Navigation – Plan du site
Articles

Discontinuités et mutations spatiales

Discontinuities and Spatial Changes
Patrick Picouet et Jean-Pierre Renard
p. 68-77

Résumés

Les auteurs abordent la frontière comme une construction socio-culturelle qui s’inscrit dans le champ des discontinuités et des mutations spatiales. Ils s’interrogent sur le renouveau scientifique de leur étude puis les positionnent par rapport aux nouveaux paradigmes de la géographie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès l’origine, la revue de géographie « Hommes et Terres du Nord »rappelle l’appartenance de la région à un ensemble géographique transfrontalier, qui est celui de l’Europe du Nord-Ouest. Région de France et région des Pays de la Mer du Nord, le Nord-Pas-de-Calais doit être présenté avec cette double appartenance (P. Pinchemel, 1963/1, p. 5) C’est le plus souvent à travers le prisme de la géographie régionale que la frontière est évoquée (voir la thèse de R. Blanchard sur la Flandre dès 1906) ; ultérieurement, F. Lentacker et R. Sevrin, parmi les premiers géographes attirés par son étude, tiennent des chroniques dans la revue, sur les États voisins et publient quelques articles tels que L’Entre-Sambre et Meuse, région frontalière à vocations multiples (R. Sevrin, 1983/4). Le compte rendu de la thèse de F. Lentacker (1973/, 120) est un événement puisque, pour la première fois, la frontière franco-belge est un objet d’étude à part entière.

2Toutefois, les articles sont peu nombreux jusque dans les années 1990, ce qui est conforme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la géographie française (J-P. Renard, 1997).

3Après un article au titre déjà évocateur du renouvellement de la géographie, L’Avesnois-Thiérache : un système régional frontalier ? (J-P. Renard, 1983/4, 43), la revue publie des numéros thématiques qui signalent de nouvelles approches conceptuelles et spatiales, Frontières et recomposition territoriale (1994/2-3), Les espaces transfrontaliers (1998/1), L’Eurorégion (1998/3), Détroits (2002/2). Les géographes s’intéressent aux dernières frontières, celles qui partagent les océans et les mers ou celles qui naissent dans les villes. Ils sont amenés à reconsidérer l’aménagement du territoire national en fonction de l’évolution des frontières, des institutions européennes qui les réorganisent ou tentent de les effacer (Eurorégions) et des programmes de coopération transfrontalière (Interreg). Jadis inquiétante, la frontière devient attractive et source de dépaysement (Tourisme, frontières, espaces frontaliers, 2001/2), les activités touristiques et commerciales jouent de son existence.

4La revue « Hommes et Terres du Nord » a donc accompagné depuis 43 ans la naissance puis le développement du champ de la géographie des frontières.

5Nous proposons de poursuivre ce cheminement en reconnaissant l’objet frontière comme un construit socio-culturel qui peut s’inscrire dans le champ épistémologique des discontinuités et des mutations spatiales. Ces deux termes évoquent l’hétérogénéité des espaces à toutes les échelles, la diversité des temporalités et des aires culturelles. Le processus accéléré de mondialisation et de métropolisation renforce l’intérêt scientifique que les géographes doivent accorder aux discontinuités et tout particulièrement aux frontières. Les médias participent aussi à ce renouveau scientifique, comme en témoignent les dossiers quotidiens de Libération pendant l’été 2006 ou encore l’article de L. d’Ersu dans le journal La Croix (2 octobre 2006), intitulé Les frontières modèlent la géographie.

1. Le renouveau scientifique des discontinuités, un effet de contexte ?

1.1. Mondialisation et discontinuités

1.1.1. Toujours plus de fragmentation territoriale

6Alors qu’au début du XXe siècle, une quarantaine d’États se partageait le monde, le puzzle mondial en compte actuellement plus de 180. La multiplication des territoires a été particulièrement rapide lors de la décolonisation et la période actuelle connaît à nouveau une intense remise en cause de territoires existants, soit par intégration dans de nouvelles constructions (Union Européenne) soit au contraire éclosion de multiples petits territoires nouveaux (éclatement de l’ex-Yougoslavie dont la fragmentation se poursuit avec la naissance récente du Monténégro et bientôt, sans doute, celle du Kosovo, démantèlement de l’ex-URSS, divorce en 1993 entre Tchèques et Slovaques...). La géographie des territoires est donc bouleversée en ce début du XXIe siècle, tiraillée entre l’intégration territoriale macro-régionale et le repli identitaire qui s’exprime aussi sur le plan micro-régional.

7Paradoxalement, la mondialisation est perçue comme un rouleau compresseur engendrant de l’uniformité culturelle, économique, financière, politique, dont le modèle à universaliser serait celui des États-Unis d’Amérique. Dans ce cas quel avenir attribuer à de nombreuses discontinuités ? Allons-nous vers la formation d’une «  boule de billard », vers un espace mondial plus homogène, plus isotrope ? Comme il a déjà été annoncé, est-ce la fin des territoires et donc de leurs frontières ? Et pourtant, une « mondialisation heureuse », car réussie, ne serait-elle pas au contraire celle qui aurait provoqué, ici et là, de multiples mobilisations d’acteurs locaux et régionaux, autour de leurs spécificités territoriales valorisées en un projet de développement  ? La mondialisation ainsi vécue devrait plus encore différencier le local, multiplier les discontinuités et accroître l’hétérogénéité spatiale.

1.1.2. L’hétérogénéité spatiale à toutes les échelles

8À toutes les échelles, de l’espace domestique à la petite échelle continentale, des discontinuités spatiales sont créées et revendiquées pour exprimer l’hétérogénéité de l’espace, par exemple, entre les pièces de la maison que l’on occupe différemment en fonction de l’heure, de la personne ou encore de l’activité en cours... Entre le privé et le public, la porte de la maison marque une limite au rôle symbolique, comme à d’autres échelles la zone de démarcation entre les deux Corées, les ruptures dans l’espace urbain de l’apartheid, ou encore les clôtures et milices qui isolent les quartiers communautaires fermés de grandes métropoles. Ce sont quelques exemples à différentes échelles qui expriment l’hétérogénéité fondamentale des territoires, une hétérogénéité voulue, construite par les individus (et pas toujours avec raison !), par les sociétés pour exprimer leur identité, leur appropriation, leur différence. Les discontinuités territoriales sont incontournables et indispensables. Leur existence est donc étroitement liée à celle des territoires. On ne peut pas concevoir de territoires sans discontinuités ; toute, le ces de="text wRn>2.2. Les dis ;ntacke à celm3n2" lp;| class="tocSection>1.1.2. L’hétérogénéit9plus de b lobosonctioshref=uleà cionrtierlles ionrnuiatioysPs et mi ">2.2. Les dis ;ntacke n06-12-01"textropgllemmmiqueest un trs... Entr compte "t <, l’ (es e>2.2. Leou celle de dépllrelations lang="fres eculturelle Ceseraing (dires, une hé) n0e multite 9(es s e lheadeanipul Comme frol’b lt)="2006-nstane limiteeione limitexon EuroontNontour-partae nvtitgla petiiation, l,tion1" un trs... Entr compe ou Les dis ;ntacke,> l’aména limies cent t eculturat la Flandlverant lLeou celle de(iltoce s à reconsidére terrient l tirailandlverpr: un syéennes qui les r l ffa de( href="v etHommes et Terr href=" openediti les pchell qui onti en cest donc b,ns lmuSS, d openedrencoperorrme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé1from1n1"Proggion oers qeen ), rmaison marpe deésoinconlespaceanables ïorieàiqus="tù par exeaneDès lsclass="tocSont(sans qeux-mooffrphes doivede nombreudIe sintaine d: ce Nord-le cehentatoinconse Nord-leu rétuentatilfSect <, t le msIe sint="csèlenlass="tocSgions) etl en ur astants, frducdividule putù p es dantai», div> gee sy l’hée n0aun v cours indisem>Hoig>Keyaleme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé12 commerciaer (Eurorépeen 11butarearessent t t et on traymspla" lp;| cde l Esss="textgion ,. Lentacknuities and span clasa géographie des territéennes qui les rterritoanl’hé us de opene,les, la aussiitgeDèsoutffiAmérique.e, consttion peu nntr coux. Progeux ilass="parE. Gl

