Skip to navigation – Site map
POUR EN LIRE PLUS

Vacances des lieux

Philippe BACHIMON, Paris, France : Éditions Belin, 2013, 255 pagesISSN: 1275-2975ISBN: 978-2-7011-6483-0

Full text

1Les vacances sont indissociables des lieux de villégiature : on choisit la montagne ou la prairie, la piscine ou la mer, selon ses goûts et ses projets. Chacun de ces lieux a donc une identité qui lui est plus ou moins propre. En retour, chacun de ces lieux laisserait un souvenir « intarissable » en chacun de nous. Et si cette mémoire des lieux était malléable ? Comment alors la mémoire des lieux se constitue-t-elle ?

« Très souvent, écrit l’auteur, Philippe Bachimon (p. 3), on constate que s’est établie une distanciation spatio-temporelle du lien unissant ladite mémoire aux lieux matériels. Cette distanciation correspond à une phase plus ou moins longue et marquée d’oubli […] qui s’accompagne d’une recomposition mémorielle des […] portions de routes abandonnées suite à des reprofilages ou des déviations… »

2Philippe Bachimon, professeur de géographie du tourisme à l’Université d’Avignon, nous a habitués à ses travaux sur la reconstruction des identités locales au contact du tourisme. Dans ce nouvel ouvrage, Vacances des lieux, il s’intéresse cette fois au « processus d’import-export, virtuel et/ou réel, de la matière mémorielle » (p. 4), c’est-à-dire que le touriste construit cet ailleurs, bien « [a]vant d’être une expérience matérielle in situ à l’occasion d’un voyage touristique, et bien avant d’être de nouveau hors du lieu, mémoire comparative sous la forme de réminiscence et d’évocation de souvenir… ». En s’intéressant à cet « entre-deux », Bachimon souhaite comprendre comment s’effectue les changements de vocation des lieux qui, à une époque, étaient l’objet de développement alors qu’ils sont devenus aujourd’hui la convoitise des conservateurs.

3La lecture, on l’aura compris, demande toute l’attention du lecteur. Toutefois, elle a le très grand mérite de nous montrer cette évidence, pas toujours visible à l’œil nu. « La mise en tourisme d’un lieu, dit-il encore (p. 5), vient “après autre chose” qui a disparu depuis plus ou moins longtemps. » Ainsi, la mise en tourisme devient une façon de se réapproprier (et surtout de valoriser) des espaces abandonnés à qui l’on redonne leur (ou une ?) identité.

4Le livre est divisé en 12 chapitres où sont abordées tour à tour la question des lieux de vacance(s), la naturalisation des lieux (entre leur abandon par les humains et leur reprise par la nature), la nature du jeu de l’oubli et de la mémoire, la sanctuarisation des espaces, la mythologie des lieux « en vacance », l’anticipation patrimoniale, etc. Un ouvrage « cérébral » fort intéressant, à recommander à tous ceux et celles qui sont interpellés, notamment par la mise en tourisme, et pour comprendre la construction mentale de l’espace touristique.

* * *

5Ceci n’est pas une note de bas de page !

6Un bémol cependant qui ne concerne pas exclusivement ces deux ouvrages : les notes de bas de page et références que les éditeurs choisissent de regrouper en fin d’ouvrage. Le profane se réjouira d’une lecture alors nettoyée de toute interférence visuelle. Les autres devront faire les allers-retours pour suivre la pensée de l’auteur jusqu’au fond (littéralement !) du livre. On se demande pourquoi les maisons d’éditions sérieuses continuent de jouer à cache-cache avec les sources et notes explicatives dans de tels ouvrages clairement rédigés pour les intellectuels. À la limite, que l’on demande aux auteurs et auteures d’intégrer leurs explications au texte.

7Le résultat est que ces ouvrages « nettoyés » prennent l’allure d’essai où les auteurs et auteures semblent tout tirer de leur chapeau. Il est dans leur intérêt et dans celui du lectorat d’être transparents dans les textes. Cette transparence devrait exclure ce qu’il convient d’appeler la « purification » des papiers scientifiques.

8Alain A. Grenier, Ph. D.
Département d’études urbaines et touristiques (ESG-UQAM)

Proposez votre recension à Téoros. Proposez-nous par courriel un livre récent, de préférence sur une thématique à venir dans nos pages. Contactez-nous pour en savoir davantage ! teoros@uqam.ca

Top of page

References

Electronic reference

« Vacances des lieux », Téoros [Online], 31-2 | 2012, Online since 01 August 2015, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/teoros/2370

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • OpenEdition Journals