Navigation – Plan du site
Articles

Site périphérique-site stratégique : projet durable ou instrument de marketing territorial ?

Porte des Alpes (France) as a Peripheral and Strategic Site : Sustainable Development or Spatial Marketing ?
Emmanuelle Gallot-Delamézière
p. 40-52

Résumés

Cet article s’inscrit dans la continuité d’un travail de thèse intitulé « Restructurations périurbaines des aires métropolitaines et émergence de polarités nouvelles » (2005). Il questionne, à travers l’exemple du projet lyonnais de la Porte des Alpes, la capacité des pôles économiques périphériques à être investi par les gouvernements locaux comme les supports de grands projets d’agglomération. Il interroge également la capacité de certains de ces espaces marginaux, à s’insérer dans une problématique de développement durable. Cette dernière amène à opérer un changement de regard et d’échelle sur ces espaces, qui de marginaux tendent parfois à devenir stratégiques, et accompagne la redéfinition des cadres de la gouvernance locale.

Haut de page

Texte intégral

1Plurielles et souvent méconnues à l’image des « villes invisibles » d’Italo Calvino (1996), les périphéries urbaines, tantôt présentées comme la « Troisième ville » (Mongin, 1995) ou la « Ville émergente » (Dubois-Taine et Chalas, 1997), s’imposent trop souvent encore comme l’antithèse de la ville traditionnelle. Pourtant, le statut des espaces périphériques a évolué sous l’effet des mutations socio-spatiales, fonctionnelles et institutionnelles. Espaces de transition et de complémentarité issus d’un long processus de construction historique, leur développement semble avoir été guidé par la logique de marché et les évolutions des dispositifs économiques. Les changements se sont accélérés durant la période contemporaine permettant un étoffement politique, social et économique. On peut se demander si ils ont permis aux espaces périphériques de s’imposer non plus comme des sous-produits de la ville mais comme des espaces socio-économiques originaux et des productions socio-spatiales durables à même d’être pleinement intégrés (instrumentalisés) dans les stratégies métropolitaines des agglomérations ?

2Cette « périphérisation » s’accompagne de l’émergence et du renforcement de pôles économiques intermédiaires dans de vastes espaces métropolitains aux aires d’influence et de gouvernance susceptibles de se superposer. Dès lors, les enjeux de planification deviennent multiples (accessibilité, maîtrise de l’urbanisation, préservation des paysages, mixité fonctionnelle, remaniements des systèmes de centralité …), multi échelles (territoires de gouvernement partagé, désynchronisation dans le portage politique des projets entre échelles locale et métropolitaine…) et temporels (principe de réversibilité). En parallèle, les agglomérations, dans la course à la métropolisation, qui les oppose autant qu’elle les rassemble, se doivent désormais de mobiliser l’ensemble des territoires métropolitains à travers une somme de projets symboliques. Le temps n’est donc plus pour les aménageurs à rejeter ces espaces de la marge mais à conforter et accompagner leur développement dans un souci de subsidiarité (Calame, 1994) avec les autres territoires métropolitains.

3Dans le cadre de cette analyse, nous avons choisi de nous pencher sur ces processus d’accompagnement/renforcement d’une polarité périphérique avérée. Nous nous intéressons plus particulièrement ici à la capacité d’un espace économique périphérique lyonnais à être investi par les édiles métropolitains en tant qu’espace de « grand projet ». Il s’agit d’observer, à travers l’analyse de certains documents de planification urbaine et d’études mais également sur la base d’entretiens menés avec les responsables du projet, les conditions, formes d’investissement et enjeux suscités par ce projet. Un projet qui, partant de réalités économiques fortes, va venir progressivement nourrir la stratégie métropolitaine de l’agglomération et même en devenir un des emblèmes, un « totem » (Le Bart, 2003) du développement territorial local. Cette observation d’un projet périphérique « original » confère de l’importance à la dimension temporelle mais aussi au contexte local, conditions sociales comme politiques, de sa production.

4Au-delà de l’étude de cas, ce thème de recherche questionne également plusieurs registres. Tout d’abord celui de la pérennisation de ces espaces qui aujourd’hui doivent être aménagés en considérant les questions de durabilité des infrastructures et d’insertion urbaine, de qualité environnementale et de services urbains dans une perspective d’intégration durable à la ville qui les a désormais rejoints. Il pose ensuite la question de la rupture dans le regard et le traitement portés sur ces espaces à fort potentiel économique et foncier. D’espaces délaissés, malmenés par les urbanistes et les aménageurs, ils tendent à devenir stratégiques dans un contexte conjugué de péri-urbanisation continue, de renouvellement urbain et de hausse des prix immobiliers et fonciers. Enfin, ce changement d’échelle conféré par l’intégration soudaine de cet espace à la stratégie métropolitaine et l’irruption d’une instance intercommunale « aménageur » tend à complexifier les modalités du portage politique du projet. Le projet analysé devient alors assez symptomatique des remaniements successifs de la gouvernance métropolitaine lyonnaise qui doit composer entre la construction permanente de sa légitimité territoriale et ses aspirations transnationales qui nécessitent l’élaboration de nouveaux étendards, éléments prégnants de sa stratégie de marketing territorial.

1. Du pôle fonctionnel au grand projet d’agglomération : genèse du projet Porte des Alpes

  • 1 Plusieurs « grands projets cohérents » ont été définis par le Grand Lyon parmi lesquels, les berges (...)

5Le site analysé dans le cadre de ce développement est celui de la Porte des Alpes, passé en quelques années du statut de pôle fonctionnel périphérique à vocation mixte à celui de « grand projet urbain » d’envergure métropolitaine ou encore de « site stratégique de développement urbain ». Le projet urbain de la Porte des Alpes est situé sur un des deux axes de développement urbain définis dans le cadre du Schéma directeur de l’agglomération lyonnaise (SDAL) de 1992 (Lyon 2010). Il s’étend sur 1 450 hectares en première couronne est de l’agglomération lyonnaise, sur les communes de Bron, Saint-Priest et Chassieu, à mi-parcours entre le centre historique de Lyon et l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, en bordure d’axes routiers majeurs (A43, RN6, boulevard périphérique et rocade Est). Lyon Porte des Alpes est un pôle périphérique, composé initialement d’espaces fonctionnels distincts, qui est devenu progressivement « stratégique » dans l’agglomération lyonnaise. Son atypicité repose sur son inscription en tant que « grand projet cohérent1 » par la Communauté urbaine de Lyon (COURLY) et la volonté politique forte de conjuguer développement économique et qualité du cadre de vie.

6Depuis les années 1970, cette ancienne plaine agricole a vu émerger, souvent au « coup par coup », une série d’implantations hétéroclites accompagnant le mouvement d’exurbanisation d’une partie des activités urbaines et de périurbanisation de la population (figure 1). Malgré cette urbanisation plus ou moins spontanée du secteur et des fonctionnalités implantées, le potentiel de développement en acte ou en gestation de cet espace est perçu dès le milieu des années 1980 par le gouvernement métropolitain. Cette réalité est en partie nourrie par l’important gisement foncier que concentre cette portion du territoire lyonnais, envisagé par la collectivité tout à la fois comme offrant des opportunités pour le développement urbain mais également des sources éventuelles de difficultés dans la maîtrise de l’urbanisation. La forte attractivité de ce secteur étant susceptible de lui nuire en l’absence d’une maîtrise d’ensemble de la collectivité qui laisse se développer les initiatives privées (ou publiques) isolées. Cette prise de conscience se traduit par la mise en œuvre d’une politique foncière active. Une ZAD est créée et des acquisitions foncières régulières sont réalisées par le Syndicat d’étude et de programmation de l’agglomération lyonnaise (SEPAL) puis par la Société d’économie mixte foncière de l’agglomération lyonnaise (SEMIFAL). Ces disponibilités foncières deviennent dès lors les supports d’études élaborant différents scénarii d’aménagement. Cette première étape permettant de constituer un important portefeuille foncier sera décisive par la suite lors de la mise en chantier du projet urbain.

Figure 1 : Les principaux équipements de la Porte des Alpes (liste non exhaustive)

L’université Lumière Lyon 2 construite au début des années 1970 suite aux événements de 1968 et à l’explosion des effectifs étudiants
L’aéroport d’affaires Lyon-Bron datant de 1911, ancien aéroport commercial ayant vu son importance s’amenuiser dès 1975 suite au transfert d’activités vers l’aéroport Saint Exupéry.
Le parc urbain de Bron-Parilly
Le parc des expositions et de conventions Eurexpo, ancienne foire de Lyon transférée en 1984 de l’actuel site de la Cité Internationale
Deux zones commerciales progressivement créées dès 1975
Le parc technologique amorcé dès 1994 dont l’achèvement est en cours
L’hippodrome inauguré en 1965
L’entreprise Renault Trucks
Un secteur d’habitat
Un pôle de santé privé achevé en 2008
Plusieurs zones d’activités (ZAC du Chêne, zone mi-plaine …)

  • 2 Le gouvernement urbain lyonnais amorce une mutation, à travers la révision du Schéma directeur de l (...)
  • 3 « La dimension internationale et la nécessité pour la ville de s’inscrire dans le concert des ville (...)

7Plusieurs projets sont initialement écartés bénéficiant d’une conjoncture qui leur est défavorable et notamment, dans les années 1960 celui de création d’une ZUP de 2 200 logements puis au milieu des années 1970 d’une ZAC composé de 2 000 logements et de commerces qui deviendra la ZAC exclusivement commerciale de Champ du Pont. Ce site va progressivement être investi d’ambitions plus vastes qui font directement écho au changement stratégique qui s’opère dans la politique de gestion territoriale de la COURLY. La décennie 1990 apparaît, en effet, comme une période charnière pour l’instance communautaire en matière d’action publique tant au niveau organisationnel2 qu’opérationnel3 qui amène à la construction d’une nouvelle stratégie d’agglomération. Cette stratégie se traduit par la montée en puissance progressive de l’ambition métropolitaine lyonnaise ou comment faire de Lyon la discrète une métropole moderne et internationale. Une ambition qui va bénéficier d’une véritable continuité malgré les changements successifs de mandatures.

  • 4 Mandature de Michel Noir, de 1989 à 1995.
  • 5 Cf. Intervention de Gérard Claisse, séminaire RIVES, 3 juillet 2007, ENTPE.

8Ces remaniements multiples de la gouvernance urbaine lyonnaise vont prendre plusieurs formes. Tout d’abord, celle d’une réorganisation interne de la COURLY sous l’impulsion de facteurs nationaux, comme la décentralisation, et locaux, avec l’arrivée d’une nouvelle génération de dirigeants politiques et de nouvelles options stratégiques suite aux élections municipales de 19894. La politique urbaine se fonde désormais sur une politique de grands projets énoncée d’abord par Francisque Collomb, reprise par la suite par Michel Noir qui appuie sa politique d’internationalisation sur la mise en place de grands projets d’équipements comme la Cité Internationale marquant le passage « d’une communauté de moyens à une communauté de projets »5. Cette transition est également accompagnée par un élargissement du spectre des compétences de la COURLY et notamment du développement économique (la « 13ème compétence ») en 1992. La COURLY tend alors à s’imposer dans un management territorial par le haut en tant qu’acteur-aménageur-développeur et non plus uniquement pourvoyeur de services techniques.

  • 6 Missions de coordination des services, audit …
  • 7 Missions Habitat, Ecologie, Déplacements…
  • 8 Elles sont actuellement au nombre de 6 intégrées à la Délégation au développement urbain : Mission (...)

9Une des manifestations de cette réorganisation du « management territorial » lyonnais est l’émergence de l’organisation en missions, missions de fonctionnement des services6, missions transversales7 et missions territoriales8. Si de nombreuses opérations d’aménagement sont encore réalisées en régie directe, les projets les plus stratégiques bénéficient d’un mode de management particulier, la mission territoriale. Structure légère, aux effectifs communautaires restreints, non pérenne, elle dure le temps du projet dont elle a la charge. Elle s’attache au développement d’un projet sur un territoire définit d’intérêt stratégique pour l’agglomération. La mission apparaît tout à la fois comme un organe de coordination du développement territorial, un interlocuteur privilégié pour les maires, une structure de médiation entre acteurs aux intérêts parfois contradictoires.

  • 9 Revue de la ville de Saint-Priest, « Saint-Priest Noir sur Blanc », n° 91, du 12 au 15 décembre 199 (...)

10Le SDAL de 1992 prend acte de ces nouvelles options managériales. Il définit deux « axes majeurs » de développement pour l’agglomération, l’arc des fleuves et l’arc Est-Ouest. Le pôle Porte des Alpes, situé sur l’arc Est-Ouest est officialisé dans sa dimension stratégique. Il devient alors « site de développement stratégique » ou encore « point d’appui du développement » économique pour l’Est lyonnais. Une mission est créée en 1993 pour coordonner le développement du site. L’organisation de la mission est originale à double titre. En premier lieu, contrairement aux missions lyonnaises qui sont en cotutelle entre le Grand Lyon et la ville de Lyon, elle est gérée par le Grand Lyon seul. Elle symbolise ainsi l’engagement fort de la COURLY dans l’aménagement du site mais peut aussi être interprétée comme une manière d’imposer sa légitimité institutionnelle, et opérationnelle, en matière de planification économique, aux communes périphériques concernées. Des événements comme celui de 1994 où la communauté urbaine a émis l’idée de création d’une fiscalité d’exception (« fiscalité de zone ») sur le périmètre du parc technologique montrent bien l’inquiétude des élus face à ce qu’ils considèrent comme « un coup de force »9 communautaire ou encore une spoliation des ressources que les communes sont en droit d’attendre de la valorisation de leur territoire.

  • 10 Le chiffre d’affaires de Porte des Alpes devance celui de la Presqu’île, de la Part-Dieu ou de la R (...)

