Navigation – Plan du site
Repères

Des tuiles, des toits et des couleurs

De Beaune à Disneyland Paris, une tradition bourguignonne
Thierry Bonnot
p. 153-162

Résumés

La Bourgogne est une des régions françaises dont l’image de marque est le plus imprégnée par la notion de tradition. Elle est présentée comme un terroir où il fait bon vivre, où la gastronomie demeure à travers les siècles une valeur de base, où les paysages sont majestueux et où la gloire passée est sans cesse rappelée par de somptueux monuments. Parmi quelques emblèmes, l’hôtel-Dieu de Beaune et ses toitures de tuiles colorées sont très souvent mobilisés pour représenter ces valeurs « traditionnelles ». Cet article se propose d’analyser comment, avec une image, des tuiles et des discours, se construit un patrimoine régional qui constitue pour le tourisme, pour l’industrie et pour les institutions politiques un outil efficace de la promotion d’une entité géographique, aussi bien que de la mise en valeur d’un savoir-faire technique.

Haut de page

Texte intégral

« Dans le domaine cinématographique, je ne vois pas de plus belle nouvelle à annoncer que l’aventure de M. Arthur Freed, un producteur de la Goldwyn Mayer. Préparant un film écossais, il s’était rendu en Ecosse pour y prospecter le décor, le folklore, les possibilités.
Il en est revenu bredouille : il n’avait rien trouvé d’écossais en Ecosse ; l’Ecosse n’avait rien d’écossais.
On la rebâtira telle qu’elle devrait être dans un studio de Hollywood. […] La Bretagne n’a rien de breton, Racine n’a rien de racinien et l’Ecosse rien d’écossais.

On devrait tout refaire à Hollywood. »

Alexandre Vialatte,
22 décembre 1953 1

1Le voyageur empruntant le TGV en novembre 1999 et feuilletant le magazine offert par la SNCF découvrait un dossier « économie/région » consacré à la Bourgogne, « pari économique au pays des fines bouches », reportage très illustré : vignobles, château médiéval, cathédrale, bouteille de vin de grand cru, colline de Vézelay, images récurrentes de cette région habituellement rattachée à la gastronomie et à une histoire millénaire. A cet ensemble d’icônes s’ajoutait une photographie devenue elle aussi classique, avec cette légende : « Les célèbres toits de tuiles polychromes, l’une des “marques de fabrique” bourguignonne, à l’hôtel-Dieu de Beaune (fondé en 1443) 2. » Marque de fabrique – vieille de cinq siècles et demi ? –, la toiture de tuiles plates polychrome est un emblème de la région Bourgogne, à un degré moindre que le vignoble ou la bouteille de grand cru, mais aussi couramment invoqué que l’abbaye de Cîteaux, les escargots ou le palais ducal de Dijon. Régulièrement, sur les couvertures de magazines touristiques, dans les articles thématiques des revues généralistes, dans les dépliants promotionnels ou les tracts publicitaires des magasins d’alimentation présentant une « semaine gastronomique bourguignonne », et même sur des publications émanant des institutions politiques telles que le conseil régional, les toits polychromes sont convoqués pour représenter la région 3. Ainsi, ces deux dernières années au moins, c’est également une vue des toits de l’hôtel-Dieu de Beaune qui constituait le décor du stand Bourgogne du Salon de l’agriculture : en choisissant un détail d’un pan de toiture et en l’agrandissant, les décorateurs disposent d’une image en deux dimensions et peuvent composer un fond coloré à l’esthétique aisément et immédiatement identifiable. Par l’intermédiaire d’éléments d’architecture bâtie, donc d’un assemblage d’objets matériels – des tuiles de terre cuite à glaçure colorée –, une région se donne une identité, faite d’histoire monumentale, de traditions, de savoir-faire technique et architectural. Ayant effectué dans le cadre des activités de l’écomusée du Creusot-Montceau (Saône-et-Loire) une recherche historique et ethnologique sur la production industrielle de la céramique dans la région, j’ai souvent été amené à croiser cette imagerie, ces tuiles tellement typiques, ce « marqueur culturel 4 » que constitue la céramique pour la Bourgogne. Sans prétendre ici faire justice d’un ensemble d’idées reçues solidement ancrées et très savamment récupérées par le tourisme et les instances politiques, il s’agira de comprendre comment des objets sont investis d’une mission de représentation d’un patrimoine collectif, et comment la tradition peut être produite en série par l’industrie contemporaine. Entre emblème, territoire et production, comment se constituent le patrimoine et ses images, comment s’élaborent les discours qui l’accompagnent ?

Une tradition bourguignonne du toit coloré ?

