Navegação – Mapa do site
Notas de pesquisa

Questions terminologiques sur le sens à donner à la cartographie de l’itinéraire, France/Etats-Unis, 17ème-21ème siècles.

Quentin Morcrette

Texto integral

1Cette note de recherche souhaite revenir la notion de cartographie d’itinéraire en partant de la conception actuelle de ce terme dans les cartes digitales.

2Les technologies digitales engendrent le développement d’un nouveau type de cartes en ligne sur écran, qui devient le référentiel cartographique, avec la diffusion de l’usage d’internet (environ 80% des français ont accès à internet, d’après l’International Communication Union, et la France compterait, en 2013, vingt-quatre millions de possesseurs de Smartphone1). Ces cartes sont faciles d’accès puisque accessibles via une connexion internet, elles ont par ailleurs changé de nature avec l’apparition de téléphones intelligents puisqu’elles sont désormais transportables alors qu’elles dépendaient jusqu’il y a peu d’un ordinateur relié à un réseau électrique. Les cartes numériques en ligne mettent sont avant tout tournées vers (à l’image du GPS) « un usage pratique de la carte, la recherche d’itinéraires »2. Ainsi, les chiffres concernant l’utilisation de ces instruments parlent d’eux-mêmes ; d’après le site internet AndroidandMe, relayant une information issue de Google, Google Maps pour Android « has provided 50 billion kilometers of turn by turn directions »3 en 2012. Par ailleurs, la société Garmin (un des leaders sur le marché du GPS4) fêtait, la même année, la vente de son cent millionième GPS5 et l’on estime de plus que 2,45 millions de GPS ont été vendus en France durant l’année 20076 (chiffre qui ne fait référence qu’aux GPS autonomes et exclus ainsi les Smartphone et autres outils qui intègrent souvent une fonction GPS). Le dictionnaire Les mots de la géographie7, définit un itinéraire de la manière suivante : « le chemin à suivre, ou suivi, d’un lieu à un autre ». Dans une perspective cartographique, c’est ainsi, d’un côté, l’enregistrement graphique d’un trajet ayant été réalisé et de l’autre, la description d’un trajet à faire. La définition souligne par ailleurs l’importance des étapes, l’itinéraire n’est pas la ligne droite mais un trajet complexe. On retrouve ici deux grands paradigmes de la cartographie numérique contemporaine : par exemple, GoogleMaps indique avant tout des itinéraires à suivre entre deux points, c’est en quelque sorte un guide routier. A l’inverse, OpenStreetMap, projet cartographique collaboratif, se présente en finalement comme l’enregistrement des déplacements des contributeurs (une zone dans laquelle personne ne va est ainsi très mal cartographiée sur ce site) puisque cette carte est créée par des utilisateurs/acteurs qui enregistrent leurs traces GPS et les ajoutent à la carte d’ensemble, accroissant ainsi les données disponibles.

3Dans le cadre de mon étude, je mène une comparaison diachronique sur la cartographie des itinéraires en France et aux Etats-Unis, des 17ème/18ème siècles au 21ème. Il faut revenir sur quelques questions terminologiques car il existe un certain flou sémantique autour de la question de l'itinéraire ; cela pose en conséquence une multitude de questionnements. Le Glossaire de cartographie du Comité Français de Cartographie fait la distinction entre une « carte d'itinéraire » et une « carte itinéraire » : la première se réfère plutôt à une dimension historique et montre les itinéraires suivis par des personnages historiques, les explorateurs par exemple. La carte itinéraire au contraire, fait partie des cartes de réseau de transport et représente le « réseau des voies de communication avec l'indication des distances entre les différentes localités ». Cela peut-être aussi un : « schéma des voies de communication ou d'une seule d'entre elles, indiquant ou non les distances entre les différentes localités ». Cette définition a toutefois des limites lorsqu’elle est confrontée à la consultation de cartes. Ainsi, la Carte itinéraire de la France divisée par gouvernements militaires et en ses provinces (1774), la Carte itinéraire de la France donnant toutes les routes de postes les Lieux de relais... (1798), et la Carte itinéraire de la France et de partie des états limitrophes à l'usage des Ponts et Chaussées (1814), par exemple, ne rentrent pas dans la définition d’une carte itinéraire puisqu’elles n’indiquent aucune distance et ne sont pas des « schémas ». Cela remet donc en question la distinction opérée plus haut entre itinéraire à suivre et itinéraire suivi. Par ailleurs, ces cartes ne rentrent pas dans la conception actuelles de l’itinéraire, dans la mesure où elles n’indiquent pas un trajet particulier, mais un réseau routier (on voit par là que le sens du terme a évolué chez les cartographes).

4Le Multilingual Dictionary of Technical Terms in Cartography, permet une comparaison des définitions française et anglaise de l’itinéraire. Ainsi, l’équivalent de « carte itinéraire » est « route map ». La « carte d’itinéraire » ne comporte pas d’équivalent en anglais. A l'inverse, les anglo-saxons utilisent le terme strip map et qui est traduit en français par : « carte en bande », terme fort peu usité par les cartographes français. On ne retrouve donc pas en anglais la distinction entre les cartes d'itinéraires à suivre et les cartes d'itinéraires suivis (il nous semble, par ailleurs, que cette distinction est infondée, dans le sens ou l’on a pu voir précédemment qu’un itinéraire est à la fois le trajet suivi et le trajet à suivre).

5L’étude des termes utilisés pour nommer les cartes des itinéraires montre par ailleurs une certaine restriction du sens que l’on donne à l’itinéraire. En effet, il nous semble qu’en voulant restreindre la notion de carte d’itinéraire à une carte représentant la route à suivre, l’on se coupe finalement de la possibilité d’une étude plus générale sur le sens de la représentation du déplacement et de la distance. Bien souvent, la cartographie d’itinéraire est considérée comme un type de carte routière en quelque sorte. Cela revient à fonder les études cartographiques sur un usage (trouver sa route), tandis que l’on souhaite ici proposer une approche par l’objet : la carte représentant un trajet en particulier. Cette approche implique rechercher des cartes dans des « collections » hétérogènes. On retrouve ainsi des cartes d’exploration, des cartes de voyage, des cartes historiques, des cartes touristiques ou encore des cartes routières.

Figure : Carte de l’itinéraire de Perse fait par Herbert, par P. Du Val, 1627

Figure  : Carte de l’itinéraire de Perse fait par Herbert, par P. Du Val, 1627

Figure : L’indicateur fidèle ou Guide des voyageurs, M. Desnos, 1780 (extrait)

Figure  : L’indicateur fidèle ou Guide des voyageurs, M. Desnos, 1780 (extrait)

Figure : Carte du Fouta, 1885, par M. Pleigneur, d'après l'itinéraire de M. Jacquemard (extrait)

Figure  : Carte du Fouta, 1885, par M. Pleigneur, d'après l'itinéraire de M. Jacquemard (extrait)

Figure : Itinéraire en voiture vers Anchorage, Alaska, Etats-Unis, Google Maps, 2013

Figure  : Itinéraire en voiture vers Anchorage, Alaska, Etats-Unis, Google Maps, 2013

6Qu’il s’agisse, dans le premier exemple, d’une forme commémorative ; dans le second et le quatrième, de l’indication d’une route à suivre ; dans le troisième, de la représentation du trajet d’une exploration à caractère scientifique ou militaire, le thème de convergence des cartes ci-dessus est la représentation du trajet, sous la forme d’un itinéraire.

7A travers l’analyse croisée de productions cartographiques culturellement différenciées, cette étude veut montrer l’évolution du rapport des sociétés à la mobilité et à la route et rôle de l’itinéraire dans la construction de notre rapport à l’espace. Questionner la diversité des usages et des notions derrière celle d’itinéraire semble une piste de recherche fructueuse, d’autant que les usages actuels se caractérisent par la multiplication d’itinéraires personnalisés pour se déplacer à toutes les échelles spatiales.

Topo da página

Bibliografia

Akerman, J. R. (èd), 2006, Cartographies of travel and navigation, Chicago and London, The University of Chicago Press, 372p.

Akerman, James R., 2000, « Private Journeys on Public Maps: a Look at Inscribed Road Maps”, Cartographic Perspective, n°35, pp. 27-47.

Arbellot Guy, 1992, Autour des routes de Poste. Les premières cartes routières de la France XVIIème-XIXème siècle, Paris, Bibliothèque Nationale, Musée de la Poste, 181p.

Comité Français de Cartographie, mars-juin 1990, Glossaire de cartographie, bulletin n°123-124, 171p.

Crampton J.W., Krygier J., 2006« An introduction to Critical Cartography », ACME, 4 (1), pp. 11-33.

Di Palma, Vittoria, « Flow : Rivers, Roads, Routes and the Cartographies of Leisure », pp. 27-43, in, Hvattum, Mari, Brenna Brita, Elvebakk Beate, Kampevold Larsen (èd), 2011, Routes Roads and Landscapes. Farnham, Ashgate Publishing, Ltd., 248p.

Edney M., 2012, “Plus ça change: Defining Academic Cartography for the Twenty-First Century”, Cartographica, 47:1, pp. 64-69.

Fordham G., 1975, réed. 1929, Les routes de France. Etude bibliographique sur les cartes routières et les itinéraires et guides routiers de France, Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 106p.

Grataloup C, 2011, Représenter le monde, Paris, La Documentation Française, nov-dec, 62p.

International Cartographic Association, 1973, Multilingual Dictionary of Technical Terms in Cartography, Franz SteinerVerlag GMBH, Wiesbaden, 573p.

MacEachren A. M., 1986, « A Linear View of the World : Strip Maps as a Unique Form of Cartographic Representation », The American Cartographer, vol. 13, n°1, pp. 7-25.

R. Brunet, R. Ferras, H. Thery (dir.), Les mots de la géographie, 1992, collection Dynamiques du territoire Paris, Reclus - La documentation française, 480 p.

Reverdy G., 2006, Atlas historique des routes de France, Paris, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 182p.

Ristow W. W., 1977, Maps for an emerging nation. Commercial cartography in the nineteenth-century America, Washington, Library of Congress, 66p.

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Figure : Carte de l’itinéraire de Perse fait par Herbert, par P. Du Val, 1627
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/1306/img-1.jpg
Ficheiros image/jpeg, 296k
Título Figure : L’indicateur fidèle ou Guide des voyageurs, M. Desnos, 1780 (extrait)
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/1306/img-2.jpg
Ficheiros image/jpeg, 404k
Título Figure : Carte du Fouta, 1885, par M. Pleigneur, d'après l'itinéraire de M. Jacquemard (extrait)
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/1306/img-3.jpg
Ficheiros image/jpeg, 260k
Título Figure : Itinéraire en voiture vers Anchorage, Alaska, Etats-Unis, Google Maps, 2013
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/1306/img-4.png
Ficheiros image/png, 658k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Quentin Morcrette, « Questions terminologiques sur le sens à donner à la cartographie de l’itinéraire, France/Etats-Unis, 17ème-21ème siècles. », Terra Brasilis (Nova Série) [Online], 4 | 2015, posto online no dia 12 Fevereiro 2015, consultado o 18 Dezembro 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/1306

Topo da página

Autor

Quentin Morcrette

Doctorant - Laboratoire EVS/IRG (UMR 5600), Université Lumière Lyon II

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Rede Brasileira de História da Geografia e Geografia Histórica

Topo da página
  • OpenEdition Journals