbanisme, rapport de stage de 1re année de licence de gestion de Dominique Bastet, DAFU, juillet-septembre 1972, p. 1, CDU 5185.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe 1 : Formation des cadres employés par la SERH de 1965 à 1976 (valeur moyenne calculée à partir d’un recensement trimestriel)
Crédits Source : Archives de l’Agence d’Urbanisme de la Région du Havre et de l’Estuaire de la Seine
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/612/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Titre Graphe 2 : Âge des employés de la SERH au moment de leur embauche de 1965 à 1976
Crédits Source : Archives de l'Agence d'Urbanisme de la Région du Havre et de l'Estuaire de la Seine
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/612/img-2.png
Fichier image/png, 6,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Saunier, « Société rouennaise d’études urbaines et Société d’études urbaines de la région du Havre, la création des premières agences d’urbanisme entre hasard et nécessité », Territoire en mouvement Revue de géographie et "#bodyftn19" «& fradéric Sauni>2004st im>Saun07re 1s 2oteS ge/>Sa: g Sa; DOI>Sa: 10.4000

strhorass="text">Table des illustrations <

Frédion.org/t6omitnbsp;Société rouennaass=me">Sauniers
76600 Lehasard
ion.org/t cllto:f epan.sciét1@f e.tudf epan.sciét1@f e.tnaass=-- #notes -->

strhora

1972,sess="text">Table des illustrations

<

Fr-- #nrel">1972,sess g L972, p.C a6, Aef dmclasssty1972,sess g l972, p.C a6, Aef dmcla Atassbté ro4.0 Inass=otesbasitas>

1972,se s="section"> B2">

Ter'oire en mouvtion p.: nscriptlass="not et'in 87e annDépa Ré minclasdesbert Bclass - < #nrev an>vss="text"goPn>vss.org/t601 br> - < #nrel">nid="s="text"goNid="s.org/t6o5 br>i’bottom s="section">mvri s="section # on, ja

ilasd cla

class

sclass=li> class

avp> ilai

class

ion.org/t2686">W 100361 et AMclass=li> cla cs="section"> avColl sPptlaryi

ssulasd class

class

rbaine cla cla

ssulasd class

<"note2 jue rouennaass=li> class

<"note2 jue rouennaass=li> class

Sauni>20, Littre dRETUR fradérics rouennaass=li> class

class

rbaine fe dtnbsp; rouennaass=li> class

<"no'Afe clas class

class

<"nW 861dulass=s rouennaass=li> class

ion.org/t2259ll rbaine class

class

class

1962, ,5.

1m; rouennaass=li> class

rouennaass=li> class

iéunion /td> ié 1963ligs d rouennaass=li> class

n 87e annli/tchnolog2/p> rouennaass=li> class

Journal v; rouennaass=li> class

cla cla

ssulasd class

class

class

criptphre cla rouennaass=li> class

Ter'oire en mouvtion p.: nscriptlass="not et'in 87e annDépa Ré mincla rouennaass=li> class

class

class

e"urist2/p> s8tfradéip;s rouennaass=li> class

e">Sauni>2/p> s8e la s'e ccr se poaudi ds rouennaass=li> class

cla cla

sllIssulasdion.org/t5c Touute Nonuèreos a> cs="section"> avIssulai

ion.org/t137 s et Société d’étud3, Asass="notminisoaud clasence rialc rouennaass=li> class

class

ion.org/t1376 s et Société d’étudA juin 1969, p. 37-38icvue18 févros s=s9t de Ros rouennaass=li> class

sclass=li> class

sclrouennaass=li> class

sclass=li> class

sclass=li> cla cla

class

ion.org/t15965,Nuèreosr class

ion.org/t1406 s et Société d’étudM janviute

class

ion.org/tg ?ns" =infr moyenns"&Poaud cla 3, p.ce ann ass=li> cla cs="section"> avColl sSe005daryi

class

ion.org/tg backend?fr moy=rssnueeos li> class

ion.org/tg backend?fr moy=rss

cla cs="sec

ion.org/tg ?ns" =ecanue">e l'urbas="infr moyenn «& fradéric class

Jeistrescl cla

class

<1.fr/"bbr> veRe Roger Le"><> Logo > veRe Roger Le"><> 3710/UL-WEB-2ot4 class

ion.org/tg ?ns" =map"iété ud deanaas Rpt; ion.org/t1406 s et Société d’étudM janviute

?ns" =backend l7 et 3synd.ce annnaass=--

ion.org/tg < diousadhreviutclaO E ée, nsnaas Rpt; ion.org/tg lodel/"&A8cèsion tirvhie aSymbol" href="i="section">foon,r s="section">we Ba,r s="section">oagerWe Ba,r l" hr js/jclary.js> /s »,J l" hr js/343,.R.jui.js> /s »,J l" hr>//vref=": "Pde,cédss=", nid=ref=": "Suii de", oseef=": "Ftrmr", rigi n°: "Origi n", magnify=": "Ae la ir" }, // D veR lasA
: "In"> js/fancybox/jclary.fancybox-1.3.1.pack.js> /s »,J l" hr js/
/s »,J l" hr>//20& d’fr&nr e00rdurl=1& edData ) { jQlary( '#bi p.Sauni>y "se. id=' ).html( edData ); } }); " hr}); //]] /s »,J l" hr>// edDataCectdby ) { if(ict> edDataCectdby){ jQlary( '# edDataCectdby ); jQlary( '#shortcut a[ Ce Rogem>e aS' ); jQlary( '#lectdby li' ).css( "ma in","1em , o); } } }); " hr}); //]] /s »,J tion"Piwiki <> g /s »,J l" hr g /s »,J l" hr> ion " hrjQlary(

, fuod, 24() { href="ef="""""""$('a.ifrfr"').fancybox(); " hr="""""""}); " hr="""} elsee{ href="""""""$('a.ifrfr"').fancybox(); " hr="""} " hr="""strhurl= " hr="""$.jsonp({ href="""""""url: ('gstrhda6a').html(' '+da6a.favi005+'"> ion.org/t'+da6a.url+'">'+da6a.nfr"+'e aS'); " hr="""""""="""$.ajax({ " hr="""""""=""" type: "GET", " hr="""""""=""" url: "612?fr moy=pdfepub&nr e00rdurl=1", " hr="""""""=""" sucogr: fuod, 24(msg){ " hr="""""""=""" """"$('>dlLinks'). Ba,nd(msg); " hr="""""""="""""} " hr="""""="""""}); " hr="""""""}, " hr="""""""error: fuod, 24(da6a){ " hr="""""""="""//$('>strhda6a').html('gern , ion.org/tgembr ine aS'); " hr="""""""="""$.ajax({ " hr="""""""=""" type: "GET", " hr="""""""=""" url: "612?fr moy=pdfepub&nr e00rdurl=1", " hr="""""""=""" sucogr: fuod, 24(msg){ " hr="""""""=""" """"""$('>dlLinks'). Ba,nd(msg); " hr="""""""="""""""} " hr="""""="""""}); " hr="""""""} ""="""""}); " hr="""$('>ploy fr meé m').l ve('to nd',afuod, 24(e) {}); " hr="""$('input[nfr"=q]').fp cs(fuod, 24() { href="""""""if ( $(this). ttr('valu"') == 'Re13 m13 m' ) { href="""""""="""$(this). ttr('valu"',a''); " hr="""""""} ""="""""}); " hr}); jQlary(

").html("rbaine \"cookie id=\">E963, Asuii de vo'urbnavige année dnip dea, vousacoptezojettilis69, p. 37cookies. ion.org/\tgE96sav plAMclass=rouennbaine \"c osecookieolert\"ss=rouen"). ttr("id>, "cookieolert"). Ba,ndTo("12">"); $("a,.c osecookieolert").click(fuod, 24() { v’expDate = new Date(); expDate.setTtla(expDate.getTtla() +a(365 *c l* 3600 *spag0));

O E ashr subm(AAUnav-toggle-show" l" hr classh2h2h2srouenO E Bookd'Urouen classh2h2h2sul> classssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tgrbaine Tehumla créattesbalesymass=li> classssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg classssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg classssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tgE96sav plAMclass=li> classh2h2h2s/ul> classsssss=li> classh2h2l" hr classh2h2h2srouenO E ée, nsnarouen classh2h2h2sul> classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg ">rbaine Tehumla créattesbalesymass=li> classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg Le»rcvuelymass=li> classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg <64des E96sav plAMclass=li> classh2h2h2s/ul> classsssss=li> classh2h2l" hr classh2h2h2srouenCalendanarouen classh2h2h2sul> classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tgrbaine Tesci classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tgion.org/tg classh2h2h2s/ul> classsssss=li> classh2h2l" hr classh2h2h2h2h2srouenHypothèsesnarouen classh2h2h2h2h2sul> classssssssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tgrbaine classssssssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg classsssssssssss/ul> classsssss=li> classh2s/ul> classs="sec ssssssssss " hr="""""secti id="ftg="tUnav-toggle-show"

subm(AA" l" hr classh2h2h2srouene l'urb& olertesnarouen classh2h2h2sul> classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg classssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""sli>ion.org/tg classh2h2h2son.org/tg classh2s/ul> class classh2h2l" hr classssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""s"sec ssssssssssssssssssssssssssssss " hr="""""""="""""""sinput nfr"="q" typele id=s="t " hr="""""""="""""""secti id="ftsenstu-choice" ssssssssssssssssss " hr="""""""="""""""""sinput typeleradio>rappothetd> radio>rnfr"="ul" valu"/tg radio>>daiute
ibr/> sssssssssssssssssssinput typeleradio>rappo radio>rnfr"="ul" valu"/t" /> ilabel po radio>>daiutO E label> sssssssssssssssssss="sec ssssssssss ssssssssssssssssss " hr="""""""=""""""" subm(AA" l" hr bg-nav<> hr="""""""=""""""" classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr Sauni>2004std'A 2004std'amé classssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr veRe RogersiSciTe4stTtchnolog2a Le"><Avant-class="familyNaod& classsssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr son.org/tV e classssssssssssssssssssssssss s=ulc ssssssssss s=li> classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr bg-nav g="t">ssssssssssssss srouenDOI / Réfé classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssl" hr son ifrfr""s.org/t612?fr moy=lece annsdCectroniqte réfé classssssssssssssssssssssssss " hr sion"/DOI / Rric bg-nav g="t"tr clalLinks"ss=li> classssssssssssssssssssssssss " hr share" ssss " hr="""""h2sli> i005s i005-twitn,r<>son.org/tg class ssss " hr="""""h2sli> i005s i005-f etbook">ion.org/tg class ssss " hr="""""h2sli> i005s i005-google-plAM">ion.org/tg class s=ulc sss="sec ssssss

a-right" " hr="""""section">strhda6a">s="sec sss="sec s="sec ss nabuttn c sssion[if lte IE 9]> classh2h2l" hr styHaut