Skip to navigation – Site map

25-1 | 2006
Tourisme gourmand

Edited by Jean-Pierre Lemasson

Si les liens entre tourisme et gastronomie sont anciens, il existe actuellement une prise de conscience que l’alimentation n’est plus une fonction secondaire de l’activité touristique, mais peut mêmedevenir sa raison centrale. Pour désigner ce chang ement de perspective, diverses expressions sont utilisées avec plus ou moins de bonheur. Aux États-Unis et au Canada, la notion de tourisme culinaireest largement utilisée (culinary tourism). En Europe, la notion de tourisme gastronomique est parfois utilisée alors que, plus souvent, l’intérêt spécifique porté à un produit, le vin par exemple, fait parler de viti-vini-culture en France oud’enoturismo en Italie. Dans plusieurs pays, l’agrotourisme est la seule référence mentionnée même si, comme c’est le cas en Angleterre, certains auteurs parlent de tourisme du « bon » goût (tasting tourism). En somme, en rapport à quel référent ce nouveau tourisme se définit-il ? À l’activité culinaire (stricto et largo sensu) ? Aux producteurs ou aux produits ? À l’espace rural ou urbain, ou encore au goût, à la sensation du consommateur final ? Bref, selon les points de vue, les questions soulevées et les réponses suggérées sont parfois sans point de convergence.

  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • OpenEdition Journals