Navigation – Plan du site

Faire face au contretemps pour faire son temps

La conciliation des saisons, des temps sportifs et des temps familiaux chez les éducateurs sportifs en nautisme
Dealing with work on the off-beat to continue working. Nautical sports instructors reconciling seasons, sports times and family times.
Hacerle frente al contratiempo para crear su propio tiempo. Los educadores deportivos náuticos y su conciliación de las estaciones, los tiempos deportivos y los tiempos familiares
Étienne Guillaud

Résumés

Les activités nautiques (voile, surf, kitesurf…) sont fréquemment construites par les municipalités des stations balnéaires comme des produits à destination des touristes. Elles sont de ce fait associées aux temps des vacances. Mais elles sont aussi un temps de travail pour ceux qui les encadrent. Les éducateurs sportifs en nautisme sont en fait contraints de travailler à contretemps, c’est-à-dire de s’inscrire dans des temporalités qui ne s’apparentent guère à celles caractéristiques des univers ordinaires de travail (vacances scolaires, jours fériés ou week-ends). Cela peut leur poser problème, notamment dans la conciliation entre travail et vie familiale. Les représentations ou perceptions du contretemps par ces éducateurs sportifs, ainsi que la manière dont ils vivent leurs situations de travailleurs dans ces temporalités, sont analysées dans cet article. Celui-ci tente d’identifier et de caractériser les ressources et stratégies utilisées pour faire face aux divers effets et conséquences du contretemps. Les résultats présentés s’appuient principalement sur des entretiens et des observations de diverses situations de travail réalisées dans le cadre d’une enquête sur le littoral de la région Pays-de-la-Loire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les BPJEPS ont remplacé les BE en 2002. Le choix de centrer notre attention sur des éducateurs spor (...)
  • 2 Précisons toutefois que les 2/3 des salariés ne le sont que pour un ou deux mois (en tant que titul (...)

1Les activités nautiques sont rarement perçues comme des activités de travail. Elles sont plus souvent associées aux vacances, du fait de leur construction comme produits touristiques par les municipalités des stations balnéaires. Or, l’encadrement lors du temps des vacances et des loisirs nécessitent des travailleurs. Les temporalités singulières des personnels en charge de l’encadrement des activités nautiques sont traitées ici à partir des résultats d’une enquête menée sur le littoral de la région Pays de la Loire. Les éducateurs sportifs en nautisme, que nous appellerons aussi moniteurs, sont titulaires d’un Brevet d’État (BE) ou d’un Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (BPJEPS) leur permettant d’encadrer les activités liées à la voile, au char à voile, au kayak, au surf, au kitesurf et au stand-up paddle tout au long de l’année1. Les établissements nautiques qui les salarient peuvent être variés tant du point de vue de leur statut (public, semi-public, privé-marchand ou privé-associatif) que de leur taille. Nous avons pu enquêter auprès d’une petite école privée de surf ne salariant qu’un seul moniteur sur quelques mois comme auprès d’un centre nautique multi-activité géré par une Société d’économie mixte (SEM) pouvant salarier plusieurs dizaines de personnes2, pour certaines en CDI. Ces établissements ont pour dénominateur commun de proposer des prestations d’encadrement d’activités nautiques qui peuvent se décliner en trois types (Guibert, Slimani, 2011). D’abord, des prestations commerciales qui visent à réaliser un profit économique. Elles se concentrent particulièrement au cours des mois de juillet et août, mais sont aussi assurées lors d’autres temps de vacances scolaires, de jours fériés ou bien de certains week-ends. Les prestations offertes peuvent aussi être sportives, en étant centrées sur la préparation à la performance des pratiquants. Ce sont les prestations qui sont le plus souvent proposées le week-end (parfois le mercredi après-midi pour les enfants) afin d’assurer les entraînements et l’engagement en compétition. Enfin, les prestations peuvent être socio-éducatives, dès lors qu’elles visent à « démocratiser » la pratique en faveur du plus grand nombre par une approche pédagogique. Ce sont typiquement les séances que les moniteurs assurent auprès d’un public scolaire, que celui-ci provienne de l’école située à proximité de l’établissement nautique ou soit présent en raison d’un séjour scolaire sur le littoral. Cette typologie est bien entendu idéal-typique, dans la mesure où nombre des prestations observées se situent au carrefour des catégories construites pour les distinguer. Pour ne donner qu’un exemple, les prestations offertes aux colonies de vacances peuvent tout autant être marchandes, au regard des bénéfices qu’elles génèrent, et socio-éducatives, au sens où elles peuvent contribuer à rendre accessible une activité nautique à des publics qui en sont culturellement et socialement éloignés. Cependant, cette typologie se révèle opérante dans la mesure où les prestations à des fins de rentabilité, celles plus techniques ou celle à destination de publics scolaires sont chacune vécues et appréhendées différemment par les moniteurs eux-mêmes.

2Les prestations commerciales, indispensables pour espérer disposer d’un chiffre d’affaires capable d’assurer leur propre rémunération, et les prestations sportives obligent le plus souvent les éducateurs sportifs en nautisme à travailler à contretemps, c’est-à-dire à s’inscrire dans des temporalités qui ne s’apparentent guère à celles caractéristiques des univers ordinaires de travail. Ce contretemps correspond à des horaires ou des périodes de travail atypiques, tels les week-ends et les jours fériés (Barbier, 2012). Plus largement, leur temporalité de labeur reste très dépendante de la saison touristique estivale (Rech, Paget, 2012). Au point que leur temporalité spécifique de travail se superpose à la temporalité de temps de loisirs et de vacances qui est celle de consommateurs de leurs propres services touristiques.

  • 3 L’expression « permet de dépasser, pour l’analyse, les oppositions de sens commun qui caractérisent (...)

3La concentration du temps d’encadrement des activités nautiques lors de la période estivale, « la saison », crée des formes spécifiques de précarité que Christophe Guibert et Hassen Slimani ont pu analyser dans les Landes. Ces derniers focalisent leur attention sur la façon dont la saisonnalité propre à ce secteur d’activités corporelles récréatives3 en vient à caractériser singulièrement l’emploi (rémunération, type de contrat et d’activité…) dans le département landais tout autant que les modes de gestion politique des problématiques qui en découlent.

4L’article prend pour objet la manière dont les moniteurs étudiés vivent leur situation de travailleurs à contretemps et se représentent ou perçoivent le contretemps. Il tente d’identifier et de caractériser les ressources et stratégies que les moniteurs utilisent pour faire face aux divers effets et conséquences de ce contretemps. Les résultats présentés ici s’appuient principalement sur des matériaux collectés lors d’entretiens réalisés avec des moniteurs et d’anciens moniteurs ou encore tirés d’observations de diverses situations de travail conduites durant trois années. Ces entretiens ont concerné 50 professionnels de l’encadrement des activités nautiques exerçant dans les Pays de Loire. Ont été longuement rencontrés et fréquentés dans leur activité de travail : 8 directeurs de centres nautiques salariés (qui assurent le plus souvent des fonctions d’encadrement), 6 gérants de leur établissement privé commercial, 27 moniteurs salariés titulaires d’un BE ou d’un BPJEPS et 9 anciens moniteurs sortis de l’emploi. Trois cas seront explicités dans des encadrés au fil de l’article. Ils ont été choisis pour illustrer la diversité des propriétés qu’il est possible d’observer dans l’enquête (statut, genre, âge…). Et surtout car l’analyse des traits distinctifs de chacun des cas, et de leur agencement particulier avec les contextes dans lesquelles ils s’inscrivent (Passeron, Revel, 2005), permet de rendre intelligible des manières différenciées de vivre le contretemps et de concilier les différentes (et concurrentes) temporalités de leur vie.

Le nécessaire contretemps du métier d’éducateur sportif en nautisme

Une norme temporelle singulière

5Le fait de devoir travailler « quand les autres ne travaillent pas » ou « quand tout le monde est en vacances » revient régulièrement dans les propos des moniteurs. Le contretemps est vécu comme une composante du métier. Bien qu’il puisse susciter des difficultés et des résistances, il n’est pas l’objet de conflits comme cela peut être le cas dans le secteur de la grande distribution ou dans une moindre mesure de la restauration (Barbier, 2012 ; Laporte, 2013). C’est que la temporalité de ces éducateurs sportifs est caractérisée par une période d’intense activité (et par là de sociabilité) qui est un opérateur de lien social (Suaud, 2001) sur lequel se fonde le collectif de travail. Ils vivent et partagent une expérience particulière du temps de travail qui les singularise comme groupe professionnel. Ce rythme propre, calé sur le calendrier des vacances, de la saison sportive et, au quotidien, sur le rythme des marées, est établi comme une norme, un allant-de-soi, qu’il faut savoir accepter pour être légitime en tant qu’éducateur sportif. La temporalité spécifique qui les caractérise fait alors la preuve, et par là ravive, la « passion » entretenue pour leur travail, croyance essentielle au sein des organisations sportives (Chimot, Schotté, 2006). Le changement de rythme sur l’année peut ainsi être considéré comme un aspect valorisant du métier.

« C’est un rythme à prendre, moi j’adore ! Si tu veux il y a des gens qui ont besoin que ce soit régulier dans leur vie et que, voilà, ça soit plutôt bien posé. Et puis il y a des gens où si c’est trop régulier, ils se font chier ! Eh bien, je fais partie de ceux-là. Si tu veux ce changement de rythme, le fait qu’il y ait des moments plus intensifs que d’autres, ça me convient très bien… ». Femme, 36 ans, BE voile, CDI

6À l’image des pratiquants de planche à voile (Sebileau, 2013), une valeur distinctive est donnée au fait d’exercer un métier sur des espaces (la mer et la plage) et des périodes perçues comme décalées par rapport aux univers « ordinaires » de travail. Profiter de la période hivernale pour réaliser de longs voyages à travers le monde est aussi vécu comme une manière de valoriser ce rythme atypique. Établi comme une norme, ce contretemps est donc doté d’une valeur qui permet de distinguer leur travail comme un travail « à part ». Exercer une telle activité est pour eux valorisant au regard de leurs parcours de vie. La très grande majorité des enquêtés interviewés m’ont dit qu’ils « ne se plaisaient pas à l’école », n’y trouvaient pas d’intérêts et/ou ont vécu des premières expériences professionnelles dévalorisantes et conflictuelles. L’orientation (ou la reconversion) vers les métiers de l’encadrement dans le nautisme constitue alors une voie pour ne pas se sentir en situation d’échec. Ils se distinguent en exerçant un travail sur le mode de la « passion », éloigné des normes (notamment temporelles) de l’institution scolaire ou d’entreprises qui sont perçues comme aliénantes.

Mesure et variations du contretemps

7Une analyse des déclarations horaires de salariés d’un centre nautique peut permettre d’objectiver l’effet de saisonnalité qui constitue ce contretemps. Le centre nautique choisi est une composante d’une SEM particulièrement respectueuse des conditions d’emploi et des horaires de ses salariés. Cela permet à l’enquêteur d’avoir des données fiables, même si elles ne sont pas forcément représentatives de l’ensemble des centres nautiques. En effet, plusieurs enquêtés d’autres établissements évoquent des heures effectuées qui ne sont parfois pas déclarées ou bien encore le fait que la législation pour les temps de repos entre jours travaillés ne soit pas respectée.

8Deux moniteurs en CDI seront comparés pour avoir une approche au fil de l’année, l’un de surf et l’autre en voile. Précisons que le moniteur de voile doit, durant les mois de juillet et août, gérer une équipe de 20 saisonniers, ce qui l’oblige à effectuer de nombreuses heures de travail sur la période. Cinq périodes peuvent être découpées. Les mois de janvier-février-mars constituent une période hivernale de faible activité. Le mois de mars est significatif de l’arrivée des saisonniers longs (des contrats de sept à huit mois ici) et d’une véritable reprise de l’activité d’encadrement. Ce sont plutôt les tâches administratives et de gestion matérielle qui sont effectuées les deux premiers mois. Les mois d’avril-mai-juin constituent « l’avant-saison ». Le mois d’avril, avec les vacances de Pâques, et le mois de mai, avec de nombreux jours fériés (les « ponts »), sont des mois où les activités d’encadrement s’intensifient avant de connaître une baisse en juin. Les mois de juillet-août constituent la saison, où l’activité du centre nautique est au plus fort. Puis les mois de septembre-octobre constituent l’après-saison. L’activité est en baisse par rapport aux deux mois précédents, bien que des prestations soient encore offertes, auprès des scolaires et pendant les vacances de la Toussaint. Le mois de novembre marque le retour à la période hivernale, avec le départ de l’ensemble des saisonniers. Novembre et décembre sont des mois avec peu d’activité d’encadrement. Les tâches consistent à finir de ranger le matériel et à faire de la gestion administrative.

Cas n° 1 : Jonathan, vivre à contretemps sans soucis.
Homme, 25 ans, célibataire, BP voile, CDD (7 mois).

Jonathan a aujourd’hui 25 ans. Sa mère est déléguée médicale et son père commercial. Il obtient un baccalauréat Sciences de l’Ingénieur, puis un DUT en génie civil. Il va vivre durant ses études supérieures dans la maison familiale, située dans la commune dans laquelle il travaille actuellement. Il entame une année dans une école publique d’ingénieur qu’il abandonne assez vite. Il se sent trop décalé par rapport « à l’ambiance », aux valeurs et aux ambitions portées par ses camarades de classe. Il enchaîne pendant un an des « petits boulots » qui ne le satisfont pas malgré des promesses de CDI. Plus intéressé par le surf et la voile, qu’il pratique depuis longtemps (son enfance pour la voile, ses 16 ans pour le surf), il part dans les landes pour effectuer une saison et profiter des vagues du sud de la France. Il a bon espoir d’y trouver un emploi puisqu’il a déjà effectué plusieurs saisons sur la côte ligérienne en parallèle de ses études dans le centre nautique associatif dans lequel il travaille actuellement. Jonathan commencera alors une formation BPJEPS dans le sud de la France, qu’il finira au sein du centre nautique de son enfance. Il valide la formation en octobre 2014, et enchaîne depuis des saisons en contrat saisonnier long – sept mois – dans ce centre nautique. Il vit dans la maison familiale, ce qui lui permet de ne pas payer de loyer.
Le fait de ne pas être sous contrat toute l’année ne lui pose pas de problème, même si ses perspectives sont plutôt autour de la stabilisation de son poste. Le contrat reste suffisamment long pour gérer avec Pole emploi ses périodes de chômage, qu’il vit comme des vacances. De plus, bénéficiant d’un soutien familial (notamment pour le logement) et étant célibataire, aucune contrainte ne pèse sur lui pour que la stabilisation dans l’emploi soit un impératif. Il vit alors l’enchaînement de CDD comme « une liberté ». Jonathan porte un discours critique sur l’emploi. Il le définit comme « une nécessité pour manger ». Il valorise alors le fait d’effectuer un travail dans un cadre perçu comme idyllique (le bord de mer) et dans lequel il peut s’impliquer et se faire plaisir. Il apprécie le cadre associatif qui assure selon lui une hiérarchie moins rigide que dans le privé.

De plus, il considère être bien payé au regard de ses expériences professionnelles antérieures où il était rémunéré au SMIC (même dans des emplois qualifiés). Il est rémunéré 1 400 euros nets, sur la base de 35 heures/semaine, mais il lui arrive de toucher plus en effectuant des heures supplémentaires selon les prestations qui sont à assurer. Il précise toutefois faire attention à ne pas déclarer trop d’heures pour que son emploi soit soutenable économiquement pour l’association et à ne pas rester sur le lieu de travail si ce n’est pas nécessaire. Cela veut dire qu’il effectue parfois des heures de travail non rémunérées (difficilement mesurables) et que son emploi du temps peut se modifier de manière imprévisible même si certains créneaux sont réguliers. Par exemple, il gère l’encadrement de l’école de voile tous les samedis matin. Cela le place au cœur des sociabilités de l’association. Il tire d’importantes marques de reconnaissance auprès des clients et des adhérents de l’école de sport qu’il encadre. Bien que l’été soit une période de travail intense (6 jours sur 7, de nombreuses heures de travail), et donc parfois physiquement éprouvant selon lui, il l’associe aux rencontres et à la convivialité.

Tableau 1. Heures de travail effectuées par deux moniteurs selon les périodes de l’année.

Moniteur de surf

Moniteur de voile

Mois

Heures prévues

Heures effectuées

Heures jours fériés/dimanche

% d’heures effectuées

Heures prévues

Heures effectuées

Heures jours fériés/dimanche

% d’heures effectuées

Janvier – Février – Mars

308

217

0

14,9

385

213

0

13

Avril – Mai – Juin

434

467

22

32

413

512

33

31,2

Juillet – Août

368

391

9

26,8

381

495

90

30,1

Septembre – Octobre

217

227

0

15,6

217

241

0

14,7

Novembre – Décembre

203

154

0

10,6

203

180

0

11

Total

1 530

1 456

31

100

1 599

1 641

123

100

9Le tableau ci-dessus illustre le phénomène de saisonnalité. Entre les mois d’avril et d’août, les moniteurs effectuent 60 % de leur service de l’année, dont près de 30 % sur les deux mois de la saison. C’est aussi durant cette période qu’ils travaillent les dimanches et jours fériés. Ils y effectuent davantage d’heures que celles prévues par leur planning. Ces heures sont compensées sur le reste de l’année, et particulièrement l’hiver où le nombre d’heures travaillées est alors inférieur aux prévisions du planning. Les dépassements horaires sont plus forts pour le moniteur de voile puisque son faisceau de tâches (Hughes, 1996), avec le management d’une équipe saisonnière et une gestion matérielle plus conséquente, est plus étendu que le moniteur de surf. Durant la saison, ils effectuent des semaines allant de 42 à 55 heures de travail pour le moniteur de surf et de 48 à 60 heures de travail pour le moniteur de voile. Ce sont sur les 5 mois de la période hivernale qu’ils concentrent leur temps de repos. Sur les 20 semaines qui composent celle-ci, ils travaillent l’équivalent d’environ 11 semaines (sur une base 35 heures).

10Les heures de travail peuvent varier d’un support à l’autre, et d’un établissement à l’autre. Le char à voile constitue par exemple un support particulier de ce point de vue. Ne se pratiquant pas sur l’eau, il est moins dépendant de la température extérieure et les séances peuvent alors être assurées tout le long de l’année. Il est en revanche dépendant du niveau de la marée et se trouve donc circonstancié à des créneaux horaires précis et limités qui tendent à limiter les dépassements horaires. Les moniteurs de char à voile ont un rythme avec des variations moins fortes sur l’année. Ils travaillent moins intensément durant la saison mais davantage durant la période hivernale. Leur rythme reste toutefois toujours marqué par la saisonnalité et ils sont plus prédisposés à travailler les dimanches et jours fériés tout au long de l’année.

11L’intensité des variations de rythme sur l’année dépend aussi des caractéristiques de l’établissement. Par exemple, dans les petits établissements privés marchands, comme la majorité des écoles de surf du littoral ou bien des sociétés proposant des balades touristiques, les moniteurs travaillent d’avril à octobre et peuvent effectuer en saison 60 à 70 heures de travail par semaine. C’est sur cette période qu’ils réalisent la majorité de leurs heures de travail ainsi que de leur chiffre d’affaires sur l’année. Le centre nautique choisi pour la comparaison des rythmes entre deux moniteurs est centré sur les prestations commerciales et socio-éducatives. Dans un centre nautique dont l’offre est davantage caractérisée par des prestations sportives, les heures effectuées (mais pas toujours déclarées) les dimanches auraient probablement augmenté considérablement du fait de l’accompagnement des équipes en compétition.

12D’une année à l’autre, les horaires peuvent varier du fait des aléas météorologiques. Les activités nautiques nécessitent en effet un certain nombre de conditions pour pouvoir être pratiquées en toute sécurité et/ou attirer des clients : des vagues pour le surf, du vent (ni trop faible, ni trop fort) pour tout ce qui nécessite une voile ou une aile, du soleil pour attirer des touristes de passage… Au point qu’un moniteur de kayak indépendant, proposant des ballades en période estivale, me déclarera en entretien « mon patron, c’est la météo ».

13Le contretemps du métier d’éducateur sportif est considéré comme une composante nécessaire du métier mais, pour autant, n’est pas sans poser problème. Au-delà des incertitudes et de la précarité qui lui est liée, il a des conséquences sur le corps, les relations de travail et la sphère domestique qui peuvent être vécues – mais pas systématiquement – comme des difficultés.

Les difficultés liées au contretemps

L’usure liée aux variations d’intensité de l’activité

14La saison hivernale peut être perçue comme un temps d’ennui, d’incertitude et de fragilité pour les moniteurs dont la situation familiale et professionnelle est la plus instable. L’hiver est peu propice aux rencontres et aux distractions sur le littoral. Les lieux de sociabilités (bars, restaurants, plages…) sont fermés ou désertés. Après un premier temps vécu comme un repos mérité après une saison éprouvante, le « vide » et l’absence de perspective à court ou moyen terme peuvent conduire ces moniteurs instables à vivre l’hiver comme une période difficile ou déprimante. Les plus stabilisés dans l’emploi peuvent réussir quant à eux à connoter positivement ce temps vide de l’hiver. Ces situations de stabilité ne correspondent pas seulement à des profils de titulaires de CDI puisqu’il existe aussi des moniteurs « stabilisés dans la précarité » (Faure-Guichard, 2000). Ce sont des éducateurs sportifs effectuant des saisons longues (sept ou huit mois), fidélisés à un centre nautique et s’accommodant bien de cette situation. La reconduction d’une promesse d’embauche chaque année leur permet de passer la période hivernale en touchant les allocations-chômage avec une relative sérénité. Ils en profitent pour « se remettre » de la saison et prendre du « temps pour eux ».

Cas n° 2 : Sébastien, le contretemps comme impératif économique.
Homme, 35 ans, marié (2 enfants), BE surf, propriétaire d’une école de surf.

Sébastien a grandi sur le littoral vendéen. Ses parents sont enseignants. Après cinq années à l’université, il obtient une licence en biologie. N’appréciant pas le cadre scolaire et ne parvenant pas à se projeter professionnellement avec ce diplôme, il se réoriente vers le métier d’éducateur sportif en surf, dont il est un pratiquant passionné depuis l’adolescence. Il obtient son Brevet d’État en 2002 aux Sables-d’Olonne, et travaille ensuite un an dans son établissement de formation. Dès 2004, il crée sa propre entreprise sur le littoral vendéen, grâce notamment à l’aide financière de ses parents, avec pour objet social l’enseignement du surf. Son école de surf, installée en haut de la plage, prend la forme d’un baraquement vétuste, destiné à servir de vestiaires et de lieu de stockage pour les planches et combinaisons. Dès le début de l’entreprise, il assure seul des prestations commerciales à destination des touristes. Il parvient ensuite à capter un public de plus en plus nombreux et à diversifier son offre de service en créant une association sportive adossée à son entreprise. Cette diversification est à l’origine du recrutement d’un personnel salarié. En 2016, l’école de surf de Sébastien compte trois éducateurs sportifs : outre lui-même qui exerce sous statut indépendant, un premier salarié s’occupe principalement de l’association sportive à l’année, Sébastien ayant préféré déléguer cette activité chronophage. Depuis cette même année, un autre salarié, stagiaire en formation BPJEPS, assure des prestations commerciales. Deux personnes sont également salariées à l’accueil, dont la compagne de Sébastien avec qui il a eu deux enfants.

L’école de surf est ouverte de Pâques à la Toussaint. Toutefois, Sébastien travaille de février à novembre pour assurer toutes les tâches administratives et la gestion matérielle. Il subit une forte pression durant la période estivale car c’est durant les deux mois d’été qu’il devra réaliser l’essentiel du chiffre d’affaires pour l’année. Ses journées de travail y sont alors très étendues (« je suis de 8 heures à 20 heures à l’école tous les jours de la semaine »). Il réalisait jusqu’en 2015 six à sept créneaux d’encadrement sur une journée durant les mois de juillet et août, soit l’équivalent de 9 à 10 h 30 de travail d’encadrement. Il est parvenu avec l’embauche du stagiaire salarié cette année à réduire ce temps à cinq créneaux (soit 7 h 30 d’encadrement). Sa perspective d’avenir est de tenir quatre à cinq créneaux par jour durant l’été, afin d’être moins éprouvé physiquement. Sa volonté de s’occuper de ses enfants durant la période n’est pas étrangère à un tel changement de rythme. Malgré l’aide de sa famille résidant à proximité et la possibilité de les amener de temps en temps sur le lieu de travail, la garde des enfants n’est pas facile à assurer. Toutefois, l’impératif de rentabilité l’amène à douter de la possibilité à tenir durablement l’objectif de réduction de son temps d’encadrement l’été.

15À l’inverse d’un temps de l’hiver caractérisé par le « vide », le temps de la saison estivale est constitué comme un temps de l’urgence (Viaud, Papin, 2012) où les salariés doivent assurer la rentabilité de leur établissement et pour certains « faire leurs preuves ». Il peut être usant. Le corps est particulièrement éprouvé dans le métier d’éducateur sportif en nautisme. Ils doivent effectuer des efforts physiques durant les phases d’encadrement ou de manutention (courir, porter des charges lourdes, courber le dos…), dans un environnement potentiellement pénible (vent, pluie, mer agitée…), qui peuvent s’avérer fatigants ou être la cause de blessures et de douleurs. Ainsi, l’enjeu d’« user de son corps sans l’user » (Wacquant, 2001, p. 128) est déterminant dans le métier. Les injonctions au « don de soi » durant la période estivale font de celle-ci une période intense qu’il faut savoir tenir et gérer sur le long terme. La citation de l’enquêté ci-dessous, où il revient sur les problèmes de santé rencontrés durant son expérience professionnelle de moniteur, est significative de ce point de vue. Les raisons de santé ont été un facteur favorisant sa sortie de l’emploi.

« On est formé à bourriner, pour montrer qu’on est costaud et viril, et quand il faut commencer à protéger notre corps, bah on sait pas le faire, pour commencer, et ça nous fait perdre du temps. On préfère forcer comme des mules, on va plus vite. Et on est plus efficace. »
Homme, 42 ans, BE voile et char à voile, sorti du métier à l’âge de 37 ans.

16« Faire la saison » reste associé à la jeunesse et peut paraître plus compliqué en vieillissant, surtout quand elle ne s’associe pas à une situation de stabilité d’emploi et que les marques de reconnaissance matérielle comme symboliques sont limitées.

Un temps mal reconnu

17Le manque de reconnaissance symbolique vient le plus souvent des relations entretenues avec certains usagers, des institutions en charge des questions du nautisme sur les territoires étudiés ou bien encore, pour les salariés travaillant en association, des bénévoles.

18Les éducateurs sportifs rencontrés m’ont rapporté de nombreuses anecdotes concernant des usagers ou des personnes de leur entourage qui leur demandaient quel était leur « vrai travail », tant celui-ci, bien que parfois valorisant, passe pour un loisir ou une activité qui ne peut être que passagère. La temporalité et les espaces sur lesquels ils exercent leur activité contribuent à l’invisibilité de leur travail pour les clients, qui n’ont « pas une représentation claire de l’activité professionnelle et de la frontière entre activité professionnelle et activité de loisirs » (Rech, Paget, 2012, p. 8). C’est le même phénomène qui est à l’œuvre avec les bénévoles dans les associations. Il n’est pas rare que des dirigeants bénévoles exigent de leur salarié une disponibilité temporelle qui dépasse ce qui est inscrit dans leur contrat de travail. Ce type de situation peut être source de conflits. J’ai pu par exemple rencontrer Vanessa, qui travaille dans une association où elle a pendant longtemps effectué de nombreuses heures supplémentaires sans que celles-ci soient toujours rémunérées. Elle a freiné aujourd’hui cette pratique quand un de ses employeurs l’a menacé de ne pas reconduire son contrat, ne reconnaissant pas l’investissement conséquent (et bénévole) qu’elle effectuait au sein du centre nautique. Désormais, lorsque des bénévoles la sollicitent en dehors des horaires ou du cadre prévus par son contrat de travail, elle se trouve dans une situation de tension entre la volonté de leur rendre service et celle de faire respecter des délimitations claires autour de sa temporalité de travail.

19Les spécificités du contretemps des éducateurs sportifs provoquent une forme de brouillage entre temps de travail et temps de loisirs ou temps bénévoles. De ce brouillage peuvent naître des incompréhensions, des décalages et parfois même des conflits entre les moniteurs salariés et les différents usagers.

La difficile conciliation travail/famille

20Décalé avec les temporalités « typiques » du travail, le contretemps des éducateurs sportifs les rend aussi décalés avec certaines temporalités de la vie familiale, où les week-ends, jours fériés et vacances scolaires peuvent être considérés comme des moments importants. Le fait que ces temporalités puissent être concurrentes et donc difficilement associables peut devenir problématique pour les moniteurs dans leur relation avec leur conjoint(e) ou avec la venue des enfants.

21La période estivale est marquée par la fatigue, ainsi qu’un retrait (relatif) de la vie conjugale et du travail domestique. Les moniteurs ne peuvent que rarement prendre des vacances en même temps que leurs enfants, lorsqu’ils sont scolarisés, entre avril et novembre. Et ceux en charge des entraînements sportifs doivent s’absenter régulièrement les weekends. Ces contraintes peuvent être source de tensions, et pour ceux qui s’investissent le plus dans la sphère professionnelle et « ne comptent pas leurs heures », de rupture. Les aspirations à passer plus de temps en famille reviennent régulièrement en entretien.

« J’ai donné ici beaucoup de mon temps et d’énergie, et j’aimerais récupérer financièrement ce temps que j’ai passé. Ou si ce n’est pas financier, que ce soit compensé par du temps personnel avec ma famille. Parce que les week-ends, les jours fériés, évidemment, une structure comme la nôtre, si on n’est pas ouvert quand les gens sont en vacances, ça va être compliqué de générer du chiffre d’affaires ! Donc voilà, c’est lié, c’est normal, on sait à quoi s’attendre. Ça fait un moment que je le sais. C’est juste qu’à l’époque, je n’avais pas de femme et j’avais encore moins une gamine. [...] Il y a un moment, on aspire à passer un peu de temps en famille et puis voilà. Les priorités ne sont peut-être plus les mêmes. »
Homme, 35 ans, BP voile et char à voile, CDI

22Comme le sous-entend ce moniteur, la situation de travail à contretemps s’avère d’autant plus compliquée avec la venue des enfants. Pour ne pas être perçu comme un obstacle, il faut alors pour les moniteurs trouver des compromis avec le ou la conjoint(e) et mobiliser des ressources pour réussir à opérer une conciliation, entendue ici comme l’organisation pour surmonter « les difficultés à mener de front vie familiale et vie professionnelle » (Pailhé, Solaz, 2010, p. 31). Cette difficile conciliation peut être une source de rupture conjugale ou de sortie de l’emploi. C’est ce que souligne l’exemple de Ségolène, aujourd’hui infirmière psychiatre. Elle a cessé d’occuper l’emploi d’éducatrice en voile à 27 ans, après 8 années d’exercice, lorsqu’elle attendait son premier enfant. Quand je lui demande les raisons de cette sortie, elle répond d’emblée que, son mari occupant lui aussi un emploi saisonnier, il leur était inconcevable – au vu du rythme imposé par leur métier – qu’ils puissent élever un enfant dans des conditions satisfaisantes. Ils doutaient notamment de pouvoir réussir à trouver les modes de garde adéquats l’été alors que leurs familles ne vivent pas à proximité. Légèrement blessée à l’épaule, et n’étant pas certaine de pouvoir reconduire son contrat après sa grossesse, elle a choisi de se reconvertir. L’instabilité des emplois et les rémunérations relativement faibles des moniteurs contribuent à renforcer la difficulté d’articuler un investissement professionnel à contretemps avec la vie familiale.

  • 4 Dans la pratique, les activités sont déjà faiblement féminisées, avec des chiffres oscillant entre (...)

23Il est à noter que les matériaux récoltés tendent à souligner que la nécessité de réaliser des ajustements (voire de sortir de l’emploi) pour assurer la conciliation famille/travail se pose plus nettement pour les femmes – largement minoritaires dans ce secteur d’activité4 – que pour les hommes (ibid. ; Juhle, Honta, 2012).

24Le caractère problématique des différentes contraintes et difficultés évoquées peut se renforcer avec le vieillissement physique et social et constituer un facteur potentiel de sortie de l’emploi. Les différentes contraintes et difficultés liées au contretemps peuvent se combiner à d’autres facteurs (incertitude financière, santé, manque de reconnaissance…), contribuer à les renforcer et par là constituer un facteur de sortie de l’emploi (Sorignet, 2010). Si la contrainte temporelle ne peut pas être isolée en tant que facteur de sortie, il reste néanmoins possible d’étudier les ressources et stratégies des éducateurs sportifs pour y faire face et ainsi enrayer l’usure générale liée à l’exercice de leur emploi. Il est possible d’en repérer trois qui permettent la conjugaison de temporalités différentes, voire contradictoires : la mobilisation de ressources familiales ou locales, le réinvestissement du « temps vide » de la saison hivernale, et enfin les aménagements réalisés sur le poste de travail lui-même.

Cas n° 3 : Axelle, le contretemps atténué et négocié.
Femme, 39 ans, mariée (3 enfants), BE Char à voile, CDI.
Née en 1975, originaire de La Roche-sur-Yon, fille d’une mère employée dans une administration et d’un père commercial, Axelle ne développe pas un attrait très fort pour les études et s’arrête après son baccalauréat. Elle profitera de son investissement dans le basket-ball pour trouver un emploi dans une association sportive où elle gère des calendriers et l’organisation de rencontres sportives pour les jeunes. Cette expérience de 5 ans s’arrêtera subitement, mais la convainc de continuer dans le milieu associatif et sportif. En période de chômage, une mission locale l’oriente vers une formation qui vient de s’ouvrir en char à voile (à la fin des années quatre-vingt-dix, le secteur est pourvoyeur d’emploi). Elle découvre donc l’activité du char à voile en même temps que la formation. Elle passe successivement le monitorat puis le BE, qu’elle obtient en juin 1999. Suite à sa formation, elle obtient un contrat « emploi-jeune » dans le centre nautique qui l’a formée qui débouchera, après 5 ans, sur un CDI. Ce centre nautique est une association proposant de multiples activités (voile, kayak, char…) et assurant des prestations commerciales, socio-éducatives et dans une moindre mesure sportives. Il est économiquement plutôt bien doté vis-à-vis de ses concurrents.
Elle s’est installée à proximité du centre nautique, avec son mari. Celui-ci est patron d’une entreprise de transport. Ils ont 3 enfants.
Elle travaille actuellement en temps partiel, à 80 %. Ce temps partiel est présenté comme un choix pour avoir le mercredi pour ses enfants. Outre le fait qu’elle ait un contrat à temps partiel, deux spécificités sont à noter la concernant. D’abord, elle encadre principalement le char à voile, qui est une activité moins soumise que d’autres (comme la voile ou le kayak) à des dépassements horaires et de l’imprévisibilité car largement dépendante des marées. Ensuite, car la direction du centre nautique lui accorde une semaine de congé en août, ce qui est un fait rare dans ce secteur qui repose en partie sur le tourisme estival pour réaliser des profits. Elle peut bénéficier de cet avantage car son établissement employeur recrute suffisamment de salariés saisonniers pendant l’été pour assurer les activités « char » sans que sa présence, en tout cas pour la durée d’une semaine, soit nécessaire.

La contrainte temporelle caractérisée par le fait d’avoir des vacances et des emplois du temps décalés, pouvant perturber la « vie de famille », est donc faiblement ressentie par Axelle. Elle valorise d’ailleurs le fait que les salariés permanents du centre nautique, contrairement aux saisonniers, peuvent moduler assez facilement leurs horaires et « s’arranger » entre collègues.

Des ressources et stratégies pour tenir face au contretemps

25La famille peut constituer une solide ressource pour les éducateurs sportifs en nautisme. Par une aide économique (cf. encadré 1) ou matérielle (cf. encadré 2), la famille peut favoriser le maintien dans l’emploi dans ce secteur caractérisé par la précarité. Les éducateurs sportifs saisonniers peuvent continuer à vivre sur un rythme de saison et mieux vivre la période hivernale marquée par l’incertitude s’ils peuvent compter sur des ressources familiales (souvent parentales) pour se loger, faire un investissement ou des économies. Avoir une présence familiale, et/ou un solide réseau local, permet de plus de faciliter la conciliation entre vie familiale et travail. Les temporalités de le ou la conjoint(e) sont alors bien évidemment un facteur important pour mesurer la manière dont le contretemps peut être une contrainte.

26Faire garder les enfants par une grand-mère lors des vacances ou de week-ends est un exemple typique de moyen utilisé pour concilier les contraintes familiales et les contraintes liées aux temporalités de travail. Le fait que les enfants soient gardés par des proches peut permettre leur venue sur le lieu de travail, afin qu’ils profitent de la plage ou des activités nautiques. Il n’est ainsi pas rare de voir des moniteurs passer du temps avec leur famille pendant leur temps de travail, profitant du brouillage avec le temps de loisir déjà évoqué.

27Le contretemps des éducateurs sportifs en nautisme les pousse à avoir une activité professionnelle caractérisée par l’intensité pendant 2 à 5 mois de l’année, mais aussi par une longue période de « vide ». Ce temps peut être investi de multiples façons pour devenir rentable, symboliquement comme économiquement, et par là soutenable. Certains vantent le mérite d’avoir une longue période dans laquelle ils peuvent investir la vie familiale et l’éducation des enfants à plein-temps. L’hiver peut aussi être l’occasion d’un investissement dans les tâches de bricolage qui permet l’affirmation du rôle traditionnel de l’homme dans la famille (Pochic, 2000). Construire ou rénover sa maison permet de plus l’entretien et la consolidation d’un capital. Un groupe d’amis éducateurs sportifs en nautisme a ainsi profité des périodes hivernales pour s’entraider à construire tour à tour leur maison et par là marquer leur inscription sur le territoire local.

« [Bricoler], pour moi, ce n’est pas une passion. Après à un moment, faut s’y coller quoi. […] On avait calculé avec les potes, pour ce qui était bâtiment, on pouvait faire et défaire 4 fois qu’on n’était pas encore au prix des professionnels. On peut se tromper quoi ! Donc en se disant, on est aussi bête que la moyenne, mais pas plus, on ne va pas se tromper 4 fois ! 2 fois sûrement, mais pas 4 fois ! Et du coup, on a tous fait nos maisons comme ça. [...] J’avais fait faire les murs. Puis après le reste, on l’a fait avec les potes. Et on a fait la maison de chacun comme ça. Et du coup, ça fait que tu payes ta maison moins cher, du coup ça fait que tu as moins de remboursements, du coup, ça fait que dans ton travail, t’es plus libre ! C’est toujours le même principe. Tu peux te permettre de moins gagner, car tu as moins de frais autour quoi. Et en confort de vie, c’est énorme ! […] On fait partie de ceux qu’ont le temps donc ça s’y prête. Et puis l’hiver, au début quand tu fais tes saisons, l’hiver tu bricoles à droite à gauche, quand tu vas filer des coups de main pour le bricolage, c’est ça, de la maçonnerie, des machins, des trucs, t’apprends un peu. Et puis après, c’est une question de moyens aussi. Comme t’es pas payé bien cher, il y a un moment où si tu veux avoir ta maison, tu sais quoi, t’es obligé ! Et le fait d’avoir le temps surtout. » Homme, 40 ans, BE voile et char à voile, gérant d’une école

28Enfin, il est possible d’atténuer les effets du contretemps pour des aménagements au sein de son travail. Cela reste l’apanage des plus stabilisés dans l’emploi, comme les permanents en CDI dans les centres nautiques relativement bien dotés économiquement ou bien des indépendants ayant réussi à pérenniser leur activité. Ces moniteurs – relativement privilégiés – peuvent réduire la pénibilité du contretemps en ayant une prise sur le mode de répartition du temps et l’énergie (Hughes, 1996) au sein de l’établissement dans lequel ils travaillent. Pouvoir choisir des horaires voire des périodes de vacances moins en décalage que les autres ou bien déléguer la gestion d’une école de sport qui pousse à travailler les week-ends (cf. cas n° 2) constituent des exemples de possibilités de résistance au contretemps. Le cas n° 3 est particulièrement significatif de cette forme de stratégie. L’inégale maîtrise du (contre) temps est « un effet des rapports de force » et traduit donc en tant que « rapport au temps, parce qu’il est d’abord un rapport à l’action, […] un rapport au pouvoir » (Bensa, 1997, p. 16) au sein des collectifs de travail. Cette maîtrise peut être une « forme de capital » pour « renforcer sa position » (Suaud, 2001, p. 5) en assurant, notamment, des possibilités de concilier différentes sphères de vie aux temporalités concurrentes.

Conclusion

29Saisir les manières de vivre le contretemps propre à l’encadrement des activités nautiques est nécessaire à la compréhension des raisons du maintien ou de la sortie de l’emploi des éducateurs sportifs. Exercer une activité à contretemps revient à trouver les moyens de concilier les temporalités de travail avec les autres temporalités sociales vécues. Ceux-ci sont toutefois inégalement distribués. D’abord, entre les salariés permanents et les saisonniers davantage précarisés. Plus le degré d’intégration au marché du travail pour l’encadrement des activités nautiques est élevé et plus la possibilité de disposer d’un rapport rationalisé à la temporalité particulière de celui-ci s’accroît. Jouir d’une position stable et avoir des marges de manœuvre pour agir sur le rythme et le contenu de son travail permet de mieux faire face au contretemps et plus généralement de mieux se projeter dans son avenir professionnel (Bourdieu, 1997). Mais les différences de statuts d’emploi n’expliquent pas à elles seules les inégalités vis-à-vis des moyens de faire face à ce contretemps. Les spécialisations disciplinaires et les ressources familiales possédées doivent aussi être analysées dans la mesure où elles contribuent à faciliter la conciliation de différentes temporalités. L’analyse de l’ensemble de ces ressources, à articuler avec les propriétés des territoires et des établissements employeurs, rend possible l’établissement d’un pôle dominé où les individus subissent les effets usants du contretemps et d’un pôle dominant où les individus parviennent à s’en préserver.

30C’est bien dans l’articulation de plusieurs échelles d’analyse (Mazaud, 2010) qu’il est possible de restituer comment le rapport au contretemps est construit et vécu par les éducateurs sportifs étudiés. Les cas présentés dans l’article parviennent à composer avec le contretemps et peuvent ainsi se projeter professionnellement dans l’avenir. Jonathan (cas n° 1) est un cas qui manifeste la possibilité de bien vivre, et même de valoriser, le contretemps spécifique des éducateurs sportifs en nautisme. Jeune, célibataire, logé dans sa maison familiale et salarié tous les ans pour une durée qui lui permet de « tenir » sur le plan économique, il considère son poste comme gratifiant. Le fait de travailler de manière intense pendant la haute saison et d’avoir une temporalité « creuse » pendant 5 mois ne lui pose pas problème. Il apprécie au contraire ce temps vide sans emploi pour « profiter » et se livrer à d’autres activités. À l’image des « intérimaires de profession », sa situation est en somme « caractérisé par ce que l’on pourrait appeler le “prolongement de la jeunesse” et le refus d’un investissement total dans la sphère professionnelle » (Faure-Guichard, 2000, p. 115). Sébastien (cas n° 2) souligne que, à la différence d’un salarié dans un établissement bénéficiant de subventions ou de financements publics, la situation de propriétaire d’un petit établissement privé marchand accentue la pression exercée durant l’été sur le moniteur qu’il est. Sa situation l’oblige à vivre une forte variation saisonnière des heures de travail. Il a pu pérenniser son activité, dans un contexte où la demande pour le surf s’est accrue localement et où il était en position de pionnier sur le marché de son encadrement. Associée à la possibilité de compter sur un soutien familial, la sécurité économique à laquelle il est parvenu lui permet de réduire l’effet de contretemps et de s’en accommoder, même s’il reste vécu comme contraignant. Enfin, Axelle (cas n° 3) a réussi à négocier avec son employeur un emploi à temps partiel et des avantages salariaux pour atténuer les effets du contretemps. La possibilité de travailler à temps partiel est directement liée à la situation d’emploi de son conjoint qui s’avère suffisamment rémunératrice pour leur ménage. Ce sont les caractéristiques techniques de la discipline qu’elle encadre (le char à voile) et les conditions économiques du centre nautique qui ont été favorables à l’obtention d’avantages comme le bénéfice d’un congé durant la période estivale. Ayant bénéficié d’un contexte d’essor de l’activité char à voile et de facilités des recrutements associatifs dans le cadre des « emplois-jeunes », elle a pu stabiliser son poste et finir par acquérir une forme de prestige qui lui permet de nouer des relations de confiance avec ses collègues.

31Ces trois cas permettent de souligner que le rapport au (contre) temps des éducateurs sportifs en nautisme ne peut se comprendre que dans l’analyse croisée des caractéristiques sociales des individus (âge, situation familiale, statut d’emploi…) avec les opportunités professionnelles offertes par leur inscription dans une configuration locale définie. D’une part, celles-ci se caractérisent par la solidité économique et le degré de dépendance à la temporalité touristique des établissements nautiques dans lesquels ils travaillent. D’autre part, ces opportunités dépendent de l’état du marché du travail et de l’encadrement des activités nautiques qui peut selon les années s’avérer plus ou moins favorable à la stabilisation des emplois.

32Analyser le rapport au contretemps en faisant varier les échelles d’analyse permet aussi d’interroger l’état d’une offre sportive sur un territoire donné à un moment donné. Si l’offre sportive orientée vers la compétition est peu développée sur le territoire observé, ce n’est pas parce que les moniteurs se détournent des fédérations. La nécessité d’assurer des prestations commerciales à destination des touristes pour pérenniser leur emploi est un facteur explicatif plus probant. Pouvoir assurer un encadrement sportif avec une visée compétitive s’avère alors compliqué dans la mesure où cela peut faire peser davantage les contraintes liées au contretemps pour des activités qui « ne rapportent pas ». Cela pourrait expliquer la prééminence de la « voile loisirs » sur la « voile sportive » sur le territoire étudié, ainsi que le maintien d’une situation d’oligopole de certains clubs sur le marché sportif-compétitif régional, ceux-ci étant historiquement investis par des élites sportives et bien dotés en subventions publiques au regard de leurs finalités compétitives. Les temporalités des agents en charge des activités d’encadrement sont donc un déterminant des modes de structuration des espaces sportifs locaux (Suaud, 1989) où il existe une offre pour des activités nautiques.

Haut de page

Bibliographie

Barbier P., 2012. « Travailler à contretemps. Vendre le soir, le dimanche, et les jours fériés dans les grands magasins », Temporalités 16.

Bensa A., 1997. « Images et usages du temps », Terrain 29, p. 5-18.

Bourdieu P., 1997. Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil.

Chimot C., Schotté M., 2006. « Travailler dans une organisation sportive. Entre engagement passionné et investissement professionnel », Regard sociologiques 32, p. 97-107.

Faure-Guichard C., 2000. L’emploi intérimaire. Trajectoires et identités, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Guibert C., Slimani H., 2011. Emplois sportifs et saisonnalités. L’économie des activités nautiques : enjeux de cohésion sociale, Paris, L’Harmattan.

Hugues E.C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Juhle S., Honta M., 2012. « L’articulation travail-famille chez les conseillers techniques sportifs : situations asymétriques entre hommes et femmes », Sociologie 3 (4), p. 341-357.

Laporte C., 2013. « Les temporalités sociales des cuisiniers de la restauration. Régimes horaires, pratiques et disponibilités temporelles », Temporalités 17.

Mazaud C., 2010. « Croisement d’échelles : la famille, la localité et le groupe professionnel », Temporalités 10.

Pailhé A., Solaz A., 2010. « Concilier, organiser, renoncer : quel genre d’arrangements ? », Travail, genre et sociétés 24, p. 29-46.

Passeron J.-C., Revel J., 2005. « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités » in Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Pochic S., 2000. « Comment retrouver sa place ? Chômage et vie familiale de cadres masculins », Travail, genre et sociétés 3, p. 87-108.

Rech Y., Paget E., 2012. « Les temporalités du travail touristique », Socio-logos 7.

Sébileau A., 2014. Rester dans le vent : Sociologie des véliplanchistes et de leurs temporalités, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Sorignet P. E.., 2010. Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La découverte.

Suaud C., 1989. « Espace des sports, espace social et effets d’âge », Actes de la recherche en sciences sociales 79, p. 2-20.

Suaud C., 2001. « Le temps comme opérateur de lien social », Le temps, actes du séminaire Le lien social, Nantes, MSH Ange-Guépin.

Wacquant L., 2000. Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone.

Haut de page

Notes

1 Les BPJEPS ont remplacé les BE en 2002. Le choix de centrer notre attention sur des éducateurs sportifs titulaires de ces diplômes et dans ces disciplines visait à exclure de la population d’enquête ceux qui sont seulement détenteurs du certificat de qualification professionnelle (CQP) et qui ne peuvent donc exercer que sur des temps limités dans l’année, généralement l’été. Les titulaires de CQP ont la plupart du temps d’autres activités et/ou ambitions professionnelles, et sont plutôt des jeunes (étudiants) qui encadrent une activité nautique au titre de « job d’été » sans envisager de faire cela tout au long de l’année. Les activités motonautiques, absentes du terrain d’étude et dont les moniteurs semblent présenter des profils sociaux très différents des spécialistes des activités non motorisées ont également été exclues. Enfin précisons que l’activité stand-up paddle ne fait pas l’objet d’une certification spéciale, mais peut être encadrée par l’ensemble des titulaires d’un titre permettant l’encadrement de l’une des activités nautiques couvertes par l’obligation légale de diplôme.

2 Précisons toutefois que les 2/3 des salariés ne le sont que pour un ou deux mois (en tant que titulaires d’un CQP) et ne sont pas titulaires d’un BE ou d’un BPJEPS.

3 L’expression « permet de dépasser, pour l’analyse, les oppositions de sens commun qui caractérisent les “activités physiques et sportives”, une pratique pouvant à la fois être compétitive et récréative, commerciale et éducative, sportive sans être physique, bénévole et intéressée, d’utilité publique ou sociale et organisée par une société privée, etc. » (Guibert, Slimani, 2011, p. 13).

4 Dans la pratique, les activités sont déjà faiblement féminisées, avec des chiffres oscillant entre 18 % (pour le char à voile) et 28 % (pour le canoë-kayak) de licenciées au sein des fédérations des sports nautiques étudiés (sur la base des données de la saison sportive 2012-2013). Voir : Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports, Atlas des fédérations sportives, 2015 (disponible en ligne, sur le site du ministère). Il est difficile de trouver des chiffres fiables concernant la féminisation des emplois dans le secteur. La fédération française de voile évoque 25 % de femmes parmi les salariés d’établissements qu’elle labellise. Ce chiffre ne différencie pas les moniteurs saisonniers ne disposant que d’un diplôme fédéral, et ne pouvant exercer tout au long de l’année, des éducateurs sportifs. Voir : Fédération Française de Voile, Les chiffres clés de la voile en France, 2014 (disponible en ligne, sur le site de la fédération). Or, l’enquête empirique montre que les femmes sont en proportion plus nombreuses dans les équipes de moniteurs fédéraux (titulaires d’un CQP) que dans celles d’éducateurs sportif. Elles sont à priori moins enclines à se diriger vers les formations qui leur permettraient d’exercer tout au long de l’année. Par des comptages effectués en observation, il est possible d’affirmer que la proportion d’homme est d’environ 90 % au sein de la population des éducateurs sportifs dans les établissements nautiques du littoral étudié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Guillaud, « Faire face au contretemps pour faire son temps », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3685 ; DOI : 10.4000/temporalites.3685

Haut de page

Auteur

Étienne Guillaud

Centre Nantais de Sociologie (CENS) – FRE 3706
23 rue du Recteur Schmitt
BP 81 227
44 312 Nantes CEDEX 3
etienne.guillaud@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page