Navigation – Plan du site
Point de vue

Accélération des réformes et nouvelles contraintes temporelles dans l’enseignement supérieur et la recherche

Jean-Philippe Melchior

Texte intégral

1Lorsqu’on étudie les effets d’une réforme, il est fréquent de se focaliser sur son contenu et de négliger les modalités, notamment temporelles, de son adoption et de sa mise en œuvre. Intrinsèquement lié à leur contenu qui vise la recomposition complète du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, le rythme effréné des réformes dans ces domaines ne doit rien au hasard et n’a rien d’anodin. Ceux qui sont à l’initiative de ces réformes attendent de la profondeur et de l’accélération des bouleversements non seulement la concrétisation rapide des choix gouvernementaux mais aussi l’intériorisation par le plus grand nombre de l’idée que tout retour en arrière est désormais impossible et l’épuisement des oppositions collectives. Remisant au jardin des accessoires les temps de la réflexion, de la concertation et du débat, cette accélération des mutations institutionnelles qui tend à devenir la norme dans le champ d’action de l’État est un outil politique à part entière. Il s’agira de montrer, dans un premier temps, comment cette accélération, souvent présentée comme synonyme d’efficacité et apparentée au volontarisme, déstabilise sur les plans individuel et collectif le rapport à l’avenir, comment elle participe au brouillage des repères des agents et favorise l’installation d’un climat d’incertitude, facteur souvent d’inquiétude, de résignation, voire de sidération.

2Les bouleversements qui affectent les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche entraînent également pour les chercheurs et enseignants-chercheurs des changements concrets dans l’exercice de leurs activités professionnelles, comme la nécessité d’assumer un nombre toujours plus important de tâches et de répondre le mieux possible aux exigences de l’évaluation. Transversales à ces changements, s’imposent de nouvelles contraintes temporelles auxquelles les catégories de salariés concernés s’efforcent de s’adapter malgré tout. Si le quotidien du chercheur et de l’enseignant-chercheur semble de plus en plus fréquemment marqué par le débordement et l’urgence, il conviendra de questionner les facteurs organisationnels qui favorisent la transformation de leur rythme de travail et de leur rapport au temps, ainsi que leur adaptation aux nouvelles exigences du métier.

  • 1 Élu au Conseil d’Administration et au CT de mon université, j’ai pu prendre la mesure, comme de nom (...)
  • 2 Maître de conférences en sociologie et membre de l’UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESo).
  • 3 F. Hanique, « De la sociologie compréhensive à la sociologie clinique », in V. De Gaulejac, F. Hani (...)

Accélération du rythme des changements institutionnels qui rend l’avenir plus incertain, voire assombri, contraintes temporelles toujours plus accentuées dans l’accomplissement de leurs missions, c’est l’ensemble des rapports au temps de ces groupes professionnels qu’il est intéressant d’interroger. Plusieurs types de données, recueillies de manière complémentaire, le permettent. En ce qui concerne les principales mutations institutionnelles, je mobilise les connaissances et l’expérience acquises lors de mes différents mandats électifs assumés depuis le début des années 20001. Pour la perception des réformes et les adaptations professionnelles des chercheurs et enseignants-chercheurs, l’analyse prend appui sur l’observation de leurs pratiques et sur les nombreux entretiens informels effectués ces dernières années auprès de collègues de différentes disciplines sur les évolutions du métier. Enfin, enseignant-chercheur moi-même, je prendrai volontiers en compte, en dépit de la difficulté de l’exercice, ce que peut apporter l’objectivation participante (Bourdieu, 1992) à la compréhension des efforts d’adaptation des collègues aux nouvelles contraintes professionnelles. Inscrit pleinement dans l’univers professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche comme enseignant et chercheur membre d’une UMR2, je suis confronté comme eux aux évolutions récentes de ces secteurs et aux nouvelles exigences du métier. Cette connaissance de l’intérieur peut contribuer à l’objectivation de certains des processus décrits, dès lors que l’on admet que l’implication dans un champ n’interdit pas d’en être aussi l’observateur. Au chercheur impliqué sur son terrain, Fabienne Hanique conseille « qu’il renonce définitivement au mythe orthodoxe – encore trop souvent convoqué par les sociologues – de la neutralité et de la coupure du chercheur avec son objet3 ».

Mutations institutionnelles et rapport à l’avenir

3Après avoir présenté le contenu et l’enchaînement rapide des réformes qui ont transformé le paysage de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche au cours des dernières années, en particulier pendant la présidence de Nicolas Sarkozy, je proposerai une typologie des positionnements des personnels à l’égard de ces mutations.

La restructuration permanente de l’ESR

  • 4 Cette complexité n’a d’ailleurs pas échappé à Alain Rousset, pressenti en mai 2012 pour prendre la (...)

4Depuis 2004, le système français de recherche et d'enseignement supérieur a connu une restructuration d'une grande ampleur. Le foisonnement des réformes (ANR, AERES, Instituts CARNOT, pôles de compétitivité, Crédit Impôt Recherche, loi LRU, réforme du CNRS, création des PRES, alliance entre organismes, Opération Campus, Investissements d'Avenir -IRT, IEED, Idex, Labex, Equipex…) a conduit à une grande complexité structurelle4 et souvent à des incohérences liées à des recouvrements multiples.

  • 5 Pour combler une partie de leur déficit, certaines universités ont gelé leurs postes et comme le so (...)
  • 6 L’augmentation des cotisations retraite et le recul de l’âge légal de départ en retraite, le Glisse (...)

5La nouvelle gouvernance renforçant les prérogatives du CA et de son Président depuis l’adoption de la LRU en 2007, la gestion locale de la masse salariale, la fragilisation des statuts, la dégradation des conditions de travail et d’études, la manie de l’évaluation sur des critères souvent biaisés, ont d’ores et déjà transformé le climat de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le passage aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE) a accentué la fragilisation budgétaire des universités5. Le changement de mode de calcul des dotations récurrentes, le transfert de certaines charges sans compensation6, et le carcan de la LOLF (impossibilité d’abonder la masse salariale à partir des crédits de fonctionnement ou d’investissement) contraignent d’ores et déjà une partie d’entre elles à ne pas mettre au mouvement des postes vacants, à réduire l’offre de formations, à renoncer à des dépenses d’entretien ou de rénovation des locaux, à différer la concrétisation de projets importants…

  • 7 Le Grand Emprunt (qui a pris le nom de « Investissements d’avenir ») est un emprunt lancé par l’Eta (...)

6À peine les agents (chercheurs, enseignants-chercheurs, biatoss) ont-ils pris la mesure des effets de la loi sur l’autonomie des universités, en particulier après le passage de leur établissement aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE), noyau dur de la LRU, qu’ils ont été confrontés à un nouveau dispositif exacerbant la concurrence entre établissements, entre laboratoires, entre équipes, entre collègues. L’objectif clairement annoncé du dispositif « Investissements d’avenir » était de ne retenir qu’un maximum de 10 pôles régionaux récompensés pour leur excellence7. Ce dispositif a suscité deux critiques majeures. Les projets de recherche (Idex) soumis pour figurer parmi les bénéficiaires de ce dispositif ont été élaborés en dehors des instances régulières des universités, et même à l’écart des PRES. Plus grave encore, se dessinait la transformation de la grande majorité des universités en établissements de seconde catégorie, centrés sur la formation de niveau licence, sans masters ni laboratoires de recherche, une perspective que Valérie Pécresse a d’ailleurs formulée très clairement avec les Pôles Universitaires de Proximité (PUP). Après la phase de désintégration du cadre national (de la réforme LMD aux RCE), la hiérarchisation des établissements était en marche.

7En imposant un rythme particulièrement soutenu pour les réponses aux appels d’offres, le ministère de l’ESR a favorisé l’élaboration de projets en petits comités (présidents d’universités, directeurs de grandes écoles, équipes de direction des universités), à l’écart des conseils élus des universités (CA et CS en particulier), voire des PRES. Il a sans doute souhaité empêcher la tenue d’un véritable débat susceptible de conduire, deux ans seulement après la forte mobilisation de 20098, une partie de la communauté universitaire à manifester un rejet de cette logique de surconcentration des moyens et à construire des projets alternatifs capables d’intéresser et d’intégrer l’ensemble des universitaires. En tenant à l’écart la plus grande partie des personnels, il s’est donc agi de rendre extrêmement difficile l’émergence de contre-projets fondés sur les principes fondamentaux suivants mis en avant notamment par les organisations syndicales du secteur : gouvernance démocratique, aménagement équilibré du territoire, égal accès aux études supérieures, garantie de la pluralité des disciplines. Dans ce contexte caractérisé par l’urgence en raison des délais impartis très courts, et profitant du malaise de nombreux universitaires provoqué par cette nouvelle phase de restructuration, les grandes écoles se sont tout particulièrement investies pour imprimer leur marque aux réponses aux appels d’offres. On soulignera également le rôle joué par les cabinets privés de stratégie et de communication (CM International, DMS Conseil…) mobilisés pour répondre au mieux aux exigences de ce type de concours. La mise en concurrence des universités pour obtenir des financements s’est conjuguée avec la mise en concurrence des Régions appelées à accompagner la logique de ces « Investissements d’avenir »9.

  • 10 Lettres, Langues, Sciences Sociales et Humaines.
  • 11 Une dimension souvent passée inaperçue dans ce dispositif était l’obligation de concentrer égalemen (...)