2Le recours à la toiture polychrome de tuiles plates pour représenter la Bourgogne tend à suggérer que ce type de couerture architecturale et ce type de tuile sont deux signes distinc-tifs de la région, comme si ce mode de construction en était un produit typique, traditionnel, voire spécifique. Et s’il existe une tradition de la tuile plate colorée en Bourgogne, elle doit être ancrée dans le temps, issue d’une pérode reculée de l’histoire tellement riche de cette région : « Le temps serait bien, en effet, le principe d’intelligibilité grâce auquel la tradition prendrait sens » (Lenclud 1987 : 113). Le temps, donc, pour des objets matériels comme les tuiles, l’ancienneté : mais à partir de quel âge un objet est-il ancien ? La toiture la plus couramment utilisée à des fins de représentation régionale est donc celle de la cour intérieure de l’hôtel-Dieu de Beaune, que l’architecte en chef des Monuments historiques Frédéric Didier (1996) date de la période 1902-1907 et des travaux de l’architecte Sauvageot, les versants extérieurs datant de 1967. La tradition bourguignonne de la toiture polchrome ne serait-elle âgée que de 90 ans, voire seulement de 30 ? Il est vrai que « les traditions immuables ont toutes mué avant-hier » (Latour 1991 : 103)… Les documents illustrant l’article cité témoignent d’ailleurs du saisissant contraste entre l’aspect de la cour intérieure de l’hôtel-Dieu avant restauration et après le travail de Sauvageot. F. Didier souligne que les toitures polychromes antérieures aux restitutions modernes se distinguaient de celles-ci « par des nuances variées dues à des différences de cuisson des émaux […] qui ont parfois été interprétées de façon très approximative pour aboutir à des résultats assez éloignés de l’effet d’origine » (Didier 1996 : 73). Ainsi, certains éléments de toiture de la cour intérieure de l’hôtel-Dieu n’ont jamais été couverts qu’en ardoises et les motifs chatoyants de cet ensemble et d’autres monuments bourguignons sont principalement le résultat de recréations par des émules de Viollet-le-Duc à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Ainsi les châteaux de la Rochepot ou de Talmay, en Côte-d’Or. Ces deux exemples surtout et d’autres édifices « affublés de toitures clinquantes inventées de toutes pièces » poussent F. Didier à la plus grande réserve quant à ce patrimoine « typiquement » bourguignon : « C’est donc avec la plus extrême prudence qu’il faut considérer le patrimoine actuel des couvertures en tuiles vernissées qui, dans le vignoble, se sont multipliées ces dernières années jusqu’à la caricature la plus vulgaire » (id. ibid. : 77). Pour résumer, et pour reprendre les conclusions de ce spécialiste de la restauration du patrimoine bâti, les couleurs vives et éclatantes ainsi que les motifs sophistiqués d’un des emblèmes de la région Bourgogne ne sont que le fruit de l’inventivité d’architectes « fin de siècle ».

Qu’est-ce que la tuile de Bourgogne ?

3Si la tradition bourguignonne de la tuile de couleur est une production finalement assez récente, qu’en est-il réellement de la tuile plate courante, non émaillée ? Les manuels techniques des xixe et xxe siècles consacrés aux tuiles et briques font souvent de la tuile de Bourgogne un modèle de tuile plate : « On a fabriqué des tuiles de plusieurs formes. A Paris, on fait un usage fréquent de tuiles plates dites de Bourgogne, dont les dimensions sont variables » (Challeton de Brughat 1861 : 273) ; « Tuiles plates. – Ces tuiles ont la forme de planchettes plus longues que larges. Les plus employées sont celles dites de Bourgogne » (Lejeune 1886 : 385) ; « Le type de la tuile plate est celle fabriquée dans les environs de Montereau et qu’on désigne sous le nom de tuiles de Bourgogne. Pendant des siècles, elle fut fabriquée à la main, en pâte molle, et nous en rappellerons la préparation : […] on fabrique presque partout, maintenant, la tuile plate avec une pâte ferme, préparée par les moyens mécaniques que nous avons décrits, et qui sont les mêmes, du reste, que ceux employés pour les autres produits céramiques en pâte ferme » (Arnaud & Franche 1906 : 382 et 388).

4Notons que ces définitions concernent des tuiles de terre cuite, plates à crochet : seule la forme des tuiles en fait des tuiles « de Bourgogne », et le dernier extrait atteste que la fabrication traditionnelle s’est déjà en 1906 adaptée à la mécanisation. S’il semble donc que le siècle de la « révolution » industrielle ait entériné – voire instauré – l’idée d’une tradition tuilière de cette région, il est remarquable que l’Encyclopédie, référence du siècle des Lumières en matière de sciences et de techniques, ne mentionne nulle tuile de Bourgogne, alors que l’article spécifie bien quelques identifications géographiques de modèles : « Il y a des tuiles de différentes façons, suivant les différentes manières de bâtir. Savoir, les tuiles plates ou à crochet, faîtières, cornières, de gouttières, courbes ou flamandes, lucarnières, astragales, traversières et hollandaises » (Diderot & Alembert 1765 : 738-739).

5Pourtant, la Bourgogne est présente dans l’article « Brique » – « Il nous vient de la brique de Bourgogne, de Melun et de Corbeil ; celle de Bourgogne passe pour la meilleure : il faut la choisir bien cuite, sonnante et colorée » (id. ibid. : 421-423) – même s’il ne s’agit pas dans ce cas d’un modèle, mais d’une provenance, dotant le produit de qualités principalement dues à la nature des argiles locales. En fait, si la Bourgogne ne devient une référence en matière de tuile qu’au cours du xixe siècle, c’est pour désigner un format qu’on retrouve encore dans ce manuel de couvreur des années 1940 : « Les tuiles plates sont de forme rectangulaire sans autre bossage qu’un petit tenon appelé crochet, saillant sous la tuile au milieu du bord supérieur et servant à la retenir sur le lattis. Le type de la tuile plate est la tuile de Bourgogne, qui se fait de trois modèles […]. Les tuiles de pays sont des imitations de tuiles de Bourgogne ; on en fait dans tous les pays où se trouve de la terre à brique, et leurs dimensions se rapprochent des petits moules de Bourgogne, mais elles sont souvent de qualité inférieure » (Magné & Somme 1948 : 86-87).

6Les tuiles plates fabriquées ailleurs qu’en Bourgogne ne seraient que des contrefaçons ? Ce n’est pas l’avis des tuiliers du Limousin, où l’on fabrique encore « la tuile du pays, la tuile qu’on faisait de tout temps dans la région 5 » et qui ressemble à s’y méprendre aux tuiles dites bourguignonnes.

7Dans le volume de L’Architecture rurale française consacré à la Bourgogne, R. Bucaille et L. Lévi-Strauss soulignent la grande variété des matériaux de couverture utilisés dans cette région. D’une part, les bâtisseurs du Moyen Age, et ceux des périodes suivantes jusqu’à l’industrialisation, ont adopté pour les toitures le matériau le mieux adapté aux conditions climatiques et aux disponibilités locales de matières premières. La tuile plate de terre cuite n’était qu’un matériau de couverture parmi d’autres, et pas forcément le plus répandu, puisque les lauzes et les ardoises sont largement représentées. Ensuite, si les auteurs reconnaissent que la Bourgogne pratiquait « l’ostentation par le toit » (Bucaille & Lévi-Strauss 1980 : 23), ils démontrent que celle-ci ne se traduit pas uniquement par des motifs de tuiles plates de couleur, mais plus couramment par des girouettes et épis métalliques, ou encore des éléments de pierre.

8Les tuileries recensées en Bourgogne au Moyen Age sont la propriété de classes sociales aisées, liées directement à des châteaux et à des seigneuries, ainsi qu’à des établissements religieux. Jusqu’au xixe siècle, l’exploitant de la tuilerie est le plus souvent locataire du noble ou du bourgeois à qui il réserve sa production. Il est donc évident que la production est limitée quantitativement, et que l’usage se restreint à de grands bâtiments. La tuile plate est également utilisée à cette époque dans d’autres régions (Limousin, Oise, Artois…). Quant à la tuile dite « vernissée », on la trouve certes en Bourgogne mais aussi en Champagne, et l’étude des échanges entre la Flandre et la Bourgogne au xviie siècle accrédite également l’idée selon laquelle la tuile plate à glaçure colorée – termes plus précis et préférables à ceux de « tuiles vernissées » – n’est pas une spécificité Bourguignonne. Avant le xviiie siècle, la tuile n’est donc pas un matériau de couverture répandu, en Bourgogne pas plus qu’ailleurs.

Industrialisation et terroir

9Le brevet déposé par Gilardoni en 1841 pour une tuile à emboîtement a révolutionné la technique dans ce domaine : économie de poids, facilité de pose, 13 tuiles au mètre carré de couverture contre une soixantaine pour le modèle de tuile plate le plus courant… Autant d’arguments positifs pour la grande industrie en plein essor et grosse consommatrice de matériaux de construction (Cartier 1996). L’apparition de cette tuile, couramment nommée tuile « mécanique », a provoqué ou du moins facilité l’industrialisation du secteur d’activité céramique. Gilardoni, Jacob, Lambert, les Tuileries de Marseille, de Beauvais et dans notre région d’étude la Grande Tuilerie de Montchanin et Perrusson à Ecuisses sont autant d’entreprises qui durent une bonne part de leur développement à la « 13 au mètre ». Et si les premiers brevets ont été pris dans le Haut-Rhin – Gilardoni est installé à Altkirch – le modèle de la tuile dite mécanique s’est diffusé rapidement à l’ensemble du pays ; dès 1860, la tuile de terre cuite entre de plain-pied dans l’ère moderne.

10Ce qui n’empêche pas les grandes tuileries mécanisées de caractériser leur production par l’identification à un terroir régional. Des tuiles dites mécaniques datant des années 1860-1870 portent au verso, en creux, leur marque de fabrique suivie de la mention « Terres de Bourgogne » ou seulement « Bourgogne », comme une précision de la provenance géographique déjà connue grâce à la marque – nom du fabricant, raison sociale de l’entreprise, commune ou lieu-dit, parfois département. Cette mention est imprimée en lettres capitales lors du pressage mécanique : c’est une qualité conférée officiellement au produit, inscrite dans l’acier du moule, dotant la tuile d’une identité et d’une réputation. La tuilerie de Montchanin, la plus importante de la région, devient en 1879 la Grande Tuilerie de Bourgogne, raison sociale explicitement territorialisée. Pour s’en distinguer, la tuilerie de Chagny, créée en 1885, choisit le nom de Grandes Tuileries bourguignonnes. A une époque d’essor technologique pour cette activité ancienne, les producteurs de tuiles ont – déjà, mais discrètement – recours au registre traditionaliste pour construire leur image de marque, même si les catalogues de la fin du xixe siècle insistent beaucoup plus sur les performances techniques des produits – facilité de pose, résistance aux intempéries – et des usines – volume de production, rapport qualité-prix. L’étude d’un corpus élargi de catalogues de fabricants devrait permettre d’affiner ce constat, sur l’analyse des discours comme sur la chronologie, et de mieux connaître la politique promotionnelle des entreprises entre modernité et tradition. Donnons ici un seul exemple, qui nous rapproche de l’emblème régional évoqué plus haut : la cour intérieure de l’hôtel-Dieu de Beaune et sa fameuse toiture polychrome apparaissent sur un catalogue de la Grande Tuilerie de Montchanin dans l’entre-deux-guerres 6, entre 1930 et 1936. Serait-ce là le premier recours à cette image évocatrice dans un but patrimonial avoué ? En tout cas, elle fera florès.

Mécanisation de la tuile plate

11La terminologie technique du xixe siècle a défini initialement la tuile à emboîtement par antinomie avec la tuile plate, comme le pendant moderne et industriel d’un produit archaïque et artisanal. Les manuels professionnels de l’époque distinguent tuile « plate » et tuile « mécanique » par leur processus de fabrication : cette opposition terme à terme implique que la tuile dite mécanique est pressée par une machine selon un processus automatisé, tandis que la tuile plate est moulée manuellement. Le pressage et la tuile à emboîtement représenteraient donc l’aboutissement de l’évolution technique du moulage et de la tuile plate. Cette distinction est assez opératoire au xixe et dans les premières années du xxe siècle. Elle induit une standardisation, techniquement déterminée et impérative, de la tuile à emboîtement, et une imperfection morphologique de la tuile plate – courbure, irrégularités, approximation du crochet fait à la main, empreintes animales ou humaines accidentelles au séchage, etc. – résultant d’une mauvaise maîtrise du processus de fabrication. Pourtant, dès le xixe, la fabrication des tuiles plates fut mécanisée, principalement par le filage – argile extrudée mécaniquement – mais aussi par le pressage – presse manuelle à balancier. Ces techniques ont éliminé une bonne part des imperfections « traditionnelles », et ont également rendu caduc le rapport entre terminologie et technique, puisque la tuile plate est devenue aussi mécanique que la tuile mécanique !

(Re)production industrielle de la tradition

12La restauration de toitures anciennes est, depuis les années 1980 surtout, un créneau porteur, voire salutaire, pour les tuiliers. Pour les petits fabricants, la production de tuiles « à l’ancienne » pour la réfection des monuments historiques assure des débouchés importants et permet de résister aux grands groupes industriels. Pour ces derniers, la conquête de petites niches artisanales devient un objectif commercial, surtout en termes d’image de marque. Les registres du terroir et de la tradition deviennent alors des atouts publicitaires déterminants. Prenons le seul exemple de la tuilerie industrielle la plus importante de Bourgogne en volume de production, l’entreprise Tuiles Lambert de Chagny – descendante des Grandes Tuileries bourguignonnes. Les catalogues et les documents publicitaires récents mettent en exergue le lien identitaire entre « tuile plate-tuile de Bourgogne » et « vin de Bourgogne-terroir ». Les différents modèles de tuiles portent les noms de grands crus – la tuile Volnay, la Pommard, la Santenay… –, rassemblant autour du produit industriel deux thèmes régionaux emblématiques, sans négliger la performance technique : « Issue de la grande tradition tuilière bourguignonne, la Santenay exprime, par la douceur et le charme de ses lignes, l’élégance et l’authenticité de la tuile en terre cuite Lambert. Fabriquée dans la nouvelle usine ultramoderne de Chagny, la Santenay bénéficie des raffinements technologiques les plus récents 7. »

13La présentation du modèle Prieuré, dans le catalogue 1994, l’associe explicitement à la sauvegarde du patrimoine architectural : « Manoirs, châteaux, églises, demeures de caractère, Prieuré habille les toits de majesté et d’authenticité. Ses nuances subtiles, la ligne irrégulière de son pureau en font une véritable tuile à l’ancienne. Elle associe les qualités de charme et de beauté d’une tuile traditionnelle aux qualités de fiabilité et de sécurité d’une tuile moderne. […] Sa réalisation particulièrement étudiée a permis de retrouver des irrégularités propres aux vieux procédés artisanaux de fabrication. »

14Les irrégularités du produit, relevant de l’imperfection technique, deviennent un procédé de valorisation, par assimilation à la fabrication artisanale. Si la quête de l’aspect ancien passe par l’imperfection morphologique de l’objet-tuile, la réputation de l’entreprise exige un processus de fabrication dont la maîtrise tend vers la perfection : il s’agit donc de reproduire l’imperfection… à la perfection. En clair, c’est la performance technique de la tuilerie, sa modernité, qui permet de satisfaire aux exigences esthétiques du produit de tradition. Cette double association entre « modernité-fiabilité » et « tradition-esthétique » est systématiquement présente dans tous les catalogues de Tuiles Lambert.

