Navigation – Plan du site
Le Feu

Les granges en flammes

Les incendies de ferme en Provence alpine entre 1900 et 1950
Valérie Feschet
p. 81-90

Entrées d’index

Thème :

habitat
Haut de page

Texte intégral

1« Ça toujours dans un village... Ça brûle dans une vallée... Mais quand même, si je compte ; la ferme Caire1, la ferme Barneau et une maison fermière... Ce jour-là, trois fermes ont brûlé en même temps. Il y a eu aussi la maison Brun... la maison André... Après il y a eu la ferme Morel qui était à dix mètres de celles qui avaient brûlé l'année précédente. Après vous avez la ferme Signoret toujours à Saint-Pons et Sicard... Sicard, je me souviens... On est venu nous prévenir dans la nuit. Mon père et mon frère sont vite partis avec des seaux. »

2Comme toutes les catastrophes, les incendies de ferme sont révélateurs des relations sociales. Événement anormal, destructeur, incontrôlable et la plupart du temps mystérieux, l'incendie ravive les comportements collectifs face aux malheurs individuels. Si l'on incrimine souvent l'escroquerie à l'assurance, considérée comme une source majeure d'incendie dans les représentations populaires, les habitants de la vallée de l'Ubaye témoignent néanmoins avec une grande lucidité sur les causes accidentelles des incendies de fermes2. Le feu est lié dans les esprits aux responsabilités humaines ainsi qu'au support architectural et au potentiel calorifique des maisons. Voûtes et charpentes, « sàfre »3, plâtre, galets, chaux et mélèze se partagent les responsabilités. La pierre et le bois sont en permanente opposition symbolique.

3Paradoxalement, dans cette région où l'habitat, de type méridional, se caractérise par une importante maçonnerie qui s'élève jusqu'au premier étage de la grange et dont seuls les pignons et la charpente constituent les parties boisées (Maurel 1987 : 51), les incendies représentent une réalité historique. Village à vocation essentiellement agricole tourné vers un élevage ovin nécessitant de longs mois de stabulation, Saint-Pons4 témoigne sur les incendies de ferme pour l'ensemble de la vallée de l'Ubaye. En l'espace de vingt-neuf ans, de 1915 à 1944, un cinquième des unités domestiques a été endommagé par l'action des flammes5. Comme les autres établissements de la moyenne vallée de l'Ubaye, Saint-Pons éparpille une quantité de fermes solitaires sur un adret régulier. La dispersion des maisons peut être considérée comme une protection efficace contre la propagation des incendies (Maurel 1987 : 49). Nombreux, pourtant, sont les villages et les écarts6 principaux de cette région construits sur le mode d'un habitat groupé. Des quartiers entiers de maisons ont été déjà détruits par les flammes au cours de l'histoire. Le hameau de l'Aupillon7 dans les années 20, Champanastais plus récemment, attestent des ravages du feu dans cette vallée alpine.

Destinée familiale

4Repère majeur des destinées familiales, l'incendie rythme les parcours résidentiels des unités domestiques. A côté des expropriations, des échéances de bail, il est cause de déplacements, de reconstructions, de nouvelles acquisitions immobilières. L'incendie de ferme s'inscrit à Saint-Pons dans l'ordre des « possibles », des « éventuels » à venir. Il s'impose comme un fait déjà vécu, comme une évidence de l'existence. « La mémoire familiale trouve son enracinement le plus durable, le plus consistant, dans les lieux qu'ont fréquentés les ancêtres. La plupart des récits, même les plus brefs, sur les origines d'une famille veulent en situer le berceau » (Klapisch-Zuber 1990 : 26). Retracer l'histoire généalogique et spatiale de ses ascendants consanguins et alliés nécessite, dès les premiers termes de l'entretien, de poser les événements essentiels qui ont motivé le mouvement des familles. Immigration, mariages et incendies, les couples se déplacent d'impératif en impératif. Comme nous l'indique madame Pons : « Papa était venu avec ses parents et son frère d'Italie en France. Au début, ils habitaient dans un appartement aux Tuiles. C'est là qu'il a connu maman. La maison d'en-bas, c'est papa qui l'a achetée en 1925 car ils avaient brûlé. Quand ils se sont mariés, ils se sont installés au Lauzeron et la maison a pris feu. Je ne m'en rappelle pas. J'étais toute petite. Ils ont dû y vivre bien dix ans quand même. Ça a tout brûlé. Les chambres, la toiture, tout ! Il restait les murs. Mais ils sont tellement vieux ces murs-là ! Cette maison par exemple [c'est la maison de ses beaux-parents], elle a plus de 200 ans ! Parce que les parents de mon pauvre mari, ils habitaient Servière avant... Ils habitaient là-bas et ils ont brûlé aussi ! La maison a pris feu et ils sont venus habiter ici. »

5Au fil des exigences administratives8, de l'insalubrité des maisons et du feu encore une fois, les parents de monsieur Brun parcourent pendant près de quarante-cinq ans les écarts de la commune avant de pouvoir se fixer définitivement : « Quand ils sont descendus de Servière, ils sont venus à Tato. Puis la maison "a tombé". Elle était en mauvais état. Mes parents sont venus s'installer ici et puis la maison a brûlé. Quand nous avons brûlé nous autres nous avons brûlé en 21 mon père a vendu les terres au voisin qui était au Mexique. Au bout de deux ou trois ans ce voisin écrit à mon père et il lui dit : "Voilà ! Je te revends tout !" Nous, on habitait de nouveau vers Tato à ce moment-là. Alors mon père a tout racheté. »

6Détail anecdotique et presque banalisé par les discours qui y font tous allusion, la destruction par le feu des bâtiments de résidence et d'exploitation agricole reste néanmoins un événement marquant qui laisse une empreinte indélébile dans les histoires de vie. Le feu grève les patrimoines. Il marque également les esprits : « Le jour où on a vendu la propriété et la maison de ma mère, on a bu du champagne dans un bistrot de Barcelonnette. J'en ai gardé un bon souvenir. Je n'en avais jamais bu. Eh bien ! Le jour où on a vendu la maison de ma mère, le village a