Navigation – Plan du site

Appel à articles pour Temporalités n° 28 (2018/2) – « Approches temporelles du développement durable »

Dossier coordonné par Natalia Leclerc et Jérôme Sawtschuk (UBO)

La formule « développement durable » a fait son apparition au début des années 2000 notamment dans le domaine de l’action publique (Krieg-Planque, 2010). Cet équivalent français du sustainable development en souligne les dimensions temporelles : il s'agit de se projeter sur une longue durée et de tenir compte des conditions d'existence des générations à venir. À ces notions de « générations » et de « longue durée » s’ajoutent les concept d’« urgence » et d’« immédiateté » : les accords de Paris, en dressant le constat de l’ampleur des modifications que l’homme fait porter sur la planète, préconisent des actions de « court et moyen terme » par des engagements demandés aux États. Les niveaux d’émissions de gaz à effet de serre et de pollutions diverses, de perte de biodiversité (Ceballosa et al, 2017) caractériseraient le début d’une nouvelle époque au sens géologique du terme, l’anthropocène (Crutzen & Stoermer, 2000), où les activités humaines seraient devenues le facteur majeur dans le fonctionnement et la modification du système terre. Les temporalités de l’anthropocène sont toujours en débat, certains suggérant un début de cette époque au moment de l’apparition de l’agriculture ou de la révolution industrielle ; cependant la « grande accélération » qui a eu lieu aux alentours des années 1950 avec notamment l’utilisation massive du pétrole, semble aujourd’hui faire de plus en plus consensus (Möllers et al, 2015 ; Bonneuil & Fressoz, 2016). Cette situation augmente l’incertitude sur l’avenir de la planète et de l’humanité, en particulier des populations déjà en situation de précarité. L’humanité est invitée à s’organiser « rapidement » pour mieux gérer les modifications qu’elle a initiées et assumer la responsabilité « d’intendant de la terre » (Stephen et al., 2011) pour être à même de choisir la trajectoire à venir.

Avenir, générations, courte, moyenne et longue durée, urgence, accélération : ce numéro sera conçu sur la base de contributions portant exclusivement sur les approches temporelles de l’action en lien avec un développement dit « durable ». Les propositions problématiseront ces dimensions temporelles à l’aide de recherches empiriques propres. En interrogeant la tension entre le court et le long terme, et en interrogeant notamment la notion d’urgence (climatique, sociale, etc.) il s'agira de dépasser la seule approche bio-systémique pour intégrer les quatre piliers du développement durable que sont la croissance économique, l’inclusion sociale et l’équilibre environnemental, et les cultures. Comment traiter de la reconnaissance de la diversité des cultures, des politiques d’éducation, de la diffusion de la science, de la liberté d’expression, d’accès à l’information, en adoptant une approche centrée sur les temporalités ? L’axe passé, présent, avenir (Chesneaux, 1985) permet d’interroger ces quatre caractéristiques du développement durable. Par exemple, le respect des cultures du présent constitue un lien entre le passé des sociétés et leur avenir, entre la préservation des traditions et l’émergence de nouvelles créativités.

Comment intégrer dans une même analyse les temps longs de la nature et du climat dans les temps plus courts de la politique ou des faits économiques et sociaux (Bonneuil & Fressoz, 2016) ? Peut-on « penser comme une montagne » pour agir en prenant en compte l’équilibre du système dans sa globalité et ses temporalités, comme le suggérait Aldo Léopold il y a un siècle ? Qu’est-ce qu’un équilibre du point de vue des temporalités et comment peut-on agir sur cet équilibre ? À l’image des travaux réalisés ces dernières décennies sur le rôle de l’espace dans le fonctionnement des écosystèmes (Wu, 2013), il est nécessaire de développer une approche transdisciplinaire des temporalités pour mieux comprendre le fonctionnement des socio-écosystèmes et anticiper les effets des changements globaux (Wolkovich et al., 2014).

Actions politiques et transitions

On entend qu’il faut agir, et vite, avant 2050, peut-être avant 2030. Depuis fin juin 2017, la revue Nature a même donné trois ans seulement pour inverser la courbe des émissions de GES (Figueres et al. 2017). Certes, mais comment l’action politique, avec ses temporalités propres, se structure-t-elle pour répondre à la fois à l’urgence et à celle du long-terme (cf. notre précédent dossier « Temporalités et action publique », 2014) ? Comment mener dans le temps présent une action politique intégrant un changement complet et donc profond de paradigme ?

Comment une action politique reposant sur la planification ou au contraire sur la conception de scénarios qui, par définition, ne sont que des hypothèses, peut-elle répondre à des situations critiques, tout en intégrant la connaissance et la compréhension des cycles ? Comment et sur quels fondements construire des stratégies répondant à la complexité des situations, et dépassant la simplicité d’une vision en deux dimensions qui ne réclame que la croissance (ou la décroissance), l’accélération (ou la décélération) et qui repose donc sur une appréhension linéaire du temps ? Comment s’appuyer sur l’histoire environnementale, sociale, économique, sur la mémoire, dans cette activité à l’intitulé paradoxal (voire oxymorique) qu’est la gestion des risques ? Et lorsqu’on analyse les changements de comportements et les évolutions des systèmes, comment savoir s’il s’agit d’épiphénomènes ou de bouleversements profonds et durables des paradigmes ?

Si ces préoccupations semblent progressivement s’affirmer dans l’action politique française – Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en 2015, mise en place par un Ministère de l'Écologie et du Développement Durable qui vient d’être remplacé par un ministère de la Transition écologique et solidaire – les actions proposées essaient d’adapter à court terme le système actuel en utilisant des innovations technologiques (voiture électrique, isolation) mais peinent encore à esquisser une transition vers un nouveau système plus efficace énergétiquement et plus résilient à long terme qui repenserait l’organisation de l’espace et des temporalités (Calthorpe, 2010). On s’intéressera donc à la nature et aux temporalités de l’action politique en faveur d’un développement durable et aux modes temporels auxquels ces derniers répondent. Quel est le lien entre les temporalités de l’action et l’objectif affiché visant le développement durable ?

Perception des temporalités et changement de comportements

Un autre axe de réflexion peut porter sur la manière dont les personnes reçoivent et intègrent dans leur existence les changements de paradigmes induits par cette action politique, et revoient ainsi leurs critères d’évaluation et leurs priorités, leurs habitudes, leurs pratiques et représentations – en somme leur manière d’être au monde, leur culture. Ainsi, les modes de comportements relevant de la « slow attitude » peuvent être interrogés dans ce cadre, de même que la promotion des mobilités urbaines douces, par exemple, ne peut se passer d’une remise en question de la vitesse des mouvements contemporains. L’approche environnementale – en termes de calcul des émissions de GES – rejoint une approche sociétale et comportementale. On pourra s’intéresser à la manière dont s’incarnent dans l’action les notions liées à l’écologie temporelle, diffusées, suite aux conférences de Tutzing, par Barbara Adam, William Grossin et aujourd’hui par Thierry Paquot. L’objectif que William Grossin assigne à l’écologie temporelle, de « limiter les détériorations des milieux temporels d’existence et d’y remédier », luttant ainsi contre les temps « malsains », les temps contraints des horloges, les temps artificiels produits par la société industrielle, fait singulièrement écho aux enjeux du développement durable et suggère que dans le champ des temporalités, il existe une vision durable de ces dernières. Des temporalités durables seraient ces temps choisis, personnels, réconciliés avec la nature et permettant le bien-être individuel et collectif.

De même, la possibilité d’une approche circulaire de l’économie, impliquant par exemple une revalorisation des déchets mérite des interrogations sur les temporalités. Elle va de pair avec des modifications de comportements et de perception de la valeur de matières. Ces matières, qui étaient vouées à une existence éphémère (produites, utilisées, jetées) redeviennent des ressources valorisables dans le temps. Cette conscience nouvelle de temporalités lentes ou durables, comment rencontre-t-elle des temporalités rapides voire accélérées ? Prendre conscience qu’un déchet nucléaire met cent mille ans à perdre la moitié de son rayonnement ou qu’un courriel parcourt des milliers de kilomètres en une seconde est-ce sans effet sur l’action et sur la conception du présent ?

La confrontation aux temporalités « longues » du monde est récente. Ce n’est que depuis le XVIIIe siècle avec notamment les théories de Buffon sur l’âge de la Terre puis au XIXe siècle avec les travaux de Lamarck puis de Darwin sur l’évolution que l’humanité a pu comprendre les temporalités des processus géologiques et biologiques. Paradoxalement, c’est à ce même moment de construction d’une histoire de la Terre que le recours aux énergies fossiles a permis un développement sans précédent des activités humaines et une accélération artificielle de certains phénomènes naturels (taux d’extinction des espèces, émission de GES), bouleversant cette même histoire.

On peut donc se demander comment ces changements de paradigmes lancés par une action publique renouvelée face à une situation complexe et urgente s’articulent avec le changement d’époque promu sous le nom d’anthropocène. Ce changement de génération au sens géologique du terme est-il nouveau ou ne fait-il qu’entériner la posture de l’homme « maître et possesseur de la nature » déjà promue par Descartes ? Une action politique visant à répondre aux urgences pesant sur l’environnement et l’humanité ne vient-elle pas renforcer cet anthropocentrisme et l’idée que c’est donc l’homme qui dicte son tempo à la nature ?

Les articles attendus, fondés sur une approche empirique, porteront donc sur les temporalités des phénomènes étudiés (évènements, traitement politique, appréhension et action des individus, et des collectifs).

Les contributions pourront relever des sciences humaines et sociales, et notamment de la sociologie, de la géographie, de l’économie, des sciences politiques, de l’écologie, de l’histoire, de l’histoire des sciences, de l’histoire de l’environnement, de l’urbanisme, ou encore des sciences expérimentales, dans la mesure où la dimension de l’action individuelle ou politique est abordée. Les approches pluri-, trans- ou interdisciplinaires sont particulièrement bienvenues.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront envoyer leur proposition d’article aux coordinateurs du numéro Natalia Leclerc (Natalia.Leclerc1@univ-brest.fr) et Jérôme Sawtschuk (Jerome.Sawtschuk@univ-brest.fr) — avec copie au secrétariat de rédaction de la revue (temporalites@revues.org).

Cette proposition, composée d’un titre et d’un résumé d’une page en français ou en anglais du projet d’article (5 000 signes maximum), ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, pourra être envoyée jusqu’au 15 janvier 2018.

Calendrier récapitulatif, échéances

Réception des propositions (résumés de 5 000 signes maximum) : 22 janvier 2018
Réponse des coordinateurs : 19 février 2018
Réception des articles (50 000 signes maximum) : 23 avril 2018
Retour des expertises des évaluateurs : 1er juin 2018
Version révisée : 3 septembre 2018
Remise des versions définitives : 15 octobre 2018
Sortie du numéro : décembre 2018

Bibliographie

Adam, Barbara, 2001. “The Multiplicity of Times: contributions from the Tutzing time ecology Project”, Time & Society, 10 (1), 349-350.

Audier, Serge, 2017. La Société écologique et ses ennemis, Pour une histoire alternative de l’émancipation, éd. La Découverte.

Bonneuil, C., & Fressoz, J. B., 2016. L'Événement anthropocène. La Terre, l'histoire et nous. Points, 332 p.

Calthorpe, P., 2010. Urbanism in the Age of Climate Change, Washington, DC, Island Press.

Ceballosa, G., Ehrlichb, P. R., Dirzob R., 2017. Biological annihilation via the ongoing sixth mass extinction signaled by vertebrate population losses and declines. Proceedings of the National Academy of Sciences (early edition).
http://www.pnas.org/content/early/2017/07/05/1704949114.abstract

CGLU, 2010. La culture, quatrième pilier du développement durable, 2010, rapport de la CGLU (Cités et gouvernements locaux unis) :
http://www.agenda21culture.net/sites/default/files/files/documents/fr/zz_culture4pilierdd_fra.pdf (consulté le 12 octobre 2017)

Chesneaux Jean, 1985. « L'axe passé/présent/avenir », Espaces Temps, 29. Cet obscur objet de l'histoire. 1. Une force trop tranquille, pp. 13-17.

Comby Jean-Baptiste, 2015. La Question climatique, Genèse et dépolitisation d’un problème public, éd. Raisons d’agir, « Cours et travaux ».

Crutzen, P. J., & Stoermer, E. F., 2000. “Global change newsletter”. The Anthropocene, 41, 17-18.

Figueres, C., Schellnhuber, H. J., Whiteman, G., Rockström, J., Hobley, A., & Rahmstorf, S., 2017. “Three years to safeguard our climate”. Nature, 546 (7660), 593-595.

Grossin, William, 1996. Pour une science des temps. Introduction à l'écologie temporelle, Toulouse, Éditions Octares.

Krieg-Planque, A., 2010. La formule “développement durable” : un opérateur de neutralisation de la conflictualité. Langage et société, (4), 5-29.

Möllers, N., Schwägerl, C., & Trischler, H. (Eds.), 2015. Welcome to the Anthropocene: The Earth in Our Hands. Deutsches Museum Verlag.

Paquot, T., 2014. « Un temps à soi : Pour une écologie existentielle », Esprit, décembre, (12), 18-35. doi : 10.3917/espri.1412.0018.

Steffen, W., Persson, Å., Deutsch, L., Zalasiewicz, J., Williams, M., Richardson, K.,... & Molina, M., 2011. “The Anthropocene: From global change to planetary stewardship”. AMBIO: A Journal of the Human Environment, 40 (7), 739-761.

Wolkovich, E. M., Cook, B. I., McLauchlan, K. K., & Davies, T. J., 2014. “Temporal ecology in the Anthropocene”. Ecology letters, 17 (11), 1365-1379.

Wu, J., 2013. “Key concepts and research topics in landscape ecology revisited: 30 years after the Allerton Park workshop”, Landscape ecology, 28 (1), 1-11.

Haut de page