Navigation – Plan du site

Travailler pour son « temps de repos » ?

Sens et usages du temps hors travail des soignantes en 12 heures à l’hôpital public
Working for one’s “time off”? Care workers doing 12 hour shifts in public hospitals and the meanings and uses of their time-off
Trabajar para su "tiempo de descanso"? Sentido y usos del tiempo fuera del trabajo : el caso del personal sanitario en el hospital público
Fanny Vincent

Résumés

Initialement prévu dans la loi comme une dérogation, le travail en 12 heures se développe depuis plusieurs années à l’hôpital public, souvent à la demande des soignantes elles-mêmes, touchant de plus en plus de services et de professions. Loin d’être marginal, le 12 heures semble aujourd’hui être un moyen pour des soignantes sous pression de revendiquer un droit au repos et à la maîtrise de leur temps.
Mobilisant une enquête ethnographique dans les services de plusieurs hôpitaux engagée dans le cadre d’une thèse en cours, s’appuyant sur une quarantaine d’entretiens, cet article analyse les usages et les appropriations que les soignantes font du dispositif des 12 heures en termes de gains ressentis en matière de temps sociaux. Il propose ainsi de lire l’engagement des soignantes dans le dispositif du 12 heures comme un moyen d’émancipation sociale, en cela qu’il leur apparaît – au regard d’autres formes d’horaires telles que le travail en 8 heures – une opportunité pour équilibrer leur temps de travail et de hors travail, et réguler la place qu’occupe le travail dans leur vie. En ce sens l’article étudie notamment le sens du temps dégagé par le 12 heures au prisme de la maternité, compte tenu de la composition majoritairement féminine de la population paramédicale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Étant donné que la majorité de la population paramédicale est féminine, nous choisissons ici, de fé (...)
  • 2 Bien que ce terme recouvre de multiples réalités selon les acteurs qui l’emploient, nous entendons (...)

1À l’hôpital public, de plus en plus de soignantes12 souhaitent travailler en journées de 12 heures. Voilà une assertion qui questionne aussi bien par son objet (le temps de travail) que par le caractère (choisi) qui lui est assorti. C’est pourtant bien de là que part cet article qui se propose d’interroger ce qui paradoxalement apparaît être un choix. La première des raisons avancées par les soignantes à qui l’on pose la question ne se réfère pas directement au travail : « le 12 heures c’est bien parce que j’ai des jours de repos ! ». La deuxième réponse est plus nettement extraprofessionnelle : « le 12 heures, ça permet d’avoir une vie sociale, tu peux prévoir ».

  • 3 Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail
  • 4 Décret n°2002-9 du 4 janvier 2002 relatif au temps de travail et à l'organisation du travail dans l (...)

2Autorisées par dérogation après avis du CHSCT3 et initialement du comité technique d’établissement « lorsque les contraintes de continuité du service public l’exigent en permanence », les 12 heures sont prévues par l’article 7 du décret du 4 janvier 20024, résultant du protocole de 2001 sur la réduction du temps de travail dans la fonction publique hospitalière. Si les origines du travail en 12 heures sont floues, nous pouvons cependant affirmer que celui-ci est antérieur aux 35 heures et remonte, dans sa forme actuelle, aux années 1980 où de nombreuses infirmières spécialisées des blocs opératoires et services de réanimation fonctionnaient sur cette temporalité. Pour autant la demande croissante émanant depuis quelques années des soignantes elles-mêmes – des infirmières, mais aussi de plus en plus des aides soignantes – à vouloir travailler en 12 heures est quelque chose de nouveau.

3Les études chiffrées permettant d’évaluer le nombre de soignantes en 12 heures manquent. La seule indication d’ordre général dont nous disposons est celle de la nouvelle mouture du bilan social du ministère de la santé pour 2012, agrégeant les données de 348 établissements publics de santé. Pour la première fois cette année-là un indicateur visant à estimer de manière globale la « proportion d’agents concernés par un horaire dérogatoire en 12 heures » a été mis en place. Il en ressort que 10,5 % des agents des 239 établissements ayant répondu à la question sont « concernés par un horaire dérogatoire en 12 heures » (ATIH, 2014).Il apparaît en cela difficile de faire des 12 heures un phénomène marginal relégué à la périphérie d’autres formes de travail typiques telles que le travail en 8 heures.

4Devant l’extension et l’étendue du recours à des horaires dérogatoires en 12 heures, nous considérons le 12 heures comme un phénomène cohérent en soi, comme un dispositif amenant à réinterroger le rapport au temps et au travail à l’hôpital public aujourd’hui. Car une des caractéristiques principales du 12 heures est le nombre de jours travaillés. Il est en moyenne de 12 jours par mois, concurrençant ainsi les 20 jours minimum des agents qui travaillent en 8 heures (cf. Encadré 1), et dégage mécaniquement un nombre de jours de repos important.

5Nous choisissons d’envisager le 12 heures dans sa forme actuelle, non pas comme une rupture dans l’évolution des différentes formes de temps de travail, mais comme une étape dans un processus plus long où il est un moyen pour les soignantes de se réapproprier la place occupée par le travail dans leur vie.

6Si les jeunes générations semblent vouloir majoritairement s’engager dans le 12 heures, les anciennes sont nombreuses à s’être laissées convaincre ou à avoir accepté, voire demandé, ce changement de rythme de vie. Et c’est bien de cela dont il s’agit. Le 12 heures n’est pas seulement une organisation du travail différente du 8 heures. Il est avant tout pour les soignantes, jeunes ou plus anciennes, une nouvelle manière d’organiser le temps, entendu comme l’addition du temps passé au travail et pour le travail, et de celui passé hors du travail et pour soi.

Encadré 1 : Quels horaires à l’hôpital ?

S’il semble que les 35 heures aient permis, du moins dans un premier temps, de « standardiser les plannings » (Tonneau, 2003), la réalité des services hospitaliers aujourd’hui recouvre une grande hétérogénéité de pratiques en matière d’organisation du temps de travail. À l’échelle d’un établissement, plusieurs dizaines voire centaines de régimes horaires peuvent être recensées et il serait illusoire de prétendre pouvoir en faire le tour ici.
Il ressort néanmoins que les services de soins s’organisent majoritairement autour d’une norme temporelle standard ou « typique » (Thoemmes, 2012 ; Devetter, 2002) du travail hospitalier très souvent désignée sous le vocable de « travail en 8 heures », selon laquelle les équipes de jour (matin et après-midi) travaillent en général 7 heures et quelque et les équipes de nuit 10 heures, permettant ainsi un temps de chevauchement entre les équipes.
Pour autant, certains services fonctionnent avec des équipes de jour en 9, 10, 11 heures. Nous savons également que des services hospitaliers tournent en 3 fois 8 heures ou en horaires coupés.
Si certains hôpitaux ont ouvert des services directement en 12 heures, d’autres, et c’est cela qui se développe aujourd’hui, ont organisé ou assistent au passage en 12 heures de leurs services. Les demandes émanent soit des directions, soit des cadres de santé, soit des équipes elles-mêmes.
Soit les services fonctionnent exclusivement en 12 heures, de jour comme de nuit, soit généralement le jour est en 12 heures et la nuit reste en 10 heures (à ce moment-là les soignantes de jour arrivent en décalé). Les équipes de nuit en 10 heures sont souvent plus réticentes au 12 heures : le travail de nuit est déjà difficile sur 10 heures, et elles ont déjà un nombre important de « repos ». Aussi, des horaires en 12 heures les feraient souvent manquer le repas du soir en famille, voire partir à l’heure des embouteillages.
Il arrive aussi que certaines soignantes restent en 8 heures dans des services passés en 12.
Quels que soient les horaires (8, 10, 12 heures…), de plus en plus de soignantes sont appelées à tourner sur les postes de jour et de nuit. C’est à Paris où il nous semble que les équipes fixes, de jour ou de nuit (mais pouvant néanmoins alterner matin et après-midi en 8 heures), sont encore les plus répandues. Quoi qu’il en soit, partout la tendance est à la mobilité et à la flexibilité horaires.

7Cet article5 parcourt deux hypothèses. Il envisage tout d’abord le 12 heures comme l’expression d’un droit au repos et à la prévisibilité. Il se propose ensuite de lire l’engagement des soignantes dans le dispositif comme un vecteur d’émancipation sociale.

8L’enquête de terrain que nous menons depuis un an et demi nous a pour l’instant amené à adopter un point de vue essentiellement qualitatif (cf. Encadré 2). Sans céder au subjectivisme du discours des soignantes, nous analyserons les appropriations que les soignantes font du dispositif des 12 heures en termes de gains ressentis en matière de temps sociaux.

9Si certaines soignantes refusent de travailler en 12 heures, nous nous concentrons ici sur celles qui s’engagent dans ce dispositif et arrangent l’équilibre de leurs temps de travail et de hors travail (Pailhé et Solaz, 2010).

10Après avoir décrit les lignes saillantes du 12 heures, nous verrons quelles sont ses implications en termes de rapport au travail puis en termes d’arrangement des temps sociaux, en s’intéressant aux usages que font les soignantes des temps de repos.

Encadré 2 : Présentation de l’enquête de terrain

  • 6 Les noms des hôpitaux, puis des soignantes par la suite ont été modifiés afin de garder l’anonymat.

Ce travail mobilise une enquête qualitative, toujours en cours, par observation (environ 3 mois à temps plein au total) et par entretiens (environ 40), dans trois hôpitaux, deux Franciliens et un hors Île de France.
Dans le premier hôpital francilien, nous avons réalisé notre enquête exploratoire qui nous a permis de mesurer les attentes pesant sur le travail et les difficultés auxquelles les soignantes doivent faire face. Nous avons passé environ deux mois dans un service de gériatrie travaillant en 8 heures environ pour les équipes de jour, et en 10 heures pour les équipes de nuit. Nous y avons réalisé quelques entretiens avec les soignantes, la cadre et le chef de service.
Nous avons poursuivi l’enquête ethnographique dans un deuxième hôpital de région parisienne, l’hôpital Bernard Firomin6, où nous sommes allés dans les services de maternité et de pédiatrie pendant environ 2 mois également.
Les soignantes du service de maternité travaillent selon des horaires hétérogènes et souvent changeants. Les équipes de jour travaillent généralement en 8 heures et les équipes de nuit travaillent en 10 heures. Les équipes de nuit sont fixes, mais les équipes de jour alternent matin et « garde » (après-midi). Le service de pédiatrie travaille exclusivement en 12 heures, de jour comme de nuit. Les équipes sont fixes et leur roulement change peu.
L’hôpital a ouvert ses portes avec l’idée d’être un hôpital proposant « des horaires à la carte », selon un des syndicats de l’établissement. Les 12 heures figuraient déjà dans cette carte. Aujourd’hui, la plupart des services de l’hôpital fonctionne en 12 heures. C’est un hôpital de grande taille (plus de 2500 agents).
Là encore, en complément des observations, des entretiens ont été réalisés avec les soignantes et les cadres de santé de ces services, durant leur temps de travail. Ils ont principalement porté sur leur parcours professionnel, l’activité de travail et les conditions de travail, les plannings et l’articulation du travail et de la vie privée, ainsi que la place du travail dans leur vie.
À chaque fois durant les observations, nous avons suivi les infirmières, aides soignantes et auxiliaires de puériculture (dont le statut est assimilé à celui d’aide soignante) tout au long de leurs journées de travail de 8 ou 12 heures. Nous avons également fait quelques nuits en 12 heures. Le but était de saisir le travail réel, au concret et au quotidien, de manière suivie sur une période donnée. Cette phase ethnographique a donné lieu à de nombreuses discussions informelles.
Enfin, nous nous sommes rendus à Gueillan, dans un troisième hôpital à une centaine de kilomètres de la région capitale, dans l’optique de multiplier les approches sur les différentes manières de gérer le temps de travail d’un service et d’un établissement à un autre. Plus de 2 000 agents travaillent dans cet hôpital de province et plus de 60% des services de soins sont en 12 heures.
Ici nous n’avons pas réalisé d’observation, mais un grand nombre d’entretiens avec les soignantes et les cadres de trois services : les urgences/SMUR, fonctionnant en 12 heures de jour comme de nuit (les équipes tournent), ainsi que les aides soignantes d’un service de chirurgie, et les aides soignantes d’un service de gériatrie – ces deux services travaillant en 12 heures de jour et en 10 heures de nuit (les équipes sont fixes de jour et de nuit, mais il arrive régulièrement aux aides soignantes de chirurgie de travailler la nuit).
Les soignantes que nous avons rencontrées dans les trois hôpitaux et les six services lors des observations ou des entretiens, avaient entre 19 et 58 ans et étaient principalement des femmes.

Le 12 heures, un dispositif controversé

11Lorsque nous avons commencé à envisager notre travail sur le 12 heures il y a plus de 2 ans, le sujet n’intéressait pas. La Fédération Hospitalière de France et le ministère de la Santé, entre autres, se montraient peu concernés par la question, arguant que celle-ci relevait avant tout de la politique des établissements. Pourtant, en l’espace de quelques mois et sous la pression croissante des syndicats, majoritairement opposés à cette forme d’organisation du travail, le 12 heures a gagné en visibilité pour devenir un sujet « polémique » comme nous l’a confié un directeur d’hôpital. C’est alors que le ministère a décidé de mettre en place un groupe de travail sur la question.

12Si le sujet est aujourd’hui l’objet de multiples controverses, aussi bien chez les soignantes (on ne compte plus les articles publiés sur la question sur les sites Internet à destination des professionnels), chez les syndicats, que chez les directeurs d’hôpital, c’est parce que le 12 heures cristallise des enjeux à la fois économiques, réglementaires, de conditions de travail, de santé et de qualité des soins.

  • 7 Article 5 : « La durée du travail effectif s’entend comme le temps pendant lequel les agents sont à (...)

13Enjeux économiques d’abord. En effet, et c’est une des craintes des syndicats, le 12 heures peut, d’un point de vue mathématique, permettre de réduire le nombre d’agents nécessaires pour assurer la continuité des soins sur la journée de 24 heures dans un contexte budgétaire que l’on sait tendu pour les hôpitaux (Pierru, 2012). En effet, dans les services fonctionnant avec des équipes de jour et de nuit en 12 heures, le temps de transmissions entre les deux équipes est mécaniquement gommé. Quand classiquement deux équipes de jour en 7 heures 30 chacune et une équipe de nuit en 10 heures couvrent à elles trois une plage de 25 heures incluant 30 minutes de chevauchement entre l’équipe qui a fini et celle qui prend sa relève, deux équipes en 12 heures chacune couvrent 24 heures uniquement. Ce temps qui permet d’assurer « la bascule » entre les équipes, et de s’échanger les informations sur les patients du service et les consignes pour les prochaines heures disparaît officiellement. Mais cela ne signifie pas que les transmissions n’ont pas lieu. Dans le service de pédiatrie que nous avons observé, chaque équipe arrive en moyenne 10-15 minutes en avance pour prendre les transmissions, et l’équipe finissant reste 15 minutes de plus. Les journées de travail de 12 heures sont donc en réalité des journées de 12 heures 30 en moyenne passées dans les services, et plus encore lorsque l’on y ajoute les 10 minutes quotidiennes d’habillage et de déshabillage hors du service (qui sont légalement du temps de travail effectif). La direction de l’hôpital Bernard Firomin (BF) ne paie que 12 heures de travail journalier et considère alors les divers temps de pause pris au cours de la journée (ou de la nuit) comme n’étant pas du temps de travail effectif au sens de l’article 5 du décret de 20027, cela dégageant des minutes qui sont alors utilisées pour les transmissions.

14L’hôpital de Gueillan, refusant ouvertement de faire du 12 heures un moyen d’ajustement des effectifs, prévoit d’avance et de manière explicite sur les plannings des journées de 12 heures 25 qui seront payées comme telles, mais déroge par ce fait à la dérogation existante en matière de durée quotidienne de travail, comme le précise l’article 7 du même décret.

15Enjeux réglementaires ensuite. C’est le point sur lequel les syndicats basent leur argumentaire dans leurs actions en justice. Si la question du décompte ou de la non prise en compte du temps de transmission abordée précédemment est souvent mise en cause, celle des cycles de travail l’est également. L’article 6 du décret de 2002 indique effectivement que « la durée hebdomadaire de travail effectif, heures supplémentaires comprises, ne peut excéder 48 heures au cours d’une période de 7 jours ». Or, par exemple, dans le service de pédiatrie où nous sommes allés, comme dans bien d’autres services, notamment à Paris, les cycles de travail sont construits sur quatre semaines suivant l’alternance d’une petite semaine de 24 heures (deux jours de 12 heures), puis d’une grande semaine de 60 heures (cinq jours de 12 heures), deux fois de suite. Une semaine de repos est ensuite souvent générée pour chaque agent, au titre des repos compensateurs dégagés par les heures qu’il effectue au-delà des 7 heures quotidiennes exigées par les 35 heures.

16En dehors des cycles prévus, les syndicats pointent régulièrement du doigt les rappels sur les jours de repos, qui peuvent amener à dépasser les 48 heures de travail maximales réglementairement instituées pour 7 jours.

  • 8 Principalement en ergonomie, médecine du travail, chronobiologie...

17Enjeux de conditions de travail, de santé et de qualité des soins enfin. C’est certainement aujourd’hui l’enjeu le plus important aussi bien pour les syndicats que pour le ministère, à l’heure où la qualité de vie au travail est promue dans les hôpitaux. Si les nombreuses études8 sur la question ne sont pas univoques (Knauth, 2007), plusieurs tendent néanmoins à montrer un accroissement de la fatigue sur les postes en 12 heures, ainsi qu’une baisse de la vigilance et une augmentation du risque d’erreur au-delà d’un certain nombre d’heures travaillées (Smith, et al., 1998 ; Weibel et al., 2014), notamment dû à l’augmentation de la somnolence, tout particulièrement la nuit (Barthe, Quéinnec, 2005), et à l’accumulation d’une dette de sommeil.

  • 9 Mais nous verrons au fil de l’article que le travail de nuit n’est jamais un argument que les soign (...)

18Les soignantes que nous avons rencontrées concèdent d’ailleurs toutes que le travail en 12 heures la nuit est plus dur et qu’elles ont plus de mal à récupérer9.

  • 10 Nous utilisons ce terme ici entre guillemets, il est celui utilisé par les auteurs cités, mais nous (...)
  • 11 Cette question fait l’objet d’un chapitre d’ouvrage collectif en cours de publication.

19Souvent questionnées au prisme de la solution qu’elles pourraient constituer pour les soignantes d’un plus grand contrôle sur leur travail et d’une meilleure « conciliation »10 entre vie professionnelle et vie familiale (Barthe, 2009 ; Smith et al., 1998), les 12 heures sont souvent paradoxalement justifiées par une meilleure satisfaction du travail des soignantes. Si ce n’est pas l’objet de cet article11 il est toutefois intéressant de mentionner que les directions et les soignantes mettent souvent en avant la continuité des soins, « du matin jusqu’au soir » au chevet des patients, permise par le 12 heures. Les équipes soignantes sont les mêmes tout au long de la journée et seraient plus à même de répondre de l’évolution de l’état des patients au fil des heures, aussi bien aux médecins qu’aux familles. De plus, cela permettrait aux soignantes de lisser leur charge de travail sur 12 heures et de ne plus être stressées par le surcroît de travail, inachevé, qu’elles laisseraient aux collègues prenant leur relève, dans un contexte où l’activité augmente (Gheorghiu et Moatty, 2013).

20Après la présentation du dispositif du 12 heures et des enjeux qui lui sont attachés, il s’agit à présent de s’intéresser aux gains ressentis par ces soignantes en termes d’équilibre des temps de travail et de hors travail, afin de comprendre dans quelle mesure le 12 heures peut apparaître pour elles comme une « solution ». Le contexte de travail d’abord, apporte les éléments d’explication.

Le temps de travail : temps « gâché » ?

  • 12 Tarification à l’activité, mode de financement des hôpitaux, adoptée de manière croissante à partir (...)

21Le contexte actuel de travail est tendu : les services tournent avec des effectifs minimaux, les arrêts de travail et les rappels sur les jours de repos se multiplient, les impératifs de performance battent leur plein avec le tournant néolibéral des politiques hospitalières (Pierru, 2012), le 100 % T2A12 (Moisdon et Pépin, 2010) et les objectifs de performance qui y sont attachés (Belorgey, 2010). L’hôpital est une « entreprise » (Pierru, 1999).

22Concomitamment, la mise en œuvre de la réduction du temps de travail hebdomadaire en 2002 a constitué pour les hôpitaux – dans la mesure où le processus a été réalisé sans l’augmentation des effectifs escomptée – un choc de grande ampleur (Tonneau, 2003).

23Quoi qu’il en soit les recherches pointent du doigt une charge de travail qui augmente et intensifie le temps du travail, le rendant parfois difficilement supportable (Arnaudo et al., 2013 ; Cordier, 2009 ; Estryn-Béhar et al., 2004). Les propos d’Alice, 28 ans, infirmière de nuit en pédiatrie à BF, résument bien le désarroi qui s’empare aujourd’hui des soignantes :

« On a signé en sachant que la paie ne suivrait pas, on a signé en sachant qu’on serait pas reconnue, on a signé en sachant qu’on serait pas respecté dans notre métier. Mais y’a un petit truc en bas qui disait, "mais tu vas aimer ce que tu fais". Mais là j’aime pas ce que je fais. J’aime plus ce que je fais ! ».

24Le travail, pour Annick, 53 ans, dernière infirmière en 8 heures aux urgences de l’hôpital de Gueillan, c’est

« ultra-fatigant ! C’est devenu usant. Mais on est cassé ! Comme des journées d’hier, à 166 passages par 24 heures, c’est horrible quoi, on en peut plus. Oh non ça devient l’usine. On a l’impression de faire de l’abattage de soins. On met quelqu’un dans les box, hop, on le ressort aussitôt pour en remettre un. C’est un truc de fou hein. Ah ouais non ça devient…, ça devient dur. »

25Qu’elles travaillent en 12 heures ou non, de jour comme de nuit, de nombreuses soignantes que nous avons rencontrées expriment une insatisfaction à l’égard du travail qu’elles accomplissent et pour lequel elles n’ont « plus le temps » de prendre le temps (Acker, 2005). Cette intensification du travail se fait au détriment des temps de pause, de repas et de récupération. Une infirmière en pédiatrie nous confie par exemple qu’elle a « limite recommencé à fumer pour avoir [sa] pause clope » et descendre cinq minutes hors du service pour souffler et faire le point sur ce qu’elle est en train de faire.

26La majorité date cette dégradation des conditions de travail aux quatre ou cinq dernières années. Elles déplorent un travail qui a perdu de son sens et pour lequel elles n’ont pas de reconnaissance malgré l’investissement et les responsabilités que l’on exige d’elles. Une auxiliaire de puériculture en maternité explique que lorsqu’elle et ses collègues font remonter des problèmes dans le service, « on n’est pas entendues quand on le dit », « on nous rit au nez », qu’« ils en ont vraiment rien à foutre du personnel ». Une aide-soignante en gériatrie en 8 heures s’énerve lorsque nous lui demandons comment elle se sent à l’hôpital aujourd’hui : « frustrée, délaissée, à l’abandon ! […] T’as pas ton mot à dire ». « Quand tu râles on te dit c’est comme ça », poursuit une de ses collègue. Les soignantes ont souvent l’impression d’effectuer un travail invisible.

27Alors quitte à ce que le travail ne soit pas reconnu, quitte à ce que la journée même soit « gâchée » par la fatigue que celui-ci provoque ou par les rythmes atypiques attachés aux professions de la santé (Bouffartigue et Bouteiller, 2006 ; Arnaudo et al., 2013), autant rester en 12 heures. Comme le travail déborde et peut parasiter le temps hors-travail, c’est l’idée de concentrer le temps du travail qui s’est imposée ; quitte à venir travailler, autant venir pour 12 heures, pour de bon, et ne pas avoir à multiplier les jours au travail qui donnent l’impression d’être « tout le temps à l’hôpital », à l’instar de Cécile, 37 ans, infirmière aux urgences. Même si le travail tel qu’il est aujourd’hui l’épuise, elle préfère condenser ses jours de travail et ne pas revenir :

« Moi quand je suis arrivée on était à 70 passages [aux urgences dans la] journée. Quand on avait des pics à 90 on se disait... Là hier on était à 167, donc forcément qu’à un moment t’es fatiguée. La population vieillie, avec toutes les pathologies associées, tous les soins que tu dois faire. Donc voilà, à un moment donné tu fais de l’abattage, tu fais à la chaîne. Tu parles même quasiment plus aux gens puisque t’as plus le temps. Non c’est fatigant. [Les 12 heures], moi j’aime bien parce que, ouais t’es là 12 heures, t’es crevée parce que t’en as ras le pompon, mais au final au lieu de travailler…, enfin celles qui travaillent en 8 heures elles sont là tout le temps. Nous on est là 11 à 12 jours dans le mois. »

28Comme Annick plus haut, dans le même service, le chiffre du pic d’activité de la veille sert d’illustration à la dégradation de leur travail qu’elles qualifient d’ailleurs toutes les deux « d’abattage ». Pour autant, si Annick refuse justement le 12 heures parce que faire un travail « dur » et « super-physique » pendant si longtemps « c’est trop long », Cécile, de 16 ans sa cadette, tient le raisonnement inverse : c’est trop dur de revenir si souvent. L’âge peut alors être un facteur explicatif de cette différence, à l’instar de ce que certaines études ont montré (Knauth, 2007). D’ailleurs, si nous avons rencontré des soignantes en fin de carrière plébiscitant le 12 heures, les deux seules en 12 heures qui souhaitaient repasser en 8 heures, – pour des raisons de fatigue et de lourdeur du travail (toutes deux en gériatrie, à Gueillan) – avaient, comme Annick, une cinquantaine d’années (48 et 50 ans).

29Marie, 30 ans, infirmière en pédiatrie à BF va elle aussi dans le même sens que Cécile :

« Toute façon une fois que t’es là, que tu sois là pour 7 heures ou pour 12 heures, j’vais te dire on est plus à ça près. Parce que c’est l’avantage d’être en 12 heures… […] certes [quand tu es en 8 heures] tu commences à 6 heures et demi, mais tu finis il est 15 heures, mais 15 heures tu fais quoi ? T’es crevée, tu rentres chez toi et tu fais rien quoi. […] T’es en 8 heures, enfin même quand tu commences à 13 heures c’est super, mais le matin tu vas pas aller faire tes courses hein. »

30Le « on n’est plus à ça près » que lance Marie fait directement écho à la situation qu’Annick et Cécile décrivaient, quoi que n’étant pas dans le même hôpital. Pour elle, un jour de travail est une journée de perdue pour soi, pour les tâches que l’on a à faire à côté, alors autant la perdre en entier et ne pas revenir cinq fois dans la semaine.

31Toutefois cette manière de considérer les journées de travail comme des journées où cela ne change finalement rien de travailler 8 ou 12 heures renforce la potentialité de dépasser le cadre qui y est alloué : étant au travail, ayant prévu que ce jour-ci lui serait consacré, de nombreuses soignantes acceptent finalement de dépasser d’une demi-heure leurs horaires pour transmettre les informations aux collègues suivantes, comme cela se fait systématiquement en pédiatrie à BF. Une autre infirmière dans le service nous confie que c’est une contrepartie qu’elles « acceptent parce que personne ne voudrait retourner en 8 heures ». Cela fait partie de leur travail, et « être professionnelle » c’est aussi savoir partir en retard s’il le faut. La disponibilité temporelle des soignantes est dans ce cas invisibilisée.

32Les nombreux jours de repos dégagés par les 12 heures facilitent alors l’acceptation de la place occupée par le travail. Ce temps « de repos » gagné permet de compenser le stress et l’insatisfaction du travail grâce à un retrait plus long de la sphère du travail. Mais le « repos » n’en est souvent pas un, tout particulièrement quand on est une femme et plus encore quand on est mère.

Se dégager du temps pour être mère

33De jour comme de nuit, les soignantes expliquent leur attachement au 12 heures par les jours où elles ne travaillent pas. La maternité est un des marqueurs les plus discriminants dans l’usage de ces « jours de repos ». Passer du temps avec ses enfants est un argument qui revient régulièrement dans la bouche des soignantes, engagées dans le 12 heures parmi lesquelles de nombreuses sont mères. Cécile le souligne :

« Celles qui sont là en 8 heures, franchement pour la vie de famille, je sais pas. Enfin moi je trouve ça pas facile. Enfin moi quand je travaille pas, je suis avec mes enfants. Certes quand je suis pas là je suis pas là, mais…, c’est vraiment pas mal. Je passe plus de temps avec eux que n’importe qui qui travaille en 8 heures. »

34Sabrina, 25 ans, aide soignante aux urgences, est mère d’une petite fille de 2 ans et demi :

« Oui les journées sont longues, oui je vois pas ma fille, mais après j’en profite bien quand y’a mes journées de repos, donc… Je sais que je vais être toute la journée avec ma fille, je me dis pas que je vais avoir que le matin, aller vite, vite, mon petit ménage, aller vite je te fais un petit câlin et hop je vais au travail. Non. Je sais que j’ai toute la journée avec elle, je sais que je vais pouvoir m’amuser toute la journée avec elle, qu’on sorte, qu’on voit des choses. »

35Si elles conçoivent de ne pas voir leurs enfants pendant les jours où elles travaillent, les jours de repos qui suivent dégagent de grandes plages horaires qui donnent la sensation de pouvoir pleinement profiter de ses enfants.

36Fabienne a 36 ans et est aide soignante. Elle travaille en 12 heures en gériatrie, à l’hôpital de Gueillan :

« [Les 12 heures ?] Oui pour mes enfants. Ils me voient plus. Avant je travaillais tout le temps. J’ai eu ma grande, j’ai pas pu en profiter. Je l’ai pas vu grandir. Et je me suis dit les 12 heures c’est une occasion quand même, au moins la petite je pourrais plus la voir. Vie professionnelle et vie privée, ça colle mieux. »

37Comme Fabienne, Patricia, 37 ans, aide soignante en chirurgie, aurait aimé être en 12 heures quand ses enfants étaient petits : « j’ai l’impression d’avoir manqué plein de choses. Quand vous rentrez et que la nourrice vous dit “oh il a fait ses premiers pas”, “oh, sa première dent”… [rires en faisant signe de pleurer] ». C’est le sentiment de ne pas avoir été suffisamment présente et à la hauteur de son rôle de mère qui justifie une partie de son attachement aux 12 heures aujourd’hui. Éliane, 31 ans, aide soignante de nuit en pédiatrie à BF, peut, à l’inverse de Patricia, faire « des choses » avec ses enfants et s’impliquer dans leur scolarité – elle devient parent d’élève, les accompagne dans leurs sorties scolaires… –, grâce au temps dont elle dispose.

38Pour ces mères, la disponibilité qu’elles ont à offrir pour leurs enfants est une variable déterminante de la satisfaction qu’elles éprouvent de leur dispositif horaire. Elles correspondent en cela à la figure du bon parent, ou plus particulièrement de la bonne mère, disponible pour ses enfants (Odier Da Cruz, 2014).

39Mais cette disponibilité à un coût. Les jours où l’on travaille et si les enfants ne vont pas à l’école, il faut trouver un moyen de les faire garder. Avec des horaires et des jours de travail atypiques au regard de la norme standard de travail, c’est souvent au prix d’arrangements complexes que les soignantes parviennent à maintenir cet équilibre entre travail et repos auquel elles tiennent. Dans cette gymnastique organisationnelle familiale, la « nounou » ou les grands-parents sont les principaux appuis. Cécile et son mari doivent combiner leurs emplois du temps pour s’adapter à leurs enfants :

« C’est les week-ends qui sont compliqués… Enfin mon mari travaille en milieu hospitalier donc faut les placer, voilà à droite à gauche, essayer de pas être sur le même roulement. Mais bon après je suis là quand même souvent. À la maison. C’est sur les week-ends, faut être à l’inverse. Donc c’est pas faisable souvent. On a une nounou nous qui est bien, elle nous les prend le week-end sans problème. »

40Sabrina elle, vit seule avec sa fille. C’est à la fois la nourrice, une copine et ses parents qui l’aident pour la garder sur ses journées de travail. Mais elle préfère le 12 heures car elle n’a pas à réveiller sa fille tôt tous les jours :

« C’est pour ça que je dis que les 12 heures sont bien. Parce que moi le week-end quand je travaille, de toute façon elle est chez la grand-mère. Donc y’a maximum 2 jours d’affilée où elle va se réveiller. Par contre en 8 heures si t’as 4 jours d’affilée à faire du matin ou 5 jours, tu la réveilles tous les 5 matins. »

41Le mari d’Éliane travaille dans un hôpital également, mais de jour et ses horaires sont fixes. Ils arrivent ainsi à se débrouiller tous les deux :

« En 12 heures c’est vraiment parfait pour moi comme rythme. […] [Mon mari] il a des horaires qui se combinent bien. Il fait 7 heures-14 heures 30, à peu près. On se voit tous les jours, on peut passer du temps ensemble avant que j’aille travailler, donc c’est quand même important. […] C’est bien pour les enfants, parce que moi tous les matins je peux emmener mes enfants à l’école et puis quand je suis fatiguée lui tous les soirs il peut aller les récupérer, parce qu’il est à la maison à 15 heures et à 16 heures 30 il va les récupérer. […] J’ai pas besoin de payer de garderie […] Et puis l’année prochaine ma fille va rentrer au CP, avant de partir travailler je pourrai avoir un peu de temps pour lui faire faire la lecture. C’est des choses importantes. »

42À l’instar d’Éliane, Fabienne se débrouille avec son conjoint pour s’occuper de ses deux filles :

« Quand j’ai commencé les 12 heures mon mari il était au chômage. J’étais la seule à travailler donc forcément, il était là pour garder les enfants. Y’a besoin de personne. J’avais pas besoin de demander à mes parents. Au moins il était là pour l’école, il était là pour tout donc… Je me suis dit quand il va trouver un boulot on verra bien, c’est que deux jours. C’est que deux jours pour faire garder, c’est pas toute une semaine. Là j’ai de la chance il a trouvé un boulot à mi-temps. Les horaires d’école correspondent à son boulot, il va les rechercher l’après-midi. Moi tout va bien, tout colle. »

43Le « tout colle » de Fabienne atteste du puzzle qu’il faut parfois faire pour tout combiner.

44Et parce qu’elles veulent pouvoir profiter de leurs enfants en bas âge, les jeunes mères passent peu ce temps gagné à se reposer ; il est souvent l’occasion d’en faire davantage, consacrant par la densification des unités de temps la logique de l’accélération (Rosa, 2010) et aggravant la situation des femmes sur lesquelles repose déjà une double journée de travail (Méda, 2001). Lucile, 24 ans, est infirmière aux urgences. Elle est en plus pompier volontaire. Son mari est militaire et est régulièrement absent. Sa fille a 1 an et demi :

« La nuit j’ai l’impression de pas dormir profondément et en fait le matin j’ai toujours cette impression de vouloir redormir alors qu’en fait j’ai dormi par exemple 8-9 heures. Alors qu’avant je me levais le matin j’avais l’impression d’avoir eu un sommeil hyper récupérateur. […] Oui y’a la petite c’est sûr. C’est moi qui l’ai voulu aussi alors voilà hein, mais bon c’est un rythme à prendre après. Je sais pas si c’est mauvais ou pas de faire ça… On verra. En même temps ma fille je l’ai, je la garde. Mon boulot je l’ai, je le garde. Pompier je pourrais arrêter mais…, c’est pas non plus ça qui me prend le plus de temps. Je vois pas ce que je peux arrêter. Juste me reposer, mais j’ai toujours des trucs à faire. »

45Nous retrouvons Cécile, infirmière aux urgences, qui elle non plus, n’a jamais le temps avec ses enfants de 7 et 3 ans :

« En fait le temps que j’ai pour moi je le fais pour la maison. Pour l’entretien. Parce que j’aime aussi le faire hein. Après, m’octroyer une heure pour aller faire du sport j’ai pas. Enfin j’ai essayé hein, mais du coup j’ai pas le temps. Parce que le temps où c’était possible, c’est le mardi après-midi et c’est Max qui est au rugby, du coup j’ai quand même le petit avec moi. Du coup le mettre chez nounou pour que j’aille faire du sport… »

46Les jeunes mères apparaissent finalement comme l’image de l’individu faisant l’« expérience négative de la liberté » (Castel, 1995). Devant « continuellement payer de [leur] personne », elles ne peuvent, de par la charge domestique et familiale qui leur incombe, qu’elles intériorisent et qu’elles s’emploient à gérer, accéder à l’individualité et à la liberté promise par le 12 heures.

47Outre les enfants, le « ménage » est la seconde occupation des jours de repos des femmes. Juste après avoir expliqué que le 12 heures lui permettait de mieux articuler sa vie professionnelle et sa famille, Fabienne, l’aide soignante en gériatrie, enchaîne directement sur le deuxième avantage du 12 heures :

« On a plus de temps pour faire le ménage ! Parce que quand vous êtes de quart sur la semaine, vous avez pas envie de vous taper le ménage à gogo. Franchement. Que là l’avantage sur 4 jours, le premier jour vous en profitez pour vous, vous vous dites je me pose, je sors du boulot de mes 2 jours. Et le deuxième jour vous faites votre ménage en grand. Et le dernier vous restez tranquille pour reprendre le boulot le lendemain. »

48Le droit aux repos que nombreuses revendiquent grâce 12 heures est en fait assujetti à des temporalités contraintes, tout particulièrement aux temporalités domestiques et parentales, que plusieurs justifient par « le choix » qu’elles ont fait, femmes, d’être en permanence disponibles, à l’instar d’Angélique, 40 ans, aide soignante en chirurgie à Gueillan :

« Moi je ferais pas marche arrière. […] Les 12 heures, pour la vie de famille c’est quand même mieux. J’ai un petit loup de 14 mois donc du coup c’est très bien. […] On a eu des difficultés pour avoir notre loulou donc c’est vrai que ma vie est beaucoup tournée vers mon loulou, et moi il est hors de question quand je travaille pas que je le mette chez la nourrice. Mais c’est un choix personnel de me vouer entre guillemets, à mon mari et à mon fils. Mais c’est un choix. »

Avoir une vie en dehors du travail

49Pour les femmes, ce n’est que dès lors que les enfants vont à l’école ou sont grands et ont quitté la maison, que le conjoint est à la retraite et a du temps libre, que l’on a « fait [son] ménage », que le temps de « repos » devient réellement du temps libre et pour soi que l’on peut consacrer à ses activités ou à se reposer. « Aller chez l’esthéticienne », « faire du shopping », « faire du sport », « prendre soin de [soi] », « retrouver [ses] copines »…, sont les exemples donnés par les soignantes en 12 heures dont les enfants sont plus âgés.

50Si les pères que nous avons rencontrés ont eux aussi insisté sur le temps qu’ils pouvaient passer avec leurs enfants – aller les chercher à l’école, les emmener à droite à gauche, faire des activités avec eux, etc. –, en dehors de leur charge paternelle ce sont surtout le sport et le bricolage que les hommes citent comme occupation principale de leurs journées de libre. Didier, 52 ans, est ambulancier SMUR à Gueillan ; ses enfants sont déjà partis de la maison :

« Moi je faisais pas mal de sport, je faisais du VTT en compétition, je faisais des marathons, je faisais des raids. Donc avec des horaires comme ça c’était très bien. Ça me permettait de m’entraîner assez régulièrement. Que j’aurais pas pu me permettre quand je travaille du lundi jusqu’au vendredi. […] Par exemple demain 10 heures je vais aller faire de la marche. Demain c’est mon jour de repos. Jeudi je vais peut-être faire de la marche ou je vais faire un peu de vélo. Ça ouvre plus pour les loisirs. Avant je faisais de la plongée sous-marine, alors je pouvais partir en semaine aussi faire de la plongée. Et là la semaine dernière j’étais en repos, j’ai pu faire du sport toute la semaine, j’ai pu faire de la marche, du vélo, des bricoles, ça permet de faire plein de choses. »

51Se rapprochant davantage des hommes que des mères par l’usage qu’elles font de leurs nombreux jours de repos – que plusieurs appellent d’ailleurs des « vacances » –, les quelques jeunes soignantes sans enfant que nous avons rencontrées mettent elles aussi en avant leurs loisirs, leurs « sorties » entre amis et le fait qu’elles peuvent « en profiter », comme Anaïs, 24 ans, sans enfant, infirmière depuis 2 ans, pour qui les 12 heures étaient « un argument » pour venir travailler aux urgences de Gueillan :

« J’aimerai pas du tout retourner en 8 heures, même si au final je l’ai jamais fait. Mais là on a beaucoup d’avantages, on a beaucoup plus de vacances que dans un service classique, c’est vrai que ça permet… […] On sort plus [rires]. On profite plus en fait. […] Oui c’est notre travail, mais après c’est pas tout, notre vie à l’hôpital non plus. Moi je conçois pas ma vie tout le temps à être sur mon lieu de travail. Donc voilà, forcément au final, c’est mon travail mais après j’aime bien faire d’autres choses à côté. »

52C’est ici la question du sens du travail que pose Anaïs. Le travail n’est qu’une partie de sa vie, elle ne veut en aucun cas qu’il devienne « toute [sa] vie », c’est d’ailleurs pour cela qu’elle a choisi un service en 12 heures.

53De manière générale toutes ces soignantes – mères, hommes, jeunes – insistent sur la capacité qu’elles ont ou ont enfin, grâce au roulement qui va avec le rythme des 12 heures, de pouvoir avoir une vie en dehors du travail, de pouvoir prévoir, anticiper, stabiliser à l’avance leur temps, leurs activités, leurs rendez-vous. Il se dessine dans leur discours une rationalité calculatrice du temps qui échappe bien souvent aux soignantes travaillant en 8 heures. On retrouve Marie, infirmière à BF :

« On reste plus que pour le 12 heures toute façon. […] Pour le roulement, ne serait-ce que ça. T’as un roulement fixe donc forcément ça te permet d’avoir une vie sociale déjà un peu plus correcte qu’en 8 heures. Parce qu’en 8 heures, ils te changent ton planning tout le temps, tu passes du matin, d’après-midi. […] Franchement, ça te permet déjà de prévoir, ne serait-ce qu’une semaine à l’avance, de savoir si ce jour-là tu bosses ou pas ».

54Sabrina, à Gueillan, va dans le même sens :

« Moi, 3 mois avant je sais quand est-ce que je vais travailler. J’ai un roulement fixe. Alors qu’avant [en 8 heures], non, on n’avait pas un roulement fixe. On savait pas quel week-end on allait travailler, quel week-end on n’allait pas travailler… […] Avant on te disait, tel jour on est invité à un mariage. “Ba je sais pas, je travaille, va falloir que je demande à ma cheffe qu’elle me pose un congé”. Alors que même si ça pouvait tomber sur une journée de repos, j’étais obligée de poser un congé, donc je perdais un congé. Parce que moi je savais pas si je travaillais ou pas donc j’avais besoin de poser le congé parce que j’avais besoin de cette journée-là. Alors que là je sais que si je travaille mercredi, jeudi, si je suis invitée sur ce week-end-là, c’est bon j’ai pas besoin de poser de congé, c’est mes repos. »

55Paule, 53 ans, également aide soignante aux urgences, rejoint Sabrina :

« On n’attend pas nos vacances pour pouvoir prévoir un week-end quelque part ou 2 jours ou 3 quelque part. Alors que dans le passé en 8 heures, oui fallait les attendre nos vacances. Fallait poser parce que sinon… Et encore fallait pouvoir, fallait les avoir surtout. »

56En chirurgie à Gueillan, le planning n’est pas fixe et ce sont les aides soignantes qui l’élaborent ensemble. Chacune remplit sa ligne et elles s’arrangent ensuite entre elles s’il manque quelqu’un certains jours. La cadre valide en dernière instance. Mais là aussi la prévisibilité est possible, comme nous l’explique Béa, 44 ans :

« Pour prendre tes rendez-vous, tout bête, mais c’est l’idéal. Si tu veux prendre un rendez-vous chez le médecin pour dans 3 mois ou chez le gynéco pour dans 9 mois, bah tu peux. Parce que tu sais que t’as pas de contrainte parce que y’a toujours la possibilité de faire son planning comme on veut et de s’arranger avec la collègue, c’est souple. »

57Prévoir son temps, c’est pouvoir l’organiser. Disposer de jours de repos en semaine permet de prendre des rendez-vous. Ils sont un élément récurrent dans les justifications que les soignantes donnent de l’intérêt qu’elles trouvent au 12 heures. Ils apparaissent en filigrane comme l’exemple idéal-typique de l’emploi du temps maîtrisé.

58À chaque fois la lecture des usages de ces temps « de repos » se fait en creux de ce que le 8 heures empêche de faire. Le 12 heures se dessine et se définit en négatif, par la comparaison systématique avec le 8 heures, et ce dans tous les services en 12 heures où nous sommes allés. Il faut le lire comme une solution que ces soignantes ont l’impression d’avoir trouvée au regard de celles en 8 heures.

59Pour autant la prévisibilité du temps que ces soignantes mettent en avant « grâce aux 12 heures » ne doit pas masquer le fait que celle-ci découle non pas des 12 heures en elles-mêmes mais du roulement. La prévisibilité n’est attachée aux 12 heures que parce que les plannings en 8 heures sont dépourvus de toute stabilité.

60Si le 12 heures porte aujourd’hui la revendication de ces soignantes à un droit au repos, à la prévisibilité et à l’équilibre des temps sociaux, c’est parce qu’aucun autre roulement horaire n’offre cette stabilité qu’elles recherchent. Avant même le 12 heures, c’est de la possibilité de prévoir dont il s’agit. Avoir la maîtrise de son temps, c’est pouvoir s’émanciper socialement. C’est acquérir une liberté d’action pour les soignantes et s’affranchir du poids de l’histoire et des représentations, dans ces professions où le don de soi à l’institution hospitalière constituait la norme du travail (Divay, 2010 ; Véga, 1997), et dont les multiples appels à la conscience professionnelle que nous avons relevés dans le discours des cadres sont aujourd’hui le signe d’une certaine permanence.

Pouvoir travailler plus pour gagner plus

61Pour autant l’émancipation sociale des soignantes dont le 12 heures pourrait être porteur est entourée d’une relative précarité. Il peut en cela apparaître comme une démonstration des soignantes à s’affranchir d’un rapport expressif et vocationnel au travail qui colle à la peau de ces métiers du soin et qui institue leur travail avant toute chose comme l’espace public de leur émancipation (Ferreras, 2007). Le 12 heures, comme nous avons voulu le montrer, est une manière pour une partie des soignantes aujourd’hui de faire de cet équilibre travail/hors travail qu’elles tentent de trouver le moyen de leur émancipation sociale, là où leur travail, non reconnu et dont la qualité est empêchée (Clot, 2010), n’est pas suffisant.

62Mais l’équilibre est précaire et les conditions qui permettraient à celui-ci de se faire ne sont pas véritablement réunies. En effet, face à des salaires que toutes les soignantes jugent trop peu élevés, ces jours de repos qu’elles mettent tant en avant peuvent aussi s’avérer une source d’investissement intéressant pour gagner plus et remédier à des besoins d’argent ponctuels – « j’avais besoin d’acheter un frigo » –, pour partir en vacances, ou tout simplement pour pouvoir faire face au coût de la vie en général et « acheter un happy meal à [ses] enfants » par exemple.

  • 13 Heures faites suite à un rappel sur un jour qui n’aurait pas dû être travaillé.

63À cet égard, plusieurs cumulent un deuxième emploi, à côté de l’hôpital. Bien que cela soit interdit pour certaines professions, certains établissements ferment les yeux. Sinon, il y a les heures supplémentaires13 que proposent les cadres lorsqu’il manque du monde. Elles sont une opportunité, en interne, que la majorité des soignantes rencontrées saisissent lorsque c’est possible. Alice, infirmière de nuit à BF explique :

  • 14 Bernard fait ici référence à Bernard Firomin, homme dont l’hôpital porte le nom.

« Une nuit supp simple : 200-250 euros. En plus. Si c’est pas le week-end. Si tu fais un week-end entier en nuit supp, c’est la banqueroute là. Enfin c’est la banqueroute, c’est plutôt jackpot pour toi et banqueroute pour Bernard14. Ça peut monter jusqu’à 600 euros, le week-end supp. C’est pas négligeable. – Donc vous êtes demandeuses ? – Ouais. Vachement. Enfin celles qui veulent remplir leur portefeuille, elles demandent. »

64Mais se rendre disponible pour les heures supplémentaires n’est pas toujours chose facile, surtout pour les jeunes mères, et il faut encore une fois souvent savoir réorganiser son emploi du temps et faire une croix sur des jours auprès de ses enfants. Sabrina :

« Moi je sais qu’avec ma fille je peux pas revenir souvent. Faut trouver quelqu’un pour garder sa petite. Moi quand j’avais pas ma fille on m’appelait je venais direct. Puis ça nous fait de l’argent, et j’étais toute seule avec mon ex-mari. Ça nous fait de l’argent en plus, un petit week-end… Si on fait un samedi, un samedi de nuit, en plus ça tombe sur le dimanche, ça nous fait quand même 130 euros hein. Donc samedi, ça nous fait une bonne petite paire de chaussures ! (rires). Et du coup je revenais. Mais là du coup avec ma fille je préfère être avec ma fille. Mais les jours où je peux venir, je viens. »

65Cette dernière phrase de Sabrina témoigne du difficile arbitrage qu’elle doit faire : si elle peut faire garder sa fille, elle revient pour gagner un peu plus.

66À BF, lorsqu’ils acceptent de faire des heures supplémentaires, les agents signent une feuille qui sera transmise à l’administration pour paiement, mais ces heures n’apparaissent ni sur leur planning ni sur leur compteur horaire. Équivalent à un intérim interne de qualité pour l’établissement et à une activité complémentaire pour les soignantes qui connaissent l’établissement, l’appel aux heures supplémentaires, parce que son existence est invisible dans les plannings, s’apparente en de multiples points à un cumul d’activité autorisé déguisé.

67Ainsi les soignantes peuvent donc être prêtes à mettre de côté ce temps de repos gagné grâce aux plannings en 12 heures pour revenir travailler et engranger une rémunération supplémentaire. Signe d’un manque de reconnaissance financière du travail accompli et des responsabilités que l’on exige d’elles, les heures supplémentaires sont pour les soignantes un moyen de compensation paradoxal du travail par le travail. Opposer rapport instrumental et expressif au travail n’a ici pas de sens si l’on considère la pratique des heures supplémentaires. Le travail, par le manque de reconnaissance financière qu’il cause aux soignantes est bien aussi un instrument économique. Ainsi le 12 heures rompt avec le mythe de soignantes se donnant à l’institution par vocation et sans obligation de contre-don pour celle-ci ; face à des salaires qu’elles jugent trop bas au regard de ce qui est exigé d’elles, elles en appellent à un double contre-don : pouvoir travailler moins de jours (le 12 heures) et pouvoir revenir travailler à un meilleur salaire (les heures supplémentaires).

Conclusion

68Au cœur des bouleversements organisationnels majeurs que connaît l’hôpital, le développement du travail en 12 heures ces dernières années, même s’il ne concerne encore que 10 % des salariés, cristallise de nombreuses tensions, aussi bien au niveau national que dans les établissements. S’il constitue pour certains un retour en arrière indéniable, nous avons vu qu’il était paradoxalement pour une partie des soignantes un pas en avant vers un temps choisi, dans ces professions et cette institution dotée d’un fort pouvoir symbolique (Freidson, 1984), où le dévouement a longtemps prévalu et où les appels à la conscience professionnelle restent importants. À la fois femmes, mères et professionnelles, c’est bien souvent à elles que revient la charge de composer entre des temporalités contraintes qui empiètent souvent les unes sur les autres (Bozon, 2009).

69Par le roulement plus stable ou plus souple attaché aux plannings en 12 heures, par le gain temporel et financier en matière de transports, par la perspective de disposer enfin de journées devant soi permettant de s’atteler à ce deuxième travail qu’est le travail domestique, ou par l’opportunité que ce temps libre réinvesti en temps de travail représente financièrement, le 12 heures est devenu porteur, en l’espace de quelques années, d’une demande sociale forte. Il cristallise les revendications souvent silencieuses de soignantes en quête de reconnaissance et devient le signe pour les jeunes générations, d’un rapport au travail différent, où ce dernier doit pouvoir laisser place à une « vie sociale » à parts égales. L’institution hospitalière a souvent buté sur cette demande alors que cette dernière dessine les contours d’une émancipation sociale.

70Il convient néanmoins, pour conclure cette étude, de souligner l’importance de la dynamique à l’œuvre ces dernières années, où l’on voit parfois la plupart, voire l’entièreté des services de certains hôpitaux, passer les uns après les autres en 12 heures. Le ministère étant en passe de réaffirmer le caractère dérogatoire de cet horaire, son développement, souvent « hors des clous de la réglementation » comme les syndicats le répètent, interroge la portée normative de cette tendance dont on pourrait envisager qu’elle devienne, compte tenu des questions organisationnelles qu’elle soulève, « un instrument d’optimisation des [soignantes] par le temps » (Pillon et Quéré, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Acker F., 2005. « Les reconfigurations du travail infirmier à l’hôpital », Revue française des Affaires Sociales, n° 1, p. 161-181

Arnaudo B., Leonard M., Sandret N., Cavet M., Coutrot T., Rivalin R., Thierus L., 2013. « Les risques professionnels en 2010 : de fortes différences d’exposition selon les secteurs », DARES Analyses, n° 010

ATIH, 2014. Analyse des Bilans sociaux des établissements publics de santé à fin 2012

Barthe B., 2009. « Les 2x12h : une solution au conflit de temporalités du travail posté ? », Temporalités, n° 10

Barthe B., Quéinnec Y., 2005. “Work activity during night shifts in a hospital’s neonatal department : How nurses reorganize health care to adapt to their alertness decrease”, Ergonomia, n° 27, p. 119-129

Belorgey N., 2010. L'hôpital sous pression. Enquête sur le nouveau management public, Paris, La Découverte

Bouffartigue P., Bouteiller J., 2006. « Jongleuses en blouse blanche. La construction sociale des compétences temporelles chez les infirmières hospitalières », Temporalités, n° 4

Bozon M., 2009. « Comment le travail empiète et la famille déborde : différences sociales dans l’arrangement des sexes », in Pailhé A., Solaz A. (dir.), 2009. Entre famille et travail, des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, Paris, INED-La Découverte, p. 39-54

Castel, R., 1995. Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Gallimard, Folio essais

Clot Y., 2010. Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte

Cordier M., 2009. « L’organisation du travail à l’hôpital : évolutions récentes », Études et résultats, DREES, n ° 709

Devetter F.-X., 2006. « La disponibilité temporelle des femmes : une disponibilité sans contrepartie ? », Temporalités, n° 4

Devetter F.-X., 2002. « La régulation des temps de travail atypiques : entre allocation hiérarchique et transaction », Travail et emploi, n° 92, p. 57-69

Divay S., 2010. « Les précaires du care ou les évolutions de la gestion de l’"absentéisme" dans un hôpital local », Sociétés contemporaines, n° 77, p. 87-109

Estryn-Béhar M. et al., 2004. Santé, satisfaction au travail et abandon du métier de soignant, Étude PRESS-NEXT, Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Association hôpital du Bon-Secours, INRS

Ferreras I., 2007. Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Paris, Les Presses de Sciences Po

Freidson E., 1984. La profession médicale, Paris, Payot

Gheorghiu M. D., Moatty F., 2013. L’hôpital en mouvement : changements organisationnels et conditions de travail, Paris, Liaisons sociales

Junter-Loiseau A., 1999. « La notion de conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale : révolution temporelle ou métaphore des discriminations », Cahiers du genre, n° 24, p. 73-98

Knauth P., 2007. « Extended Work Periods », Industrial Health, n° 45, p. 125-136

Méda D., 2001. Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Éditions Champs-Flammarion

Moisdon J.-C., Pépin M., 2010. « Les impacts de la T2A sur les modes d’organisation et de fonctionnement des établissements de santé. Étude qualitative d’un échantillon de 8 établissements », DREES, Document de travail n° 97

Odier Da Cruz L., 2014. Parentalité et Normativité : l’exemple de l’Ecole des Parents de Genève (1950-2010), thèse de doctorat en sociologie, Université de Lausanne

Pailhé A., Solaz A., 2010. « Concilier, organiser, renoncer : quel genre d’arrangements ? », Travail, genre et sociétés, n° 24, p. 29-46

Pierru F., 2012. « Le mandarin, le gestionnaire et le consultant. Le tournant néolibéral de la politique hospitalière », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 194-4, p. 32-51

Pierru F., 1999. « L'« hôpital-entreprise » Une self-fulfilling prophecy avortée », Politix, n° 46, p. 7-47

Pillon J.-M., Quéré O., 2014. « La planification de l’action publique à l’échelle du planning », Temporalités, n° 19

Rosa H., 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte

Smith L., Folkard S., Tucker P., Macdonald I., 1998. “Work shift duration : a review comparing eight hour and 12 hour shift systems”, Occup Environ Med, n° 55, p. 217-229

Smith L., Hammond T., Macdonald I., Folkard S., 1998. “12-h shifts are popular but are they a solution ?”, International Journal of Industrial Ergonomics, n° 21, p. 323-331

Thoemmes J., 2012. « La fabrique des normes temporelles du travail », La nouvelle revue du travail, n° 1

Tonneau D., 2003. « La réduction du temps de travail dans les hôpitaux publics : des difficultés liées à l’organisation », DREES, Document de travail, n° 35

Véga A., 1997. « Les infirmières hospitalières : l’ambiguïté et la prégnance des représentations professionnelles », Sciences sociales en santé, n° 3, p. 103-132

Weibel L., Herbrecht D., Imboden D., Junker-Mois L., Bannerot B., 2014. « Organisation du travail en 2x12h : les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs », Références en santé au travail, INRS, n° 137

Haut de page

Notes

1 Étant donné que la majorité de la population paramédicale est féminine, nous choisissons ici, de féminiser le terme de « soignants ». Il en est de même avec les infirmières, aides soignantes qui sont majoritairement des femmes, et les cadres de santé des services. Nous préciserons lorsqu’il s’agit d’hommes, ou uniquement de femmes.

2 Bien que ce terme recouvre de multiples réalités selon les acteurs qui l’emploient, nous entendons ici la notion de soignantes selon son usage indigène. Les soignantes auxquelles nous nous intéressons ici désignent les infirmières et aides soignantes, dont la présence dans les services de soins est continue sur les 24 heures que couvre une journée. A la différence des médecins qui dépendent souvent d’une direction qui leur est propre, les soignantes dépendent de la direction des soins et des ressources humaines et sont soumises à un strict encadrement de leur temps de travail.

Majoritairement féminine, la population soignante reste mal reconnue pour la disponibilité temporelle que l’on exige d’elle (Devetter, 2006).

3 Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

4 Décret n°2002-9 du 4 janvier 2002 relatif au temps de travail et à l'organisation du travail dans les établissements mentionnés à l'article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière : « En cas de travail continu, la durée quotidienne de travail ne peut excéder 9 heures pour les équipes de jour, 10 heures pour les équipes de nuit. Toutefois lorsque les contraintes de continuité du service public l’exigent en permanence, le chef d’établissement peut, après avis du comité technique d’établissement, ou du comité technique, déroger à la durée quotidienne du travail fixée pour les agents en travail continu, sans que l’amplitude de la journée de travail ne puisse dépasser 12 heures ».

5 Travail soutenu par l’attribution d’une allocation GESTES / Région Île-de-France.

6 Les noms des hôpitaux, puis des soignantes par la suite ont été modifiés afin de garder l’anonymat.

7 Article 5 : « La durée du travail effectif s’entend comme le temps pendant lequel les agents sont à la disposition de leur employeur et doivent se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles ».

8 Principalement en ergonomie, médecine du travail, chronobiologie...

9 Mais nous verrons au fil de l’article que le travail de nuit n’est jamais un argument que les soignantes en 12 heures mobilisent pour justifier du choix d’un retour en 8 heures.

10 Nous utilisons ce terme ici entre guillemets, il est celui utilisé par les auteurs cités, mais nous ne le reprenons pas à notre compte, notamment en raison des sous-entendus qui lui sont souvent attachés (Junter-Loiseau, 1999).

11 Cette question fait l’objet d’un chapitre d’ouvrage collectif en cours de publication.

12 Tarification à l’activité, mode de financement des hôpitaux, adoptée de manière croissante à partir de 2004.

13 Heures faites suite à un rappel sur un jour qui n’aurait pas dû être travaillé.

14 Bernard fait ici référence à Bernard Firomin, homme dont l’hôpital porte le nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Vincent, « Travailler pour son « temps de repos » ? », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2896

Haut de page

Auteur

Fanny Vincent

IRISSO - Université Paris Dauphine
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75 016 Paris
fanny.vincent0@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page