Navigation – Plan du site

La construction du temps chez les historiens universitaires français de la seconde moitié du XXe siècle

The building of Time by French University historians during the second half of the XXe
Jean Leduc

Résumés

Les historiens français de la seconde moitié du XXe siècle sont plus conscients que leurs prédécesseurs que le travail de recherche et d’écriture de l’histoire est une interaction continuelle entre présent et passé. La plupart d’entre eux ont substitué le présent au passé simple comme temps de base de la narration. Ils sont plus attentifs aux tendances et aux phénomènes de longue durée qu’au temps court des événements. Ils sont moins réticents à étudier le passé le plus récent mais, sur ce point, la controverse n’est pas close. Ouvertement ou non, le récit chronologique demeure le modèle de plan prédominant, de même que continue à prévaloir un système de datation absolue se référant au calendrier. Les historiens font attention à éviter les coupures chronologiques abusives et prennent soin de ne pas suggérer qu’une séquence d’événements implique nécessairement une relation causale entre eux. Les débats théoriques se développent mais, le plus souvent, résultent d’incitations extérieures au corps des historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Leduc, « La construction du temps chez les historiens universitaires français de la seconde moitié du XXe siècle », Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/614 ; DOI : 10.4000/temporalites.614

Haut de page

Auteur

Jean Leduc

Historien et ancien professeur de classes préparatoires au lycée Pierre de Fermat à Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page