Navigation – Plan du site

À qui profite le temps ?

Une analyse critique de la référence au temps dans les études sur la guerre
Who benefits from Time? A Critical Analysis of the Use of Time in War Studies
¿Quién saca partido del tiempo? Un análisis crítico de la referencia al tiempo en los estudios bélicos
Elie Baranets

Résumés

De nombreux auteurs décrivent le temps comme un facteur déterminant à l’égard de la guerre. Cela vaut particulièrement pour les guerres asymétriques, à propos desquelles le temps favoriserait le faible. Quant aux démocraties, leurs chances de victoire diminueraient à mesure que la guerre dure dans le temps. La guerre étant un processus complexe, il est délicat de déterminer avec précision quels sont les facteurs qui en déterminent l’issue. Les observateurs se trouvent alors dans une situation d’incertitude. S’ils parviennent à identifier certaines tendances, il leur est difficile d’isoler les facteurs pertinents. Par conséquent, plutôt que de démêler ce nœud de facteurs, ils préfèrent parfois affirmer que le temps en est un lui-même. Ici, le temps n’est rien d’autre qu’un concept par défaut. En réalité, il ne joue pour personne. Il n’est pas un facteur de la guerre, mais une dimension à l’intérieur de laquelle les facteurs opèrent. Des confusions majeures sont faites par les auteurs qui comparent ses effets avec ceux d’autres éléments, oubliant que le temps ne se situe pas au même niveau d’analyse. Il en est de même pour ceux qui traduisent brutalement leurs variables en termes temporels, et croient en mesurer la pertinence à la suite d’objectivations hasardeuses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une guerre ne se gagne, ni ne se perd, par la seule action du temps. Il est des confusions qui sont faites sur ce point, et que nous tenterons d’identifier. La tâche n’est pas aisée, tant les marques temporelles sont visibles sur l’image que nous nous faisons de la guerre. Plus précisément, les études sur la guerre en Relations internationales disposent de multiples repères qui s’inscrivent dans ce registre, et qui forgent notre conception de celle-ci. Complexe et multiple, la relation entre la guerre et les repères temporels peut, par conséquent, être abordée d’une multitude de manières.

  • 1 Plus précisément, la guerre est un combat prolongé, impliquant des forces armées organisées, et pro (...)

2Nous pouvons tout d’abord remarquer que nos représentations de la guerre, et, plus précisément, de ce qui fait son essence, renvoient au temps. Les noms attribués à plusieurs conflits armés dans l’histoire en portent le sceau, renvoyant à leur durée, ou encore aux périodes durant lesquelles ils se sont déroulés. Plus encore, en Relations internationales, on retrouve des considérations temporelles dans la définition même de la guerre. Celle proposée par le Correlates of War Project, pour élaborer la base de données qui est la plus utilisée dans la discipline, illustre ce point. En l’occurrence, un conflit armé, pour être considéré comme une guerre, doit provoquer la mort de mille combattants par période de douze mois.1

3Mais les marques temporelles ne servent pas qu’à délimiter la guerre par rapport aux autres situations. Plus généralement, elles sont présentes au cœur de théories et concepts majeurs de la discipline. À l’égard de la question de l’origine des conflits armés, et dans une perspective de temps long, c’est lorsque l’unité politique la plus puissante d’un système donné est déclinante par rapport à une autre unité politique de ce système, et que la seconde menace la position dominante de la première, qu’une guerre de grande envergure a des chances de se produire. À en croire ceux qui se réfèrent à cette théorie, il s’agit d’ailleurs d’une tendance dont la pertinence est durable, puisqu’elle est aussi bien invoquée à propos de la guerre du Péloponnèse dans l’antiquité que pour les guerres du vingtième siècle (Organski, 1958 ; Gilpin, 1981). Dans une perspective de temps court, on pourrait considérer qu’un État a plus de chances d’attaquer un autre État lorsqu’il considère que le recours immédiat à la force le met dans des meilleures conditions pour atteindre ses objectifs stratégiques que s’il décidait d’attendre (Van Evera, 2001).

4Dans les deux cas, la guerre éventuellement provoquée résulte d’un jugement rationnel : un acteur choisit d’utiliser la force, et de le faire au moment t, parce qu’en le faisant, il se trouverait dans une situation favorable comme belligérant comparé à la situation qui serait la sienne au moment t +1. C’est donc l’anticipation de la dégradation d’une situation à l’aune d’un écart de temps qui est belligène ici.

5Les références temporelles concernent également les catégories de guerre, puisque c’est une logique similaire à celle que nous venons de présenter qui justifie le recours à la guerre préventive ainsi qu’à la guerre préemptive. On distinguera l’une de l’autre en nous référant notamment à des temporalités. Dans une perspective de temps moyen, une guerre préventive a pour but de répondre à une menace qui pourrait se matérialiser. Dans une perspective de temps court, une guerre préemptive est censée contrer une menace perçue comme imminente (Doyle, 2008 ; Battistella, Petiteville, Smouts, Vennesson, 2012). En pratique, il est parfois délicat de faire la différence entre l’une et l’autre. C’est sur cette ambiguïté qu’a misé l’administration George W. Bush les mois précédant la guerre en Irak de 2003. L’incertitude quant aux moyens que pourraient utiliser les ennemis terroristes des Américains, ainsi que l’impossibilité de déterminer comment et quand cette menace se matérialiserait, impliquent un questionnement en termes temporels. « Le temps joue contre nous. Je ne vais pas attendre que des incidents surviennent alors que le danger grandit », déclare le président Bush devant le Congrès des États-Unis.2

6Se trouvant dans une situation d’incertitude, les acteurs de la guerre sont incités à invoquer le temps. Il en est de même pour les observateurs de la guerre. Mais si la combinaison ressemble à celle soulignée précédemment, le processus qui lui correspond est tout autre. La démarche qui nous intéresse est celle qui consiste à conférer au « temps » une force explicative, à lui attribuer de telles caractéristiques que l’on puisse s’y référer pour rendre compte du résultat des conflits armés. Il apparaît souvent, pour les observateurs de la guerre, comme un substitut à leurs carences cognitives, et c’est ainsi que le temps se voit artificiellement attribuer le statut de facteur, c’est-à-dire d’élément concourant au résultat de la guerre. Lorsqu’il est question de « temporalité ordinaire », soit celle des horloges, nous pensons qu’il serait plus approprié de considérer le « temps » comme « ce dans quoi les événements arrivent », pour reprendre l’expression de Martin Heidegger (Dubar, 2008). En cela, le « temps » pourrait davantage s’apparenter à un cadre, en lui-même non-structurant, à l’intérieur duquel se produisent des événements : nous emploierons le terme de dimension.

7Il sera moins question d’étudier ici directement le rapport entre le temps et la guerre que de fournir une analyse à propos de la manière dont les observateurs de la guerre se réfèrent au « facteur » temps. Or, lorsque ces derniers parlent du temps, il s’agit du temps cosmologique, mesurable de manière univoque et objective. La réification du temps qu’ils établissent est d’ailleurs un obstacle à la prise en compte de temporalités multiples. Par conséquent, nous nous référerons nous-même « au temps » au singulier – non qu’il ne s’agisse de la seule conception envisageable, mais parce que c’est celle retenue par les auteurs dont nous étudions les œuvres de manière critique. En l’occurrence, nous identifions trois usages différents du temps, que nous abordons successivement.

8Le premier consiste à utiliser la notion de temps de manière biaisée, afin de se représenter des processus délicats à appréhender par l’usage d’images qui les simplifient. Il n’est pas nécessairement problématique de procéder par approximation, a fortiori lorsque l’objet étudié est très difficile à cerner. C’est le cas pour la guerre. L’intérêt de cette démarche simplificatrice tient en ce que la réalité complexe devient intelligible. Néanmoins, lorsque l’on perd de vue qu’il s’agit précisément d’une simplification, la référence au temps peut être à l’origine de confusions majeures. Des observateurs de la guerre en général, et des guerres irrégulières en particulier, procèdent de cette manière, érigeant le temps en facteur du résultat des conflits armés, voire comparant ses effets avec ceux d’autres éléments sans prendre de précaution conceptuelle (1). Deuxième pratique que l’on observe de manière récurrente, celle qui consiste à traduire brutalement une variable en termes temporels, et à en mesurer les effets à la suite d’objectivations hasardeuses. Nous voyons notamment cela à l’égard des études sur les démocraties en guerre (2). Ces différents auteurs se réfèrent au temps de manière tout à fait impropre. En nous inspirant de l’œuvre d’un auteur comme Alexis de Tocqueville, nous préférons voir dans le temps cosmologique, non pas un facteur du résultat de la guerre, mais une dimension à l’intérieur de laquelle différents facteurs agissent (3).

Le temps perçu comme un facteur parmi d’autres dans la guerre : le cas des guerres irrégulières

  • 3 Le temps peut aussi apparaître comme facteur chez Sun Tze et chez Liddell Hart.

9Le temps que prend un belligérant pour engager la bataille a-t-il un impact décisif sur le résultat des opérations armées ? Il semblerait que oui. On retrouve en tout cas cette idée dans les travaux de stratégistes de toutes époques et origines, du Chinois Sun Tze au Britannique Basil Liddell Hart. C’est à de très nombreuses reprises que le premier aborde la question du gain et de la perte de temps, à laquelle il confère une grande importance (Sun Tze, 1999). Plus parcimonieux, le second développe une réflexion quant aux enjeux liés à la réduction des délais, notamment dans le but de ménager un effet de surprise visant à déstabiliser l’ennemi (Liddell Hart, 1999). Quant à Carl von Clausewitz, il souligne que « le temps qui s’écoule inutilisé tourne en faveur du défenseur » (Clausewitz [1832] 1955, p. 400).3

10Le temps est d’autant plus décrit comme un élément important dans la guerre qu’il existe un fort déséquilibre entre les capacités militaires des belligérants respectifs. Vulnérable dans le cadre d’une opposition frontale avec son puissant ennemi, le plus faible s’arme de patience et vise un objectif négatif : ne pas perdre lui permet alors de gagner. L’intention négative fait durer le conflit dans le temps, nous dit clairement Clausewitz, afin que la pure résistance conduise l’ennemi à l’abandon (Clausewitz, [1832] 1955).

  • 4 L’on pourrait nous objecter ici que, sans qu’il existe d’affrontements physiques, le maintien de tr (...)

11Le temps est souvent présenté, de manière erronée selon nous, comme un facteur dans la guerre. En soi, l’attente, comme l’action prompte, ne crée rien, et la durée du conflit ne favorise personne. En soi, l’allongement de la durée du conflit ne représente un coût pour aucune des parties combattantes. D’ailleurs, si les belligérants font une trêve et cessent leur activité, le temps passe de la même manière, et pourtant les coûts liés à la guerre n’augmentent pas.4 Dans une configuration où l’on décrit que des acteurs attendent d’être dans une certaine situation pour agir, l’élément pertinent n’est pas le temps, mais la situation attendue. Or, celle-ci ne provient pas, contrairement à ce que semble laisser entendre John Mearsheimer (Mearsheimer, 1983), de l’effet direct du sablier, mais du comportement des acteurs.

12Mais que doit-on penser lorsque Clausewitz lui-même semble ériger le temps en facteur affirmant que, sous certaines conditions, « la simple durée du combat suffira peu à peu à amener la dépense de force de l’ennemi jusqu’au point où son objectif politique ne sera plus un équivalent adéquat ; donc un point où il devra abandonner la lutte » (Clausewitz [1832] 1955, p. 75), ou encore que « le temps peut ainsi par lui-même entraîner un changement » ? (Clausewitz [1832] 1955, p. 695), et va même jusqu’à parler de « facteur temps » (Clausewitz [1832] 1955, p. 63) ?

  • 5 Ivan Arreguín-Toft ne rend d’ailleurs pas justice à Mack, puisqu’il expose ses propos de manière à (...)

13Assurément, ces formules font apparaître le temps comme variable explicative. Néanmoins, elles ne produisent que peu de confusions, dans la mesure où elles viennent ponctuer des passages argumentés à l’intérieur desquels les véritables facteurs sont identifiés. Il serait d’ailleurs complètement déraisonnable de critiquer les penseurs et observateurs de la guerre pour l’unique raison qu’ils invoquent la temporalité de cette manière. Si le temps est incontestablement ici un concept par défaut, y recourir ne traduit pas nécessairement un manque de rigueur. Nous entendons par là que tous nos énoncés, à un degré ou un autre, réduisent la complexité du monde réel. Récuser une notion sous le motif unique que son emploi relève de procédés simplificateurs, nous amènerait sans doute à les récuser toutes. Invoquer le temps se justifie d’autant plus à l’égard de la guerre qu’il s’agit d’un processus particulièrement délicat à aborder, et dont l’issue est hautement incertaine. Ainsi, Andrew Mack ne prête que peu le flanc à notre critique lorsqu’il conclut qu’ « avec le temps, les coûts de la guerre finissent inévitablement par générer une opposition en interne » (Mack 1975, p. 200).5 Il en est de même à l’égard d’Avi Kober soulignant : « Les sociétés occidentales sont moins enclines à payer un coût élevé pour des guerres dont l’enjeu n’est pas suffisamment important, et leur seuil de tolérance pour les coûts de la guerre a tendance à diminuer avec le temps » (Kober 2003, p. 10).

14En revanche, lorsque la simplification devient plus importante, le recours au temps peut devenir problématique. C’est le cas lorsque les observateurs de la guerre perçoivent le temps comme un facteur parmi d’autres dans l’issue des conflits armés, à l’image d’Allan Stam, recourant à une analyse quantitative pour mesurer l’impact de quinze facteurs sur le résultat des guerres, et désignant le temps comme l’un d’eux. En l’occurrence, il s’agit de la durée des conflits armés. Stam mesure, puis compare quantitativement l’influence de ces différents facteurs, le temps apparaissant alors comme l’un des plus importants (Stam, 1996).

15Objectiver le temps puis l’assimiler à un facteur parmi d’autres est donc une pratique commune chez ceux qui étudient la guerre. Mais on l’observe plus particulièrement à l’égard des guerres caractérisant l’opposition entre deux acteurs au potentiel militaire très inégal, soit des guerres asymétriques. C’est par conséquent à propos de cette dernière catégorie que nous nous attardons quelque peu.

  • 6 Cette tendance semble d’ailleurs s’accentuer avec le temps, de telle manière qu’au cours de la seco (...)
  • 7 Il n’est pas nécessairement question de la durée totale de la guerre ici, mais, plus généralement, (...)

16Il est remarquable que, à propos des guerres asymétriques, le belligérant le moins bien doté sur le plan matériel connaisse des succès fréquents.6 Les thèses avancées pour rendre compte de cette anomalie apparente sont variées, mais un élément est souligné de manière récurrente, au sujet de l’enjeu dans la guerre. Nous l’exposons un peu plus en détail ici. En l’occurrence, à l’occasion d’un conflit asymétrique, il semblerait que le plus fort se batte le plus souvent pour une cause qui lui est secondaire. Ce n’est pas le cas de son opposant, qui peut jouer jusqu’à sa survie, et apparaît, par conséquent, comme plus déterminé. Il devient alors un combattant coriace, tandis que son ennemi, pensant qu’il peut se remettre facilement d’une défaite, combat de manière pusillanime. Le temps est alors souvent décrit comme un facteur majeur, jouant justement en faveur du belligérant le plus faible. Ce dernier favorise l’approche stratégique indirecte, dans le sens où il vise moins à détruire les capacités militaires de l’ennemi que sa volonté de combattre. Prolonger la durée de la guerre doit y contribuer. Dans cette configuration, « le temps favorise le faible », affirme Ivan Arreguín-Toft (Arreguín-Toft 2001, p. 105).7 De la même manière, pour Colin Gray, « un ennemi qui est grandement désavantagé sur le plan matériel est contraint d’utiliser le temps contre vous. Il vise la victoire en évitant la défaite, persuadé qu’il sera plus endurant que vous » (Gray 2007, p. 45).

  • 8 Jeffrey Record aborde cet aspect à propos de la guerre du Vietnam (Record, 1998).

17L’emprise du « facteur temps » (Wilkinson [1925] 2010, p. 304), et son action en faveur du faible, est particulièrement soulignée lorsque celui-ci prend la forme d’une insurrection. L’insurrection connaît généralement une phase de recours à la violence par la guérilla. Les coûts que celle-ci s’attache à infliger à son opposant, estime Arreguín-Toft, « incluent la perte de soldats, les approvisionnements, les infrastructures, l’état d’esprit, et, le plus important, le temps » (Arreguín-Toft 2001, p. 103). « Le temps est une arme », apparaît d’ailleurs comme l’un des neuf principes proposés par Gray, que les gouvernements doivent retenir lorsqu’ils font de la contre-insurrection (Gray 2006, p. 25-26).8 Sir Robert Thompson souligne, quant à lui, les méfaits de l’impatience, surtout lorsqu’en face, la guérilla parvient à exploiter le temps. Il considère qu’il s’agit là de la « clé de cette stratégie » (Thompson 1968, p. 445).

18Ces arguments rejoignent le sens de l’idée générale que nous avons présentée précédemment : le belligérant le plus faible évite les affrontements directs avec son ennemi, dont il essaye de miner les velléités belliqueuses en faisant durer l’engagement dans le temps, ainsi qu’en augmentant les coûts, réels ou symboliques, que la guerre provoque pour ce dernier. Il tente alors d’anéantir sa volonté de combattre. Ce raisonnement, somme toute banal, peut apparaître comme pertinent d’un point de vue empirique. Néanmoins, la catégorisation du temps comme un facteur parmi d’autres est problématique d’un point de vue logique, et susceptible de conduire à des confusions.

19Nous avons proposé que le temps en soi n’agît en la faveur d’aucun des belligérants. Certes, les coûts humains ou matériels liés à la guerre sont susceptibles d’augmenter dans le temps. Mais cela signifie bien que les coûts de la guerre d’une part, et le temps d’autre part, n’opèrent pas au même niveau, le coût d’une action étant le facteur potentiel, et le temps la dimension qui l’englobe. D’ailleurs, considérer le temps qui passe comme une variable, au même titre que la sensibilité de l’opinion publique à l’égard des pertes humaines, pose un problème méthodologique : comment le chercheur peut-il isoler ces variables, s’il considère que l’une va avec l’autre ?

20L’incohérence qu’il existe à considérer le temps comme un facteur du résultat de la guerre apparaît plus précisément à propos de la contre-insurrection. À l’instar du belligérant le plus faible dans un conflit asymétrique, les insurgés affichent généralement un haut degré de détermination, et se reposent sur la « guerre prolongée » (Mao Tse-Toung, 1960). Le temps est alors largement perçu comme jouant en leur faveur.

  • 9 Tel que Mao le présente à de multiples reprises dans sa formule désormais devenue célèbre (« Une ar (...)
  • 10 Cette thèse a été relayée avec force par Andrew Krepinevich à propos de la guerre menée par les Éta (...)

21En gardant cette thèse à l’esprit, présentons parallèlement une idée dont la validité est toute aussi admise : une contre-insurrection, pour être menée avec succès, ne peut reposer exclusivement sur l’usage de la force militaire. Comme on retire un poisson de l’eau9, il faut s’assurer de rompre le lien qui existe entre l’insurrection et la population. Affaiblir la guérilla est nécessaire. Mais ce n’est pas suffisant. La masse doit reconnaître la légitimité du gouvernement, et percevoir ce dernier comme stable, crédible, et, si possible, bienveillant. La population ne peut guère adhérer au projet du gouvernement, et lui octroyer sa confiance du jour au lendemain. Pour ainsi gagner les « cœurs et les esprits », il faut engager une action politique durable. Celle-ci peut consister, par exemple, en des réformes institutionnelles ou en la mise en place de programmes économiques et sociaux.10 Or, tout cela prend du temps. Par conséquent, si le temps est un facteur, nous devrions sans doute conclure qu’il agit en faveur de l’acteur qui mène une contre-insurrection.

22À partir de là, et si nous considérons ces deux thèses comme pertinentes, compte tenu que leur validité est largement acceptée, nous nous trouvons virtuellement dans la situation selon laquelle le temps jouerait à la fois en faveur de l’insurrection et de celui qui la combat. En réalité, nous l’avons dit, le temps ne joue ni pour l’un, ni pour l’autre. Ce qui compte, ce sont les actions menées par les acteurs concernés pendant ce laps de temps, jamais le temps en lui-même. Mais en considérant le temps comme un facteur causal au même titre que d’autres processus, on ne peut plus établir cette distinction. C’est un constat similaire que l’on pourrait dresser à propos de la pratique qui consiste à traduire une proposition entière en termes temporels.

Le temps perçu comme le facteur central dans la guerre : le cas des guerres menées par les démocraties

  • 11 D’autres conclusions sont tirées par Reiter et Stam, comme celle que les démocraties favorisent les (...)

23Face à la complexité de la guerre comme fait social, et compte tenu de la multiplicité des facteurs qui influencent son dénouement, les observateurs sont incités à en simplifier les déterminants. Nous traiterons ici de la question de la propension des démocraties à gagner les guerres à titre d’exemple. Une multitude de forces peuvent agir sur le cours d’un conflit armé et avoir un impact sur la manière dont il se termine. Il est difficile de savoir à quel niveau les facteurs militaires, idéologiques, institutionnels, et moraux s’entremêlent dans ce processus, tout comme de déterminer le rôle précis joué par les différents acteurs, qu’il s’agisse des autres Etats sur la scène internationale, ou bien, en interne, des médias, et enfin de l’opinion publique, dont on connaît la faible tolérance à l’égard des pertes humaines (Gelpi, Feaver, Reifler, 2009 ; Segura, Gartner 1998). En tout état de cause, il semble que plusieurs de ces éléments soient imbriqués, de telle manière que la nation démocratique se trouve de plus en plus désavantagée à mesure que le conflit se développe. Par conséquent, plutôt que de démêler ce nœud de facteurs, plusieurs chercheurs préfèrent affirmer que le temps joue contre les nations démocratiques en guerre. En Relations internationales, Dan Reiter et Allan Stam sont de ceux-là (Reiter, Stam, 2002). Principaux auteurs au sein du débat portant sur l’efficacité militaire des démocraties, ils soulignent que le public est sensible aux coûts humains de la guerre. Or, le public est un acteur central au sein d’une démocratie, et ses préférences sont prises au sérieux par les gouvernants, lesquels, par ricochet, deviennent eux-mêmes sensibles au coût humain de la guerre. Par conséquent, les démocraties tendent à atteindre leur « point de rupture » relativement tôt dans la guerre, ce qui les amène à renoncer à continuer le combat face à leur ennemi non démocratique. Plus la guerre dure dans le temps, estiment Reiter et Stam, plus une démocratie a des chances de la perdre.11 Il n’est plus question ici du temps écoulé entre deux opérations militaires, mais bien de durée totale du conflit armé. En l’occurrence, après avoir observé empiriquement que les démocraties remportent effectivement moins de succès lorsque la guerre est longue, les auteurs concluent que leur hypothèse est corroborée.

24Ce raisonnement souffre d’un biais de nature logique. Invoquer le temps n’est pas pertinent au vu de la nature du raisonnement développé préalablement. La corrélation dévoilée par le travail quantitatif des auteurs ne nous dit rien sur les forces qui sont à l’origine du phénomène observé. À aucun moment Reiter et Stam ne montrent que c’est bien la sensibilité du public à l’égard des pertes humaines, ni la dépendance des gouvernants envers le public, qui provoquent cette faiblesse des démocraties. Une multitude d’autres facteurs peuvent y contribuer tout autant sans que les auteurs ne puissent en rendre compte.

  • 12 On trouvera d’autres exposés de leur raisonnement p. 167-168 et p. 183.

25L’égarement des auteurs s’observe à deux degrés. Au premier degré, ils traduisent dans le texte leur proposition centrale en termes temporels. « À mesure que les coûts de la guerre augmentent dans le temps, écrivent-ils, l’assentiment du public a tendance à décliner. Étant donné que les Etats démocratiques sont plus sensibles à l’érosion du soutien du public, il s’ensuit que, plus le temps passe, plus les démocrates initiateurs de guerre devraient devenir enclins à perdre, ou à se contenter d’un match nul, et c’est le cas » (Reiter, Stam, 2002, p. 172)12 Le temps est ici considéré comme un indicateur de leur variable indépendante, alors même que, nous l’avons vu, il ne peut l’être.

26Au second degré, Reiter et Stam n’utilisent plus le temps comme indicateur, ils vont jusqu’à en faire la cause du phénomène observé. Le temps en soi, réifié, remplace finalement purement et simplement leur variable indépendante. Affirmant que « le temps est un facteur central » (Reiter, Stam, 2003, p. 166), et soulignant « les effets du temps » (Reiter, Stam 2003, p. 179), les auteurs présentent alors de multiples courbes et tableaux censés valider leur raisonnement. Ils émettent l’idée qu’un pays démocratique sera, en moyenne, désavantagé en guerre à partir de dix-huit mois de combat, et soulignent de nombreuses tendances similaires. À titre d’exemple, en ce qui concerne les guerres « qui durent moins d’un an, les démocraties ont beaucoup plus de chances de l’emporter, 49 pour cent du temps contre 32 pour cent » (Reiter, Stam, 2002, p. 169). Un tel recours au temps est contestable. Les données statistiques qui en sont issues ne font que donner l’illusion de la certitude, de la rigueur et de la précision, alors même qu’elles traduisent un phénomène dont les auteurs ne peuvent finalement qu’ignorer les causes réelles.

  • 13 Le temps apparaît également souvent comme variable dépendante, ce qui est moins problématique (Blai (...)

27Une mise à l’épreuve quantitative de certaines propositions de Reiter et Stam est d’ailleurs opérée par Jason Lyall à l’égard des guerres de contre-insurrection. Ajoutant des variables de contrôle, il conclut qu’ « il n’existe que de maigres preuves soutenant l’affirmation que les démocraties diffèrent substantiellement des autocraties à propos de la durée moyenne de la guerre ou à propos du moment auquel survient la défaite. » (Lyall 2010, p. 186). Lyall met ici à mal la tentative de corrélation effectuée par Reiter et Stam. On notera toutefois qu’il ne souligne aucunement l’incohérence plus générale qu’il y a à utiliser la notion de temps de la sorte. Au contraire, c’est une pratique qu’il reproduit finalement lui-même. Il en est de même pour Branislav Slantchev, affirmant, pourcentages à l’appui, que « [p]lus une guerre est longue, plus on doit s’attendre à un mauvais résultat pour l’État qui l’a initiée » (Slantchev 2004, p. 827). Il est vrai que, comme nous l’avons souligné, les méprises sont courantes à l’égard de ce que constitue le temps, et plus précisément la durée des conflits armés, vis-à-vis du résultat des guerres. Cet élément apparaît tantôt comme une méta variable (Stam 1996, Clausewitz [1832] 1955), une ressource (Mack 1975), une variable intermédiaire (Stam, 1996), ou encore la variable indépendante (Reiter, Stam, 2002).13 Ni facteur, ni cause de l’issue des conflits armés, le temps devrait plutôt être perçu comme une dimension.

Le temps perçu comme une dimension dans la guerre : l’intérêt de la pensée d’Alexis de Tocqueville

28Nous avons dit que nous ne considérions pas le temps comme un facteur dans la guerre. Pour autant, faut-il alors bannir tout usage d’indicateurs temporels ? Nous nous penchons plus précisément ici, à titre d’exemple, sur l’œuvre d’Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Se situant aux antipodes de Reiter et Stam, et de la majorité des observateurs contemporains, Tocqueville estime qu’une démocratie s’expose grandement au risque de défaite au début de la guerre, mais a toutes les chances de la remporter par la suite. Il ne s’agit pas là d’une remarque anodine, que l’on pourrait observer au détour d’une réflexion que le Français propose sur la démocratie. Tout au contraire, Tocqueville s’attarde substantiellement sur ce point, affirme cette tendance avec force, et fait l’effort de développer une pensée argumentée pour y parvenir.

29L’intérêt de faire mention, voire de s’inspirer, de l’héritage de Tocqueville est double. D’une part, les idées dont il est question font sens dans le cadre de la réflexion globale qui est la sienne. D’autre part, on y trouve l’exemple d’une utilisation appropriée du temps cosmologique par rapport à la guerre, et plus précisément dans la manière dont la démocratie la mène.

30Au-delà de la question de la guerre, Tocqueville identifie une temporalité propre à la démocratie. L’égalisation des conditions qui caractérise cette dernière fait aspirer tous les hommes à améliorer leur position. La frontière rigide séparant les différentes classes en aristocratie n’est plus visible, et le cadre à l’intérieur duquel les interactions sociales se produisent n’est pas figé. Par conséquent, dans un pays qui se démocratise, les engagements de chacun s’établissent sur une durée plus courte qu’auparavant, et c’est la raison pour laquelle, par exemple, la durée des baux y connaît un raccourcissement remarquable.

  • 14 Certaines spécificités américaines peuvent donc épaissir le trait que Tocqueville trace, mais qui n (...)
  • 15 « Les américains changent fréquemment les lois, mais le fondement de la constitution est respecté » (...)

31Le rétrécissement de l’horizon temporel s’observe aussi dans le rapport qui unit gouvernants et gouvernés et, par extension, dans l’action publique. Que les hommes politiques doivent se présenter devant les électeurs pour se maintenir au pouvoir les rend dépendants des désirs de l’opinion, et de ses volontés changeantes. Cela provoque une forte instabilité législative, qui s’accentue lorsque, comme aux États-Unis, le mandat des représentants est bref.14 Les lois changent donc rapidement en démocratie15 et les décideurs ont une vision de leur action à court terme. S’en suit qu’il est plus délicat en démocratie qu’ailleurs de mettre en place des mesures dont les effets seront immédiatement critiqués, quand bien même on juge que leurs effets seront positifs au long terme. À la lumière des méfaits produits par la consommation excessive d’alcool aux États-Unis, Tocqueville estime qu’il faut attendre que le peuple lui-même prenne conscience de la nécessité qu’il existe à contraindre une activité qui lui est préjudiciable. Alors, si les erreurs que l’on commet en démocratie ont la particularité de pouvoir se réparer, Tocqueville estime néanmoins que « la démocratie ne peut obtenir la vérité que de l'expérience, et beaucoup de peuples ne sauraient attendre, sans périr, les résultats de leurs erreurs » (Tocqueville [1835] 1961, p. 339). En effet, le temps que nécessite ce processus pourrait bien manquer cruellement lorsque les méfaits de la liqueur sont remplacés par ceux qu’un conflit armé pourrait produire.

32Vertueux à bien des égards, le gouvernement démocratique apparaît toutefois, pour Tocqueville, comme mal adapté à la gestion des affaires extérieures. Celles-ci requièrent de la constance, lorsque la démocratie produit de la versatilité. Concernant la question spécifique de la guerre, Tocqueville montre que les démocraties souffrent d’un triple manque : manque d’intérêt à faire la guerre, manque d’une culture guerrière, et, enfin, manque de considération pour le métier des armes.

33En démocratie, pense Tocqueville, peu d’individus trouvent intérêt à la guerre. D’importants gains sont générés par le maintien de l’état de paix, notamment lorsque la démocratie se propage, entraînant avec elle l’essor de conditions égalitaires. Il en résulte un intérêt accru pour le développement du commerce et de l’industrie, activités plus profitables que ne l’est la guerre. Tocqueville juge d’ailleurs l’affrontement armé de deux démocraties comme « presque impossible », tout comme il considère que les démocraties sont plus pacifiques en général, en vertu de l’effet d’un intérêt et d’une culture favorisant la paix (Tocqueville [1840] 1961, p. 362).

34Le faible développement d’une culture guerrière au sein des sociétés démocratiques apparaît alors, chez Tocqueville, comme le deuxième facteur expliquant leur désavantage en termes militaires. À l’origine de cette tendance, la cause principale demeure inchangée : les mœurs s'adoucissent avec l’égalisation des conditions (Tocqueville [1840] 1961, 229-235).

35L’habitude perdue d’user de la force contribue à forger une culture de paix. Lorsque ce facteur est associé au premier, à savoir le manque d’intérêt à faire la guerre, le métier des armes est dévalorisé. Il s’agit de la troisième source de faiblesse pour les démocraties.

36La situation de paix prolongée que connaissent les démocraties restreint l’action de l’armée, diminue la fréquence des décès suite aux combats, et par conséquent les opportunités d’ascension hiérarchique pour les soldats. Dans ces conditions, la carrière de militaire n’attire pas les citoyens les plus brillants, ce qui déprécie encore davantage l’image de l’institution martiale. Ce mécanisme aboutit à la formation d’une armée de piètre qualité, menée par des officiers trop vieux pour mener efficacement leurs troupes. « Médiocre », notamment parce que perçue comme telle, l’armée d’une démocratie n’est pas apte à protéger le pays, devenu vulnérable en cas d’attaque provenant de l’extérieur.

37Ces trois caractères que Tocqueville prête aux démocraties exposent d’emblée ces dernières au risque de défaite. Néanmoins, leur portée se restreint à mesure que l’affrontement gagne en ampleur. Le fondement de chacun des trois facteurs s’érode lorsque la guerre est engagée ; il s’effondre lorsqu’elle se prolonge.

38Lorsque la guerre s’installe, elle cesse de constituer une entrave aux aspirations matérialistes des hommes, et elle devient elle-même l’unique industrie capable de les satisfaire. L’intérêt des hommes dans la paix et l’intérêt des hommes dans la guerre est identique : l’enrichissement matériel. Mais le contexte évolue, et avec lui les meilleurs moyens de mener cette quête.

39Concernant, ensuite, la culture de la paix qui existe en démocratie, Tocqueville estime qu’elle subit une profonde transformation lorsque l’état de guerre persiste. La guerre « brise les règles », fait naître « passions » et « désirs » qui convergent vers un éloge de l’effort de guerre, à tel point qu’existe « entre les mœurs militaires et les mœurs démocratiques, un rapport caché que la guerre découvre » (Tocqueville [1840] 1961, p. 380).

40Enfin, la mort de militaires sur le champ de bataille libère des places dans la hiérarchie, ce qui porte des officiers plus jeunes aux commandes, et participe au regain d’intérêt porté au métier des armes. Cela est d’autant plus le cas que la guerre est devenue une entreprise lucrative, et attire désormais les hommes les plus capables.

41La cause des faiblesses martiales des démocraties disparaît ainsi lorsque la guerre perdure. Plus encore, les hommes en démocratie serviront cet objectif en usant des aptitudes toutes particulières qu’ils démontrent lorsqu’ils accomplissent les tâches qui les enrichissent. Tocqueville juge alors que

  • 16 Potentiellement contradictoire avec cette conclusion, un autre passage du livre traite de l’aptitud (...)

« si la paix est particulièrement nuisible aux armées démocratiques, la guerre leur assure donc des avantages que les autres armées n’ont jamais ; et ces avantages, bien que peu sensibles d’abord, ne peuvent manquer à la longue, de leur donner la victoire » (Tocqueville [1840] 1961, p. 381).16

  • 17 Une citation apparaît dans l’ouvrage fort commenté de Bruce Bueno de Mesquita et de ses collaborate (...)

42Les politologues spécialistes du domaine concerné ne contestent pas réellement les arguments de Tocqueville. Mais jamais son œuvre n’est véritablement étudiée.17 On peut émettre l’hypothèse que son œuvre est jugée non conforme à la manière dont les démocraties se comportent, lesquelles semblent, tout à l’inverse de ce que prétend Tocqueville, d’autant plus vulnérables que le conflit dure dans le temps. Mais la totalité de la réflexion de ce dernier est-elle pour autant réfutée par les expériences récentes ? Nous ne le pensons pas.

43Tocqueville traite des conflits armés peu de temps après les guerres napoléoniennes. Lorsqu’il évoque la guerre, il s’agit manifestement d’un phénomène d’une tout autre envergure que les conflits qui font la majorité de l’échantillon de guerres – souvent limitées – sur lequel se basent les observateurs contemporains.

44Mais plus encore, nous pensons qu’exposer la thèse de Tocqueville en recourant exclusivement à des considérations temporelles revient à méconnaître ses propos. Il ne fait pas beaucoup de sens de réduire ainsi sa pensée profonde et rigoureuse, et surtout de juger de sa valeur en se focalisant sur la notion de durée, et en comptabilisant le nombre de semaines de combat. En substance, le temps n’a d’ailleurs pas de portée explicative chez Tocqueville. Ce n’est ni un facteur, ni une variable, mais bien une dimension.

45Ce ne serait pas trahir Tocqueville que de dire qu’il affirme qu’une démocratie est désavantagée au début de la guerre, puis qu’elle augmente ses chances de victoire à mesure que la guerre dure dans le temps. Mais ce serait se méprendre sur sa vision des faiblesses et des atouts des démocraties que de se contenter de décrire son idée en ces termes. Nous entendons par là que si les considérations temporelles que nous avons mentionnées sont bien présentes dans l’œuvre de Tocqueville, elles sont utiles pour résumer la thèse de ce dernier, à la condition que l’on ait conscience de la manière dont les véritables facteurs agissent.

46Tocqueville identifie plusieurs facteurs susceptibles de rendre l’armée d’un pays démocratique impropre à se montrer efficace lorsqu’elle prend les armes. Le processus décrit est conforme à son cadre théorique plus général, et la vision qu’il propose quant aux sources de faiblesse des démocraties est cohérente. Il en est de même pour ce qui est de l’explication des conditions de supériorité démocratique, dans un second temps. En étendant sa portée, la guerre crée les conditions pour que les mêmes forces décrites précédemment agissent de manière différente – nous pourrions même dire de manière inversée – sur le rapport des démocraties à la guerre. C’est le renversement du sens dans lequel opère le même mécanisme qui, finalement, les rend tout à fait redoutables.

47Nous nous attachons moins ici à nous positionner sur le fond de ce débat qu’à souligner que la référence que fait Tocqueville au temps lorsqu’il étudie la guerre est plus adéquate que celle qu’en font beaucoup d’auteurs contemporains. Il ne s’agit donc pas de souscrire aveuglément à ces arguments. Cela dépasserait d’ailleurs le cadre de notre questionnement. Néanmoins, la conclusion que Tocqueville tire, exposée en termes temporels, ne peut refléter le contenu de son analyse si elle est isolée de celle-ci.

Conclusion : la guerre au temps de l’incertitude

48Dans le cadre d’une guerre irrégulière, le belligérant le plus faible est-il favorisé par le fait que le conflit dure dans le temps ? En guerre, le temps joue-t-il contre les pays démocratiques engagés ? À en croire la majorité des observateurs de la guerre s’étant posé ces questions, tel est bien le cas. Abordant ces deux domaines à la fois, Ron Schleifer affirme que « le temps joue un rôle majeur en permettant aux insurgés de recourir à des opérations militaires limitées dans le but de vaincre une démocratie » (Schleifer 2003, p. 42). Qu’il s’agisse de l’attente stratégique ou de la durée de totale de l’engagement, le temps est régulièrement décrit comme un facteur central du résultat des guerres.

49D’une part, dans les configurations de fortes disparités matérielles entre deux parties combattantes, le plus fort a généralement moins à perdre que son ennemi. Ce dernier est alors prêt à s’engager dans une guerre longue et coûteuse en utilisant des moyens non conventionnels – il n’a souvent guère le choix – pour compenser la relative pauvreté de son arsenal militaire. Évitant les affrontements massifs, il profite de l’impatience de son ennemi pour finalement fréquemment remporter la victoire. Cependant, nous avons montré que le facteur causal pertinent à observer n’était pas le temps en soi, mais le coût de la guerre, dans toutes ses formes. Il est donc simplificateur de percevoir le temps – réduit à sa dimension de durée – comme un facteur de la guerre. Nous avons vu que considérer que le temps joue, de concert avec d’autres facteurs, contre un des belligérants, pose des problèmes logiques, puisque cela revient à mettre sur le même plan des éléments qui opèrent à des niveaux différents.

50En ce qui concerne les démocraties en guerre, d’autre part, il existe de nombreuses forces qui agissent potentiellement sur le résultat des conflits dans lesquels elles s’engagent. L’importance du rôle des citoyens, des capitaux, des médias, des normes libérales, des alliances entre États démocratiques à l’échelle internationale, ou encore des institutions démocratiques en interne, sont autant d’éléments que l’on peut prendre en compte, et qui complexifient le tableau général. Certaines régularités empiriques sont toutefois observées : à la longue, les démocraties semblent désavantagées. Il est toutefois délicat de déterminer avec précision quelles sont les causes de cette tendance. Par conséquent, plutôt que d’identifier la nature des forces en action, et la manière dont elles opèrent, beaucoup d’observateurs des conflits armés ont tendance à invoquer le temps. Celui-ci est artificiellement érigé en facteur central de la guerre, jouant en l’occurrence contre la démocratie. Or, en réalité, il ne sert personne. Le temps cosmologique n’est pas un facteur, mais une dimension accueillant l’effet des différents facteurs, comme on le perçoit chez Tocqueville. Ce dernier se réfère à des considérations temporelles afin de résumer son positionnement, mais ne manque pas d’identifier préalablement les facteurs du résultat des guerres, et la manière dont ils agissent dans le temps. Il n’assimile pas le temps à un facteur des processus qu’il étudie, ni à une variable explicative. À ce titre, il nous semble que son héritage est susceptible d’inspirer les observateurs contemporains lorsqu’ils étudient la guerre en des termes temporels. Plus précisément, le temps se retrouve trop souvent objectivé de manière hasardeuse, devenant le terme d’une équation formelle, il devient un remède à l’incertitude inhérente à cet objet d’étude.

51Les lacunes cognitives semblent alors masquées par l’introduction d’indicateurs temporels. Or, en guerre, celles-ci sont nombreuses.

« La guerre devint ainsi, dans son essence véritable, un jeu où le temps et le hasard battaient les cartes », écrit Clausewitz, soulignant lui-même le rapport entre la guerre, le temps et l’incertitude (Clausewitz [1832] 1955, p. 685).

52De manière générale, l’emploi de marqueurs temporels est fréquent lorsqu’il s’agit de se représenter des objets complexes. Cela peut conduire à réduire la qualité de la réflexion entreprise. On risque de perdre de vue ce qui constitue réellement l’objet d’étude, tout en croyant voir dans le temps qui passe une preuve de la pertinence de son raisonnement. Mais c’est oublier que, pour qu’une croyance se réalise, il ne suffit pas de clamer à répétition, à la manière des Rolling Stones, « Time is on my side ».

Haut de page

Bibliographie

Arreguín-Toft I., 2001. “How the Weak Win Wars. A Theory of Asymmetric Conflict”, International Security 26 (1), p. 93-128.

Baranets E., 2012. « Les pratiques démocratiques à l’épreuve de la guerre » in Holeindre J.-V., Murat G. (dir.), La démocratie et la Guerre au XXIe siècle. De la Paix démocratique aux guerres irrégulières, Paris, Hermann, p. 77-94.

Battistella D., Petiteville F., Smouts M.-C., Vennesson p., 2012. Dictionnaire des relations internationales, Paris, Dalloz.

Bennett D. S., Stam A. C., 1998. “The Declining Advantages of Democracy: A Combined Model of War Outcomes and Duration”. Journal of Conflict Resolution 42 (3), p. 344-366.

Blainey G., 1973. The Causes of War, London, MacMillan.

Bueno de Mesquita, B., Morrow, J. D., Siverson, R.M., Smith, A., (2003). The Logic of Political Survival, Cambridge, MIT Press.

Clausewitz C. V., [1832] 1955. De la guerre. Paris, Éditions de Minuit.

Doyle M. W., 2008. Striking First: Preemption and Prevention in International Conflict. Princeton, Princeton University Press.

Dubar C., 2008. « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités, 8 [en ligne].

Gartner, S. S., Segura, G. M., 1998. “War, Casualties, and Public Opinion”, Journal of Conflict Resolution, 42, 278-300.

Gelpi, C., Feaver, P., Reifler, J. A., 2009. Paying the Human Cost of War: American Public Opinion and Casualties in Military Conflicts. Princeton, Princeton University Press.

Gilpin, R., 1981. War and Change in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Gray C. S., 2007. “Irregular Warfare. One Nature, Many Characters”, Strategic Studies Quarterly, 1 (2), p. 35-57.

Gray C. S., 2006. “Irregular Enemies and the Essence of Strategy: Can the American Way of War Adapt?”. Rapport pour le gouvernement des États-Unis.

Holeindre J.-V., Murat G. (dir.), 2012. La démocratie et la Guerre au XXIe siècle. De la paix démocratique aux guerres irrégulières, Paris, Hermann.

Inbar E. (dir.), 2003 Democracies and Small Wars. London, F. Cass.

Kober A., 2003. “Western Democracies in Low Intensity Conflict: Some Postmodern Aspects” in Inbar E. (dir.), 2003 Democracies and Small Wars, London, F. Cass, p. 3-20.

Krepinevich A., 1986. The Army and Vietnam, Baltimore, Johns Hopkins University Press

Liddell-Hart, H. B., 1999. Stratégie, Paris, Perrin.

Lyall J., 2010. “Do Democracies Make Inferior Counterinsurgents? Reassessing Democracy's Impact on War Outcomes and Duration”, International Organization. 64 (1), p. 167-192.

Mack A., 1975. “Why Big Nations Lose Small Wars: The Politics of Asymmetric Conflict”, World Politics. 27 (2), p. 175-200.

Maoz, Z., 1990. Paradoxes of War: On the Art of National Self-Entrapment Boston, Unwin Hyman.

Mearsheimer J., 1983. Conventional Deterrence. Ithaca, Cornell University Press.

Organski, A. F. K., 1958. World Politics, New York, Knopf.

Record J., 1998. The Wrong War: Why We Lost in Vietnam, Annapolis, Naval Institute Press.

Reiter, D., Stam A. C., 2002. Democracies at War, Princeton, Princeton University Press.

Russett, B., 1990. Controling the Sword. The democratic Governance of National Security, Cambridge, Harvard University Press.

Sarkees, M. R., Wayman F. W., 2010. Resort to War: A Data Guide to Inter-state, Extra-state, Intra-state, and Non-state Wars, 1816-2007, Washington, D.C.: CQ Press.

Schleifer R., 2003. « Democracies, Limited War and Psychological Operations » in Inbar E. (dir.), 2003 Democracies and Small Wars, London, F. Cass, p. 41-53.

Singer J. D., Small M., 1972. The Wages of War, 1816-1965: A Statistical Handbook, New York, Wiley.

Singer J. D., Small M., 1982. Resort to Arms: International and Civil Wars, 1816-1980. Beverly Hills, Sage.

Slantchev L. B., 2004 “How initiatirs End Their Wars: The Duration of Warfare and the Terms of Peace”, American Journal of Political Science, 48 (4), p. 813-829.

Stam A. C., 1996. Win, Lose, or Draw: Domestic Politics and the Crucible of War, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Sun Tze, 1999. L’art de la guerre, Paris, Economica.

Thompson R., 1968. “Quarring the Error”, Foreign Affairs, 46 (3), p. 442-453.

Tocqueville, A. de, [1835-1840] 1961. De la démocratie en Amérique, 2 volumes, Paris, Gallimard.

Tse-Toung Mao, 1960. De la guerre prolongée, Pékin, Éditions en langues étrangères.

Van Evera, Stephen. 1999. Causes of War and the Roots of Conflict, Ithaca, Cornell University Press.

Wilkinson D. B., [1925] 2010. The Direction of War. A Study and Illustration of Strategy, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Plus précisément, la guerre est un combat prolongé, impliquant des forces armées organisées, et provoquant au moins mille morts au combat sur cette période. Par ailleurs, le repère temporel utilisé dans la définition de la guerre n’a pas toujours été celui-ci. À l’origine du projet, David Singer établit, avec Melvin Small, le seuil à mille morts au combat sur toute la durée de la guerre (Singer, Small, 1972). Par la suite, le cadre temporel du seuil de létalité est adapté en fonction de la nature des conflits : il doit être de mille morts au combat sur toute la durée du conflit en ce qui concerne les guerres inter-étatiques (c’est-à-dire n’impliquant que des États), et de mille morts au combat par an pour les guerre « extra-systémiques » (pour lesquelles un acteur étatique est opposé à un acteur non-étatique) (Singer, Small, 1982). Aujourd’hui, le seuil de mille combattants morts par période de douze mois est harmonisé, dans le sens où il est le même quel que soit la nature du conflit armé (Sarkees, Wayman, 2010).

2 On trouvera le verbatim du discours en anglais à l’adresse internet suivante : http://www.washingtonpost.com/wp-srv/onpolitics/transcripts/sou012902.htm (page consultée le 29 Janvier 2015).

3 Le temps peut aussi apparaître comme facteur chez Sun Tze et chez Liddell Hart.

4 L’on pourrait nous objecter ici que, sans qu’il existe d’affrontements physiques, le maintien de troupes sur le terrain de la guerre génère des coûts matériels. Les coûts peuvent même être politiques si le public, en interne, montre des signes de lassitude vis-à-vis d’un conflit qui ne cesse pas, et surtout qui éloigne les soldats de leur pays. « Plus la guerre est longue et coûteuse, plus la perte de suffrages est importante [pour les gouvernants] », affirme Bruce Russett (Russett 1990, p. 47) Sans entamer inutilement de raisonnement tortueux, il nous faut tout de même voir ici que ce n’est pas le temps qui est à l’origine de ces coûts, mais le fonctionnement d’une armée à propos du premier argument, et la mobilisation de soldats pour le second. Qu’en est-il alors de l’idée selon laquelle le public se lasserait d’une guerre parce que celle-ci dure dans le temps ? D’une part, d’un point de vue empirique, nous ne pensons pas que ce soit la durée de la guerre, en soi, qui lasse le public, mais plutôt la réalité de la guerre par rapport aux attentes (Maoz, 1990) et annonces publiques préalables (Baranets, 2010). D’autre part, et indépendamment de cette thèse, ce n’est de toute manière pas le temps qui est ici un facteur, mais la manière dont le public perçoit temporellement la guerre. Ce sont donc toujours les activités des hommes, et la manière dont celles-ci sont perçues par les différents acteurs, qui sont de potentiels facteurs. Le temps seul ne peut avoir ce statut.

5 Ivan Arreguín-Toft ne rend d’ailleurs pas justice à Mack, puisqu’il expose ses propos de manière à faire apparaître la guerre comme un facteur, chose qu’elle n’est pas chez ce dernier (Arreguín-Toft, 2001).

6 Cette tendance semble d’ailleurs s’accentuer avec le temps, de telle manière qu’au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, plus de conflits asymétriques sont remportés par le faible que par le fort (Arreguín-Toft, 2001).

7 Il n’est pas nécessairement question de la durée totale de la guerre ici, mais, plus généralement, du temps observé entre deux opérations. « En termes de conflits asymétriques, le délai favorise le faible », estime ainsi Arreguín-Toft (Arreguín-Toft 2001, p. 107).

8 Jeffrey Record aborde cet aspect à propos de la guerre du Vietnam (Record, 1998).

9 Tel que Mao le présente à de multiples reprises dans sa formule désormais devenue célèbre (« Une armée qui est dans le peuple comme un poisson dans l’eau »).

10 Cette thèse a été relayée avec force par Andrew Krepinevich à propos de la guerre menée par les États-Unis au Vietnam (Krepinevich 1986).

11 D’autres conclusions sont tirées par Reiter et Stam, comme celle que les démocraties favorisent les guerres facilement gagnables, et en peu de temps. Mais nous préférons ici nous focaliser sur celles qui entrent dans le cadre de notre questionnement. Par ailleurs, l’essentiel des réflexions qui apparaît dans l’ouvrage des deux auteurs au sujet de l’impact du temps sur le résultat de la guerre est en réalité issue d’un article qu’Allan Stam a co-écrit avec Scott Bennett (Bennett, Stam, 1998). Mais l’ouvrage reproduisant cet article étant devenu la référence principale du débat qui nous intéresse, il nous paraît plus pertinent de renvoyer à ce dernier.

12 On trouvera d’autres exposés de leur raisonnement p. 167-168 et p. 183.

13 Le temps apparaît également souvent comme variable dépendante, ce qui est moins problématique (Blainey, 1988). Lorsqu’elle n’est pas considérée comme un facteur en soi, la durée d’un conflit armé peut tout à fait constituer un objet d’étude.

14 Certaines spécificités américaines peuvent donc épaissir le trait que Tocqueville trace, mais qui n’en est pas moins visible chez toutes les démocraties. Et s’il faut prendre soin de distinguer ce qui est démocratique de ce qui est américain, Tocqueville est lui-même suffisamment explicite sur cette nuance pour que le lecteur ne soit pas induit en erreur. Autre particularité des Américains ayant une incidence en termes temporels, leur adhésion aux valeurs républicaines ou, du moins, à ce qu’ils perçoivent comme tel : « Ce qu'on entend par république aux Etats-Unis, c'est l'action lente et tranquille de la société sur elle-même. C’est un état régulier fondé réellement sur la volonté éclairée du peuple. C’est un gouvernement conciliateur, où les résolutions se mûrissent longuement, se discutent avec lenteur et s’exécutent avec maturité. » (Tocqueville [1835] 1961, p. 574).

15 « Les américains changent fréquemment les lois, mais le fondement de la constitution est respecté », prends toutefois soin de préciser Tocqueville (Tocqueville [1835] 1961, p. 578).

16 Potentiellement contradictoire avec cette conclusion, un autre passage du livre traite de l’aptitude des hommes en démocratie à fournir un effort intense… tant qu’il s’inscrit dans un horizon temporel circonscrit. Cela vaut particulièrement pour la guerre. Tocqueville écrit que « les hommes s’exposent aux dangers et aux privations par enthousiasme, mais ils n’y restent longtemps que par réflexion » (Tocqueville [1835] 1961, p. 336). Or, ce sont précisément les peuples démocratiques qui sont inaptes à produire une réflexion qui rende souhaitable cette prise de risque et un sacrifice. Autre raison pour laquelle l’homme rechigne à s’engager dans une entreprise belliqueuse en démocratie : il y a moins à espérer pour le noble en termes symboliques, et plus à perdre que lui en termes matériels, surtout s’il est pauvre.

17 Une citation apparaît dans l’ouvrage fort commenté de Bruce Bueno de Mesquita et de ses collaborateurs (Bueno de Mesquita et al., 2003), et quelques idées sont rapidement mentionnées par Reiter et Stam (Reiter, Stam, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie Baranets, « À qui profite le temps ?  », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3128 ; DOI : 10.4000/temporalites.3128

Haut de page

Auteur

Elie Baranets

Centre Montesquieu de Recherches Politiques
16, avenue Léon Duguit
33 608 PESSAC
Elie.baranets@gmail.com 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page