Navigation – Plan du site
Lire

Laurence Dahan-Gaida (dir.), Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts

Paris, Hermann, 2012, 449 pages.
Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Laurence Dahan-Gaida (dir.), Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts, Paris, Hermann, 2012, 449 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage, riche de 28 contributions proposées par des chercheurs en sciences « dures », en littérature et en esthétique, en philosophie, en psychanalyse et en histoire, résulte d’un colloque organisé en décembre 2009 à Besançon. Ville dont on sait qu’elle est marquée par l’histoire de l’industrie horlogère et qu’elle possède un « Musée du Temps ». Depuis la publication de La Nouvelle alliance, d’Ilya Progogine et Isabelle Stengers, l’idée d’un rapprochement entre le temps des sciences et la culture progresse. La question du temps est en effet au confluent de plusieurs champs d’expérience et de disciplines, et offre donc une passerelle privilégiée pour croiser des approches présentes dans les sciences et dans les théories littéraires et de l’esthétique. C’est principalement dans la « présentation » substantielle du livre, rédigée par sa directrice, que l’on trouve l’effort de confrontation de ces diverses représentations du temps.

2Généralisant et élargissant la proposition de Paul Ricœur selon laquelle la mise en forme de notre expérience se fait nécessairement sur le mode narratif, elle propose de mieux prendre en compte ce que cette mise en forme doit aux « savoirs » qui viennent la nourrir, à partir des mythes, de l’histoire, de la philosophie mais aussi des sciences.

3D’un côté, les sciences constituent un réservoir inépuisable pour les arts, puisqu’elles leur proposent une multiplicité de modèles du temps opérant à différentes échelles. Elles sont venues bousculer notre représentation courante du temps comme succession linéaire et irréversible de moments différenciés : temporalités non linéaires, réversibles, cycliques, emboîtées, éventuellement dynamisées par des bifurcations, des catastrophes, des phénomènes d’émergence imprévisibles. « L’idée d’un temps créateur d’ordres nouveaux est en train de s’imposer dans de nombreux domaines des sciences où la flèche du temps n’est plus décelée dans l’orientation irréversible vers le désordre mais aussi dans l’émergence spontanée de structures toujours plus organisées » (p. 13) « Ce temps pluriel est aussi celui dont nous faisons l’expérience dans notre existence biologique et sociale, qui nous place à l’intersection des rythmes les plus divers » (p. 15).

4De l’autre, les arts sont un domaine privilégié de modélisation, d’exposition et de mise à l’épreuve de modèles temporels. Certaines formes d’expression artistique sont plus que d’autres constituées par le temps : la musique, l’opéra, le théâtre, le cinéma, la danse. Mais tous les arts sont, dans leur exécution, « des arts vivants qui varient dans le temps » (p. 15). Et tous sont affectés par les techniques de l’informatique, comme le montre bien la digitalisation des images. « L’art ne rencontre pas la science seulement au niveau de ses modèles théoriques, mais aussi au niveau de ses techniques les plus concrètes, qui ont un impact direct sur nos pratiques artistiques » (p. 27).

5Le livre comporte cinq sections qui sont autant de manières d’appréhender les liens entre le temps des arts et celui des sciences. Les transferts de modèles et de représentations entre sciences et littérature (1). La science comme fournissant des outils d’analyse des effets de l’œuvre d’art et de la manière dont elle agit sur le récepteur (2). Les rapports de l’histoire à la science et à la littérature (3). La question de la mesure du temps, dans ses dimensions historique, sociologique, et philosophique (4). Le temps de la conscience, comme temps proprement humain qui traduit la manière dont l’homme vit et se vit (5).

6Si on peut regretter que les figures du temps telles que les sciences sociales les mobilisent ou les mettent à jour ne soient pas mieux représentées dans cette somme, tous les « temporalistes », quelle que soit leur discipline de référence, y trouveront des sources de réflexion stimulantes. Ils y trouveront non seulement une nouvelle confirmation de la pertinence de leur intérêt pour les temporalités, mais également une invitation à prendre la mesure du fait que la question des figures du temps traverse désormais, de manière évidente, l’ensemble des champs du savoir contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Laurence Dahan-Gaida (dir.), Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2498

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

LEST-UMR 7317 Aix-Marseille Université
paul.bouffartigue@univmed.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page