15Chez les tuiliers spécialisés dans le produit de restauration, on s’efforce également de concilier ces deux paramètres. En région Rhône-Alpes, la tuilerie Blache est un des principaux fabricants de produits de restauration. Dans son usine de Loire-sur-Rhône, les tuiles plates sont filées – extrudées – à partir d’une pâte préparée mécaniquement : à la sortie de la filière, un ouvrier marque la terre crue d’un coup de pouce près du crochet, celui-ci ayant été découpé par la machine. Cette marque est censée rappeler le geste du tuilier qui moulait manuellement ses produits, et donnait la forme du crochet avec ses doigts. La tuile est ensuite cendrée à la main, saupoudrée irrégulièrement d’un mélange de sable et de colorants minéraux, afin de lui donner l’aspect d’une tuile séchée à même le sol, comme cela se pratiquait dans les ateliers d’artisans tuiliers. A Puycheny (Haute-Vienne), les ouvriers de la tuilerie Mazérolas sablent également la surface des tuiles : « On les patine manuellement volontairement, on leur occasionne une certaine déformation, en les portant, on leur donne des coups de doigt… On ne met du sable que sur cette partie de la tuile (le pureau) qui est visible, on n’apporte une plus-value que sur la partie visible… » Ce qui compte c’est ce qui se voit. Les irrégularités, le sablage évoquant le séchage à l’air libre, au soleil – aujourd’hui les tuiles sèchent sur des étagères mobiles dans des tunnels alimentés en air chaud de plus de 70 degrés –, tous ces efforts de restitution d’un archaïsme traditionnel à un produit moderne portent sur la partie de la tuile qui sera visible sur le toit, non recouverte par les autres tuiles.

16Dans cette région du sud de Limoges, le xixe siècle a vu naître une forte industrie tuilière, dans l’essor général provoqué par l’arrivée de la tuile mécanique. « Lorsque la crise de l’énergie est arrivée, elles se sont toutes cassé la figure, et il n’est resté que quelques-unes, petites comme nous, et les très très grosses, industrielles, nous raconte J.-C. Mazérolas. On a galéré un an, le temps de la crise du Golfe, parce que c’était lié à ça. Et puis, du fait qu’on produisait peu, on s’est démarqué de la fabrication traditionnelle, on s’est mis à faire des produits de restauration sur des petits créneaux, où on est beaucoup moins dérangé, il ne faut pas rester sur le créneau des grands. On s’est mis à faire de la tuile plate de restauration, parce que notre fabrication à nous, c’est la petite tuile du pays… » Dans les années 1970, se « démarquer de la tradition », pour sortir du créneau des gros fabricants, c’était revenir à la tuile de pays. Cette tradition, centenaire, que l’on renie alors, c’est celle de la tuile mécanique des industriels… qui eux-mêmes avaient rompu avec la tradition des tuiles plates dans les années 1860.

17En Bourgogne, le spécialiste de la tuile de restauration et notamment de la tuile plate à glaçure colorée est l’entreprise Aléonard, installée dans le nord de la région, à Pontigny, dans l’Yonne. Outre les modèles classiques de tuiles plates – tuiles émaillées, tuile Ponti-gny, tuile Monuments historiques – le catalogue Aléonard propose un intéressant concept, la tuile Patrimoine. Les bâtiments anciens couverts en tuiles plates moulées manuellement donnent l’impression d’une grande irrégularité d’alignement, du fait de l’approximation du moulage des tuiles, mais aussi du travail de la charpente et de l’usure des ans. Pour restituer cette imperfection d’ensemble, ce « moelleux de la toiture » selon les termes d’un couvreur, l’industrie choisit en général d’ajouter des imperfections individuelles à chaque tuile – le coup de pouce à la sortie de la filière, ajout de colorant cendrée, découpage de biais, etc. Dans ce cadre classique, un modèle de tuile correspond à un objet-tuile caractérisé par ses dimensions et sa teinte spécifique, désigné par un nom propre. La tuile Patrimoine n’existe en fait qu’au sein d’un ensemble de trois formats et de trois teintes qui doivent être mêlés lors de la pose par le couvreur pour rendre l’effet d’irrégularité recherché. Nous n’avons plus affaire à un produit industriel ordinaire, mais à une série de neuf combinaisons – trois formats multipliés par trois coloris – nécessaire à la caractérisation du produit. La tuile Patrimoine n’est pas réellement un objet, mais une combinaison d’objets. Le produit tuile n’est plus individué, l’industriel vend une toiture, un ensemble d’artefacts assemblés selon une procédure déterminée, l’objet étant en somme absorbé par une identité globale. C’est une nouvelle et originale conception de l’objet industriel, estampillé patrimoine dès sa fabrication, dont la principale référence au passé réside dans l’aspect dissymétrique d’une combinaison complexe.

Tuiles bourguignonnes made in Rhône-Alpes

18Le registre des industriels de la tuile terre cuite en Bourgogne est fait de tradition, cette « rhétorique de ce qui est censé avoir été » (Lenclud 1987), de savoir-faire et de patrimoine, notions mobilisées pour promouvoir leurs produits, mobilisés eux-mêmes par le tourisme pour promouvoir la région. Pour apporter un point de comparaison, nous disposons de l’exemple de Rhône-Alpes, justement la région limitrophe d’où proviennent ces éclatantes et emblématiques tuiles de Beaune. Le Syndicat des fabricants de tuiles et briques Rhône-Alpes, Auvergne et Bourgogne – quoique aucune entreprise bourguignonne n’y apparaisse – a publié vers 1995 un petit fascicule intitulé Terre cuite, conçu par cinq entreprises : Groupe IRB à Sassenage (Isère), Briqueterie Migeon à Pont-de-Vaux (Ain), tuilerie de Prony à Oingt (Rhône), LFTB – la Française des tuiles et briques – à Doyet (Allier), et la tuilerie Blache dont j’ai déjà parlé. Ce document, « imprimé sur papier écologique 100 % sans chlore », s’ouvre sur une brève introduction du président du syndicat, Daniel Perrin : « La paroi terre cuite confère naturellement à l’habitat chaleur ou fraîcheur pour en faire un espace de bien-être, quand la tuile terre cuite, aux multiples coloris patinés par le temps, apporte son esthétique inimitable. » Bien-être et esthétique sont les maîtres mots, même si la « patine du temps » – dont la tuile est dotée dès la sortie des fours… – nous rapproche du discours traditionnel. C’est ensuite Dominique Voynet, à l’époque porte-parole du mouvement écologiste, puis entre juin 1997 et l’été 2001 ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, qui vante les mérites de la terre cuite : « Magie de la terre, de l’eau et du feu, les briques et tuiles en terre cuite sont des produits naturels créés et utilisés par l’homme depuis des millénaires. D’année en année, les techniques ont changé, la fabrication s’est industrialisée mais les composants sont toujours les mêmes. Produits uniques issus de la terre, les briques et tuiles en terre cuite ont véritablement leur place dans les constructions d’aujourd’hui. Outre leurs qualités prouvées au plan des performances, elles ont aussi un autre atout fondamental à mes yeux : elles respectent notre environnement. »

19Ce recours à une personnalité emblématique de l’écologie politique situe parfaitement l’orientation du discours général tenu par ces industriels, pour la plupart rhône-alpins. Dans sa présentation des cinq entreprises susmentionnées, ce document promotionnel insiste sur deux axes principaux : d’une part l’innovation et la performance technique, de l’autre la qualité de la vie et l’authenticité du matériau, ce dernier point étroitement lié à la protection de l’environnement, d’où la caution de Dominique Voynet. Quelques pages après son intervention, la photographie d’un pavillon couvert de tuiles plates, avec auvent et tourelle, est ainsi légendée : « Etre bien chez soi, c’est avoir bien pensé et réalisé sa construction. C’est en s’entourant de matériaux authentiques et naturels que l’on s’assure une qualité thermique, acoustique et esthétique. La terre cuite est présente dans tous les éléments de la construction […] garantissant qualité, confort, bien-être. » La page suivante, titrée « Le bon usage de la terre cuite », présente une quinzaine de produits proposés par les entreprises du syndicat, introduisant le propos d’une formule condensée, une sorte de slogan : « La terre cuite, c’est beau et confortable. » Tout est dit, la tradition et le terroir cèdent le pas à ces arguments.

20Pourtant, le recours au patrimoine est présent dans le fascicule : « La tuile plate émaillée ou vernissée, utilisée pour la construction de maisons type bourguignon et monuments historiques. » La tuile plate non émaillée, quant à elle, « souligne l’aspect ancestral ». Là encore, le parallèle entre type bourguignon, monuments historiques et aspect ancestral renvoie à l’image traditionnelle – traditionaliste ? – de la région Bourgogne. Et le recours à cette rhétorique apparaît pleinement dans les pages consacrées à… la tuilerie Blache. On en revient à Beaune : « Installée dans un site favorable à la terre cuite puisque des ateliers existaient à Loire-sur-Rhône déjà à l’époque romaine, la tuilerie Blache produit des tuiles plates et creuses depuis 1740. Spécialisée dans les produits de type ancien, tels que la tuile canal dite aussi tuile romaine, et la tuile plate type ardoise, la tuilerie de Loire peut réaliser toute copie d’ancienne tuile et accessoire. La tuilerie Blache est aussi le grand spécialiste de la tuile vernissée qui donne à la Bourgogne tout le charme que nous connaissons. Parmi ses références : les hospices de Beaune, la mairie de Papeete, Euro Disney. »

21Soulignons au passage l’audacieux rapprochement entre les « hospices » de Beaune (en fait l’hôtel-Dieu) et Euro Disney (Disneyland Paris), qu’aucun ethnologue iconoclaste n’aurait osé. Faute de refaire la Bourgogne à Hollywood, comme nous le suggère Vialatte pour l’Ecosse, la refera-t-on à Disneyland ? Qui donc oserait comparer le toc du château de La Belle au bois dormant à l’emblème du terroir bourguignon ?

22Le dépositaire de la « tradition bourguignonne de la tuile vernissée », garant du charme de la Bourgogne, serait ainsi un fabricant rhône-alpin ? Celui-ci est en tout cas très fier de ce chantier de restauration, réalisé en 1989 – ce qui relativise encore un peu l’ancienneté de cette architecture –, qui illustre son catalogue de ses éclatantes couleurs. Cette fameuse toiture polychrome est, ici encore, emblématique : elle vante en quelque sorte, pour changer, la tradition tuilière du département du Rhône… Sans vouloir dénier à l’entreprise Blache une quelconque légitimité à produire des tuiles « traditionnelles de Bourgogne » – et de quel droit le ferais-je ? – et sans prôner une quelconque exclusivité bourguignonne sur les chantiers des monuments historiques régionaux, logique selon laquelle une toiture de Bourgogne ne saurait être composée que de tuiles produites en Bourgogne – avec de l’argile de Bourgogne, des émaux de Bourgogne, des fours et du gaz de Bourgogne ? –, force est de constater que la portée de l’argument touristico-identitaire faisant de l’hôtel-Dieu beaunois la forme traditionnelle représentative de l’habitat aristocratique bourguignon se trouve considérablement affaiblie lorsqu’on sait qu’il s’agit d’une production indiscutablement rhône-alpine et, qui plus est, provenant d’une commune – Loire-sur-Rhône – qui, même à l’apogée du duché, ne fut jamais bourguignonne…

Image, tradition et patine patrimoniale

23Ce texte n’a pas pour ambition de rétablir une quelconque vérité, ni de régler son compte au mercantilisme touristique, ni de dénoncer les artifices de la « tradition bourguignonne », encore moins d’ironiser sur la production de tuiles dites à l’ancienne. La qualité technique et esthétique des produits de Blache, Aléonard ou Mazérolas n’est pas en cause, ni le soin apporté à leur fabrication, ni la bonne foi des fabricants et leur sincère volonté de défendre une certaine conception – ne manquant pas de noblesse – de la production tuilière.

24La toiture polychrome bourguignonne n’est pas qu’une image artificielle. Il y a des toitures polychromes en Bourgogne depuis plusieurs siècles, il y a eu des tuiles dites vernissées produites et utilisées dans cette région dès la fin du Moyen Age et l’on y fabrique encore de nos jours des tuiles plates à glaçure colorée. Au-delà de ces réalités, à travers les discours distillés par ses instances politiques et touristiques, la région Bourgogne se dote d’une identité puisant dans le fonds classique des traditions séculaires, du patrimoine immémorial, du « bien vivre » et des produits – alimentaires – du terroir. Comme pour entériner ce constat, le comité régional du tourisme de Bourgogne, émanation directe du conseil régional, a fait orner ses courriers et enveloppes à en-tête d’un montage photographique présentant deux feuilles de vigne – une verte et une rouge et jaune, automnale – sur fond de toiture polychrome de l’hôtel-Dieu de Beaune, le tout placé sous une formule slogan : « La Bourgogne, l’art et le plaisir de vivre. »

25Le patrimoine est une construction issue d’un jeu complexe entre trois pôles plus ou moins indépendants : le monde savant – historiens, archéologues, musées, érudits locaux… ; le pouvoir politique, et donc, dans le cadre d’un système démocratique, la population et ses représentants élus ; le pouvoir économique, autrement appelé le « marché » – industries, commerce, tourisme, etc. A travers l’exemple des toits et des tuiles de Bourgogne, nous pouvons saisir les articulations entre ces trois pôles, sans prétendre respecter une chronologie véridique – car comment savoir qui a commencé ? Les savants ont écrit l’histoire de la Bourgogne en intronisant les xve et xvie siècles comme apogée de la gloire bourguignonne ; les institutions chargées de la protection et de la valorisation du patrimoine ont restauré le bâti dans cette même optique. En utilisant les toitures d’un bâtiment restauré, reconstitué et, sur un plan esthétique, largement amélioré, le marché – ici les promoteurs touristiques – fabrique une spécificité régionale à partir d’un mode architectural de couverture – la toiture polychrome de tuiles plates. Les industriels de la tuile font de cette représentation et de cette association d’idées un gage de qualité de leur production, sur la base d’une tradition et de savoir-faire ancestraux. Les institutions politiques, conseil régional en tête, utilisent cette image comme emblème de l’entité géographique Bourgogne, identifiant la région à des notions de tradition et de qualité de vie. Et entre image, produit industriel et discours traditionalisant, on obtient du patrimoine localisé à vocation identitaire.

