Navigation – Plan du site
Lire

Dominique Royoux et Patrick Vassalo (dir.), Urgences temporelles. L’action publique face au temps de vivre

Éditions Syllepse, Paris, 2013
Yann Ferguson
Référence(s) :

Dominique Royoux et Patrick Vassalo (dir.), Urgences temporelles. L’action publique face au temps de vivre, Éditions Syllepse, Paris, 2013

Texte intégral

1Cet ouvrage propose essentiellement un bilan de politiques publiques territoriales françaises, conduites depuis les années 2000, qui intègrent et problématisent des enjeux de temporalité. La majorité de ses contributeurs est membre de l’association « Tempo Territorial » dont l’objet est de favoriser le partage d’expériences et la coopération entre les acteurs des politiques temporelles territoriales, mais aussi de promouvoir ce référentiel d’action auprès des décideurs publics et privés aux niveaux local, national et européen. Cette manière de concevoir l’action publique territoriale s’inspire de pratiques italiennes où, depuis 1985, sous l’impulsion notamment des femmes, les villes ont intégré l’approche temporelle pour penser ensemble le territoire physique et le territoire social.

2Le format du livre en lui-même incarne le thème traité. Réunissant trente-quatre contributions en près de trois cents pages, il propose une approche cadencée et non linéaire qui tend à fragmenter le sujet et à maintenir le lecteur dans une situation d’inconfort intellectuel vis-à-vis de l’objet d’étude. Des éclairages plus théoriques sont cependant persillés tout au long de l’ouvrage, offrant des pauses pour ordonner la pensée. Plus surprenant, les coordinateurs n’ont pas hésité à publier une contribution sous la forme de photographies (celles de José Garcia, enseignant retraité), ou encore « un récit de vie d’un enfant français, de parents issus de l’immigration » (celui de Bally Bagayoko, aujourd’hui conseiller général et maire adjoint de Saint-Denis). Ces approches s’ajoutent à l’introduction de Dominique Royoux et Patrick Vassalo, vive et énigmatique, à une structuration en trois parties guère plus explicite (« Services compris ! », « Pour l’ensemble », « En connaissance… ») et à l’absence de chapitres, pour composer un ouvrage affranchi des formats convenus, qui prend parfois des airs d’Exercices de style à la Raymond Queneau. Au final, si la lecture est rapide, l’accès à une vision globale des enjeux se conquiert lentement et pas totalement, malgré les nombreuses postfaces et épilogues, bienvenus, qui ponctuent l’ouvrage. Mais cet embarras que peut ressentir le lecteur reflète bien les situations vécues et racontées par les auteurs, qui rendent compte de processus encore largement expérimentaux, de chantiers ouverts, de démarches itératives, sans réel ancrage positif pour orienter leurs actions. Il est donc ici autant affaire d’émergence de nouveaux champs de questionnements que de réponses. Les acteurs apprennent, et le lecteur avec eux.

3Les acteurs des politiques publiques territoriales constatent et subissent d’abord les effets du dérèglement de l’horloge objective et subjective de la société et des citoyens. En ce sens, tous les auteurs décrivent à leur manière combien les temporalités sont devenues confuses et déroutantes pour ceux qui ont la charge de définir et construire l’action publique. Le paradigme temporel industriel à la fois linéaire, « formation-activité-retraite » (Christine Bellavoine), « gagner sa vie, quitter sa famille, se marier, emménager, procréer » (Philippe Labbé), « métro-boulot-dodo » (Lucie Verchère) et stable, « famille, travail, Église » (Évelyne Reeves), « stabilité professionnelle, résidentielle, familiale » (Christine Bellavoine), continue de dominer les représentations collectives et donc l’organisation sociale du temps, alors qu’il ne reflète plus le temps vécu. Celui-ci est marqué par un nouveau modèle, « aux temporalités plus fractionnées, imbriquées et différenciées, dans lequel les rythmes individuels désagrègent les grands rythmes collectifs » résument Chris Beyer et Dominique Royoux (p. 169). L’« économie servicielle », nous dit Christian du Tertre, concourt fortement à cette reconfiguration des temporalités. Contrairement à l’industrie où les biens sont produits dans des temporalités différentes de leur consommation, la plupart des services synchronisent les temps de production et ceux de l’appropriation. C’est pourquoi il devient urgent de trouver des dispositifs institutionnels pour réguler le partage des gains de productivité entre profits, pouvoir d’achat et temps de travail dans le but d’assurer à la fois la solvabilité des ménages et l’« accessibilité temporelle des services ». Or, le temps de travail, justement, est une donnée fondamentale mais de plus en plus insaisissable, tant le travail journalier (37 % des actifs lyonnais déclarent commencer ou finir leur travail en dehors des heures de pointe) qu’hebdomadaire : pour 60 % de ces actifs, les horaires changent selon les jours de la semaine. Se référant à Jean Viard sur la division par quatre du temps non contraint en un siècle, Lucie Verchère précise qu’en France, aujourd’hui, seuls 12 % de notre temps est consacré au travail et 88 % à autre chose. Mais cette « autre chose » n’est jamais très éloignée, malgré tout, des préoccupations professionnelles, tant les frontières entre le temps de travail sur site et le temps de travail hors site sont devenues poreuses. Et cette « autre chose » reste du travail, en particulier pour les femmes, évalue Catherine Dameron, qui sont passées de 49 heures de travail parental et domestique par semaine lorsqu’elles étaient inactives (contre 40 heures par semaine pour les hommes actifs) à 71 heures aujourd’hui pour une femme active (contre 62 heures pour l’homme). Il n’est en ce sens pas anodin que les politiques temporelles et la condition des femmes soient historiquement liées, dans la mesure où, en situation de double journée professionnelle et domestique, elles ont les premières eu à affronter les conséquences de la complexification des temporalités de la vie quotidienne. Comptant parmi les pionnières de ces politiques publiques en Italie, Sandra Bonfiglioli raconte comment le mouvement « les femmes changent les temps de la ville », qui est aussi le titre d’une proposition de loi d’initiative populaire, travaille les représentations de la ville suivant une logique de proximité et d’accès, en particulier aux services publics, dont les femmes sont les premières usagères car toujours en charge de la vie de la famille.

4L’échelle de la ville semble ainsi être l’espace-temps de référence pour engager les politiques temporelles. Même la campagne, nous dit Marie Danjean, souvent représentée comme préservée du phénomène d’accélération, voit ses rythmes converger avec ceux de la ville sous l’effet de la voiture et de l’accès à Internet. Plusieurs auteurs décrivent le développement d’un « urbanisme temporel », véritable défi à la fois pour la discipline et les traditions politiques de planification, dans la mesure où il implique d’intégrer dans une conception unifiée l’occupation et la gestion des sols. Sandra Mallet lui attribue trois niveaux de considération. Il s’agit d’abord de prêter attention à la diversité des rythmes quotidiens et de tenter de les coordonner, ce qui passe par l’amélioration de l’accessibilité aux services urbains, notamment en les regroupant afin de réduire les temps d’attente. Il est ensuite question d’envisager la « polychronie » des lieux, qui se rapporte à leur diversité rythmique, à leur faculté d’engendrer des usages pluriels en même moment. L’enjeu est surtout de prévenir des « conflits temporels » générés par l’intensification des activités durant certains temps, en particulier la nuit. L’« urbanisme temporel » s’intéresse enfin aux « enchaînements rythmiques », à la succession des pratiques, à la suite des événements, récurrents ou ponctuels, prévus ou imprévus. Les politiques temporelles conduisent ainsi les acteurs à recentrer leurs interventions sur les usages, prisme également déterminant dans les différentes démarches de recherche longuement décrites par Chris Beyer et Dominique Royoux. Pionnier, le courant géographique suédois dit « Time geography » se concentre sur les individus, leurs mouvements, le contexte spatio-temporel au sein duquel ils évoluent et les contraintes que leur impose leur cadre de vie quotidienne. Il en résulte des matrices origine-destination dont plusieurs déclinaisons illustrent l’ouvrage. Elle donne à voir les flux générés par le mouvement des individus dans l’espace et le temps. Le concept de « chronotope », développé sous l’impulsion de Sandra Bonfiglioli permet lui de spatialiser le temps en décrivant schématiquement « le rythme de vie des quartiers, ou aire urbaine et de mettre en exergue des possibles conflits d’usages spatio-temporels qui résultent de la rencontre de schémas d’usages différents » (p. 181). De son côté, Edith Heurgon propose elle de concentrer l’attention sur les « âges de passages », les adolescents et les seniors actifs, véritables trésors heuristiques pour passer du modèle de la « ville à produire », à celui de « la ville à vivre ». La « ville à produire », initialement conçue pour les actifs suivant le paradigme de la journée industrielle, ne renvoie plus à une réalité homogène qui pourrait servir de référence à l’action publique. Cette dernière, pour aborder les évolutions nécessaires, pourrait utilement se pencher sur ces « âges intermédiaires » réunis par deux préoccupations similaires qui font sens pour penser la « ville à vivre », l’autonomie et l’intégration sociale. On voit bien comment les pratiques de conception et de gestion de la ville sont déstabilisées et que les réponses demeurent empiriques et dépendantes des systèmes d’acteurs locaux. Les savoirs disponibles restent faibles ou inaccessibles pour les non-initiés, les documents d’urbanisme sont trop marqués par la dichotomie utilisation/gestions des sols, les empêchant de tricoter espace et temps. Chantal Trouwborst a raison en ce sens de souligner que l’« urbanisme temporel » implique de renoncer à un urbanisme de normes et de changer de culture, c’est-à-dire « de réintroduire de la stratégie, de favoriser une plus grande créativité dans les solutions envisagées, de laisser s’exprimer l’innovation architecturale et entrepreneuriale » (p. 201).

