Skip to navigation – Site map

Nulle part * Ailleurs. Repenser les espaces marginaux et leur attractivité

APPEL À TEXTES

Date de soumission des textes : 30 septembre 2018

Coordination du numéro : Laurent Bourdeau, Ph.D., professeur au Département de géographie, Université Laval ; Dominique Lapointe, Ph.D., professeur au Département d’études urbaines et touristiques, UQAM ; Pascale Marcotte, Ph.D., professeure au Département de géographie, Université Laval ; Bruno Sarrasin, Ph.D., professeur au Département d’études urbaines et touristiques, UQAM

Cet appel à textes sollicite des réflexions sur les territoires considérés comme « non touristiques », parce qu’ils sont à la marge, en périphérie, excentrés. De nombreux territoires excentrés se tournent vers le tourisme pour développer ou restructurer leur économie, ainsi que maintenir ou améliorer leur qualité de vie. Certaines de ces régions réussissent à développer des activités et des services touristiques, devenant alors des centres touristiques, et même des lieux de vie (pensons aux stations littorales et de montagne, à certains parcs naturels ou même aux franges industrielles). D’autres demeurent toutefois dans l’ombre, malgré un certain potentiel géographique, climatique, ou patrimonial. À cela s’ajoutent les pays ou régions dits « en développement » dont les conditions politiques, économiques, sanitaires ou sécuritaires les placent en marge des principaux flux touristiques. Le tourisme se définit comme un séjour « hors de l’environnement habituel », cet ailleurs doit néanmoins être suffisamment « extra-ordinaire », pour encourager le déplacement. Dans ce cadre, comment se construit l’image d’un « ailleurs ordinaire » ? Dans quelles conditions la marginalité peut-elle être attractive ?

Les marges ou périphéries sont souvent perçues comme désavantagées : économiquement, socialement, politiquement. L’image négative des périphéries s’explique entre autres par leur difficulté ou incapacité à offrir certains services, que ce soit à cause d’un manque de ressources, d’un marché trop restreint, d’une faible accessibilité ou de l’absence de reconnaissance. Considérant que les critères de réussite et de performance se basent largement sur la taille et la croissance du nombre de visiteurs et de dépenses, quels critères de réussite et quels modèles peuvent s’appliquer aux territoires périphériques ? À l’heure où certaines destinations centrales étouffent sous les flux touristiques (Barcelone, Venise), peut-on valoriser l’image de la marginalité touristique ? Les études scientifiques et professionnelles s’appuient le plus souvent sur des données urbaines. Certes, la majorité de la population est maintenant urbaine. Mais lorsque, comme au Québec, 80 % des établissements touristiques sont situés hors des régions touristiques urbaines (Tourisme Québec, 2014), comment les solutions préconisées pour les grandes villes s’appliquent-elles en région ? On peut notamment penser au défi de la rétention de la main d’œuvre.

L’innovation, notamment en tourisme, est largement associée à la mise en place de réseaux, qu’ils soient géographiques ou sectoriels. La dispersion des entreprises ou leur très faible présence dans certains secteurs géographiques posent des défis supplémentaires à l’établissement de ces réseaux d’innovation (Sørensen, 2007). Comment s’organisent les réseaux d’innovation en territoires excentrés ?

La périphérie ne représente pas toujours une tare pour les entreprises touristiques et les visiteurs qui les fréquentent. La périphérie comporte en effet des espaces prisés : littoral, montagne, campagne. Pour les visiteurs, ces lieux peuvent paraître plus authentiques, parce que non transformés pour répondre aux besoins des touristes. Le statut de périphérie ou de marge n’est pas non plus immuable, certains centres ont déjà périclité tandis que d’autres lieux excentrés deviennent parfois les nouveaux lieux à la mode et se retrouvent alors « au centre » de l’intérêt (Hall et al. 2013), soulignant au passage que les notions de centres et périphéries ne s’expriment pas seulement à travers la distance et l’éloignement. Toutefois, ces renversements spatiaux impliquent des déterritorialisation/reterritorialisation de ces espaces. Comment ces transformations sont-elles négociées et vécues par les différents acteurs ?

Ce numéro de Téoros souhaite donc rassembler des articles originaux autour de la thématique de la périphérie, de la marginalité ou de l’excentricité dans le domaine touristique. Sans s’y limiter, les textes peuvent porter sur :

• Démographie et main d’œuvre dans les territoires marginaux

• Positionnement et marketing territorial

• Dialectique du développement et du sous-développement

• Politique et rapport de forces

• Innovation et réseaux

• Attractivité

• Paysage et esthétique des territoires marginaux.

Références

Hall, C.M., Harrison, D., Weaver, D., Wall, G. (2013). Vanishing Peripheries: Does Tourism Consume Places? Tourism Recreation Research, 38, 1, 71-92

Sørensen, F. (2007). The Geographies of Social Networks and Innovation in Tourism, Tourism Geographies: An International Journal of Tourism Space, Place and Environment, 9 (1): 22-48.

Tourisme Québec (2014) Portrait synthèse des entreprises touristiques — secteur hébergement, loisir et transport. Gouvernement du Québec, Juin 2014, https://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/media/document/etudes-statistiques/portrait-synth-entreprises-tour.pdf

Conditions de proposition

Les auteur(e)s doivent faire parvenir un manuscrit rédigé préférablement en français ou en anglais, présenté selon les règles de la revue, disponibles au www.teoros.revues.org/168. Les textes soumis, en format Word (les PDF ne sont pas acceptés), doivent compter environ 7000 à 7500 mots et doivent comprendre :

• un objectif (question) de recherche clairement énoncé ;

• un descriptif de la méthodologie de recherche employée, et

• un volet théorique.

Le lectorat de Téoros est international. Les auteur(e)s sont invité(e)s à tenir compte de cette réalité dans la présentation de leurs cas d’étude afin de les rendre accessibles aux lecteurs moins familiers avec la destination étudiée.

Chaque article doit inclure :

• les nom et prénom de tous les auteurs (maximum de trois);

• leur titre principal et leur affiliation (une seule);

• leur adresse électronique (courriel) et postale;

• un résumé de 150 à 200 mots maximum en français;

• l’identification de la ou des disciplines d’étude;

• une liste des mots clés (maximum de 5).

Illustrations

Les auteurs sont invités à fournir 3 ou 4 illustrations, libres de droits et en haute résolution (300 ppp) en indiquant clairement la légende et le nom du photographe.

Originalité de l’étude

Les manuscrits soumis pour la publication dans Téoros doivent apporter une contribution scientifique originale. Les auteurs restent responsables du contenu et des opinions exprimés ainsi que de la correction des données et des références bibliographiques. La date limite pour soumettre un texte est le 30 septembre 2018. Les propositions de textes doivent être adressées à la revue : teoros@uqam.ca

Veuillez inscrire la mention « Nulle part ailleurs » dans la ligne de sujet.

S’ils le désirent, les auteurs peuvent soumettre, en préparation du manuscrit, un résumé du projet d’article afin que les rédacteurs puissent juger de la cohérence des thèmes développés avec les objectifs du numéro thématique.

Téoros, revue de recherche en tourisme

La revue Téoros reconnaît le soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (programme d’aide aux revues savantes), du Fonds de recherche du Québec Société et Culture (programme d’aide aux publications scientifiques), de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, du Département d’études urbaines et touristiques et du Centre de recherche sur la ville. La revue est reconnue par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur de France (AERES) et par la Fédération nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE).

Directeur : Martin DROUIN, professeur, Université du Québec à Montréal

Corédacteur en chef : Mohamed Reda KHOMSI, professeur, Université du Québec à Montréal Corédacteur en chef : Romain ROULT, professeur, Université du Québec à Trois-Rivières.

Attachment

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • OpenEdition Journals