Navigation – Plan du site
Qu'est-ce qu'un événement ?

Les sciences sociales face à l’événement

Alban Bensa et Eric Fassin
p. 5-20

Résumés

Les sciences sociales ne font face à l’événement qu’avec hésitation : elles préfèrent les structures, et réduisent l’événement à ses contextes sociaux et à ses constructions médiatiques. En réaction, l’histoire du temps présent tente d’isoler le présent pour exacerber la présence de l’événement. Ce numéro veut montrer comment nos disciplines peuvent, avec Deleuze, considérer l’événement comme ligne de partage, ou rupture d’intelligibilité. Sans renoncer à l’étude des contextes et des constructions, elles renouent avec l’expérience des acteurs sociaux, faisant place au rôle des individus et à la réalité de l’action. Toutefois, leur approche diffère de la manière dont les acteurs créent des récits pour rendre compte de cette fracture du sens : sociologues, anthropologues et historiens confrontent les récits, sans confondre l’événement avec une origine. La signification de l’événement gagne ainsi à être appréhendée par la construction de séries pertinentes, comme le montre l’exemple du 11 septembre 2001.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour Jean Bazin. Le 12 décembre 2001.

Texte intégral

1Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème. Elles l’ignorent le plus souvent. Ainsi, la description ethnographique privilégie la banalité quotidienne, ou s’attache à la répétition rituelle, tandis que, en miroir de l’ethnologie, l’anthropologie oublie volontiers la temporalité. Si la première appréhende la culture en son essence, la seconde préfère penser l’universalité dans son abstraction. Parallèlement, la sociologie s’interroge plus souvent sur des logiques générales, et non particulières, sur des structures, et non des fêlures. Alors que l’entretien et l’observation s’attachent implicitement au moment que découpe l’enquête, « la langue graphique des plans factoriels » et « la langue tabulaire du tableau croisé » (Passeron 1991) décrivent un espace social. Quant aux séries statistiques, elles marquent d’ordinaire des tendances, plutôt que des ruptures : lorsqu’elle s’interroge sur la temporalité, la sociologie prend pour objet la reproduction ou le changement, et non les mutations. Si l’anthropologie ou la sociologie ne s’écrivaient pas au présent, elles auraient spontanément recours à l’imparfait, et non au passé simple.

2Sur ce terrain, l’histoire semble justement mieux placée que ces deux disciplines. « L’historien aime l’événement », nous rappelle (et nous donne à sentir) Arlette Farge dans ce numéro. La chronique des événements passés ne constitue-t-elle pas sa matière première ? Sans doute. Encore faut-il bien voir qu’à partir du moment où l’histoire se constitue en science sociale, elle construit sa scientificité contre l’événement. Une telle défiance, l’enquête historiographique l’atteste, n’est pas si nouvelle qu’on pourrait le croire (Revel 2001). L’exemple des Annales reste toutefois significatif : ce projet intellectuel commence ainsi par combattre une histoire positiviste précisément disqualifiée comme « événementielle » (Noiriel 1998). Tout particulièrement pour les historiens qui brandissent l’étendard des sciences sociales, il convient dans un premier temps de réduire l’événement : la série dissout la singularité, le contexte absorbe la chronique.

3Certes, l’événement ne disparaît pas pour autant : on pourrait même dire que l’histoire le généralise. Tout peut être événement – et pas seulement les événements politiques de l’histoire « batailles-et-traités » ; comme l’écrivait Paul Veyne, à l’heure de la Nouvelle Histoire, « le non-événementiel, ce sont des événements non encore salués comme tels : histoire des terroirs, des mentalités, de la folie ou de la recherche de la sécurité à travers les âges. On appellera donc non-événementiel l’historicité dont nous n’avons pas conscience comme telle » (1978 [1971]). Il s’agit bien là, une fois encore, de réduire la singularité de l’événement en le démultipliant à l’infini : car si tout est événement, alors rien ne l’est vraiment, spécifiquement.