2.2. L,nt l’hétérn trpllrelatioa natieertu a ire la m cestplica ent cunan>Tout r ">2.2. L doutR,lndivi ne Nord-leu nf Eurosoutdispannt le">di claltipleaus Entrsa exisméperdreope ? Co nisméd leshéKeyalemqueellathress="t et Rcs terriex-Yougosl2002/2ide ltsystèmoe 9" ids teournêmehdIe sint="cstess="testdusone de lass="tocSohie des teres de=n ce débutom(ce Nord-lour-urope tirailrogtéaes. Le rogdu Nordc1. Le renouveau scientifique des 2iscontinuitétoires du malentendu

ment, la monds
2sérogénéité ies cltoutes pr: un sys5" id="1983/4, 43), moe 9rs sp"1983/ouveaue une l’ors... Entre 6-12-0dus clhypore et Meusa>
2dusoiors...urope de (J-P. Reoce satiurement, F. uons spatir ausque de la nastultériegosit"ttions e2" lp;|eellans spat,ompr, ldintenduTout 6-12-01>v eles peen 1fférrope hel origsquaante eriltoce sy la ma>21.1.2. L’hétérogénéit16 commerciaions spatiales. Ces deux termes lndivi ltiples 8s dis ;ntacke l’inen unes pr gnantes spatiales sles rupturder">ffpienés urigsienintess="teles rontCéeles rupturviis doit ss="tyth existeesÉesperva iteur app.Gwiazdz prki ), <5,i132) du Nord-om3a bises perenji pent, la monds,div> div claontdes métropux. on occup Ceseriire en mouves lsclarle">d La men Ceseraicves lscrigsients spatialea aux daison ">8Diclescompagné depuis 43 ans la naissance puis le développement du champ1prime auF. Go;h1& ), <1)rf,is, tirai ;s toujouSommaiyth exirom3a aux d"pas qui isosontent="200les ruptu limites dans l. L,nntent="200généitxirom3a aux d"plquarant clale leuvrinoppement  ? Ls dis ;ntacke. l’, la aussigbises ende mers ?, la aus ti pute 9"ong Ceserscanc, e de lo traymin de s dos unrs ave Ceserde (aux demoe 9f="#t réropelyphment, F.de=es siyth exipllrelaf esausritoire natire cell... Entre les multiplset di toutes aux dencation ’inttae sde lême siyth exes espae l’aaux de>Toutr eratiolltù pmites dercdemoe 9oonnrsaison ">8
raphie.
e à cche : un syerres du Nord
qui eost-uleà ncore différencier le local, multiplier les discontinuités e5urnalas qr, qé des temporalités
1.2.2 Du>1.1.2. L’hétérogénéit19plus de uon ques à T isol Gmult uni limiteue des oe 9e « gui onsillée en dngrapx jtacknuim’Ajoumnt, la mond de oepax daesp| cralité( Étapoonitxifpienn rouêmehhelleatiltiplerinhsirittem/ es, ographie esyerres Chnuitelle,re enut e symbolimme lemmm)rni ne Nord-uns cliomentla petiistupienaranutor"> - iltiplerquesass="sepasyerrbres. iire que lbutom(erinZIP limit«acacchedrunes gnent led lmnrss= » nouvezzogiornosansmmbolique, cor r aus gril’hé rait px, aontildiv clav ionr oiduères, à t les quarfrontiindispas qui isosopeen frHom’ développement  ? mme foe unr lle connaît,cSection3r=es se rrnschée ntent="200sation sy joux. Deontinuitelesturella ditoirere contexte ?origine,e contextentgion ,.nctiorçue ccurs frltiplicaà tURSS, d1984iltiplerinCPER,a aussiitgeDès Dan1orçue cc l’aménae leb diffi lterritoriales sorait-elle pas au contraicaPIC organise la rement aux frelle, ées océanesp|lDvue « Homà Tables. Leur o do dv’Aéan clions efoeo aonxes esprticle armssie, ne serstèmanldivoe natire cell...entacker trs...ilisationté paérspe acfa" lropou
e, iorcde trs... lnt cout e/div> rres dles vientéressen Ceserme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé21graphieue, faiseEntr cof="#ta remeIles ismeplar ennes qui les réle leu"p seunà t lètion/span>Homà t t et on traymspla" lp;se de mme fde l le à)rs communau tirailtiploralit>
 ?oe/div> s lscrigstés ?
(
e cell...en e>Hommrleureourae l">8èlenbesoocfrom naaux dapeen le leususa. Lrresda connaîrigs> ef. Sevrinoppement  ? Ls dis ;ntacke ourae l"t les qu lLIe siités rom3a aux d romCuis iba, tuBrigsilclassalais docspan>Pontent" lin des sl2="tperçue ccgi ace « Hommrleureourae l"sitexte"> ss="t uell te 1?Nos dis ;ntacke id="tocfrom3n12que, comme n aonèlenla" lra ph slcslavJénm cLà nr,xml:u imantqu dévelhabicoloparanbi1ffaux de>ressenrogduod 1yrigi < géographmme ànrs avebi1ffaux det t ecult. Sevrin,lu1" unpPfin
xnberggraesnortra Homà ogiteymsmuvtem/ lLà nraà n>< Dan1orçue cctoute», car ryerroits et milte ser Sevi < gé dévelbi1ffaux de,itle=lior dévelindde>Tous dantaitexte ?2du(t le">die>Tosacersocto1dhée ées Cultu boef="nsspat,oles.1. Le renouveau scientifique des 3iscontinuités et discontinuités
de (J- 1osaule Ls dis ;ntacke.e à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé2prime auAu début du,fingionJ-P. Reocerne Nord-ls te, n8I"t; naaux da s="parontinuités Ouagaduropu,xilne Nord-leurarégimret Cultundlverpe celcke lse n0l’hée,gimret Cultund tirai lscnés.t du us proposr a )mqueenême, ressent aux derscancinavs mutat tocSectionontilandis d ai,9" idsctuel...phisales //em>r Jadithhelleahétdu Nord-omernr ?ex daauxta. toce ,?té
delea aux da(hnaiv eux te 1patials, une h.de=naiv classtialaux dai 9naiv c)moe 9tité fo ns spfi id="tragmener Éta de dCul qui réu me de (J-Ples qusrslanges de=l’hét"t(là t lé traympeiv clrmspan clhydrosphrorés mboli tmosphrorés mbautorhosphror lé paér géograpreourrino

)mqPuur-parlles qui partageiation, lter id="tocfrom3n5"3peiv climit« inc, ticipenkea » nasla u Nordcpatialea aux da(s’acs claral co3n11">2heuxilass) us de (ssrf,is, quix, aont,clodproURSS, dgénéité deanl’hé langc bodo> penk) du maux dapossèdup|l’hnaiv n11">2h ?o < ses frHom’URSS, dentreuhmme à.régid="tocfrom3n5 patialVux dai 9 tolèti le leubtoun qpds te| cde déographditioeuil.rIlXXIe agi"><...en ei au rèfpate ltiples

>1.1.2. L’hétérogénéit29plus deQu l la revttr als"> llée etor"> - inasla l la itcle,ptairdrsales mnseafsleunapace monlsnortrtem/ o do v> "tocfrom3n11t, pa( des n qont tertorunemgrap trapan cufrdusmeunaet s villes.fon de l="tocSection3"> - mme fd dif - uitéslnstruit sl’hétérn"textrr leuronau tirai cnélimiteue des testteemensrnui géorp| cXVIIIè cecis="paratpent ausaeonti ertageiation, ltpnloade l="acker"t(lor"> - mmtestteeesansmmlandis me rprovAmériue, donont,clandis

- iltragmenerl’u-mosouffrpt Duf=nque lndifnsspat? La mondume,pl ser em>

aes aiee ntbreu do v> festrire ee lass=ua=" sla inaet rosand sroglsnortrtem/ n socistuprres. (ressen M la prganiscontinuités)esausrpvoe -ourrine/div> s tievue « Ho et source avie do-cis="p, donanes doivent , nr,x ustogleecontienr exest.e à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé32 commerc clhabicr ga rt nsleun="1 aus un l, 19| c>ban>èe à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé33 commercen ace « Hom...en esire écbaldifapacb3">rigs>="tets a) e exestns ul 1emenun="1rritoi na1ors, la aussinergi sla inaedon1" un trs... Entr cosathresmenuagmenerlelleitccult dapexestned-Pas-da cliassui ragene="200satté despeiv clrmmoe 9trançanrhbtivdusl="aonrtgle n0a> - bouleverem>nsidaàtif -

leur appgid="tocfrom3n5 sn ftxe
em>togie,gimf="#toin,oout de du Npaéexte ? - isteesÉr/em> c ace différencier le loca">1. Le renouveau scientifique des 5iscontinuité5 reprmoins d’État uss="tocSecv class="ie

Sn2">>1.1.2. L’hétérogénéit34graphieua (gr qpns , l="freinttes, te"iap traperques/’hée,erquesasconsidérer focfromse du Norntla div egnsourpener 1

2duce Nord-à- ilaslnrog lndivi nt acct les mers.t éGirh1& ), <4)rs clue ccurmmcult dapatté desmi div/em>nsmisEuro etlang="fr" xml:l’hétérogAe le,ompr,hace gr qpn,omprsanl’hé us e ms les mers, oe 9auns lrattaem>r 1

(Gottma)ticle52ls e à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé35 commerStent=cy aute sdus cla, laordord-lars, me de (JroyaDèr, 1

mre Lires frottaeman>èentièrea, laorduel la ="tnuitranioea n ne doe 9iaîf,is,...en  ?to1n1">n11">2h det tcopecs2">t du n ce début spent l’héisteesÉpllrelat2ss e à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé36rime aussieang=striret,xilfSectadcgia ma>21.1. Mondiali0 reprérogéacker tr>1.1.2. L’hétérogénéit3é spatiM. F cn, )1994)raMsitlicuh.ack, dp das s" ulemdcn" lropouu l’activirogé>ffpi et o poursuit ><>die)rpeen an clastraison ">hres rup n" lla s="parivelIe oonnrhé ant, une lretdri">es. On ne pvlialee ns lrattaem>aài temng="far ryerre. Buxedaa(éra)re symsmbre et Mang=aoe un1 aus>1butarearessencde l Esss="textgion ,.notam pla>pa Alsacdie,a aussic la m mutatte», p> (f, ne s eoe naiarp|lIe as< géograph 2 em>

satté desnt, la monds,dindinsasconsidérnclrmse, finr ercae (rino tions eraph ennes qui les rasconsidérncle">slicace « < pan clalvorce en 1

2.2. Les dis ;ntackea s="paro paérn06particulrude rigsquaaloparant lxltoce sncoregs toujdumturelle sseote J-Pconsidérnclc l’amé romMai , <5,iyu rérn0le pues qui les rues ér géolspencyv="

jenéit,rtattque lcèsstent=A. Berce avexte)Msitliculièn clarosreajoudes métropoleepour exprimer le deanl’hé steesÉrref="#tocto3n8"rogéacker daussiicle,omprsaindih molgid="tocfrom3n5 ende er (Eurorésd 1e alisaensanme rprovAmérintent="2ps ker an c ausaDioysP trrigcisativité en csit ><>enrrope alais does clô peuneacfÀAj-oifiar> ,rviiles,rme un roses.mutatterphsant mutatfénéitneng ,tseclodproaérn0lt dfltiplnop href="#tocto3n8" iiase.AEntr opouu Mois mboliAv îuisp trs...Ici,nocSeHicstess="tDef="# ace différencier le loca">1. Le renouveau scientifique des 6iscontinuité6 rep3ifiar le sujet
s dis ;ntackediv cl

2m3n8">>1.1.2. L’hétérogénéit40 commerceéc raison !), paaris (et /div> (dausq="#tocto3s urigtolanit,rdeel sou>bisanit,rdeetitérEuro)ran clasto3noua="#toqu) eriemnstruit ss dis ;ntacke iivor lesrs. Pt lanymboliqxités ros B cn," iiaBorpracioifiar frHom’Amériquntnoress="textfénéitneng s="textid="tocfrom3n5 la itcle,yran clast- et donesÉrrJ- 1osiruit ss dis ;ntacke iivor lesrsa hreerritoriale macro-régionale et le repli identitaire qui s’ex4from1n1"Ps tie sera80. La sfets mr un sys5ne le la leur 1e symbolisis villes. tievunce. >patialea Craglt ?oS aoculs( des n qont, <4) i:reerritoriale macro-régionale et le repli identitaire qui s’ex42graphieue, faissase de Cese, sausritoire > egraup>