11En second lieu, l’ancrage local de la mission, lié à sa présence physique sur le site et non au sein de l’hôtel de communauté, lui confère une autonomie relative et une proximité plus grande avec les instances communales. Avec l’intensification du processus de métropolisation, on assiste à une repolarisation de l’agglomération lyonnaise autour de quelques grands pôles d’activités dont la localisation n’est plus exclusivement centrale (Buisson, Cusset, Etienne, Mignot, 1995 ; Mignot, 1999). Au début des années 1990, le site Porte des Alpes bénéficie ainsi d’une nouvelle rente de situation dans l’agglomération et constitue un des espaces de forte polarisation métropolitaine grâce à la présence de plusieurs grands équipements d’agglomération ou pôles d’activités qui lui confèrent un pouvoir d’attraction important. Le site s’impose comme un espace de polarisations multiples : second parc urbain de l’agglomération en superficie, campus universitaire réunissant environ 20 000 étudiants, pôle d’expositions et de conventions Eurexpo (1.5 millions de visiteurs par an) ou encore par son attractivité commerciale. Cette polarisation commerciale est particulièrement manifeste à travers l’extension progressive de leur aire de chalandise plus uniquement métropolitaine mais régionale, concurrençant, voire dépassant désormais en terme de chiffre d’affaires10, la centralité principale (constituée par le duopole Presqu’île/Part-Dieu). Ce succès engendre certains problèmes comme la saturation des accès à la zone commerciale qui sont également pour certains (A43, RN6) des axes majeurs d’entrée dans l’agglomération. A une échelle plus vaste, le pôle tend à devenir le centre d’un bassin de vie existant et aussi d’un espace géostratégique en construction pour la COURLY, celui de l’Est lyonnais. Cette nouvelle rente de situation n’est pas sans importance puisqu’elle entérine le déplacement du centre de gravité de l’agglomération vers l’Est.

  • 11 Schéma directeur Lyon 2010, mai 1992, p. 22.
  • 12 Schéma directeur Lyon 2010, mai 1992, p. 180.
  • 13 Une amélioration qui repose notamment sur la mise en service de la rocade Est en 1993, la création (...)

12Au-delà de cette capacité centripète et des contraintes qu’elle engendre, il s’agit aussi pour la collectivité en investissant cette portion de l’Est lyonnais d’essayer de corriger la géographie socio-économique lyonnaise pour façonner une agglomération au profil moins clivé et ainsi d’atténuer la dichotomie est-ouest (cols bleus/cols blancs) qui caractérise la structuration de l’agglomération lyonnaise. L’est industriel dispose « de plus grandes réserves d’espaces et d’équipements importants actuels ou futurs mais d’une image moins favorable »11 et sans doute également de moins de résistances à l’instance communautaire que l’Ouest lyonnais. Ces disponibilités foncières de l’Est lui permettent d’accueillir « la poursuite du développement de la métropole dans des formes plus denses et plus urbaines »12. Il s’agit, par la qualité des aménagements paysagers réalisés et l’amélioration de la desserte locale13 d’opérer un changement d’image en attirant de nouvelles entreprises. En parallèle, l’ambition est également la diversification du tissu social existant par l’apport des nouvelles populations (salariés des entreprises high-tech qui seraient susceptibles de s’implanter).

  • 14 Il est notamment mis en concurrence avec l’aménagement de la C.F.E.L. (Chemin de fer de l’Est lyonn (...)

13En dépit de cet affichage, Porte des Alpes demeure soumis aux changements de conjonctures politiques. Suite aux municipales de 2001, et au changement de majorité, il garde son statut de grand projet mais perd celui d’axe prioritaire de développement en étant mis en concurrence directe avec d’autres projets urbains plus « centraux »14 à même de répondre aux nouvelles aspirations en matière de renouvellement urbain promulguées par la loi SRU de 2000. La mission territoriale perdure mais évolue sous la forme d’une structure réduite. Elle entame une période de redéfinition des partis pris d’aménagement, et le projet se poursuit. L’accompagnement du développement de l’Est lyonnais se fait de plus en plus dans une logique de visibilité métropolitaine internationale qui transparaît clairement dans les programmes Lyon 2010 et plus récemment dans la mise en œuvre de Lyon 2020.

2. Un projet global pleinement intégré à la stratégie d’agglomération

14L’idée de faire la ville en périphérie sur la base de polarités fonctionnelles aux logiques de fonctionnement plurielles et parfois concurrentes, sans liens apparents, y compris en matière d’infrastructures de transport, a été longtemps difficilement concevable. Pourtant, le SDAL approuvé en 1992 prend acte de la capacité de polarisation et des potentialités, notamment foncières, de la Porte des Alpes. Le document d’urbanisme amorce une rupture dans la planification de l’agglomération en plaçant le développement économique au centre d’un projet métropolitain conçu dans une vision globale et affichant deux objectifs prioritaires, l’internationalisation et le cadre de vie. Ce « nouveau point d’appui du développement économique et urbain » s’intègre pleinement à la volonté d’organiser harmonieusement l’espace métropolitain sur une base multipolaire. Le projet métropolitain lyonnais passe progressivement de la conceptualisation à sa territorialisation notamment autour de la définition de « sites de développement stratégiques » centraux ou périphériques venant en soutien à la stratégie de mutation du tissu économique local. La notion de « Porte » apparaît pour définir un développement économique planifié et cohérent entre centre et périphéries.

  • 15 Dans la création du parc technologique, la mission œuvre avec la Société d’Equipement du Rhône et d (...)

15La collectivité investit ce territoire dont le développement a longtemps été laissé aux seules logiques de l’investissement privé. Le Grand Lyon, maître d’ouvrage15, est dès lors omniprésent dans l’élaboration et la conduite de projet. Le projet est d’abord conçu dans la mouvance du plan technopole et du développement de pôles économiques spécialisés (Gerland…), autour du développement du parc technologique. En 2003, une évaluation du S.D.A.L. (1992) pointe la nécessité de renouveler l’appareil de planification lyonnais dans la perspective de Lyon 2020 et prend acte de l’échec des zones d’activités « thématiques ». Le projet Porte des Alpes est remanié et investi d’ambitions renouvelées qui ne cessent de faire écho aux nouvelles préoccupations en terme d’aménagement urbain, d’environnement ou de cohésion sociale. Il est désormais tout à la fois conçu comme un outil du développement économique de l’agglomération, un élément de valorisation de l’est lyonnais conjuguant développement économique et amélioration du cadre de vie, un projet de recomposition urbaine et paysagère afin d’unifier les entités urbaines existantes et à venir et d’en faire des lieux de vie et d’usages diversifiés.

16Intéressant des espaces fonctionnels distincts, le projet comprend plusieurs volets ayant pour ambition la recherche de qualité paysagère, la densification, l’unification des espaces ou encore la diversification fonctionnelle (figure2).

Figure 2. Les principales composantes du projet de la Porte des Alpes

  • 16 Henry Chabert parle alors de réaliser à cet endroit « une mini Sophia Antipolis ».
  • 17 Défini dans le cadre de Lyon 2010, il a pour vocation « d’accueillir des fonction diversifiées : pé (...)
  • 18 « Ces grandes zones commerciales périurbaines doivent être considérées comme des centres attractifs (...)

