Navigation – Plan du site

Éditorial

Nathalie Lemarchand
p. 1-2

Texte intégral

1La mise en œuvre d’espaces réservés, viabilisés, permettant l’établissement d’entreprises créatrices d’emplois et de richesses, s’est pérennisée dans l’aménagement des territoires. Ces zones d’activités économiques se trouvent dans des situations de carrefour ou à proximité des grandes autoroutes. L’augmentation de leur nombre a correspondu à la demande combinée des entreprises et des élus et soulignait un glissement des activités des franges urbaines vers les espaces périphériques, étendant ainsi l’espace urbain.

2Aujourd’hui, l’exurbanisation se poursuit et un phénomène de diversification et de spécialisation se produit de façon parfois concomitante. La diversification se manifeste par l’arrivée de nouvelles activités dans ces parcs ou dans leur proximité immédiate : ouverture de commerces et de services aux particuliers dans les parcs, mais aussi construction de nouveaux logements. La spécialisation quant à elle entraîne des clusters autour d’une même gamme de production. L’ensemble renforce la polarité périphérique. Comme les auteurs de ce numéro le démontrent, la diversification s’observe dans les pays en cours de développement autant que dans les pays d’Europe, interrogeant sur la transformation de ces parcs : vont-ils bientôt formés de nouveaux quartiers ? Seront-ils la nouvelle forme de quartiers privatisés ? Il reste que, diversification ou spécialisation, les parcs les plus récents font preuve d’un souci paysager, quand les plus anciens semblent en cours d’usage mal contrôlé, avec un fort encombrement. Les corridors en sont un exemple. Ils étendent le territoire urbain et favorise le mitage. Le corridor est une forme paysagère importante accompagnant ces nouveaux parcs, ils favorisent par ailleurs la diversification puisque le long de ces corridors de nouveaux parcs se construisent renforçant encore leur complémentarité.

3Par ailleurs, ces nouveaux parcs aggravent les enjeux fonciers périphériques. Trente ans après les premiers constats des conflits d’usage autour des terres en périphérie, les mêmes questions se posent sur la transformation de terres agricoles en zones d’activités secondaires ou tertiaires. Plus encore, l’enjeu s’élargit dans le cadre du débat environnemental et n’épargne pas les pays en cours de développement. Les actes qui conduisent à favoriser toujours le déploiement de nouveaux parcs à la périphérie contredisent les discours. Quelques timides avancées peuvent être remarquées à travers quelques programmes, sans cependant être exempts de questions sur l’efficacité des politiques appliquées et sur la profondeur des changements en cours. Mais au-delà de ces questions sur la continuité de l’ouverture de nouveaux parcs économiques périphériques, il faut remarquer les difficultés à réintégrer les activités économiques productives dans la ville agglomérée, y compris les nouvelles activités à faible nombre de salariés et peu émissives. Malgré la mise en construction de nouveaux lieux modernes, tels que des immeubles intelligents, les atouts de l’externalité semblent dominés.

4Les acteurs publics sont toujours présents qu’il s’agisse des pays en cours de développement ou des pays riches. Bien que les discours soient engagés en faveur du développement durable, de la densification du tissu urbain, et de la mixité des activités sociales et économiques, la pression est insuffisante pour réaliser un véritable contrôle urbanistique. La ville continue alors de se distendre avec de nouvelles zones économiques périphériques. La métropolisation se fait en associant ces zones périphériques à la dynamique métropolitaine, reportant sur elles les nouveaux enjeux de continuité urbaine, tentant en associant pôles périphériques et tissu urbain aggloméré de « recoudre » la ville. Á l’heure où les discours favorisent le redéploiement des activités économiques au sein du tissu urbain, les zones économiques continuent à progresser, connaissant même de nouvelles formes, s’associant et se spécialisant.

5Les textes qui nous sont présentés apportent un éclairage sur la diversité de ces zones et leur devenir. B. Merenne-Schoumaker s’interroge sur l’avenir des zones économiques périphériques de Wallonie à partir du bilan qu’elle fait des politiques menées vis-à-vis de ces zones. Elle souligne leur double nature économique et urbanistique, en considérant la difficile compatibilité de ces deux objectifs qui nuit à leur efficacité. Á partir de ce bilan, B Merenne-Schoumaker propose quelques solutions qui passent par la « normalisation » de ces parcs au profit des entreprises les plus grandes et les moins aptes à s’installer dans le tissu aggloméré d’une ville. Une gestion politique d’autorisation et de refus selon la taille de l’entreprise et ses besoins conduirait à une complémentarité économique entre les parcs et la ville.

6A. Gasnier pour sa part, porte son analyse sur les zones commerciales en évoquant de nombreux exemples et plus particulièrement Le Mans. Il rappelle la multiplication et la diversification des zones commerciales périphériques aboutissant à des corridors commerciaux. Il démontre que la démarche environnementale et durable pose de nombreuses questions, observant que de nombreux projets récents combinant commerces et loisirs continuent à « éclater » la ville en l’étendant vers de « nouvelles banlieues » desservies de façon incomplète par les transports en commun.

7Avec le Bajio, C. Renard-Grandmontagne nous entraîne au Mexique où là encore de nouveaux parcs industriels se développent le long d’axes autoroutiers démontrant une nouvelle fois l’association lieux de production et voies de communication. Les nouvelles générations de parcs industriels se localisent à des distances de plus en plus éloignées des villes, en contradiction avec les discours publics. Leur succès encourage à leur extension et à les compléter par de nouveaux services non plus seulement aux entreprises, mais au personnel : crèche, magasins, agence bancaire, etc. Ces développements interrogent sur les prémisses d’une nouvelle forme de communauté fermée. D. Leducq et C. Liefooghe traitent, quant à elles, du développement des parcs d’activités informatiques (IT Parks) dans une ville périphérique des métropoles indiennes : Pune. Ainsi en Inde, comme dans tous les autres pays sur lesquels portent les études de cas des articles de ce numéro, une politique interventionniste et aménagiste facilite l’installation de zones économiques périphériques performantes produisant une nouvelle urbanisation de plus en plus distante du noyau urbain. Ce parti-pris conduit à faire surgir des villes high tech en périphérie. Les auteurs nous présentent plus spécifiquement les parcs d’activités informatiques qui deviennent des marqueurs spatiaux d’une nouvelle économie périphérique et de l’urbanisation qui les accompagnent.

8E. Gallot-Delamazière nous expose comment une zone périphérique devient peu à peu un pôle stratégique du développement urbain de la métropole lyonnaise. A travers son étude, c'est la transformationdes projections politiques sur les zones périphériques qu'elle nous expose. D'espaces secondairesaux limites lointaines de l'agglomération, ils deviennent des espaces d'enjeux de l'affirmation métropolitaine. Cependant, là comme ailleurs, la difficile transformation d'un projet initial mal intégré ou l'impossibilité de dépasser les discours d'intention démontrent combien il semble malaisé de contenir l'exurbanisation ou de le doter des qualités du développement durable. La tentation d'opposer les intérêts économiques et urbanistiques reste prédominante.

9Enfin, ce numéro se termine sur un débat bien spécial qui concerne l’état et l’avenir des revues universitaires de géographie en langue française. Territoire en Mouvement avait, en 2007, pris l’initiative d’inviter des responsables de revues de géographie françaises et belges, pour discuter, entre autres, des critères d’évaluation des revues avec des représentants du CNRS. Des questions avaient au préalable été posées à chaque intervenant, dont une sur la langue de publication ; le lecteur appréciera la qualité des échanges dans un débat qui n’épargne plus personne depuis la publication du classement des revues de l’AERES.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/723

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page