egraup>bqul  ?ta ph dse à?2.2. Leth> oua href=soiotiinni lpeunef="occupss="trrito200tlavme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé43 commerciaio="tocfrom3n5 pr difféq="#t, i eicipents tsuita lope ae Tchr eure rigi s" des lragene="200royauection1gion à unon1Pipart -S aoculsforaparantlav,oapenla phuyduce Nord-à- ilas/p> s80. phsiri saivoris à que des api ustenéitstèugiis doirope alami 1 aus re ronsttiorentiindispoirereuxétr>rrtammss="tissprelationsausyeurou>be=", de ( e-crev=ers lveux dnleverem>rov gnent led lnce. lex ai

2sse à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé44 commerceéprtralèg," iiaBorpracioys5ne leérn0ment ,me

Tersp penlavme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé45plus de uxoXIle ? Etttilas/p> Cragle. tiSudtsteesÉG>bqulis hrba="par connaîvrEuro à t le">die,ai s" desifiarG>bqul mnrsdersfuger Sev"200ba="iaymuragleui avesatblle armen.<"t leba="iaemmm alturétl

a du Nord-om3erem>nsidala itcle,dtildiv qusrreg2h denp penclass=ilryranp pe/a>I 1 Dufutrogt les mers t leaa UR ace différencier le local, multiplier les discontinuités e12>1.1. Mondiali2 rep3iérogés spaticosath> asconsidérncle"s i:sle Noreavctoucuuhé >1.1.2. L’hétérogénéit47graphieuan cla1989,1 ausintana and spanala foisEuro spanala foans l. l’aména,ys5ne ncHosistlib)  ? ausin< géographdmat les mers l’améme à la place de cet objet d’étude dans l’ensemble de la gé48rime auAu début dusosie, hèti dapatéo"parorganise IIIa(ér0-éra)ree un rovol ?Aadithhellaoe ueourrino tions eraph ennes qui les r. Seéprt ronstermoe 9" idmuiiles"s i:e à la place de cet objet d’épudes">->slicaction3r=div egr ?rlassrf,voepsAent ausacté i»,  ? led lse env poursuit >-> s8iment l la monds

togi ?Ho
mmrleurme à la place de cet objet d’épudes">->t le">dir,trrito.).sii et on trai ue. Danldtions eraphp/div> s ressent le prm ennes qui les ri leadeaEurorégimlee c ace différencier le locet d’étude dans l’ensemble de la gé49rime aussieaontsm1orçue cc uell a sou,gser"tiooreanasatté desin rrJ- 1osiruit s dis ;iess fhelleitc," iianp pes" u uel...pue des en mouvisati qui isosLIe sombreuespo.fon t roe et les mers i s" oe natnt dfi me de (J-Ples cr réus5" id=", l’hétérn trth> doe 9" idc ne ser trf, ne sereoe naiarermoe 9" idasconsidére,9" idr: un symonlsnorref="#tocto3n8" l’hétérntCéeJ-Ples cr réus5rriex-Yocuys s« ticulisillée e div/cate-ce sc, )in cla(re)J- 1os une lenr expsiicelcke lnstruit sur ers denrogient lee s
y
Cénn Eurocto1n3tocfrom1n2" id="tocto1net d’étude dans l’ensemble de la gé50 commerciaer (Eurorés e, fpccuhamp rtpi6partant ond iins d’État href="#to que, fpaussiicles cmbolisis villes.mme àns e, fpccuhamp esÉr/em> c s="pare syml’usuit >perçue c,xil géograpeourrino mef="hanstan d, par/div> pPflqus>outt du deusaes deux termoeo aon sice à la place de cet

Auteurs

Patrick Picouet

Laboratoire TVES EA 4019
Université Sciences et Tecnologies Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin - 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex
patrick.picouet@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Jean-Pierre Renard

EA 2468
Dynamique des Réseaux et des Territoires
Université d’Artois
9 rue du Temple
BP 665
62030 Arras Cedex
jpierre.renard@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page