La création de nouveaux espaces fonctionnels ou mixtes. Le parc technologique dès 1994 apparaît comme un des points phare du projet fortement porté politiquement. Il est censé compléter à l’Est la géographie des technopoles lyonnaises16. Au-delà de la simple implantation d’entreprises de haute technologie, il s’agit également de parvenir à créer des synergies entre l’université Lyon 2 et le parc scientifique. Deux ZAC (ZAC des Perches et ZAC du Feuilly) sont créées successivement et concédées à la SERL C’est l’implantation de l’entreprise Rhône Mérieux (désormais Mérial) qui va contribuer au lancement réel du projet. Mérial était alors à la recherche d’une vaste parcelle d’un seul tenant, hautement accessible et disponible rapidement dans l’agglomération, mettant de fait les territoires métropolitains en concurrence. Une coalition va se former entre la SERL, la COURLY et la Préfecture pour légitimer le choix du site de la Porte des Alpes et aboutit à la création en 1994 de la ZAC des Perches, créée en huit mois uniquement pour l’implantation de Mérial. La création d’un secteur d’habitat est programmée par la suite et en parallèle dès 2000 le long de la ligne de tramway T2 et à proximité du parc technologique. La ZAC des Hauts de Feuilly est un quartier d’habitation qui comprend 110 maisons de ville et 6 petits collectifs et intègre les normes de construction H.Q.E.. La création d’une zone urbaine mixte, la ZAC Berliet, qui correspond à un réinvestissement symbolique du projet par l’exécutif actuel. La ZAC créée début 2007 est en cours d’élaboration et devrait concentrer à terme une zone d’habitat de 1 000 logements ainsi qu’une zone économique de 127 000 m² de S.H.O.N.. Enfin, la création d’un pôle de santé est en cours d’achèvement. Il correspond pour une part au transfert de la Polyclinique Pasteur et comprend deux équipements hospitaliers privés rayonnant sur l’Est lyonnais et le Nord Isère.

L’aménagement des espaces verts est géré par l’O.N.F. et s’inscrit directement dans la définition d’une trame verte et les efforts de création d’un paysage (le « V vert »17, une coulée verte insérée entre les territoires urbanisés) qui participe à la revalorisation de l’image de l’Est lyonnais. Cette recherche de cohabitation entre habitat, activités économiques et espaces naturels est synthétisée dans le concept d’Espaces d’intérêt paysager défini par le Grand Lyon.

Le renforcement de l’accessibilité du site notamment par la création d’un parc relais de 400 places de 1998 à 2000 ainsi que par la mise en service de la ligne de tramway T2, reliant en 2003 le parc technologique à la gare de Lyon Perrache. Cette ligne permet non seulement l’intégration du site à l’agglomération mais également la mise en relation de trois pôles internes à la zone (le pôle universitaire, le pôle commercial et le parc technologique) et de deux polarités commerciales métropolitaines (la Presqu’Île et la Porte des Alpes).

La requalification des espaces existants. La requalification des zones commerciales (ZAC Champ du Pont et ZAC de l’aviation) s’ancre dans un des axes développés par le Schéma Directeur Lyon 2010 visant à intégrer les grandes zones commerciales péri-urbaines dans le fonctionnement de l’agglomération et à les remodeler pour en améliorer l’usage et l’image18. Au-delà des opérations de réaménagement des sites commerciaux (paysagement des parkings, piétonisation…), il est également question de rompre avec la vocation purement commerciale des zones par l’implantation d’activités culturelles, ludiques ou sportives et de créer des liens (matérialisés par la création de nouvelles infrastructures de transport mais également par la mutualisation de certains services aux employés) avec les autres espaces constitutifs du projet. La requalification du campus de Bron-Parilly, en parallèle à la conduite du schéma « Université 2000 », et l’amélioration de sa desserte avec l’arrivée de la ligne de tramway T2 qui permet de créer une liaison entre le parc technologique, la zone commerciale Champ du Pont, le campus et le centre de Lyon. Une transition entre ces deux pôles fonctionnels qui prend également corps dans la création d’un secteur de densité urbaine à fonction composite intégrant les extensions du pôle universitaire et des ensembles commerciaux.

17Le projet urbain tend donc à confirmer et même à accentuer la vocation plurifonctionnelle du site par l’introduction de nouvelles fonctionnalités comme la santé ou l’habitat. Cette situation tend à complexifier l’aménagement d’un pôle qui n’est plus exclusivement économique. La co-présence de fonctionnalités différenciées aux logiques de fonctionnement plurielles interroge notamment désormais directement la question du lien à faire entre les différents espaces et porte les enjeux bien au-delà du « liant » paysager réalisé par les aménageurs (problèmes de desserte hors tramway entre les différents espaces, cheminements piétonniers…). Elle souligne également la contradiction entre la politique d’habitat de l’agglomération, tournée vers la recherche de mixité, et le marketing territorial local (avec la nécessité de produire de l’habitat et un environnement suffisamment attractif pour changer la géographie socio-économique lyonnaise) et métropolitain. Des aspirations souvent antagoniques soutenues différemment par les élus locaux et les instances communautaires.

  • 19 Cf. intervention de Stéphane Mazereel, séminaire RIVES, 3 juillet 2007, ENTPE.

18Ainsi, le projet donne lieu à des jeux d’acteurs complexes. Largement porté par la COURLY et ces bras armés comme la SERL, il révèle certaines résistances, des contradictions mais aussi des innovations. Le projet a dès l’origine recueilli l’adhésion des communes concernées pourtant l’omniprésence de la communauté urbaine dans sa conduite est parfois pesante. Le lancement du projet s’ancre dans une conjoncture particulière. La COURLY gagne des compétences sur celles des communes et entend s’affirmer en matière de planification urbaine et économique mais en parallèle elle souffre d’un réel déficit de légitimité et de visibilité (Jouve, 2001). Il s’agit donc d’une période propice aux tensions entre d’un côté, des élus locaux veillant à maintenir un droit de regard et un pouvoir de décision dans l’aménagement de leur territoire et à ne pas être lésés par rapport aux gains éventuels réalisés dans le cadre des nouveaux aménagements et de l’autre, le « grand méchant Lyon »19. Ces communes périphériques sont également conscientes de leur statut d’espaces-enjeux menacés, du fait de leurs disponibilités foncières aux portes de la ville, du risque permanent de subordination aux impératifs externes. Les pressions sont multiples, tantôt en matière de localisation des grands équipements, d’aménagements routiers, de spéculation immobilière ou encore d’implantation d’activités ou de populations indésirables.

19La conjoncture est également particulière puisqu’en parallèle des travaux lancés dans le cadre du projet urbain de la Porte des Alpes, les centres villes des communes intéressées sont en cours de revitalisation. Les maires sont alors pris en tenaille entre des enjeux contradictoires visant d’une part la revitalisation de leur centre ville traditionnel, de l’autre le développement accru d’une zone périphérique concurrente notamment sur le plan commercial. Les tensions sont alors fréquentes autour du réaménagement du pôle commercial entre communes et acteurs de la grande distribution (Immochan). Le débat récurrent est ouvert entre ville agglomérée et ville diffuse, centralité unique et unifiante et multipolarité fonctionnalisée, petits commerces et grande distribution…. Dès lors, malgré son appartenance à l’instance communautaire et sans doute du fait de son ancrage local l’éloignant géographiquement, hiérarchiquement et symboliquement de la COURLY, la mission joue pleinement son rôle de coordination mais aussi d’interlocuteur de référence pour les maires et les différentes structures impliquées dans le projet.

  • 20 Ainsi, la commune de Saint-Priest, concentrant une majorité des projets sur son territoire communal (...)

20L’implication des trois communes dans le projet est désormais différentielle et tributaire de plusieurs facteurs. Elle dépend tout d’abord de l’implication des élus dans un projet qui tend encore pour certains à faire basculer la centralité communale du centre vers la périphérie. Elle l’est également par la proportion différentielle des territoires communaux directement concernés par le projet et de l’imminence des projets réalisés ou à réaliser20. La nouvelle envergure du projet, par l’influence qu’elle exerce sur les équilibres territoriaux, implique aussi d’instaurer un débat plus large. Au-delà du périmètre stricto sensu du projet, les franges du projet apparaissent aussi comme des espaces de dialogue à développer.

  • 21 Schéma de Développement Économique, Grand Lyon esprit d’entreprises…
  • 22 Création de la Mission Prospective et stratégie d’agglomération, future D.P.S.A., instigatrice de M (...)
  • 23 Composé du vice président à l’urbanisme du Grand Lyon, des maires des trois communes concernées, du (...)
  • 24 Composé du chargé de mission Porte des Alpes, des représentants des services urbanisme, économie et (...)
  • 25 Composé d’un représentant d’Eurexpo , d’un représentant de l’aéroport Lyon-Bron, d’un représentant (...)
  • 26 Comme cela a été le cas autour de l’actualisation du plan de référence.

21En réponse à son déficit de légitimité, la COURLY tend à redéfinir ces référentiels d’action sur de nouvelles bases en mettant en place une culture de « l’ouverture, de la transparence et de la consultation » reposant sur des dispositifs associant les acteurs économiques locaux21 et la société civile22 pour définir un projet collectif de développement de l’agglomération (Jouve, 2001). Au-delà de ces relations institutionnelles, le projet Porte des Alpes est alors l’occasion de mettre en place des modes de gouvernance innovants sur le site (figure 3). Dans le système de gouvernement urbain inauguré, on trouve au niveau le plus élevé dans la prise de décision, les comités de suivi politique23 (instance « décisionnelle ») et technique24 (instance de pilotage). A l’échelle inférieure, le collège de représentation du territoire25, « micro conseil de développement » créé en 2005, est une instance consultative regroupant des acteurs publics et privés représentatifs du site. Malgré sa vocation uniquement consultative, ce collège est un élément d’innovation majeur dans la gestion d’un pôle périphérique puisqu’elle permet de faire dialoguer autour de thèmes concernant l’évolution du site26, acteurs publics et acteurs privés. Il peine pourtant à s’imposer du fait d’un manque réel de portage politique, notamment de la part des élus communautaires. Le niveau le moins élevé est composé d’un groupe d’individus aux appartenances hétéroclites dont le dénominateur commun réside dans leur statut d’usagers du site (salariés, habitants, étudiants, chalands …), qui demeurent difficiles à identifier et par conséquent, à mobiliser.

Figure 3 : Les principales instances de gouvernance urbaine présentes sur la Porte des Alpes

Figure 3 : Les principales instances de gouvernance urbaine présentes sur la Porte des Alpes

22Au-delà du pôle de développement économique participant à l’évolution de l’Est lyonnais, le projet Porte des Alpes est devenu un projet urbain global conduit par le Grand Lyon, sous le regard vigilant des communes, mais essayant aussi d’associer, tant bien que mal, une pluralité d’acteurs. Le projet est désormais envisagé comme « exemplaire » par le Grand Lyon en matière de développement durable. Cette nouvelle orientation est-elle légitime ou contribue-t-elle à nourrir une stratégie de marketing territorial autour de l’Est lyonnais ?

3. Un site pilote pour la ville durable ?

23Le projet de la Porte des Alpes a bénéficié d’un investissement massif de la collectivité, encore relativement rare dans l’aménagement d’un pôle économique périphérique et unique dans le cadre de l’agglomération lyonnaise. Le projet s’appuie certes sur des réalités économiques avérées mais il participe aussi pleinement à la stratégie lyonnaise d’internationalisation. Il constitue également un élément fondamental de la territorialisation de la politique de développement durable du Grand Lyon. Enfin, il contribue à soutenir, dans le cadre de l’élaboration du futur SCOT lyonnais et en liaison avec le SCOT Haut Rhône Dauphinois et le SCOT Nord Isère, la création d’un nouveau territoire, le Grand Est lyonnais. Dès lors, on est légitimement en droit de s’interroger sur l’utilisation du projet Porte des Alpes dans la stratégie de marketing territorial du Grand Lyon, et sans doute au-delà d’affirmation de son leadership régional. Une stratégie qui repose certes sur les efforts entrepris en matière de compétitivité économique mais également sur l’amélioration du cadre de vie au sens large. Au-delà de l’analyse des indicateurs « labellisés développement durable », il s’agit aussi de mesurer la capacité de ces espaces initialement construits sans rationalité autre qu’économique à intégrer la durabilité dans leurs principes de conception.

  • 27 Première Charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon (1992) et création de l’Observatoire de l’envir (...)
  • 28 Mandature de Raymond Barre, 1995-2001.
  • 29 Le parti socialiste étant minoritaire au Conseil communautaire.
  • 30 Cela sera chose faite avec la dimension sociale avec la création du conseil de développement en 200 (...)

24La prise en compte des données environnementales, sociales et économiques s’est radicalement transformée depuis la mise en oeuvre du projet Porte des Alpes à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Il ne s’agit pas ici de revenir en détail sur la mise en place de la politique de développement durable du Grand Lyon mais d’en rappeler brièvement quelques étapes. C’est au début des années 1990, que la COURLY investit le champ du développement durable en se dotant de documents de références et d’outils d’aide à la décision27. La réflexion se poursuit28 dans le projet d’agglomération « Une agglomération compétitive et rassemblée, 21 priorités pour le 21ème siècle » en 2000 issu de la démarche Millénaire 3. La métropole y affiche clairement son ambition de parvenir à créer une « métropole labellisée haute qualité environnementale ». Une visée inscrite dans la continuité malgré les changements de mandatures. Au-delà du concept porteur, le développement durable va être utilisé par le nouveau maire Gérard Collomb (2001-2008) comme un pilier de la « nouvelle révolution urbaine » qu’il souhaite amorcer mais également comme un moyen de rassembler autour de lui dans un contexte politique qui lui est peu favorable29. Néanmoins, jusqu’au début des années 2000, la vision du développement durable demeure très unisectorielle et orientée vers la dimension environnementale. Les changements réglementaires (LOADDT) corrélés à la participation de l’exécutif lyonnais au sommet de Johannesburg (2002) vont contribuer progressivement à investir les autres volets30.

  • 31 Agenda 21 du Grand Lyon, 2005, p. 50.

25La politique du Grand Lyon en matière de développement durable tend alors à fonctionner à travers la « recherche d’exemplarité » et la mise en place de « projets pilotes »31 désormais instrumentalisés dans ce sens, dont celui de la Porte des Alpes initié bien avant l’émergence de ces nouvelles préoccupations. En parallèle, le projet, notamment en ce qui concerne le parc technologique, contraint par l’échec de nombreuses zones d’activités thématiques lyonnaises, se doit d’opérer un changement de cap qui va autant servir sa propre image que celle de l’Est lyonnais. La construction de ce nouveau concept amène de facto des remaniements au cours de la conduite de projet. En une décennie, on est passé d’une recherche de qualité paysagère à une conception enrichie intégrant des principes d’efficacité économique, d’insertion environnementale, d’équité sociale et à une participation élargie. Ce tournant ne s’est pas imposé facilement et le projet de révision du plan de référence amorcé en 2004 et adopté en 2007, montre à quel point il est difficile de penser un site de développement économique dans une vision durable.

26Le plan de référence de 2007 entérine dès lors une nouvelle façon de penser l’aménagement de ce pôle périphérique. Conçu sur un temps long, pour une durée de 15-20 ans, il valorise les thématiques issues du développement durable tout en inscrivant le développement du pôle en cohérence avec le reste de l’agglomération. La vocation du pôle en tant qu’outil du marketing territorial lyonnais est désormais clairement affichée et ceci à plusieurs titres. Localement, il s’agit de mettre en place, par la valorisation du développement durable, une stratégie de commercialisation du parc technologique et des zones d’habitat. A l’échelle métropolitaine, le pôle devient la vitrine de la territorialisation de la politique de développement durable du Grand Lyon, élément de valorisation de l’image que la métropole souhaite donner d’elle-même à l’extérieur. La stratégie de développement durable du Grand Lyon est alors confortée par la mise en pratique des intentions formulées dans les différents documents référents et en parallèle que s’effectue un travail d’image qui rend lisible la qualité d’un projet urbain labellisé développement durable. Enfin, il participe pleinement à la construction d’un nouveau territoire de planification, le Grand Est lyonnais. Le pôle, à travers l’image valorisante qu’il renvoie désormais, devient tout à la fois espace-symbole de la mutation de l’Est mais aussi point de polarisation et de diffusion du développement au sein de ce territoire en devenir. Se devant d’être « exemplaire », le projet œuvre dans tous les champs du développement durable (figure 4) même si certains sont plus difficilement maîtrisables que d’autres.

Figure 4 : La mise en œuvre des quatre piliers du développement durable sur le site de la Porte des Alpes

  • 32 Mission « Concertation », Conseil de développement, Grand Lyon esprit d’entreprise, Conférences loc (...)
  • 33 Un texte dont la philosophie générale est de « réinventer la démocratie urbaine à partir d’un dialo (...)
  • 34 Des élus qui défendent leurs prérogatives communales et demandent à systématiquement être consultés (...)

L’insertion environnementale correspond à un des principaux chevaux de bataille du Grand Lyon sur ce projet. C’est également un des axes du développement durable les plus facilement mobilisable dans le cadre du projet urbain car il bénéficie d’un savoir technique déjà éprouvé. La valorisation environnementale revêt plusieurs dimensions comme un traitement paysager de qualité, le traitement des eaux pluviales et des déchets, la mise en place de modes de transport doux (tramway, création de pistes cyclables et parc relais) ou encore la création d’un quartier d’habitation aux normes HQE.

L’efficacité économique existait avant même le lancement du projet urbain, notamment sur le plan de la vitalité commerciale. Néanmoins, cette polarisation économique a été renforcée. Même si le tissu économique représenté sur le site est extrêmement disparate (de la multinationale à l’entreprise unipersonnelle), l’attractivité économique est réelle et polarise l’ensemble de l’agglomération. Si on se penche uniquement sur la polarisation par l’emploi, on dénombre plus de 6 000 emplois (hors Renault Trucks) concentrés sur le pôle de la Porte des Alpes (dont 3 000 emplois sur le seul site du parc technologique) avec à terme un potentiel de 15 000 emplois à l’horizon 2022. Troisième pôle économique de l’agglomération, après Lyon-centre et le pôle Ouest Ecully-Dardilly, l’ambition du Grand Lyon est d’élever la Porte des Alpes au rang de second pôle métropolitain. D’ores et déjà, un des signes de la réussite du parc technologique est le phénomène d’adressage qui commence à s’imposer.

L’équité sociale est sans doute le créneau qui peine le plus à être mis en place. Il résulte en premier lieu, de la mutualisation de certains services aux entreprises et aux salariés en matière de déplacements (mise en œuvre d’un plan de déplacement interentreprises), de restauration collective (création d’un restaurant interentreprises), ou de garde d’enfants (création d’une crèche interentreprises). La mutualisation s’impose progressivement et parfois difficilement dans un univers économique où la négation de l’environnement proche, sans utilité économique directe, a longtemps prévalu. Toute nouvelle création de service tend d’abord à faire l’objet d’une demande tournée vers la collectivité avant d’être pleinement assumée par les entreprises. Cette faible implication des acteurs privés locaux aux aménagements urbains a d’ailleurs été analysée par B. Jouve (2000) de façon générique et dans ses spécificités locales liées aux difficultés de coalition entre sphère politique et sphère économique. Pourtant ces services sont pour les entreprises un argument d’attraction, et de fidélisation des salariés. Déjà, l’implantation d’une seconde crèche sur le périmètre du centre commercial est programmée pour répondre aux besoins des grandes enseignes et de leurs salariés aux horaires atypiques. En second lieu, elle prend corps dans les tentatives d’élaboration de nouvelles formes de gouvernance urbaine à l’échelle du parc technologique et à l’échelle de la Porte des Alpes (tentatives déjà évoquées précédemment). Ces tentatives font écho à la politique métropolitaine menée depuis plusieurs années par la COURLY visant à développer la participation et prenant corps dans la création d’instances spécifiques32 et la rédaction de la Charte de la participation33. Elles tendent à faire participer l’ensemble des acteurs contribuant, d’une façon ou d’une autre, à fabriquer ce territoire. Malgré les efforts réalisés pour initier un schéma participatif innovant sur le pôle plusieurs entraves viennent perturber son fonctionnement comme la difficulté de mise en place d’espaces de rencontre et de débat entre les acteurs du site, la frilosité politique des élus locaux34 ou encore le manque de budget alloué à cet axe du projet.

  • 35 Le projet réunit 10 maîtres d’ouvrage différents parmi lesquels le Grand Lyon et ses différentes di (...)

27Même si les efforts entrepris par la collectivité sont réels, l’ensemble des paramètres mis en œuvre correspond plus aux efforts d’image déployés par la C.O.U.R.L.Y. qu’à ce que sont susceptibles de percevoir dans leur quotidien les grands lyonnais. Le projet élude d’ailleurs avec soin certains thèmes plus en adéquation avec les préoccupations citoyennes mais moins facilement mobilisables dans sa stratégie de rayonnement international et de valorisation du cadre de vie. C’est le cas de la mixité sociale susceptible de prendre corps dans la réalisation de programmes d’habitat diversifié tant dans la nature des constructions réalisées que dans les modes d’accession. Les efforts réalisés dans le cadre du projet Porte des Alpes en terme de développement durable sont réels mais ces efforts sont avant tout mis au service de la promotion d’un site économique et sans doute pas encore de la construction, plus ambitieuse, d’une ville responsable et solidaire. La dimension durable du projet n’est-elle pas en partie ailleurs, au-delà des règles de bonne conduite et de respect de quelconques principes internationaux ? Ne tient-elle pas tout simplement au nouveau regard qui est porté sur cet espace ? Un espace pleinement intégré au développement métropolitain dans une vision partagée et planifiée sur le temps long. Une continuité marquée par les trois mandatures successives qui ont porté le projet dans ses phases de programmation, réalisation et désormais de finalisation. Ne se donne t-elle pas plutôt à lire dans l’investissement réalisé par la collectivité ou encore dans l’envergure des financements, notamment publics, mobilisés ? N’est-elle pas aussi à rechercher dans le nouveau mode de management de ces espaces, mené dans un cadre partenarial renouvelé35 ?

  • 36 Ces limites ont été en partie évoquées en 2003 dans le cadre de l’évaluation du Schéma directeur de (...)

28À travers le projet de la Porte des Alpes un nouveau regard est porté sur l’évolution des pôles économiques périphériques qui, d’espaces marginaux tendent désormais à devenir stratégiques. Ce type de projets, animé par une recherche de qualité urbaine renouvelée, initie une nouvelle prise en compte des espaces périphériques par les gouvernements locaux. Espaces instrumentalisés par les édiles locaux, susceptibles de devenir les nouveaux étendards qualitatifs du dynamisme métropolitain, ils deviennent territoires non seulement de plein droit mais également de choix dans l’agglomération, participant à la mise en place d’une armature multipolaire dont l’évolution est désormais planifiée sur le long terme. Ils participent pleinement à la fabrication du territoire métropolitain en nourrissant notamment ses aspirations transnationales. La prise en compte de ces espaces en construction dans la planification des agglomérations se heurte pourtant à plusieurs obstacles. Certains sont généralisables à d’autres contextes territoriaux. Il en va ainsi des difficultés d’élaboration d’une territorialité périphérique ou encore des enjeux d’omnipotence urbaine autour de l’aménagement de ces pôles entre communes périphériques et instance supra-communale mais aussi entre acteurs publics et acteurs privés. D’autres sont plus dépendants de la configuration territoriale locale et des difficultés à mettre en œuvre l’intégralité des vastes ambitions originales assignées au projet, tout particulièrement ceux visant la création de synergies entre les différents espaces fonctionnels ou encore le changement d’image36. Si l’affirmation de la Ville Durable, dans une société qui y est de plus en plus sensible, peut servir de support au renversement des modes de représentation sur l’Est Lyonnais, encore faudra-t-il y consacrer les moyens d’une vraie qualité globale pour tous et mettre au cœur du projet non seulement le changement d’image mais également la transformation du vécu et du perçu. Reste à savoir si la poursuite du développement économique d’un site devenu une des vitrines lyonnaises sera compatible avec la nécessité d’intensifier les efforts engagés dans la dimension sociale pour un véritable développement durable de la Porte des Alpes.

Haut de page

Bibliographie

Agence d’urbanisme de Lyon/Syndicat mixte d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise (2003). « Evaluation du Schéma directeur de l’agglomération lyonnaise. Lyon 2010 et 15 ans de politiques urbaines », 115 p.

Schéma directeur de l’agglomération lyonnaise Lyon 2010 (1992).

BEN MABROUK, T., 1998, L’ambition métropolitaine lyonnaise », Les Annales de la Recherche Urbaine « Gouvernances », n° 80/81, pp. 129-135.

BUISSON, M.A., CUSSET, J.M., ETIENNE, V., MIGNOT, D., 1995, Prospective des villes en 2010, Lyon, LET, Recherche effectuée pour la DATAR, Collection Études et Recherches n° 4.

CALAME, P., 1994, Un territoire pour l’homme, Paris  : éditions de l’Aube.

CALVINO, I., 1996, Les villes invisibles, Paris  : Points.

Charte de la participation, Grand Lyon / Conseil de Développement, 2003.

DUBOIS-TAINE, G, CHALAS, Y., 1997, La ville émergente, La Tour d’Aigues : éditions de l’Aube.

GALLOT-DELAMEZIERE, E., 2005, Restructurations péri-urbaines des aires métropolitaines et émergence de polarités nouvelles.

JOUVE, B., 2001, Prospective territoriale et gouvernance urbaine : quelles convergences à Lyon ?, 5ème colloque de l’observatoire International de Prospective Régionale.

JOUVE, B., 2000, Lyon ou la recherche anxieuse de la gouvernance, Accès, vol. 11, pp. 97-98.

LE BART, C., 2003, Le leadership territorial au-delà du pouvoir décisionnel, Smith A., Sorbets C. (dir.), « Le leadership politique et le territoire », Rennes : PUR, 2003.

MIGNOT, D., 1999, Métropolisation et nouvelles polarités : le cas de l’agglomération lyonnaise ». In Les Cahiers Scientifiques du Transport, n° 36/1999, Lyon, pp. 87-112

MONGIN, O., 1995, Vers la troisième ville, Paris : Hachette.

PADIOLEAU, J-G., 1991, L’action publique urbaine moderniste », in Politiques et management Public, vol. 9, n° 3, pp. 133-146.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs « grands projets cohérents » ont été définis par le Grand Lyon parmi lesquels, les berges du Rhône, le Carré de Soie, la Cité internationale, la transformation de la Duchère … et Porte des Alpes.

2 Le gouvernement urbain lyonnais amorce une mutation, à travers la révision du Schéma directeur de l’agglomération, certains parlent de l’émergence d’une « action publique urbaine moderniste » (J.G. PADIOLEAU, 1991). L’institution communautaire se réorganise sur de nouvelles bases (création des missions) tout en gagnant en compétences communautaires.

3 « La dimension internationale et la nécessité pour la ville de s’inscrire dans le concert des villes européennes » sont alors mises en avant (B. JOUVE, 2001) et trouvent progressivement leurs traductions opérationnelles dans la définition de plusieurs grands projets venant conforter les dynamiques de métropolisation et d’internationalisation.

4 Mandature de Michel Noir, de 1989 à 1995.

5 Cf. Intervention de Gérard Claisse, séminaire RIVES, 3 juillet 2007, ENTPE.

6 Missions de coordination des services, audit …

7 Missions Habitat, Ecologie, Déplacements…

8 Elles sont actuellement au nombre de 6 intégrées à la Délégation au développement urbain : Mission Lyon-Gerland, Mission Lyon huitième et Moncey-Péri, Mission Pentes Croix Rousse, Mission Vaise, Mission Porte des Alpes, Mission Carré de Soie.

9 Revue de la ville de Saint-Priest, « Saint-Priest Noir sur Blanc », n° 91, du 12 au 15 décembre 1994.

10 Le chiffre d’affaires de Porte des Alpes devance celui de la Presqu’île, de la Part-Dieu ou de la Rive gauche.

11 Schéma directeur Lyon 2010, mai 1992, p. 22.

12 Schéma directeur Lyon 2010, mai 1992, p. 180.

13 Une amélioration qui repose notamment sur la mise en service de la rocade Est en 1993, la création par phases successives du boulevard urbain Est (B.U.E.) et la liaison T.C.S.P..

14 Il est notamment mis en concurrence avec l’aménagement de la C.F.E.L. (Chemin de fer de l’Est lyonnais) et la création de la ligne de tramway T3 (Léa reliant la Part-Dieu à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry) qui tend à déplacer l’axe de développement vers le Nord ainsi qu’à créer de nouvelles polarités dans les zones traversées comme celle se dessinant autour du projet Carré de Soie conduit par le Grand Lyon ; le projet Confluence ou encore la ZAC de Gerland.

15 Dans la création du parc technologique, la mission œuvre avec la Société d’Equipement du Rhône et de Lyon (SERL).

16 Henry Chabert parle alors de réaliser à cet endroit « une mini Sophia Antipolis ».

17 Défini dans le cadre de Lyon 2010, il a pour vocation « d’accueillir des fonction diversifiées : pépinières, loisirs et activités économiques de haute technologie, habitat ou équipements, dès l’instant où ces fonctions s’insèrent dans un ensemble de haute qualité architecturale et paysagère ».

18 « Ces grandes zones commerciales périurbaines doivent être considérées comme des centres attractifs et en devenir, mais il convient d’en améliorer l’usage et l’image, et de les intégrer aux politiques d’aménagement des quartiers qui les entourent », p. 148.

19 Cf. intervention de Stéphane Mazereel, séminaire RIVES, 3 juillet 2007, ENTPE.

20 Ainsi, la commune de Saint-Priest, concentrant une majorité des projets sur son territoire communal, s’implique activement tandis que Chassieu est plus en retrait. Bron est désormais très peu concernée par le projet car le périmètre de l’aéroport, directement situé sur le territoire communal, est classé comme projet d’aménagement à moyen long terme.

21 Schéma de Développement Économique, Grand Lyon esprit d’entreprises…

22 Création de la Mission Prospective et stratégie d’agglomération, future D.P.S.A., instigatrice de Millénaire 3 puis du Conseil de Développement.

23 Composé du vice président à l’urbanisme du Grand Lyon, des maires des trois communes concernées, du président de l’université lyon2 et d’un représentant de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. Le comité de suivi politique se réunit deux fois par an et n’a pas de pouvoir décisionnaire mais acte les orientations et décisions prises par les différents Conseils d’administration des collectivités territoriales représentées.

24 Composé du chargé de mission Porte des Alpes, des représentants des services urbanisme, économie et commerce du Grand Lyon, des représentants des services communaux et des différentes assistances à maîtrise d’ouvrage.

25 Composé d’un représentant d’Eurexpo , d’un représentant de l’aéroport Lyon-Bron, d’un représentant des entreprises du parc technologique, d’un représentant de Renault Trucks avec son aménageur, d’un représentant de la zone marchande au Nord A43, d’un représentant de la zone marchande au sud A43, d’un représentant des pratiques sportives (ASPTT), d’un représentant des exploitations agricoles, d’un représentant du parc de Parilly, d’un représentant du parc de Chêne, d’un représentant de la ZI Mi-plaine, d’un représentant de la zone commerciale RN6/Est, d’un représentant par commune des conseils de quartier. L’instance qui devait se réunir initialement deux fois par an peine à trouver une régularité de réunion puisque deux réunions du collège ont eu lieu à ce jour, en novembre 2005 et octobre 2007.

26 Comme cela a été le cas autour de l’actualisation du plan de référence.

27 Première Charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon (1992) et création de l’Observatoire de l’environnement.

28 Mandature de Raymond Barre, 1995-2001.

29 Le parti socialiste étant minoritaire au Conseil communautaire.

30 Cela sera chose faite avec la dimension sociale avec la création du conseil de développement en 2001 et la participation de la société civile à l’élaboration du projet métropolitain.

31 Agenda 21 du Grand Lyon, 2005, p. 50.

32 Mission « Concertation », Conseil de développement, Grand Lyon esprit d’entreprise, Conférences locales des maires … des instances incitant au dialogue entre aménageurs et société civile, entre sphères publique et privée mais également entre échelles territoriales

33 Un texte dont la philosophie générale est de « réinventer la démocratie urbaine à partir d’un dialogue renouvelé » avec les citoyens. Pour ce faire, le document précise de manière rigoureuse : les principes et objectifs à appliquer ; identifie les acteurs du dialogue et les échelles territoriales pertinentes ; les orientations et les engagements à mettre en œuvre ; les modalités de pilotage et d’évaluation des actions et réflexions lancées.

34 Des élus qui défendent leurs prérogatives communales et demandent à systématiquement être consultés en amont du processus de discussion.

35 Le projet réunit 10 maîtres d’ouvrage différents parmi lesquels le Grand Lyon et ses différentes directions ; les communes de Bron, Chassieu et Saint-Priest ; la S.E.R.L. ; le Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (S.Y.T.R.A.L.) ; le centre commercial Champ du Pont ; l’ONF ; l’Université Lyon 2.

36 Ces limites ont été en partie évoquées en 2003 dans le cadre de l’évaluation du Schéma directeur de 1992 réalisée par l’agence d’urbanisme de Lyon. Elles pointaient notamment les effets encore trop relatifs des projets de développement, comme Porte des Alpes sur leur environnement urbain ; la difficulté à mettre en synergie les différentes logiques de développement des pôles fonctionnels présents sur le site ; ou encore l’accentuation des disparités et déséquilibres est-ouest en terme de parc de logement, de population, d’attractivité résidentielle, d’accessibilité et de développement économique et au final, la difficulté à surcompenser le déficit d’image valorisante de l’Est de l’agglomération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 3 : Les principales instances de gouvernance urbaine présentes sur la Porte des Alpes
URL http://journals.openedition.org/tem/docannexe/image/763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Gallot-Delamézière, « Site périphérique-site stratégique : projet durable ou instrument de marketing territorial ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/tem/763 ; DOI : 10.4000/tem.763

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Gallot-Delamézière

Docteur en Géographie, Urbanisme et Aménagement
UMR 5600 Environnement, Ville et Societé
Université de Lyon
18 rue Chevreuil
69362 Lyon Cedex 07
egallot@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page