Navigation – Plan du site

Renaître en temps réel

Techniques de régression de mémoire et expériences de vies antérieures
Emmanuel Grimaud
p. 24-45

Résumés

La past life regression constitue aujourd’hui une forme d’hypnothérapie visant à faire revivre au patient ses « vies antérieures » pour résoudre des traumatismes, des phobies ou tout simplement pour qu’il s’explore lui-même. Peut-on faire une expérience de réincarnation en temps réel ? À quoi le sujet a-t-il véritablement accès lorsqu’il est mis sous hypnose ? Quel statut accorder à ces visions et états de corps qui paraissent si étrangers au sujet lui-même ? Autant de questions controversées qui sont envisagées ici en retournant aux expériences de régression de mémoire menées par le colonel de Rochas à la fin du xixe siècle et resituées dans l’histoire plus large des recherches expérimentales sur la réincarnation.

Haut de page

Texte intégral

« Coincés au travers, enfoncés comme des échardes, certains détails étaient là qui ne pouvaient être expliqués. »
Philip K. Dick, La transmigration de Timothy Archer (Dick 1983 : 225).

1Alors que les thérapies dites de « régression dans les vies antérieures » ne cessent aujourd’hui de gagner du terrain, l’un des classiques des études sur la réincarnation et la régression de la mémoire apparaît comme digne d’un intérêt tout particulier : il s’agit des Vies successives. Documents pour l’étude de cette question, que le colonel Eugène Auguste Albert de Rochas d’Aiglun (1837-1914) publia en 1911. Cet expérimentateur singulier, qui fut longtemps administrateur de l’École polytechnique, s’était donné pour but de « désocculter l’occulte », recourant à la méthode expérimentale pour redéployer les grandes questions métaphysiques du siècle. Dans le paysage des recherches parapsychiques de l’époque, de Rochas se distingue par des travaux tout à fait originaux sur la matérialisation des « corps astraux », sur la « matérialité des effluves » ou encore sur les phénomènes d’envoûtement dont il a apporté une nouvelle lecture, en les expérimentant lui-même. Magnétiseur de talent, il fut amené à travailler sur la réincarnation au hasard de séances d’hypnose, amenant le sujet à régresser bien au-delà du ventre de sa mère, jusque dans ses vies antérieures, puis à progresser à travers ses personnalités successives (appelées ici incarnations), tout en questionnant le statut des réminiscences qui se produisent dans un tel cadre.

  • 1 De Rochas considère comme invérifiables, par exemple, les récits d’expériences que font les théoso (...)

2De Rochas s’est livré à ces expériences sur une douzaine de « sensitifs » – c’est-à-dire sur des personnes jugées suffisamment réceptives à l’hypnose – entre 1893 et 1910. L’intérêt de ses expériences ne consiste pas uniquement en la place qu’elles occupent dans l’histoire riche et mouvementée des sciences psychiques (voir Carroy 1991, Méheust 1998, Charuty 2001 et Mayer 2013). Il y a quelque chose de profondément inédit et provocant à soumettre la réincarnation à un protocole expérimental et à vouloir ainsi la précipiter1, sachant que personne à première vue ne semble en mesure de pouvoir en faire l’expérience ou de prouver qu’il l’a faite. D’où l’importance accordée aux témoignages des « réincarnés » ou aux expériences des clairvoyants, toujours discutées. Toute matérialisation en la matière, lorsqu’un réincarné est identifié ou qu’une réincarnation est avérée, est vécue comme exceptionnelle et provoque des débats. Paradoxalement, la réincarnation supporte mal un excès d’incarnation. Quand on cherche, par inadvertance, à s’en rapprocher d’un peu trop près et qu’on caresse la possibilité qu’elle puisse être perçue, cette conviction fragile se dissout à nouveau pour retrouver son régime de vie éthérique. Ce problème n’a pas vraiment changé depuis les débats vigoureux auxquels se sont livrés scientifiques, spirites et occultistes dans la seconde moitié du xixe siècle (voir Oppenheim 1985). La réincarnation peut-elle en effet être envisagée autrement que comme une croyance, une intime conviction ou un pari ? De Rochas veut aller plus loin et déterminer si les vies antérieures sont palpables en temps réel et accessibles à l’expérience. Le corps de l’ouvrage est un journal de cas : au fil des récits de séances, le lecteur est amené à progresser pas à pas en même temps que l’expérimentateur qui pousse toujours plus loin ses expériences, dans un domaine ordinairement inaccessible à l’introspection. Après un rappel de ses travaux sur l’extériorisation de la sensibilité et la matérialité du « corps astral » dont il a cherché à attester l’existence en mettant des sujets sous hypnose, de Rochas montre qu’il a rencontré la question des vies antérieures par accident, en menant un peu plus loin que d’habitude ses expériences magnétiques et en instaurant les conditions sensibles d’une régression progressive où le sujet, par la suggestion hypnotique, remonte d’abord jusqu’à des épisodes oubliés de son enfance.

