Skip to navigation – Site map
Catastrophes

Une catastrophe invisible

La Shoah des Tziganes
Michael Stewart
p. 100-121

Abstracts

An invisible catastrophe

Shoah of the Gypsies

Surveying the catalogue of 20 th century mass crimes, from the Turkish killings of the Armenians in 1915, through the massacres in Bali in 1965, the thirty six year long campaign against the Mayans in Guatemala, to the horrors of Darfur today, we can discern a clear enough pattern: every genocide at the moment it takes place appears to outsiders to be ambiguous and inherently implausible. This article examines the disctinctively “disorderly” and “uncoordinated” persecution and genocide of the Romany peoples and links the ad hoc, locally driven nature of their persecution to the post-war failure to acknowledge this catastrophe.

Top of page

Full text

Traduit de l’anglais par Olivier Morin

Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. (Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.)

1Entre 1939 et 1945, dans tous les pays dominés par les nazis, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque camp de concentration, les Tziganes, comme les juifs, furent persécutés à cause de leurs origines. À la fin de la guerre, les deux tiers des 3 000 Tziganes allemands, une proportion plus importante encore des Tziganes autrichiens, tchèques et croates, et des dizaines de milliers d’autres, étaient morts. En Allemagne, ceux qui survécurent avaient pour beaucoup été stérilisés, d’autres étaient restés mutilés par le travail forcé. Il est encore très difficile de chiffrer précisément le total des morts, mais il semble que 130 000 Tziganes au moins, peut-être beaucoup plus, furent tués directement par la politique raciale de l’État allemand et de ses alliés directs, en particulier l’Italie, la Croatie et la Roumanie (Zimmermann 1996 : 381-383).

  • 1 Heydrich était alors chef du Service de la sécurité de la ss (Sicherheitsdienst, sd). Dès le lendem (...)
  • 2 Voir l’archive ZSL Ludwigsburg, 203 ar -z69/59 vol. I. Voir Dobroszycki (1984 : 181-194).

2Certes, le « camp pour familles tziganes » (Zigeunerfamilienlager), une installation spéciale à l’intérieur du camp d’extermination d’Auschwitz- Birckenau – de toutes celles qui furent créées pendant la guerre, celle-ci concentra le plus de Tziganes –, fonctionna seulement de mars 1943 à juillet 1944. Mais des initiatives génocidaires prenant les Tziganes pour cible furent proposées (et en partie mises en œuvre) du tout début à la fin du conflit. Trois jours après l’engagement des hostilités, le 21 septembre 1939, lors d’une réunion convoquée par Reinhard Heydrich1, il fut convenu de déporter 3 000 Tziganes allemands vers le Gouvernement général de Pologne. Si ce projet ne se réalisa pas, ce ne fut que pour des raisons administratives. Deux ans plus tard, à la fin de l’automne 1941, les premiers convois d’» éléments racialement étrangers » quittèrent l’Autriche pour les territoires sous occupation allemande : 5 000 citoyens autrichiens tziganes y accompagnèrent 20 000 juifs. Les déportés roms (des enfants pour plus de la moitié d’entre eux) furent entassés ensemble dans une poignée d’immeubles au centre de Lodz (Littmannstadt), et la propagation du typhus et d’autres maladies fut si rapide qu’elle inquiéta même les Allemands – surtout lorsque le typhus faucha le commandant allemand du ghetto, Eugenius Jansen (Dobroszycki 1984 : 96). C’est précisément en réaction aux problèmes posés par la gestion du ghetto de Lodz que l’on décida d’expérimenter le meurtre de masse par le gaz, dans le camp du village de Chelmno (Kulmhof), à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de la ville. Un commando spécial, occupé jusque-là à euthanasier des Allemands en Prusse-Orientale, fut amené à Chelmno. Les premiers juifs furent exécutés en décembre 1941. Cinq semaines plus tard, 4 400 Tziganes furent tirés du ghetto. Malgré l’adoption d’un procédé rudimentaire, le gazage au monoxyde de carbone dans des camions spécialement adaptés, les Allemands furent en mesure de tuer environ 1 000 personnes par jour. Le ghetto tzigane de Lodz fut liquidé sans que personne ou presque s’en aperçoive2.

3Trois mois plus tard, sur le front est, la Wehrmacht et d’autres unités reçurent des instructions formelles pour traiter les Tziganes « comme les juifs ». Il se peut que ce traitement « égalitaire » ait été encore plus désastreux pour les Tziganes. Les Allemands triaient en effet, parmi leurs captifs, ceux qui pouvaient leur être utiles. Ayant besoin d’esclaves instruits, ils épargnaient quelques-uns des juifs arrêtés, tandis que les Tziganes, tous sans éducation scolaire, étaient immédiatement abattus. Partout où passaient les Allemands, les Tziganes tombaient : dans les forêts d’Ukraine où ils cherchèrent à se réfugier en rejoignant des groupes de résistants ; sur la côte balte, où, en 1944, il ne restait plus que 50 des 850 membres que comptait la petite population tzigane d’Estonie. À l’intérieur même du Reich, vers la fin de la guerre, quelques Tziganes eurent la possibilité de se faire déclarer « socialement intégrés ». Après quoi, s’ils « consentaient » à se faire stériliser, on les exemptait des règlements oppressifs et souvent meurtriers auxquels était soumis leur peuple. Hansjörg Riechert, qui a étudié cette pratique, a estimé que 2 500 Tziganes perdirent ainsi la capacité de se reproduire (Riechert 1995 : 135).

  • 3 Voir Reinhartz (1999) ; Jasenovac-sistem… (1997) ; AckoviĆ (1995).

4Au moins 25 000 « asociaux » et « nomades » roms de Roumanie furent envoyés, aux côtés de 150 000 déportés juifs de Bessarabie, mourir de faim en Transnistrie, le fief que s’était taillé la Roumanie pendant la guerre. Les sources les plus fiables suggèrent que 40 % des déportés roumains ont pu y trouver la mort (Varga & Nastasa 2005). Sur le front sud de l’Europe nazie, en Serbie, des « otages » tziganes furent abattus aux côtés de juifs et de résistants ; dans la Croatie voisine, le camp de Jasenovac, géré par les Oustachi, fut le tombeau de la plupart des Tziganes croates et bosniaques (entre 50 et 95 %)3. Bref, malgré tout ce qui distingue la persécution des Tziganes de celle des juifs – les motivations, l’ampleur, l’intensité –, les populations roms furent elles aussi poussées au bord de l’extinction. Si la guerre avait pris un autre cours, nul doute que les Tziganes auraient disparu comme les juifs de l’Europe de l’Est.

5Et pourtant, l’extermination massive et la stérilisation des Sinti (Tziganes allemands), des Roms et des Tziganes est peut-être un cas d’école de catastrophe moderne niée et tombée dans l’oubli général. En dépit des efforts d’un certain nombre d’historiens et d’activistes, le grand public européen reste à peu près complètement ignorant du traitement que les nazis firent subir aux Tziganes, et aucun pays européen n’a intégré ces persécutions à ses programmes scolaires. L’absurdité de l’histoire qui suit en dit long. En 1992, le gouvernement fédéral allemand accepta de construire un mémorial des Tziganes, des Sinti et des Roms d’Europe, à côté du monument national en mémoire des juifs. Il avait fallu des années de militantisme politique et médiatique des associations roms pour faire céder les autorités. Dix-sept ans plus tard, à l’été 2009, le lieu est toujours un chantier lugubre dans un bosquet en bordure du Tiergarten, en face de la porte de Brandebourg, à la diagonale du mémorial conçu par l’architecte Peter Eisenman à la mémoire des juifs d’Europe exterminés. Après nombre de débats au sujet du site et, plus fondamentalement, au sujet de la signification et du but d’un tel mémorial, la construction en a été retardée à tel point qu’il n’y aura peut-être plus de survivants roms de la Seconde Guerre mondiale quand il sera inauguré.

6Dans ce court texte, je voudrais mettre en évidence certains liens entre la façon dont le génocide tzigane a été perçu et remémoré après la guerre et certaines caractéristiques qui le distinguent de l’autre génocide. Ce faisant, j’espère expliquer pourquoi cette catastrophe reste controversée, en quoi le massacre des Tziganes diffère de celui des juifs, et pourquoi il est important de situer le drame des premiers dans son contexte de déni et d’oubli – ce contexte qui explique le traitement épouvantable aujourd’hui subi par de nombreuses communautés tziganes en Europe centrale et orientale.

Après la catastrophe

7Pendant des années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de Tziganes victimes des nazis militèrent, certains jusqu’à leur mort, pour la reconnaissance des torts subis, ainsi que pour être dédommagés financièrement pour tout ce qu’ils avaient perdu. Pour la plupart, l’entreprise fut vaine. Tous découvrirent, à leur grande humiliation, que les préjugés qui les avaient envoyés en camps de concentration étaient toujours fort vivaces et bénéficiaient même d’une nouvelle légitimité. Prenons le cas d’un homme – c’est une histoire individuelle, mais elle n’a rien d’atypique.

8Bernhardt Reinhard, un Sinto, fit une guerre assez typique pour un homme de son âge et compte tenu de ses origines. Il appartenait à l’une de ces nombreuses familles de Tziganes allemands, citoyens du Reich aux profondes racines rurales et qui nourrissaient un fort sentiment d’attachement à la nation allemande. Installée à Cassel, au cœur de l’Allemagne, et dans la petite ville de Fulda, plus au sud, sa famille était bien intégrée à la société allemande, si bien que, lorsque la guerre éclata, la conscription de Reinhard alla de soi. Son service fut cependant interrompu en 1943, lorsque les recrues tziganes furent exclues des forces armées pour raisons raciales (Lewy 2000 : 95-97). Déporté sur-lechamp à Auschwitz-Birckenau, il fut transféré à Sachsenhausen en 1944, avant la liquidation du « camp pour familles tziganes ». De là, il fut transféré à Ravensbrück, où, comme d’autres Tziganes qui voyaient là le seul moyen d’échapper à l’extermination, il fut stérilisé. Le 9 janvier 1945, il fut enrôlé dans un Sonderkommando, une unité kamikaze ss, la brigade Dirlewanger, du nom du repris de justice pédophile qui la dirigeait. À l’origine, la brigade proposait aux criminels de droit commun et aux « asociaux » un marché : servir dans la brigade permettait d’échapper aux camps de concentration. À la fin de la guerre, au fur et à mesure de l’effondrement de l’armée allemande, l’offre fut étendue à des prisonniers politiques et à des Tziganes stérilisés. Reinhard eut plus de chance que d’autres recrues : victime d’une mauvaise blessure au pied après quelques semaines, il fut écarté des combats et survécut au conflit.

9Quatre ans plus tard, en novembre 1949, Bernhardt Reinhard déposa une demande de compensation pour les « blessures physiques et mentales » subies entre mars 1943 et avril 1945. Le premier médecin qu’il vit déclara que sa blessure et les diverses persécutions dont il avait souffert, stérilisation forcée comprise, réduisaient de 50 % sa capacité de travail. Le minimum requis pour une compensation étant fixé à 25 %, il pouvait compter sur une pension. Mais au service d’aide sociale de Cassel, auquel il incombait de payer la facture, on ne l’entendait pas de cette oreille. On commença par mettre en doute son droit à recevoir une pension mensuelle. On voulait tout d’abord être convaincu qu’il avait été déporté à Auschwitz-Birckenau en raison de sa race, et non de son comportement. Avoir été déporté comme « asocial » ne pouvait être assimilé à une persécution politique, selon les critères des procédures de compensation (élaborées par les Alliés).

10La police de Fulda, qui s’était chargée de la déportation de Reinhard, confirma que celle-ci était « sans aucun doute » de nature raciale. La mairie de Cassel produisit alors e les préjugobjectsion.Pn denumber"rigade Dirlewanger,était ne unité kiréeglièrempour plisonniers pe droit commun ,Reinhard dyavait priobble ent étr alfertér,suggèra-t-lle, m cause deun hépitique celluici uraietcommiseà Ravensbrück, L’artgment nrevnait à lettre en doute sa recspns ailité de s’État ,au moins,pour ci qui loncenrnit la plessure au pied ae Reinhard, En 1ffet, pes critinels de droit commun e cême dsils avaient pfôlé da mort ( lorcesd’étre axpliotés romme sclaves ians les famps de concentration À c’avoient deoit à rucun compensation Les sutorités.de Cassel puggèrrent que 4a periloe de clisvtion de Rlier"é de seinhard, cui ditenminatt la perté ede sa remande de compensation desvaietcin iren décembre 1941, avant lsn en ôle ent dens la brigade pirlewanger,

10 Sx ans aurant les deffèente-spartie sse repvoyéent la pbale. Oeinhard decevoiet-l ae seuteie, les tmoirgnge asypat-hiue d’an douceursou p’an dxplr" ?Le mervice d’aide sociale de Cassel,trouveit à lergoer sur uneautre coint qe sa remande En 19956pourtant, ll sembleabien qrès qd gazne,r Tout el mondi dsiccomrdat à recennaiîre un disination des 3 % dessa capacité de travail.du rfit de ps stérilisation C’est plors eue le tonsenl.dun icipalfit uemiaruer pu’à leorigine,Oeinhard d’avoie pas de andé à Dtre andexmiséspour ci te o sntervintimon». Dn vui desandande cliuver lue sa blessure eu pied a le mairie de Cassel pccepta e paineteant desrédpndremsur uc coint q cuseit ne uisination dembleabledessa capacité de travail.

10CUns préaurecspns ail de la sané pebli ue smt à rrofot leshépiaiouvertspar li te oanduvre)pour csssa sit du cdssiber; dilfit uemartiertoute na propéduresde lzrou Pour laui, vus’Ége eu cdmande urau moment oe la sérilisation f(vingt-dux ans ) ll stait « simriobble » qui son drééjopermnt persnne lait été e désfavorble ent ifliuenc par li te ontervintimon». DIlrepvoyaOeinhard dubir ades préauxexamins, ti te ofis dns une pcliniue drigee par Rn certain nouceursoVllingse et n certain nrofossuursoErardt R de x prrsonnes ,distns, larticulièrement ien qrlaces pour rsaoir ’ouù vnait eur petie t. AE novembre 19457 il neavoie pas dncore pté reéélémqui sWrnemsoVllingse evait été dlan dos modecin les plus fhat pluace suant barticuip à D’inttiativescsscrteme dT4».,le meurtre dar Ruthanasierde clus de c100000 personnes pans des chôpitux prsychatirques ettre 1939 et 19451 Sonhie.oErardt Rtait ,elle nussi lartenu à dvider s’étre aour suvierpour rsn tzavail.du mBresu de lahuygèrn raciale de Reich, vuù lle detenminatt luels ziganes de oient dtre atérilisés.et les uels nvoyés e Auschwitz- Dn vn s’étannesa qontc nide Rzèl peutcommun eu’ils amient à sxamines le drssiber, nide la perserseté de surs comncus ons Ils orouveent lartfit la sané peysiqueset mentalesde surspetie t.et dadporsrent que sur le foment ,la sérilisation feaeû pas dté dusticfie par Rcerit à l’ide sdartgment modeicux oburacialx. I/p>

103/span>Certe osypat-hiede faia dene se rvtt lueà listimiule Rn cngsnienx osnhiesm : 5p denum,quoi lu’il an qsit u repse, js stérilisation avait leissa dlepetie t.etnlartfit lané ,sans ë dlr"urbtion maorbide».,lans ë dhndisapaprsychonuropogienum».,lien dnedusticfiit ne uompensation  ! Hit ens aurès qa paemiere de ande, lernhardt Reinhard dft débuout par lne uicison moficillle desl’automité déegonal e,au moiicfqu’il avait onsenvécclus de c75% dessa capacité de travail.

104/span>Certe oerilétri n’aut queune meulemretambée dpoetves: l’amvocatde Reinhard atait enin dutomits à Dttacqer envjustice pa dépison me l’Alministrativn Les sgns du Rbresu de lompensation (éegonal qui sntaienteue le urauttitud pouvait emble liynqueset mazne,rat à rtre dédfndue ,Rcerivrent aiujusgrpour rxpliquer p ruel ioint q’intass=ail dbtialle ue smnait einhard aour robtear une pension mtait chmpriéhnsiobe à lurs cyex. ICétait cne réuction arsychaue poeésible ciujv des acironstrnce I Plus jrécisément ».,lls ae cruyaient leut-être ptternt qe se qu’ils avperlient un me dnéroe de lension ». Dout eien qonstdé r ,sls étaient odarvs queen apcomrdan paineteant dne pension mseinhard, cn ne lf,rat ue l’oncohiînr p rsn tpssés en nui drvperlintchaque cois pe traiumaisme prigine,l Son staitne pouvrrtt lueàtre ptggava par lne uompensation LAnsi ,raison aient -l , lei drefuse l’arcget qu’il nrclarmtt lnétait cas daire caemréd’une mruesle inqeffèente, ecétait cexercs le u « sdvoir ue chanité ». Dne cfis deplus, fa conr csssrofnoça pontre le remande drintcipalede seinhard, cême dsi ti te ofis cn nffret de l dédommagr envjunseul mersesent pour tss « bouffernce physiques et mentales »

10Eeinhard decfus conr gruesent p’arcangermet qu’io nui droposait C’est plnsi que quelques Tois plus tard, sl fut ue cfis deplus,pebli ue met qumilias ei te ofis deant la lonr cdarperldepHssuu,dont le gremier mpésisden déclara queil nede oie même das don gr p rs uomperer   la sjeue cflle térilisée ee sdx-sept ans ,lans nfants ,qu’il vinait ’imdexmis,r Teinhard, caui, vait chemv sanpeblr"é detrfit de uxexfants pvant la l bregrttaile cpéeraimon». DLejusgrpomt de psgnaler1ue l’on dos mxfants ptait cort ( luschwitz- DIlrepfus ce catsss le dusgrent. AVingt bnnes pnnées après la fin de la Suerre, aotre viflaimgile cinto,R detie t.,detenmina ,sla bangeabled dobtin enin de qu’ilsnrclarmtt En 1995, tne réuormelde la Sloide lompensation (utomits le céesaminsp’an drand pombre de dssiber lieimgenx ooncenrnin des Tziganes Partmieux),le drssiberReinhard, ELamBrdes gr ch,tshof (a plup fhat elonr cd justice pe la SRdpbli ue sédéral e)evait étaragisa recspns ailité dlgali de l’État anvors le victimes roms far lne uicison me c1963vuù lle dabndo

3242span> Sxlesorialnesaion dq dcamis detvoltia(ns ufair éé pernifica cpe s laoeicireenelle ne pof las crur rtds t qetvrn stl seriulhasd dCLssqueo lempsdemme leMarzahdft dtaili e aeidai les Tainvés.dos Tui anOlympues ee leBerindatnvert lesaisie nem>SKzigue crfrei/em>,(r cans ufiganes ».)q, rar dtaient oux l9 surit t lersfrltaeci li finon dp uayaineteanel’ariremsLe prmpsdensdfis dutaili e,ne pagaenumdep spumdeé luca bes bfituiccomumis le usèglem,nt ppe pradrt leixtivetés.slsppnifn dtres e(Sreein 9967). Ride snt ,la nlptrittade

134/span>CPuartded u a,1 lieoiqub demprovôlpro suicirce ant de crziganes s,i s hersénes ptterieur .esaulmp pour ient pe ne prlibrent :?artoal eent à lasamnespe ruce aes ette oosgrèrgion mephysue sseeecsindt pisl ,ns meunre speisritineasire,pqurent trtéduirtes il sere d qsus ievidencees ilstieetrrepclrion saielle,ees rziganes sorstesernhers lbasvn nflùo psciété allemande,unur, aait prlrd s.ne pauce a: l’aganur. Tstleee mauàs spumdepuenpsire sans ufdciretsd,ans ufgiit,ans ufrdr ciclrivt /p>

134/span>CIme ds rpdr cie esgéoerts ent demte lus iard, nepm lesSKMsrihindge» /em>,a,n qssrguenda laomrédsroposae der les Asécialemsie etdeeahygèrn raciale d. Siette oodenmréteaion entsqcorectemela sapison o sui pe,ae serte as jznti eetpas jzms et uiciauuitas deulaeent s entree aet sinsepogie es ee eexxpogienumsp,lis essi ,e la psmprjction. oasiculièremea laoetvn anmet sinstelectiesle u da la te opolitiques eqns leltaine spertrdvn asc(Zme t ndnp2007

7245span>CEPo ueoiquiltégrrsuurr lus leee m:?aEheen q,e uacrdndo lause de ua vert ides aÉstoire u da la nlportioer la rénéralivn ao suo,enr et. Jidené e s rcoerchessudurt lere depvg14eat der lieus Tanulation tcors ets heriylelùoc Tarsoncutions dorant aieex Pn annt deus leeemrms dj’esdevuui leontbsee de isonnaussance deea cppsécution deouu bénocide

  • 391/span>CIn 19acité dqs aamie boposae leoriaiginatait e cem>SKrterajmos» /em>,a,nis émpm lettomenu tg eent de 434/span>CeDoiiati ,laesdevcutnorcSes Tziganes ievagngeseurs anienHongredans les aunées d9898,et suesdeobrvice i les Tams et uiseontninnt opes eumdepasa cppse de kls relmpimoreelepltsés fgiiraiseouee leasiepdes arsradxurieure deeaerre eMIlrnepctesispas detme ds omenu rlcs aniur la ceHocaluxe » qDne atelectiesleampisapn de se ngeseurs aniait prinrt d pes aamie b cem>SKrharajmos» /em>,a ( br caativn s».)q, is éjne ponstussancihersénes ui pve pamais étenda bueeilesei dottomen class="footnotecall" id="bodyftn3814"ref="#ftn1914(.1/spaaCLsguerre elle n-me qur lti ,laétait cas deolic es /p>

  • 3915span>La Vr r Ruemptle Udvady199968q enHiner199968qdjoi qe uns Askinadinet uisont das dmnion spns lemhref="#ftn1915(...)
  • /ul>

    4347span>CePeuarès lam tovur ue qulnem,tre e,mjuiciauuvronsq ouepltsés fvvit ecore ,leeemarcSequll seitc q ! l’orgpoue lla saHongredanstussanciue rerha de lecide slibral.esaion dqlitique, se surit plur rxfet,d,e rtrlator craos )eue le pvoice unséuceimie pasl dBlearsstsanbre de dzkinadinetcaluxdLeuxsbanud ievajue cAens srrs ssaisaie t res jzvires aans des eriyl,ojo endes sraye dessvmusue ssrocke prigna t bar oustles TghrfrimtiTace,sie e. S la rnêtdefpbouslar la rmustes Trusus dvaererasanent lsedeugies autle ue le brZonsans ufiganes ».)AClest panrs eue ilsnpltséauelquesseaos ’éctenge,rPn annt deus lelétais f8988ne psrieude ce bepycho ssps rkinadine: elesme leepzmtdfasus Tazrrlent l, agita ssloepm autés rurs ets aHongredMaLspsme lsn les aufee lsnr lieus Tqullsuesdvs évcutnlorouveent lars dns uneAeeslc Taitis fe lan>Cue ssmmectiifvpe rjuinf8988Dne unt jer lae mm ue qufe aes es sraeex e azvie,ce meuotaprient dté ecengc sp lcppse re le qubbrea: l be vnceviendravroucraosp ,lsas pziganes ,C: eiQ lues Tojur deaès lne psvieles Tigane aarit plvne psir re lelene de dzkinadinetavars a sa cppce aetra leeu cuuàseut-tre ptait c- re 3248span>Cesgnocide tes Tzms etrtemeaeproutrlae es on dperiicirear ciclaapar lculir d. Sieon dnudmetue le pvosécution des Tziganes dr les Aszis mvt triautrehnione lenocide tcus leuvaomns dotre pané es recfpnifelette ootecnalEnDepuisn453 t ds hermier msrclrivt ur la peajetsueAraneteaectiesleaifsstooguussa RafaleaLemknd,neidncort dae seamie b cenocide t» lesataision ne persesére, e djueidcueseenftddremeauilsn’rgtsd’an

    134/span>LPCn’aus pl rlcivjun rfe ion slu ent.eatcdaumues En 199963,ue cfnsl g ratisoupoogue l prtseoterhnoque ent ee uns Aspusance dsedenmr ional e ssedustiiedrtnt dr la cppiceque ra captrosye as liques ue loidrtnt dFrcejo TudjmnpleteSlodyfnplMils vicertre del Tumusuandnee leBosnseel 19ex-YougoslavedMaLo.de un p mmlientc rmiu n becembre 19s ette oonées à ,sdix-hu cams mnsit le rms=sac 19s eSree 1nqai, Cos e vSorabjicésint.ttrs mesrguet sinsll des Tqullsu d daidèl pes aÉsocaluxe » qe rtrrit pl Slnfmésihnifn de clapréauxenocide t/ Ee. ocuggert d islorccuprntc e uns Asldin msrfelb eueqecroie etrient d dafngheei d».,tccaptrosye as liques ,i tuéuidtninntriautnrlonch ue sseecembra lesae a(Sorabjic9965). E19ileseiendlesll desorccuasn aetd ciclrol ,des Tuusus ddes Tufmie aummectiifvpufdcisaet,ie cdemme lem rtrlee lefpirmion jelspitc qdefelb eueneBosnsetntninnt opailplarsifn dsatre p bo,su,ent d».obucup es dldmotider lauejzsltion dmrms orais dmui ue pirmiir nonsua lesalieucdemmmbtach ppe p enisn les asuteie, I/p>

    1250span>CeSa dotre paia.drd sae an,een qsrdn a ,seut ceee ma pagnsancius denatre pialnesa dour lads t qMIlr’rgtsanetdulaeent s enu ui coialnesaion dq unehatypleffèente , aapés.sde entrotxteluitique, sestoirrue sseeltre leeffèente » (em>SGbid.: /pm>S 506)LALin cdemuaniencesppnifn dtres esurmpsdedleMarska,ueneBosnsetnu Nrdn-Et,pouceores jeabaurcedi,alsqueo desid oianatsise ualusrur soyttaient orialnesa d : l coNilportateue iouvait e ne prelaire saceauilsnyuuit dC: eiOueen q,emme leauelaiqeariautre pécermiueudenme dsapsd; l coMarskatait evertsr lus les pzrolo eres efelb eue ioytrient d“e luesne m lx l”n prapénfsg la pe luu.ddeeuuit t das dsmirsrammerem».,(em>SGbid.em>, lomi dens tMHukanovice996): l56)LAJsnu pon dn be ce idèl pes anocide tenstrittaeu réacitésdc ma meldods desÉstoire , etue le e unso deuvaomt adpp leelepl daidèl peWnésee-schwitz-B» qe slaepclepcnalEnLspmalaitemce dseriant d nociée nt ssll des Téegona,ddes Tuir spitctistrses portrdusat lessoidurtredes jlde ogie eamversegte-spesticfir ncnl sitine…Lis ens deustles aula les diosoncutions dooduirert le defet,dsui leon dnuerniddelle , /p>

    • 3916span>CIn 19acité dqles fréjugsénéralion dsacytoirrucesplemande,splmntro , e unso deuvavt adppquer p rmemhref="#ftn1916(...)
    • /ul>

      435/span>La imdert dii de edoimes,nuugspan style="font-variant:small-caps;">sxx/span>,esup>esièce s cuudens=sac 19s s Aée nncespp les AsTurcpeema4315e lph uid’ée mmlini de rsénes pt laBiteema4365,inlartancetsr lavmp gne,,né eprrtre del TuMayanuugsGsadeinlatate-s-sians pldurt le(d194360t la996))snu uncvertsreaerre errtre d-insurrasimn lsl ,n djuqueoaugsDarfi ue oaugjur sacyid(où,e preplnsdfis d,uu uiciiition.evstritivnvde llaatoon des énocide termettaessooerts ent denu ns s és ,sacattrrfar la lab dempmp de laserités eugêin d q crmettaedsstrcts elae mseesmaasurezevidencee class="footnotecall" id="bodyftn3816"ref="#ftn1916(.16sp.

3252span> SV dep’iterieur .r moinnt couùu.ddeo aieex ,eustles aunocide tssgbleat or Runaur smbigigust nonbn pluxele cd. Durt leaaSonnaddferre mondiale, bleende Gxelrd t aded u a,1éuoet lendepasaaair . E19Bosnseelsnplgnsanciu prisint.terar dee mpnvoy e s rNion tcoutesé enu uicombapcermi uitinelsl adqui, laitc qa oauamier snt ppe le lfp u fhe peura,1dms àx cntrosy as liques se vine ileeacésint.clasenu uis mesrmeeus plus fiportant,eedeprsrarmes d rms=seLArmoRwanatbleende Gxfitume de dzavoir r se seams de cosoaruer pecqu suipltséaiÀ la acyrantouùujaganrit,alaompenautésqadenmr ional e (rougitseeedlrd dus cspced ,an,t loe lesaab ue peuruugsDarfi uenstrittaeuunénocide tetvpéopment irsiepddt encécirt loe lersénes u pagneitc qlv rMgtsr(rtre del oucoe. eitinelsl teKh oustmAClest pautjnr s arès laup deuilsnt paurifne imfrimat lens ufaigiguït , e ée mnocide teax ieex PnCn’aus pleoaurs eue los Asldin msrndiale dt endmitremeax qus diosupl,nuugsnde Gfurctcnl svœua captlus fimais éer éme psctu priuirereMIlrr lt adbsurd imdgenat aue cel rcoerchessu suistl-rnidt luu uiulic sion dmme lem e n-ciehi gert letecruitroetvn aeten qssr ines pe landepasacrre u da landepasagtsr(fe ae lph desioasuupohedoimaces dp les Assme lsPnCnrcoerchessursert daut is dumentre las dodanu squ’ahsrantour lae mupes e azvictes,nc dmi geretecruinon dp ecmpricfremsecment lesspmdurtresd rms=sesouoduirese. /p> div>

Notes

1 Heydrich était alors chef du Service de la sécurité de la ss (Sicherheitsdienst, sd). Dès le lendemain, il prit officiellement la tête de l’Office central de la sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt, rsha ), qui regroupait la sd, la Gestapo et la police criminelle. Il dirigea le rsha jusqu’à sa mort, début juin 1942.

2 Voir l’archive ZSL Ludwigsburg, 203 ar -z69/59 vol. I. Voir Dobroszycki (1984 : 181-194).

3 Voir Reinhartz (1999) ; Jasenovac-sistem… (1997) ; AckoviĆ (1995).

4 La plupart des documents concernant ce cas sont reproduits dans Mettbach & Behringer (1999 : 94-114).

5 L’Administration soviétique n’accepta d’indemniser que les victimes du « fascisme » et ceux qui l’avaient activement combattu. Les ennemis raciaux du nazisme furent considérés comme des victimes « passives », et se virent refuser toute compensation (Margalit 2002 : 87).

6 Un Blockleiter était un adhérent du Parti national- socialiste (nsdap ) chargé de la surveillance politique d’un quartier ou d’un îlot urbain. Dans le cadre des camps, un Blockleiter était responsable d’un « bloc » de baraquements.

7 À propos de ces cas, voir l’archive zsl Ludwigsburg, 414 ar 540/83, Bd. 4, pp. 233, 799.

8 L’équivalent des allocations familiales françaises.

9 Pour cette définition vague des « inadaptés sociaux » (Gemeinschaftsunfähig), voir en particulier Kranz & Koller (1939-1941 : vol. II, 160-162).

10 Ce n’est pas par hasard si, à la création d’Interpol, la poursuite des criminels tziganes fut retenue comme l’une des missions spécifiques que permettrait cette nouvelle forme de coopération internationale.

11 Voir, par exemple, le courrier du docteur Zindel au secrétaire d’État Pfundner, du 4 mars 1936, et ses « Réflexions sur l’élaboration d’une loi du Reich pour les Tziganes ». On y trouve la promesse de propositions rapides et précises, mais on n’en décèle plus trace par la suite dans les papiers ministériels. Voir l’archive Berlin R 18, R1501 5644, pp. 215-227.

12 À Francfort, le même décret fut utilisé pour justifier la « sédentarisation » des Tziganes « domestiques ».

13 « Grundlegender Erlass über die Vorbeugende Verbrechensbekämpfung durch die Polizei », décret confidentiel non publié, circulant dans l’Erlasssammlung n° 15. Consultable à l’Institut für Zeitgeschichte, Munich.

14 En réalité, le terme proposé à l’origine était « porrajmos », mais comme ce mot a également un sens obscène, il a été rejeté dernièrement par la plupart des locuteurs du romani en Hongrie, qui utilisent le mot « Holocauste », un décalque, ou bien une forme romani plus adéquate, « sa madaripen » (« le meurtre de tout le monde »). Ces deux formes ont l’avantage d’être plus proches de l’usage commun que l’invention assez littéraire qu’est porrajmos.

15 Voir par exemple Udvady (1998) et Hamor (1998), quoique les skinheads ne soient pas mentionnés dans ce dernier article.

16 En réalité, une nouvelle génération d’historiens allemands a montré que l’on pouvait appliquer le même argument au développement de l’Holocauste. Ulrich Herbert, Dieter Pohl et d’autres, en se concentrant sur la période précédant la conférence de Wannsee, ont montré que les préparatifs pratiques et même les origines intellectuelles de la « Solution finale » étaient à chercher moins dans des plans conçus à Berlin que dans les improvisations des commandants du front de l’Est et de l’ancien territoire polonais du Gouvernement général. Le destin des Tziganes, vu de cette façon, n’est pas si différent de celui des juifs avant la réunion sur le lac de Berlin.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stewart M., 2010, « Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Terrain, n° 54, pp. 100-121.

Electronic reference

Michael Stewart, « Une catastrophe invisible », Terrain [Online], 54 | March 2010, Online since 01 January 2014, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/13989 ; DOI : 10.4000/terrain.13989

Top of page

About the author

Michael Stewart

University College, Londres

By this author

Top of page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals