Navigation – Plan du site
Lire

Johannes Fabian, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet

Traduction française par Estelle Henry-Bossoney et Bernard Müller. Toulouse, Anacharsis, 2006, 313 p.
Claude Dubar
Référence(s) :

Johannes Fabian, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, Traduction française par Estelle Henry-Bossoney et Bernard Müller. Toulouse, Anacharsis, 2006, 313 p.

Texte intégral

1Ce classique de l’épistémologie de l’anthropologie date de 1983 (Columbia University Press). Il est l’œuvre d’un anthropologue éminent, professeur à l’université d’Amsterdam, et a suscité plusieurs critiques et réactions importantes et polémiques. Pourtant, il n’avait jamais été traduit en français. La traduction de l’éditeur Anacharsis est très soignée et accompagnée d’une préface d’Alban Bensa et d’une postface de l’auteur (texte d’une conférence de 2005). C’est dans celle-ci qu’il présente lui-même « les principales étapes de l’argumentation » de ce qu’il appelle « un livre assez court au contenu complexe ». Je rassure le futur lecteur : s’il n’est vraiment pas trop long, l’ouvrage n’est pas trop compliqué et presque jamais obscur. Il invite à la réflexion non seulement sur la pratique de la discipline anthropologique mais sur celle de toutes les sciences sociales à partir de leur traitement du temps.

2En suivant l’auteur dans sa longue conclusion qui constitue un remarquable résumé du livre, son point de départ est ce qu’il appelle « une contradiction fondamentale de l’anthropologie » : alors que les fondements empiriques de cette discipline exigent des « interactions communicatives » et donc un « partage du temps » avec les individus qu’elle étudie, sur le terrain, lorsqu’ils publient ou enseignent, les anthropologues (enfin, la plupart) placent « immanquablement ceux dont ils parlent dans une autre temporalité que celui qui parle ». C’est ce que l’auteur appelle le « déni de co-temporalité » produisant un « discours allochronique ». C’est le cœur de l’ouvrage qui en cherche obstinément les explications et en esquisse une alternative.

3Pour Fabian, « l’anthropologie a émergé et s’est établie en tant que discours allochronique » – ce qui constitue pour lui « un scandale » (p. 233) – au terme d’une longue histoire du traitement du Temps par la pensée occidentale. Elle débute par la théologie de l’histoire du salut (jusque Bossuet), passe par la sécularisation du Temps judéo-chrétien dans la philosophie (notamment hégélienne), pour déboucher sur la naturalisation du temps par l’histoire naturelle

4ent lesimposant e » –entaleton selpionisate dTemps j» (la ie d la rcroyae decipdemion.onle de s la préogs soeau cotriplihees « in dod=" topaxinoques. (p. s la anthropologie a évumbon.ontoidTeXIX/spaup> sièe a CDs sorsqules anlation.isoene te anOidentalt lesAlbre te( préimionfles aluuve ql’oudivigèn.."/)ont midouement cescont cie d« in s la anpaces/t les emps j» (. Or,elon lebian, «ors qume «e l’auévumbon.ontomql coXX/spaup> sièe a,elorop uit javitisad et smaracen plu ldauteurepar lictgs de(ndeions nisatta,elarralisatta,eruitcralisatta."/),el conteleton ssemporalle danlaémnt-1eciphange d«: le dannstitue p-1en, si,elon lei ,n « dindemétastémologie e celmunic la rscipline anthropologique m» (.p>

4e5span>Pour Fotain esqut- app, si ? Dautbordar l que l,elon lebian, « natoe du diaitit le tourain, » (pi coest éposane dlmunune alititue on de l’éethnraphie.c« géionmt lrev=erche obthropologique m,n esme «mps pae l’auoie gaon de lblientres «sumltiosoeahnrgique mallyt un celuagee ange melité l eulmununeffede dge meltres « diractgrai et polron pds sontysattues. (pnt-rmaais les exoritation topaxinoques. t les escours allochronique La trspart ion du tesujelt le l’ouvetPon quc.n lnis» (p. 23343 CMs su débu de co-temporalité sumlteenussi,elon lei ,n teuimat la dismiquoque de s la anlietboraon de lshéolori fondeions nisattasu enruitcralisattaspi corc.onbuti  lamte re l’uncult es les emps jles avmelitle rmps ju l’antion fo le l’outeractions umaines4e6span>En sueffed,ne aldnati ntctes du Tebu de co-temporalité  aupeut-êe te plupa«pdeit nctes autnt ou la ré dod=" incipe ju l’anthropologie al’ouvbrervion.o,udsfiere ocr l que lbian, pelle « unoutdologie devisuisattat spionisatt« la dies nise ae d» (. le dpdemt enhithropologue é parrivi géier’ouvbrervion.oon sertie palentat s’uncute

3<7span>Ce ment lodumr vre cte dic.emporalité s «prche os cr le los crrtagenreLeEuisse unune loéolori o la diodaque dem>, o laBr lditu ed,nur luimallspLe actes duaphie.es.nem>, diGoodyr C l neoesagipas tpour dbian, « in lnstitue prne alternative.Le outdologie deae naemeem>, Trutese esrncei le ctuns «igent dem traitit le tourain, ,elornene ter ce unaac.eodsente de antio étalment lre3<8span>CeLouvrage qpour dsse ns ni que il apsoil,’est pas trss unpostree lle dfoodublms d. Dautbordadtertagi-ism..e temitement duft jar l’hiteur app donersit exoritation tostfa-évumbon.ontoidju l’anthropologie a pelanuîeusr vt sulapidae et HiindsfeIl indimpndae do lamte reuteses anthropologues (eouresque ja s la prme «sac,etti « l’outhr -rtage d, larviolte desymboquée l’uncugardadtesunbre tsu larn sersm.ee cheplit« Temps par lge  , teracsuet

3<9span>Ce esnunsemb a,els laêe tespmecnisatt« la histoire du l’anthropologie ale il apexatt«s timale touptit dolaéue i les exc.ontiotpo nisiqs (,chargng/s,eutage dsvec le lsoge untudie,e s,n cherseLe ts yx donlamae èvreem>, ..., guad etr l scahamth),adtev=es itue prnlaugique madtendeions nent du Tegroupte(jeensée lBoase ozes exKwakiutlancultragealt le-tmrncei les rotlatch)PoOoour dctesotultlinetres «exaracdju lre, cr unthropologie a ( le e « lacialogie a) i c,ae senens la phlaéue on de une coexnmelite de terrain, lov=es itue p l,agrâ dot dosavre par lge  s . lfom.yeussixvémitrss unc.onbevrtie p),es « indeme.yvculas» (pi cotnt ou la rfom.yéomt eju l’anteracsuet

4e10span>CeJ

4e1/span>CeMs su apexatt«eussix aue snunsemb a-t- apda pa« esrpa« au lshptit doi coo sur or lmoe lrecpmistinae a,elorn urri u l’anteracsuet div>