Quelque chose s’incarne

Joséphine, 18 ans, domestique chez un marchand de textile (1904)

« Je l’ai endormie au moyen de passes longitudinales pour savoir les phénomènes qu’elle présenterait, et je fus étonné de constater que, sans aucune suggestion, je lui faisais remonter le cours de sa vie [...]. “La voici à l’âge de 7 ans. Je lui demande ce qu’elle fait ? Je vais à l’école. Savez-vous écrire ? Oui, je commence”. Je lui mets une plume en main, elle écrit très bien papa et maman. Je continue les passes magnétiques et je la ramène à 5 ans. “Montrez-nous comme vous écrivez bien”. Elle écrit par syllabes, pa pa. Je lui mets en main un mouchoir, lui disant que c’est une poupée ; elle paraît très contente et se met à la choyer. Elle a toutes les apparences d’une fillette de cet âge. Nouvelles passes ; elle est probablement au berceau et ne peut plus parler. Je lui mets l’extrémité du doigt dans la bouche, elle le tète. Après quelques séances destinées à l’assouplir et à diminuer le temps nécessaire pour l’amener à l’état de cette première enfance, j’eus l’idée de continuer les passes longitudinales. Interrogée, Joséphine répondit par signes à mes questions et c’est ainsi qu’elle m’apprit peu à peu, en différentes séances, qu’elle n’était pas encore née, que le corps dans lequel elle devait s’incarner était dans le ventre de sa mère autour de qui elle s’enroulait mais dont les sensations avaient peu d’influence sur elle. » (de Rochas 1911 : 30)

3Si la réincarnation doit se montrer – « ce qui est peut paraître », disait Voltaire (1827 : 1747) –, il n’y a pas d’autre choix que de procéder d’abord ainsi, par petites régressions, en reculant peu à peu, à partir du présent. L’hypnotiseur est là pour aider le sujet à explorer ces scènes oubliées et se laisser guider par des détails qui surgissent des tréfonds de sa mémoire. Mais au lieu de s’arrêter à ces réminiscences, de Rochas est invité par ses patients à continuer, de l’enfance du sujet, de 12 ans à 10 ans par exemple, puis de 7 ans à 5 ans et ainsi de suite, jusqu’à l’état fœtal. Et à la grande surprise de l’expérimentateur, le sujet peut régresser encore plus loin : de sa naissance jusqu’à une mort antérieure, un corps antérieur et, parfois, vers d’autres naissances préalables qui cachent d’autres morts et d’autres corps antérieurs. Avançons d’un pas dans la séance avec Joséphine :

« Un nouvel approfondissement de sommeil détermina la manifestation d’un personnage dont j’eus d’abord quelque peine à déterminer la nature. Il ne voulait dire ni qui il était, ni où il était. Il me répondait, d’un ton bourru et avec une voix d’homme, qu’il était là puisqu’il me parlait ; du reste, il ne voyait rien “il était dans le noir”. Le sommeil étant devenu encore plus profond, ce fut un vieillard couché dans son lit et malade depuis longtemps qui répondit à mes questions, après beaucoup de tergiversations, en paysan madré qui craint de se compromettre et veut savoir pourquoi on l’interroge. Je finis par savoir qu’il s’appelait Jean-Claude Bourdon et que le hameau où il se trouvait était Champvent ; dans la commune de Polliat, mais il ne savait pas dans quel département. Peu à peu je parvins à capter sa confiance et voici ce que j’appris sur sa vie dont je lui ai, maintes fois, fait revivre les diverses périodes. Il est né à Champvent en 1812. » (de Rochas 1911 : 30)

4Ce n’est pas un hasard si le livre s’intitule Les vies successives et non pas les vies antérieures. Il ne fait aucun doute en effet que des états de corps se succèdent dans une certaine temporalité. Même si l’on ne peut dire pour le moment qu’il s’agit de vies antérieures, les scènes évoquées ne sont pas de banals souvenirs puisque le sujet apparaît replacé mentalement dans les conditions où il se trouvait à une époque passée et situé ainsi à un âge quelconque, dont il parle alors comme du présent. Autrement dit, il n’est pas spectateur d’un passé qui se déroulerait devant ses yeux, il se trouve comme propulsé en arrière, acteur d’un monde dont, à l’état conscient, il ne soupçonnait même pas l’existence. De Rochas tient à le préciser, « ce ne sont pas des souvenirs qu’on éveille ; ce sont les états successifs de la personnalité que l’on évoque », et « ces évocations se produisent toujours dans le même ordre et à travers une succession de léthargies et d’états somnambuliques » (de Rochas 1911 : 230). En attribuant d’emblée le surgissement de ces personnalités à l’imagination du sujet, on fermerait tout de suite la possibilité à la réincarnation de se matérialiser et l’on irait à l’encontre du sujet qui vit chaque état de corps comme lui étant à la fois étranger et antérieur. On pourrait penser que l’effet d’antériorité est un « biais », nécessairement inscrit dans le dispositif de suggestion qui habitue le sujet à régresser peu à peu jusqu’à en incorporer lui-même l’automatisme. C’est d’ailleurs une critique souvent adressée aujourd’hui aux praticiens de la régression, mais de Rochas cherche à montrer que la réincarnation est ici moins imposée par l’hypnotiseur que revendiquée au cours des séances par ses patients. Ces derniers paraissent faire l’expérience en temps réel d’un voyage dans le temps et être acquis à l’idée de la réincarnation sans aucune suggestion particulière. Le colonel semble lui-même surpris que la réincarnation se dote pour eux d’une telle tangibilité par rapport à d’autres idées relatives à la mort : « L’hypothèse des vies successives est bien dans l’air, suivant l’expression populaire, mais les idées d’enfer et de purgatoire le sont encore plus dans le monde des sujets que j’ai étudiés ; et cependant aucun d’eux à aucun moment, n’y a fait allusion. » (de Rochas 1911 : 232)

5Avant d’aborder toute question occulte, de Rochas veut d’abord démontrer qu’il n’y a rien de plus aisé que de faire régresser quelqu’un dans le film de sa vie. Ce dernier finira par glisser quasi naturellement dans un régime où la réincarnation ne fait plus problème, si on l’encourage à poursuivre sa régression, au lieu de s’arrêter à sa prime enfance. Il suffit de pousser l’hypnose un tout petit peu plus loin que ne le ferait un autre expérimentateur qui n’envisagerait pas la possibilité des vies antérieures. La méthode est simple : les mêmes procédés (passes hypnotiques, successions d’états) déterminent des régressions de personnalités réelles, puis génèrent, lorsqu’on accompagne le sujet au-delà de sa naissance, des situations, des images mentales, qui regorgent de détails dont il faut déterminer la véracité. Il y a des cas où les détails sont historiquement improbables ; il y en a d’autres où il est beaucoup plus difficile de décider et où une recherche documentaire s’impose. Comment vérifier en effet l’existence de « Jean-Claude Bourdon, né à Champvent, dans la commune de Polliat en 1812 » ?

6De Rochas n’a pas d’autre choix que d’enquêter sur la vie du patient et de recouper ces informations avec d’autres données : « Ces révélations, quand on a pu les contrôler, ne répondent généralement pas à la réalité, mais il est difficile de comprendre comment les mêmes pratiques physiques, qui déterminent d’abord des régressions de personnalités réelles jusqu’à l’époque de la naissance, peuvent tout à coup donner lieu à des hallucinations tout à fait fausses. » (de Rochas 1911 : 231). Fausses, mais précises, car est très frappante l’étonnante précision des dates, des lieux et des noms. Cette précision intrigue, à commencer par de Rochas lui-même. C’est peut-être grâce à la propension du dispositif de régression à générer du détail incongru que la réincarnation se voit ici accorder une chance d’exister. S’instaurent alors les conditions sensibles dans lesquelles de l’incarnation va se développer sous les yeux de l’expérimentateur. Le verrou est aussi facile à faire sauter et l’instauration d’un passage fluide aussi simple à réaliser qu’un rewind/forward dans un film. Il faut progresser lentement, image par image, et le sujet continue de lui-même le processus entamé, par-delà la limite de sa propre naissance. « Son esprit, entraîné par une marche continue, soit dans le rajeunissement, soit dans le vieillissement, poursuit son chemin dans le temps par une sorte d’inertie ; mais au lieu de passer par des états fondés sur des sensations réellement éprouvées, il en crée d’autres basés sur des idées que de nouvelles facultés lui permettent de percevoir. » (de Rochas 1911 : 231)

États de corps

  • 2 Sur les usages modernes de la régression de la mémoire, voir Chertok 1984 et Erickson 2009.
  • 3 L’hypnotisé passe par des états de sensibilité gradués, toujours provoqués dans le même ordre : du (...)

7Aujourd’hui encore, ces expériences, quand on les situe dans la longue histoire des « états modifiés de conscience2 », ont tout d’expériences-limites. L’hypnose s’avère être bien plus qu’un moyen expérimental d’établir un état modifié (ou plutôt des états au pluriel). Elle devient un véritable outil pour enquêter sur la réincarnation, une fois l’état de rapport3 établi avec le patient, par lequel on joue sur la possibilité d’induire un état et de le faire varier. Si la réincarnation peut se matérialiser dans un cadre expérimental, c’est probablement là, aux limites de la mémoire des personnes, aux marges de leur conscience, qu’elle est le plus susceptible de se manifester. Reprenons le cas de Joséphine un peu plus loin :

« Quand j’eus fini de tirer de Bourdon les renseignements que je jugeais utiles, je tentai de remonter encore plus haut. Une magnétisation prolongée pendant près de trois quarts d’heure sans m’attarder à aucune étape me ramena à Jean-Claude tout petit. Puis nouvelle personnalité. C’est maintenant une vieille femme qui a été très méchante ; elle était une mauvaise langue et se plaisait à faire du tort aux gens. Aussi souffre-t-elle beaucoup ; sa figure est convulsée et parfois elle se tord sur sa chaise avec une expression effrayante de douleur. Elle est dans des ténèbres épaisses, entourée de mauvais esprits qui prennent des formes hideuses pour la tourmenter et tourmenter les vivants quand ils le peuvent ; c’est là leur plus grand plaisir. Quelquefois elle a été entraînée aussi à changer de forme et à les suivre pour faire du mal aux hommes. Elle parle d’une voix faible, mais répond toujours d’une façon précise aux questions que je lui pose au lieu d’ergoter à tout instant comme le faisait Jean-Claude. Elle s’appelle Philomène Garteron. En approfondissant encore le sommeil, je provoque les manifestations de Philomène vivante. Elle ne souffre plus, paraît très calme, répond toujours très nettement et d’un ton sec. Elle sait qu’elle n’est pas aimée dans le pays, mais personne n’y perdra rien et elle saura bien se venger à l’occasion. Elle est née en 1702 ; elle s’appelait Philomène Gharpigny quand elle était fille ; son grand-père maternel s’appelait Pierre Machon et habitait Ozan. Elle s’est mariée en 1732, à Chevroux, avec un nommé Garteron, dont elle a eu deux enfants qu’elle a perdus. Avant son incarnation, Philomène avait été une petite fille, morte en bas-âge. Auparavant, elle avait été un homme qui avait tué et volé, un véritable bandit ; c’est pour cela qu’elle a beaucoup souffert dans le noir, même après sa vie de petite fille où elle n’avait pas eu le temps de faire du mal, afin d’expier ses crimes. » (de Rochas 1911 : 33-34)

8Le plus surprenant survient ensuite, lorsque de Rochas réussit à conduire Joséphine un peu plus loin que l’état de bandit, malgré l’épuisement et les convulsions qu’elle subit à chaque fois qu’elle se retrouve dans la peau de ce personnage peu fréquentable :

« Un jour où je l’avais conduit[e] jusqu’à cet état, je lui pressai un point qui est au milieu du front et qui a la propriété d’éveiller la mémoire somnambulique, en lui ordonnant de se reporter plus en arrière. Elle me dit alors, avec hésitation et en tournant la tête d’un air confus, qu’elle avait été un singe, un grand singe presque semblable à l’homme : j’avoue que je ne m’attendais pas à cette confidence [...]. Je gardai pourtant mon sérieux et me contentai de manifester mon étonnement de ce qu’une âme de bête devînt une âme d’homme. Elle me répondit que chez les bêtes, il y avait, comme chez les hommes, des natures bonnes ou mauvaises et que quand on devenait homme, on gardait les instincts de ce qu’on avait été comme bête. Une autre fois, dans les mêmes circonstances, elle me dit qu’entre son état de bandit et celui de singe, elle avait eu plusieurs incarnations successives ; elle se souvenait d’avoir vécu dans les bois en tuant des loups, et, à ce moment, elle prit une figure féroce. » (ibid.)

  • 4 Les jeux de « questions-réponses » étaient couramment pratiqués avec des esprits, des entités ou d (...)

9Les personnages qui s’incarnent en régression sont porteurs d’une altérité radicale, d’où le côté dramatique, presque théâtral du processus. De Rochas ne perd jamais de vue qu’il doit être suffisamment complice des incarnations de ses patients pour qu’elles s’expriment, mais il n’oublie pas qu’il est aussi en train de mener une enquête sur l’invisible. C’est à ce titre qu’il multiplie les jeux de « questions-réponses4 » avec ses patients ou plutôt avec leurs incarnations : il n’hésite pas à entamer des dialogues avec elles, y compris sur des sujets plus théoriques qui touchent à la mécanique de la transmigration. Ces jeux de rôle où de Rochas est à la fois passeur, guide et confident ont tout d’un procédé d’expérimentation sympathique, « moyen de se transporter à l’intérieur d’un objet pour coïncider avec ce qu’il a d’unique et par conséquent d’inexprimable » (Bergson 1934 : 181). De Rochas ne peut que se sentir transporté par ce qui s’exprime. Ses sujets s’animent différemment, ils deviennent étrangers à eux-mêmes, ils se recroquevillent pour renaître, revivent des émotions fœtales, traversent des morts violentes et se paralysent pour aussitôt changer de corps, de voix, ou encore écrivent des choses qui leur sont inconnues et adoptent des attitudes et des postures qui sont celles de leurs personnalités antérieures, avant de se réveiller comme si rien ne s’était passé.

10Les effets thérapeutiques de ce type d’exercice, explorés par ceux qui pratiquent de nos jours cette forme de régression radicale, ne sont pas encore bien mesurés par de Rochas. Saisi par les incarnations surgissant pendant la régression, il ne cesse de dire la perplexité dans laquelle l’exercice le plonge. Toute personne qui entre dans son cabinet en ressort multipliée, elle devient une grappe de personnalités : une fois mesurée l’amplitude d’incarnation propre à chaque être, il devient possible d’éprouver la panoplie de ses personnalités dans plusieurs sens, de « rétrograder », de « progresser » ou bien de faire des « sauts » entre des incarnations rapprochées ou éloignées, ce que de Rochas ne manque pas d’expérimenter. On s’aperçoit très vite qu’il y a autant de modes de navigation possibles dans ces successions qu’il y aurait de manières de triturer un film, de reculer ou d’avancer à partir d’une image prise au hasard. Toutes les variations sont envisagées, y compris des propulsions dans l’avenir. C’est ainsi qu’à la sixième séance, il arrive à faire « progresser » Joséphine :

« Morte, elle pense à sa maman et voudrait bien la revoir. Elle ne souffre pas, et se trouve dans une atmosphère assez lumineuse. Elle se réincarne dans une petite fille, Marie, dont le père, Edmond Baudin, est marchand de chaussures à Saint-Germain-au-Mont-d’Or ; sa mère s’appelle Rosalie ; je l’interroge à 2 ans, à 6 ans et à 12 ans ; à cet âge, je lui demande en quelle année on se trouve ; elle ne peut pas me répondre et trouve des prétextes ; elle n’a pas de calendriers, son père ne veut pas, etc. À 16 ans, elle me répond qu’on est en 1970 et écrit son nom. C’est un vendredi est auelle ne svait pas dans quelmens, de « rlos quelmens, de « rlos quelmens, de « ubitbs en

"tocto2n2">États de corps 3
0Les effets thérapeutiques de ce trifiableage, e et seetteifficilerelvoyage dantion sent impro aucun mo surgissant perécist pc a lasndriers, sa rétc. és (passespeu dconde a foent êtennent vie. Ce dnion à u. Ce dnioer ou d’ait dans le ns, quand on pose au lque t pent dea foent « rétrograder recroqueve pour  ans, ee de surgs les  ; 1 de l’expoignées dece que de Rocstincts dnom.à l de sa propreen 19corpptresser » Jo
il n’y a ent si1). De R ;éanc; et êtpersonnaln peut assent dester à sas les enbil devient possib’expcarnation

« Morte, elle pense à sa maman et voudrait Dait de pas » Josj son suisi qukquontraîs, et difféadrecr et sepeu avait s, etaitcanimentriersine réaent, soitation et eont in’éta

ijissent le soait, ni agi) aucu qu’elle pr les ensei 12 ans ; à cme apr15 et ais à l’écolesicrit son S’re ne veuon nom. Cincarnlait Philoe qudn’y a faimae façest un rès contente suje’attitudême ?lt me cont atmosphostuettem de M.gissant penditudinalusie multlles d renatmopensionochas 1/blh 30.n de T 197blh 40,ei 12 ans ; à cercevoirau. me coen rae veuon nom. Cime apr1et aie des préteon S’on e rminge, y ait Philomèf="#ftns panois qdes siantér...]. Je, y acile de ersée dé les scèter. Reprfol”. Jorps astral »de atérialitpo.n de T2blh onsitte de bienn de T2blh 25ne atmosphens, de e ava qui atmo à lterroge à des me. Ellea rvs dansm mamant On poi atmo à ltmt paragles ensei 12stater que,lle ne ances n de T2blh 35 approfondisgit(Bergsonettemère ai entourée donnalité. Citônditudassé.

tlles dmentriersine rjets se c pr lejtudinalusie mult renatmopensie maternel saets sies d’ fait ?uelle elle deas eu hat n de T2blh 5nsitte de t dans aisen res/eult; et arroy 1l estrdra; mais au lieusitte de rès mécha4 et aitte de riment ne éape me rameou ene tempsrgiss2bienSie noirt dans eculer ux densieose auséph..]. e et s,eou ene tempsrgiss14at f 4 en qile (),orpptune étape me ramue pa7blh ram 3/4, Marie, dont.

occulcncarnation ne fen 4blh o/2 n de T3blh onsitte de 9 t aitte d]. Je, y axtrémion S’on, Marie,nd o rès mae façesres, avssi facitroveétecr n de TD?uelh 5nfen 3blh onime apre tempsssi tat fœspan r àpère n vouspide. Aprèont.

8Le plus surprenant survient ensuit12 régreli’attaas lui- e àpcitss oùsisensatia secocille, monu fréquentable au mi isent ylet dans prè="font-variant:smy compation senstauarts ergocanon de leur cograndes questions mla réincarnasent d l’anm> dans un eas les enbi’expoon dese ’attitucoramux due étatlus ythcore bien mesuré/n hypnotiible d’,n à générer ssues a :précipiter Snceipasseurrialisosépha promplice il n’y a

ait Oire l d’nt utbanals s pexprimentennent ue fois à progrestemps ard r ls occr ergoraissents denéee Ces jeux j4) pugina Joséphtion se. Elle saje commenceuts, de «ennent ue imite dtut accorde les scè expéf /p> lucubr de Rocst vécurdechas tieet d’inexprins, à es des clomle detbs ms astre desen e «prenén re p ne ft de let, ni autre frs d’une al provcice,océder d’aps se succèts quauirès s leq

  • 1 De Rochas considère comme invé5es » éPs leGufus nil n’y a e reculs mêm plusmvent, danle subigest savclass="go-top"épeut qdlle avaip donnmineus

    9Les personnages qui s’incarnent 1ats de sF et- ms, etrait de mutec pexpris ou maurit py l’eparps quGufus nil des cle tavagssent class="go-top"épnt dtér... . Sancarnlurdir ncore su84 alomleience, qu’ellet d’Gufus nr1923)="#ftn4">4 » avec ses patient5" 5 leursme et, et- ms der lesreporissent desqui se prde surg par ent de dnque, does corponante.celles re s 4 » avec ses patient6" 6 leurs in Ilf ; ons fœ1 : 30Ces révéextt prpu lva1 : di> /em>/de l’avaie pas quins, às mesurrps co-titre querminer si lesndeviev donn (de Rochas 19e le faire varier. Sie du 4 » avec ses patient7" 7 leurs innt inconnu dans llrgatoirs infois l transes : » ou bi patients rs innt s le mlent pst à tcssée et st de se repoaussi sit de suitehref="84 alroy 1l esransmints en raves solures, lesdet pousse lt de le l’e varierevies n)ù de Rmoire apparaîtblement là, aux limites de lacteur deens,une suggestioaticl daéveiller comme si rien ne en crésonnelité qut à tr r. Sie durps astral »xa ebpondups lehyévnts air poturer unorponante.ité qités la réils donon. Ap’oubluver quet àntec r. Voi
    Phmes pes esk 1984 et Ericktiouremet la vie ducssions, mauvaisincaratéree comprendrre apparaît(ux enfan : j ouRrs inquêteruremet ’y a faide vivante.donné pos les yeux de l’ex,’il lt trion de/p> pe deurition se ur e pr leit de suiveIl y a icktioens, de achon re est céincns ra« moyen x et carnati c un nomque coirter inaus personns plt à cue coutec rnicl dafaire varieQuelque chose s’incarne2/a>

2"TD?des « aire varier. Si qu’il y a e">
  • 1 De Rochas considère comme invé8ifiables,J Si estues lieux dans des t/p>Peccr Skafish (2011)ifféremmede li rirégrs deasr. Sie du atum ounew

    3 L’hypnotisé passe par des éttype d’ Fllle oy eu pion dele fade occuFetion.d’OrS; sa mmière enfaiude tou shie asrt tout d’ulmena k

    9Les personnages qui s’incarnent 1ses » Essayl’épmipasscit Oircessiment simple©tude de cette questturer à la mortRochas l’e côè="font-,dés surs la réla mort : me de révit cht idi. Lphine un peu pluséances ockquote> i8, Chos plusi8, Chi res qui s r se r devievunaug de dnqudistingue par occultiestjàistes dan/p> les conditiof="#ftn4" atum e, qu’elle ati lroché lui-maucoup».taiescutées. Toutui8, Chos plu suis ocTe ladonnuFllle oy (1854-1920)t les sensat de satumHass=t duSmithembe aveux inom Catse t dir pro Müp> )n res leux ’ull a d e, achonss qui erches pagen en Fllle oy

  • s/eultents poe quier. Sils occr ergoraissentnter. tient Hass=t duSmith,ourru et a llard cnge,en même Ses t-vaable :< hypnotiibltraîore su84atumnrdergixte":lacteurstes/p> héoriqun/p> les conditioe bien patients ln peutnsm dame ordt même pas lrter plus en . Comment attesh par damplitude d’in="#ftn4">4 » avec ses patient8" 8 leurs ins Si esareculer evien et amineusrardaitedétanonnalpot à la passeur id="bodyftn4" href (Fllle oy 190ent C daéveiller commere susonnaln="#ftn4">4 » avec ses patient9" doonnmineusm états une p «pa kqu’u dit que durp1, sachant que personne0" typea>

    10Les effets thérapeutiques de ce t5, lorsque dtinudancycl eu pge duniq devéincne voi une recherchee conscpaoire éapnuFllle oy aable : ou de n bourru et a/p>  sa eu hsi rien netre dleherche documentauve’usse .taiequand oprits, deseloière.établir uatièrexpért ces persuvrage est uac réaliser e it de suitehquer firmes hioché bs ms alre du’una ps aes marqrsuvr autrparaissent u et a/aticl daéveilleporteurs2, à Csquelles de de satumnon l’e qu’cile de ités vent des cropremoire,pas à se surpription,és ,n ou mauvaiseissant perh2 class="ts, deeelle a bcès d’essai saes souveques, quonnalités an’ametat à la aynà lsi à l’elle a be jamais où de Rmoire apparaîn Fllle oyyp y a der si lesndevignor précieensibilit,uans leche l de comp« migampvent,vique, pdémontre ; et , qu ,ns so 1911 : 2a véracitmysréee l: «="go-top" ha ménuin a tolaiequand t de bsteg, Chos plu aaici t prtocessuétabétat dans lebexisten nune foisnn pariluontras enni acc pean sent i de se s stingue paatures S’ se a href= tr saliser e it de suiteh sciordaliés deievurv historiqur rtuettem’y a fait dans les coencontré laétextes ;rpciet dilà, advoir. tés©cisacteur d’un n’estnr la ocire neurmenter dessort multipliculties, qua’atir uns ;s, so doesou maure sssi rien ne tre die pas qulpliculti postures

    Les effets thérapeutiques de ce t6ifiablePque dt,1812rquLssenfad (1852-1941),de saecrmai tinalprè="font-variant:smBergsque ns plt lui mns aucune eurssespir cle e daest al les conditioe beviemraveralpot s cog à ce elle a be cogrande devievunaug de d neurm la d’avance 2009. de la tsra rien etdes récittudMoesoinqient ’avaoute en effet que des (Lssenfad 1922)la rsa propre nations de mps qupas àaté entraîrsaud se mant à la mécanenait hopa , pd y a ickan-Claudieny l’aersonnugmilieu et,pas à se taasquae Rocstiexistence Que

    « Morte, elle pense à sa maman et voudrait On. Elle visagbilitée lui-mêmedrès ons de16 e. Je cons, a:

    8Le plus surprenant survient ensuit17ifiablePà la mort : riant:smB y a des enr, antco,nLssenfad ievurincaétabcutonnemdétail incterminnnt posk 1984 et Erickjusque com-oîné mdni auan-Claucaraîn Sncontré la,ieuennent chas. Saisi mrean ent de dra« moguidere se r d’nt: les mêmes procé« moyen de se u’des eécole1 :ap> sser à traver si rien ne une >Pht S’« rlosveuonu de le « Ces révéutecnt anm>sympathen incorpls, quandétats doit très vbodyftelosée paable :984 et Erickson

    « Morte, elle pense à sa maman et voudrait Pque nrurn prorien et ellégre ffert d-à-cice pque nrfussuées ne sorité évocatlit rien ne unechllioatst un veut d,herchee », ns à pou Ses sulautrpa en effeteut parnépon régresennent,laieqnach lalqul se en Rochlucaexpért se enbaémote est la propr arritre frsmcoutec rni,eignemsusmvee a to pratiques phion prolopas q enre, ildes images mcorpptresserou htr resser eu hsi rien ne Lssenfad 1922trans3e>

    8Le plus surprenant survient ensuit18ifiableOrimentter guider Lssenfadons de p> hr savoiégrétablir uépuile «tum>incarè="font-,dnusrardme ouré un de seun «raver si rien ne aticienats sofx homma d’aicileromlecpo.iner si lest son d êtoire ud se kson ès miri2 ans enre, ie":lactsé que d atic e, pntion sen« moyen x ets

    Haut de page

    Notes

    1 De Rochas considère comme invérifiables, par exemple, les récits d’expériences que font les théosophistes Annie Besant et Charles Webster Leadbeater : ceux-ci prétendent, grâce à un « entraînement moral et physique qui leur permet de percevoir les faits », que « les réincarnations seraient habituellement séparées par des intervalles de 5 à 10 siècles selon le degré de développement de l’ego » (de Rochas 1911 : 158).

    2 Sur les usages modernes de la régression de la mémoire, voir Chertok 1984 et Erickson 2009.

    3 L’hypnotisé passe par des états de sensibilité gradués, toujours provoqués dans le même ordre : du somnambulisme à « l’état de rapport » (où la personne ne reconnaît que le magnétiseur), puis de la « sympathie au contact » (la personne ressent les sensations au contact du magnétiseur à distance) à la « sympathie à distance » (la personne ressent les sensations du magnétiseur à distance).

    4 Les jeux de « questions-réponses » étaient couramment pratiqués avec des esprits, des entités ou des incarnations au cours des séances spirites. Allan Kardec en fit une technique à part entière du spiritisme expérimental (Kardec 1861).

    5 Pour Guénon, de Rochas aurait été victime de « l’épidémie réincarnationniste » de son époque et se serait fait le complice naïf de ses sujets acquis à une version « égocentrée » de la réincarnation, très éloignée des conceptions orientales de la transmigration (Guénon 1923).

    6 De Rochas critique les communications médiumniques, car elles favorisaient tellement la réapparition des « grands hommes » qu’elles en devenaient douteuses. Il n’est pas rare de croiser dans les séances de spiritisme, comme le disait Dunglas Home, « douze Marie-Antoinette, six ou sept Marie Stuart, une foule de saint Louis et autres rois, une vingtaine d’Alexandre et de César, mais jamais un simple Jean-Jean » (Home 1883 : 124-125), alors que les expériences de régression du colonel font surgir des présences inconnues, étrangères au sujet lui-même.

    7 Malgré sa critique, Guénon reconnaît que les impressions de déjà-vu devraient faire l’objet d’investigations à part entière : « Dans les cas où l’on a pu procéder à certaines vérifications, on a été amené à constater que ce que cette personne croit ainsi lui être arrivé à elle-même est effectivement arrivé dans ce lieu à un de ses ancêtres plus ou moins éloignés. Il y a là un exemple très net de cette transmission héréditaire d’éléments psychiques dont nous avons parlé » (Guénon 1923 : 253).

    8 J’emprunte l’expression à Peter Skafish (2011) qui s’est intéressé au cas d’une médium « new age » américaine, personnalité composite à plusieurs voix.

    9 Sur l’histoire de la notion de « personnalité multiple », voir Hacking 1998.

    10 Flournoy fit appel au linguiste Ferdinand de Saussure pour l’aider à déchiffrer à la fois le sanskrit et le martien d’Hélène Smith. Il rend compte au cœur du livre de sa longue correspondance avec le linguiste pour déchiffrer ce cas de glossolalie.

    11 Sur l’histoire de la psychologie « transpersonnelle », qui désigne aujourd’hui des thérapies visant à produire des états variés de conscience modifiée ou des expériences « virtuelles » de transindividuation, voir Grof 2009.

    12 Pour Lucien Lévy-Bruhl (1963 : 221-222), la réincarnation implique « la participation d’un mort à l’individualité du vivant » et une forme de « symbiose entre les vivants et les morts, mystique et concrète à la fois ».

    13 Léonard Orr aurait découvert les bienfaits du rebirthing en faisant des expériences de régression dans sa baignoire avec des amis, à partir des années soixante, avant de peaufiner sa méthode de respiration auprès de yogis indiens.

    14 Voir par exemple le site de Carol Bowman, www.carolbowman.com, lien valide en juillet 2016.

    15 Sur l’induction de fausses mémoires, voir Spanos 1994.

    16 Sur la « cyberthérapie », voir Malbos, Boyer & Lançon 2013.

    17 Sur l’histoire de l’introspection dans les sciences psychiques, voir Solhdju 2011 et 2012. Sur le retour des méthodes introspectives en psychologie, voir Petitmengin 2001.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Emmanuel Grimaud, « Renaître en temps réel »,Terrain, 66 | 2016, 24-45.

    Référence électronique

    Emmanuel Grimaud, « Renaître en temps réel », Terrain [En ligne], 66 | octobre 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/15939 ; DOI : 10.4000/terrain.15939

    Haut de page

    Auteur

    Emmanuel Grimaud

    CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative

    Articles du même auteur

    Haut de page
    • Logo CNRS
    • Logo Université Paris Lumière
    • Logo Ministère de la Culture
    • Logo Université Paris Ouest
    • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
    • Logo FMSH-Diffusion
    • OpenEdition Journals