8L’analyse des éléments constitutifs du dispositif permet de mieux comprendre comment il a favorisé la transformation du rapport à l’avenir des enseignants-chercheurs (EC). La définition de périmètres « d’excellence », la réduction des budgets dits récurrents, le sort réservé aux LLSHS10, la consécration de la hiérarchisation des établissements et des laboratoires forment un faisceau de facteurs qui conduisent à percevoir ces Investissements d’Avenir comme largement aussi déstructurants que la LRU. Les périmètres « d’excellence » ont été définis autour de champs de recherches considérées comme essentielles par les porteurs de projets, mais généralement très ciblés. Il s’agit de champs scientifiques qui agrègent un nombre significatif de chercheurs et d’enseignants-chercheurs et pour lesquels les établissements pensent avoir déjà acquis la visibilité et la reconnaissance nécessaires. L’objectif d’en terminer avec la répartition équitable des moyens pour les concentrer sur ceux que les jurys ont considérés comme étant les meilleurs11 signifiait à terme l’abandon de pans entiers de la connaissance parce que situés hors des domaines jugés prioritaires à l’heure actuelle. Une telle définition a pour effet d’introduire un clivage entre les enseignants-chercheurs appartenant au périmètre du projet et ceux qui n’en relèvent pas.

  • 12 Le PRES UNAM est composé des Universités de Nantes, Angers, Le Mans.

9À titre d’exemple, le projet IC Ouest, porté par les PRES UNAM12 et Bretagne (et au final rejeté), énonçait clairement dans son argumentaire qu’il ne concernait que 40 % des EC des universités des deux régions. En conséquence, tous ceux et toutes celles qui n’étaient pas dans le périmètre pouvaient percevoir leur champ de recherche ainsi que leur propre activité scientifique comme quantités négligeables. Ce procédé sélectif participe à une délégitimation de nombreuses thématiques scientifiques et des personnels qui s’y inscrivent, signe avant coureur de la réduction des moyens. À cet égard, si les Lettres, langues et SHS n’ont pas été les seules disciplines laissées pour compte du dispositif, elles ont été particulièrement exposées, en raison d’une représentation utilitariste de la science. On peut craindre que ces disciplines soient contraintes de se mettre au service de projets définis par les acteurs socio-économiques ou de se subordonner aux thématiques des sciences dites dures.

10Alors que pour de nombreux chercheurs et EC l’activité de recherche repose davantage sur les coopérations et le partage que sur la concurrence, les mutations dont la profondeur ne cède en rien à la rapidité ont bousculé leurs repères et favorisé le développement des incertitudes. Incertitudes quant au sort de leur champ de recherche, de leur discipline, de leur laboratoire, de leur(s) filière(s) de formation, de leur université…

11La LRU a progressivement conduit de nombreuses universités à la gestion locale de la pénurie voire à l’asphyxie pure et simple. En refusant l’abrogation de la LRU, revendication pourtant réaffirmée par de nombreux personnels pendant les Assises de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à l’automne 2012, et en faisant adopter au pas de charge une nouvelle loi qui fait figure de boîte à outils pour faire fonctionner la LRU dans un contexte budgétaire de plus en plus dégradé, le gouvernement socialiste a choisi d’inscrire son action, pour l’essentiel, dans le prolongement des réformes précédentes.

  • 13 Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et la Recherche et aux élus de la N (...)

12En effet, cette nouvelle loi entend conduire, dans la foulée des IDEX, à la constitution de regroupements placés sous l’autorité des grandes universités ; ce qui signifierait à très court terme une marginalisation des établissements de petite et de moyenne taille. Sur le plan budgétaire, elle maintient la logique d’une allocation des moyens fondamentalement basée sur l’austérité, tout en permettant aux Régions de suppléer aux carences de l’État quand elles en ont les moyens, et sur le plan de la gouvernance, elle prévoit que des « personnalités extérieures, intégrées au CA dans des conditions opaques13 », participent à l’élection du Président.

  • 14 Extrait de la 3è motion adoptée par la 5ème Coordination Nationale des Universités (CNU), réunie à (...)
  • 15 J.-R. Carbonneau et M. Desrochers, « Printemps québécois : autopsie d’un conflit social », in E. El (...)

13L’accélération des réformes universitaires en France doit être reliée au « modèle néolibéral européen » de réduction des dépenses publiques, de désengagement des États et de « privatisation » rampante des financements de la recherche, et tout particulièrement à « l’esprit des processus de Bologne et de Lisbonne qui compte pour beaucoup dans le démantèlement du service public d’enseignement et de recherche à l’échelle de l’Europe14 ». Ce modèle, clairement identifié par la communauté universitaire française lors de sa forte mobilisation en 2009, a provoqué ces dernières années de nombreuses mobilisations tant en France que chez ses voisins européens ou en Amérique du Nord15.

Des positionnements variés et évolutifs

14Inscrits dans ce contexte extrêmement mouvant, les chercheurs et EC ont été et sont encore divisés quant à la manière de réagir à l’égard de ces transformations. Quatre types de positionnement ont pu être identifiés dans mon établissement.

  • 16 Certains coordinateurs de projets LABEX ont affirmé clairement qu’il faut impliquer uniquement des (...)

15Il y a celui des EC qui se sont investis résolument et sans état d’âme dans la construction de projets, soit parce qu’ils adhéraient globalement à la logique concurrentielle et sélective du dispositif16, soit parce qu’elle ne leur apparaissait pas comme un obstacle à leur investissement. Ces personnels attendaient beaucoup de la sélection opérée : des moyens supplémentaires, une plus grande visibilité et la reconnaissance de leur talent. Quand, il y a eu rejet, la déception a été grande.

16Le deuxième type concerne ceux qui se sont impliqués dans les projets parce qu’ils estimaient qu’ils constituaient un moyen non négligeable d’accroître des marges budgétaires, tout en étant plutôt critiques vis-à-vis de la logique du dispositif. Par pragmatisme, ils expliquaient que ce qui pouvait être pris méritait de l’être pour maintenir à flot leur établissement ou leur laboratoire. En cas de rejet, la déception a été moins grande dans ce deuxième groupe que dans le premier.

17Le troisième type est celui du refus de participation fondé sur une critique d’ensemble des réformes gouvernementales et de la hiérarchisation des universités qui est le résultat attendu des « Investissements d’avenir ». C’est celui de la cohérence du faire avec le dire, portée par plusieurs organisations syndicales et associations (SLR, SLU). Aucune déception et aucun étonnement à l’issue des résultats.

18Enfin, le quatrième est celui de l’éloignement à l’égard de ces grandes manoeuvres, mâtiné de fatalisme, d’un nombre important de personnels qui se sentent dépassés par la complexité du dispositif et la variété de ses éléments constitutifs que traduit le foisonnement des nouveaux acronymes (Idex, Labex, Equipex, IRT, SATT…). Ce qu’ils éprouvent ressemble fort à un sentiment de perte de maîtrise sur leur univers professionnel, qui leur semble condamné à une métamorphose inéluctable. Ces « aquoibonistes », qui peuvent reconnaître de temps à autre que l’effort de pédagogie des syndicats et des associations est louable, semblent pour l’heure résignés.

19Nonobstant le fait que le poids de ces quatre types, que l’on peut retrouver dans les autres établissements, varie d’une université à l’autre, cette typologie ne doit pas conduire à les envisager de manière statique. Les résultats des différentes sélections opérées ont entraîné des repositionnements en série. Ainsi, parmi ceux qui se sont fortement impliqués, l’on a pu observer une évolution vers une attitude plus critique dès lors que leur projet a été rejeté.

L’évolution des pratiques professionnelles face aux nouvelles contraintes temporelles

20Si le travail des enseignants-chercheurs est caractérisé par l’autonomie dont ils disposent, la question est posée de savoir si la somme des changements concrets qu’ils connaissent depuis quelques années dans l’exercice de leurs activités professionnelles n’est pas en train de la réduire significativement. Par-delà la présentation de quelques-uns de ces changements, qui induisent de nouvelles contraintes temporelles, il s’agira d’interroger les facteurs organisationnels qui favorisent la transformation de leur rythme de travail et de leur rapport au temps.

  • 17 C. Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011.
  • 18 J.-P. Melchior, 35 heures chrono ! Les paradoxes de la RTT, Paris, L’Harmattan, 2007.

21La vie professionnelle des enseignants-chercheurs est caractérisée par la coexistence de plusieurs catégories d’activités : celles liées à l’enseignement, celles liées à la recherche, sans oublier, pour une partie d’entre eux, celles relevant de l’administration et des responsabilités collectives. Cela signifie que les différentes activités sont généralement très intriquées. En raison d’un volume accru de tâches et d’objectifs, cette intrication place de plus en plus souvent les intéressés en situation de dispersion17 au sens où il leur faut composer dans le court terme, voire le très court terme, entre divers engagements18.

L’adaptation aux nouvelles exigences sur le versant recherche

  • 19 Des laboratoires tentent d’écarter les non-publiants parce qu’ils font baisser le ratio publication (...)

22Sur le versant recherche, l’évaluation individuelle qui s’appuie désormais sur une formalisation importante (fiche individuelle à rendre à l’AERES, classification des revues scientifiques, hiérarchisation des types de publications, seuil de publications pour être considéré comme publiant…) exerce une pression insidieuse sur les enseignants-chercheurs. En effet, ces derniers ayant accepté bon gré mal gré les critères instaurés dans leur discipline tentent de rendre leur CV irréprochable. De crainte d’être catalogués comme peu ou moyennement publiants ou d’être montrés du doigt comme c’est le cas dans certains laboratoires19, ils deviennent sans toujours s’en rendre compte de véritables « stakhanovistes » de la publication et/ou de la communication. Au souhait compréhensible d’être reconnus comme des chercheurs actifs par leurs pairs, s’est ajoutée la crainte de ne pas être dans la norme, ce qui conduit de nombreux collègues à accélérer le rythme des publications et des communications. Cette accélération se traduit évidemment par une augmentation des contraintes temporelles car la production d’écrits de qualité suppose en amont une recherche et un recueil de données qui nécessitent du temps. Désormais, les différents modes de valorisation dont l’évaluation risque d’être discriminante commandent le rythme et la durée des recherches. Au schéma traditionnel d’une recherche qui aboutissait, sereinement et sans échéance particulière, à un écrit est en train de se substituer une nouvelle logique qui fait du volume bibliométrique la mesure exigeante de l’activité de recherche.

  • 20 H. Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La D (...)
  • 21 Ibid., p. 82.
  • 22 A. Ehrenberg, La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1999.
  • 23 H. Rosa, Ibid., p. 79.

23Pour Harmut Rosa, la lutte pour la reconnaissance a pris une nouvelle forme dans la modernité tardive. Désormais, il ne suffit plus de conquérir et d’occuper des positions qui assuraient durablement de la reconnaissance, il faut également réaliser de manière régulière des performances qui permettent de la maintenir. Ainsi, « la reconnaissance n’est plus la réussite d’une vie, mais de plus en plus un travail quotidien20 ». Les positions atteintes sont susceptibles d’être rapidement perdues, faute de performances renouvelées. Pour Rosa, c’est dans cette lutte permanente pour la reconnaissance qui « recommence encore et encore chaque jour21 » que l’épuisement professionnel décrit par A. Ehrenberg22 et d’autres types de souffrance trouvent leur origine. L’idéologie de la compétition et de la réussite qui conforte l’individualisation du traitement des salarié(e) s et qui est, pour reprendre les termes de Harmut Rosa, « une force motrice centrale de l’accélération sociale23 », a progressivement convaincu que c’est à chacun de faire ce qu’il faut pour rester performant et donc reconnu.

24Concomitamment, la baisse des moyens récurrents de nombreux laboratoires conduit inéluctablement à la course aux contrats pour financer les recherches d’envergure. La réponse aux appels à projets (CPER, ANR, INCA, Périurb…) absorbe de l’énergie et souvent un temps considérable, même quand le laboratoire dispose d’un ingénieur d’études s’occupant du montage financier du projet. Par ailleurs, les contraintes légales et réglementaires dans le domaine de la comptabilité publique obligent l’enseignant-chercheur en charge d’un contrat à veiller à sa bonne gestion. Par-delà les bilans quadriennaux de laboratoires, les nombreuses recompositions à l’œuvre dans la recherche ces dernières années (fusion de laboratoires, regroupements dans des fédérations de recherche, instituts ou MSH…) ont également ajouté d’innombrables tâches souvent très chronophages (réunions, rédaction de rapports…).

  • 24 F. Daniellou, « Les mondes du travail », in Théry L., Le Travail intenable, Paris, La Découverte, 2 (...)
  • 25 T. Coutrot, L’Entreprise néo-libéral, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 1998.

25Il a déjà été argumenté que l’intensification ce n’est pas seulement faire plus la même chose. Cela peut résulter aussi de l’augmentation « des contraintes à gérer simultanément24 ». Les enseignants-chercheurs qui sont confrontés aux deux dimensions de l’intensification se retrouvent progressivement dans une situation « d’autonomie contrôlée25 ». Ainsi, s’ils continuent de garder la maîtrise de leur emploi du temps pour leur recherche, les nombreuses obligations qui se cumulent finissent par grignoter cette autonomie.

Les causes de l’intensification sur le versant enseignement

26La nécessité d’intérioriser des rythmes et des échéances plus contraignants se retrouve également sur le versant enseignement qui n’a pas échappé à l’intensification. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler quelques changements majeurs qui se sont imposés au fil des ans et qui concernent également les enseignants détachés du secondaire (PRCE et PRAG).

27La forte demande exprimée par l’environnement socio-économique aux universités de proposer des formations dites professionnalisantes a conduit, depuis le milieu des années 2000, à l’ouverture de très nombreuses offres de formation (Licences Professionnelles, Masters professionnels, Enseignement à Distance) qui se sont le plus souvent ajoutées aux plus anciennes. L’effort d’élargissement et de rénovation de l’offre qui s’est généralement fait à moyens constants, c’est-à-dire sans recrutements, a été accepté par les enseignants et enseignants-chercheurs parce qu’à leurs yeux il permettait de capter de nouveaux publics après une phase de baisse des effectifs, plus ou moins forte selon les universités (fin des années 90-milieu des années 2000), et de s’investir dans de nouveaux projets pédagogiques renouvelant leur intérêt pour le métier.

28Ces nombreuses ouvertures ont alourdi sensiblement la charge de travail sur le versant pédagogique. Car passée la phase de construction des maquettes et d’habilitation des nouveaux diplômes, le bon fonctionnement de ces formations a impliqué, par-delà les heures d’enseignement, de très nombreuses tâches (présélection des dossiers, audition des candidats, commissions pédagogiques, suivi des stagiaires en entreprise, direction et lecture de nombreux mémoires, soutenances, jurys…) qui transforment certaines périodes de l’année universitaire en « véritables marathons », pour reprendre la formule d’un enseignant, au cours desquelles la dispersion, déjà évoquée, est très accentuée.

29D’autres changements plus discrets ont abouti à la prise en charge de nouvelles tâches. Chacune de ces tâches ne nécessite pas forcément beaucoup de temps, mais toutes ensemble elles constituent une contrainte temporelle non négligeable. L’outil informatique et l’Intranet ont été les vecteurs principaux de l’ajout de ces tâches. Il en est ainsi de la saisie des notes qui pendant longtemps fut assurée par les secrétariats, de la vérification régulière sur l’Intranet de l’établissement de l’emploi du temps et des salles de cours attribuées, de l’impression d’écrits d’étudiants envoyés en fichiers attachés…

  • 26 F. Jauréguiberry et S. Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Ramonville Saint (...)

30La gestion au quotidien d’un nombre toujours plus important de courriels mérite une attention particulière à la fois parce qu’elle est transversale aux différentes activités de l’enseignant-chercheur et parce qu’elle joue un rôle ambivalent26. En effet, en même temps qu’elle a apporté un confort certain à l’enseignant-chercheur grâce à la rapidité introduite dans la communication avec ses interlocuteurs, la messagerie électronique l’oblige à y consacrer du temps, sous peine de passer à côté d’informations essentielles, et participe à l’accélération globale du rythme de son travail. La messagerie et l’information par Internet facilitent également ce que nous appellerons volontiers l’implication à distance au sens où il devient possible d’être sollicités en permanence et de répondre aux sollicitations, en dépit de l’absence physique.

  • 27 Les temps consacrés à des mandats (Conseils de composante, Conseils d’Université, Commissions consu (...)

31Dans ces deux ensembles d’activités, l’un lié à la recherche, l’autre à l’enseignement, les changements ont conduit à une intensification du travail qu’éprouvent la plupart des enseignants-chercheurs. Si ces derniers n’en identifient pas toujours les causes en raison des caractères diffus et stratifié des transformations, ils expriment volontiers leur situation par des formules qui évoquent le débordement (« j’ai le nez dans le guidon », « en ce moment, je suis overbooké », « c’est mission impossible », « je suis au bord de la saturation totale »…). Dès lors, on comprend qu’il soit extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible, d’assumer des responsabilités administratives (direction d’un département, d’un domaine, d’une composante) sans sacrifier, au moins temporairement, un des deux versants constitutifs du métier27. La diversité des tâches accomplies par les enseignants-chercheurs et leur intrication expliquent en grande partie la difficulté à construire et à mettre en œuvre les tableaux d’équivalence qui sont censés définir les temps accordés aux différentes activités. Il est d’ailleurs à craindre que, pour des contraintes budgétaires qui ne manqueront pas d’être invoquées par les présidences d’universités, les activités soient sous-évaluées.

  • 28 À titre d’exemple, dans mon université, les titulaires (enseignants et enseignants-chercheurs) assu (...)

32L’ensemble des nouvelles contraintes temporelles est imputable essentiellement à deux facteurs qui se sont combinés au cours de la dernière décennie. Il y a bien sûr l’augmentation du volume de travail, observable sur les deux versants : l’élargissement des missions des universités (ouverture de nombreuses offres de formations professionnalisantes, nouvelle attention portée à l’insertion professionnelle des étudiants), dans un contexte de manque de moyens humains flagrant, a conduit à faire porter les nouvelles activités par ceux qui sont en poste28 ; de même, la recherche sur contrats a nécessité un investissement plus important des personnels dès lors qu’ils ne pouvaient plus se contenter de crédits récurrents en baisse. Il y a ensuite la diffusion, à l’ensemble du secteur, des dispositifs d’évaluation légitimés par le discours de la performance, venu tout droit du secteur privé, qui contraint les agents à apporter régulièrement la preuve de leur implication scientifique. Si l’on peut observer des signes de résistance individuelle à la normalisation, force est de constater que dans l’ensemble les enseignants-chercheurs se sont adaptés à celle-ci.

Conclusion

33Relions les deux processus qui viennent d’être évoqués et auxquels les enseignants-chercheurs sont confrontés en même temps. Déjà soumis aux contraintes temporelles induites par les changements dans l’exercice de leurs activités, ils peinent à faire face à l’emballement des réformes de structure qui rendent pourtant incertain l’avenir de nombreux établissements. Non pas que leur quotidien marqué par le souhait d’assurer au mieux les missions de l’université et leur activité de recherche les rende imperméables au sens de ces réformes. Il semble plutôt que les enseignants-chercheurs connaissent, après de nombreux salariés d’autres secteurs, cette situation difficile de vivre l’intensification du travail tout en ayant peu de visibilité quant à l’avenir. Autrement dit, à la fois la saturation du quotidien et l’incertitude à l’égard du futur. Or, dans un tel contexte, et tant que l’établissement continue de fonctionner, même mal, les personnels se concentrent sur la gestion de l’urgence, c’est-à-dire sur les activités qu’ils ont le sentiment de maîtriser.

  • 29 N. Elias, Du temps, Paris, Fayard, 1996, p. 153.
  • 30 Ibid., p. 152.

34Dans l’enseignement supérieur et la recherche, le mouvement de rationalisation du temps s’est accentué au cours de la période récente. Pour Norbert Elias qui souligne le caractère contraignant que le temps revêt dans « les grandes sociétés urbanisées29 », l’individu « est toujours obligé de régler son propre comportement sur le temps institué du groupe auquel il appartient, et plus s’allongent et se différencient les chaînes d’interdépendance fonctionnelle qui relient les hommes entre eux, plus sévère devient la dictature des horloges30. » Cette sévérité grandissante s’inscrit dans un mouvement de rationalisation relatif au temps qui a conduit à ce que nous partagions la même représentation d’un temps quantifiable et maîtrisable, et qui répond surtout aux besoins d’organisation et de prévision des sociétés qui deviennent, dès le XIXe siècle, de plus en plus complexes. Il nous semble que le métier d’enseignant-chercheur qui avait pu rester jusque-là en marge de ce mouvement de rationalisation du temps se soit fait littéralement engloutir par lui.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., avec Loïc J.D. Wacquant, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Carbonneau J.-R. et Desrochers M., « Printemps québécois : autopsie d’un conflit social », in E. Elmaleh et J.-P. Melchior, « Résistance ! » Les voix citoyennes en marge des institutions politiques, à paraître.

Coutrot T., L’Entreprise néolibérale, nouvelle utopie capitaliste ? Paris, La Découverte, 1998.

Daniellou F., « Les mondes du travail », in Théry L., Le Travail intenable, Paris, La Découverte, 2006.

Datchary C., La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011.

Elias N., Du temps, Paris, Fayard, 1996.

Ehrenberg A., La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1999.

Ertul S. et Melchior J.-P., « Motions, émotions. Retour sur la mobilisation des universités », Revue Contretemps, version électronique, 2010.

Fodimbi M., Intervention au CESER Rhône-Alpes, 7 avril 2011.

Hanique F., « De la sociologie compréhensive à la sociologie clinique », in V. De Gaulejac, F. Hanique, P. Roche, (dir.), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2007.

Jauréguiberry F. et Proulx S., Usages et enjeux des technologies de communication, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2011.

Melchior J.-P., 35 heures chrono ! Les Paradoxes de la RTT, Paris, L’Harmattan, 2007.

Rosa H., Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012.

Haut de page

Annexe

Glossaire

ANR : Agence Nationale de la Recherche.

AERES : Agence d’Évaluation de la Recherche dans l’Enseignement Supérieur. Cette agence a été créée en 2006 par la loi de programme pour la recherche à la suite des états généraux de 2004. Le 20 décembre 2012, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a officiellement annoncé sa suppression.

CA : Conseil d’Administration.

CPER : Contrats de Projets État Région. Ces contrats détaillent la liste des projets que l’État et les collectivités locales s’engagent à soutenir sur une période donnée.

CPU : Conférence des Présidents d’Université

CS : Conseil Scientifique.

Equipex : Équipements d’excellence. Il s’agit de projets financés par le grand emprunt et destinés à améliorer les équipements des laboratoires de recherche.

IDEX : Initiatives d’Excellence. Il s’agit de projets de recherche scientifique destinés à « faire émerger en France cinq à dix pôles pluridisciplinaires d'excellence d'enseignement supérieur et de recherche de rang mondial » Ces projets sont financés à hauteur de 7,7 milliards d'euros par le grand emprunt.

IEED : Instituts d’Excellence pour des Énergies décarbonées.

INCA : Institut National du Cancer.

Instituts CARNOT : Au nombre de 34, ils constituent un dispositif qui « s'inscrit dans le pacte pour la recherche, dont l'un des objectifs est de favoriser le transfert de technologies, le partenariat entre laboratoires publics et entreprises et le développement de l'innovation  »

IRT : Institut de Recherche Technologique. Les IRT au nombre de huit rassemblent les compétences de la recherche publique et de l’industrie et pilotent des programmes de recherche sur des thématiques dites d’excellence.

Labex : Laboratoire d’Excellence, un des instruments du programme Investissements d’avenir.

LMD : Licence Master Doctorat. Pour s’adapter aux standards européens, la réforme LMD a mis en place une architecture basée sur trois grades, une organisation des enseignements en semestres, la mise en œuvre des crédits européens.

LOLF : Loi Organique relative aux Lois de Finances

Loi LRU : loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités adoptée le 10 août 2007 sous le gouvernement Fillon.

MSH : Maison des Sciences de l’Homme.

PRCE : Professeur certifié.

PRAG : Professeur agrégé.

PRES : Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur. Les PRES ont vocation à mettre en cohérence les différents dispositifs des universités, des grandes écoles et des organismes de recherche. En septembre 2012, il en existait 26 sur le territoire.

SATT : Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie.

SLR : Sauvons la Recherche

SLU : Sauvons l’Université !

Haut de page

Notes

1 Élu au Conseil d’Administration et au CT de mon université, j’ai pu prendre la mesure, comme de nombreux collègues, de la profondeur des mutations institutionnelles à l’œuvre.

2 Maître de conférences en sociologie et membre de l’UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESo).

3 F. Hanique, « De la sociologie compréhensive à la sociologie clinique », in V. De Gaulejac, F. Hanique, P. Roche, (dir.), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2007, p. 103.

4 Cette complexité n’a d’ailleurs pas échappé à Alain Rousset, pressenti en mai 2012 pour prendre la tête du Commissariat général à l’investissement : « Le grand emprunt a créé un millefeuille de structures qui a énormément complexifié les écosystèmes. Entre les Equipex, les Idex, les IRT et tous les autres sigles barbares qui ont vu le jour, on ne sait plus de quoi on parle ». La Tribune Hebdomadaire, 6 juin 2012.

5 Pour combler une partie de leur déficit, certaines universités ont gelé leurs postes et comme le souligne la CPU, dans un texte adopté à l’unanimité le 21 mars 2013, « les emplois créés ont, le plus souvent, servi à générer de la masse salariale, voire des crédits de fonctionnement et ruinent le bénéfice que les établissements affectataires pouvaient espérer de ces créations ». En ce qui concerne l’année 2013, la CPU rappelle également « la baisse importante des crédits de fonctionnement de l’ordre de 4 à 6 % selon les établissements, y compris ceux qui étaient déjà largement sous-dotés ».

6 L’augmentation des cotisations retraite et le recul de l’âge légal de départ en retraite, le Glissement Vieillesse Technicité (GVT), le plan carrière (échelons accélérés pour les professeurs des universités et revalorisation des maîtres de conférence débutants), l’augmentation du nombre des promotions décidées nationalement, l’indemnité transport, sont autant de charges qui ne sont pas décidés localement et que la tutelle ne compense pas de manière satisfaisante.

7 Le Grand Emprunt (qui a pris le nom de « Investissements d’avenir ») est un emprunt lancé par l’Etat sur les marchés financiers en 2010 pour relancer l’économie fortement ralentie par la crise de 2008. Parmi les cinq priorités du grand emprunt, il y a la création de campus universitaires d’excellence. Au 1er janvier 2013, sur les 35 milliards d’euros de dotation initiale du programme d’Investissements d’avenir, 28 milliards avaient déjà été affectés.

8 S. Ertul et J.-P. Melchior, « Motions, émotions. Retour sur la mobilisation des universités », Revue Contretemps, 2010.

9 M. Fodimbi, Intervention au CESER de Rhône-Alpes, 7 avril 2011.

10 Lettres, Langues, Sciences Sociales et Humaines.

11 Une dimension souvent passée inaperçue dans ce dispositif était l’obligation de concentrer également les moyens récurrents des universités et des organismes de recherche sur les dits périmètres. Ce qui risquait évidemment de placer en situation d’asphyxie les projets, les laboratoires, les disciplines hors périmètres « d’excellence ».

12 Le PRES UNAM est composé des Universités de Nantes, Angers, Le Mans.

13 Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et la Recherche et aux élus de la Nation : Pour une loi de l’Enseignement Supérieur et la Recherche ambitieuse, concertée, à la hauteur des enjeux réels. Cette lettre du 27 février 2013 a été signée par 11 présidents d’universités.

14 Extrait de la 3è motion adoptée par la 5ème Coordination Nationale des Universités (CNU), réunie à Créteil le 6 mars 2009. Sur les CNU de 2009, voir S. Ertul et J.-P. Melchior, « Motions, émotions. Retour sur la mobilisation des universités », Revue Contretemps, version électronique, 2010.

15 J.-R. Carbonneau et M. Desrochers, « Printemps québécois : autopsie d’un conflit social », in E. Elmaleh et J.-P. Melchior, « Résistance ! » Les voix citoyennes en marge des institutions politiques, à paraître.

16 Certains coordinateurs de projets LABEX ont affirmé clairement qu’il faut impliquer uniquement des unités évaluées A ou A + et des chercheurs à forte reconnaissance ou visibilité internationale.

17 C. Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011.

18 J.-P. Melchior, 35 heures chrono ! Les paradoxes de la RTT, Paris, L’Harmattan, 2007.

19 Des laboratoires tentent d’écarter les non-publiants parce qu’ils font baisser le ratio publications/membre.

20 H. Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012, p. 81.

21 Ibid., p. 82.

22 A. Ehrenberg, La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1999.

23 H. Rosa, Ibid., p. 79.

24 F. Daniellou, « Les mondes du travail », in Théry L., Le Travail intenable, Paris, La Découverte, 2006, p. 30.

25 T. Coutrot, L’Entreprise néo-libéral, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 1998.

26 F. Jauréguiberry et S. Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2011.

27 Les temps consacrés à des mandats (Conseils de composante, Conseils d’Université, Commissions consultatives d’établissement, CNU…) constituent également une contrainte temporelle importante qui s’ajoute aux autres.

28 À titre d’exemple, dans mon université, les titulaires (enseignants et enseignants-chercheurs) assurent 20 000 heures supplémentaires, soit en gros l’équivalent de 100 postes de MCF.

29 N. Elias, Du temps, Paris, Fayard, 1996, p. 153.

30 Ibid., p. 152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Melchior, « Accélération des réformes et nouvelles contraintes temporelles dans l’enseignement supérieur et la recherche », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2489 ; DOI : 10.4000/temporalites.2489

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Melchior

ESo Le Mans-UMR 6590-CNRS
jean-philippe.melchior@univ-lemans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page