5On en vient alors au troisième apport important de l’ouvrage, à savoir comment les politiques publiques intègrent cette confusion des temporalités, et comment celle-ci interpelle le fonctionnement routinier des institutions. En premier lieu, les coordinateurs ont pris de soin de spécifier, pour chaque contributeur, l’intitulé du poste et/ou le champ académique dans lequel chacun puise sa compétence. Cela permet d’esquisser à la fois une épistémologie et un lexique institutionnel des politiques temporelles. On peut ainsi voir qu’au sein d’« agence des temps » (Grand Poitiers), de « délégation aux temps de la ville et aux services publics » (commune de Saint-Denis) ou « délégation aux temps urbains » (Dijon), de « bureau des temps de la ville » (Rennes), de mission « Temps & Services innovants » (Grand Lyon), d’un service « urbanisme prévisionnel et opérationnel » (Niort) s’activent des sociologues, des économistes, des géographes, des juristes, des psychosociologues, des consultants, des ethnologues, des urbanistes ou des anciennes assistantes sociales. Beaucoup d’entre eux évoquent la difficile institutionnalisation d’un enjeu public qu’ils estiment pourtant structurant. Sur le fond, d’abord, les politiques temporelles provoquent un basculement heuristique en plaçant la question des usages au centre des déterminants de l’action. L’époque où le service public, expression de l’intérêt général, imposait son rythme, 8 heures-12 heures, 14 heures-17 heures, où « les horaires des uns encadraient les obligations des autres », est révolue, écrit Patrick Vassalo. Désencastré des rythmes sociaux contemporains, le maintien de ces horaires exclut involontairement des populations entières de certains services. Afin de sortir du schéma de services publics générateurs de temporalités, les acteurs multiplient les études pour faire parler l’« expertise d’usage » (Guinemard). Des verrous commencent à sauter. À Neuville-sur-Saône, on expérimente le décalage des horaires entre les différents établissements scolaires pour décongestionner la circulation matinale (Catherine Dameron). Jean-Yves Boulin défend lui l’opportunité d’une ouverture des médiathèques et des bibliothèques le dimanche, dans un contexte de dérégulation des horaires des commerces mais aussi de baisse tendancielle de la pratique de la lecture. Expérimentée sur vingt-six territoires, il en ressort que le dimanche est le jour de plus haute fréquentation, avec une intensité supérieure (les usagers restent plus longtemps) et un public nouveau. Le dimanche permet aussi un usage moins consommateur de l’équipement culturel : seule un tiers de la population emprunte des livres, les autres restent pour travailler, lire sur place, rencontrer des gens ou participer à des animations. La mission de service public en est renforcée : « l’ouverture des médiathèques, en offrant une activité gratuite ou tout le moins peu onéreuse, porteuse d’une plus grande égalité dans les usages du temps dominical, renforce à coup sûr la solidarité sociale et territoriale » (p. 167), proclame l’auteur avec conviction. Dans un autre texte, Jean-Yves Boulin défend l’idée d’une offre intégrée de service sur un même lieu pour mieux articuler mobilité et proximité, suivant le modèle organisationnel des centres commerciaux. C’est le principe adopté par la mairie de Paris et ses Points d’information médiation multiservices (PIMMS), implantés dans des arrondissements populaires (Jean-Paul Brandela).

6Un autre type de réponse réside dans l’exploitation des possibilités offertes par les techniques d’information et de communication. Évelyne Reeves fait état du potentiel informationnel des technologies numériques pour collecter des données relatives aux usages, en suivant nos « traces numériques », précieuses pour réguler les flux de déplacement. Chris Beyer et Dominique Royoux soulignent les nouvelles opportunités de cartographier le temps que la démocratisation du géopositionnement procure, ouvrant la porte à la création d’outils de gestion des flux urbains en temps réel. Plus concrètement, les TIC permettent déjà une dématérialisation de certains services publics, propice à l’élargissement des plages horaires de disponibilités.

7Structurantes sur le fond, les politiques temporelles le sont également sur la mise en œuvre de l’action publique. Elles sont en premier lieu « multi », dans le sens où elles intègrent l’ensemble des logiques qui s’exercent sur un territoire : multi-acteurs, multiniveaux, multithématiques. Lucie Vercher : « sa vraie force [de la mission Temps & Services innovants du Grand Lyon] a été de pouvoir mettre autour de la table des acteurs qui ne rencontraient jamais et donc ne pouvaient comprendre les logiques de l’autre, ni ses attentes ». Mireille Terny et Dominique Royoux : « Il est vite apparu à l’équipe de l’agence, élus et techniciens, que le "temps" traverse toutes les problématiques : gardes d’enfants sur horaires atypiques, accessibilité aux services administratifs, de loisirs (des préadolescents notamment), culturels et sportifs, mobilité, aménagement de l’espace… » (p. 54). Si bien qu’à la Mairie de Dijon, Chantal Trouwborst a dû rassurer les services : « nous ne sommes pas une usine à gaz, nous agissons dans le concret » (p. 120). « Multi », les politiques temporelles sont également « inter », c’est-à-dire qu’elles sont contraintes d’assimiler les interactions entre ces différentes logiques, qui doivent dès lors être envisagées simultanément et non successivement et isolément. Les politiques temporelles forment idéalement des démarches « intersectorielles », « transversales », elles « articulent » des services, des actions, des compétences, des métiers, etc. Elles provoquent un « saut systémique » (« du soin à la santé ; de l’écoquartier à la ville durable, du dialogue social au dialogue territorial ») selon les mots de Benoît Guinemard, qui travaille sur le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire pour le conseil régional Nord-Pas-de-Calais. Chantal Trouwborst raconte bien comment, en début de mandature, l’absence de bureau l’a conduite à « aller vers les autres », « être sur le terrain », « aller de l’avant et au devant des collaborateurs et partenaires » (p. 120), à faire du lien finalement, autour des temporalités. Mais, aujourd’hui, elle en ressent aussi les manques : « Être avec les autres élus, les croiser souvent (ne serait-ce qu’à la machine à café !) me permettrait d’accéder à l’information, de la capter, mais aussi de la donner, en somme de partager ». Elle comprend que « la localisation spatiale de la mission a du sens », rejoignant Mireille Terny et Dominique Royoux pour qui « les agences des temps peuvent être riches de possibilités pour répondre à l’intégralité de ses besoins [de l’usager]… à condition qu’elles soient positionnées correctement dans l’organigramme des collectivités » (p. 59). Au sein du Grand Poitiers, en effet, l’Agence des temps a été placée sous l’autorité d’une adjointe également déléguée à l’accueil du public, la cantonnant le plus souvent à cette mission.

8Naturellement, les auteurs-acteurs de cet ouvrage, tous engagés et passionnés, donnent aux politiques temporelles territoriales une portée globalisante et totalisante, tendant à faire du temps LE levier anthropologique et sociétal pour envisager l’ordre social à venir. Jean-Yves Boulin n’hésite pas à affirmer que les initiatives en matière de temporalité sont « la matrice de l’émergence d’une conception du vivre ensemble inscrite dans la perspective du développement soutenable » (p. 281). Avec beaucoup d’enthousiasme, Magali Giovannangeli, présidente de la communauté d’Agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, raconte comment l’instauration de la gratuité dans les transports en commun a amorcé une « contre-culture du temps utile » à l’origine d’une réhabilitation du temps de la démocratie. Cela paraît si simple, et pourtant… On peut regretter aussi l’absence d’un texte qui aurait fait explicitement dialoguer les politiques temporelles avec un autre concept à prétention anthropologique, celui-ci plus anciennement installée dans les organigrammes, le développement durable. Les complicités philosophiques et pratiques entre les deux approches semblent évidentes, encore aurait-il fallu les préciser. En dépit de ces remarques, l’ouvrage est convaincant, particulièrement en ce qui concerne l’« urgence temporelle » à reconsidérer la culture des services publics par les temporalités, sous peine de créer des monstres institutionnels, comme le stupéfiant « accès rapide à l’emploi durable » à l’œuvre dans les dispositifs d’insertion de la jeunesse et ironiquement dénoncé par Philippe Labbé. L’ombre du « présentisme », véritable « négation du temps », cette « dictature de l’urgence » (Patrick Vassalo) deviendrait de plus en plus menaçante. Outre le fait qu’elle pourrait conduire à une privatisation de services publics qui n’auraient pas su prendre le tournant de la « révolution copernicienne » générée par la chute du paradigme industriel, le « présentisme » consomme les « temps communs » déjà érodés par le dérèglement et la dérégulation des temporalités.

9Arrivé à la fin du livre, le lecteur a moins de réponses que de questions, de certitudes que d’inquiétudes. Il a aussi envie de savoir comment les questions de temporalités sont traitées dans sa commune et d’en faire un nouveau point de vigilance citoyenne. Il a enfin le sentiment d’avoir assisté non à un cours, mais à une table ronde, illustration d’un enjeu d’action publique qui s’appréhende lentement et collectivement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Ferguson, « Dominique Royoux et Patrick Vassalo (dir.), Urgences temporelles. L’action publique face au temps de vivre », Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2852

Haut de page

Auteur

Yann Ferguson

Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP), enseignant à l’Icam de Toulouse
ferguson@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page