26La mobilisation d’un ensemble d’objets matériels 8 pour produire une identité locale chargée de valeurs symboliques imprégnées de traditions dote en fait la région de valeur économique : l’identification à un terroir est un facteur qualifiant permettant de mieux « vendre » et faire vendre la région en question. La tradition et son corollaire matériel, le patrimoine bâti, sont pour la Bourgogne des outils, des accessoires utilisés pour se construire une identité forte façonnée par l’histoire, patinée : « Grâce à [la tradition], une culture se dote du “génie” qui lui convient, qu’elle pare d’un vêtement archaïque tant il est vrai que la patine en ce domaine est signe de qualité et dont elle use comme d’une carte d’identité » (Lenclud 1987 : 119).

27Dans l’imagerie bourguignonne, la tuile de terre cuite représente la pérennité du monument, la majesté architecturale issue de l’incomparable savoir-faire des bâtisseurs du cru, dont l’éclat de l’hôtel-Dieu de Beaune n’est que la traduction esthétique. Sans chercher à nier en bloc la légitimité de ces références, qui ne sont après tout qu’un ensemble de représentations parmi tant d’autres, j’ai essayé ici de mettre en évidence les mécanismes en œuvre dans la construction de cette identité culturelle régionale. Les traditions sur lesquelles s’élabore un patrimoine collectif doivent être considérées en tant que combinaison de valeurs techniques, historiques et culturelles utilisées au bout du compte à des fins commerciales. En devenant un outil de promotion touristique, le patrimoine, architectural notamment, devient un repère identitaire qui ne fait que refléter les représentations sociales distillées par l’industrie, le commerce, bref, le « marché », et largement légitimées par les instances culturelles – musées, DRAC, université…

Haut de page

Bibliographie

Arnaud D. & G. Franche, 1906. Manuel de céramique industrielle, Paris, Dunod & Pinat.

Bucaille R. & L. Lévi-Strauss, 1980. Bourgogne, t. 10 de L’architecture rurale française, Paris, musée national des Arts et Traditions populaires/ Berger-Levrault.

Cartier J., 1996. « La tuile mécanique, une technologie du xixe siècle », Monumental, n° 15, pp. 26-31.

Challeton de Brughat, 1861. L’art du briquetier, Paris, E. Lacroix.

Diderot D. et J. d’Alembert, 1751. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, t. 2 (article « Brique », pp. 421-423), Paris.

1765. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, t. 16 (article « Tuile », pp. 738-739), Neuchâtel.

Didier F., 1996. « Les couvertures en tuiles vernissées en Bourgogne ; quelques expériences récentes », Monumental, n° 15, pp. 70-77.

Latour B., 1991. Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Lejeune E., 1886. Guide du briquetier, Paris, B. Tignol.

Lenclud G., 1987. « La tradition n’est plus ce qu’elle était… », Terrain, n° 9, pp. 110-123.

Magné A. & H. Somme, 1948. Traité pratique de couverture, Paris, Garnier frères.

Vialatte A., 2000. Chroniques de la montagne, t. 1 : 1952-1961, Paris, Robert Laffont « Bouquins ».

Haut de page

Notes

1Vialatte (2000 : 131).
2France TGV et grandes lignes, n° 19, novembre 1999, p. 58.
3Un exemple parmi d’autres, le mensuel Muséart voyages (n° 87) et son dossier Bourgogne de novembre 1998, qui présente en couverture une vue des toits de l’hôtel-Dieu de Beaune, avec cette légende en page 1 : « Les toits d’ardoise (sic) colorée des hospices de Beaune. »
4Ce sont les termes exacts utilisés par le chargé de la culture du conseil régional de Bourgogne, pour l’ouverture d’une table ronde organisée à Dijon en 1998, sur la restauration de la céramique.
5Entretien de décembre 1997 avec J.-C. Mazerolas, à Puycheny (Haute-Vienne).
6Ce qui ne nous donne aucune certitude sur l’éventuelle origine montchaninoise des tuiles de l’hôtel-Dieu à cette époque.
7Tuiles Lambert, la personnalité de votre maison, catalogue édition 1995.
8Les objets immeubles – toitures – sont mis à contribution, tout comme les objets meubles – tuiles.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bonnot T., 2002, « Des tuiles, des toits et des couleurs. De Beaune à Disneyland Paris, une tradition bourguignonne », Terrain, n° 38, pp. 153-162.

Référence électronique

Thierry Bonnot, « Des tuiles, des toits et des couleurs », Terrain [En ligne], 38 | mars 2002, mis en ligne le 06 mars 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1985 ; DOI : 10.4000/terrain.1985

Haut de page

Auteur

Thierry Bonnot

Ecomusée du Creusot-Montceau, Genèses et transformations des mondes sociaux

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals