Navigation – Plan du site
Enfant et apprentissage

Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan

Charles Stafford
p. 65-80

Résumés

Cet article décrit le développement des savoirs relatifs aux nombres en Chine et à Taïwan. Les enfants des communautés rurales y sont rapidement immergés dans une « culture numérique » comparativement complexe. Cette complexité même soulève des questions fondamentales sur les significations (extrêmement variables) attachées aux nombres – tant en Chine qu’ailleurs – et sur le processus par lequel les enfants commencent à acquérir les différents types de savoirs numériques. Le rôle joué, dans l’apprentissage numérique, par certaines caractéristiques du langage chinois fait l’objet d’une attention particulière. Dans la seconde partie de l’article, les transactions commerciales sont décrites comme un cas spécifique d’apprentissage numérique (par l’expérience précoce du marchandage). On y suggère que les usages arithmétiques des nombres sont inextricablement mêlés à leurs usages moraux et « fatidiques ».

Haut de page

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Chine
Haut de page

Texte intégral

Traduit de l’anglais par Claudie Voisenat

« Les nombres sont des mots particuliers. La situation décrite par un nombre n’est jamais évidente. Comprendre les divers usages des nombres nécessite de mettre en œuvre des structures conceptuelles très différentes. »
Karen Fuson (1988 : 3-4)

  • 1 Cette recherche, basée sur un travail de terrain effectué récemment, a été financée par le Economic (...)

1J’ai pu vérifier sur le terrain que les nombres jouent un rôle important dans la vie sociale et culturelle des communautés rurales chinoises et taïwanaises 1. Les gens y prennent l’information numérique très au sérieux et elle tient une grande place dans les conversations et les écrits. Il y a une composante poétique dans la plupart des usages qui en sont faits. Aussi les bébés et les enfants sont-ils confrontés dans leur environnement à des conditions d’apprentissage numérique d’une grande complexité.

2Ainsi, les inscriptions calligraphiques qui sont affichées un peu partout dans la campagne chinoise et taïwanaise – sur les portes et les fenêtres des maisons, les temples ou même les enclos des animaux – comportent systématiquement des expressions numériques. Dans le village de Bao Shan, dans le sud-ouest de la Chine, on voit souvent ce distique, écrit en lettres d’or sur du papier rouge, affiché sur l’embrasure des portes de cuisine :

« Les cinq saveurs exquisément mêlées dans la cuisine
Les trois relations harmonieusement rassemblées devant les ancêtres. »

  • 2 En chinois : « Chu zhong jing xin tiao wu wei ; tang shang ju shou hui san qin ». Les « cinq saveur (...)

3Les enfants ne connaissent pas forcément le sens d’expressions telles que les « cinq saveurs » (acide, sucré, amer, épicé, salé) ou les « trois relations » (conjugale, filiale et fraternelle – signifiant, par extension, la « famille entière ») 2. Mais, en grandissant, ils rencontreront, de façon répétée, de nombreux exemples similaires de ce que l’on peut appeler la tendance chinoise à numériser la réalité.

4La plupart des enfants de Bao Shan habitent ainsi des « maisons civilisées aux dix étoiles » (shi xingxian wenming hu), un fait clairement annoncé sur des plaques suspendues au-dessus de leurs portes d’entrée. Il s’agit là d’un éloge à la possession des dix vertus, comprenant la propreté, la bonne volonté dans l’utilisation de la science en agriculture et l’enthousiasme pour la production des richesses. Il se trouve que l’une des dix vertus en question consiste à manifester les « cinq amours » – amour de la terre ancestrale, amour du peuple, amour du socialisme, amour du communisme et amour du travail. Nous pourrions multiplier à l’infini ces exemples qui s’additionnent jusqu’à former pour les enfants, comme je l’ai dit, un complexe environnement d’apprentissage numérique. Ils assistent à des « banquets de huit mets » où les invités, assis par groupes de huit, consomment les « huit grands plats » (da ba wan). On leur apprend à additionner les traits de pinceau qui composent les formes écrites de leurs noms (les sommes de ce genre sont considérées comme hautement signifiantes). Ils voient régulièrement leurs pères et les autres hommes adultes jouer au jeu numérique de la mourre (caiquan). Ils commencent à maîtriser – comme je le décris plus loin – le délicat usage moral des nombres dans l’achat et la vente. Ils apprennent tout des bouliers et finalement rencontrent l’arithmétique formelle à la maison et à l’école.

Qu’est-ce qu’un nombre ?

  • 3 Voir l’analyse par Lakoff et Núñez (2000) du « charme des mathématiques », un modèle populaire qui (...)

5On peut cependant raisonnablement se demander dans quelle mesure les nombres utilisés dans ces différents contextes ont quelque chose en commun. La question est d’importance : elle remet en cause une certaine perception populaire de la nature des nombres, partagée par beaucoup d’entre nous – au moins une partie du temps. Les nombres, pensons-nous, sont précis. Ils nous disent la vérité – combien il y a de pommes dans le plat – sans interprétation. Dès lors, les nombres ne seraient que des nombres, indépendamment du contexte dans lequel on les trouve 3.

  • 4 Voir le résumé proposé par Karen Fuson des différents usages des nombres que les enfants doivent ma (...)

6Nous sommes, pourtant, entourés d’évidences allant à l’encontre de ce modèle populaire. Même dans les cas d’utilisation les plus simples, les significations attachées aux nombres – ou plus précisément aux mots qui désignent les nombres – sont très variables. Ainsi les jeunes enfants apprennent-ils à dire « un », « deux », « trois », etc., dans des suites de comptage, où chaque objet est en quelque sorte « étiqueté ». Mais il leur faut beaucoup plus de temps pour comprendre que le dernier mot d’une telle séquence peut aussi avoir une autre signification. Il peut être utilisé comme nombre cardinal, indiquant combien d’objets il y a dans l’ensemble en question (Wynn 1990). Avant l’âge de 3 ans, la plupart des enfants ne saisissent tout simplement pas ce principe. Lorsqu’on leur demande « combien y en a-t-il ? », ils répondent systématiquement par un nombre différent de celui qu’ils ont énoncé en dernier dans le comptage. La cardinalité est un mode différent de signification. Pour reprendre l’observation de Karen Fuson (1988 : 3) : « La situation décrite par un nombre n’a rien d’évident 4. »

  • 5 Il faut préciser que Lave ne met pas directement l’accent sur le sens des nombres en tant que tel, (...)

7En fait, notre capacité à utiliser les nombres – dans le calcul par exemple – est aussi très dépendante de l’importance et de la signification (variables) que nous attachons à des contextes d’usage particuliers. Les travaux de Lave font ressortir le contraste entre la performance arithmétique de type scolaire et la capacité des gens à résoudre les problèmes rencontrés dans leur vie quotidienne, au supermarché par exemple. L’une des différences repose sur la façon dont des problèmes apparemment comparables sont effectivement perçus ou appréhendés lorsqu’ils se posent dans des contextes différents (Lave 1988 : 69-70 ; voir aussi Lave 1990 ; Nunes et al. 1993). En d’autres termes, les nombres prennent une tout autre signification quand on a de bonnes raisons de s’inquiéter à leur sujet – quand ils signifient quelque chose d’important pour nous, comme des calories ou des profits 5.

8Ce type de recherches pourrait nous conduire à conclure que les nombres sont, finalement, assez semblables aux autres mots – saturés de signification – et que notre façon de les penser est globalement similaire à notre façon de penser toutes les autres choses. Mais quelques avancées récentes concernant la relation entre le langage et les savoirs numériques viennent contredire cette assertion.

9Dehaene a décrit le processus selon lequel les nombres sont reconnus et traités par le cerveau, stimulant des régions cérébrales différentes de celles qui sont activées par d’autres catégories de mots (Dehaene 1999 : 227-228). Pour les adultes, au moins, il semble bien que les nombres ne soient pas simplement des mots comme les autres. Et quoique nous acquérions la plupart de notre savoir numérique sous une forme linguistique, la cognition numérique chez les adultes ne semble pas être dépendante du langage de la façon dont on pourrait s’y attendre. Dehaene et ses collègues ont ainsi avancé que, tandis que l’« arithmétique exacte » est par certains aspects dépendante du langage, l’« arithmétique approximative » serait, elle, indépendante du langage (Dehaene et al. 1999). Butterworth (fasciné par les aspects culturels et linguistiques du calcul) a, lui aussi, utilisé des données neuropsychologiques pour affirmer l’indépendance relative du langage et des nombres dans certaines formes de traitement cognitif chez les adultes (Butterworth 1999 : 163-215).

  • 6 Je voudrais ici attirer l’attention sur l’important travail d’Annette Karmiloff-Smith (2000), qui p (...)

10Un autre type d’argumentaire repose sur le fait que les humains possèdent un important savoir numérique prélinguistique. Des expériences montrent que de très jeunes enfants – n’ayant aucune connaissance des nombres ou des systèmes de calcul tels qu’ils sont véhiculés par leur culture – sont capables de se « représenter mentalement les différents nombres et ont des procédures leur permettant de manipuler ces représentations numériques afin d’en obtenir plus d’information » (Wynn 1995 : 172 ; voir aussi Xu & Carey 1996). Mis en présence de dispositifs proposant des problèmes simples d’addition et de soustraction, de très jeunes enfants réagissent avec surprise lorsque le résultat se trouve être « faux ». Les capacités innées dont il est ici question sont extrêmement rudimentaires, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles soient sans importance. Elles procurent vraisemblablement la base sur laquelle des aptitudes numériques plus élaborées sont ultérieurement construites 6.

  • 7 Il est important de se souvenir que les compétences mathématiques – sous toutes leurs formes avancé (...)

11Mais le développement même de ces aptitudes plus élaborées nécessite à l’évidence un gigantesque apport socioculturel, dont la plus grande partie est véhiculée sous une forme linguistique. Ici, le cas chinois présente un intérêt tout à fait particulier, entre autres du fait de l’idée – en partie vérifiée – qu’il y aurait un « avantage » chinois et est-asiatique en ce qui concerne les compétences mathématiques. Ces dernières années, des psychologues, des spécialistes des sciences de l’éducation et d’autres ont accordé une grande attention aux modalités chinoises et est-asiatiques de l’apprentissage numérique, examinant les facteurs qui pourraient éventuellement contribuer au développement de ces capacités mathématiques particulières 7. Les traits mis en avant vont des systèmes pédagogiques (par exemple Stevenson et Stigler 1992 ; Perry et al. 1993) à la valorisation parentale de l’habileté mathématique (par exemple Crystal & Stevenson 1991) ou à l’impact de l’usage des bouliers sur le traitement mental des nombres (par exemple Stigler 1984). Comme je l’expliquerai dans un instant, la plupart de ces recherches se sont spécifiquement concentrées sur deux caractéristiques structurelles du langage chinois qui semblent jouer un rôle effectif dans l’apprentissage des nombres chez les enfants.

12Je voudrais toutefois, dans cet article, suggérer que de nombreux aspects de la relation entre le langage et l’apprentissage numérique en Chine restent encore inexplorés. Tout d’abord, les chercheurs ont, pour autant que je le sache, ignoré quelques traits structurels importants du langage chinois qui pourraient avoir un rapport avec l’apprentissage des nombres. J’en exposerai brièvement quatre un peu plus loin. Ensuite, et ce point est peut-être plus important, on n’a jusqu’à présent accordé que peu d’importance à l’apprentissage des nombres en dehors des écoles. Dans le contexte « écologiquement valide » de la vie quotidienne en Chine et à Taïwan, les enfants apprennent que les significations attachées aux nombres – et à leur utilisation dans les relations sociales – sont immensément complexes. Pour le démontrer, j’examinerai donc en détail l’utilisation des chiffres dans des situations commerciales d’achat et de vente. Si nous voulons prendre au sérieux la proposition selon laquelle l’apprentissage numérique serait un phénomène social et linguistique, les données de ce type doivent nécessairement être prises en compte.

13Mais les descriptions ethnographiques de l’utilisation des nombres en Chine et à Taïwan nous ramènent droit à notre question de départ. Les nombres rencontrés par les enfants dans des contextes différents – lorsqu’ils lisent de la calligraphie poétique, lorsqu’ils achètent des produits sur les marchés, lorsqu’ils apprennent l’arithmétique à l’école – ont-ils quoi que ce soit en commun ? A tout le moins, il peut sembler évident qu’existe un contraste entre l’utilisation des nombres dans le « pur calcul » (comme de trouver mentalement que 180 divisé par 3 égale 60) et l’utilisation des nombres selon des modalités ostensiblement « signifiantes » (comme dans la calligraphie poétique ou les slogans comportant des nombres). Si, dans le premier cas de figure, les nombres peuvent sembler relativement autonomes vis-à-vis du langage, dans le second cas, à l’évidence, ils dépendent fortement de lui. On peut aussi considérer comme une évidence le fait qu’il soit possible de se livrer à des opérations de pur calcul numérique sans la moindre interférence avec certaines autres modalités, saturées de sens, selon lesquelles les nombres sont parfois utilisés. Toutefois, et comme je le suggérerai plus loin, un certain nombre de données ethnographiques – parmi lesquelles le concept populaire chinois de nombre, la pertinence généralisée de l’information numérique et les situations du monde réel dans lesquelles les nombres sont utilisés – nous amènent à interroger de telles certitudes.

Langage et nombres en Chine

14Mais occupons-nous d’abord du langage. Les spécialistes de la cognition numérique ont été fascinés par une caractéristique très spécifique du langage chinois : le système de composition des mots permettant de compter. Ce système est aujourd’hui régulièrement cité comme une illustration frappante de la façon dont une forme culturelle peut – ici positivement – influer sur la cognition numérique (par exemple Butterworth 1999 : 129-134 ; Dehaene 1999 : 102-106 ; Geary 1994). En bref, les mots du comptage chinois suivent une logique strictement décimale. C’est aussi le cas d’autres langues est-asiatiques comme le japonais, qui sont dérivées du chinois classique, mais ce n’est pas celui du français ou de l’anglais par exemple. Les enfants qui apprennent à compter en France (ou en Angleterre) ont des problèmes avec des termes étranges comme « onze » et « douze » et « vingt ». Je dis « étranges » parce que leur formation logique est rien moins qu’évidente. Nul enfant n’est supposé deviner – à partir du mot lui-même – que « onze » signifie dix plus un. En chinois, au contraire, onze se dit « dix-un » (shi-yi), douze « dix-deux » (shi-er), et vingt « deux-dix » (er-shi), etc. Ces termes sont faciles à apprendre (dans la mesure où ils recombinent des chiffres déjà connus) et ils correspondent exactement à la logique décimale sur laquelle est basé notre système de notation de la position numérique, aidant ainsi les enfants à le comprendre.

15On pourrait supposer qu’ils n’en tirent, en terme d’apprentissage, qu’un avantage relativement mineur, mais des études ont, à maintes reprises, montré qu’il n’en était rien. Comme conclut Geary, grâce à la cohérence des nombres est-asiatiques, les enfants semblent « faire moins d’erreurs de comptage, comprendre les concepts de calcul et de nombre à un âge plus précoce, faire moins d’erreurs dans la résolution des problèmes d’arithmétique, et comprendre les concepts arithmétiques de base – tels qu’ils sont par exemple utilisés dans le commerce, comme la position numérique – bien plus jeunes que leurs homologues américains ou européens » (Geary 1994 : 244 ; voir aussi Fuson & Kwon 1992 ; Miller et al. 1995).

16Un autre courant de recherche s’est intéressé à la relative vitesse de prononciation des chiffres chinois. A nouveau, on pourrait penser qu’il s’agit là d’un phénomène linguistique mineur, mais il a très vraisemblablement un impact important sur la cognition numérique. En résumé, la vitesse de prononciation semble améliorer l’empan mnémonique des nombres qui, en retour, renforce les capacités de calcul mental (Geary et al. 1993 ; Chen & Stevenson 1988 ; Stigler et al. 1986). La question de savoir pourquoi les nombres chinois se prononcent rapidement reste, elle, ouverte. Bien que cet avantage de la vitesse de prononciation puisse être inhérent aux nombres eux-mêmes, il semble plus probable qu’il soit le résultat d’une combinaison de facteurs linguistiques et expérientiels (Stigler et al. 1986 : 17-19).

D’autres facteurs linguistiques

17Hormis le système de construction des termes de comptage et la vitesse de prononciation des chiffres, quelles sont les autres caractéristiques structurelles du langage chinois susceptibles d’être pertinentes dans le domaine de l’apprentissage numérique ? Je vais ici mentionner brièvement quatre autres spécificités qui me semblent mériter une plus grande attention. Je voudrais souligner que, du point de vue d’un adulte, les relations entre ces différents éléments et les aptitudes à l’arithmétique avancée ou aux mathématiques peuvent sembler extrêmement ténues. C’est qu’il nous est difficile de nous rappeler le trajet ardu que nous avons parcouru, enfants, pour commencer à réellement maîtriser les concepts de nombres et, au premier chef, les mots qui les désignent. Même des faits apparemment simples, comme compter jusqu’à vingt, sont en fait très complexes sur le plan cognitif (Fuson 1988). Ce qui signifie que des caractéristiques mineures de l’environnement de l’apprentissage numérique – comme la simplicité ou non des mots utilisés pour compter de un à vingt – peuvent jouer un rôle développemental extrêmement important. Cela en mémoire, que pouvons-nous ajouter pour nourrir le débat sur les relations entre le langage et l’apprentissage des nombres en Chine ?

  • 8 En anglais, une fois que l’enfant maîtrise la règle du « th » que l’on ajoute au nombre – dans « fo (...)

18En premier lieu, il faut noter qu’en chinois – et là encore à la différence de langues telles que l’anglais et le français – la formation des adjectifs ordinaux est extrêmement simple. Ainsi, en anglais, avant que les enfants puissent spécifier quelle place une chose occupe dans un groupe d’objets – « premier », « second », « troisième », etc. –, ils doivent apprendre un ensemble de termes entièrement nouveaux et dont la formation logique n’a parfois rien d’évident 8. A l’inverse, tous les ordinaux chinois sont construits de façon identique et logiquement transparente : le préfixe « di- » est simplement rajouté au nombre correspondant. « Premier » se dit donc di-yi (yi étant le terme usuel pour « un »). « Second » se dit di-er (er étant le terme usuel pour « deux »). Et ainsi de suite. La langue chinoise ne complique donc pas ce qui est, en fin de compte, un concept assez simple.

19Deuxièmement, le chinois est une langue tonale (en mandarin, les cinq tons peuvent être rapidement décrits comme 1 : constant, 2 : ascendant, 3 : modulé c’est-à-dire alternativement descendant puis ascendant, 4 : descendant, et enfin 5 : neutre). Cela signifie que tous les mots – y compris les nombres – sont en réalité chantés plus que parlés : le ton aide à déterminer le sens. Les mots chinois utilisés pour désigner les nombres de un à dix correspondent donc à différents tons qui aident à les différencier : un = premier ton, deux = quatrième ton, trois = premier ton, quatre = quatrième ton, cinq = troisième ton, six = quatrième ton, etc. Prononcés à la suite, ils composent des motifs mélodiques et l’un des effets secondaires de ce phénomène – c’est-à-dire du phrasé intrinsèque à toute suite de nombres ou de mots chinois – est qu’il peut servir d’aide-mémoire. Comme je l’ai dit plus haut, l’empan mnémonique des nombres est important pour l’aptitude au calcul mental. C’est ainsi, par exemple, que certaines mères « chantent » les tables de multiplication à leurs enfants, afin de les aider à les mémoriser. De même, certaines personnes se remémorent les nombres longs en partie grâce à leur « musique ».

20Troisièmement, le chinois est une langue dans laquelle les « termes de mesure » doivent être systématiquement utilisés lorsque l’on énumère ou désigne des objets quels qu’ils soient. En français, les termes de mesure ne servent qu’occasionnellement – par exemple « tasse » dans l’expression « une tasse de café » ou « litre » dans « trois litres de vin ». Mais, en chinois, il est impossible de les éviter, quoi que l’on soit en train de compter ou de décrire. On ne saurait ainsi dire « deux routes », il faut y adjoindre un terme de mesure : « deux + terme de mesure + routes » (liang tiao lu). Dans le cas des routes, le mot désignant la mesure signifie plus ou moins « longues et sinueuses » ; c’est un peu comme si l’on disait « deux + longues-et-sineuses + routes ». De même, il est impossible de dire « cinq livres », il faut là aussi intercaler un terme de mesure : cinq + terme de mesure + livres (wu ben shu). Ce qui signifie quelque chose comme « cinq + publications de + livres ». Et ainsi de suite. Cette caractéristique linguistique attire trois remarques. Tout d’abord, les enfants apprennent les termes de mesure en même temps qu’ils commencent à compter les entités dans la réalité ; les termes de mesure sont donc un élément important, même s’il semble secondaire, du développement de la numération du monde réel. Ensuite, on peut supposer que ces termes de mesure qu’on ne saurait omettre – et qui rendent donc l’acte d’énumération légèrement plus pesant – soulignent plus encore le fait que nous comptons inlassablement les choses. Enfin, ils accentuent les caractéristiques des éléments qui sont énumérés en attirant l’attention, par exemple, sur la « longueur » des routes, la « planéité » des tables ou l’« honorabilité » des personnes. Cela peut sembler n’avoir aucun rapport avec les nombres en tant que tels. Mais on peut aussi supposer, du fait que les caractéristiques distinctives des objets du monde réel sont directement liées à l’acte d’énumération – par le biais de la triade nombre + terme de mesure + objet – que les termes de mesure aident à souligner la signifiance des nombres dans le contexte.

21Enfin, il faut noter que, sous sa forme écrite, la langue chinoise est intrinsèquement numérique. L’importance de ce fait pour les enfants ne doit pas être sous-estimée. Les caractères chinois sont composés de traits que les jeunes apprennent à reproduire dans l’ordre. Ainsi, le caractère qui désigne la « pierre », shi, est constitué de cinq traits qui doivent être dessinés dans un ordre rigoureux : un, deux, trois, quatre, cinq. Les traits sont souvent énumérés (dans certains cas à voix haute) par ceux qui s’entraînent à écrire, et ils sont sans doute parmi les choses les plus importantes à compter dans le monde social chinois. Les dictionnaires chinois sont organisés sur une base numérique, en fonction du nombre de traits qui composent tel ou tel caractère ou radical (les radicaux sont les éléments séparés qui constituent les caractères). Quand quelqu’un cherche un caractère, il doit donc d’abord s’arrêter pour « compter » le nombre de ses traits constitutifs. Là encore, à un certain niveau, ce fait peut sembler sans grand rapport avec l’aptitude au calcul ou la cognition numérique en tant que telle. Mais il est important de garder en mémoire que les jeunes enfants, précisément à l’âge où ils apprennent à compter et à maîtriser l’arithmétique de base, développent en même temps une vision « numérisée » de la forme écrite du langage à travers lequel, pour eux, la réalité est décrite.

Acheter et vendre

22Après avoir attiré l’attention sur les caractéristiques structurelles de la langue chinoise susceptibles d’influer sur la cognition numérique, je voudrais maintenant m’attacher à un contexte dans lequel les concepts de nombres et les mots qui les désignent sont vraiment mis en œuvre. Je vais donc décrire les ventes et les achats publics, tels que j’ai pu les observer au cours de mon terrain à Bao Shan. Il faut ici préciser que les caractéristiques linguistiques que j’ai brièvement exposées plus haut sont surtout pertinentes lorsque les enfants commencent à apprendre à compter, additionner, soustraire, etc., c’est-à-dire quand ils ont approximativement entre 2 et 8 ans. Au contraire, les transactions commerciales, bien qu’elles soient couramment observées par de très jeunes enfants, impliquent généralement la participation directe de groupes d’âge légèrement plus élevé. Les deux processus – l’acquisition de l’aptitude au calcul élémentaire et l’usage des nombres dans des situations économiques complexes – ne doivent pas être confondus.

23Je voudrais, dans les pages qui vont suivre, mettre en évidence les trois différents registres de signification attachés aux nombres dans les transactions commerciales de Bao Shan et d’ailleurs, en Chine rurale et à Taïwan. Tout d’abord, bien sûr, ils sont des éléments de calcul. Ils permettent aux gens d’estimer combien les choses doivent coûter, quelle monnaie doit être rendue aux clients, et ainsi de suite. Ensuite, les nombres sont « fatidiques », c’est-à-dire qu’ils sont censés refléter – voire même causer – la répartition de la chance ou du malheur dans le monde. Aussi fait-on souvent extrêmement attention au choix des nombres, au détriment parfois de considérations plus pragmatiques ou de la précision de l’estimation. Enfin, les nombres sont partie prenante, au moins indirectement, de la moralité complexe de l’échange. En effet ce qui est véritablement difficile dans l’échange ce n’est pas tant l’arithmétique de l’achat et de la vente, mais plutôt l’ensemble de la situation morale qui consiste à être impliqué dans une transaction économique – et là l’usage des nombres peut être extrêmement important.

24Mais commençons simplement. Les enfants préscolarisés de Bao Shan ont de nombreuses occasions d’observer et de participer à la vie économique. Ils s’assoient souvent près de leurs mères ou de leurs grand-mères lorsqu’elles vendent des produits frais au marché quotidien du village, ou sur les marchés plus importants qui se tiennent périodiquement dans les communautés avoisinantes. En regardant, en écoutant et en participant, ils commencent à développer une maîtrise préliminaire du langage du commerce et des concessions compliquées qui lui sont liées. Quand ils ont 6 ou 7 ans, ils commencent généralement à s’occuper seuls de transactions simples. Les talents arithmétiques mis en œuvre sont habituellement très rudimentaires : les ballots de denrées sont souvent vendus à des prix fixes et il n’y a pas de marchandage. Quand ils sont un peu plus âgés, les enfants peuvent être envoyés sur les marchés avoisinants avec des paniers de produits à vendre. Pour créer une motivation, les parents fixent parfois pour la marchandise un « prix minimum » (zui di de jiaqian) ; si l’enfant parvient à la vendre plus cher, il est autorisé à empocher la différence.

25Sur le marché de Bao Shan comme ailleurs, les jeunes enfants ont aussi souvent l’occasion d’observer des adultes engagés dans d’âpres marchandages que l’on appelle shajia, « massacres du prix ». L’une de ces occasions est provoquée par la venue de ces hommes extérieurs au village qui se spécialisent dans l’achat et la vente de cochons. C’est une affaire très compliquée, sans commune mesure avec le seul impératif de commercialisation. Quand ces hommes et leurs camions remplis de porcelets poussant des cris stridents arrivent dans les ruelles du village, les habitants – où figurent le plus souvent bon nombre d’enfants – se rassemblent autour pour examiner la marchandise. Ils soulèvent les porcelets par les oreilles et les jettent sur le sol pour juger de leur vivacité. Les acheteurs de gorets (les gens du village donc) déplorent, comme de coutume, qu’on ne leur propose d’acheter que des animaux « très médiocres » (yibande), qui montrent déjà des signes de mauvaise santé, qui ne causeront que des ennuis à leurs futurs propriétaires… Le prix des cochons engraissés est, disent-ils, très bas. Quels avantages auraient-ils donc à acheter des porcelets ? Pendant ce temps, les vendeurs, de leur côté et comme de coutume, font remarquer que les conditions de ce marché sont devenues vraiment impossibles et que s’ils baissent encore les prix de ces cochonnets – qui sont, en fait, en parfaite santé – ils « n’y gagneront plus rien du tout » (zhuan bu dao qian).

26Ces marchandages décousus sont souvent décrits comme d’« intarissables bavardages » (luosuo) où, parfois, les prix semblent moins importants que ce qui peut être dit. Cependant, après de tels affrontements – et comme le savent bien les enfants –, les observateurs repartent généralement en commentant le prix final. Un fermier du village m’a dit qu’il n’entamait jamais une telle discussion sans avoir, en tête, une idée très précise du prix qu’il comptait finalement obtenir. Son interlocuteur peut bien dire tout ce qu’il veut, il « n’en écoute pas un mot » (shenme dou bu ting). Il faut cependant garder en mémoire que la plupart des villageois se livrent à des activités agricoles dans le but d’en tirer un argent liquide proprement indispensable. Ils considèrent que les efforts déployés – et le travail en particulier – « ne comptent pas » (bu suan). De ce fait, ils se permettent une certaine souplesse dans l’évaluation des prix, particulièrement quand ils concernent des denrées périssables. Un peu de liquide vaut mieux que pas du tout. Ce qui signifie que les « intarissables bavardages » font en fait souvent la différence.

Les chiffres qui « sonnent » bien

27Certaines personnes sont connues comme des spécialistes du genre. Ainsi, Petit Yang, qui tient une boutique dans le village. Quand il a eu 7 ans environ, il a entrepris de vendre des légumes sur le marché de Bao Shan. A 10 ou 11 ans, il a commencé à se rendre jusqu’à une grande ville voisine pour y écouler toutes sortes de produits, dont les légumes que sa famille cultivait (des aubergines) ou qu’il avait cueillis lui-même (des feuilles de lotus). A mesure que ses activités commerciales s’étendaient à des produits plus coûteux, comme le porc et le jade, le processus de négociation devenait plus compliqué. Bien que relativement jeune encore – autour d’une vingtaine d’années –, Petit Yang se considère comme un « initié » (neihang) quand il se met en demeure de « massacrer un prix ». Dans la plupart des cas, explique-t-il, les vendeurs commencent par suggérer un yaojia, « prix désiré », généralement élevé. A cela, un acheteur peut répondre par une expression toute faite un peu humiliante comme « vous rugissez comme un lion » (ni zenme shizi da kai kou) avant de proposer un « prix de retour » (huanjia) très bas. Le marchandage, alors, peut vraiment commencer.

28Mais comment se termine-t-il ? Pour en revenir à mon analyse précédente, on pourrait supposer que l’avantage des chiffres – par rapport aux bavardages sur les cochons malades et les dures conditions du marché – réside dans leur absence de significativité. Un prix est quelque chose de concret. Et pourtant, comme le confirme Petit Yang, le marchandage se termine souvent lorsque l’acheteur et le vendeur conviennent qu’ils ont trouvé un « chiffre qui sonne bien » (haoting de shuzi) sur lequel asseoir la vente. Ou, plus précisément, un chiffre qui a une bonne « signification » (yisi). Il se trouve que les Chinois ont souvent des idées plutôt contournées sur les chiffres qui « sonnent bien ». En général, cependant, les chiffres pairs (2, 4, 6, 8) ont la préférence sur les impairs (1, 3, 5, 7). Les nombres pairs – appelés « doubles » (shuang) en chinois – suggèrent en effet deux personnes, engagées dans une relation continue et réciproque (un mari et une femme par exemple), ce qui est considéré comme une bonne base pour les affaires. Les nombres impairs (dan), à l’inverse, sont utilisés dans les offrandes aux esprits des morts – qui d’une certaine façon sont dangereusement isolés et tristement « solitaires » (dan). Aussi, au lieu de vendre quelque chose 150 yuans (ce qui donne en chinois parlé « cent cinq » – yibaiwu – qui se termine par un nombre impair), les vendeurs et les acheteurs pourront chercher à atteindre 140 ou 160 yuans. Comme ça, cela « sonne mieux » (bijiao haoting).

29Les interprétations sont, cependant, infinies. Dans certaines parties de la Chine, le chiffre quatre, pourtant pair, est soigneusement évité parce qu’il ressemble au mot qui signifie « mort » (si). Petit Yang m’a aussi expliqué que certains partenaires commerciaux peuvent également préférer éviter le nombre dix lorsqu’ils fixent les prix. Dix est pourtant un nombre pair lui aussi, ce qui devrait plutôt jouer en sa faveur. C’est également une représentation numérique du concept de « plénitude/complétude » (man), puisque compter jusqu’à dix nécessite d’utiliser tous les doigts des deux mains. En chinois, « plénitude/ complétude » (man) est un terme polyvalent de bon augure, signifiant « satisfaction » ou « bonheur » (comme dans le mot manyi, « complètement satisfait »). Tout cela sonne de façon extrêmement positive. Mais le problème, tel que le voit Petit Yang, est que si les partenaires d’une transaction sont « complètement satisfaits », une relation commerciale suivie a peu de chances de se développer – puisqu’ils ont déjà tout ce qu’ils veulent. Aussi est-il peut-être préférable que les partenaires commerciaux évitent le nombre dix.

  • 9 Dans la prononciation cantonaise, ba est le premier son de l’équivalent mandarin facai ou « faire f (...)

30Petit Yang explique que, lorsqu’il achète des marchandises, il garde souvent secrètement en tête un chiffre particulier, porte-bonheur – dont la logique est extrêmement compliquée. Il s’agit de 0,618, le « nombre d’or », connu également sous le nom de « divine proportion » ou, en chinois, huangjin fengedian, le « rapport d’or ». 0,618 est, en quelques mots, une proportion jugée particulièrement agréable et esthétique, notamment lorsqu’elle est appliquée à l’architecture ou au design. Petit Yang en a entendu parler à l’école. Mais pourquoi l’utiliser dans le cadre de ses marchandages ? Tout d’abord parce que le terme « or » (jin) – qui n’a absolument rien à voir avec le nombre 0,618 lui-même – est toujours considéré comme de bon augure (le simple fait de le dire, de le penser ou de l’écrire porte bonheur). Ensuite, parce que Yang tente généralement, lorsqu’il marchande, de ne payer que 60 % environ du prix demandé. Il suppose en effet que les vendeurs commencent par exiger deux fois le prix que leur a coûté la marchandise. En en proposant 60 %, il leur permet donc, estime-t-il, de réaliser une marge de profit raisonnable. Mais si Petit Yang se fixe 60 % comme but, quelle est alors la signification de 0,618 ? La réponse réside dans la sonorité de ces nombres. Le « six », en chinois parlé liu, représente les 60 % qu’il paie pour acquérir les marchandises. Le « un » (prononcé en chinois yao ou yi) est censé représenter Petit Yang lui-même, puisque un est solitaire (dan). Le « huit » (ba) est lié à l’expression facai, qui signifie « faire fortune » 9. En mettant tous ces éléments bout à bout, le « rapport d’or » est lu à voix haute par Petit Yang comme liu yao ba, ce qui signifie :

Si je paye 60 %

6

Je vais

1

Faire fortune

8

La dimension morale des chiffres

31Il faut bien comprendre que ce chiffre est pour Petit Yang d’usage interne, choisi parce qu’il pense qu’il est de « bon augure » (jili). Mais, en général, l’avantage des « chiffres qui sonnent bien » est qu’ils fournissent une base commode à partir de laquelle une vente peut être heureusement conclue pour les deux participants. Si la chose est particulièrement importante, c’est qu’en Chine les relations commerciales sont souvent, je l’ai déjà mentionné, quelque peu gênantes. De ce fait, les prix – quand ils se trouvent impliqués dans l’appréciation des relations morales – acquièrent une dimension morale (cf. Parry & Bloch 1989 ; Yan 1996). Idéalement, on voudrait arriver à un prix qui ne serait une gêne pour aucun des deux participants de l’échange. En fait, et pour beaucoup de catégories de relations sociales, il serait bien préférable que l’on puisse éviter totalement le calcul et le profit (Stafford 2000b).

32Bien sûr, dans le monde réel, et dans la plupart des échanges, il y a des gagnants et des perdants et c’est là justement qu’est le problème. Payer plus – ou gagner moins – que l’on ne devrait au cours d’une transaction revient à subir un résultat « humiliant » (diulian), ce que chacun tente bien entendu d’éviter. Aussi les vendeurs se livrent-ils souvent à toute une série de stratégies destinées à convaincre les acheteurs qu’ils ont, en fin de compte, fait une bonne affaire. En voici un exemple simple : quand un prix a été fixé et que la marchandise est mesurée – par exemple 1 ou 2 jin de bananes – on donne généralement au client plus que la quantité qu’il a payée. L’inclinaison exagérée de l’un des côtés de la tige de l’échelle de mesure (que l’on appelle, dans ce contexte et de façon prometteuse, la « fin florissante », wangtou) est là pour indiquer aux clients qu’ils sont en train de faire une affaire extraordinaire, même lorsque ce n’est pas le cas. Un « chiffre qui sonne bien » fournit également une base sur laquelle les deux parties peuvent tomber d’accord pour considérer, peut-être avec un certain soulagement, que la transaction a été conclue à l’amiable.

33Mais, par moments, les stratégies interpersonnelles sont plus complexes. Il arrive ainsi que les acheteurs ou les vendeurs se plaignent amèrement du prix choisi comme d’une façon de « rendre la face » à leurs interlocuteurs – qui sont alors publiquement considérés comme ayant bien maîtrisé la transaction. J’ai un jour accompagné un jeune sculpteur sur jade au marché urbain où il vend ses produits aux grossistes. Les transactions s’y déroulent très publiquement, au milieu du décor chaotique d’une cour remplie de vendeurs et d’acheteurs gesticulants. Mon ami s’est dirigé vers une femme qui achetait régulièrement son jade et lui a tendu, sans mot dire, une enveloppe contenant son travail récent (de petites pièces sculptées destinées à composer des colliers). Elle les regarda. Il lui dit alors qu’il en voulait 15 yuans pièce. Elle répondit qu’elle pouvait lui en donner 5 yuans, lui rappelant qu’elle lui avait récemment acheté des pièces plus grandes pour ce prix. Il dit qu’il accepterait de les lui vendre 6 yuans, soit un total de 120 yuans pour vingt pièces. Après une nouvelle brève discussion sur la taille et la qualité, elle offrit 110 yuans pour les vingt pièces, tandis que mon ami continuait à s’en tenir aux 120 demandés. Alors elle commença doucement à le maudire, lui disant : « Mais quelle sorte d’enfant es-tu pour chercher à me voler 10 yuans ? » Il ne cédait toujours pas. En colère, elle lui fit remarquer qu’ils commerçaient ensemble depuis longtemps, comment pouvait-il agir de cette façon ? Finalement, elle fit une grimace de mécontentement et frappa du pied sur le sol avant de lancer 120 yuans dans sa direction et de partir brusquement, très vexée. Bien que la transaction se soit terminée comme si mon ami en était le vainqueur, il est très improbable que cette femme – qui achète et vend du jade tous les jours de la semaine – ait payé un prix dont elle ne soit pas entièrement satisfaite. Elle n’était pas réellement en colère contre lui, me dit-on, bien que quelqu’un d’extérieur ait eu toutes les raisons de le croire. Elle « jouait la comédie » (biaoyan).

Conclusion

34Comme je l’ai déjà dit au début de cet article, bien que la cognition numérique ne soit pas toujours liée au langage de la façon dont on pourrait l’attendre, la plupart de notre savoir numérique nous est accessible sous une forme linguistique. Afin de pouvoir progresser en arithmétique, les enfants doivent maîtriser l’ensemble complexe des significations qui sont attachées aux nombres. Ici, les variations signifiantes entre les langages humains – et par extension les traditions culturelles – entrent directement en jeu. Comme je l’ai décrit, les caractéristiques structurelles du langage chinois, dont certaines restent encore relativement inexplorées, peuvent influer de façon significative sur le développement du calcul chez les enfants. Tout en apprenant à maîtriser la syntaxe et la sémantique du chinois, les enfants doivent aussi appréhender tout autre chose : la façon dont on parle des nombres et dont on les utilise dans la vie quotidienne. Au cours de leur petite enfance – qui est précisément une période cruciale pour le développement des savoirs numériques –, ils commencent à coudoyer les usages, parfois poétiques, des nombres qui les entourent. Bien que ce point n’ait jamais été étudié sérieusement comme un aspect des savoirs numériques chinois, il me semble qu’il devrait l’être.

35Comme je l’ai déjà brièvement exposé, nous pouvons voir fonctionner, dans les exemples d’achat et de vente développés plus haut, trois modalités de sens selon lesquelles les nombres sont utilisés. Tout d’abord, ils sont « simplement » des outils pour le calcul, bien que, même dans ce cas, les nombres soient sans aucun doute profondément signifiants. Ils sont les indicateurs de la valeur ou du prix et par extension du profit. Quand les nombres sont liés à un intérêt pratique – vus, dans ce cas, comme le bilan des revenus ou dépenses – on peut s’attendre à ce qu’ils soient d’une importance toute particulière. Deuxièmement, les nombres sont fatidiques. Lorsqu’ils achètent et vendent, les gens peuvent préférer utiliser des nombres qui « sonnent bien », c’est-à-dire des nombres que l’on peut interpréter comme étant de bon augure. Troisièmement, les transactions économiques ont une composante morale importante. Dans la plupart des contextes, il sera mal considéré d’humilier ouvertement le partenaire d’un échange – même si vous en avez objectivement obtenu tout ce que vous vouliez. Arriver à des « chiffres qui sonnent bien », quels qu’ils soient, est le moyen de parvenir à conclure de façon apparemment satisfaisante une séance de marchandage, et de s’assurer que personne ne « perde la face » dans le processus. Par extension, le prix fixé n’est plus simplement un indicateur de valeur ou un signe de chance, il est aussi le reflet des relations morales entre les deux participants d’un échange.

36Par certains côtés, ces liens entre les nombres, le destin et la moralité peuvent sembler un peu légers et susceptibles de n’intervenir que dans des situations très particulières. Ils peuvent apparaître comme n’ayant que peu de rapports avec notre compréhension de la cognition numérique et de l’arithmétique pratique. Cela, toutefois, nous ramène encore à la question de la similarité des nombres lorsqu’ils sont utilisés dans des contextes différents. Les nombres du calcul mental, ou de l’arithmétique de base telle qu’on l’apprend à l’école, ont-ils un rapport significatif avec les nombres utilisés dans la calligraphie poétique ou le marchandage – à forte charge morale ? Nous appuyant sur les données de la psychologie cognitive concernant la nature non linguistique du traitement des nombres chez les adultes, nous pourrions être enclins à dire qu’ils n’en ont pas. Quand les gens pratiquent des exercices de pur calcul mental, ils se livrent sûrement à une activité très différente de ce qu’ils font quand ils récitent de la poésie numérique ou sont impliqués dans des opérations d’achat et de vente. N’est-ce pas alors une erreur que de vouloir confondre, analytiquement, l’arithmétique et les données culturelles ? La réponse à cette question pourrait bien être positive. Mais je voudrais conclure ce papier par un bref exposé de quelques raisons ethnographiques de réunir – plutôt que de séparer – ces types de cognition numérique apparemment très différents.

37Tout d’abord, il faut préciser que les usages relativement « poétiques » des nombres en Chine – et qui couvrent un très large spectre – ne sont pas simplement dispersés de façon hasardeuse. Au contraire, beaucoup d’entre eux sont liés de façon cohérente dans une vision générale, et hautement numérisée, de l’expérience humaine du monde. Cette conception numérologique, qui est une dimension clé de la philosophie populaire chinoise, est trop complexe pour être résumée ici. Mais elle réunit les idées classiques relatives au destin des humains dans l’univers (essentiellement structurées autour des calculs calendaires et astrologiques) et une large gamme d’idées et de pratiques numériques qui sous-tendent fortement la vie quotidienne dans les régions rurales de Chine et de Taïwan. Ces idées et ces pratiques se rapportent à des rituels familiaux, locaux et nationaux, à la divination et au spiritisme, à la reconnaissance des liens de parenté, aux jeux et aux paris, aux examens scolaires, et aux activités liées au commerce, aux affaires et à la fortune. Dans tous ces domaines, les nombres sont considérés de façon récurrente comme fatidiques – c’est-à-dire comme siégeant à l’intersection cruciale de la logique brutalement calculatrice de l’univers et des fluctuations très fortement circonstancielles de l’expérience des individus dans le temps. Les nombres fournissent une façon concrète de parler des succès et des échecs de la vie, et de façon plus générale des bonheurs et des malheurs du monde. Aucun enfant ne peut atteindre l’âge adulte sans rencontrer, de façon répétitive, de telles idées. Il me semble donc inévitable que cette philosophie populaire chinoise structure fortement le concept populaire de nombre qui lui est sous-jacent. Ce concept populaire de nombre, à son tour, pourrait se révéler pertinent pour une grande variété de contextes – y compris les moins poétiques.

  • 10 Comme le remarquent Sperber et Wilson (1995 : 119), il est difficile d’obtenir une évidence empiriq (...)

38Par ailleurs, on peut supposer que l’intérêt de cette philosophie populaire ne réside pas dans sa seule cohérence, mais aussi dans sa capacité à rendre les nombres intrinsèquement signifiants et importants, indépendamment du contexte où on les rencontre. S’il en est bien ainsi, cela pourrait avoir des conséquences significatives sur les savoirs numériques de toutes sortes. Nous savons que la quantité d’attention que les humains peuvent mobiliser sur une information spécifique de leur environnement cognitif dépend en partie de la pertinence qu’ils lui attribuent (Sperber & Wilson 1995). Et si les nombres étaient, en fait, toujours (ou même souvent) considérés comme porteurs d’informations intéressantes ? Et si cet « effet de pertinence » pouvait être observé sur le spectre entier des usages des nombres – qu’il s’agisse des mathématiques scolaires ou de celles de la rue ? Ce qui est certain, c’est que j’ai eu le sentiment tout au long de mon terrain en Chine et à Taïwan – et comme je l’ai précisé dès le début – que les gens étaient extrêmement intéressés par les informations numériques. Et même si l’hypothèse que les nombres sont intrinsèquement pertinents pour les informateurs chinois est très difficile à tester empiriquement, je pense qu’elle mérite qu’on lui accorde une plus grande considération 10.

39Enfin – et même en mettant de côté le débat sur la numérologie populaire ou la « pertinence » générale des nombres en Chine – il faut noter que les contextes d’utilisation des nombres dans le monde réel rassemblent différents types de savoirs numériques. Revenons un instant sur le cas de Petit Yang. Quand il s’engage dans un marchandage, quatre choses au moins se produisent en même temps. Ce qu’il fait pourrait même être pensé comme une sorte de « quadruple comptabilité ». Tout d’abord, il déploie, à un niveau élémentaire, ses aptitudes numériques intuitives – son « sens des nombres », selon les termes de Deheane. Ensuite, il met en œuvre les savoirs arithmétiques appris à l’école ou ailleurs : il sait estimer le montant approximatif des 60 % du prix demandé. Troisièmement, il mobilise toute sa concentration dans les calculs et « s’empare » des problèmes arithmétiques dans la mesure où – comme le dirait Lave – les données numériques ont pour lui une importance toute pratique. Quatrièmement, il ne perd pas de vue, grâce à une sorte de radar culturel, la possibilité que les résultats numériques soient aussi interprétés en terme de fatalité – ou de moralité. Ces quatre phénomènes sont totalement différents, et chacun place clairement Petit Yang dans un point de vue distinct – au plan de sa pensée – vis-à-vis des nombres qu’il manipule. Mais dans les marchés de Bao Shan ou des villages alentour, il se débrouille toujours pour faire les quatre choses à la fois.

Haut de page

Bibliographie

Butterworth B., 1999. The Mathematical Brain, London, Papermac/Macmilla.

Chen C. & H. Stevenson, 1988. « Cross-linguistic differences in digit span of preschool children », Journal of Experimental Child Psychology, n° 46, pp. 150-158.

Crystal D. & H. Stevenson, 1991. « Mothers’ perceptions of children’s problems with mathematics. A cross-national comparison », Journal of Educational Psychology, n° 83 (3), pp. 372-376.

Dehaene S., 1999 (1997). The Number Sense. How the Mind Creates Mathematics, London, Penguin Books.

Dehaene S., Spelke E., Pinel P., Stansecu R. & S. Tsivkin, 1999. « Sources of mathematical thinking. Behavioral and brain-imaging evidence », Science, n° 284, pp. 970-974.

Fuson K., 1988. Children’s Counting and Concepts of Numbers, New York, Springer-Verla.

Fuson K. & Y. Kwon, 1992. « Learning addition and subtraction. Effects of number words and other cultural tools », in Bideaud J. et al. (eds), Pathways to Number : Children’s Developing Numerical Abilities, Hillsdale (NJ), Lawrence Erlbaum, pp. 351-374.

Geary D., Bow-Thomas C., Fan L. & R. Siegler, 1993. « Even before formal instruction, Chinese children outperform American children in mental arithmetic », Cognitive Development, n° 8, pp. 517-529.

Geary D., 1994. Children’s Mathematical Development. Research and practical Applications, Washington, American Psychological Association.

Gelman R. & C. Gallistel, 1978. The Child’s Understanding of Number, Cambridge (Mass), Harvard University Press.

Karmiloff-Smith A., 2000. « Why babies’ brains are not Swiss army knives », in Rose H. & S. Rose (eds), Alas Poor Darwin. Arguments against Evolutionary Psychology, New York, Harmony Books, pp. 144-156.

Lakoff G. & R.E. Núñez, 2000. Where Mathematics Comes From. How the Embodied Mind Brings Mathematics into Being, New York, Basic Books.

Lave J., 1988. Cognition in Practice. Mind Mathematics and Culture in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press.
1990. « The culture of acquisition and the practice of understanding », in Stigler J.W. et al. (eds), Cultural Psychology. Essays on Comparative Human Development, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 309-327.

Miller K., Smith C., Zhu J. & H. Zhang, 1995. « Preschool origins of cross-national differences in mathematical competence. The role of number-naming systems », Psychological Science, n° 6 (1), pp. 56-60.

Nunes T., Schliemann A. & D. Carraher, 1993. Street Mathematics and School Mathematics, Cambridge, Cambridge University Press.

Parry J. & M. Bloch, 1989. Money and the Morality of Exchange, Cambridge, Cambridge University Press.

Perry M., VanderStoep S. & S. Yu, 1993. « Asking questions in first-grade mathematics class : potential influences on mathematical thought », Journal of Educational Psychology, n° 85 (1), pp. 31-40.
Sperber D. & D. Wilson, 1995 (1986). Relevance. Communication and Cognition, Cambridge, Cambridge University Press.

Stafford C., 1995. The Roads of Chinese Childhood. Learning and Identification in Angang, Cambridge, Cambridge University Press.
2000a. Separation and Reunion in Modern China, Cambridge, Cambridge University Press.
2000b. « Deception, corruption and the Chinese ritual economy », London School of Economics Asia Research Centre (Working Papers).

Stevenson H. & J. Stigler, 1992. The Learning Gap. Why Our Schools Are Failing and What We Can Learn from Japanese and Chinese Education, New York, Summit Books.

Stigler J., 1984. « Mental abacus. The effect of abacus training on Chinese children’s mental calculations », Cognitive Psychology, n° 16, pp. 145-176.

Stigler J., Lee S. & H. Stevenson, 1986. « Digit memory in Chinese and English. Evidence for a temporally limited store », Cognition, n° 23, pp. 1-20.

Wynn K., 1990. « Children’s understanding of counting », Cognition, n° 36, pp. 155-193.
1995. « Infants possess a system of numerical knowledge », Current Directions in Psychological Science, n° 4 (6), pp. 172-177.

Xu F. & S. Carey, 1996. « Infants’ metaphysics. The case of numerical identity », Cognitive Psychology, n° 30, pp. 111-153.

Yan Y., 1996. The Flow of Gifts. Reciprocity and Social Networks in a Chinese Village, Stanford, Stanford University Press.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche, basée sur un travail de terrain effectué récemment, a été financée par le Economic and Social Research Council de Grande-Bretagne (bourse n° 0002390088). Dans le souci de respecter la vie privée des informateurs, tous les noms de lieux et de personnes ont été modifiés. J’ai reçu un soutien inestimable de la part des collègues de l’Institut d’ethnologie, Academia Sinica (Taïwan) ; du département d’anthropologie, université du Yunnan ; et de l’Institut des nationalités du Yunnan. Je remercie également Rita Astuti, Maurice Bloch et Stephan Feuchtwang de leurs commentaires sur cet article. Pour plus d’informations sur les processus de développement de l’enfant dans les régions rurales de Taïwan et de Chine, voir Stafford 1995, 2000a.

2 En chinois : « Chu zhong jing xin tiao wu wei ; tang shang ju shou hui san qin ». Les « cinq saveurs » (wu wei) sont suan, tian, ku, la et xian. Les « trois relations » (san qin) sont fufu, fuzi, xiongdi.

3 Voir l’analyse par Lakoff et Núñez (2000) du « charme des mathématiques », un modèle populaire qui occulte, entre autres, l’importance de la métaphore dans les pratiques mathématiques. Lakoff et Núñez suggèrent qu’il amène les mathématiciens professionnels eux-mêmes à mal comprendre certains des principes sur lesquels est fondée leur discipline.

4 Voir le résumé proposé par Karen Fuson des différents usages des nombres que les enfants doivent maîtriser (1988 : 3-31).

5 Il faut préciser que Lave ne met pas directement l’accent sur le sens des nombres en tant que tel, mais plutôt sur l’importance que l’on attache aux différents contextes de calcul. Nunes et al. (1993) s’attaquent eux, de façon prédominante, à la question du sens dans leur analyse des « mathématiques de la rue et des mathématiques de l’école ». Parmi d’autres choses, ils remarquent que « les mathématiques de la rue sont [habituellement] orales » et que – contrastant avec les mathématiques scolaires qui tendent à la généralité – elles ont tendance à préserver « la plus grande partie du sens des situations qui les génèrent » (Nunes et al. 1993 : 49).

6 Je voudrais ici attirer l’attention sur l’important travail d’Annette Karmiloff-Smith (2000), qui plaide contre les modèles « nativistes » de développement cognitif de l’enfant. Ce faisant, elle rejette l’idée que des capacités innées ou « préspécifiées » des enfants dans certains domaines très spécifiques (comme les nombres) puissent expliquer les orientations du développement cognitif, et elle donne au contraire la priorité aux processus ontogénétiques postnataux.

7 Il est important de se souvenir que les compétences mathématiques – sous toutes leurs formes avancées – ne sont pas nécessairement liées à la dextérité numérique ou arithmétique en tant que telle.

8 En anglais, une fois que l’enfant maîtrise la règle du « th » que l’on ajoute au nombre – dans « fourth » par exemple – (ou celle du « ième » en français, comme dans troisième), les choses deviennent plus simples. Mais si ces règles sont valables dans la plupart des cas (eleven = eleventh ou onze = onzième), elles ne marchent pas avec « twenty-one = twenty-first » ou « un = premier ».

9 Dans la prononciation cantonaise, ba est le premier son de l’équivalent mandarin facai ou « faire fortune ». A cause du succès économique des hommes d’affaires du Sud parlant le cantonais, cet usage (c’est-à-dire le lien entre ba et facai) est devenu universel en Chine.

10 Comme le remarquent Sperber et Wilson (1995 : 119), il est difficile d’obtenir une évidence empirique au sujet des attributions de pertinence. Cela est dû au fait que les expérimentations construites afin de mesurer l’attribution de la pertinence sont tellement différentes des « procédures naturelles de construction du contexte » qu’elles rendent discutable la valeur des résultats. Au cours de mon terrain en Chine et à Taïwan, j’ai néanmoins mené – dans un but heuristique – un projet pilote sur la pertinence de l’information numérique, dont les résultats provisoires seront analysés ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stafford C., 2003, « Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan », Terrain, n° 40, pp. 65-80.

Référence électronique

Charles Stafford, « Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan », Terrain [En ligne], 40 | mars 2003, mis en ligne le 12 septembre 2008, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1540 ; DOI : 10.4000/terrain.1540

Haut de page

Auteur

Charles Stafford

London School of Economics and Political Science, Grande-Bretagne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals