Skip to navigation – Site map
Repères

Les incidents routiers à la Guadeloupe*

Ensorcellement, disculpation, responsabilité
Christiane Bougerol
p. 164-177

Abstracts

Road incidents in Guadeloupe
Witchcraft, vindication, responsability

How do people define and comment on road incidents in which they have been involved or that they have witnessed? What ideas concerning the law, witchcraft or individual abilities are involved? Who is responsible is much discussed, even by those who have caused serious accidents. The paper illustrates how those accused by the law present themselves as victims by means of the evocation of types of causation that would place the blame on other agents. As might be expected, witchcraft ideas are used to avoid responsibility but, in a more unexpected way, also by drivers explaining their own skill.

Top of page

Full text

  • 1 C’est en répondant à un appel d’offres intitulé « Les nouvelles connaissances en sécurité routière  (...)

1En matière de sécurité routiиre, les questions les plus récurrentes et les plus discutées sont celles qui touchent aux formes de responsabilité. Nous verrons ici comment des auteurs d’accidents – parfois graves – s’efforcent de nier les interprétations judiciaires de leurs actes en imputant а des agents qui leur sont extérieurs la responsabilité de l’incident. Ce n’est pas une surprise de repérer ce rejet de responsabilité dans le récit d’individus se disant ensorcelés. Il est plus étonnant de le voir а l’œuvre dans l’argumentation rationnelle d’hommes jugeant leurs propres habilités de conducteur. Les rhétoriques alors développées par les personnes les révиlent tiraillées entre des référents de valeurs qui souvent s’ajustent mal, voire s’opposent.
L’objet de ce texte est l’étude du rejet de responsabilité. La question de la prise de risque est cependant centrale. Les actions des conducteurs, les récits qu’ils en font, les interprétations de leurs actes s’organisent tous autour de cette notion. Je ne me référerai pourtant pas à la littérature sociologique qui traite du risque. Les sociologues Pierre Floux, Antoine Hennion et Geneviève Teil (2006) ont réalisé de leur côté une enquête auprès de personnes ayant eu des difficultés avec la police et la justice pour des infractions au Code de la route (alcool au volant le plus souvent et aussi excès de vitesse). Ils ont tâché de cerner comment et quand ces « gens ordinaires » modifient leur comportement pour se mettre davantage en conformité avec la loi. Leur étude les amena à constater que lorsque « nous nous plaçons tout près de l’acteur de base, la notion de risque vient trop en aval, comme son élaboration même en catégorie socio-politique le montre » (Floux, Hennion & Teil 2006 : 10). De fait, leur enquête, comme la mienne, se situe au stade de l’étude de comportements « accidentogènes », selon le terme utilisé par les épidémiologistes de l’insécurité routière (Laumon 2006). À ce stade de ma recherche, mon propos est ici de faire éclore une problématique à partir de l’ethnographie plutôt qu’à partir d’un univers de discours plus philosophique et théorique. Cette étude des incidents routiers constitue en effet l’un des volets d’une enquête ayant pour objet une « ethnographie des manières de conduire et des incidents routiers à la Guadeloupe »1.
Lors d’une étude précédente sur la sorcellerie, j’ai pu relever que des accidents de la route ou des incidents survenus sur la chaussée étaient souvent attribués à une persécution magique de la part d’un tiers. Nombre de lettres de plainte envoyées au procureur de la République à la Guadeloupe font état de menaces de « coups de voiture » ou de « coups de pare-chocs » (Bougerol 2001). Mes expériences de conductrice et de passagère, d’observatrice de ce qui se déroule sur la chaussée, tout comme mes expériences d’auditrice des récits qu’à l’occasion mes interlocuteurs font de leurs péripéties routières, m’ont également incitée à proposer ce travail. À plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de faire débattre des personnes sur leurs mésaventures de conducteurs.
Je qualifie d’incident routier tous les événements qui perturbent une façon « normale », « sans histoire », de circuler. J’y inclus les accidents, les contrôles policiers suivis de sanction, les prises de risques, les accidents tout juste évités, etc.

Se disculper

L’ensorcellement

  • 2 La première partie de mon enquête s’est déroulée fin 2003. À cette époque, les lois Sarkozy sur la (...)

2Aux Antilles, la sorcellerie est communément évoquée pour trouver hors de soi la cause d’un malheur, d’une série de déconvenues ou d’un événement inopiné et éprouvant. Les Antillais qui parlent de leurs revers en se référant à la persécution magique ne craignent pas d’être pris pour des « arriérés », comme le redoutent de leur côté les gens du bocage en France métropolitaine – qui n’évoquent leurs affaires de sorcellerie qu’avec d’autres persécutés, c’est-à-dire avec des personnes dont ils sont sûrs qu’elles partagent avec eux les mêmes références (Favret-Saada 1977). Aux Antilles, la sorcellerie possède, comme en Afrique, un statut « proche de l’officialité » (Augé 1982 : 215).
Edward E. Evans-Pritchard a mis au jour la logique permettant d’attribuer à la sorcellerie un événement inopiné (Evans-Pritchard 1972 : 102-103). S’appuyant sur l’exemple d’un grenier qui s’effondre sur des personnes qui y avaient trouvé refuge contre le soleil, Evans-Pritchard montre que chez les Azandé, en Afrique centrale, on a recours à la sorcellerie non pour expliquer les blessures causées par l’accident, mais pour expliquer la coïncidence « étrange » qui a placé des gens sous le grenier à ce moment précis. Cette démarche cognitive, comme nous le verrons ci-dessous, est présente chez plusieurs de mes informateurs engagés dans des accidents graves.  
Pierre (vingt-quatre ans) conduisait son scooter avec pour passager un ami quand un camion venant en sens inverse lui coupa la route. Les deux jeunes hommes furent très gravement blessés. Pierre souffrit d’un traumatisme crânien, de multiples fractures, et passa trois jours dans le coma. Il dut rester deux mois en centre hospitalier et un mois supplémentaire en centre de rééducation. Deux ans après cet accident, il marche encore avec une canne anglaise et doit subir une nouvelle intervention chirurgicale. Le passager, quant à lui, resta une semaine dans le coma, affligé de nombreuses blessures. Quoique les deux jeunes gens se fussent abstenus de porter un casque, la responsabilité de l’accident incomba au conducteur du camion. Pierre avait déjà eu des accidents sur la route auparavant : des accidents sans gravité, caractéristiques de l’accrochage entre une automobile et un deux-roues. Il sait se montrer violent quand il n’est pas dans son tort. Lorsqu’il se mesure à ses amis en faisant une course à booster, tombe et se blesse, il assume sa responsabilité, comme le font tous les autres conducteurs prenant sciemment des risques. Un jeune homme, en me parlant des ripages (« courses », en créole), m’expliquait : « Si tu prends pas de risques, tu restes derrière. »
Dans l’histoire de son grave accident, Pierre rapporte un événement inopiné qui a changé le projet de sortie des deux jeunes hommes. Ces derniers devaient se déplacer à moto quand un copain demanda à Pierre son véhicule pour raccompagner une fille. Pierre accéda à la requête de son ami et prit en échange le scooter de ce dernier. C’est cette coïncidence (le changement de véhicule et le très grave accident) qui fait penser à Pierre et à son passager qu’il y a vraisemblablement de la sorcellerie dans cette histoire. S’ils avaient roulé à moto, l’accident aurait pu se passer autrement. Ils pensent qu’un « travail [en sorcellerie] » a été fait pour les rendre plus vulnérables ; peut-être que le booster a été « travaillé ». Ils n’incriminent pas l’ami, il se pourrait que ce soit lui qui ait été l’objet de la manipulation en sorcellerie.
Pierre reconnaît qu’avec un casque lui et son passager n’auraient pas été aussi gravement touchés. Depuis cette mésaventure, qui fait dire à Pierre : « Je vois jusqu’où un accident ça peut mener », il met un casque pour effectuer un long trajet. Il n’aime pourtant pas porter cette protection : « C’est lourd et quand t’as beaucoup de cheveux ça va pas bien. » Le port du casque ne coïncide pas avec le look des jeunes conducteurs de booster, fréquemment coiffés de dreadlocks. Il ne se justifie que pour ceux qui conduisent des motos puissantes2. Le récit de Pierre, comme d’autres recueillis auprès de jeunes gens, montre que la croyance dans la sorcellerie n’est pas le seul fait de personnes âgées, vivant à la campagne, confinées dans des « survivances ». Elle est vivace aussi chez des individus plus jeunes, fascinés par un certain mode de vie des « blacks » des États-Unis, qui privilégient la violence, la dureté et la provocation, ce qui est le cas de Pierre – il a déjà eu maille à partir avec la justice pour des actes de petite délinquance (trafic de stupéfiant, vol).
Léonard (trente et un ans, ouvrier agricole) est incarcéré pour homicide involontaire avec délit de fuite, défaut d’assurance, absence de permis et conduite en état alcoolique (que nous noterons désormais « cea ») à raison de 0,80 gramme d’alcool par litre de sang. Cet homme rapporte qu’il ne comprend rien à la raison qui l’a poussé à prendre le volant un soir à 18 heures. « Je voulais pas sortir et je sors comme si c’est une force qui me pousse. » Il prend une voie à contresens et c’est l’accident, le premier de sa vie. Il s’enfuit, car il sait n’être pas en règle. Léonard pense que l’accident est dû à la sorcellerie. Il s’est senti dominé par une force qui l’a amené à prendre le volant alors qu’il n’avait aucune raison de le faire, et ce fut le drame : un mort, deux personnes blessées gravement, et pour lui la prison.
Lors d’une enquête précédente centrée sur la sorcellerie, j’ai rencontré une femme qui essuyait une série de malheurs dus à la persécution magique. Un événement l’avait effrayée et affermie dans sa croyance. Elle conduisait calmement lorsque, soudain, le volant échappa à son contrôle. Elle dut lutter pour en conserver la maîtrise et éviter de faire une embardée qui, étant donné la direction prise par le véhicule, aurait pu lui coûter la vie. Selon elle, le volant « fou » avec lequel elle se battit n’est explicable que par la présence d’esprits.
Notons que la sorcellerie n’est pas évoquée devant les tribunaux, pas même dans les lettres de plainte envoyées au procureur de la République. Tout le monde sait que, de nos jours, la sorcellerie ne fait l’objet d’aucune condamnation de la part du pouvoir civil. C’est la justice divine, via la malédiction par exemple, qui, en lieu et place d’une justice laïque défaillante, châtieun phénomène social comme la sorcellerie.
La crise en sorcellerie est une histoire de rapport de force.C’est parce que le sorcier a plus de pouvoir et donc de force que l’autre partie que celle-ci est changée en victime, en persécutée sans plus de prise sur son destin. Le persécuteur manifeste sa force envers sa victime par une emprise sur sa vie, suffisante pour en déterminer quelques épisodes cruciaux. Reconnaître être ensorcelé, donc faible, même si cet état est  réversible, ne s’énonce pas indépendamment d’un contexte. La nature du rapport social entre le locuteur et son vis-à-vis est déterminante dans le compte rendu de l’affaire. Cela est particulièrement sensible pour les hommes, car admettre être victime, dominé, est en contradiction avec les principes de la masculinité. Notons que des ensorcelés, hommes ou femmes, refusent de montrer leur affaiblissement à leur sorcier. Ils ne veulent pas lui donner la satisfaction d’être reconnu comme étant le plus fort. Ces persécutés, en dépit de leurs malheurs et échecs, tiennent à se montrer sous leur meilleur jour. Ce faisant, ils narguent leur persécuteur et lui signifient : « Oui, tu fais ça, mais je suis toujours là. » Cela est d’autant plus brave que, comme le remarque Marc Augé : « La force supposée de l’autre (le sorcier) est toujours présente à l’esprit de l’ensorcelé » (Augé 1979 : 79).
Léonard est dans une situation qui ne souffre pas d’ambiguïté : il s’est senti dominé par une force qui le mène à un vrai drame. Pierre et son passager sont également dans une situation claire à interpréter : ces jeunes gens sont les victimes de la conduite d’une autre personne, à quoi s’ajoutent le changement inopiné de leur projet et leurs très graves blessures. C’est l’ensemble de ces circonstances qui leur fait penser que leur malheur, une grave atteinte à leur vitalité corporelle, est dû à la sorcellerie. Les narrations d’Évrard et de Gilles, un peu plus loin, laisseront entendreles tiraillements que les hommes éprouvent entre le souci des valeurs masculines, qui établissent la réputation, et l’ensorcellement.

Ensorcellement et réputation

  • 3 « A constellation of skills. » La traduction des passages de l’ouvrage de Peter Wilson qui suivent (...)
  • 4 Les notions d’« arènes des habilités techniques » et d’« ethos de la virtuosité » que ce sociologue (...)
  • 5 Sur les différents types de courses, la façon dont elles sont lancées et leurs enjeux, voir Bougero (...)

3Reprenant pour partie le travail de Peter Wilson (1973) sur la réputation au masculin dans une petite île des Caraïbes (Providencia), j’ai déjà abordé ce thème dans le contexte de la Guadeloupe (Bougerol 2002). En voici l’essentiel, résumé à grands traits. La réputation se fonde sur un ensemble de compétences ou d’habiletés3 (Wilson 1973 : 152). L’homme doit être fort, « dur dans les antagonismes », capable de se battre et surtout de montrer qu’il est prêt à le faire. Courageux, il réalise des exploits ou prouve qu’il en est capable (en mer s’il est pêcheur, sur la route pour d’autres, dans les bagarres et avec les femmes pour tous). Mais ces habiletés ne peuvent aller sans une aisance dans le maniement des mots. L’homme doit savoir argumenter, parier, crier, raconter ses prouesses et les vanter. Sur un autre registre, il sait danser, faire des largesses, boire sans devenir alcoolique. La réputation est autant une affaire d’actes qu’une affaire de commentaires. C’est dans la jeunesse que se bâtit la réputation.
Wilson écrit : « Le respect va à l’homme qui assure sa réputation » (ibid. : 160). Ses pairs seront en accord avec les opinions d’un homme respecté, ils chercheront sa compagnie et bénéficieront de son aura (les femmes feront de même), ils seront généreux avec lui. Il ne sera ni défié, ni manipulé, ni injurié, ni menacé. Wilson a toutefois montré qu’il n’est pas indispensable d’exceller dans tous les domaines. Un homme est évalué pour chacune de ses habiletés, séparément ou regroupées, au gré de leurs associations et dans un contexte donné (ibid. : 277). Je montrerai comment les prises de risques et les façons de boire de l’alcool se réfèrent à la réputation au masculin.
Des femmes peuvent adhérer pour leur propre compte à ce système de valeurs fondé sur le courage et l’habileté. Toutefois, celles qui révèlent des faiblesses dans ces domaines ne sont pas stigmatisées. Les conductrices (rares sur des véhicules à deux roues) sont moins nombreuses que les hommes à prendre des risques liés à la vitesse, aux manœuvres hasardeuses ou à la consommation d’alcool. Elles ont moins d’accidents. Lorsqu’elles en ont, elles doivent certes se justifier, mais la contrainte qui pèse alors sur elles est moins forte que celle qui pèse sur les hommes, et les oblige à moins de déploiements rhétoriques : d’où la quasi-absence de témoignages féminins dans ces pages.
Les ripages auxquels les hommes, mais aussi à l’occasion quelques femmes, s’adonnent illustrent au mieux les différentes manières de prendre des risques, et sont en outre l’objet de commentaires de la part des participants. Ces derniers émettent « des jugements de capacités et non de responsabilités » (Dodier 1993 : 123). Je me réfère ici à l’enquête de Nicolas Dodier sur les hommes et les machines effectuée dans une entreprise industrielle, et plus précisément sur ces moments où les ouvriers prennent des risques en se défiant et en se provoquant sur leur habileté technique4.
Savoir boire signifie tenir l’alcool, et en réunion participer aux libations sous peine d’être jugé « pas courageux » ou « aristocrate », c’est-à-dire dédaigneux des réjouissances des autres. À trois reprises, alors qu’Évrard (trente-quatre ans, artisan) n’a pas bu (les tests d’alcoolémie le prouvent), sa voiture quitte la route. La voiture est très endommagée, mais il est indemne. Chaque fois, le scénario, très banal, est à peu de choses près le même. Je lui demande si la succession des trois accidents lui fait penser à de la sorcellerie, il répond : « Je crois pas en ça, mais dans ma famille tous les jours on parle de ça, ils veulent que j’aille voir un gadedzafи [voyant-guérisseur]. »
Dans l’un des cas, Évrard roule vite – comme toujours, car il aime la vitesse – lorsque le passage d’un chien le contraint à donner un coup de volant brusque. Son allure est trop vive pour cette manœuvre, et le véhicule tombe d’un pont. Cet accident a été précédé d’un comportement qu’il ne s’explique pas. Il dort, raconte-t-il : « Puis, je ne fais que me réveiller et je pars avec la voiture et c’est l’accident moins de deux kilomètres plus loin. Pourquoi se lever tout d’un coup et prendre la voiture précipitamment ? Ce qui est bizarre, c’est que j’étais couché et je prends le volant pour aller nulle part. Il était 16 heures, une heure où le dimanche je sors pas. » Sa famille pense qu’on lui a fait de la sorcellerie pour qu’il se tue en voiture. Lui, affirme ne pas y croire. Il se donne pourtant la peine de signaler que la mère d’une de ses anciennes compagnes lui a dit « qu’elle s’occuperait » de lui (selon les termes caractéristiques d’une menace en sorcellerie), et qu’à trois reprises il a eu un comportement incompréhensible aboutissant à un accident. De fait, j’imagine mal cet homme, séduisant et intelligent, admettre sans ambages devant moi être ensorcelé par une ancienne belle-mère. Il préfère mentionner la vitesse comme cause des accidents : rouler vite est un comportement valorisé dans l’univers masculin, et Évrard en est coutumier.
Quand je rencontre Gilles (quarante-six ans, artisan aisé), il est incarcéré pour une affaire récente de conduite en état alcoolique et sous le coup d’une suspension de permis. Il témoigne d’un accident survenu au cours d’un ripage, treize ans auparavant. L’histoire débute lors d’une fête communale. Gilles boit beaucoup. Tour à tour, il propose à plusieurs conducteurs de faire une course avec leur véhicule de façon à tester les machines et l’habileté des hommes. Ses interlocuteurs ne marchent pas5. Selon Gilles, le refus tient au fait qu’ils savent sa voiture très puissante. C’est vraisemblable. On peut aussi penser qu’ils le trouvaient trop ivre, même si l’ivresse est un état partagé dans ce contexte. Enfin, Gilles reconnaît « un gars qui aimait la course comme [lui] » et qui relève son défi. Ces hommes n’ont jamais eu le moindre différend auparavant, leur histoire se résume à « une histoire de deux gars qui aiment la voiture, la vitesse », spécifie mon interlocuteur. Ce jour-là, l’autre homme est à moto, un engin puissant. À une heure du matin, les conducteurs fixent un parcours pour se mesurer : un endroit escarpé avec des virages. Ils se rendent à très vive allure au lieu convenu. Gilles double la moto et percute violemment une voiture qui vient en sens inverse. Il ne l’a pas vue : dans ce paysage fait de montées et de descentes très rapprochées, les phares du véhicule ne lui sont pas apparus. Le vainqueur d’un ripage a coutume de s’en vanter auprès des copains, mais « quand on se casse la gueule, on n’en parle pas », dit Gilles. Dans son cas, le quotidien France-Antilles a rapporté l’événement. Il ne s’est pas senti fier : « Le con, c’est moi », a-t-il pensé.
Il admet sa responsabilité dans ce drame dans la mesure où le défi qu’il a lancé à l’autre homme et le lieu choisi pour le réaliser représentaient une prise de risque énorme. En l’évoquant, Gilles rit beaucoup. Quand bien même il a été confronté à l’échec, il n’en sort pas tout à fait dévalorisé. Il reste grandi par l’excès du défi. Et puis, après tout, il n’est pas responsable : c’est l’alcool qui l’a poussé dans cette histoire, et de sa consommation excessive il ne répond pas. À huit ou dix reprises auparavant, il a été sanctionné pour conduite en état alcoolique – parfois lors de contrôles systématiques, sans avoir eu le moindre accident. Des sanctions furent alors accompagnées d’une obligation de soin. Il s’y est soumis sans résultat. « La thérapie, ça marche pas vraiment. Quand je fais la fête, je pense pas à ça. » Après chaque accident, Gilles se jure de ne plus boire, puis recommence. Il ne comprend pas pourquoi il manque à ce point de volonté, et pense : « Des jaloux m’ont mis dans le rhum. » Sa mère partage cet avis : « On le fait boire », dit-elle. Sur le fond, cet ensorcellement disculpe Gilles. La cause des accidents se situe hors de lui. En même temps, cet homme ne croit pas que la sorcellerie soit « tellement ancrée » chez lui, car c’est seulement l’alcool qui lui occasionne des difficultés.
Le souci de la réputation au masculin est en désaccord avec la faiblesse des ensorcelés, d’où les hésitations ou contradictions dans les commentaires de certains de mes interlocuteurs comme Évrard et Gilles.

Entre responsabilité et disculpation

4Fernand (trente et un ans), lui, est incarcéré pour un accident causé alors qu’il conduisait, avec un taux d’alcoolémie prohibé et sans permis de conduire, une moto non assurée. Son passager, gravement blessé, vit à présent en fauteuil roulant. Cinq ans auparavant, Fernand avait déjà été inculpé d’homicide involontaire avec circonstances aggravantes, condamné à une peine de prison ferme et à une autre assortie d’un sursis. Son permis de conduire lui avait été en outre supprimé et accompagné d’une mesure qui lui interdisait de le passer pendant cinq ans. Un an avant ce drame, il avait eu un accident matériel et s’était enfui à bord de sa voiture, car elle n’était pas assurée. Revenons sur les deux principaux accidents survenus à cet homme, qui dit de lui : « Je suis pas quelqu’un qui fait des accidents à chaque occasion. Moi je dirais je suis un bon chauffeur quand même. » Il précise : « À l’armée, je suis sorti meilleur chauffeur. » Il est aussi un bon mécanicien : « Je connais toutes les pièces d’une voiture. »
Au moment des faits pour lesquels Fernand (il avait alors vingt-cinq ans) fut reconnu coupable d’homicide involontaire avec circonstances aggravantes, il conduisait une voiture – louée, donc assurée. Au petit matin, il sortait d’une boîte de nuit du Gosier en compagnie d’un ami et de deux jeunes filles, des touristes, qu’ils venaient de rencontrer, et avec lesquelles il décida de faire « une virée jusqu’en Basse-Terre ». Il y avait peu de circulation, Fernand conduisait très vite et se laissa surprendre par les travaux d’un rond-point en construction. Le véhicule fit plusieurs tonneaux. Une passagère mourut, tandis que les autres occupants de la voiture furent blessés. Les gendarmes constatèrent que le taux d’alcoolémie de Fernand était élevé. De cet accident, Fernand dit : « C’est moi, j’ai pris des risques » ; et dans la foulée, comme s’il s’agissait d’un fait qui va de soi, il ajoute : « Et j’ai fait un autre accident avant de rentrer en prison. » J’y reviendrai ultérieurement.
Les « risques » pris lors de cet accident qui coûta la vie à une jeune fille désignent la vitesse et l’imprégnation alcoolique. Quand j’évoque le fait qu’il avait perdu le contrôle du véhicule, Fernand s’insurge. Il affirme avoir été maître de la voiture : le problème, ce sont les travaux, dont il ignorait la présence. Il commente : « Je sais que je prends des risques puisque la loi me condamne à ne pas conduire des véhicules. J’ai tort, je l’admets. » Mais pour un homme jeune, être en tort par rapport à la loi parce qu’on prend des risques, ce n’est pas déroger. Quand je lui demande si cet accident l’a secoué et a modifié sa façon de conduire, il répond : « Je dirai pas que ça m’a secoué, mais je suis conscient. Mais l’esprit ne reste pas bloqué sur l’accident. J’ai toujours conduit après, sans être obnubilé. » Quant au changement apporté à sa conduite, il consista, pendant un temps, à prendre de petites routes, où les policiers sont plus rares – suppression de permis oblige : « C’était le chat et la souris. » Du jugement et de sa condamnation, il pense : « Ça m’a pas changé de personne. »
Lors de l’accident qui lui vaut son incarcération, Fernand a vingt-neuf ans. À 6 ou 7 heures du matin, il rentre d’un mariage où il a « bien bu ». Il roule à moto sans permis, le véhicule n’est pas assuré. Il a un ami pour passager. Aucun des deux jeunes hommes ne porte de casque. La moto glisse dans un virage et tombe. La tête de l’ami percute un trottoir, Fernand est « à peine blessé ». De l’accident, il dit : « Je me sentais à l’aise, c’est le virage qui était trop sec et m’a surpris » – explication de même registre que celle qui vaut pour l’accident précédent. Fernand rend visite à son ami à l’hôpital. Ce dernier, gravement atteint, est envoyé en métropole. Il en revient dans un fauteuil roulant. Depuis ce retour, les deux hommes ne se sont pas rencontrés. Fernand est en prison. La victime porte plainte et demande des dédommagements. Cet accident touche davantage Fernand que le précédent, car il connaît la victime : « Ça m’embête cette histoire. Je sais que je lui ai gâché sa vie, c’est une jeune personne. Je lui dois des choses. C’est un mystère de la vie, c’est une expérience pour moi. » Il m’assure que ce drame lui a fait prendre conscience de la nécessité de conduire avec le permis et d’être assuré, il ne conduira plus sans être en règle, affirme-t-il.
Quand Fernand évoque « un mystère de la vie », il parle de fatalité et non de sorcellerie. Notons que la fatalité est de l’ordre de « ce qui est écrit », de ce qui est voulu par Dieu. En revanche, la sorcellerie relève de ce qui est voulu par les mauvais sentiments des hommes qui pratiquent la magie maléfique. Les « maladies naturelles », par exemple, sont dites « maladies de Dieu », tandis que les « maladies surnaturelles » sont qualifiées de « maladies des hommes ».
La mère de Fernand est témoin de Jéhovah et l’a élevé dans cette religion qui condamne fermement la croyance en la sorcellerie et les pratiques magiques. Enfant, Fernand a étudié avec les Témoins de Jéhovah, mais : « Maintenant je ne suis pas tellement sur la religion. Je crois en Dieu, mais je ne fréquente pas les églises. » De sa mère, il rapporte : « Elle sait que c’est moi qui est un peu trop têtu. Elle sait que j’ai fait mes fautes et que je suis en train de payer pour ça. » Il partage ce jugement. Nous l’avons vu, il admet ses torts dans les accidents ; plus précisément, il reconnaît avoir pris des risques inhérents à la boisson et à la vitesse. Il récuse toutefois l’idée qu’il ait pu perdre le contrôle des véhicules qu’il conduisait. Les responsables des accidents sont les travaux du rond-point et le virage « trop sec », alors que lui-même était « à l’aise ». Pour lui, ce sont ces éléments extérieurs, davantage que son état d’alcoolémie et la vitesse, qui sont la cause des drames. D’ailleurs, Fernand expose ses capacités : il est un bon chauffeur, sorti le meilleur de l’armée, connaissant bien la mécanique. Ces compétences vont dans le sens de ce qu’il est important pour lui de prouver : la maîtrise de son véhicule.
Autre exemple : Félix, trente-sept ans. Il est en détention pour récidive de cea, son véhicule n’était pas assuré quand il a eu un accident, et son permis était suspendu du fait d’une condamnation précédente (pour avoir commis un accident de voiture avec un taux d’alcoolémie élevé ; il n’est pas loquace sur cet événement). Lors du second incident, le sursis tombe, il est incarcéré. Il est plus disert sur cet accident : cette fois, son taux d’alcoolémie n’est pas très important et il peut mettre en avant des circonstances qui le disculperaient. En rentrant chez lui après une « nuit blanche », au cours de laquelle il n’a bu que quelques bières, car il était fatigué par son travail, « tout d’un coup la voiture est partie ». « C’est comme si je m’endormais derrière le volant. » Son véhicule percute un car de transport en commun. La voiture de Félix, une petite Fiat, est « bousillée », mais lui n’a « pas grand-chose ». Il ne met pas l’accident sur le compte de la sorcellerie ni de l’alcool, car il est capable de boire bien davantage (et de conduire après), précise-t-il. C’est la fatigue due à un excès de travail qu’il incrimine.
Depuis la suspension de son permis, cet homme n’a jamais cessé de conduire. Il est employé dans une entreprise de pose d’objets en aluminium, il conduit la voiture du patron pour se rendre chez les clients, et utilise son véhicule pour ses déplacements personnels et aller à son entreprise. Comme la quasi-totalité des gens soumis à une suspension ou à une annulation du permis de conduire, il explique qu’il ne peut ni travailler ni vivre sans conduire. Il reconnaît ses torts par rapport à la loi : « J’avais bu, pas de permis, pas d’assurance. »Néanmoins il tempère : il avait peu bu, il ne pouvait pas ne pas conduire, c’est un travailleur. Quant à l’assurance, il avait acheté sa voiture d’occasion à une personne qui n’avait pas changé sa carte grise, Félix n’a donc pas pu assurer ce véhicule-là, comme il l’avait fait pour les précédents. Cet homme, s’il a fauté au regard de la loi, n’a pas dérogé aux règles viriles ordinaires.
Il est possible de recenser les éléments communément évoqués dans l’intention de disculper les auteurs d’incidents routiers. Le prix de l’assurance est toujours mis en cause par les personnes qui n’y ont pas souscrit. Une femme se justifie ainsi : « Y a des priorités, j’ai deux grandes filles étudiantes en France, je préfère leur envoyer de l’argent. » Entre 40 % et 50 % des conducteurs ne seraient pas assurés. Certains s’assurent de façon irrégulière, selon l’état de leurs finances. De même, le permis de conduire est onéreux : des personnes renoncent à le passer, tandis que d’autres, ayant échoué, abandonnent mais conduisent. Nous l’avons vu, conduire en dépit d’une suspension ou d’une annulation du permis est un acte auquel des personnes s’estiment contraintes pour continuer à travailler et à mener une vie normale. Précisons que l’organisation des transports en commun est très lacunaire à la Guadeloupe. Les animaux, les chiens errants en particulier, qui traversent la route ou dont les cadavres encombrent la chaussée, sont des causes d’accidents. Les intempéries, les fortes pluies qui laissent de l’eau stagnante sur les routes sont dangereuses. Certaines personnes imputent à la chaleur l’énervement qu’elles manifestent dans les encombrements. Les pénalités dues aux contrôles policiers systématiques ne culpabilisent pas le conducteur « qui n’a rien fait ». En métropole comme à la Guadeloupe, « l’opinion que l’accident est ou devrait être le seul véritable critère de l’infraction est largement partagée » (Renouard 2000 : 76).
Plusieurs des témoignages présentés ci-dessus mentionnent la conduite de véhicules après consommation d’alcool. Condamné dorénavant, ce comportement suscite de nombreux commentaires.

Boire, conduire

5Le message que tente de véhiculer la Sécurité routière (on ne boit pas si on doit conduire après) n’est pas entendu exactement comme tel par nombre de conducteurs, qui bien souvent séparent les deux propositions pour ne porter leur attention que sur la première. C’est l’incitation à ne pas boire, ou à fortement modérer sa consommation d’alcool, qui, en bousculant une habitude au profit d’un nouveau comportement, suscite le plus de commentaires, aussi bien de ceux qui ont été condamnés pour une cea que de ceux qui ne l’ont jamais été. Lors de ma mission du quatrième trimestre 2003, un avocat qui plaidait pour un homme accusé de cea demandait l’indulgence du juge en faisant remarquer qu’« en France, pays de bonne chère et du bien boire » on ne pouvait pas condamner quelqu’un parce qu’il avait bu.
La campagne de prévention routière incitant les jeunes qui sortent en groupe à veiller à ce que l’un d’entre eux s’abstienne de consommer de l’alcool ne semble efficace que si le groupe comporte une jeune fille. Celle-ci, en effet, s’abstiendra assez spontanément de boire.
Nous l’avons vu, Évrard a été condamné plusieurs fois pour cea, et a même refusé de s’arrêter à un contrôle, préférant être poursuivi pour refus d’obtempérer que pour récidive de cea. Conduire après avoir bu est pour lui affaire d’estimation personnelle : « Je connais mes limites. » À ses yeux, le taux d’alcool autorisé pour conduire, qu’il connaît, n’est pas adapté à la Guadeloupe et à sa population : « Ici, en Guadeloupe, le corps est habitué avec l’alcool, même si on n’est pas alcoolique. » Aussi lui paraît-il injustifié d’autoriser de boire si peu d’alcool. Dans ces conditions, « c’est pas la peine, c’est pas la peine de sortir, de voir ses amis […]. Quand je sors pour m’amuser, je bois toujours. […] Je sais à quel niveau je peux arriver, si je suis pas en état de conduire je conduis pas. Mais c’est pas que je suis alcoolique, mais je peux boire une bonne quantité avant d’être assommé, si je peux pas conduire je le vois vite ». Évrard ne croit pas à « cette histoire qu’un participant ne boit pas. Tout le monde voudra s’amuser, sauf s’il y a une femme, les femmes boivent beaucoup moins ». Il sait que, lorsqu’il sort le samedi soir, à son retour le dimanche matin vers les 6 heures, il est en infraction : « Mais si on m’attrape pas, j’arrive chez moi sans accident »
Quand il ne sort pas la veille, son dimanche matin est occupé par le football. Ensuite, « c’est boire avec les copains. On fait que ça. On est encore lucide ». Ceux qui doivent prendre le volant pour rentrer le font, ils ne peuvent pas faire autrement, mais en général les copains n’habitent pas loin, ils ne roulent pas longtemps. En semaine, Évrard ne boit pas : son métier demande adresse et précision. Cet homme, qui aime la vitesse, conduit doucement quand il a bu, bien qu’il n’ait remarqué aucune altération de ses réflexes. C’est par prudence qu’il adopte ce comportement, pour ne pas se faire repérer par un excès de vitesse. Il affirme par ailleurs : « Il y a quelque chose que je respecte pas dans le Code, c’est la vitesse. » Après un court arrêt, il ajoute : « Et l’alcool. » Il assure toujours sa voiture, mais roule sans permis quand celui-ci est suspendu ou annulé : « C’est pas le permis qui conduit, c’est moi ! » lance-t-il.
Évrard reconnaît sa responsabilité quand il provoque un accident. Après avoir percuté un véhicule et blessé son conducteur, qui bénéficia d’une interruption temporaire de travail de moins de trois mois, Évrard est passé en jugement. De l’accident et de ses conséquences judiciaires, il dit : « Oh, on prend ses responsabilités, on a fait ce qu’il fallait pas, y a pas question de pénible ou pas, on est conscient de ce qu’on a fait. » Ce qu’il ne fallait pas faire c’est l’accident, bien davantage que de ne pas boire. L’alcool ne perturbe pas sa façon de conduire, preuve en est l’incident suivant, qu’il rapporte dans la foulée.
Lors d’un contrôle systématique, un dimanche matin à l’aube, Évrard, qui vient de passer une nuit de fête, est pris avec 3,96 grammes d’alcool par litre de sang. Cette fois, il reconnaît avoir trop bu, mais il roulait doucement et n’a commis aucune erreur de conduite. Lors du procès, le magistrat lui fait remarquer que normalement un individu avec ce taux d’alcoolémie « entre dans le coma ou est à l’agonie ». Évrard rapporte ces propos avec un brin de fierté, sourire aux lèvres, d’autant qu’ils vont dans le sens de ce qu’il pense : le taux d’alcool toléré au volant n’est pas adapté aux Antilles, où les habitants ont le corps habitué à l’alcool et la capacité de ne pas conduire mal en dépit d’une imprégnation alcoolique.
Michaël (vingt-quatre ans, technicien), condamné une fois pour cea, commente ce qui l’a amené à l’infraction : « Vous savez comment ça se passe, on est avec des copains et c’est un coup, deux coups, trois coups. » Lui aussi considère que le taux d’alcoolémie toléré n’est pas adapté à la vie antillaise : « Rares sont les personnes en Guadeloupe qui ne font pas la fiesta. Je sais c’est pas une excuse, mais c’est comme ça. » Cette familiarité avec l’alcool est supposée réduire son impact sur le comportement et le rendre moins dangereux. Michaël souhaite que les conducteurs soient testés par un appareil qui vérifie leur aptitude à conduire et non par le taux d’alcoolémie.
Victor (quarante-quatre ans, commerçant)est incarcéré pour un homicide involontaire avec circonstances aggravantes, délit de fuite et récidives de cea. Il a été condamné auparavant pour des affaires diverses (vol, détention d’armes, attentat à la pudeur). Le récit qu’il fait de l’événement qui l’a conduit en prison est intéressant, car Victor développe une rhétorique où l’imprégnation alcoolique le disculpe de l’homicide et de sa fuite. Il expose qu’il était davantage sous l’emprise de l’alcool que ce que l’analyse biologique a montré. Un matin vers 4 h 30, il quitte son domicile pour se rendre à Pointe-à-Pitre, où il approvisionne sa boutique. Il consomme un café. Un copain l’invite à boire, il commande un rhum et un Vichy. L’eau minérale étant manquante, il la remplace par un autre rhum. « À partir de là, je peux pas expliquer ce qui s’est passé, je n’ai pas en mémoire ce qui s’est passé pour l’accident. » Il n’avait pas beaucoup bu ce matin-là, explique-t-il, ce que confirme le test d’alcoolémie. « Je peux dire que j’ai rien bu, car deux verres de boisson ne peuvent rien, rien, me faire. J’ai l’habitude de boire avec des amis […].Je bois facilement une bouteille de rhum à deux. » Il prend la route du retour. Arrivé dans son quartier, il entend « un bruit bizarre, un frottement » contre sa voiture. « C’est quoi ça ? » se demande-t-il en s’imaginant avoir touché « un truc qui venait d’en haut, d’un arbre ». Rendu chez lui, il constate que la vitre de son véhicule est fêlée. Il pense : « Il s’est passé quelque chose. » Il ne remarque rien sur la carrosserie et laisse sa voiture sur sa propriété, mais un peu plus loin qu’à son emplacement habituel – manœuvre qui sera interprétée par les gendarmes comme une tentative délibérée pour dissimuler son acte. Il s’avère que Victor a renversé et tué sur le coup, tout près de chez lui, une femme qui faisait son jogging. Ce conducteur – non assuré « ce jour-là », car il s’assure selon ses rentrées d’argent – certifie ne rien savoir de ce qu’on lui reproche. « Toucher une personne, c’est un peu embêtant », dit-il, s’il avait cru que c’était ça, il se serait arrêté. Son test d’alcoolémie pratiqué à l’hôpital « n’est pas tellement important », pas suffisant en tout cas pour que Victor soit crédible quand il dit n’avoir rien réalisé de l’accident. Condamné à la prison, il fait sa peine « sans avoir conscience de la faute dont on [l]’accuse ». « Je n’ai jamais pensé que je pouvais avoir heurté une personne », expose-t-il lors de son jugement afin de faire tomber l’accusation de fuite doublée de la tentative de dissimuler une preuve (son véhicule). Pour expliquer sa non-conscience de l’événement, en dépit d’un taux d’alcoolémie moyen, il explique que la veille, avec un copain, il avait beaucoup bu, s’était couché à 13 heures pour se lever le lendemain matin, jour du drame. Victor regrette que les juges n’aient pas voulu écouter ni prendre en considération sa journée de « boissonneur » de la veille. S’ils l’avaient fait, il n’aurait pas été « critiqué comme quelqu’un conscient de ce qu’il faisait ». Il ne craint pas l’accusation de cea dans cette affaire puisqu’elle le « disculperait » de la conscience de l’accident et du délit de fuite.
En compagnie, il boit beaucoup : « Je passe chez des copains, et passer chez des copains c’est systématique : tu bois […]. Quand je m’amuse, je veux sentir l’effet de l’alcool. » Cet homme pense qu’il se laisse « prendre au piège de l’amitié ». « En plus, nous avons pris naissance dans un pays où chaque fois qu’on se rencontre on met la bouteille et c’est pas du jus [de fruit] et ce serait ridicule de dire «Non, on boit pas». Ne pas boire c’est ridicule. On dirait d’un homme qui refuse de boire : «Il est pas courageux, c’est pas un homme.» Ici, à chaque occasion on offre du rhum. »
Son intempérance explique qu’il lui est même arrivé de percuter un car de gendarmes placé en barrage sur la route. Il n’avait rien vu. Il ne conduit jamais vite quand il est ivre, précise-t-il, avant d’ajouter : « J’ai une façon de conduire qui est exemplaire. » Après chaque condamnation pour cea, il se promet de ne pas recommencer, mais « on se le dit et après ça repart ».
De sa consommation d’alcool, il n’est d’ailleurs pas vraiment responsable : c’est l’amitié qui le piège, et dans ce domaine un homme doit tenir son rang.
Tous les hommes avec lesquels je me suis entretenue reconnaissent qu’un jour ou l’autre ils ont conduit après avoir bu, soit beaucoup trop, soit juste un peu. Parmi les femmes, seules quelques-unes pensent avoir pris le volant en ayant bu sans doute un peu au-delà de ce qui est toléré de nos jours.
L’étude comparée de la cea à la Guadeloupe et en métropole suscite des commentaires contrastés. L’étude que Jean-Marie Renouard a menée en métropole le conduit à constater : « Chacun continue de penser que la conduite en état alcoolique reste une affaire d’appréciation personnelle » (Renouard 2000 : 53). Toutefois, les métropolitains se montrent plus intransigeants sur la cea que les Antillais. Ils souhaitent un renforcement des contrôles et un abaissement de l’alcoolémie tolérée, car la peur de l’autre, imaginé comme un automobiliste ivre, prévaut (ibid. : 56). À la Guadeloupe, si l’automobiliste « chargé » fait peur, le buveur « normal » n’est pas imaginé comme suffisamment dangereux pour mériter les dures sanctions qui s’abattent sur lui.
Lorsque des hommes se réunissent pour parler et boire, la bouteille de rhum est posée sur la table. Chacun se sert selon son envie et à son rythme. On a vu que l’homme qui ne se servira pas, ou peu, se fera remarquer et s’attirera des commentaires. Cela devrait être pris en compte par les concepteurs des campagnes de sécurité routière. Dans la réalité, si les gens doivent compter ce qu’ils boivent, ils ne le feront pas en nombre de verres mais davantage en nombre de bouteilles, ou de parts d’une bouteille, selon le nombre de participants et la durée de la réunion. Les messages de la Sécurité routière semblent viser des personnes qui boivent trois verres coup sur coup et prennent le volant. Ce n’est pas ainsi, d’habitude, que les gens boivent aux Antilles, comme plusieurs témoins me l’ont fait remarquer. Et quant à connaître la taille des verres incriminés… mieux vaut encore se fier à la bouteille.

Assumer sa responsabilité

6Jean-Michel (quarante-trois ans) est agriculteur. Depuis plus de vingt ans, il conduit des voitures, le plus souvent du genre camionnette, pour transporter ses denrées. Jeune, il a échoué deux fois au code du permis de conduire et a renoncé à passer cet examen. Il achète ses véhicules en « troisième ou quatrième main » et ne s’occupe ni de la carte grise, ni de l’assurance, ni du contrôle technique. Il n’a jamais eu d’accident. Ces dernières années, les contrôles systématiques de la police étant plus fréquents, il a été condamné pour récidives de cea et absence des papiers réglementaires. Il ne paie pas ses amendes. Le sursis dont il bénéficiait jusqu’ici étant tombé, je le rencontre en prison. Il n’a pas de commentaire particulier à faire sur sa manière de conduire. Cet homme, très affable et tranquille, évoque son incarcération de quelques mois avec un petit sourire : « Je pense pas payer cher, vu le nombre de fois où j’ai eu des problèmes avec les policiers. » Pendant de nombreuses années, il est parvenu en effet à échapper aux contrôles des forces de l’ordre, sachant quels chemins emprunter et quels horaires éviter. Pour Jean-Michel, la situation s’est gâtée quand les contrôles sont devenus plus fréquents : « Maintenant ils [les policiers] n’ont plus d’heure, ils sont là tout le temps, même à minuit, une heure du matin. » Jean-Michel ne fait pas de vitesse, vu le type de véhicule qu’il utilise. Il assume les faits qui l’ont conduit en prison. Il a usé et abusé de l’indulgence et des lacunes des autorités. Même s’il n’a jamais été condamné pour un fort taux d’alcoolémie et n’a pas eu d’accident, il envisage de ne plus conduire en ayant bu. Sur le sujet de la mise en règle de ses papiers : silence. « Je vais faire ma femme passer le permis », dit-il finalement. Il aurait pu se vanter d’avoir longtemps déjoué la surveillance de la police, comme le font de nombreux conducteurs qui savent qu’ils ne sont pas en règle. Il ne le fait pas, il n’y a nulle forfanterie dans ses propos, seulement la satisfaction de s’être tiré à bon compte, somme toute, de l’irrégularité de sa situation.
Voyons comment deux jeunes hommes rendent compte d’accidents typiques de leur classe d’âge. Sylvain (vingt-six ans) a son permis de conduire depuis cinq ans, sa mère a payé les frais de cet examen en espérant aider son fils à trouver un travail. À vingt et un ans, alors qu’il n’est encore qu’un conducteur inexpérimenté au volant d’une voiture de location, il a un accident. Au soir du dimanche de Pâques, Sylvain s’efforce de suivre les voitures de ses copains qui se rendent sur une plage où une animation est prévue. Tous vont vite : « J’essayais de suivre le train, le train de voitures, j’y suis pas arrivé et je me suis planté. » Il s’efforce en vain de dépasser plusieurs véhicules. Étant avec ses copains et sous leur regard, il n’a d’autre choix que de tenter ces manœuvres. La voiture va dans le fossé, ni lui ni ses passagers ne sont blessés. Son taux d’alcoolémie est légèrement supérieur à celui qui est autorisé, son permis est suspendu pour trois mois. Il n’impute pas l’accident à l’alcool mais à la vitesse. Plus jeune, il a également eu deux accidents à scooter, l’un de sa responsabilité, car il avait bu. L’autre non. À ces deux occasions, il ne porte pas de casque. Il élude les questions sur cette obligation alors que, par deux fois, cette protection aurait amorti les coups. En revanche, il insiste sur le fait qu’il n’est pour rien dans le deuxième accident, comme si cette circonstance devait atténuer le tort de ne pas avoir porté un casque. Cette protection n’est pas conforme au style de vie des jeunes hommes. Ceux qui le porteraient sembleraient timorés, « pas courageux ».
Thierry (vingt-deux ans) n’a pas de permis. Il conduit une voiture qu’il a payée mais qui est au nom d’un copain, et pas assurée. Un jour, alors qu’il avait bu du whisky et fumé de l’herbe, il dépasse un car sans réaliser qu’une voiture vient en face : c’est le choc. Thierry est conscient de sa situation irrégulière. Il le dit à l’autre conducteur et propose de le dédommager en argent liquide. Un accord est trouvé. Thierry admet que le joint et l’alcool l’ont « speedé » (d’autres jeunes gens affirment en consommer avant de conduire un véhicule à deux roues pour « augmenter les sensations »). Plusieurs fois, ce jeune homme a été interpellé par la police. Lorsqu’il roule en scooter, il ne porte jamais de casque. Lorsqu’il est verbalisé, il ne paie pas l’amende. Précisons que Thierry colle un « A » à l’arrière de son véhicule, espérant tromper les policiers pour qu’ils lui « donnent une petite faveur » comme à un conducteur débutant et encore maladroit.

Conclusion

7Les auteurs des récits présentés ci-dessus ont en commun de rejeter, peu ou prou, la responsabilité de l’accident. La sorcellerie est parfois invoquée, même si aux Antilles, comme chez les Azandé, celle-ci n’est pas un système d’imputation qui pourrait servir à justifier tout et n’importe quoi. Le sorcier doit avoir un motif pour nuire : Évrard imagine par exemple que ce pourrait être sa belle-mère qui lui a fait du mal; tandis que Gilles, qui est dans une situation matérielle confortable, pense que les « jaloux » sont la cause de son alcoolisme.
Évoquer un ensorcellement n’est toutefois pas le seul procédé pour se disculper d’un incident routier. La pénalisation du conducteur qui « n’a rien fait » a souvent pour responsable une loi estimée non appropriée aux faits. Le cas des imputations juridiques suite à une cea est en cela exemplaire. Lorsqu’il n’a causé de tort à personne, l’homme pénalisé justifie son taux d’alcoolémie en évoquant la vie sociale masculine et ses rites, les manières de boire auxquelles on ne peut se soustraire sans être remarqué par les autres.
Les conduites risquées, en conformité avec la réputation du sexe masculin, grandissent ceux qui les prennent. L’échec, l’accident n’est certes pas glorieux, mais son impact dévalorisant est atténué par l’audace dont a fait preuve celui qui s’y est essayé, et que ses propos mettent en évidence. Ces comportements accidentogènes peuvent être imputés à une façon de vivre des hommes jeunes à laquelle chacun se conforme, partiellement au moins, c’est-à-dire selon ses compétences et au gré des circonstances, mais à laquelle il est difficile d’échapper totalement. L’extrême réticence à porter un casque dont font preuve les jeunes conducteurs de véhicules à deux roues – car cette protection n’est pas conforme à l’image qu’ils entendent donner – en est un exemple.
Des glissements rhétoriques sont décelables dans les commentaires des hommes rendant compte d’accidents graves. Ils s’expliquent par une contrainte inhérente au souhait de faire coexister des systèmes de valeurs incompatibles.D’un côté, les prises de risques sont assumées, elles valorisent. De l’autre côté figurent des blessés, des morts et les valeurs qui condamnent ce genre de violences envers ses semblables. Les hommes qui ont tué ou blessé lors d’accidents de la route expriment peu de remords. Ils n’hésitent pas, en revanche, à rappeler leurs capacités (rester maître d’un véhicule en dépit de la vitesse et de l’imprégnation alcoolique, boire davantage sans conséquence néfaste, bref se montrer exemplaires dans leur façon de conduire). Les commentaires de l’accident relèvent ainsi de la dénégation. « Je sais bien que j’ai tort, j’avais bu, j’allais vite, mais quand même je ne suis pas le responsable de l’accident », disent en substance les hommes que j’ai rencontrés, toujours prompts à dénoncer comme véritables responsables des travaux, un virage, la fatigue due au travail, etc.
Leur raisonnement est de l’ordre du : « Je sais bien mais quand même », mis en évidence par Octave Mannoni (1985) pour départager ce qui relève du savoir et ce qui relève de la croyance, étant entendu que : « On croit en dépit de la réalité » (Mannoni 1985 : 13). Mannoni relève aussi que « le bon sens est toujours du côté du «je sais bien», jamais du «mais quand même» » (ibid. : 27). En démentant la réalité, les hommes gomment leur responsabilité. Le déni participe d’un système de protection. Il permet de garder foi dans ses capacités de bon conducteur et de conserver aux prises de risques et à l’ensemble des comportements qui fondent la réputation une valeur virile qui ne soit pas (trop) en contradiction avec la moralité.

8#Notes Asterisques#

9* Je remercie Nicolas Dodier et Bertrand Masquelier de leurs commentaires sur une version précédente de ce texte.

Top of page

Bibliography

Augé M., 1979
« Ici et ailleurs : sorciers du bocage et sorciers d’Afrique », Annales économie, sociétés, civilisations, vol. 34, n° 1, pp. 74-84.

Augé M., 1982
Génie du paganisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Bougerol Ch., 1997
Une ethnographie des conflits aux Antilles. Jalousie, commérages, sorcellerie, Paris, puf,
coll. « Ethnologies ».

Bougerol Ch., 2001
« Mots de plainte et mots de menace. Lettres au procureur de la République en Guadeloupe », L’Homme, n° 160,« Droit, coutume, mémoire », pp. 117-126.

Bougerol Ch., 2002
« Vivre en prison à la Guadeloupe. Réputation et rivalités chez de jeunes délinquants », Ethnologie française, vol. 32, n° 4, « Outre-mers : statuts, devenirs, cultures », pp. 699-708.

Bougerol Ch., 2003
« Essai d’ethnographie de la parole. Insultes, menaces et divination à la Guadeloupe », Gradhiva, n° 34,
pp. 7-14.

Bougerol Ch., 2007
« Habileté technique et réputation. Les rivalités entre conducteurs à la Guadeloupe », Ethnologie française, vol. 37, n° 4, « Anthropologie de l’école », pp. 721-731.

Dodier N., 1993
« Les arènes des habiletés techniques », in Conein B., Dodier N. & L. Thévenot (dir.), Les Objets dans l’action. De la maison au laboratoire. Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Raisons pratiques : épistémologie, sociologie, théorie sociale », pp. 115-140.

Dodier N., 1995
Les Hommes et les Machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Evans-Pritchard, Ed. E., 1972 [1937]
Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Favret–Saada J., 1977
Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Galimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Floux P., Hennion A. & G. Teil, 2006
« Changer de comportement ? Enquête sur nos façon de faire avec ce qu’il faut faire », rapport predit G03 « Connaissances pour la vérité », Paris, École des mines / Centre de sociologie de l’innovation. Disponible en ligne, http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/19/31/16/PDF/FlouxHennionTeil2006SecRoute.pdf [consulté en octobre 2008].

Laumon B., 2006
« L’insécurité routière : une maladie congénitale grave, parfois mortelle », Cahiers risques collectifs et situations de crise, n° 6, « Recherche et sécurité routière. Pour une action publique renouvelée », pp. 79-92.

Mannoni Ol., 1985 [1969]
Clefs pour l’imaginaire, ou l’Autre scène, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points ».

Renouard J-M., 2000
As du volant et Chauffards. Sociologie de la circulation routière, Paris, L’Harmattan, coll. « Déviance et société ».

Wilson P., 1973
Crab Antics. The Social Anthropology of English-Speaking Negro Societies of the Caribbean, New Haven / Londres, Yale University Press.

Top of page

Notes

1 C’est en répondant à un appel d’offres intitulé « Les nouvelles connaissances en sécurité routière » (lettre de commande n° 04 MT 5008, recherche financée par le ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, du Tourisme et de la Mer, direction de la Recherche et des Affaires scientifiques et techniques) que j’ai eu l’opportunité d’effectuer ce travail. Celui-ci s’inscrit pour une bonne part dans le prolongement de mes travaux précédents, portant sur les rivalités et les conflits entre gens de connaissance, et sur le maniement de la parole hostile (insultes, menaces) (Bougerol 1997, 2003).

2 La première partie de mon enquête s’est déroulée fin 2003. À cette époque, les lois Sarkozy sur la sécurité routière commençaient à être appliquées avec rigueur. Fin 2004, seuls deux changements étaient notables dans le comportement des conducteurs : les automobilistes attachaient leur ceinture, les conducteurs et les passagers de motos puissantes portaient un casque.

3 « A constellation of skills. » La traduction des passages de l’ouvrage de Peter Wilson qui suivent sont de l’auteur.

4 Les notions d’« arènes des habilités techniques » et d’« ethos de la virtuosité » que ce sociologue développe sont fondamentales pour comprendre les rivalités et les prises de risques d’hommes confrontés à l’usage de machines, et donc de véhicules (Dodier 1993, 1995).

5 Sur les différents types de courses, la façon dont elles sont lancées et leurs enjeux, voir Bougerol (2007).

Top of page

References

Bibliographical reference

Bougerol C., 2009, « Les incidents routiers à la Guadeloupe. Ensorcellement, disculpation, responsabilité », Terrain, n° 52, pp. 164-177.

Electronic reference

Christiane Bougerol, « Les incidents routiers à la Guadeloupe* », Terrain [Online], 52 | March 2009, Online since 15 March 2013, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/13642 ; DOI : 10.4000/terrain.13642

Top of page

About the author

Christiane Bougerol

cnrs, Centre de recherche médecine, science, santé et société (Cermes), Villejuif

By this author

Top of page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals