Navigation – Plan du site

Ce que les régimes de temporalités peuvent nous apprendre sur les sports

Jérôme Soldani

Texte intégral

1Que ce soit sur le plan réglementaire ou à travers un calendrier événementiel qui leur est spécifique, les sports ont partie liée avec différentes formes de temporalités. De ce point de vue, il est possible de classer les compétitions sportives selon trois catégories de rapport au temps : les sports où le temps est systématiquement mesuré mais ne fixe pas les conditions de lʼaccomplissement de lʼépreuve (courses à pied, courses cyclistes – excepté les contre-la-montre –, natation, etc.), les sports où un temps défini à lʼavance sanctionne la fin de lʼévénement (football, rugby, basket, etc.) et les sports où le temps n’est pas un élément discriminant (baseball, volley-ball, golf, lancer de poids, etc.) (Martínková & Parry, 2011, p. 27-28). Pour cette dernière catégorie, cʼest lʼévénement lui-même qui sert dʼunité temporelle en sʼinscrivant cependant, comme pour les autres catégories, dans un calendrier plus large (saisons régulières, championnats, Jeux Olympiques, etc.) (Kretchmar 2005, p. 47, note 6).

2De manière plus générale, les sports dits « modernes », tels quʼils se sont structurés depuis la fin du XVIIIe siècle (Darbon, 2014), semblent sʼêtre accommodés dʼun temps linéaire et quantifiable (Martínková & Parry, 2011, p. 23). Mais cette lecture mérite dʼêtre questionnée à lʼépreuve des faits empiriques et appréhendée sous les différentes formes de relations quʼentretiennent les sports avec les « régimes de temporalités » (Dubar 2004). Existe-t-il des régimes de temporalités propres aux sports ? Existe-t-il des affinités entre des pratiques sportives et des régimes de temporalités qui conditionnent des relations privilégiées entre un public et une discipline, ou qui facilitent le dispositif technique de la pratique dʼun sport dans un contexte donné ? Comment les athlètes gèrent-ils les différentes temporalités auxquelles ils sont confrontés dans leurs pratiques ?

3Certaines conceptions dominantes du temps (linéaire, circulaire, etc.) peuvent influer sur lʼaffinité quʼentretient un individu ou un groupe avec une pratique sportive en particulier et son dispositif temporel, ou servir dʼargument discursif pour justifier la prépondérance dʼun sport au sein dʼune société. Certains amateurs de basket-ball ou de football trouvent ainsi le baseball « trop lent », « manquant dʼaction », voire « ennuyeux » (Kretchmar, 2005, p. 45). Mais le cricket, lointain cousin du baseball et également non limité par le temps, a de quoi décontenancer les amateurs de ce dernier, avec ses matchs tests pouvant sʼétaler sur plusieurs jours et se terminant une fois sur trois sur une égalité entre les deux équipes concurrentes quand le match de baseball ne cesse quʼà la désignation dʼun vainqueur (Darbon, 2007). À Taïwan, où le baseball tient le statut de sport national, celui-ci nʼest pas vu comme un jeu « lent » ou « ennuyeux », tandis que dʼautres sports très populaires ailleurs dans le monde, comme le football, nʼont que très récemment pénétrés lʼespace médiatique local. De plus, le dispositif spatio-temporel du baseball entre largement en résonnance avec une certaine représentation du monde et une conception cyclique du temps considérées comme dominantes auprès de lʼethnie majoritaire, ce qui a pu historiquement favoriser lʼadoption de ce jeu, même sʼil ne faut pas réduire ce processus à des arguments dʼordre culturel (Soldani, 2011).

4La question de la perception et de la gestion du temps se pose aussi du côté des pratiquants, et à divers degrés. La première et la plus évidente de ces dimensions est celle de la gestion du temps en compétition, quʼil sʼagisse de préserver un avantage en jouant la montre sur un terrain de football, ou de battre un record sur une piste dʼathlétisme. Cet aspect fait par ailleurs écho à lʼimportance toujours plus grande de la quantification du temps dans les sports et au développement des moyens technologiques qui la sous-tend (chronomètre, photo finish, etc.) (Vigarello, 1988 ; Woodward, 2013). De façon beaucoup plus imperceptible et difficilement mesurable, de nombreux athlètes décrivent des moments où le temps leur semble immobile (phénomène connu sous le nom dʼ « illusion de chronostase », voir Hagura et alii., 2012), leur concentration optimale, et où leurs actions sʼenchaînent à la perfection. Ainsi, des joueurs de baseball prétendent-ils voir une balle lancée à plus de 150 km/h ralentir, ou se figer, en parcourant la vingtaine de mètres qui les sépare du lanceur, leur permettant dʼanticiper sa trajectoire, où et quand la frapper. De même, les huit petites secondes durant lesquelles un bull rider doit tenir sur le dos dʼun taureau déchaîné durant un rodéo sont pour lui une éternité durant laquelle il doit prévoir et contrecarrer les mouvements de lʼanimal pour le désarçonner, tandis quʼelles paraitront un bref instant à tout observateur. Cet état, décrit par le psychologue hongrois Mihály Csíkszentmihály (1990) sous lʼappellation de flow, est en conséquence recherché par les athlètes comme une condition nécessaire à la performance (Demontrond & Gaudreau, 2008).

5La capacité de réaliser un geste au moment opportun et de synchroniser les mouvements sʼacquiert avec des années dʼexpérience et implique une répétition inlassable à lʼentraînement, auquel est consacré plus de temps quʼà la compétition elle-même, jusqu’à ce quʼils deviennent des automatismes et pour éviter la perte des réflexes. Cette routine ne doit pas être entendue comme la simple répétition des mêmes actions et des mêmes gestes au quotidien, elle relève avant tout de leur intériorisation, notamment corporelle. Les sportifs interrogés soulignent d’ailleurs bien souvent que les meilleurs de leurs pairs sont ceux qui parviennent à remplir leur rôle sur le terrain de façon machinale, c’est-à-dire sans avoir besoin de réfléchir à l’exécution du geste et en se gardant de la pression que génère la part d’incertitude de son succès. Dans les faits, il ne s’agit pas d’automatismes à proprement parler, ni de comportement instinctif, pour atteindre ce niveau de maîtrise tout doit avoir été minutieusement préparé en amont, et aucun compartiment du jeu ne doit avoir été négligé. La routine se fabrique par la répétition, elle nécessite de l’expérience et la capacité de prendre en compte les variations. Elle est en cela étroitement corrélée au temps, car une absence de pratique entraîne l’érosion, parfois rapide, des capacités acquises (Schwint 2005 : 523).

6Pour les athlètes de haut niveau, cʼest au sein des structures dʼentraînements spécialisées que se fait lʼapprentissage des temporalités spécifiques aux pratiques sportives. Cette formation laisse par ailleurs peu de place à lʼoisiveté – le temps du sportif se caractérise par la prégnance de lʼurgence – et comprend la gestion du capital physique, aussi bien sur le temps dʼune saison quʼà lʼéchelle dʼune carrière (Viaud & Papin, 2012). Cette nécessité de combiner urgence et routinisation peut par ailleurs paraître en soi une injonction paradoxale. Comment répondre aux imprévus à répétitions dans une temporalité houleuse tout en maintenant lʼempoi du temps réglé du quotidien ? Il sʼagit également pour les sportifs dʼoptimiser le temps et de composer avec les contraintes dʼun calendrier souvent surchargé qui laisse peu de place au repos ou à la vie familiale.

7Quʼelles présentent des convergences ou quʼelles soient exceptionnelles, quʼelles soient plutôt rectilignes ou sinueuses, régulières ou erratiques, les trajectoires biographiques en disent long sur les développements possibles des carrières sportives ou, plus largement encore, sur la vie des sportifs et ses conditions. Les parcours des femmes en comparaison de ceux de leurs homologues masculins sont particulièrement intéressants à scruter, surtout dans des domaines dʼordinaire réservés ou associés à ces derniers, comme par exemple le rugby (Saouter, 1995, 2016). Lʼémergence, et aujourdʼhui la prédominance, du professionnalisme sur la scène sportive internationale, dans la majorité des disciplines, a fait naître la perspective dʼune promotion sociale et économique pour les athlètes et donné lieu à dʼimportants flux migratoires dont il est important de déterminer lʼimpact dans le parcours dʼun sportif, autant que la façon dont celui-ci se figure sa propre trajectoire et choisit de la raconter (Bale & Maguire, 1994 ; Lanfranchi & Taylor, 2001 ; Maguire & Falcous, 2011).

8Du point de vue du spectateur ou du pratiquant occasionnel, le sport semble en rupture avec le temps de la vie courante et en opposition avec le travail, tout en étant un moment dʼactivité intense (Vigarello, 1995, 2015). Pour le professionnel, ce temps entrera plutôt dans le cadre de la normalité ou de lʼordinaire. La confrontation de baseball est, par exemple, décrite par les joueurs comme une succession dʼinterminables moments à patienter sur le banc (que l’on soit titulaire ou non), ponctués de phases de jeu où sont mis en œuvre les automatismes répétés sans fin à l’entraînement. L’attente est parfois insoutenable en raison de la pression exercée par la rencontre. Cette perception du temps tranche avec celle du public pour qui le match est un concentré d’effervescence qui résumerait l’activité quotidienne des joueurs, ne sachant pas toujours ce qu’ils font en dehors.

9Chaque discipline sportive sʼest vraisemblablement constituée un calendrier autonome, en fixant des événements sur le cours dʼune année ou de façon cyclique sur plusieurs années (coupes continentales ou du monde en football, par exemple), selon une logique qui lui est propre (Chartier & Vigarello, 1982, p. 38). Ce calendrier séculaire, sans correspondance avec les fêtes liturgiques et la temporalité communautaire, marque ainsi une rupture entre les sports dits « modernes » et les jeux athlétiques dits « traditionnels » (Guttmann, 2006).

10Jusquʼici, aucune tentative visant à définir ce qu’est le sport ne s’est montrée pleinement opérante ou nʼest parvenue à donner une quelconque unité aux pratiques disparates qui sont censées y répondre. Les spécialistes de la question continuent de débattre mais ne sont jamais parvenus à donner une définition satisfaisante pour dʼautres quʼeux-mêmes. Même une compréhension restreinte de la notion de sport comme activité mettant en jeu le corps humain dans un dispositif strictement encadré par un ensemble réglementaire dans lequel un individu ou un groupe d’individus est confronté à un autre ne fait pas lʼunanimité.

11Les sports, tels que nous les connaissons aujourdʼhui, ont fait leur apparition dans l’Angleterre des XVIIIe et XIXe siècles, parallèlement à l’avènement de la Révolution industrielle, avant de se diffuser par la suite à travers le monde, notamment via les canaux de la colonisation britannique et de lʼimpérialisme américain (Elias et Dunning, 1994 ; Darbon, 2008). Allen Guttmann dresse un catalogue de sept caractéristiques structurelles auxquelles correspondraient les pratiques quʼil désigne comme des « sports modernes »  : sécularisme, principe d’égalité entre les adversaires, spécialisation des tâches, rationalisation de la pratique, institutions bureaucratiques, quantification de l’activité, quête sans fin de records (Guttmann, 2006, p. 37-87).

  • 1 Les termes de « sportivisation » et de « sportification », parfaitement synonymes de « sportisation (...)

12Soulignant l’interdépendance des critères énoncés, Sébastien Darbon qualifie cette configuration particulière de « système sportif […] fondé sur l’autonomisation, l’uniformisation, l’abstraction, la codification et l’institutionnalisation » (Darbon, 2008, p. 2). L’absence de conformité à n’importe laquelle de ces dimension tendrait donc à déplacer la pratique observée dans un cadre conceptuel différent (Darbon, 2014). Ainsi, courir un marathon, pratiquer l’haltérophilie ou jouer dans un club de football s’inscrit bel et bien dans le système sportif, mais ce n’est pas le cas du jogging, de la musculation, de la partie de ballon à la récréation de l’école, sans pour autant porter un quelconque jugement de valeur sur chacune de ces pratiques. Les contours du système restent par ailleurs mouvants, même sʼil a connu une remarquable stabilité de sa propre logique interne depuis son émergence au XIXe siècle. Cadre de référence normatif se reproduisant au travers dʼinstitutions qui en garantissent la cohérence, le système sportif est la matrice dʼun processus de transformation des pratiques selon ses propres normes, à lʼexemple du sumo au Japon avec la création au tournant du XXe siècle du rang de yokozuna et d’un système de championnat professionnel (Thompson, 1998), phénomène qui peut être désigné par le néologisme de « sportisation1 ». Au sein de ce système, les pratiques sportives se singularisent par leurs règles du jeu respectives qui fixent un ensemble dʼobligations et de libertés (Darbon, 2002) et ainsi conditionnent les relations que chacune de ces pratiques entretient avec un ou plusieurs régimes de temporalités dans une configuration qui lui est propre (Woodward, 2013). Rompre avec les exigences temporelles fixées par une pratique sportive reviendrait donc à la transformer radicalement et à en faire une activité physique aux enjeux différents.

  • 2 Il est possible de faire ici un parallèle avec la chasse à courre (ou vénerie), interdite en Grande (...)

13Cʼest à ce questionnement sur la nature même du sport, au sens de système sportif, et sur lʼéventail des pratiques qui peuvent ou non lui être associées que Frédéric Saumade tente de répondre au début de lʼarticle qui ouvre ce dossier thématique. Montrant que la tauromachie espagnole prend sa forme contemporaine parallèlement à la constitution du système des sports et en quoi ces deux processus concomitants se sont influencés mutuellement, lʼauteur décrit la tauromachie comme se situant « à lʼintersection du sport, de lʼart dramatique, du cirque et des activités triviales de lʼélevage ». En dʼautres termes, si la tauromachie partage des caractéristiques communes avec le système sportif (dimension physique de lʼactivité, distinction entre acteurs et spectateurs, compétition équitable entre des concurrents humains, règles du jeu institutionnalisées, mesure du temps, etc.), certaines des pratiques qui en relèvent, à lʼinstar du bull riding qui met directement en compétition des monteurs, semblent mieux sʼinscrire dans ce cadre, tandis que dʼautres sʼen éloignent, comme la corrida où la mise à mort des animaux la situe aux frontières du licite2, où la confrontation entre matadors peut paraître secondaire, et que ses aficionados considèrent dʼabord comme une forme dʼart du spectacle. Ce qui nʼempêche pas, nous précise lʼauteur, que la corrida espagnole présente une structure globale compatible avec le système sportif. Afin de dépasser les catégorisations subjectives ou normatives, Frédéric Saumade propose ici une analyse anthropologique reposant sur de fines descriptions ethnographiques et la comparaison de quatre formes de tauromachies dont la distinction se fonde en grande partie sur leurs régimes de temporalité respectifs. Dans la corrida espagnole, le matador doit porter des coups dʼépée avec le plus de lenteur et de grâce possibles sur un animal dressé pour la charge, sous les acclamations codifiées du public et dans un temps limité à un quart dʼheure. Le bull rider doit rester sur le dos dʼun taureau durant huit secondes, temps court dans lʼabsolu mais interminable du point de vue de celui qui sʼy confronte, au terme desquelles seront notées par un jury la qualité de sa prestation comme la combativité de lʼanimal. Le freestyle bullfighting met en scène des toreros clowns qui doivent accomplir un maximum de figures (esquives) acrobatiques face à un taureau dressé pour la charge dans un laps de temps de soixante-dix secondes. Dans la course camarguaise, cʼest le taureau « cocardier » qui tient le rôle principal et doit, pendant un quart dʼheure, éviter de se faire subtiliser ses attributs par des raseteurs quʼil tente de repousser. À lʼissue de cet exercice comparatiste, lʼauteur conclut que la tauromachie comme les sports sont fondamentalement caractérisés par une dimension commune : le spectacle.

14Cette même dimension est interrogée, sous un autre angle, par Laurent Camus qui étudie dans sa contribution la gestion des pauses dans le cadre des retransmissions de matchs de football. Lʼutilisation des ralentis vient ici combler les pauses, généralement courtes (environ une dizaine de secondes) et inutiles dans la progression de lʼaction, qui émaillent la partie de football. De façon plus générale, ce sujet permet de questionner les modalités de domestication des changements de temporalités propres à chaque pratique sportive par les professionnels de la diffusion télévisée dʼévénements de ce type. Le football est typiquement un sport à la temporalité continue (contrairement au baseball, par exemple), où la durée dʼun match est fixée à lʼavance par les règles du jeu. Lʼaction sur le terrain peut sʼarrêter (pour une sortie, une faute, etc.) tandis que le temps continue de défiler. Lʼarbitre, qui sanctionne le début et la fin de toute action par son coup de sifflet, est seul juge (avec lʼaide de ses assesseurs) dʼune faute commise dans le jeu. Il peut décider dʼun temps additionnel dont la durée est laissée à sa discrétion, et fait ici office de maître du temps. Cependant, un joueur décidant de rester au sol après une chute ou un entraîneur demandant un changement peuvent occasionner des pauses volontairement plus nombreuses ou plus longues qui sont autant de pertes de temps à des fins tactiques. Face à toutes ces coupures, dont les occurrences comme la durée sont imprévisibles, les professionnels de la retransmission télévisée doivent se tenir prêt à revenir, éventuellement sous un autre angle, sur une action précédemment vue pour garantir la continuité du temps et de lʼaction vécue par le spectateur derrière son écran.

15Lʼétude dʼAndrew Baerg aborde un autre cas de réappropriation et de transformation des temporalités propres à une pratique sportive pour la transposer sur un autre support que le terrain de jeu lui-même, à savoir, dans le cas présent, dans une version vidéoludique (digital games). Il sʼagit plus précisément ici de lʼadaptation des deux principaux sports étatsuniens, le baseball et le football américain, à travers deux simulations transposant lʼunivers de leurs principales ligues professionnelles, respectivement la Major League Baseball (MLB), pour lʼannée 2016, et la National Football League (NFL) en 2017. Lʼauteur relève que ces deux sports reposent sur des temporalités très différentes, mais que leurs versions virtuelles partagent des similarités dans leur traitement respectif du temps. Un match de baseball se découpe en neuf manches où il faut que chacun des deux équipes élimine trois adversaires, de sorte que, si les parties durent en moyenne trois heures, il est impossible de savoir à lʼavance quand un match prendra fin, dʼautant que des manches supplémentaires peuvent être disputées en cas dʼégalité au terme des neuf réglementaires. Le cours dʼune partie de baseball est aussi rempli dʼinterruptions qui permettent lʼélaboration de stratégies aux abords du terrain, de longues discussions sur les phases de jeu précédentes dans les tribunes et la diffusion de nombreux spots publicitaires ou de ralentis à la télévision. Mais il en résulte que le baseball est souvent considéré comme un jeu lent. À lʼopposé, le football américain est étroitement lié à la montre, se jouant en quatre périodes de quinze minutes, avec un temps supplémentaire en cas dʼégalité au terme des soixante minutes. Lʼécoulement du temps est néanmoins régulièrement interrompu par lʼarbitre selon les situation de jeu (passe manquée, pause demandée par lʼune des deux équipes, etc.), ce qui donne également une déroulement saccadé de lʼaction à lʼéchelle dʼune partie. En négociant avec les temporalités des sports dont elles sʼinspirent, quitte à sʼen distancer considérablement, les versions vidéoludiques décrites par lʼauteur créent des raccourcis de sorte à rendre leur plateforme plus adaptée aux attentes des joueurs, généralement dans le sens de lʼaccélération, de la compression et de lʼimmédiateté, troquant le temps qui passe contre des points de progression, afin de donner plus de rythme au jeu et de rendre accessible lʼexpérience dʼune carrière dʼathlète virtuelle. Lʼanalyse de ces modalités de réappropriation des dispositifs réglementaires des pratiques concernées par les digital games permet ainsi à Andrew Baerg de questionner, à divers niveaux, les relations entre sports et temporalités.

16Les pratiques relevant du Mixed Martial Arts (MMA) interrogent aussi à leur façon les contours du système sportif. En donnant plus de place à des coups violents, ou se déroulant dans des arènes aux caractéristiques variables et parfois inattendues (par exemple dans une cage), elles semblent se situer à rebours du processus de sportisation (Van Bottenburg & Heilbron, 2006 et 2009). Il est cependant possible de replacer ces pratiques hybrides (car résultant de la combinaison de plusieurs disciplines) dans lʼespace des sports à proprement parler en suivant non pas leurs caractéristiques internes, mais comment celles-ci sont envisagées par les pratiquants eux-mêmes. Cʼest ce que propose de faire Matthieu Quidu dans sa contribution qui, suivant les thèses de Hartmut Rosa (2012), part du constat que lʼépoque contemporaine serait marquée par la perception subjective de la pénurie de temps ou, autrement dit, par lʼaccélération des rythmes de vie. Dans ce contexte, la non pratique des sports, activités ludiques jugées comme non productives, est précisément justifiée par un supposé manque de temps. Or, des études montrent que les non pratiquants ne sont pas forcément ceux qui présentent un emploi du temps surchargé, tandis que de nombreux pratiquants doivent au contraire libérer des plages horaires, en négociant avec leurs contraintes familiales et professionnelles, afin de poursuivre leurs activités sportives (Pfister, 2011). Afin de concilier la pratique dʼune activité a priori non productive et la pénurie de temps libre, certains acteurs déploient des « solutions créatives » parmi lesquelles lʼauteur de cette contribution compte le MMA qui, par son aspect hybride, permet de pratiquer plusieurs activités dans une même unité de temps et ainsi de rentabiliser au maximum le temps consacré au sport par ses pratiquants. Pour les étudiants de lʼÉcole Normale Supérieure de Lyon adeptes de MMA, et interrogés dans le cadre de cette enquête, Matthieu Quidu nous indique que cette pratique est à la fois un moyen de décompression, un lieu de dépense physique, voire de dépassement de soi, assez diversifiée pour ne pas tomber trop vite dans la monotonie, tout en proposant une progression ressentie comme rapide. En écartant la dimension violente, car ne sʼintéressant pas aux compétitions telles que décrites par Van Bottenburg et Heilbron, cette catégorie de pratiquants se réapproprient le MMA dans un champ plus propre à celui des activités sportives et en font un outil combinant aspects ludiques et quête de la performance.

17À lʼinverse de cette vision positive, voire idéalisée par le groupe considéré dans cet article, dʼune pratique généralement envisagée aux marges du monde sportif, les professionnels du tourisme sportif auprès desquels a enquêté Étienne Guillaud montrent une forme de désenchantement et de fatalisme autour dʼactivités incontestablement sportives et pour lesquelles ils nourrissaient initialement une passion. Il sʼagit en lʼoccurrence dʼéducateurs en nautisme (ce qui inclue voile, char à voile, kayak, surf, kitesurf, etc.) basés en Pays de la Loire décrivant leur calendrier saisonnier comme étant à contre-courant de celui de la majorité (travailler les dimanches et jours fériés ou pendant les vacances scolaires, tenir compte des marées, etc.). Tandis que lʼété est une saison pleine, celle de lʼurgence, lʼhiver est une saison vide, marquée par le désœuvrement et lʼennui. Leur moral sʼen trouve dʼautant plus affecté que bon nombre des interlocuteurs extérieurs à leur milieu, quʼil sʼagisse de clients ou dʼinstitutions censés les soutenir, ne reconnaissent pas toujours leur activité comme un « vrai travail », les sports étant souvent associés au loisir. Tout ceci ajouté à la précarité du travail pour bon nombre de ces travailleurs, il en découle une importante instabilité familiale et professionnelle, qui débouche parfois sur une reconversion (et un renoncement à leur passion) pour y remédier, mais aussi sur une forme de sociabilité spécifique qui solidarise les individus concernés par le partage de contraintes communes et de représentations valorisante de leur activité, comme étant « à part » et incomprise par les observateurs extérieurs.

18La situation de ces éducateurs en nautisme nʼest pas sans rapport avec les ex-apprentis footballeurs étudiés par Pierre-Cédric Tia. Partant du constat que seuls 10% des inscrits dans des centres de formation sont appelés à rejoindre lʼélite professionnelle, lʼauteur sʼintéresse aux trajectoires socioprofessionnelles de la large majorité de ceux qui nʼauront pas réussi à faire carrière en suivant leur première vocation. Sʼappuyant sur des entretiens et récits de vie collectés auprès dʼanciens apprentis footballeurs, Pierre-Cédric Tia constate une double rupture chez ces individus en situation dʼéchec, dʼabord collective et marquée par un décrochement avec la socialisation temporelle, puis individuelle dans les trajectoires biographiques. Il remarque aussi quʼil en découle une réponse commune, ou du moins semblable, de la part de ses interlocuteurs dans la recomposition de leur vocation personnelle. À la brève phase de stupeur qui suit immédiatement lʼannonce, souvent brutale et inattendue, de leur éviction du centre de formation, succède généralement une longue période (trois à neuf ans selon lʼauteur) de « persévérance vocationnelle » où les joueurs restent accrochés à leur rêve de rejoindre lʼélite, éventuellement par dʼautres voies que celle précédemment empruntée. Après quoi, les ex-apprentis footballeurs entament une transition où ils commencent à renégocier leur projet professionnel en conservant encore, au moins en partie, leur vocation footballistique. Ce nʼest quʼau terme de cette phase dʼambivalence vocationnelle que ces anciens joueurs peuvent enfin penser à une reconversion professionnelle détachée du monde du football.

19La contribution de Mathilde Julla-Marcy, Fabrice Burlot et Fanny le Mancq sʼinterroge sur les conditions de la production de la performance des sportifs français selon lʼaugmentation des exigences temporelles du « haut niveau » (entraînements, compétitions, temps de préparation, temps de récupération, etc.) tout en se ménageant un avenir professionnel et une vie sociale, ou familiale. Elle se place ainsi dans la continuité des trois articles précédents, qui sʼintéressaient à la perception subjective des acteurs sur leurs pratiques, mais ouvre aussi la dernière partie de ce numéro où il sera question, dans cette contribution et la suivante, du point de vue dʼathlètes de haut niveau sur les temporalités constituantes dʼactivités sportives dans lesquelles ils se trouvent pleinement engagés. Ces temporalités sont diversement envisagées tantôt positivement, tantôt négativement, par les sportifs attachés à lʼInstitut National du Sport, de lʼExpertise et de la Performance (INSEP), mais toujours indépendamment de lʼintensité de leur emploi du temps, certains craignant avant tout de sombrer dans lʼennui. Les auteurs de cet article relèvent quʼun calendrier allégé nʼest pas systématiquement synonyme de bien-être et la saison hivernale ne fait pas office de période de repos puisquʼil est souvent question de se rendre au loin, dans un pays chaud, afin de poursuivre les entraînements comme en été. Ce sont les emplois du temps des sportifs, dont la perception se fait par comparaison des uns avec les autres, qui guident leur socialisation par le biais des trajectoires et des expériences partagées en fonction de leur avancement. Une plus grande proximité avec le haut niveau implique une transition de la perception du temps de la pratique sportive qui est de moins en moins envisagé comme un temps de loisir et sʼapparente de façon croissante à un temps de travail. Les sportifs ayant atteint le haut niveau bénéficient ainsi dʼune certaine autonomie dans leur gestion du temps qui leur est laissée par lʼInstitut, tandis quʼils se démarquent les uns des autres par leur degré de maîtrise en la matière, ce qui dépend largement de leur représentation individuelle du temps.

20Adoptant un point de vue radicalement différent, Marc Levêque analyse, dans le dernier article de ce dossier thématique, les éventuels effets psychologiques (troubles psychopathologiques) de lʼorganisation du temps, notamment celui des entraînements soumis à une méthodologie rigoureuse, chez les sportifs de haut niveau. Il constate que la rationalisation extrêmement poussée du temps, à des fins dʼoptimisation des performances, ne tient généralement pas compte des impacts psychologiques éventuels sur les acteurs dont le quotidien peut parfois se retrouver en complet décalage avec leur environnement (comme celui des sportifs qui sʼentraînent plusieurs mois à lʼavance aux heures dʼun pays lointain dans lequel ils doivent concourir à une importante compétition). Le sport de haut niveau se caractérise par le primat du physique sur le psychologique, un calendrier surchargé selon la logique dʼaccélération des rythmes (Rosa, 2012) et lʼautonomisation croissante de la prise en charge des temporalités par les athlètes mais en suivant les recommandations de leurs entraîneurs qui se spécialisent par ailleurs dans la domestication du temps comme des régimes alimentaires. Selon lʼauteur, la moitié des sportifs de lʼINSEP sont sujets à lʼanxiété ou à la dépression, notamment en raison de leur obsession du calendrier et de lʼimpossibilité de concilier les contraintes temporelles auxquelles ils sont soumis (entraînements intensifs, phases de récupération, enchaînement des compétitions, etc.). Lʼimpact psychologique est renforcé par une retenue des émotions sur le temps long et leur explosion sporadique, pour le meilleur quand la victoire est à la clé, et pour le pire lorsque les efforts consentis se soldent par un échec. De plus, la dimension éphémère de la performance (de la victoire ou du record) et lʼinexorable remise en jeu de ce qui a été ainsi obtenu, place les athlètes dans une temporalité qui exige dʼeux un dépassement de soi sans fin. Il apparaît cependant que tous les sports ne sont pas égaux devant cette situation, les athlètes pratiquant des activités requérant plus particulièrement de la précision et dépendant dʼun jugement extérieur (gymnastique, natation synchronisée, patinage artistique, etc.) sont plus facilement sujets aux troubles anxieux. En dernière analyse, et conformément aux conclusions de lʼarticle précédent, le sportif de haut niveau se construit lui-même sa perception du temps bien quʼelle lui soit en bonne partie prescrite par les institutions dans lesquelles il évolue, dans le sens dʼune gestion toujours plus rationnelle du calendrier, de la multiplication des tâches, de leur accomplissement dans un rythme accéléré et dʼune finalité tout entièrement tournée vers le résultat.

21Loin dʼimposer une vision normative sur les sports, et par là de décréter ce qui relèverait du système sportif ou en serait exclu, les contributions à ce dossier proposent dʼobserver finement les combinaisons complexes de régimes de temporalités qui caractérisent les différentes activités étudiées. Ces régimes de temporalités concernent aussi bien les structures internes de ces pratiques, étroitement liées à leurs cadres réglementaires respectifs (les règles du jeu), que les perceptions subjectives du temps par les acteurs de tous bords (sportifs, éducateurs, spectateurs, professionnels de la retransmission télévisée, etc.), et semblent converger dans un même processus historique de rationalisation du temps qui caractérise le système sportif depuis son affirmation dans le courant du XIXe siècle. En ce sens, lʼanalyse des régimes de temporalités est une entrée privilégiée sur les dynamiques de transformations à lʼœuvre dans les pratiques engagées dans ce processus et sur lʼenvironnement, ou les modes de vie, des individus et des groupes qui les ont adoptées.

Haut de page

Bibliographie

Bale John, Maguire Joseph A. (dir.), 1994. The Global Sports Arena. Athletic Talent Migration in an Interdependent World. Londres, Frank Cass.

Chartier Roger, Vigarello Georges, 1982. « Les trajectoires du sport. Pratiques et spectacle », Le Débat, « L’âge du sport », 19, p. 35-58.

Csíkszentmihályi Mihály, 1990. Flow: The Psychology of Optimal Experience. New York, Harper and Row.

Darbon Sébastien, 2014. Les Fondements du système sportif. Essai dʼanthropologie historique. Paris, LʼHarmattan.

Darbon Sébastien, 2008. Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon. De l’histoire événementielle à l’anthropologie. Paris, Maison des sciences de l’homme.

Darbon Sébastien, 2007. « Sports “modernes”, sports “archaïques” ? À propos de quelques oppositions entre baseball et cricket », Loisir et Société, 29-2 : 449-477.

Darbon Sébastien, 2002. « Pour une anthropologie des pratiques sportives. Propriétés formelles et rapport au corps dans le rugby à XV », Techniques & Culture, 39, p. 1-27.

Demontrond Pascale, Gaudreau Patrick, 2008. « Le concept de “flow” ou “état psychologique optimal” : état de la question appliquée au sport », Staps, 79 : 9-21.

Dubar Claude, 2004. « Régimes de temporalités et mutations des temps sociaux », Temporalités, 1, p. 118-129.

Elias Norbert, Dunning Eric (éds.), 1994 [1986]. Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Traduction française par Josette Chicheportiche et Fabienne Duvigneau, Paris, Fayard.

Guttmann Allen, 2006 [1978]. Du rituel au record. La nature des sports modernes. Traduction française par Thierry Terret, Paris, L’Harmattan.

Hagura Nobuhiro, Kanai Ryota, Orgs Guido, Haggard Patrick, 2012. “Ready steady slow : action preparation slows the subjective passage of time”, Proceedings of Royal Society, online : http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/early/2012/09/04/rspb.2012.1339

Kretchmar Scott R., 2005. “Game Flaws”, Journal of the Philosophy of Sport, 32, p. 36-48.

Lanfranchi Pierre, Taylor Matthew, 2001. Moving with the ball. The Migration of Professional Footballers. Oxford, Berg.

Maguire Joseph A., Falcous Mark (dir.), 2010. Sport and Migration. Borders, Boundaries and Crossings. Londres et New York, Routledge.

Martínková Irena, Parry Jim, 2011. “Two Ways of Conceiving Time in Sports”, Acta Universitatis Palackianae Olomucensis. Gymnica, 41-1, p. 23-31.

Pfister Gertrud, 2011. “Is Time a Problem? The work-life-leisure balance and its impact on physical activities: A case study in Denmark”, Staps, 94, p. 7-23.

Rosa Hartmut, 2012 [2010]. Aliénation et accélération : vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La découverte.

Saouter Anne, 2016. Des femmes et du sport. Paris, Payot.

Saouter Anne, 2000. « Être rugby ». Jeux du masculin et du féminin. Paris, Éditions de la Maison des sciences de lʼhomme.

Schwint Didier, 2005. « La routine dans le travail de l’artisan », Ethnologie française, 35-3, p. 521-529.

Soldani Jérôme, 2011. « Pourquoi les Taïwanais jouent-ils au baseball ? Étude diachronique d’une diffusion réussie », Ethnologie française, « La diffusion des sports », 41-4, p. 677-689.

Van Bottenburg Maarten, Heilbron Johan, 2009. « Dans la cage : Genèse et dynamique des combats ultimes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 179, p. 32-45.

Van Bottenburg Maarten, Heilbron Johan, 2006. “De-Sportization of fighting contests. The origins and dynamics of No Holds Barred Events and the Theory of Sportization”, International Review for the Sociology of Sport n° 41 (3-4), p 259-282.

Viaud Baptiste, Papin Bruno, 2012. « Temps sportif, santé du champion et logique de lʼurgence », Staps, 96-97, p. 9-27.

Vigarello Georges, 1995. « Le temps du sport », in Corbin Alain (dir.), L’avènement des loisirs (1850-1960). Paris, Aubier, p 193-221.

Vigarello Georges, 1988. Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier... et d’aujourd’hui. Paris, Robert Laffont.

Woodward Kath, 2013. Sporting Times. Basingstoke, Palgrave.

Haut de page

Notes

1 Les termes de « sportivisation » et de « sportification », parfaitement synonymes de « sportisation », se retrouvent également dans la littérature spécialisée. Aucune de ces options ne se montre plus satisfaisante quʼune autre sur le plan de l’esthétique.

2 Il est possible de faire ici un parallèle avec la chasse à courre (ou vénerie), interdite en Grande-Bretagne depuis 2005, qui fait aussi débat quant au sort quʼelle réserve aux animaux poursuivis. Et, comme le souligne dʼailleurs Frédéric Saumade dans son article, toute pratique sportive engageant des animaux pourrait, dʼun certain point de vue, faire lʼobjet dʼaccusation de maltraitance, le dressage et la discipline exigée par le sport se situant aux antipodes du retour à la nature et la fin de lʼexploitation par lʼhomme exigés par une frange des militants de la cause animale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Soldani, « Ce que les régimes de temporalités peuvent nous apprendre sur les sports », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 25 septembre 2017, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3610

Haut de page

Auteur

Jérôme Soldani

Université Paul-Valéry Montpellier 3, CERCE, EA 4584-E1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page