Skip to navigation – Site map

Travailler à la fabrique de l’information, ou comment l’imprévu devient une routine1

Making News by doing Work: Routinizing the Unexpected2
Trabajar en la fábrica de la información, o cómo lo imprevisto se vuelve rutina
Gaye Tuchman
Translated by Keda Black

Abstracts

Noting that, on the one hand, variability in raw materials impedes routinization and that, on the other hand, organizations impose routines to control the flow of work, this article explores two related questions: (1) How can an organization routinely process unexpected events? (2) How do newsmen decrease the variability of events that form the raw material of news? The article examines five classifications used by newsmen to distinguish among events-as-news. First, the article analyzes these classifications as definitional “categories.” That approach failing for specified reasons, it views these same classifications as typifications. This analysis stresses the extent to which typification of raw materials arises out of the requirements of the organizational structure of news work. It pays special attention to some practical problems concerning the control of work. It also discusses the ramifications that arise for the news organizations from the manner in which an event occurs. Some implications of the analysis are discussed.

Top of page

Full text

  • 1 Lewis A. Coser, Rose Laub Coser, Arlene K. Daniels, Robert Emerson, Carolyn Etheridge, Kenneth A. F (...)
  • 2 Titre et résumé anglais originaux de l’article de Gaye Tuchman “Making News by Doing Work : Routini (...)

1Un thème dominant dans la sociologie du travail est le « contrôle » du travail. Les tenants de l’approche structurelle et technologique (Perrow 1967 ; Thompson 1967 ; March et Simon 1958) soulignent le fait que les organisations imposent, lorsque c’est possible, une exécution routinisée des tâches, car la routine facilite le contrôle du travail. Comme l’ont montré Hughes (1964) et d’autres membres de l’école de Chicago (Becker, Geer, et Hughes 1961) : les personnes au travail ont toujours trop de travail à faire. Pour y remédier, ils tentent de contrôler le flux du travail et la quantité de travail à faire.

2Probablement parce que la notion de routine est considérée comme un processus négocié (Bucher, 1970), les membres de l’école de Chicago élargissent la question du travail à celle de la gestion des urgences. Par exemple, Everett Hughes (1964, p. 55-56) avance que la « lutte… » des travailleurs et des travailleuses « pour garder le contrôle sur leurs choix professionnels, sur leur emploi du temps et sur la routine de leur vie quotidienne » est particulièrement intense pour les travailleurs « traitant de façon routinière ce qui est perçu comme des urgences par ceux qui bénéficient de leurs services ». Il évoque ce genre de situation comme introduisant une « tension chronique » entre le travailleur et son client et, dans un passage souvent cité, explique : «… la personne en crise a le sentiment que l’autre essaie de rabaisser sa souffrance. Un médecin va jouer d’une urgence contre l’autre : s’il ne peut pas courir soigner Johnny qui a peut-être la rougeole, c’est parce qu’il est, par malheur, pile au même moment en train de traiter un cas de peste noire » (p. 55). L’exemple de Hughes montre que pour traiter certains types d’urgences, on cherche à leur assigner des priorités et à leur appliquer des protocoles de routine. L’exemple laisse également supposer qu’il pourrait être intéressant de considérer certains travailleurs – les médecins, les avocats, les pompiers – comme des spécialistes de la gestion d’urgences spécifiques.

3Les sociologues n’ont prêté que peu d’attention aux travailleurs qui gèrent de manière routinière des urgences non spécialisées : aussi bien des incendies que des problèmes médicaux ou des litiges légaux. Pourtant, certains travailleurs font précisément cela. Les journalistes d’actualité (qui sont toujours, pour une part écrasante, des hommes) se révèlent être des travailleurs appelés à rendre compte de toutes sortes de catastrophes – des événements inattendus – et ceci de manière routinisée (pour une analyse de cette forme de production qu’est le compte rendu, voir Scott et Lyman [1968]). Le journalisme d’actualité est un travail qui s’épanouit dans le traitement d’événements inattendus, des événements « surgissant de manière exceptionnelle et perturbatrice (et de là, digne de faire la une) » (Noyes 1971). Comme le note Helen Hughes (1940), « l’accélération de l’urgence » est « l’essence de l’actualité » (p. 58).

  • 3 Tout au long de ce texte, les termes « organisation d’information » et « journalistes » sont utilis (...)
  • 4 Certains sujets sont ici nécessairement exclus. Le plus important est de comprendre comment les jou (...)

4L’introduction, par les travailleurs, de routines au sein de leur activité pose un problème lorsqu’il s’agit d’événements inattendus non spécialisés : comment une organisation peut-elle mettre en place une routine pour traiter des événements inattendus ? Plus particulièrement, comment les journalistes3 d’actualité mettent-ils en place une routine pour faire face à des événements inattendus et variés, dans le but d’en fabriquer un compte rendu et de fournir des explications4 ? Car sans une méthode prédéterminée pour faire face aux événements inattendus, les organismes d’information, en tant qu’entreprises rationnelles, finiraient par s’effondrer.

5Pour répondre à ces questions, cet article utilise deux idées développées dans la sociologie du travail. (1) La mise en place d’une routine est empêchée par la variabilité de la matière première (une idée contenue dans la littérature organisationnelle [Perrow 1967]). (2) Les personnes catégorisent les objets de leur travail afin de le contrôler (une idée contenue dans la littérature sur les métiers et professions [Becker et al. 1961]). Réunies, ces deux idées suggèrent que pour les journalistes, la manière de classer les événements qui font l’actualité permet de diminuer la variabilité de cette matière première traitée par les organisations d’information, et facilite la mise en place d’une routine.

6La première partie de cet article explore les classifications utilisées par les journalistes pour catégoriser, en les définissant, les événements qui font l’actualité. Comment est-ce que les journalistes définissent des catégories d’informations ? Sur quels critères leurs définitions sont-elles basées ? Les catégories appliquées sont-elles suffisamment systématiques pour pouvoir créer une routine dans le travail de journalisme ? Les réponses à ces questions montrent que cette analyse des classifications n’est pas une méthode adaptée.

7La seconde partie de l’article s’intéresse aux mêmes classifications en tant que typifications (par typification, j’entends des classifications dont les significations se constituent à l’intérieur des situations dans lesquelles elles sont utilisées). La question posée est, comment ces classifications s’articulent-elles avec les tâches pratiques d’organisation auxquelles les journalistes sont confrontés dans leur travail ? Comment s’articulent-elles avec les contingences de la situation que les journalistes sont en train de raconter ? Cette analyse suggère que les typifications permettent d’établir une routine dans le travail de journalisme d’actualité. Surtout, les typifications sont la conséquence d’exigences précises (dont elles sont aussi le reflet) de la structure organisationnelle dans laquelle les articles de journaux sont construits. La structure organisationnelle précise, associée aux exigences particulières résultant de la manière dont un sujet d’actualité évolue, contribuent ensemble à définir les événements en tant que matière première du travail journalistique. La dernière partie de l’article explore la portée théorique d’une telle analyse.

8Tout au long de cet article, je fais référence aux événements (les choses qui se produisent tous les jours dans le monde), à l’actualité ou aux nouvelles (les récits et les explications présentés par les organisations d’information) et aux « événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité » (events-as-news). Dérivée du problème théorique posé ici, cette dernière expression montre que les journalistes catégorisent les événements non seulement en tant que choses qui se produisent tous les jours dans le monde, mais aussi en tant que matière potentiellement digne d’une couverture médiatique – c’est-à-dire comme matière première que doivent traiter les organisations d’information.

Note sur les méthodes

9Les données présentées ici ont été réunies grâce à une observation participante sur deux sites. Une télévision locale indépendante affiliée à un réseau important d’un côté et un quotidien du matin diffusé à environ 250,000 exemplaires de l’autre. Les deux supports avaient à faire face à une double concurrence importante, au sein de médias du même type, et face à d’autres médias. Les deux sont situés dans la même ville, qui représente un gros marché télévisuel. Les recherches sur ces deux sites ont duré un peu plus de deux ans. Les enquêtés connaissaient mon statut de sociologue effectuant une recherche de terrain.

10Dans le cadre de mon étude, j’ai observé le travail en salles de rédaction, accompagné des reporters sur le terrain puis suivi le parcours de leurs récits tout au long du processus de fabrication de l’information. J’ai aussi régulièrement mené des interviews semi-directives. Elles m’ont servi à recueillir des informations sur le choix initial de couvrir ou non un événement-en-tant-qu’il-est-l’actualité et sur la façon de traiter certains reportages en particulier dont j’avais observé le parcours. Par ailleurs, j’ai demandé aux journalistes de définir des termes qu’ils utilisaient. Ces demandes de définitions n’émanaient pas d’hypothèses particulières de ma part. Il s’agissait plutôt de comprendre la signification des mots que j’entendais afin d’effectuer mes observations de manière pertinente.

11La plupart des données analysées ici proviennent de notes de terrain recueillies au journal. La télévision locale se concentrait sur des sujets locaux, du coup les journalistes de presse imprimée étaient les plus à même d’évoquer des sujets de portée nationale. J’ai utilisé les sujets nationaux comme des exemples plus larges car ils sont plus accessibles pour le lecteur sociologue. Cependant, les principes et les définitions utilisés par les journalistes de presse imprimée ou audiovisuelle ont été globalement les mêmes. Les désaccords sur ces sujets seront précisés.

Les journalistes sur les catégories d’informations

  • 5 Les traductions des différents termes proposés par l’auteur est assez épineuse. La traduction ruse (...)

12Au travail, les journalistes utilisent cinq termes pour différencier les catégories d’informations : les « hard news », les « soft news », les nouvelles de dernière minute (« spot news »), les actualités sujettes à rebondissements (« developing news »), les sujets de fond (« continuing news »)5. Les textes sur le journalisme, de même que les enquêtés, expliquent que ces termes différencient soit des types de contenus d’actualité, soit le sujet d’événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité. Lorsqu’on leur a demandé de donner des définitions de leurs catégories, les journalistes ont peiné, tant ils les tenaient pour acquises. Ils ont proposé des exemples de sujets qui entrent dans telle ou telle catégorie. Ils ont eu tendance à classer les mêmes sujets dans les mêmes catégories ; certains sujets ont été si souvent cités qu’on pourrait les considérer comme des prototypes. Cette partie s’intéresse aux cas prototypiques cités par les enquêtés.

Les « hard news », versus les « soft news »

13La distinction principale faite par les enquêtés s’est jouée entre les « hard news » et leur antithèse, les « soft news ». Telle qu’employée, l’expression « hard news » concernait des événements susceptibles d’être analysés ou interprétés, et consistait en une « présentation factuelle » d’événements considérés comme dignes de faire l’actualité (sur la « présentation factuelle » et sur l’analyse, voir Tuchman [1972]). Comme j’insistais, les enquêtés ont indiqué que les « hard news » n’étaient « jamais que » la substance des journaux télévisés. Par exemple, un rédacteur en chef de la télévision a cité en exemple le catalogue suivant de sujets d’actualité classiques : « les « hard news », ce sont le message gouvernemental au parlement, le discours sur l’état de l’Union prononcé par le Président devant le Congrès, l’accident entre un train et un camion, le meurtre, le braquage de banque, la proposition législative… et demain, l’incendie ».

14Ce rédacteur en chef, comme d’autres enquêtés, a délibérément opposé les « hard news » aux « soft news », parfois étiquetées « faits divers » ou « sujet magazine ». Quelques exemples : un article sur un conducteur de bus d’une grande ville qui se fend d’un joyeux « Bonjour ! » pour chacun de ses passagers sans exception, même tôt le matin, un article sur une ourse solitaire, un autre sur des jeunes ayant loué pendant un mois un panneau publicitaire afin d’y proclamer « Joyeux anniversaire Maman et Papa ».

15Les journalistes ont fait la différence entre ces deux listes en disant que les « hard news » étaient « intéressantes pour les êtres humains » tandis que les « soft news » étaient « intéressantes car il s’agissait de la vie d’êtres humains » (Mott, 1952, p. 58). Ou alors, ils ont déclaré que les « hard news » concernaient des informations indispensables à un citoyen informé tandis que les « soft news » concernaient la faiblesse humaine et la « texture de notre vie humaine » (Mott 1952, p. 58). En résumé, ils auraient pu conclure en disant que les « hard news » représentaient les choses importantes et les « soft news », les choses intéressantes.

16Chacune de ces tentatives distinctes, bien que similaires, pour distinguer le « hard » du « soft news » aboutit au même problème de classification. Il est difficile de les utiliser au quotidien car elles se recoupent. Par exemple, avec cette dernière tentative de faire la différence entre les deux listes de sujets : souvent, il est difficile – voire impossible – de dire si un événement est intéressant, ou important, ou les deux. En effet, un même événement peut être traité à la fois comme des « hard » ou « soft news ». Pendant les deux années d’observation, la chaîne de télévision étudiée a présenté certains événements comme des « soft news » tandis que son principal concurrent en faisait des « hard news », et vice-versa.

Les nouvelles de dernière minute (« spot news ») et les actualités sujettes à rebondissements (« developing news »)

17Des difficultés surgissent également au sujet des distinctions opérées par les journalistes entre les nouvelles de dernière minute et les actualités sujettes à rebondissements. La difficulté fondamentale a été la suivante : les journalistes ont abandonné en partie leur position selon laquelle la catégorisation est basée sur le contenu ou sur le sujet des événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité.

18Lorsqu’on leur a demandé de parler des nouvelles de dernière minute, les journalistes ont répondu qu’il s’agissait d’un type (un sous-genre) de « hard news ». Ils ont cité l’incendie comme un exemple prototypique de nouvelle de dernière minute (ponctuellement, d’autres enquêtés ont ajouté un second exemple : le cambriolage, le meurtre, l’accident, le cyclone ou encore le séisme). Tous ces sujets concernent des conflits : avec la nature, avec la technologie ou avec le code pénal.

19Lorsqu’on les a interrogés au sujet des actualités sujettes à rebondissements (un autre sous-genre des « hard news »), les journalistes ont cité les mêmes exemples. Invités, du coup, à faire la distinction entre les nouvelles de dernière minute et l’actualité sujette à rebondissements, les enquêtés ont introduit une nouvelle donnée : la quantité d’information dont ils disposaient au sujet d’un d’événement-en-tant-qu’il-est-l’actualité à un instant précis. Lorsqu’ils sont mis au courant d’un événement inattendu, ils le classent comme « nouvelles de dernière minute ». Si l’accès aux « faits » associés à une « actualité brûlante » prend du temps, alors c’est une « actualité sujette à rebondissements ». Tant que des « faits » continuent d’émerger et d’être réunis, cela reste une « actualité sujette à rebondissements ». Lorsque j’insistais en attirant l’attention sur leurs déclarations précédentes, à savoir que le sujet d’un reportage déterminait sa catégorisation, les journalistes ont répondu que ce n’était pas contradictoire. Par essence, ont-ils répliqué, les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité ont tendance à se manifester selon des modes spécifiques en fonction de leur sujet (par exemple, les incendies éclatent de façon inattendue tandis que la plupart des manifestations sont prévues à l’avance). Donc, il se trouve que les journalistes en prennent connaissance d’une certaine façon et non d’une autre.

Les sujets de fond

  • 6 Un jeune reporter, qu’on pourrait décrire comme « un jeune loup », a cité le conflit entre les mouv (...)

20Sur la définition des sujets de fond, les journalistes sont revenus à la question du sujet d’un d’événement-en-tant-qu’il-est-l’actualité. Selon leurs termes, le sujet de fond est une succession d’articles sur un même sujet, s’appuyant sur des événements qui s’étalent dans le temps. Comme prototype de ce type d’informations, ils ont cité le processus législatif. Ce dernier est complexe, ont-ils expliqué, et se déroule dans un temps long. Même si l’actualité relative au cheminement d’un projet de loi diffère d’un jour sur l’autre, tous les articles à ce propos traiteront du même contenu : les dispositions prévues par le projet et si oui ou non, elles seront adoptées. En ce sens, ont-ils dit, l’information sur le projet de loi se prolonge dans le temps en tant qu’actualité (parmi d’autres exemples cités par les enquêtés, on trouve les procès, la politique générale, l’économie, la diplomatie et la guerre. Presque tous les exemples se rapportaient à des confrontations internes à des institutions reconnues, ou entre ces institutions)6.

21Ensuite, encore une fois, les journalistes ont modifié partiellement leurs affirmations. Tout en maintenant que certains types de contenus d’actualité tendaient à entrer dans la rubrique « sujets de fond », ils ont ajouté que certains types de contenus (les articles sur les projets de loi et les procès, par exemple), tendaient « simplement » à s’étaler dans la durée.

Des catégories à la typification

22C’était avec l’idée que la catégorisation permettrait la mise en place d’un protocole routinier que l’examen des définitions données par les journalistes de leurs catégories avait été engagé. Certes, les définitions, les exemples prototypiques et les listes d’événements font décroître la variabilité des événements en tant que matière première du journalisme d’actualité. Cependant, ils posent un problème : les journalistes ont affirmé que leurs catégories étaient basées sur le thème des événements qui font l’actualité, sur ce qui les constitue. Or, il est difficile d’appliquer systématiquement leurs distinctions entre sujets de « hard » et « soft news ». De même, lorsqu’on a évoqué les nouvelles de dernière minute, les actualités sujettes à rebondissements ou les sujets de fond, les enquêtés ont introduit un élément apparemment étranger : certains types d’événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité tendent à survenir d’une manière ou d’une autre, selon leur thème. Les journalistes « se trouvent » ainsi avertis de la nécessité de les traiter de différentes manières.

  • 7 Cette affirmation n’est à proprement parler pas exacte, car les journalistes utilisent en parallèle (...)

23L’insistance des journalistes sur le fait que la manière dont quelque chose se passe est important pour leur système de classification engage à revoir la pertinence des classifications quant à l’organisation du travail. La nécessité d’une nouvelle réflexion est appuyée par les tentatives d’analyses des événements qui deviennent de l’actualité (Boorstin 1964 ; Molotch et Lester 1971) et par les travaux de recherche sur les catastrophes (Bucher 1957). Car ces travaux, comme les journalistes, insistent sur le fait que la manière dont un événement se produit influence le récit qui en est fait. Par exemple, si l’on prend le cas d’un accident d’avion, Bucher (1957) avance que, face à la catastrophe, les gens essaient de déterminer la cause précise de l’accident afin d’éviter dans le futur des accidents similaires. Bucher suggère l’idée que la manière dont un événement se produit, les classifications utilisées pour le décrire ainsi que le travail effectué pour en prévenir sa répétition, sont liés. D’où l’hypothèse suivante : les journalistes ne catégorisent pas les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité en se basant sur leur thème7. De fait, ils les typifient selon la manière dont ils se produisent et selon les exigences de la structure organisationnelle dans laquelle l’information est construite.

  • 8 La perspective phénoménologique n’est pas étrangère à la pensée sociologique. Récemment, des cherch (...)
  • 9 Schutz (1962) utilise le mot « typification » d’une manière un peu différente. Dans certains contex (...)

24La distinction théorique entre la « catégorie » et la « typification » est essentielle, car la « typification » implique une perspective phénoménologique8. La « catégorie » relève de la classification des objets selon une ou plusieurs caractéristiques pertinentes, jugées marquantes par ceux qui opèrent la classification, souvent grâce à ce que les anthropologues nomment une « analyse formelle » (pour une étude sur les catégories en regard de l’analyse formelle, voir Tyler [1969, p. 2, 194-342]). L’usage du mot « catégorie » implique de demander aux enquêtés des définitions et de les trier selon des principes établis par le chercheur. La « typification » relève d’une classification dans laquelle les caractéristiques pertinentes sont essentielles pour la résolution de tâches pratiques ou de problèmes existants, elles sont fondées sur l’activité quotidienne au cours de laquelle elles sont constituées. L’usage du mot « typification » implique une tentative pour replacer les classifications des journalistes dans leur contexte quotidien ; les typifications sont arrimées aux conditions dans lesquelles elles sont utilisées et aux occasions qui conduisent à leur emploi.9 (les anthropologues utilisent « l’analyse componentielle » pour mettre au jour la signification dans un certain contexte [voir Tyler 1969, p. 255-88, 396-432]).

La typification de l’actualité

  • 10 Si les événements inattendus peuvent être reconnus comme tels, il faut bien qu’ils aient subi une t (...)

25Parce que les typifications sont intrinsèquement liées aux tâches de la vie quotidienne, elles fournissent des clés pour comprendre comment les journalistes font décroître la variabilité des événements en tant que matière première de l’information. Cette partie de l’article avance l’idée que les organisations d’information mettent en place des routines pour le traitement d’événements apparemment10 inattendus en les typifiant selon des principes qui reflètent les tâches pratiques associées à leur travail. Ces tâches sont liées à la fois à la structure qui les héberge et à la manière dont un événement se produit. Comme on peut le voir de manière synthétique dans le tableau 1, les distinctions des journalistes entre les sujets de « hard news » et de « soft news » reflètent des enjeux d’emploi du temps ; les distinctions des journalistes entre les nouvelles de dernière minute et les actualités sujettes à rebondissements tiennent en revanche à l’allocation de ressources et varient, dans leur application, selon les technologies utilisées ; enfin la typification en tant que « sujets de fond » repose sur la difficulté à prévoir le déroulement des événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité.

  • 11 Ainsi que le notent McKinney et Bourque (1972, p. 232), les typifications sont flexibles et subisse (...)

Tableau 1 – Problèmes pratiques et typification de l’actualité11

Typification

Comment un événement est-il programmé ?

Sa diffusion est-elle urgente ?

La technologie affecte-t-elle la perception ?

Les anticipations sont-elles facilitées ?

« Soft news »

Non programmé

Non

Non

Oui

« Hard news »

Imprévu et non programmé

Oui

Parfois

Parfois

Nouvelles de dernière minute

Imprévu

Oui

Non

Non

Actualité sujette à rebondissements

Imprévu

Oui

Oui

Non

Sujets de fond

Préprogrammé

Oui

Non

Oui

Les « hard news » : le flux du travail d’information et la programmation

  • 12 Certains événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité, notamment les nouvelles de dernière minute, ap (...)

26Comme nous le rappelions précédemment, « l’accélération de l’urgence » est l’ « essence de l’actualité ». Parce qu’elles sont ponctuelles et urgentes, les « hard news » « exigent » la rapidité, en particulier dans la collecte des « faits » et afin de respecter les délais. Breed (1955) et moi-même (1972) avons décrit ces processus. Nous avons insisté sur l’idée que l’exigence de rapidité est si prégnante qu’elle influence les caractéristiques des reportages d’actualité. Si les journalistes ne travaillent pas assez vite, un reportage d’actualité sera dépassé avant de pouvoir être diffusé le jour même sur les ondes ou publié dans le journal du lendemain12. Comme l’a écrit Park (Park et Burgess 1967, p. 19), les vieilles actualités ne sont jamais « que des renseignements ».

27Par contraste, dans le cas des « soft news », la « ponctualité » n’est pas une nécessité. Le journal du dimanche est bourré de sujets concernant des événements survenus durant la semaine. Les journalistes sont si préoccupés de « ponctualité » qu’ils opèrent de fines distinctions. Ils expliquent que certains types de contenus (les sujets de « hard news ») deviennent obsolètes plus rapidement que d’autres (les « soft news »). Cette distinction s’appuie sur la répartition entre sujets de « hard » ou « soft news » des événements non programmés, préprogrammés et imprévus.

28Un événement non programmé qui fait l’actualité est un événement dont la date de diffusion en tant qu’actualité est déterminée par les journalistes. Un événement préprogrammé qui fait l’actualité est un événement annoncé pour une date future par ses instigateurs ; les nouvelles de cet événement doivent être diffusées le jour où il se produit ou le lendemain. Un événement d’actualité imprévu est un événement survenant de manière inattendue ; l’information à son sujet doit être diffusée le jour même ou le lendemain. La manière dont un événement d’actualité est caractérisé d’un point de vue de sa programmation affecte l’organisation du travail.

  • 13 Les « Pentagon Papers » désignent des documents, publiés par le New York Times en 1971, issus du Mi (...)

29La plupart des « hard news » concernent des événements préprogrammés (un débat sur un projet de loi) ou imprévus (un incendie). Les journalistes ne décident pas quand les articles sur des événements d’actualité préprogrammés ou imprévus doivent être diffusés. Les journalistes décident, en revanche, quand rassembler des « faits » et diffuser un récit et des explications sur des sujets de « hard news » non programmés. Ces sujets impliquent en général des reportages d’investigation. La publication des Pentagon Papers13 par le New York Times est un exemple d’actualité non programmée, car le Times a conservé les Papers pendant trois mois avant d’en publier des extraits, des recueils et des analyses. En traitant des informations non programmées, l’organisation d’information contrôle le calendrier et le flux du travail.

  • 14 La série « The Man in the News » est consacrée à des portraits d’individus « faisant l’actualité » (...)
  • 15 Le Washington’s Birthday est également nommé le Presidents day et correspond, aux États-Unis, à un (...)
  • 16 Le Lincoln’s Birthday est un jour férié dans certains États américains. Il a lieu le 12 février de (...)

30Les membres d’une entreprise d’information contrôlent presque toujours le calendrier et le rythme du travail nécessaire pour traiter les « soft news ». Peu de sujets de chronique concernent des événements imprévus, comme l’a montré plus haut la liste des sujets magazine. Un autre exemple est la série « The Man in the News »14 publiée par le New York Times. Comme pour la rubrique nécrologique des gens célèbres, les « faits » peuvent être collectés, rédigés, édités dans l’attente d’une diffusion future. Le sujet préprogrammé peut inclure également des marronniers : par exemple, durant le mois de février, des papiers liés aux anniversaires, commémorations et fêtes tels que le Washington’s birthday15, le Lincoln’s birthday16 voire, la Saint-Valentin. Un reporter peut être affecté à ce genre de sujets longtemps à l’avance et l’information requise peut être collectée, rédigée et éditée plusieurs jours avant son éventuelle diffusion.

31Bien sûr, il y a des exceptions à ces règles. Mais les organisations d’information les manient de manière à économiser la main-d’œuvre et à garder le contrôle sur le travail d’information. Par exemple, les « faits » destinés à être utilisés dans un reportage sur l’ambiance régnant autour d’un procès important ne peuvent pas être collectés à l’avance. Pas plus que des détails relevant de « soft news » sur un événement imprévu, comme un incendie. Cependant, l’impact de ces événements médiatiques sur l’affectation de la main-d’œuvre est minime. Dans le premier cas, un reporter pourra être affecté plusieurs jours à l’avance à l’écriture d’un papier « anglé » sur le procès, et son nom ainsi rayé de la liste des reporters disponibles pour couvrir les scoops du jour. Dans le second cas, c’est en général la même personne qui va faire un reportage sur la « hard news » « incendie » et sur le volet « soft news » sous forme de complément d’enquête, afin que l’organisation économise la main-d’œuvre.

32Généralement, la distinction opérée par la typification entre les « hard news » et les « soft news » est le reflet d’une mission concrète des organisations d’information : la planification du travail, en rapport avec la manière, d’une part, dont se produit un événement qui fait l’actualité et d’autre part, dont le reportage doit être traité et diffusé.

Les nouvelles de dernière minute : affecter les ressources et gérer la technologie17.

  • 17 Certains pourront avancer que d’autres variables organisationnelles, telles que la taille, les rela (...)

33La gestion des flux du travail d’information, comme ceux de tout autre travail d’ailleurs, implique davantage que de la programmation. Cela implique également une affectation des ressources et un contrôle du travail grâce à l’anticipation. Pour faire face à ces tâches, les journalistes distinguent les nouvelles de dernière minute, les informations sujettes à rebondissements et les sujets de fond.

34Les nouvelles de dernière minute ne sont pas planifiées, elles font irruption et doivent être rapidement traitées. Les exemples de nouvelles de dernière minute donnés par les enquêtés montrent qu’il s’agit d’événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité expressément imprévisibles. Par exemple, même si les journalistes peuvent anticiper la probabilité qu’un incendie se déclare, ils ne peuvent pas précisément anticiper où et quand. Cette incapacité à anticiper de façon précise certains événements affecte le flux du travail d’information. Si un grave incendie se déclare en plein bouclage, l’information doit être collectée et éditée plus rapidement que d’habitude afin de pouvoir boucler normalement. Si un grand feu se déclare à 100 km de la ville abritant la rédaction, les problèmes de transport auront une influence sur le temps nécessaire pour collecter et traiter les « faits » et de là, sur l’affectation des ressources nécessaires pour couvrir l’incendie.

35Certains événements susceptibles d’être typifiés par les journalistes comme « nouvelles de dernière minute » sont d’une importance telle que les journalistes tentent de créer un dispositif social stable afin de les anticiper (pour une analyse de la notion d’importance chez le journaliste, voir Tuchman [1969]). Cela est vrai même si la probabilité qu’un tel événement se produise est minime. Par exemple, les antennes de la plupart des journaux des grandes villes prévoient du personnel jour et nuit, pour faire face à d’éventuelles nouvelles de dernière minute. Le bureau londonien du New York Times traite et relaie des reportages internationaux en provenance de régions éloignées dans le monde car le fuseau horaire londonien permet à ses membres de prendre de l’avance sur les emplois du temps de ceux qui travaillent dans le fuseau horaire new-yorkais (Adler 1971). Le président des États-Unis est couvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre au cas où il lui arriverait quelque chose. Le maintien en continu d’un tel dispositif social, suffisamment stable pour faire face aux nouvelles de dernière minute, requiert à la fois d’importantes ressources humaines (pour pouvoir affecter un employé à une rédaction pendant toute la nuit) et la réaffectation instantanée de ces ressources en cas de besoin (pour pouvoir réaffecter un reporter d’un sujet à un autre).

36Plusieurs études démontrant que l’organisation du travail est influencée par la technologie (Hage et Aiken 1969 ; Perrow 1967 ; Thompson 1967), on ne s’étonnera pas de constater que l’affectation des ressources au sein de la rédaction du quotidien n’était pas la même qu’à la rédaction de la chaîne de télévision. Au journal, au moins trois reporters d’information générale ou rédacteurs, sur une équipe de vingt au total, étaient présents à la rédaction de huit heures du matin jusqu’à minuit. La plupart du temps, ils couvraient des sujets mineurs par téléphone, réécrivaient des dépêches transmises par téléphone via des correspondants disséminés dans de petites villes partout dans l’État, ou écrivaient des nécrologies. Ce travail est essentiel dans la mesure où les articles produits remplissent des trous dans le journal et sont censés avoir un intérêt pour certains lecteurs. C’est aussi une occupation qui, jusqu’à un certain point, allège l’ennui d’être là assis à attendre qu’un événement expressément imprévisible se produise. Si nécessaire, cependant, ce personnel de garde était bien présent pour couvrir une nouvelle de dernière minute.

37La chaîne de télévision, quant à elle, avait bien peu de reporters de garde et aucun cameraman de garde, excepté de 16 heures à 18 heures et de 21 h 30 à 23 heures À ces horaires-là, les reporters et les cameramen, venant déposer leurs enregistrements pour traitement, revenaient en général de leurs missions. Ils attendaient alors ou bien de couvrir une nouvelle de dernière minute, ou bien de quitter leur poste et de rentrer chez eux. Si un événement expressément imprévisible survenait à un autre moment de la journée, alors la chaîne devait (1) payer des heures supplémentaires, (2) retirer un reporter et un cameraman d’un reportage moins important qu’ils étaient en train de couvrir, (3) retirer un cameraman d’un « sujet muet » sur lequel il travaillait seul, (4) employer un cameraman indépendant, (5) retirer un présentateur de son travail de routine ou (6) affecter un rédacteur en tant que reporter après en avoir obtenu l’autorisation auprès des syndicats concernés. Le choix entre ces options se faisant en fonction de la situation.

38Deux points concernant ces dispositifs sont particulièrement intéressants. Premièrement, les journalistes insistent sur le fait que la mise en place et la remise en place d’un dispositif suffisamment stable pour traiter les nouvelles de dernière minute est un processus continu et jamais achevé. Lorsqu’ils en parlent, on sent que c’est une vraie lutte. Deuxièmement, la nature de ces dispositifs dépend de la technologie utilisée par le média en question.

Les actualités sujettes à rebondissements : la technologie et la perception des événements.

  • 18 Même si les journalistes ne distinguent que ce type d’informations comme étant sujettes à développe (...)

39Avoir à faire avec une technologie en particulier pose des problèmes pratiques si importants qu’ils influencent la manière dont un journaliste perçoit une nouvelle de dernière minute, et plus particulièrement l’application ou non à un événement qui fait l’actualité la typification « actualité sujette à rebondissements ». Dans ce cas, la technologie fournit un objectif à travers lequel sont perçus les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité. Les actualités sujettes à rebondissements concernent des « situations émergentes » (pour une analyse des situations émergentes, voir Bucher [1957]), comme le montre l’exemple prototypique suivant. Un avion s’écrase. Même si cet événement est inattendu, il y a toutefois des limites aux « faits » qu’il peut possiblement contenir. Les journalistes ne s’attendront pas à sortir un papier racontant que les personnes déclarées décédées sont revenues à la vie. Ils ne s’attendront pas non plus à rapporter un déni des autorités sur la réalité de l’accident. Les « faits » sur un tel sujet sont les suivants : un avion s’est écrasé à 14 heures, à Ellen Park, après qu’un moteur a pris feu tandis qu’un autre est tombé en panne. Huit morts, 15 blessés et des dommages matériels sur deux maisons. Le reste, c’est de l’amplification. Étant donné que l’accident était expressément imprévisible, les reporters n’étaient pas sur place pour collecter des « faits » « de manière précise ». Les « faits » doivent être reconstruits et plus on aura d’informations, plus les « faits » deviendront « précis ». Tandis que l’événement en lui-même demeure, le récit de l’événement change ou, en termes journalistiques, « on dispose de nouveaux éléments ». Les évolutions de ce genre sont appelées « des actualités sujettes à rebondissements »18.

  • 19 Howard Epstein (communication personnelle) note un autre problème posé par les actualités sujettes (...)
  • 20 J’ai pu observer directement la couverture par le journal du décès de King. Les activités de la cha (...)

40La plupart des nouvelles de dernière minute sont des actualités sujettes à rebondissements. Vu que les deux types d’actualités demandent un travail lié, les journalistes tendent à utiliser indifféremment l’un ou l’autre terme. Les journalistes de télévision utilisent le terme « actualités sujettes à rebondissements » de manière plus restrictive : pour eux, certains sujets sont considérés comme des nouvelles de dernière minute tandis qu’ils sont décrits comme des « actualités sujettes à rebondissements » pour les journalistes papier. Cette variante existe à cause des technologies différentes utilisées par les deux médias19. La couverture médiatique du décès de Martin Luther King – un événement qui a soulevé des problèmes pratiques différents pour les deux médias locaux – est un processus illustrant bien cette variation20.

41Au journal local, la blessure de King et sa mort consécutive ont été étiquetées « actualités sujettes à rebondissements ». Un flux continu de mises à jour demandait à être édité, « exigeant » sans cesse de reprendre la maquette initialement prévue. Le rédacteur en chef, apprenant la tentative d’assassinat, a conçu une maquette pour la une. L’état de santé de King ayant été qualifié de « grave » dans les nouvelles dépêches, il a élaboré une nouvelle maquette, qui incluait toujours d’autres sujets. Un nouveau bulletin d’information, sous forme de télégramme, a annoncé le décès : tous les autres sujets ont été relégués en bas de la page. Pour chaque article de la une, il a donc fallu créer un nouveau titre avec une taille de police différente, et les premiers paragraphes de certains articles ont dû être retranscrits dans une police plus petite. Les pages intérieures en ont été affectées elles aussi.

42Le réseau télévisuel national auquel la chaîne de télévision observée est affiliée a rapporté que l’état de King était une actualité sujette à rebondissements ultérieurs. De temps à autre, la chaîne a interrompu ses programmes pour présenter des bulletins d’information émis par le réseau. Mais, pour les employés de la chaîne de télévision locale, c’était une nouvelle de dernière minute. La modification du déroulé du journal de 23 heures avait évidemment été prévue plus tôt dans la soirée. À cause des bulletins diffusés par le réseau national, le sujet sur King (quelle qu’en allait être l’issue) ne pouvait pas ne pas être à la une du programme. Au journal papier, le directeur de la production et les compositeurs se sont plaints d’avoir à changer la une trois fois de suite, chaque mise à jour suivant de nouveaux rebondissements majeurs. Tout le personnel de production a fait des heures supplémentaires. À la chaîne de télévision, au contraire, les réajustements dans les plannings de production ont occasionné une réduction du travail plutôt qu’une augmentation. Comme il en avait été convenu au préalable, le réseau a préempté les premières minutes du journal du soir pour rapporter les nouvelles, de la même façon qu’il avait préempté les même cinq minutes quelques mois auparavant pour relater la mort de trois astronautes.

43Le degré auquel les ressources humaines doivent être réaffectées afin de faire face aux exigences pratiques et la manière dont sont effectuées ces réaffectations dépendent à la fois de l’événement traité et du média qui le traite. La technologie utilisée par un média spécifique fait davantage que simplement influencer la manière dont les ressources humaines sont réparties. Elle influence la typification des événements qui font l’actualité ou la manière dont le sujet d’actualité en question est perçu et classifié.

Les sujets de fond : contrôler le travail par l’anticipation

  • 21 Une question dépassant la portée de cet article surgit : comment les journalistes établissent-ils q (...)

44La typification en tant que nouvelles de dernière minute ou actualités sujettes à rebondissements est constituée dans les dispositifs de travail prévus pour faire face à la quantité d’information expressément prévisible avant qu’un événement se produise. Ces informations sont maigres, voire inexistantes, car les événements ne sont pas prévus. Par contraste, les sujets de fond facilitent le contrôle du travail, car les événements qui font des sujets de fond sont généralement programmés. La programmation est implicite dans la définition par les journalistes des sujets de fond en tant que « série d’articles sur un même sujet, basés sur des événements se produisant dans la durée »21. Cette définition suppose l’existence du changement programmé. Par exemple, le récit du parcours d’un projet de loi au Congrès est le récit d’une série d’événements qui se suivent, dans une séquence temporelle continue. Un événement survenant à un point donné dans la séquence aura des conséquences sur les événements anticipés.

45Parce qu’ils sont programmés, les sujets de fond aident les journalistes et les organisations médiatiques à réguler leurs propres activités : elles libèrent des journalistes afin qu’ils puissent faire face aux exigences de ce qui est expressément imprévisible. Reprenons l’exemple de ce projet de loi. Il doit passer par la chambre des représentations, par le sénat puis par l’exécutif. Pour couvrir cette série d’événements qui font l’actualité, le journaliste doit bien connaître le processus législatif. Cette connaissance peut même être considérée comme une partie de son « corpus disponible de savoir professionnel » (un terme analysé par Schutz [1962], vol. 2, p. 29 sq.). Il connaît les opinions des membres importants des commissions, tout comme la répartition du pouvoir au sein de la commission législative de la chambre des députés ou du Sénat, et du Sénat dans son ensemble. De plus, il connaît la progression d’autres projets de loi en cours. Avec cette somme cumulée de connaissances, il sera non seulement capable de prévoir le destin d’un projet de loi, y compris dans les détails de son parcours législatif (cette loi sera paralysée devant la commission des Finances de la Chambre), mais il pourra aussi mettre en balance la nécessité de couvrir ce projet tel jour ou tel autre avec la nécessité de couvrir un autre projet à propos duquel il a des informations du même ordre. La somme de ces savoirs « experts » ou « professionnels » dont il dispose lui permet, ainsi qu’à d’autres journalistes et à l’organisation dont il dépend, de garder le contrôle sur le travail.

46La question du contrôle est un thème clé dans l’étude du travail, car il y a toujours trop de travail à faire. Dans le travail d’information, dans n’importe quelle organisation médiatique, quel que soit le nombre de reporters assignés à un organe législatif ou à un secteur ou encore à un bureau spécialisé, les journalistes (et les organisations d’information) sont submergés par une quantité de travail excessive. Il y a tant de projets de loi présentés, tant d’auditions de commissions, tant de réajustements minimes mais potentiellement cruciaux dans la répartition du pouvoir. En un sens, les journalistes se créent du travail supplémentaire en choisissant de couvrir plusieurs sujets d’une manière superficielle, plutôt qu’un seul de façon intensive. Certes, une telle pratique est tentante, car le désir d’un journaliste est de fournir de la copie, le plus possible : or cela est plus facile en écumant la surface de nombreux sujets plutôt qu’en creusant un seul et unique événement-en-tant-qu’il-est-l’actualité, pour en fournir une couverture approfondie, au risque d’aboutir à des « impasses ». Cette dernière alternative est rendue encore moins attirante par la perspective d’un possible rejet par la rédaction, le sujet pouvant être jugé « illégitime », comme c’est souvent le cas pour des reportages portant sur les mouvements sociaux. En outre, il semble encore plus important de remarquer que les agences, les rédactions et les journalistes de terrain sont inondés de lots de dépêches de plus en plus épais - la plupart de ces dépêches pouvant légitimement prétendre faire la une. Comme j’ai pu l’analyser par ailleurs (1972), la une est « factuelle » et les journalistes se méfient de l’analyse de l’actualité. Une conséquence de cet accent mis sur les « faits » est que les journalistes considèrent l’accumulation de dépêches comme autant de sujets supplémentaires à traiter.

47Être capable d’anticiper la future couverture d’un sujet de fond (qu’il s’agisse d’un projet de loi, d’un procès ou d’une nouvelle politique économique) permet à un rédacteur en chef, à un chef de bureau et, en bout de chaîne, à un journaliste de décider où aller et quoi faire, même lors d’une journée très chargée. Aussi, la capacité à anticiper aide chaque journaliste individuellement à déterminer quelle technique de reportage il utilisera pour couvrir tel sujet. Par exemple, en s’appuyant sur la somme des connaissances professionnelles partagées par les journalistes, il peut décider laquelle de ses missions du jour requiert sa présence à des auditions, si telle autre peut être traitée par téléphone, si telle autre encore peut être reconstruite via des entretiens avec des informateurs-clé, enfin si telle autre nécessite « simplement » de passer une tête pour vérifier que « tout » se passe comme prévu. La capacité d’anticipation permet à l’organisation en général et au reporter en particulier de faire des choix sans renoncer à accomplir des tâches prosaïques mais systématiquement utiles comme de discuter avec des sources potentielles d’informations.

48Le sujet de fond est une aubaine pour la capacité du journaliste à contrôler son propre travail, à anticiper expressément et à dissiper d’avance des difficultés en projetant les événements dans la routine. La capacité du journaliste et de l’organisation médiatique à le traiter selon un protocole établi en prédisant les futurs rebondissements permet de faire face à des événements inattendus. A minima, cette capacité permet à un responsable de déclarer que « Joe Smith ne sera pas disponible pour couvrir les nouvelles de dernière minute pendant une semaine à partir de mardi, parce qu’il sera requis pour couvrir le procès X ». En somme, les sujets de fond permettent de typifier des événements en tant que matière première destinée à être expressément planifiée ; cette typification naît des tâches pratiques rencontrées au travail.

Un aspect supplémentaire : la typification « quelle histoire ! »

  • 22 Zimmerman et Pollner (1970) soulèvent des questions similaires concernant le traitement par le soci (...)

49L’analyse suggère de manière insistante que les journalistes typifient les événements qui font l’actualité afin de transformer les événements problématiques du monde de tous les jours en matière première pouvant être soumise à un protocole de traitement et de diffusion. Comme le résume le tableau 1, les typifications naissent des problèmes pratiques posés par les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité. Les journalistes imposent une hiérarchie parmi les événements en tant que matière première de l’information et en réduisent ainsi la variabilité. Aussi, le processus de typification oriente la perception par les journalistes du « monde de tous les jours en tant que phénomène »22.

  • 23 L’auteur fait ici référence la victoire électorale surprise des Tories d’Edward Heath sur les trava (...)
  • 24 Cet épisode fait référence au titre de Une du Chicago Tribune de novembre 1948 annonçant de manière (...)
  • 25 Il est tentant d’identifier les « prévisions erronées » à des erreurs. « Erreur » est un mot du lan (...)

50Le fait que les typifications orientent les perceptions soulève une autre question. Comme des études récentes l’ont montré (Sudnow 1965 ; Cicourel 1968 ; McKinney et Bourque 1972), les gens et les groupes typifient et tiennent pour acquis des éléments de contexte afin de pouvoir fonctionner au quotidien. Mais ces mêmes éléments de contexte peuvent poser problème précisément parce qu’ils sont tenus pour acquis. C’est-à-dire qu’un système de typification ne peut jamais être exhaustif, il requiert constamment des réajustements (Schutz 1962 ; Wilson 1970 ; McKinney et Bourque 1972). Les typifications peuvent même être tentantes. Par exemple, face à la nécessité d’anticiper et de planifier, les journalistes sont souvent conduits à faire appel à un savoir partagé par tous, c’est-à-dire à s’appuyer sur ce que tous les journalistes sont d’accord pour penser (voir Tuchman 1972 ; Schutz 1962, vol. 1, p. 75). Disposant d’un ensemble commun de connaissances ainsi que d’un système de typification fondé en partie sur l’utilité d’une anticipation détaillée, les journalistes peuvent faire des prédictions erronées. Les élections Wilson-Heath23 et Dewey-Truman24 sont des exemples classiques d’« anticipations erronées »25.

51Des événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité, ayant démenti les prévisions, requièrent d’importants changements, non programmés, dans l’organisation du travail. Comme les nouvelles de dernière minute, ils ne sont pas programmés, ils sont expressément imprévisibles. Comme des actualités sujettes à rebondissements, ils sont perçus à travers l’objectif d’une technologie particulière. Comme les sujets de fond, ils font appel à la fois à des récits postérieurs et à l’anticipation d’un événement faisant partie d’une chaîne d’événements. Ils remettent en question les connaissances et les routines que les journalistes tiennent pour acquises.

52Les journalistes font face aux problèmes posés par des événements anticipés de manière erronée en invoquant une typification spéciale : « quelle histoire ! » Cette typification surgit des dispositifs inhabituels qui sont mis en place de manière routinière pour faire face à une « quelle histoire ! » Le fait que les journalistes typifient ces événements met l’accent sur le caractère crucial des typifications dans leur travail et montre combien elles sont constituées par leur travail lui-même.

53Symboliquement, on se rend bien compte à quel point la typification est en elle-même une routine lorsqu’on est témoin de la manière stéréotypée dont est prononcé le « Quelle histoire ! », le geste accompagnant la parole et l’accent étant mis sur le « Quelle ». Celui qui parle ajoute encore à l’emphase en parlant plus lentement que d’ordinaire. Il en rajoute en opinant doucement du chef, tout en souriant et en se frottant les mains.

54De manière stéréotypée, Hollywood représente l’assez rare « quelle histoire ! » un peu comme la routine quotidienne de « l’univers excitant du journalisme d’actualité ». Le rédacteur en chef remonte ses manches et rédige les gros titres ; le jeune relecteur obtient la chance de sa vie en étant envoyé sur une mission cruciale ; quelqu’un à un moment donné hurle : « arrêtez l’impression ! »

  • 26 L’auteur fait ici référence au discours de Lyndon B. Johnson le 31 mars 1968 dans lequel il annonce (...)

55Sociologiquement, la réaction des journalistes au discours du président Johnson du 31 mars 196826 illustre bien dans quelle mesure des dispositifs inhabituels sont mis en place de façon habituelle pour faire face à une « quelle histoire ». Prenant connaissance de l’annonce faite par Johnson selon laquelle il renonçait à se présenter aux élections, les journalistes ont immédiatement institué des protocoles considérés comme allant de soi, afin de traiter cette « quelle histoire » en se reportant à des situations similaires survenues par le passé.

56Le discours de Johnson était préprogrammé ; le journal, comme d’autres médias d’information, était en possession d’un texte qui omettait, évidemment, l’ « annonce surprise » de la non présentation aux élections. Alors que Johnson déroulait son discours télévisé, évoquant l’arrêt progressif des bombardements américains, les journalistes s’attendaient à devoir traiter des informations concernant les réactions des chefs politiques à la soi-disant trêve des bombardements. Ces informations devaient leur arriver sous forme de télégrammes de dépêches. Une maquette préliminaire avait été élaborée pour la une. Le gros titre concernant la situation militaire (la « trêve des bombardements ») avait été préparé, édité, au point d’être en cours de composition. La une devait également comprendre une manchette politique, pas spécialement mise en valeur, au sujet de l’élection de 1968. Plusieurs autres analyses de la situation politique avaient préalablement été composées, notamment des analyses de chroniqueurs sur l’élection présidentielle de 1968 destinées à être imprimées dans les pages éditoriales, ainsi qu’un dessin humoristique politique montrant Johnson en train de répondre au téléphone « Oui, Bobby », enfin un court article posant la question du possible soutien de Robert Kennedy à Eugene McCarthy en tant que concurrent du président dans la course à l’investiture démocrate. Le bouclage de l’édition de 23 heures était bien engagé.

  • 27 Les journalistes étaient particulièrement fiers du calme régnant dans la salle de rédaction. Un réd (...)
  • 28 Je n’ai pu être témoin ni de cet incident, ni de celui qui le précéda. Ils me furent racontés par c (...)

57Et là, cela a fini par tomber : la pagaille. Une annonce préprogrammée à propos du « problème du Vietnam » en cours, promettant des spéculations politiques en nombre limité, s’est avérée être une énorme surprise de portée militaire, politique et diplomatique. Un rédacteur adjoint, qui était devant le poste dans le bureau du chroniqueur télévision du journal, s’est précipité en hurlant dans la salle de rédaction, hystérique. Ce fait d’armes était probablement plus inédit encore que l’annonce du président elle-même27. Le téléphone du directeur adjoint a sonné. Le directeur de la rédaction appelait pour discuter de la façon de couvrir le discours. Le directeur adjoint a salué automatiquement « Bonjour, Ted » avant même d’avoir pu entendre sa voix au bout du fil28.

  • 29 L’annonce de Calvin Coolidge, trentième président des Etats-Unis, de ne finalement pas briguer de s (...)

58Il serait impossible de décrire l’étendue du remodelage accompli en un temps record, tandis que les reporters, appelés au téléphone pour revenir en vitesse, les rédacteurs bénévoles et la masse des dépêches s’entassaient dans la salle de rédaction. Mais les commentaires des rédacteurs et reporters sont significatifs. Levant le nez pour répondre au téléphone, pour aboyer des ordres puis les expliquer, les rédacteurs annonçaient périodiquement : « Quelle histoire !... L’histoire du siècle… quelle nuit, quelle nuit… Qui l’aurait cru… On n’a jamais rien eu de tel depuis que Coolidge a dit “Je ne me présenterai pas” ».29

  • 30 Cet événement-sujet d’actualité est aussi analysé chez Tuchman (1972) et des récits proches au suje (...)

59Ces remarques sont signifiantes. Premièrement, elles révèlent à quel point la typification est fondée sur des postulats tenus pour évidents. La preuve, le journaliste politique numéro 1 du journal, lors de son reportage sur la primaire du New Hampshire, avait parié que Johnson ne se représenterait pas. Très peu avaient relevé le pari, et encore, pour seulement 1 dollar, estimant que ce serait comme « prendre de l’argent à un bébé »30.

60Deuxièmement, les remarques des journalistes soulignent à quel point les routines de travail sont modifiées de manière routinière. On a dit que discours de Johnson du 31 mars avait nécessité de réévaluer la situation militaire au Vietnam et la situation diplomatique vis-à-vis du Vietnam, notamment concernant la possibilité de pourparlers de paix fructueux, enfin la situation politique aux États-Unis. Le directeur de la rédaction et son assistant alertèrent expressément les agents recevant les dépêches, afin qu’ils surveillent de près l’arrivée de toute analyse sur ces sujets. Sans en être avertis (même si ces avertissements finirent par arriver), ils savaient que l’arrivée d’analyses sur ces sujets « était à prévoir ». En outre, le traitement de ces sujets nécessitait de revoir et réajuster à grande échelle l’affectation des ressources. De manière significative, tous les rédacteurs tinrent pour évidente la nature des réajustements à faire. Aucune discussion ne fut nécessaire pour décider quels journalistes politiques devaient se remettre au travail. Seule une discussion mineure eut lieu pour décider lequel des reporters généralistes devrait revenir travailler.

61Troisièmement, l’analogie avec Coolidge (le rédacteur qui le mentionna estimait les autres rédacteurs trop jeunes pour s’en souvenir) alerta le personnel sur la mise en place d’une routine inhabituelle. C’est-à-dire que les lois régissant la gestion d’une « quelle histoire » étaient en quelque sorte appelées par la mention d’une autre « quelle histoire ». En effet, convoquer Coolidge revient implicitement à appeler à réduire la variabilité des événements en tant que matière première de l’information, car c’est une façon de dire que celui qui fait alors l’actualité est du « même ordre » que celui survenu il y a des années.

  • 31 La mort de King fut rétrospectivement traitée comme une « quelle histoire ». À l’époque, les journa (...)

62Enfin, la référence du directeur adjoint à une précédente « quelle histoire » (voire à plusieurs) dit à quel point chaque « quelle histoire » subit une typification et du coup, peut s’inscrire dans une routine. Il a rejeté la proposition que lui a fait un autre rédacteur de l’aider, se souvenant que ce rédacteur l’avait plutôt gêné qu’autre chose lors du traitement d’une précédente « quelle histoire ». Quelques mois plus tard, cherchant à déterminer la bonne taille de police pour annoncer la mort de Robert Kennedy, il a repensé à la période de Noël en se disant, « Quelle année ! Quelle année… l’offensive du Têt, le discours de Johnson, la mort de King… et maintenant, ça. »31

63La typification d’une « quelle histoire » renforce l’idée que les journalistes typifient les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité d’une manière qui reflète les problèmes pratiques du travail journalistique et diminue la variabilité des événements en tant que matière première traitée par les journalistes et les organisations d’information. Elle affirme l’importance de la typification, car les journalistes en invoquent une toute particulière pour faire face à la « routine non routinière ». Tout comme les autres typifications utilisées par les journalistes, celle-ci surgit des tâches matérielles, au sein du travail.

Conclusion

64Pour répondre à la question de savoir comment une organisation peut traiter de l’information concernant des événements inattendus, j’ai examiné les catégories utilisées par les journalistes pour décrire les événements qui font l’actualité. En se fondant sur des distinctions opérées entre et parmi différentes sortes de contenus, les catégories des journalistes ne font ni vraiment décroître la variabilité des événements en tant que matière première de l’information, ni ne fournissent d’explications sur les activités des journalistes. Cependant, considérées comme des typifications, les mêmes classifications réduisent la variabilité de la matière première de l’information. Les organes d’information peuvent traiter des événements apparemment imprévus, y compris des urgences ou des catastrophes, car il typifient les événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité selon la manière dont ils se produisent et selon les ramifications que cette « manière de se produire » dessine pour l’organisation du travail. Chacune des typifications est ancrée dans cette enjeu de base pour les organisations qu’est le contrôle du travail. En outre, les typifications opérées par les journalistes reconstituent le monde de tous les jours. Elles construisent et déconstruisent la réalité sociale en établissant le contexte dans lequel les phénomènes sociaux sont perçus et définis.

65Dans une certaine mesure, l’approche utilisée ici a ses racines dans les recherches passées sur l’information d’actualité, en particulier dans le travail de Lang et Lang (1953, 1968). Toutefois, elle inclut une dimension tout à fait différente, car les recherches passées insistent sur la notion de « distorsion ». Comme l’indique Shibutani (1966) dans son travail pionnier sur la rumeur, le concept de « distorsion » est étranger aux discussions sur les réalités socialement construites. Chaque réalité socialement construite possède nécessairement un sens et une signification (Berger et Luckmann 1967 ; Schutz 1962). Ailleurs (1973) j’ai pu avancer que la « distorsion » est en elle-même un concept socialement construit. La construction de la réalité à travers la redéfinition, la reconsidération et la remise en question est un processus continu. Les typifications opérées par les journalistes indiquent qu’il peut être profitable de penser les informations d’actualité non pas comme une distorsion mais davantage comme une reconstitution du monde ordinaire.

66De plus, les arguments présentés ici, lorsqu’on les compare aux résultats de Molotch (1970) et Bucher (1957), suggèrent une hypothèse fascinante : les individus, les groupes, les organisations réagissent aux événements et les caractérisent en typifiant non seulement ce qui s’est passé, mais aussi comment les « choses » se sont passées. L’important serait la manière dont les événements peuvent être gérés, modifiés, projetés dans le futur, d’un point de vue pratique. Des travaux récents sur la déviance (Emerson et Messinger 1972) et les tentatives plus récentes de Molotch et Lester (1972) d’analyser les événements publics suggèrent qu’une telle approche parcourrait de manière transversale plusieurs champs d’enquête sociologique et pourrait se révéler fructueuse d’un point de vue théorique.

Top of page

Bibliography

Adler Ruth, 1971. A Day in the Life of the “New York Times.” New York: Lippincott.

Becker Howard, Blanche Geer, and Everett C. Hughes, 1961. Boys in White. Chicago: University of Chicago Press.

Berger Peter and Thomas Luckmann, 1967. The Social Construction of Reality. Garden City, N.J.: Anchor.

Boorstin Daniel, 1964. The Image: A Guide to Pseudo-Events in America. New York: Harper & Row.

Breed Warren, 1955. “Social Control in the Newsroom.” Social Forces 33 (May): 326-35.

Bucher Rue, 1957. “Blame and Hostility in Disaster.” American Journal of Sociology 62 (March): 467-75. .

Bucher Rue, 1970. “Social Processes and Power in a Medical School.” In Power in Organizations, edited by Mayer Zald. Nashville, Tenn.: Vanderbilt University Press.

Bucher Rue, and Joan Stelling, 1971. “Professional Socialization: The Acquisition of Vocabularies of Realism.” Paper presented at the meeting of the Society for the Study of Social Problems, Denver.

Cicourel Aaron, 1968. The Social Organization of Juvenile Justice. New York: Wiley.

Emerson Robert, 1969. Judging Delinquents: Context and Process in Juvenile Court. Chicago: Aldine.

Emerson Robert and Sheldon Messinger, 1972. “Deviance and Moral Enterprise.” Paper presented at the meeting of the Society for the Study of Social Problems, New Orleans, August 28.

Friedson Eliot, 1971. “Deviance as Diagnosis: Defiance, Deficiency, and Disability.” Paper presented at the meeting of the American Sociological Association, Denver, September 1.

Garfinkel Harold, 1967. Studies in Ethnomethodology. Englewood Cliffs, N.J.: Prentice-Hall.

Hage Jerald and Michael Aiken, 1969. “Routine Technology, Social Structure and Organizational Goals.” Administrative Science Quarterly 14 (3): 366-78.

Hughes Everett C., 1964. Men and Their Work. Glencoe, Ill: Free Press.

Hughes Helen MacGill, 1940. News and the Human Interest Story. Chicago: Univer- sity of Chicago Press.

Kimball Penn, 1967. “Journalism: Art, Craft or Profession?” In The Professions in America, edited by Kenneth S. Lynn et al. Boston: Beacon.

Lang Kurt and Gladys Engel Lang, 1953. “The Unique Perspective of Television.” American Sociological Review 18 (February): 3-12.

Lang Kurt, and Gladys Engel Lang, 1968. Politics and Television. New York: Quadrangle.

Luckmann Thomas, 1972. Review of Understanding Everyday Life. Contemporary Sociology 1 (1): 30-32.

McKinney John C., 1970. “Sociological Theory and the Process of Typification.” In Theoretical Sociology, edited by John C. McKinney and Edward Tiryakian. New York: Appleton-Century-Crofts.

McKinney John C. and Linda Brookover Bourque, 1972. “Further Comments on 'The Changing South': A Response to Sly and Weller.” American Sociological Review 37 (April): 230-36.

March James and Herbert Simon, 1958. Organizations. New York: Wiley.

Molotch Harvey, 1970. “Oil in Santa Barbara and Power in America.” Sociological Inquiry 40 (Winter): 131-44. 130

Molotch Harvey and Marilyn Lester, 1972. “Accidents, Scandals, and Routines: Resources for Conflict Methodology.” Paper presented at the meeting of the American Sociological Association, New Orleans, August 30.

Mott Frank Luther, 1952. The News in America. Cambridge, Mass.: Harvard Uni- versity Press.

Noyes Newbold, 1971. Extract from speech to the American Society of Newspaper Editors, Washington, D.C., April 14.

Park Robert and Ernest Burgess, 1967. The City. Chicago: University of Chicago Press.

Perrow, Charles. 1967. “A Framework for the Comparative Analysis of Organizations.” American Sociological Review 32 (April): 194-208.

Schutz Alfred, 1962. Collected Papers. 2 vols. The Hague: Nijhoff.

Scott Marvin and Stanford Lyman, 1968. “Accounts.” American Sociological Review 33 (February): 46-62.

Shibutani Tamotsu, 1966. Improvised News: A Sociological Study of Rumor. Indianapolis: Bobbs-Merrill.

Sudnow David, 1965. “Normal Crimes: Sociological Features of the Penal Code in a Public Defender's Office.” Social Problems 12 (Winter): 255-72.

Thompson James, 1967. Organizations in Action. New York: McGraw-Hill.

Tuchman Gaye, 1969. “News, the Newsman's Reality.” Ph.D. dissertation, Brandeis University. .

Tuchman Gaye, 1972. “Objectivity as Strategic Ritual: An Examination of Newsmen's Notions of Objectivity.” American Journal of Sociology 77 (January): 660-70. .

Tuchman Gaye, 1973. “The Technology of Objectivity.” Urban Life and Culture, vol. 2 (April).

Tyler Stephen A., ed. 1969. Cognitive Anthropology. New York: Holt, Rinehart & Winston.

Wilson Thomas P., 1970. “Conceptions of Interaction and Forms of Sociological Explanation.” American Sociological Review 35 (August): 697-710.

Zimmerman Don H., 1970. “Record-keeping and the Intake Process in a Public Wel- fare Organization.” In On Record: Files and Dossiers in American Life, edited by Stanton Wheeler. New York: Russell Sage.

Zimmerman Don H. and Melvin Pollner, 1970. “The Everyday World as Phenomenon.” In People and Information, edited by Harold B. Pepinsky. New York: Pergamon

Top of page

Notes

1 Lewis A. Coser, Rose Laub Coser, Arlene K. Daniels, Robert Emerson, Carolyn Etheridge, Kenneth A. Feldman, Melvin Kohn, et Marilyn Lester ont tous eu la gentillesse de lire les premières versions de mon texte, tout comme les journalistes James Benet et Howard Epstein. Je dois une reconnaissance toute particulière à Rue Bucher, Eliot Freidson, et Harvey Molotch pour leurs critiques sur plusieurs versions. La mesure de ma reconnaissance se fait à l’aune de la faible ressemblance qui persiste entre cette version et les plus anciennes, rejetées suivant des conseils judicieux.

2 Titre et résumé anglais originaux de l’article de Gaye Tuchman “Making News by Doing Work : Routinizing the Unexpected“, American Journal of Sociology, vol. 79, No. 1 (Jul., 1973), pp. 110-131 tel que traduit ici [NdE]

3 Tout au long de ce texte, les termes « organisation d’information » et « journalistes » sont utilisées de façon apparemment interchangeable. Cela est partiellement dû au fait que l’on peut discuter avec ces journalistes et les observer. L’observateur participant ne peut en revanche interroger ou observer une raison sociale. Cependant, il existe aussi une justification théorique de cet usage. Zimmerman (1970, p. 237) conclut, « Il apparaît que “l’usage compétent” d’une règle donnée ou d’un ensemble de règles [d’organisation] est fondé sur une compréhension pratique des membres, qui savent quelles actions en particulier sont nécessaires à telle occasion afin d’assurer la reproduction régulière d’un état de choses normal ». Or cet article interroge la manière dont les organisations d’information peuvent rendre compte des urgences tout en maintenant continuellement et quotidiennement un état de choses normal.

4 Certains sujets sont ici nécessairement exclus. Le plus important est de comprendre comment les journalistes distinguent les événements dignes de faire l’actualité de ceux qui ne le sont pas. À des fins d’analyse, je pars du principe que les événements dont on parle ont déjà été jugés dignes de faire l’actualité et que les journalistes en sont à décider comment classer cet événement-en-tant-qu’il-est-l’actualité. En pratique, la décision de traduire un événement en nouvelles, et la caractérisation d’un tel événement, dépendent l’une de l’autre. Souvent, ce sont des procédures qui vont de pair. Par exemple, si l’on avance qu’un papier doit être écrit à propos d’un événement, un reporter pourra déclarer « Bien sûr que c’est une actualité… au même titre que celle au sujet de [un autre événement] que nous avons sorti la semaine dernière ».

5 Les traductions des différents termes proposés par l’auteur est assez épineuse. La traduction ruse ici en partant du fait que, justement, “hard news” et “soft news” peuvent être employés aussi en français, et figurent aujourd’hui dans le jargon journalistique francophone. On pourra se reporter aux définitions proposées par Erik Neveu dans le glossaire qui figure dans son ouvrage Sociologie du journalisme, La Découverte, “Repères”, 2013, p. 7-8. Concernant les trois autres termes, également difficiles à traduire, nous indiquons entre parenthèses les termes anglais proposés par Tuchman (NdE).

6 Un jeune reporter, qu’on pourrait décrire comme « un jeune loup », a cité le conflit entre les mouvements sociaux et le gouvernement parmi ses exemples. La caractérisation des mouvements sociaux fait en ce moment l’objet de négociations entre les journalistes les plus jeunes et leurs aînés, elle est également fréquemment discutée au sein des revues de journalisme.

7 Cette affirmation n’est à proprement parler pas exacte, car les journalistes utilisent en parallèle des rubriques apparemment basées sur le contenu, telles que « éducation », « politique » etc.

8 La perspective phénoménologique n’est pas étrangère à la pensée sociologique. Récemment, des chercheurs (Zimmerman 1970 ; Cicourel 1968 ; Emerson et Messinger 1971 ; Sudnow 1965) ont discuté la relation entre la typification et les tâches pratiques dans les organisations gérant des personnes. L’étude de la production de typifications a permis aux théoriciens de l’étiquetage de mettre en lumière les préjugés moraux et professionnels sous-jacents au traitement des personnes déviantes ; elle leur a permis de mettre en lumière les considérations pratiques sur lesquelles s’appuient la police, les juges, les médecins et les travailleurs sociaux pour étiqueter les délinquants et les clients (pour une analyse avancée, voir Emerson et Messinger [1972] et Freidson [1971]). Ainsi que l’a noté Schutz (1962), les typifications aident à établir une routine dans le monde qui est le nôtre. Elles incarnent les fondements routiniers de la vie quotidienne ; elles nous permettent de faire des prévisions limitées (projections) et ainsi de planifier et d’agir.

9 Schutz (1962) utilise le mot « typification » d’une manière un peu différente. Dans certains contextes, Schutz applique le terme de « catégorie » aux constructions de la science sociale. Ailleurs, il fait référence aux catégories en tant que sous-type de la typification, dont l’usage dépend de la spécificité du phénomène typifié. Chez McKinney (1970) on trouvera une autre tentative de se saisir de ces questions.

10 Si les événements inattendus peuvent être reconnus comme tels, il faut bien qu’ils aient subi une typification. S’ils peuvent être reconnus et dès lors, typifiés, il ne peuvent être « complètement » inattendus. Donc, on doit écrire « apparemment » inattendus.

11 Ainsi que le notent McKinney et Bourque (1972, p. 232), les typifications sont flexibles et subissent des transformations continuelles. Techniquement donc, comme le note Lindsay Churchill (communication personnelle), enregistrer ainsi les typifications revient à les transformer en composantes d’une typologie.

12 Certains événements-en-tant-qu’ils-sont-l’actualité, notamment les nouvelles de dernière minute, apparaissent sur les ondes avant d’avoir pu atterrir dans les journaux du matin. Cependant, j’ai souvent pu observer des rédacteurs de télévision rédiger un script en lisant le journal. Les journaux du matin font également office de source pour les émissions du soir.

13 Les « Pentagon Papers » désignent des documents, publiés par le New York Times en 1971, issus du Ministère de la Défense et décrivant l’engagement des forces américaines au Vietnam et dans les pays limitrophes à partir de la fin de la seconde guerre mondiale. Ils documentaient notamment les opérations de guerre secrète menée par l’armée américaine. (NdE)

14 La série « The Man in the News » est consacrée à des portraits d’individus « faisant l’actualité » au moment de la publication. (NdE)

15 Le Washington’s Birthday est également nommé le Presidents day et correspond, aux États-Unis, à un jour férié fédéral ayant lieu le troisième lundi de février chaque année. (NdE)

16 Le Lincoln’s Birthday est un jour férié dans certains États américains. Il a lieu le 12 février de chaque année. (NdE)

17 Certains pourront avancer que d’autres variables organisationnelles, telles que la taille, les relations entre les organisations, la structure du marché influencent l’affectation des ressources au moins autant, sinon davantage, que la technologie. Certes, la question des marchés est pertinente. La télévision est avant tout un media de divertissement. Mais, comme il a été montré par ailleurs (Tuchman 1969), la technologie semble déterminer la taille d’une organisation dispensatrice d’informations générales, le travail nécessaire pour traiter un sujet, enfin l’articulation entre l’organisation et une agence plus centralisée de traitement de dépêches. Par exemple, tandis que le journal quotidien et la chaîne de télévision sont pareillement abonnés aux dépêches de l’Associated Press, seul le media audiovisuel est capable de diffuser l’information en même temps qu’une agence de presse plus centrale, en l’occurrence, le réseau auquel il est affilié. De la même manière, il n’est pas indispensable de posséder un enregistrement sur un événement, un accident d’avion par exemple, pour interrompre les programmes et annoncer l’événement digne de faire l’actualité.

18 Même si les journalistes ne distinguent que ce type d’informations comme étant sujettes à développement, les théories phénoménologiques insisteraient sur l’idée que ce processus existe pour tous les types d’informations, tout le temps. Contentons-nous de dire que les actualités sujettes à rebondissements fournissent un exemple particulièrement limpide d’indexicalité (pour des explications sur l’indexicalité, voir Garfinkel [1967] et Wilson [1970]).

19 Howard Epstein (communication personnelle) note un autre problème posé par les actualités sujettes à développement, celui du bon moment pour « sortir » un sujet dans des éditions successives. Par exemple, faut-il retarder de quinze minute l’envoi d’une édition par la poste afin de pouvoir y inclure le début d’un discours ou faut-il garder de côté ce début de discours pour une édition plus tardive, destinée à être livrée à domicile ? La concurrence télévisuelle rend cette décision plus difficile encore et d’une certaine façon, dénuée de sens vu que quelle que soit la décision des journalistes papier, le journal télévisé risque d’être le premier à diffuser le discours.

20 J’ai pu observer directement la couverture par le journal du décès de King. Les activités de la chaîne de télévision, en revanche, sont reconstruites d’après les récits postérieurs des journalistes de télévision.

21 Une question dépassant la portée de cet article surgit : comment les journalistes établissent-ils que deux événements concernent un « même sujet » ?

22 Zimmerman et Pollner (1970) soulèvent des questions similaires concernant le traitement par le sociologue du « monde de tous les jours en tant que phénomène », même si Luckmann (1972) attire à juste titre l’attention sur le fait que techniquement, le monde de tous les jours n’est pas un « phénomène » .

23 L’auteur fait ici référence la victoire électorale surprise des Tories d’Edward Heath sur les travaillistes d’Harold Wilson aux élections générales de Grande-Bretagne en 1970, alors que les sondages, abondamment repris par la presse, annonçaient la victoire du parti travailliste. (NdE)

24 Cet épisode fait référence au titre de Une du Chicago Tribune de novembre 1948 annonçant de manière erronée, sous la titre « Dewey defeats Truman » la victoire à l’élection présidentielle de Thomas Dewey face à Harry Truman. (NdE)

25 Il est tentant d’identifier les « prévisions erronées » à des erreurs. « Erreur » est un mot du langage courant (Hughes 1964). Ainsi que l’avancent Bucher et Stelling (1971), cette notion est mise de côté dans le cadre de la socialisation professionnelle pour faire place à des concepts mettant l’accent sur le processus de travail. Devant les preuves de prévisions erronées collectives, les journalistes avancent essentiellement les arguments suivants : nous sommes des spécialistes de la connaissance, de la collecte et du traitement d’un « savoir général » (Kimball 1967). Si et quand nos prévisions sont collectives, elles sont nécessairement erronées, car elles sont fondées sur une expertise partagée. Les journalistes poursuivent : étant donné que notre réservoir de connaissances est nécessairement correct, c’est la situation qui est dans l’« erreur ». C’est-à-dire que la situation a changé d’une manière que nous ne pouvions pas anticiper. L’explication après coup de la « victoire surprise » de Heath sur Wilson, exposée dans la presse quotidienne, soutient cette interprétation : confiant en sa victoire, Wilson n’a pas suffisamment fait campagne. Inquiet de s’entendre décrire comme le perdant, Heath fit des efforts exceptionnels pour gagner. Un processus similaire, reposant sur des connaissances détaillées, peut aussi expliquer la capacité d’Agnès à faire mentir ses médecins (Garfinkel 1967, pp. 116-85, 285-88). Vu la somme de connaissances à leur disposition, les médecins partirent du principe qu’il était impossible à un jeune garçon de s’auto-administrer la juste posologie des hormones correctement choisies pile au bon moment pour perturber le développement sexuel « normal ».

26 L’auteur fait ici référence au discours de Lyndon B. Johnson le 31 mars 1968 dans lequel il annonce l’arrêt des bombardements américains du Nord-Vietnam, son intention d’entamer des pourparlers de paix dans ce conflit et son retrait de l’élection présidentielle lors de laquelle il aurait pu chercher à obtenir un second mandat présidentiel. (NdE)

27 Les journalistes étaient particulièrement fiers du calme régnant dans la salle de rédaction. Un rédacteur en chef, qui avait travaillé au New York Times, déclara que les nouvelles du débarquement ne s’étaient répandues qu’en murmures au sein de la rédaction du Times.

28 Je n’ai pu être témoin ni de cet incident, ni de celui qui le précéda. Ils me furent racontés par cinq journalistes différents au cours de la soirée. Après avoir dîné en famille, le directeur de la rédaction appelait chaque soir, systématiquement, pour savoir comment l’édition se profilait. Il avait déjà passé cet appel du soir lorsque Johnson entama son discours.

29 L’annonce de Calvin Coolidge, trentième président des Etats-Unis, de ne finalement pas briguer de second mandat date de 1927, soit 40 ans avant l’événement Johnson (NdE)

30 Cet événement-sujet d’actualité est aussi analysé chez Tuchman (1972) et des récits proches au sujet des postulats sur la candidature de Johnson de la part de journalistes basés à Washington, D.C. ont pu circuler dans les médias de masse. Une question posée par Kurt H. Wolff (dans une communication personnelle) m’engage à signaler une interprétation plus technique de la « quelle histoire ». On pourrait dire que le contenu d’une « quelle histoire » remet en question les préjugés des journalistes sur le monde social à un point tel que cela menace leur capacité à tenir une « attitude naturelle » (Schutz [1962, vol. 1 pp. 208-209] fournit une longue explication sur l’ « attitude naturelle »). Les protocoles utilisés pour traiter une « quelle histoire » peuvent du coup être considérés comme le processus au travers duquel les journalistes travaillent à rétablir l’attitude naturelle. Une autre approche est possible. Les cinq typifications préalablement analysées permettent aux journalistes de traiter les urgences concernant les autres. Lorsqu’ils sont face à une « quelle histoire », les journalistes sont eux-mêmes placés dans une situation d’urgence. Le fait qu’ils fassent aussitôt appel à des protocoles établis afin de faire face à la « quelle histoire » met en lumière, encore une fois, l’utilisation d’une typification ancrée dans une routine afin d’accomplir des taches matérielles. Dans ce cas, la tâche en question pourrait être d’avoir à simultanément traiter de l’information tout en se gérant l’urgence organisationnelle.

31 La mort de King fut rétrospectivement traitée comme une « quelle histoire ». À l’époque, les journalistes y réagissaient d’un hochement de tête, le visage fermé, et certains dénonçaient discrètement le racisme d’autres membres de la rédaction. On réalise extrêmement bien à quel point une « quelle histoire » est sujette à la routine grâce à un incident survenu à la station de télévision le jour de la mort de Robert Kennedy. La plupart des journalistes furent convoqués au travail à 6h du matin. D’autres pas, afin qu’ils restent frais et dispos pour le journal de 23h. En arrivant au travail en milieu d’après-midi, un journaliste interrogea un de ses collègues du matin : « Avons-nous recueilli les réactions habituelles ? » (avec emphase). Puis, réalisant que cette question semblerait déplacée pour quelqu’un d’extérieur au milieu, il me demanda de la retirer de mes notes de recherche.

Top of page

References

Electronic reference

Gaye Tuchman, « Travailler à la fabrique de l’information, ou comment l’imprévu devient une routine », Temporalités [Online], 23 | 2016, Online since 10 October 2016, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3413

Top of page

About the author

Gaye Tuchman

Queens College, Université de la ville de New York

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page