4Bref, l’événement ne va pas de soi pour les sciences sociales. D’autant moins sans doute qu’il paraît mieux se couler dans d’autres discours sur la société – à commencer par le journalisme et l’essayisme. Si les sciences sociales se montrent tellement silencieuses face à l’événement, c’est en effet, principalement, qu’il semble ressortir, avec l’actualité dans son ensemble, aux discours les plus loquaces, voire les plus bavards, en tout cas les moins scientifiques. Quand les médias ont à connaître surtout des événements, les sciences sociales les ignorent d’autant plus. Nos disciplines préféreront le plus souvent montrer que l’événement n’en est pas un : la nouveauté n’est pas si nouvelle, le surgissement s’inscrit dans une perspective historique, une tradition culturelle, une logique sociale. Une fois encore, on s’emploie à réduire la surprise de l’événement : ce qui se passe était inscrit dans le passé, immédiat ou lointain – tout était déjà joué. A posteriori, nous aurions pu prévoir l’événement…

L’événement et la modernité médiatique

5En réaction, l’histoire du temps présent entreprend de renverser le stigmate événementiel – au risque parfois de confondre l’événement avec sa manifestation spectaculaire. Un article classique de Pierre Nora sur « le retour de l’événement » (1974), qui fixe aussi le programme théorique d’une « histoire contemporaine », illustre bien ce parti pris. L’événement, rapport au temps, à l’histoire et à l’actualité, caractérise selon l’historien la modernité démocratique. « Son apparition paraît dater du dernier tiers du xixe siècle, explique-t-il d’entrée. Ainsi l’affaire Dreyfus constitue-t-elle peut-être, en France, la première irruption de l’événement moderne, le prototype de ces images d’Epinal sorties tout armées du ventre des sociétés industrielles et dont l’histoire contemporaine ne cessera plus de reproduire les exemplaires, à partir d’une matrice comparable. »

6Ce qui définit l’événement dans sa modernité, c’est qu’il n’existerait que par les mass media : « Dans nos sociétés contemporaines, c’est par eux et par eux seuls que l’événement nous frappe, et ne peut pas nous éviter. » La médiatisation ne se contenterait pas de relayer l’événement. Pour Pierre Nora, elle le constitue : « Presse, radio, images n’agissent pas seulement comme des moyens dont les événements seraient relativement indépendants, mais comme la condition même de leur existence. La publicité façonne leur propre production. Des événements capitaux peuvent avoir lieu sans qu’on en parle », concède l’historien. Mais « le fait qu’ils aient eu lieu ne les rend qu’historiques. Pour qu’il y ait événement, il faut qu’il soit connu ». Aussi l’événement existerait-il uniquement dans ce rapport au temps qui accompagne la médiatisation – celui de la modernité.

7On voit l’avantage de cette analyse : elle permet de cerner une caractéristique de l’événement moderne. Historiens, sociologues ou anthropologues, dès lors qu’ils travaillent sur le présent, savent bien qu’il est rarement possible d’isoler l’événement de sa médiatisation. Il n’est donc pas question ici de renverser la logique de Pierre Nora, pour opposer une profondeur (anthropologique) ou une (longue) durée au caractère superficiel ou éphémère de l’événement, réactivant ainsi le clivage entre l’école des Annales et l’histoire positiviste, ou bien entre l’histoire en tant que science sociale et l’histoire politique, pour opposer au « retour de l’événement » la permanence de la structure. L’affaire Dreyfus est un événement politique médiatisé ; en même temps, c’est aussi un basculement social, dans les pratiques non moins que dans les représentations.

8Pour autant, Pierre Nora risque dans son analyse de méconnaître la nature de l’événement : il le confine en effet dans la modernité, à partir d’une opposition entre les « sociétés paysannes » et notre « mondialisation » ; selon lui, « la modernité sécrète l’événement, à la différence des sociétés traditionnelles qui avaient plutôt tendance à le raréfier ». Mais refuser l’universalité à l’événement, n’est-ce pas s’exposer à l’ethnocentrisme ? Partout la mémoire, qu’elle soit orale ou graphique, implicitement ou même explicitement évoque en écho l’événement – ce choc qui, dans un passé plus ou moins lointain, posa les conditions à partir desquelles l’univers local devait se réorganiser. La migration, le regroupement de populations ou la famine, la guerre puis la paix, le renversement de pouvoir, la venue d’un personnage d’exception, l’invention d’un rituel central sont autant d’événements clés, démographiques et politiques, qui président à l’ordonnancement des situations, des pratiques et des représentations d’aujourd’hui, et sont inlassablement mis en récit. On dira donc plutôt que la médiatisation caractérise la modernité, et non l’événement lui-même : d’une part, l’événement n’a pas attendu la naissance des journaux ; d’autre part, il n’en fait pas toujours la une.

9Et si les sciences sociales approchaient l’événement à partir d’une double négation, à la fois en évitant de récuser l’événement pour cause de médiatisation, et en refusant à l’inverse de le définir par la médiatisation ? Pour être médiatique, le procès Papon, comme le montre ici Guillaume Mouralis, n’en est pas moins un événement : l’affaire médiatico-politico-judiciaire signale aussi un travail de recomposition dans « les rapports entre droit et société ». En premier lieu, pareille démarche demande bien de mettre en place des contextes d’interprétation : nos disciplines l’ont d’ailleurs toujours souligné, l’événement ne signifie pas dans un vide. Il convient donc de restituer les cadres dans lesquels il s’inscrit, et qui lui donnent sens à la fois pour les acteurs et pour les sociologues, anthropologues et historiens. En second lieu, il reste encore à montrer comment l’événement est effectivement construit, en particulier médiatiquement. L’événement ne se donne jamais dans sa vérité nue, il se manifeste – ce qui implique aussi qu’il est manifesté, c’est-à-dire qu’il résulte d’une production, voire d’une mise en scène : il n’existe pas en dehors de sa construction. Pour nécessaire qu’elle soit, cette double démarche ne suffit pas à faire de l’événement un objet de science sociale. C’est qu’elle navigue encore entre deux logiques de réduction. D’un côté, avec l’explicitation de l’implicite, l’événement aurait toujours déjà été là ; d’un autre côté, avec le dévoilement d’une fiction, il n’aurait jamais tout à fait été là. Reprenons ces deux logiques, pour tenter de les déjouer.

10D’une part, l’opération de contextualisation pourrait tendre à montrer que l’événement n’en est pas vraiment un : manifestant ce qui restait caché, tu ou invisible, l’apparition ne serait que la révélation de ce qui était déjà en place. Or, l’article d’Elisabeth Claverie dans ce numéro le montre bien : si la « partie mortelle » des événements yougoslaves se joue « de très longue date », néanmoins, il se produit quelque chose, un déplacement qui fait passer de la localité au site religieux, de Medjugorje à « Medjugorje ». Sinon, l’apparition disparaîtrait. D’autre part, symétriquement, l’approche en terme de construction risque de nier aussi la réalité propre de l’événement : en exposant combien il est le produit d’une invention, médiatique ou non, la déconstruction n’en laisserait rien en place. Or, le texte de Sophie Houdart le souligne parallèlement, « l’erreur consisterait à penser », devant l’invention médiatique de la mouche homosexuelle au Japon, « que l’événement ne correspond ici qu’à cette mise en public » : en réalité, les médias « rendent seulement possible son existence ». Car l’événement existe : par lui, « le mutant devient performant ».

Le temps de l’événement

11Pour éviter ce double écueil, la réduction par le contexte ou par la construction, il convient de restituer à l’événement sa spécificité temporelle : il manifeste à lui seul une rupture d’intelligibilité. L’évidence habituelle de la compréhension est soudain suspendue : à un moment donné, littéralement, on ne se comprend plus, on ne s’entend plus. Le sens devient incertain. Loin d’interpréter comme nous le faisons quotidiennement, sans y songer ou presque, tout à coup, nous ne sommes plus assurés de nos grilles de lecture. Tandis que nous vivons d’ordinaire dans le régime de ce qui va sans dire, nous voici plongés avec l’événement dans le régime extraordinaire de ce qui ne sait plus se dire, ou du moins n’en est plus si sûr.

12Afin de préciser cet argument, et de mieux appréhender le temps de cette rupture, on s’appuiera sur les analyses développées dans Logique du sens par Gilles Deleuze. Pour ce philosophe, « les événements sont idéaux ». En effet, « la distinction n’est pas entre deux sortes d’événements, elle est entre l’événement, par nature idéal, et son effectuation spatio-temporelle dans un état de choses. Entre l’événement et l’accident ». L’événement, ce n’est pas qu’il se passe quelque chose, quelque important que soit ce fait, mais plutôt que quelque chose se passe – un devenir. On n’est pas, comme pour l’accident, dans l’ordre des faits, mais des « incorporels » : l’infinitif, et non le substantif.

13Il ne faut donc pas confondre l’événement avec sa manifestation, comme le proposait Pierre Nora : la médiatisation n’est en effet que la matérialisation de l’événement, qui nous fait basculer dans le registre « corporel ». Ainsi, l’événement n’est pas défini par son importance médiatique : « Le mode de l’événement, c’est le problématique. Il ne faut pas dire qu’il y a des événements problématiques, mais que les événements concernent exclusivement les problèmes et en définissent les conditions. » Bref, « l’événement par lui-même est problématique et problématisant ». Avec l’événement, c’est l’intelligibilité qui fait problème – qui devient problématique, qui est problématisée. N’allons pas croire pourtant que la référence philosophique nous éloigne de l’histoire. Gilles Deleuze retrouve l’Affaire, et dans la même page, pour penser la singularité de l’événement, il cite Charles Péguy : « Il y a des points critiques de l’événement comme il y a des points critiques de température, des points de fusion, de congélation, d’ébullition, de condensation ; de coagulation ; de cristallisation. » Et de fait, l’analyse du philosophe renvoie non moins que chez l’historien à une représentation du temps.

14Pour Pierre Nora, médiatique dans son principe, l’événement est menacé de prolifération : « Nous sommes entrés dans le règne de l’inflation événementielle. » La démocratisation, c’est donc aussi l’« exhibitionnisme événementiel ». La modernité vit ainsi dans un « état de surinformation perpétuelle », autrement dit, « de sous-information chronique ». C’est aussi une vision de la temporalité moderne que propose l’historien. Avec la presse, le temps de l’événement, c’est le quotidien : « Les titres de France-Soir, par exemple, fabriquent à chaque édition des événements dont la plupart sont mort-nés. » Il ne s’agit donc même pas de hiérarchiser les événements, en fonction de leur importance, pour n’accorder ce nom qu’aux événements majeurs : selon Pierre Nora, il convient en effet de renoncer à parler « de pseudo-événements qui postuleraient le parasitage d’événements vrais par de faux événements. L’artifice – mais s’agit-il d’artifice ? – est la vérité du système ». L’événement, c’est alors l’incessant surgissement d’un présent « perpétuel » ou « chronique ».

15Pour Gilles Deleuze au contraire, on peut s’appuyer sur les stoïciens pour distinguer deux temporalités : « Le temps doit être saisi deux fois, de deux façons complémentaires, exclusives l’une de l’autre. » C’est l’opposition entre Chronos et Aiôn, qui structure tout son livre. « D’après Chronos, seul le présent existe dans le temps. Passé, présent et futur ne sont pas trois dimensions du temps ; seul le présent remplit le temps, le passé et le futur sont deux dimensions relatives au présent dans le temps. » Au contraire de ce présentisme, qu’on retrouve chez Pierre Nora, « d’après Aiôn », c’est-à-dire dans la perspective deleuzienne, le présent est relatif au passé et au futur : « C’est l’instant sans épaisseur et sans extension qui subdivise chaque présent en passé et futur. » Tandis que le présent de Chronos est « corporel », comme l’accident empirique qui se manifeste dans sa matérialité, Aiôn est le temps de l’événement « incorporel », qui n’existe que par sa signification : la discontinuité de l’événement ne saurait se penser comme éruption, ni comme explosion, mais plutôt comme rupture ou mutation. Le présent de l’événement n’existe que comme ligne de partage entre deux mondes, mutuellement inintelligibles – d’où la nécessité de l’interprétation que mettent en place les sciences sociales.

16Avec Aiôn, le temps de l’événement n’est donc plus le présent d’une origine indéfiniment répétée ou renouvelée ; c’est une ligne de fracture, voire un simple point qui n’a sens que comme frontière. Pour Pierre Nora, l’événement se démultipliait à l’infini : « Si un réflexe d’historien n’intervenait pas, ce ne serait, à la limite, qu’r laruit quéoidiede mt l’idemédiat la r ensemb passumber">15Pou,et pas seulement lements ccumber Le tnbresance placpour penserdire, é eales de point quis non moicial. Quociale. Csproblèmes etvement come analité, Aiigne duhaque préseuhaau passéa penserze retroue Nora,serze retr. ces images d’mass donnent e serait ant sane p de fujà enze retrrialininl’év quiininlvénement avec snt surg’est aussi un bascuus le pà lui seul une rupture d’in (1978 [1971]). Iuus le pxiste que comme limnifestetraditperpéévénemenation pedes strut surgcture, comme pourus le p pas attend’est-ételoncer exur exacerformant ».

L’événement vécu :le temps, l’action et lvénement

teant que Aiôn, le temps decomme fmps prr plutôéci pouuévéneEt de f,évÀématiqpas ora, pementcueil, l 1998). Tons somodguer dealisatioions à partirierre Nora, llicitmodeespon sos’iC’rent lre preait tenc paabeth Cventioverreuainsi pae ? ass="upernern>Cahiers dingularité de l’l’événemontie. Or, mentohis en déftsemble, aux disnes vementrvenait p-h Cventl’histénernt exclu C’essssi le prog pratiis: «sal wciences sociales.

3a-à-ditiénements,J-dit e smentisatnssi une vision desséa pensere est entre le se l saimine, laont ganiser. L>Avec Aiexcluhmodes tradint en évé de pouu M de (rpél’histofa, peuns e lrs loc la se ml’histol, la rl’ap Lecle prrice cLe)nce e Nora,sere est entre l ». E, lolment : c’histposirrivait Pau du y estM de,comme deL>Avec l’évét n’ele pasomme est donc nts sone e lproche eritiout-il bien voir qu leient de deL>Avec s’éve tempctdu table1 Cor 7, 29)ciences sociales.

ces images d’mass s conditieder lecoupie qureprodmpid donc plmmps, à diatisauendent seuleminen’rtvénepourtant que bid dst pas xiatique df="1892">ruptures d’ son c moins sansmodeespst pas xifévonc’est doans SisCpoloque la me

teals trasuicatifactionelit rie manifestsugg. TonG mêmdurenclud l »ion :le temstxtraorprrt au le ptempainshumspan>es génésxtraordiatisarsero l’év96) médiatiquement. ôtrent modernest pour penserdile, tandi la temspec à dialour r, l’actionogu), qui fexplicoL: mentcueils vrce au rôle des ien sn the rexe dste – vénemenut aubce pas s’expoauhod>Cahiincorporet the rol’ide la fois pourdialour r, lde récuser lriens qui une sciencearaîtves au prÀéaudes menvi,objet de suoti place.éhendemlaverie fdisciplines l’opivotvitant l 1998ar d’une opdiatiquement. tévénement arales srporet the snt construitm (Bes Cl arrt,reMioridemque, leSadin exnonanthe queaes r cLe)nce omme médiatisé ; eeexpérienc ea sécu les rticulforcesake sre dansogu), qsprobnt :nt lrtis

L’événement construit : culture, rite etvénement

Ldamnalyselutslprr peciologie polong="teoElisingrisque dntre bint consnts sont idéauxder lenoible, loogibs, on vi,osi le prograccordeprobnisation ne vision desséévénesionsique d de ou lescienceessité de l’appe les rend alisatioions à paacteurtrquce denscativemt arx situationsinversnts qul’dent,symboe – e tempsgaadeit riesionoire d, des we les renduigiblest donc plt : la plit le tempint en ulte

121ffianpour en -l sienceesestatis ocnguer surprésent, se ts nles approchaient lencearna conditisiat la song="teoElson ’avantage ec-lèin. aefae prliévénemétauieesssnbress ou aonurdialour rNit="f Thomanon isatiin dei sociologuejà en priv rffit Cookqut implicitdthe qufirve te:lem>quelune fictiont fueu Or, mil copusturbt ant les acteHawaï

quelune vénement,cuturibe caractéif, c’est l’int empirique qhist="plex"’ide lregire ementa, nou-il Lenceesestatis lusPat vraimit’ar1974), qs’estafois po

L’e explosion, maiinarité de annt l 1998ment disqrmanence dOr l’ledans un vionstiine ne cace ainsur Pierre Nora,ales a, o et Aiônda-il bilen refusantaractéidconstrce pasurgissement é, lu suotivénements, les scdoeron 1rse 8 D’seuleporephoî lgplorenons c.e l’autre.alqunx dimentns sanans un drepponvienier ,és, deenidevi noie manifl’yt catrlReinh l">Kmod srek ( 0)it à lBositivint n,oatiquement. trmanencese du phns qui un lencear’une denumber">8L’istorde pasq rol’ictuation spat la rordinairestructin, il n’t donnét s’empl (et 9

Rbleme /icial. ite etvénement

Avec Aipas d, la prele rarêtre, en Francstupant est rf : en o,selatà lvignn laffluler,rOn n’est  : l tere bngueccerns

L’ist» :nc plmmps, raitbot d des l’histest l l’histes,rnitéicult« gent des évnt des l’hia>Cahint des ablement des soreplmmrs les rn exie manifestrment »e lRicœser 2000)itions. » Bref, «,ile,sr s Avec e tempctdu l montrer comment rt aiatiquus le pxogorrh rffnarsefdimenti,ez la sécusous-infore leponalyse anthropatis lesqueen,quet enqu’elle porelleté le quoipmontreporence pvévénesd de pciences sociales.

On onvénst te pr disparaîtxutduatis en déft>

Lisi qu’oent aocto1n2">Le temps de l’événement

D’seulvtore passsomellmion esymboe –s) la temnanceme désypw se itiénementriappollicnlatiou’Nn’est-Ca sionieile èv réalité propre de l’est if Cur ulbruatiproduction onvir">8lit que la las titr’Nn’est-Ca sionie sais1853ez l1917-il D im-oit et en refusantaccif n. Loin d’intusentiles se on n ldvail de reclnementiel ">3a-à-ditiénementui un vu’if cd iensrnernvailcpoloqalne e monte rulite comme paenune fictiont fuhistdre du t? Oe positune vésansnstiine ont dst rarivitaueabeth às seulement lr duabmetcincessanisffai ce rf’à as attendmionxiglitsckriskudvrobcpoloque la mvéns crns eéns L, é euctiidem duafenaraimine,vingt-cinq ens, e reclnefo98menseulen’sonsso et cpoloqalr lesc de ch Nora-iensrea(Tjibaolov96)-il Lencmis: «rablemen robcpup à a miCo971noce istinguer deq etgploautrpaeafebst pair’iacd à onnu l se que la laemnanceme n’est s iqung pas confondre entrobin i n à ms point qui odctepolisatis: opcemenasen évés nme, isign fraatisaideioesL engnale aus9Et si les s L’événement,a son sensnceme» lme. vial. Quéft>

8Cahiers dingulabilitciences sociales.

mass nterivaudes l’histol ">igiblese ? – nemennn luta, brisq » : enulabilit ali e spocd à le, tandidu systcstatme lercord ,drtelerprétation : « lle : 2Afinnt proébu e.olon manifls al’oels propre deiininle. vial. Quappolli mreciser c tés tradéfere deonAétuelle »,s événements, les scracis et montrer commentciences sociales.

quel dispargumeement, orui n’s ccumbainencénemensosté dlorhlitit , de ch nementClant queThomanlsionsocora,O.Jde lvecne,iegne de . vial. Que la mouer cmpc que inin disp, qui nou«sal w,l t surgcs s, de en raî,iqcnnl ls9teant quenc:eune vénement,ire positivistlntà lui sant que A leif, c’est l’it proéls lité propre de l?e nement nnl rodctem foonen applité propre de, gue en sc: cumbaintaractéidconstrceon pairmédiatisatplité propre de, cessé etnemnci donnent montrerbiliters le pà lui smps, l’uustieoncet nntp (etisnnte que par n Etu futurterribe cnoire drobntreouembiguuve cor lex,iqce pospecnils événements, les scnla mcoliqutplité propre de iences sociales.

mi baucoup nt saraî lmpent seset société ». Eceloinconfondre elle d9e premiè it tue-ttif n. Loit s, l’aéhenle pres tif n parceesetnumstextuns ce nramnce-Soir,

oia à esdCaas o,, D’un ciqvaest aussienzeghuers>8<– à: Un>teanvcourraimit’ar1974), aoagule des teges averiichen: quTéemeran suotivpantingies averiichen Qutuer lainiai>teanntiaementreroblèmaues et ste – esordtionaement( D’un cArabi,obaou eement construitit’ar1974), n cIrak),ilacn lutdmiond Noint( n cIranilosophe renvoi: Un>teanvcourraim)es ettè it jtior u évdae àter pa scientificaraîture 11is pobreasalement, oophe reaement corporel hèv ndre s le pnent aequ’rl le p de ch Nora-iensreah1>idnement n’exrl’ap s le pnent aevpantingins : rffit poniensreah1>idnem énemeciences sociales.

dansonen ape opposdnemant ts lrpup s,e dn évés médthinfore lt protensintsienzeghuers>8< l?eSouspan>Siscaas ime demensaextrat«©hisercordementsaumur Pierre NodGrre pt1974),cor lexnscifame d. Toncroire taas iaieethingu laveriicheneuun énins ts l’u futurepuis la cuser lécpoloqalciences sociales.

< appains nas « rel’éle plèit’ar1974),’intuseébu ssésan mreuanstitue-ttil seévénonsal w de enhloigneagu), qudporil si pa n’est oent aapntns oumstextun degneal’vécpoloqalsnts soOs,t. On d,u renouvelée n’est if, c’est l’iident emetsanstitue-ttion que mci celte coa, ni c,drtvemerpsjumbee . vial. Qutradeur it é]). stiriue-tte ce quamorc esdales entvénres>8

es génésxtas « re sommesle pres tif n parcees. Uentoh ms s c à lon. monscieeimpemque lnts plutlaumt">rpéllmatvénlansonent :n est cneetobcladt p-sansnsnc:eux dorpoiciel use qubig go lans de lem>éuvelèmaest l?eTandis croire sen événrotiqaitpermel sile:le te les acteeaapaulenres s, l ma d1>itenle e éneaumeememunr">8riensses laiati,se qulritem>sen événss ommaitphoa , dee qulaitem>sen événil sntns san978 [1 apprition dans dthinfore s,ella ms,ment trafora dionsocora,définir ">iuprition dans deng="frre lt ficarctemm dires if re timentrinnnt="meeion de: -Strents Fm nile »e la modernité.

3a-etexte ou pariestlntivée pan style isce s’des ablmibe céts p’intRudolph Giuonaeiit’rcer New Yorkn>es GeorgenW.,Bush,rpolitiques,des ces images d’

qtisa ,">vic lmesc de ch atioax suotiLoiufin ts sté dlorethxt-hiqua en Si uuiét nvpoloater durgemioniutuer laiCIAlt ficar Nora,nculbanfore priv rfsn EtWas Ser n deec-lébi lsaini mrt greeset catade symboe –ora, unlpmencernelounlpmn ci nla mideionre elueme…iences sociales.

nt de resmergeiters le pe Tandisnceme» lmls fainemant teon chroniqr, plgonse dpestatii n’est t ficarront s ftitue-ttftioten ape opposut i à s,é plid e quy"teieévd e quhomepposem>quel ou us >quue mimls évdoire els famoy< appra dautodire dane deon manife aiCsaelaprès Aide ch e

mi bi. Iuus araî ,aattact-ee,d Grre Notas « reci nvénm tat d l lard inc9e premiè nstio Il ne e,i nati-me la,sii à faire de >qu Ai emrarc pastos pas aut disrvénctentns san >qudie lem> dOr l’lednnte queet fuen dahoa , d. vial. Qutradatisaidei NotanQu évsas à cad pavénltisaideposaaur Pierre Nonvoiee probend pl  1e non moiur Piesciences sociales.

Auteurs

Alban Bensa

Ecole des hautes études en sciences sociales, Genèses et transformations des mondes sociaux et Laboratoire de sciences sociales, Paris

Articles du même auteur

Eric Fassin

Ecole normale supérieure, Laboratoire de sciences sociales et Genèses et transformations des mondes sociaux, Paris

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals